Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Mabingué Ngom, Directeur Régional du bureau de l'UNFPA pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre : "Ce projet régional va nous permettre de libérer cette force vive que nous avons en Afrique : la jeunesse"

M. Mabingué Ngom M. Mabingué Ngom

Monsieur le Directeur Régional, vous êtes au Niger dans le cadre du lancement du projet régional ''Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel'', un projet financé par la Banque Mondiale et qui aura l'accompagnement technique du bureau de l'UNFPA de l'Afrique de l'Ouest et du Centre. En quoi consiste votre engagement dans ce projet et quels sont les domaines dans lesquels votre bureau interviendra pour l'atteinte des objectifs dudit projet ?
Le projet régional ''Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel'' est un partenariat entre la Banque Mondiale et le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) en soutien de l'initiative qui a été lancée il y a de cela deux ans par le Président de la République Issoufou Mahamadou, en présence du Secrétaire Général des Nations Unies, M. Ban Ki Moon, du président de la Banque Mondiale et du directeur exécutif de l'UNFPA. L'objectif du projet est axé principalement sur l'augmentation de la demande de services en matière de santé de la reproduction et l'augmentation de l'offre de services dans le domaine, ainsi que le renforcement de capacités des organisations régionales et nationales qui travaillent dans le domaine de fournitures de ces services de santé. Comme vous le savez, les services de la santé de la reproduction jouent un rôle important en matière de développement. Surtout lorsqu'il s'agit de l'Afrique au sud du Sahara où le Dividende Démographique a un potentiel extraordinaire en termes de constitution d'une part importante pour servir des investissements dont l'Afrique au Sud du Sahara a besoin. Donc, il y a un besoin d'acuité dans la sous-région du Sahel.
Comment pensez-vous atteindre les objectifs de ce projet régional qui vient d'être lancé au Niger afin de parvenir à une contribution efficace de la mise en œuvre et de la réalisation de l'agenda 2030 pour le développement durable, et surtout de l'agenda 2063 que l'Union Africaine pense mettre en œuvre pour bâtir un Continent où le potentiel des femmes et des jeunes est réalisé ?
Ce projet régional va nous permettre de libérer cette force vive que nous avons en Afrique. Je pense à la jeunesse, particulièrement la jeune fille et la femme qui peuvent être d'un apport extraordinaire pour le développement du Continent. Vous savez, en général, les jeunes filles n'ont pas accès à une bonne éducation. L'école laisse la place à ce que nous appelons communément les mariages précoces. Donc, on oblige les filles à avoir des enfants très tôt. Toutes choses qui ne leur permettent pas de jouer un rôle en ce qui concerne la création de richesses. Nous ratons souvent d'utiliser la main-d'œuvre, de faire en sorte que la femme puisse contribuer de façon beaucoup plus importante au développement économique et social. A travers ce projet, nous allons garder les filles dans les salles de classes. Nous allons mettre en exergue des interventions qui leur permettront d'avoir accès à une formation de qualité et de décaler encore l'âge du mariage, mais également de décourager les mariages des petites filles qui sont à l'origine de beaucoup de problèmes de santé et qui contribuent également à créer des difficultés dans la marche vers le développement de la sous-région et de l'Afrique.
Il s'agit d'accélérer le développement du Continent. Par exemple, si nous investissons dans le Dividende Démographique en Afrique au Sud du Sahara à l'image des pays que nous appelons développés, nous pouvons développer 500 milliards de dollars chaque année et sur une période de plus de 30 ans. C'est une manne financière qui pourrait nous permettre un peu de relever de façon significative les conditions de vie des populations. Mais cela passe par des investissements, donc ce n'est pas automatique. Les efforts que nous avons faits pour continuer à réduire la mortalité maternelle contribuent un peu à réduire la pression que nous avons au niveau des familles à cause du taux de dépendance. Nous allons arriver à capturer ce Dividende Démographique.


