Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Ces liaisons ruineuses et éphémères


assane-soumanaDot faramineuse, valise et parures pour les jeunes mariés, orchestres et uniforme pour les filles d'honneur, cadeaux plus ou moins obligatoires à faire par-ci par-là, bref, tout un chapelet de dépenses connexes et incompressibles ! Autant dire que, de nos jours, le mot mariage rime plus avec stress et dépenses ostentatoires qu'avec liaison de deux âmes soeurs. Tout se passe comme si la célébration du mariage est une occasion rêvée pour se faire valoir en faisant étalage de ses richesses.
Dans un tel contexte, les réjouissances de mariage prennent souvent l'allure d'une véritable compétition qui ne dit pas son nom, où l'on rivalise d'initiatives pour organiser le mariage le plus coûteux du quartier. Aussi, il n'est pas rare d'entendre un parent d'une future jeune mariée réclamer un peu plus sur la dot pour faire la différence entre la ''valeur'' de sa fille et celle du voisin qui venait de se marier le mois passé. Aussi curieux que cela puisse paraître, dans certains cas, l'initiative de la surenchère vient tout bonnement du futur jeune marié obnubilé par le désir de faire plus que les autres, peut-être de prouver à sa belle promise qu'il n'est pas ''n'importe qui''. Cette folie des grandeurs aidant, certains en sont arrivés à rehausser la barre de l'unité de compte de leur dot au million.
D'aucuns pourraient nous rétorquer que cela ne regarde que les intéressés, puisqu'il s'agit de leur argent et pas du nôtre. Ce à quoi nous répondrons que c'est par ce même jeu que nous nous sommes compliqué la vie en introduisant des pratiques aussi blâmables que celles de la valise, de l'uniforme et autres futilités propres à engendrer une hémorragie financière.
Et le mimétisme faisant le reste, voilà que ces pratiques se sont répandues dans nos villages aussi. Tant et si bien, que de nos jours, il est plus aisé de se marier en ville que dans certaines contrées de notre pays où les charges liées aux dépenses de mariage tirent la balance du côté de la famille de la jeune mariée. Allez-y savoir ce qui se passe dans nos villages ! Dans certaines zones du Niger, les charges sont devenues si insupportables que les parents des jeunes filles croulent sous des dettes à force de couvrir l'heureux ''ango'' et ses sœurs de présents. Souvent, ces dépenses prennent l'allure d'une vraie escroquerie où on se marie beaucoup plus pour se faire de la fortune que pour avoir une compagne. La preuve, c'est que beaucoup de ces mariages finissent très vite par une répudiation pure et simple de la jeune mariée.
Toutes ces dépenses seraient supportables si encore elles pouvaient servir de gage réel pour bien cimenter les liens du mariage pour en assurer la pérennité. Ce n'est pas le cas, hélas ! Et aujourd'hui, tout semble nous prouver que, plus le mariage est coûteux, moins il est durable et viable.
Assane Soumana(onep)

24/11/17

Hommes politique

Error: No articles to display

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Fuite des cerveaux : à qui la faute ?

Fuite des cerveaux : à qui la faute ?

Dès qu'on parle de fuite de cerveaux, on se tourne à première vue vers l'occident. Et pour...

vendredi 8 décembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.