Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

L'air du temps


assane-soumanaDes centaines de millions envolées dans la nature dans le ciel gris de Niamey, plusieurs centaines de clients escroqués et inconsolables, les uns en larmes les autres évacués sur un lit d'hôpital. Vous avez deviné. Il s'agit de cette grosse affaire d'arnaque rondement préparée et perpétrée par cette fameuse société de micro-fiance dénommée « Meilleure vie en solution Sarl » au détriment de ceux-là qui ont eu tort de lui faire confiance. Et ces derniers se comptent en centaines à avoir mordu au hameçon du gérant de ladite société, le Sieur Richard James Bola, et de ses compères.

Le jeu était tout simple. Se faisant passer pour un spécialiste du trading de crypto-monnaie, le gérant de ladite société, profitant de l'ignorance des souscripteurs à qui ils miroitaient un gain de 30% par semaine, n'a eu aucun scrupule à faire la malle, laissant plusieurs victimes littéralement...étalés sur le carreau.
La tactique de la bande à Bola est presque infaillible. Il leur a suffi de faire gagner les premiers souscripteurs en leur remettant rubis sur ongle leur mise majorée de 30% d'intérêt. De l'argent facile ! Et la publicité a fait le reste. En peu de temps qu'il n'en fallait à une société qui vient de naitre, au mois de mai dernier, de gagner la confiance de la clientèle, ce sont des centaines d'autres clients qui se sont bousculés au portillon de cette maison de la ''belle affaire''. Tandis que les moins fortunés des ''traders'' se sont précipités pour y verser des dépôts à coup de milliers de francs CFA, pour les plus audacieux et plus riches d'entre eux, l'unité de compte des mises s'évalue en millions de FCFA, de l'argent souvent issu des crédits contractés auprès des banques de la place.
Et quand, il y a environ une semaine, le pot-au-rose a été découvert avec la disparition de tout le staff de la société ''à solution'', il ne reste plus aux pauvres clients que leurs yeux pour pleurer. A priori, on ne peut pas reprocher aux victimes d'avoir fait preuve de crédulité, sachant que la société a pris soin de se faire immatriculer selon les procédures légales. Cependant, le niveau du gain, très facile pour être vrai, aurait pu leur inspirer un peu plus de méfiance dans un monde ou les escrocs redoublent d'ardeur, aussi bien par leur audace et que par leur ingéniosité.
Au regard de cette douloureuse expérience, il y a lieu de souligner la nécessité pour notre pays d'adapter au plus vite sa législation à l'évolution des nouvelles technologies, ces outils qui offrent d'énormes opportunités aux individus malintentionnés tapis dans l'ombre, guettant la moindre faille pour arnaquer la grande masse des esprits crédules.
Assane Soumana(onep)

Publié dans L'air du temps
Écrit par
En savoir plus...

Etranger

Error: No articles to display

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice a…

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice aux cultures de contre saison et au pâturage

La région de Tillabéri compte 31 aménagements hydro agricoles dont 30 pour la production d...

vendredi 11 janvier 2019

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la …

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la crue

De l'autre côté de la rive, qui sert comme une sorte de gare fluviale reliant les localité...

vendredi 11 janvier 2019

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la…

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la filière

La filière de la gomme arabique a connu dans les années 60 et ce jusqu'en 1980, un essor s...

jeudi 10 janvier 2019

L'air du temps

Notre identité, nos valeurs ancestrales

Notre identité, nos valeurs ancestrales

«Un peuple sans culture est un peuple sans âme », disait l'écrivain nigérian Anthony Biako...

vendredi 11 janvier 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.