Est-ce que le projet régional ''Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel'' répond aux attentes et politiques des dirigeants des pays concernés, à savoir Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad ?
Absolument ! Puisque c'est une initiative qui fait suite à l'appel lancé par les Présidents de six pays du Sahel : Burkina Faso, Côte-d'Ivoire, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad. Ce projet est financé par des dons, et les 6 pays ont souscrit aux objectifs du projet parce qu'il répond aux besoins de chaque pays. C'est un projet qui a six (6) composantes nationales. Chaque composante essaie un peu de cibler les besoins les plus pressants permettant d'accélérer la capture du Dividende Démographique.
Votre séjour au Niger vous a permis d'effectuer une séries de visites de travail dans les ''Espaces Sûrs'' de Niamey. Quel sentiment vous anime après ces visites ?
J'ai été impressionné par les efforts en cours au Niger. Efforts pour protéger la petite fille, efforts pour repositionner l'adolescent. Ces efforts méritent le soutien et l'appui de la coopération internationale pour le passage à l'échelle. Pour percevoir l'impact et le sentir au niveau des populations, il faut des actions de grandes envergures. Nous sommes heureux de voir qu'au Niger, grâce à l'action du Fonds des Nations Unies pour la Population, des autres partenaires du système de Nations Unies, nous avons un certain nombre d'initiatives qui méritent le soutien de la coopération internationale pour qu'on puisse voir réellement ces changements dans la vie des populations.
Vous avez également été à Diffa où l'UNFPA offre à des groupes cibles un paquet de services d'éducation en santé de la reproduction, en prévention des risques d'infection du VIH Sida, et aussi dans le domaine des violences basées sur le genre. Ces services entrent dans le cadre de la réponse aux urgences humanitaires dans cette région. Quel bilan tirez-vous après cette visite de terrain dans la région de Diffa ?
J'allais dire trois choses au moins. La première, c'est l'acuité des besoins des populations et la nécessité de faire en sorte que la paix, la stabilité, la sécurité reviennent pour que les souffrances infligées aux populations s'arrêtent. La 2ème chose, c'est qu'il faut absolument que les leaders communautaires puissent s'engager davantage. En outre, j'ai été très impressionné par leurs actions sur le terrain. Je pense que ce sont des actions isolées. Il y a lieu de les multiplier partout afin de faire reculer l'ignorance, la souffrance et les nombreux malentendus concernant les femmes et les jeunes quant à l'accès aux services de soins de base et à l'emploi. C'est des groupes qu'il protéger.
Quant à la question de boko haram ou celle des djihadistes, je pense que c'est la même chose que les immigrants qui meurent dans l'océan. C'est l'absence d'opportunités, d'éducation, d'emplois et d'espoir qui favorise la manipulation et l'instrumentalisation. Malheureusement, ces conflits ont un effet négatif sur les ressources budgétaires très limitées des pays comme le Niger qui sont par ailleurs obligés d'augmenter, de façon significative, les dépenses budgétaires et de sécurité au moment où la demande sociale est très forte. Je pense qu'en investissant dans la jeunesse, nous pouvons contenir beaucoup de fléaux comme boko haram, le djihadisme et l'immigration. En effet, le Niger est une zone de transit pour les immigrants, et je pense qu'il faut attaquer ce problème. C'est pourquoi, la solution militaire peut certainement aider à faire quelques progrès. Mais je pense que fondamentalement, il faut des investissements dans la demande sociale afin de faire en sorte que les jeunes puissent avoir la chance et l'opportunité de se faire valoir. Ce faisant, nous allons un peu réduire les souffrances.

Seini Seydou Zakaria(onep)

www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

M. Moussa Issaka Arzika, Secrétaire Permanent du Comité Arbitral des Recours Fiscaux (CARFI) : «Le CARFI est une instanc…

M. Moussa Issaka Arzika, Secrétaire Permanent du Comité Arbitral des Recours Fiscaux (CARFI) : «Le CARFI est une instance arbitrale nationale compétente en matière de contentieux d'impôts»

Monsieur le Secrétaire Permanent, au nombre des réformes entreprises par le gouvernement dans le secteur des finances, figure la création du CARFI. Qu'est ce que le CARFI ?Le CARFI, c'est le Comité Arbitral des Recours Fiscaux. Le Gouvernement du Niger, soucieux d'améliorer le climat des affaires dans notre pays, s'est résolument engagé dans des reformes visant à améliorer durablement les rapports entre l'Administration fiscale et les c...

M. Barkaï Issouf, ministre chargé des Relations avec les Institutions : «Le ministère s'attèle quotidiennement à assurer…

M. Barkaï Issouf, ministre chargé des Relations avec les Institutions : «Le ministère s'attèle quotidiennement à assurer la meilleure collaboration entre le Gouvernement et les autres institutions»

Pourquoi la création d'un ministère spécialement dédié aux institutions ?Avant de répondre à vos questions, permettez-moi de vous remercier et de remercier l'ONEP pour cette occasion fort salutaire que vous m'offrez pour m'adresser à vos lecteurs. Vous contribuez ainsi à faire mieux connaitre mon département ministériel, ses attributions et son rôle dans l'architecture institutionnelle et administrative de notre pays. J'en suis très rec...

