Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril nous permet de rappeler la rébellion, de parler de l'unité nationale, d'un Niger dans lequel tous ses enfants se sentent solidaire


InvitCréée en 1995 pour suivre la mise en œuvre des accords de paix de 1995 et des autres protocoles additionnels à ces accords intervenus en 1998, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), qui est rattachée à la Présidence de la République, est chargée entre autres de l'analyse prospectrice, de la prévention et de la gestion des crises et des conflits. Dans cette interview réalisée à moins d'une semaine de la célébration de la Journée Nationale de la Concorde, en souvenirs des accords cités ci-haut, le président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix, le Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, revient sur le sens de la journée du 24 avril, la question de l'unité nationale, les activités de la HACP en faveur de la consolidation de la paix et de la prévention des conflits, etc.
Monsieur le Président, sous quel signe est placée, cette année, la Journée Nationale de la Concorde que le Niger célèbre chaque 24 avril ?
La fête de la Concorde est une fête nationale qui aura lieu partout, je tiens à le préciser. Toutes les communes, tous les départements, toutes les régions, ainsi que les administrations, sont appelés à célébrer la fête du 24 avril. Cette année, sous le haut patronage du Premier ministre, nous allons organiser des activités à Tchintabaraden dans la région de Tahoua. L'édition 2017 de la fête de la concorde est placée sous le signe de ''La Paix et l'Unité Nationale''. Je voudrais rappeler que chaque année, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix se déplace dans une des 76 communes cibles pour une grande cérémonie. Nous avons 76 communes que nous couvrons depuis Bosso jusqu'à Bankilaré, et cette année, nous avons reçu les instructions du Président de la République et du Premier ministre pour organiser la fête à Tchintabaraden. Et à cette occasion il y aura un forum dont le thème est ''La paix et l'unité nationale''.
Après près de vingt ans de célébration de la journée du 24 avril, quelle est la particularité de l'édition de cette année ?
J'ai l'habitude de dire que la Concorde, c'est la troisième fête nationale. Après la fête de l'Indépendance, la fête de la République, voilà la fête de l'unité nationale, celle de la Concorde. C'est quand même une fête extrêmement importante, car elle marque le retour définitif à la paix en 1995, avec la signature des accords de paix entre le Gouvernement et les anciennes rébellions. À partir de ce jour, on considère que la paix est revenue au Niger. C'est vrai qu'il y a eu une reprise de rébellion en 2007-2008, mais qui a fait long feu, dans la mesure où le Gouvernement de l'époque a refusé de négocier avec cette rébellion, étant entendu que les accords de paix ont été déjà conclus, on considérait que c'était une anomalie la rébellion de 2007. D'ailleurs elle a fini assez rapidement. Les quelques combattants ont déposé les armes, ils ont bénéficié d'une amnistie, la république est généreuse. On considère que depuis les accords de 1995, il n'y a pas eu de remise en cause de l'Unité Nationale. Je voudrais aussi dire un mot sur les questions de sécurité dont nous nous occupons avec les Forces de Défense et de Sécurité.
Le Président de la République a l'habitude de dire qu'il n'y a pas de sécurité sans développement. La Haute Autorité à la Consolidation de la Paix ne fait pas de la sécurité directement dans la mesure où nous ne disposons pas de troupes dans les régions. Mais nous faisons l'autre côté de la sécurité, ce qu'on appelle la sécurité soft, et c'est lier la sécurité au développement. C'est pour cela que nous mettons en œuvre un certain nombre de projets. Nous allons profiter de la fête de la Concorde pour expliquer certaines choses: les accords de paix de 1995 ont été organisés autour de trois axes. Il y a un axe que nous appelons ''Discrimination positive'', un axe ''Décentralisation'', et un axe ''Développement accéléré des zones Nord''.
Dans l'axe 1, il y a eu l'intégration des ex-combattants dans les Forces de Défense et de Sécurité. Mais il y a eu également l'insertion des ressortissants dans l'administration des zones touchées par la rébellion ; des bourses ont été octroyées aux ressortissants de ces zones. Ensuite le Gouvernement a poursuivi ses actions avec la nomination, dans ces zones, des chargés de mission qui, avec les délégués régionaux, nous font la narrative du Gouvernement au sein de ces communautés. Nous avons continué à travailler sur ces axes, en faisant un focus particulier sur les populations des zones vulnérables, parce que, à tord ou à raison, elles ont l'impression d'être un peu abandonnées.
