Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Vous avez dit autonomisation de la femme?

assane-soumanaUne fois n'est pas coutume, les femmes nigériennes ont célébré, sans trop de faste, le weekend dernier, la journée nationale qui leur est consacrée depuis la marche historique du 13 mai 1991 quand elles ont revendiqué avec détermination plus de présence au sein de la Commission nationale chargée de préparer les travaux de la conférence nationale souveraine. Car la particularité de la célébration de l'événement cette année, est qu'elle l'a été sans tambour ni trompette, ou disons plus exactement, avec moins de folklore et plus de réflexions, avec moins de bruits et plus de bonnes œuvres, avec moins de profession de foi et plus d'appuis conséquents au bénéfice des femmes vulnérables et même des enfants en difficulté familiale. Sans nul doute, la célébration « modeste» de cette journée cette année, constitue un tournant décisif dans le combat des femmes nigériennes pour leur autonomisation. Au surplus, elle marque la rupture d'avec une pratique qui veut qu'au cours de cette journée, tout ne soit que ripaille, bombance, festivités, artifices et poudre aux yeux ; une célébration à mille lieues des préoccupations réelles et quotidiennes de la femme nigérienne.
Faisant amende honorable, les femmes ont cette année, véritablement relevé le défi de leur journée. Par la pluralité et la diversité des actions qu'elles ont menées dans le calme, et la sérénité, avec beaucoup de tact et de discernement ; elles ont assurément transformé l'essai. Et cerise sur le gâteau, dans la réflexion, elles ont su embarquer tous les Nigériens, en touchant du doigt le nœud gordien du mal : une scolarisation difficile de la jeune fille. En effet, les chiffres produits sur la question sont assez effarants et interpellent la conscience de tous les Nigériens : 65% des adolescentes de la tranche d'âge de 10 à 14 ans sont non scolarisées ; 75% de la tranche d'âge de 15 à 19 ans, sont non scolarisées ; avec une déperdition scolaire inquiétante à partir de l'âge de 15 ans. En plus, selon l'UNICEF, le Niger est parmi les pays à forte prévalence de mariages des enfants avec un taux de 75%, suivi du Tchad 72% et du Mali 71%.
Comme on le voit bien, ce défi monumental que le pays s'acharne à relever, nécessite au-delà de l'engagement des femmes, une synergie d'actions de tous les acteurs. Si l'autonomisation de la femme doit inévitablement passer par l'éducation et la formation, un véritable changement de comportement s'impose aux parents pour permettre à la petite fille d'aller à l'école et d'y demeurer le temps qu'il faut, loin des tentatives de mariage précoce, de grossesse non désirée ou de déperdition tout court.
(ONEP)
19/05/17

Hommes politique

Error: No articles to display

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit les escapades démentielles à la ''Pilule'' et les virées dans les lieux vaporeux des ...

vendredi 15 septembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.