Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Notre identité, nos valeurs ancestrales


assane-soumana«Un peuple sans culture est un peuple sans âme », disait l'écrivain nigérian Anthony Biakolo. Heureusement que nous sommes loin de ce cas de figure ! Car, estiment les penseurs, il n'y a point de peuple sans culture. Cependant, la vraie problématique se trouve au niveau de la valorisation et de la promotion des patrimoines culturels propres à chaque peuple. Et là-dessus, force est de constater que, de nos jours, il existe des peuples qui, à force de négliger leur culture, se retrouvent dépourvus de toute la quintessence de leur identité spécifique. Dans un tel contexte, l'assertion qui sied le plus, c'est celle du célèbre reggae-man mauricien, Bruno Raya, qui dit : «un peuple sans culture, c'est comme un arbre sans racines». Là est le vrai problème ! En effet, aujourd'hui, beaucoup de peuples africains, parce que profondément rongés par le phénomène de l'acculturation, ont perdu leurs racines culturelles.
Ce petit clin d'œil sur le désastre de l'acculturation, dont les signes sont perceptibles chez nos jeunes dans la société nigérienne et dans le reste du continent africain, nous a été inspiré par une observation ayant titillé notre esprit critique après avoir visionné un certain nombre de films nigérians directement sortis de Nollywood. Il s'agit de ces films dont les scènes sont tournées dans les villages et autres hameaux perdus dans la forêt, montrant tous les aspects des traditions ancestrales des peuples concernés, notamment à travers le pouvoir immuable du tout puissant ''Igouwé'', ce roi qui incarne la force et la vivacité des us et de la coutume.
Mieux, en suivant ces films (généralement diffusés sur Nollywood Epic), on peut admirer les séquences de scènes de la vie au village dans toute sa splendeur, avec séances plaisantes de concours de danses typiquement traditionnelles organisées sur la place du village où les jeunes rivalisent de talent. Véritable zoom sur les valeurs culturelles authentiques des peuples du Nigeria (surtout Ibo), ces œuvres cinématographiques participent à consolider les racines ancestrales des peuples concernés, tout en leur donnant une réelle vivacité dans un monde dominé par le modernisme et la percée des autres cultures envahissantes.
Et la fin de chaque film, la question qui nous caresse l'esprit est la suivante : que diantre, faisons-nous ici, chez nous au Niger, pour préserver, promouvoir et stimuler les valeurs traditionnelles, pourtant très riches, que nous ont léguées nos ancêtres ? Franchement, tout semble prouver que cela fait belle lurette que nous avons tourné le dos à certaines de nos valeurs ancestrales, véritable socle de notre identité culturelle. Nous sommes certes partis trop loin sur la voie de la dérive, mais il n'est pas trop tard pour rebrousser chemin. Il est temps de se ressaisir pour nous investir en faveur de la revalorisation de nos traditions, notamment à travers nos œuvres culturelles. Avis aux promoteurs culturels et producteurs cinématographiques.
Assane Soumana(onep)
11/01/19

Hommes politique

Error: No articles to display

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

Audiences

Dossier

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice a…

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice aux cultures de contre saison et au pâturage

La région de Tillabéri compte 31 aménagements hydro agricoles dont 30 pour la production d...

vendredi 11 janvier 2019

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la …

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la crue

De l'autre côté de la rive, qui sert comme une sorte de gare fluviale reliant les localité...

vendredi 11 janvier 2019

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la…

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la filière

La filière de la gomme arabique a connu dans les années 60 et ce jusqu'en 1980, un essor s...

jeudi 10 janvier 2019

L'air du temps

Notre identité, nos valeurs ancestrales

Notre identité, nos valeurs ancestrales

«Un peuple sans culture est un peuple sans âme », disait l'écrivain nigérian Anthony Biako...

vendredi 11 janvier 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.