Le deuxième axe est celui de la décentralisation qui était une revendication de la rébellion. Dans un premier temps, ils ont réclamé le fédéralisme, mais au cours des négociations, on est abouti à la décentralisation. Cette revendication a été étendue à l'ensemble du pays. Ce qui a été aussi un avantage qui a permis d'approfondir la démocratie. Aussi, cela a contribué à l'intégration des ex-combattants. Dans la région d'Agadez par exemple, tous les quinze maires qui avaient été élus par la suite, sont des ex-combattants. Ce deuxième axe a été aussi utile pour l'intégration et l'unité nationale.
Le troisième axe est le développement accéléré des zones nord. C'est un axe qui n'a pas eu beaucoup de succès dans la mesure où le Niger est un pays pauvre. Les partenaires ont promis, mais très peu de choses a été réellement fait. Néanmoins, le Gouvernement a fait ce qu'il pouvait et le Haut Commissariat à la Restauration de la Paix, à l'époque, a eu un certain nombre de projets dans le nord. Aujourd'hui, nous continuons sur ce troisième axe. Et une de nos principales activités à la HACP est de faire des micros projets dans les zones vulnérables. Nous avons au moins un ou deux projets en cours dans une de nos communes cibles, afin de renforcer la résilience des communautés.
Une autre stratégie, que nous avons adoptée au Niger dans le contexte des conflits, c'est de faire en sorte que les populations aient plus confiance en l'Etat, qu'aux groupes armés. C'est ce que nous avons fait dans la région de Diffa où opère Boko Haram. C'est là une action civilo-militaire que mène la HACP, en expliquant aux populations le sens du combat des Forces de Défense et de Sécurité, à travers des caravanes de la paix, des forums et des audiences foraines. Mais il ne faut pas s'arrêter là. Il faut à la fois des actions pour prendre en charge les besoins immédiats et aussi des actions pour le développement à long terme. Il faut accompagner les communautés, parce que ce sont elles qui sont l'instrument premier de la paix.
Pour me résumer, nous avons fait les accords de paix en 1995 et nous avons accumulé une expérience de travail avec les groupes hors-la-loi. Il faut s'en occuper avec une approche globale, déployer les Forces Armées, engager le dialogue avec les communautés pour avoir avec nous tous ceux qui ne sont pas susceptibles d'aller de l'autre côté, diminuer le nombre de nos ennemis, faire des actions socio-économiques en direction de ces gens, et enfin soutenir la résilience des communautés. Nous travaillons beaucoup avec les partenaires, notamment l'Union Européenne et l'AFD.
N'est-il pas aussi nécessaire d'étendre les actions en faveur des couches pauvres des zones sédentaires qui n'ont pas été concernées par les rebellions ?
L'administration est bien organisée, il y a aussi beaucoup d'institutions. Nous sommes souvent appelés à intervenir dans les zones sédentaires quand il y a les conflits entre sédentaires et nomades. Quelquefois, le Gouvernement demande un peu notre expertise et nous organisons des rencontres qui nous permettent d'arriver à des accords ; mais c'est le service du code rural qui est en charge de ces questions, ainsi que les différentes administrations, car la HACP ne peut pas avoir la prétention d'être partout.
Selon vous, est-ce que l'institutionnalisation de la journée du 24 avril aura servi à consolider la paix ?
Ce qui a été aussi important au Niger, c'est l'institutionnalisation de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix, qui a permis d'accumuler des expériences. C'est cette institution qui est aussi responsable de l'organisation de la Journée Nationale de la Concorde le 24 avril. Il faut que tous les ministères, toutes les institutions prennent en charge la journée du 24 avril. C'est une fête nationale qui doit être beaucoup plus intériorisée, appropriée par les administrations, par les populations, comme le 18 décembre ou le 3 Août. Je souhaite qu'il y ait plus d'engouement pour la fête de la Concorde Nationale. Les fêtes sont aussi faites pour se souvenir des moments particuliers de l'histoire, parler de leur signification. La fête du 24 avril nous permet de rappeler la rébellion, de parler de l'unité nationale, d'un Niger dans lequel tous ses enfants se sentent solidaires et plus à l'aise, etc.
L'indépendance est un thème important, la proclamation de la République également, mais le retour de l'unité nationale est un thème tout aussi important.
Réalisée par Souley Moutari (ONEP)

