Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Les candidats à l'heure de vérité


assane-soumanaDepuis mercredi dernier, les candidats aux examens du Baccalauréat se creusent la cervelle dans les salles d'examen en affrontant les différentes épreuves. Comme on peut le dire, c'est l'heure de vérité. Dans les salles, tout comme à la maison, l'atmosphère est chargée d'angoisse aussi bien pour les candidats que pour leurs parents soucieux du sort de leurs progénitures.
Il est vrai que pour les candidats studieux et consciencieux, à savoir ceux-là qui ont passé toute l'année à se vouer à la préparation de leurs examens en prêtant au calvaire des nuits blanches et des révisions intenses, la délivrance sur les copies d'examen s'annonce moins douloureuse. En revanche, pour ceux qui, comme la cigale, ont passé toute l'année à chanter et à danser à coups de ''dap'' aux rythmes du rap, ou encore à s'enivrer dans l'ambiance festive des ''fadas'' et les ''chichas clubs'', l'inquiétude règne. Seuls face aux épreuves, ces derniers réalisent que c'est tout leur destin qu'ils tiennent en main. Et comme l'ère du fameux ''tuyau'' faite de tricherie et de toutes sortes de fraudes, est aujourd'hui révolue au Niger, on ne peut compter que sur soi-même et sur ce qu'on a pu assimiler, enregistrer et sauvegarder dans le ''disque dur'' de l'intellect.
C'est dire qu'en ces instants fatidiques où il s'agit simplement d'interroger la mémoire centrale de son ordinateur de bord (la tête !) pour résoudre des équations, l'heure est gravissime pour ceux qui n'y ont rien enregistré. Alors, il faut les voir dans les salles, littéralement noyés dans l'angoisse, la mine ténébreuse. Tournant et retournant leur copie, ils cogitent en grignotant le bout du stylo, griffonnent quelques mots ou paragraphes, les lisent et relisent, puis déchirent le brouillon pour reprendre tout à zéro. Et plus les minutes s'écoulent, plus la cervelle se met à ''bouillir'' sous les effets conjugués de la confusion, de l'angoisse et du regret. Ces derniers auraient bien voulu qu'on leur demandât plutôt de disserter sur la vie et les caprices de certaines célébrités du rap américain... A coup sûr, ils vous auraient rempli des pages. Ce n'est pas le cas, et c'est du sérieux.
Ha !... Nostalgie quand tu nous tiens ! Mais qu'est-il donc advenu de cette rage dévorante de réussir qui, à l'époque, absorbait tout bon candidat au Bac ? A cette époque-là, on se rappelle encore, la réussite était perçue comme un défi crucial à relever à tout prix. Aussi, décrocher le Bac (pour utiliser leur expression utilisée) était, d'abord et avant tout, une question d'honneur. ''Le Bac ou l'exil !'', aimaient lancer les candidats. Pour d'autres encore, c'est même une question de vie, et on les entendait déclamer : ''le Bac ou la mort !''. Tout ceci en dit long sur la rage de vaincre sur ce précieux parchemin perçu comme étant la première porte à franchir pour aller vers la réussite. Apparemment, avec cette nouvelle génération dite ''consciente et conscientisée'', rien ne se passe plus comme avant. Et c'est bien dommage...
Assane Soumana(onep)
13/07/18

Hommes politique

Error: No articles to display

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

Audiences

Dossier

Tresses traditionnelles nigériennes : Derrière la …

Tresses traditionnelles nigériennes : Derrière la beauté, se cache toute une symbolique

Au-delà de la beauté artistique et visuelle, la tresse symbolise une forme d'expression po...

jeudi 18 avril 2019

Tresse traditionnelle

Tresse traditionnelle

La tresse traditionnelle a longtemps été un des métiers les plus reconnus à la femme nigér...

jeudi 18 avril 2019

Santé et sécurité au travail : Peu d'importance ac…

Santé et sécurité au travail : Peu d'importance accordée à la question

La problématique traite de la protection des travailleurs contre les maladies, les acciden...

jeudi 4 avril 2019

L'air du temps

Endiguer le banditisme urbain

Endiguer le banditisme urbain

Il y a environ une semaine, la Police Nationale a une fois de plus mis hors d'état de nuir...

jeudi 18 avril 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.