Le Ministre Conseiller Spécial du Président de la République et Directeur Général de l'Agence Nationale pour l'Organisat…

Le Ministre Conseiller Spécial du Président de la République et Directeur Général de l'Agence Nationale pour l'Organisation de la Conférence de l'Union Africaine, Niger 2019 : « Toutes les exigences pour le bon déroulement de la conférence sont ident

Monsieur le Directeur Général, en créant l'Agence que vous dirigez, quelles sont les missions que le gouvernement du Niger lui a assignées?Il faut tout d'abord rappeller que les Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine ont choisi le Niger pour abriter en 2019, la 33eSession de la Conférence des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine à Niamey.C'est non seulement un signe fort de la vitalité de notre diplomatie m...

Interview du président de la Commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, l'Honorable Hamma Assah : « La hau…

Honorable, vous êtes président de la commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, pouvez-vous brièvement dire à nos lecteurs quel est le rôle de cette Commission ?Merci au journal Sahel Dimanche pour cette opportunité qu'il nous offre pour parler de la Commission de la Défense et de la Sécurité. Disons d'entrée de jeu que, selon le règlement intérieur de l'Assemblée nationale en son article 30, la Commission de la Défense et...

M. Habou Boukari, Directeur National des Archives : "Les services des Archives sont les parents pauvres de l'Admini…

Monsieur le Directeur national, le Niger dispose depuis des décennies d'un service dénommé Archives Nationales, quelles sont concrètement les missions et attributions de cette structure qui constitue quand même la mémoire de notre pays ?Aux termes de l'article 10 de l'arrêté n° 260/PM/SGG du 17 Octobre 2011, la Direction des Archives Nationales est chargée de l'identification, de la collecte, du classement et de la conservation des docu...

L'ambassadeur des Etats-Unis au Niger, SE. Mme Eunice Sharron Reddick : "La présence des soldats américains relève …

Mme l'ambassadeur, vous voilà en fin de mission après avoir passé trois années en qualité d'ambassadeur des Etats Unis au Niger. Quels ont été les principaux axes de la coopération bilatérale sur lesquels votre pays a mis l'accent ces dernières années?Je tiens d'abord à remercier le journal « Sahel Dimanche » de me donner l'opportunité de m'adresser aux millions de nigériennes et nigériens à la fin de ma mission dans votre beau pays, le...

M. Ousmane Douka Soumaila, Directeur général de l'Office National des Examens et Concours du Supérieur (ONECS) : "L…

Le 6 Juillet dernier, vous avez été primé du prix HIKIMA, mis en place par le Haut Commissariat à la Modernisation de l'Etat, le ministère de la Renaissance Culturelle et le ministère de la Fonction Publique, suite à un concours pilote entre les trois ministères en charge de l'éducation. Il s'agit de l'Education Primaire, des Enseignements Secondaires et Supérieurs, et des Enseignements Professionnels et Techniques. Pouvez-vous, Monsieu...

Interview de Mme Elback Zeinabou Tari Bako, Ministre de la Promotion et de la Protection de l'Enfant : « Le forum des Pr…

Le Niger accueille depuis le 2 octobre dernier, le Forum des premières Dames de la CEDEAO. Cette rencontre de haut niveau traite de problématiques liées à la fistule obstétricale, à la protection de l'enfant et aux MGF. Dans cet entretien, la ministre de la Promotion de la femme et de la Protection, revient sur les objectifs de ce forum et surtout les résultats attendus à l'issue des assises. Pour Mme Elback Zeinabou Tari Bako, ce forum...

M. Alma Oumarou ministre, Conseiller Spécial du Président de la République : Plus de 4600 entreprises ont été créées au …

Monsieur le ministre, le Niger a de 2011 à aujourd'hui produit plusieurs réformes relatives à l'amélioration du climat des affaires : pouvez-vous nous faire l'état des lieux de ces réformes ?L'amélioration du climat des affaires et la création des conditions favorables au développement du secteur privé nigérien ont toujours été une préoccupation majeure du Président de la République. L'Etat, ne pouvant plus à lui tout seul assurer la cr...

M. Saidou Halidou, Directeur Général de la Décentralisation et des Collectivités Territoriales : «Les élus doivent créer…

Le 6 septembre dernier, s'est tenue à Niamey, la cérémonie de notification des actes de transfert de compétences et de ressources de l'Etat aux collectivités territoriales. Quelle est la signification d'une telle cérémonie pour les acteurs de la décentralisation ?La cérémonie intervenue le 6 septembre 2017 sous le Haut patronage de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, est l'aboutissement d'un long processus...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Ces liaisons ruineuses et éphémères

Ces liaisons ruineuses et éphémères

Dot faramineuse, valise et parures pour les jeunes mariés, orchestres et uniforme pour les...

vendredi 24 novembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.