Etranger

Visite dans deux villes de la province de Shandong : Yantai et Jinan : A la découverte des repères historiques et cultur…

Visite dans deux villes de la province de Shandong : Yantai et Jinan : A la découverte des repères historiques et culturels du peuple chinois

Après les différentes communications des experts en journalisme et la visite de la Radio Chine Internationale (CRI), la délégation des professionnels de médias du Niger qui séjourne en Chine s'est rendue successivement dans la ville de Yantai où se trouve le musée du vin rouge et à Jinan, le chef-lieu de la province Shandong. Située à l'Est de Beijing au bord de la mer, Yantai est une ville à la fois industrielle, touristique et culture...

Visite du Président de la République, Chef de l'Etat, à Gao (Mali) : Le Chef de l'Etat félicite le bataillon nigérien de…

Visite du Président de la République, Chef de l'Etat, à Gao (Mali) : Le Chef de l'Etat félicite le bataillon nigérien de la MISMA

Le Président de la République, Chef Suprême des armées, SE Issoufou Mahamadou a effectué, samedi, une visite à Gao (Mali), d'où il a exprimé son ferme soutien et ses encouragements, ainsi que ceux de l'ensemble du peuple nigérien, aux officiers, sous-officiers, militaires de rang et gendarmes composant le bataillon nigérien de la MISMA. SE Mahamadou Issoufou les a vivement félicités pour les actions déterminantes qu'ils mènent dans le c...

Grâce à vous l'espoir renaît sur l'ensemble du territoire malien : «Officiers, Sous-officiers, Militaires du Rang, Genda…

Grâce à vous l'espoir renaît sur l'ensemble du territoire malien : «Officiers, Sous-officiers, Militaires du Rang, Gendarmes du Bataillon nigérien de la MISMA

Souvenez-vous que lors de notre dernière rencontre à Ouallam, je vous apportais les salutations et les félicitations du Chef Suprême des Armées ainsi que celles du peuple nigérien.Souvenez-vous aussi que je vous disais toute l'admiration que le Niger et son peuple vous portent face aux actions déterminantes et permanentes menées par nos forces de défense et de sécurité pour la sauvegarde de la paix et de la sécurité. Souvenez-vous enfin...

Situation politique et militaire en République Centrafricaine : La CEN-SAD engage les nouvelles autorités à veiller au r…

Le Secrétariat général de la Communauté des Etats sahélo-sahariens CEN-SAD suit avec une très profonde préoccupation l'évolution de la situation politique et militaire en République Centrafricaine, marquée, le 24 mars 2013, par la remise en cause de l'ordre constitutionnel par des groupes armés se réclamant de la coalition de la SELEKA, indique un communiqué de presse rendu public, hier, par le Secrétariat général de ladite organisation...

Libye : Deux ans après la révolution

Une mission de l'Unité de Fusion et de Liaison (UFL) qui regroupe huit pays, s'est rendue en février dernier en Libye, afin d'évaluer le dispositif sécuritaire de lutte contre l'insécurité et le terrorisme de ce pays, deux ans après le déclenchement de la Révolution. La mission était composée de journalistes d'Algérie, du Burkina Faso, de la Mauritanie, du Mali, du Niger et de la Libye.Pendant son séjour en Libye, la mission de l'UFL a ...

Dans Gao, les cousins nigériens montent la garde

Dans Gao, les cousins nigériens montent la garde

Premier contingent de la force africaine, la MISMA, déployé dans le nord Mali, un bataillon de Nigériens appuie les Français et les Maliens face à la menace djihadiste. Sécuriser Gao et ses environs. L'objectif initial était clair et la mission à portée des moyens déployés. Pourtant, les miliciens du Mujao ont rebattu les cartes. En quatre jours, deux attentats-suicides et les infiltrations de dimanche après-midi ont mis fin à deux sema...

Reportage à Gao : le tombeau des Askia sauvé de justesse

Reportage à Gao : le tombeau des Askia sauvé de justesse

La ville de Gao est connue aussi sous le nom de la «Cité des Askia», donné en référence aux célèbres rois de la dynastie des Askia qui ont régné pendant des siècles dans le Songhoy. Ces illustres rois du Royaume ont construit une mosquée, un lieu de culte qui abritait aussi les tombeaux des différents rois qui se sont succédé.La mosquée est un lieu de culte séculaire, puisque construite il y a plus de six (600) ans. Construite en terre ...

COOPERATION SINO-AFRICAINE : LA CHINE DOUBLE SES CREDITS A L'AFRIQUE POUR UN TOTAL DE 20 MILLIARDS DE DOLLARS

Ouverte, jeudi dernier dans la 2ème salle du banquet du Grand Palais du Peuple à Beijing, en République Populaire de Chine, la 5ème conférence ministérielle du Forum sur la Coopération sino-africaine (FOCSA ou FOCAC), a tenu ses promesses. L'exemplarité de la relation sino-africaine s'est traduite par l'annonce faite par le président chinois SEM. Hu Jintao, qui préconise cinq domaines prioritaires pour promouvoir les relations entre nos...

5EME CONFERENCE MINISTERIELLE DU FORUM SUR LA COOPERATION SINO-AFRICAINE (FCSA) A BEIJING (REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE…

Les 19 et 20 juillet, la 5ème Conférence ministérielle du Forum sur la Coopération sino-africaine (FCSA) se tiendra à Beijing. Ce sera un nouvel événement majeur dans les relations d'amitié et de coopération entre la Chine et l'Afrique. Depuis sa création en 2000, le FCSA est devenu un mécanisme important de dialogue collectif et de coopération pragmatique entre la Chine et l'Afrique dans la nouvelle période, et a contribué énergiquemen...

ELECTIONS LEGISLATIVES EN LIBYE : LES LIBERAUX EN TETE

Les libyens ont été appelés aux urnes samedi dernier, afin d'élire leurs députés. Après quatre décennies de régime autocratique de Mouammar Kadhafi, ce sont 1,6 million d'électeurs sur 2,8 millions inscrits qui ont voté ce samedi aux premières élections libres de l'histoire de ce pays autrefois appelé la Grande Jamahiriya du Colonel Kadhafi.

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Carnet d'un voyage en Australie et en Indonésie : …

Carnet d'un voyage en Australie et en Indonésie : Voyage au milieu de nulle part, sur l'Océan indien

Pour aller en Australie, au pays de nulle part perdu en plein milieu des océans, vous avez...

vendredi 20 octobre 2017

Australie, d'une ville à une autre

Australie, d'une ville à une autre

Pour le visiteur qui va en Australie en venant de vers l'Afrique la ville de Perth, capita...

vendredi 20 octobre 2017

Formation en Activités Génératrices des Revenus au…

Formation en Activités Génératrices des Revenus au centre Dimol : Donner espoir et soutenir l'autonomisation des femmes victimes de la fistule

La fistule est une maladie grave qui affecte les femmes suite aux mariages précoces, à l'e...

jeudi 5 octobre 2017

L'air du temps

Les mille et une ruses des brouteurs

Les mille et une ruses des brouteurs

Décidément, les escrocs qui écument le web n'en démordent guère. Chaque jour qui passe, il...

vendredi 20 octobre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.