Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Mabingué Ngom, Directeur Régional du bureau de l'UNFPA pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre : "Ce projet régional va nous permettre de libérer cette force vive que nous avons en Afrique : la jeunesse"

M. Mabingué Ngom M. Mabingué Ngom

Monsieur le Directeur Régional, vous êtes au Niger dans le cadre du lancement du projet régional ''Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel'', un projet financé par la Banque Mondiale et qui aura l'accompagnement technique du bureau de l'UNFPA de l'Afrique de l'Ouest et du Centre. En quoi consiste votre engagement dans ce projet et quels sont les domaines dans lesquels votre bureau interviendra pour l'atteinte des objectifs dudit projet ?
Le projet régional ''Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel'' est un partenariat entre la Banque Mondiale et le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) en soutien de l'initiative qui a été lancée il y a de cela deux ans par le Président de la République Issoufou Mahamadou, en présence du Secrétaire Général des Nations Unies, M. Ban Ki Moon, du président de la Banque Mondiale et du directeur exécutif de l'UNFPA. L'objectif du projet est axé principalement sur l'augmentation de la demande de services en matière de santé de la reproduction et l'augmentation de l'offre de services dans le domaine, ainsi que le renforcement de capacités des organisations régionales et nationales qui travaillent dans le domaine de fournitures de ces services de santé. Comme vous le savez, les services de la santé de la reproduction jouent un rôle important en matière de développement. Surtout lorsqu'il s'agit de l'Afrique au sud du Sahara où le Dividende Démographique a un potentiel extraordinaire en termes de constitution d'une part importante pour servir des investissements dont l'Afrique au Sud du Sahara a besoin. Donc, il y a un besoin d'acuité dans la sous-région du Sahel.
Comment pensez-vous atteindre les objectifs de ce projet régional qui vient d'être lancé au Niger afin de parvenir à une contribution efficace de la mise en œuvre et de la réalisation de l'agenda 2030 pour le développement durable, et surtout de l'agenda 2063 que l'Union Africaine pense mettre en œuvre pour bâtir un Continent où le potentiel des femmes et des jeunes est réalisé ?
Ce projet régional va nous permettre de libérer cette force vive que nous avons en Afrique. Je pense à la jeunesse, particulièrement la jeune fille et la femme qui peuvent être d'un apport extraordinaire pour le développement du Continent. Vous savez, en général, les jeunes filles n'ont pas accès à une bonne éducation. L'école laisse la place à ce que nous appelons communément les mariages précoces. Donc, on oblige les filles à avoir des enfants très tôt. Toutes choses qui ne leur permettent pas de jouer un rôle en ce qui concerne la création de richesses. Nous ratons souvent d'utiliser la main-d'œuvre, de faire en sorte que la femme puisse contribuer de façon beaucoup plus importante au développement économique et social. A travers ce projet, nous allons garder les filles dans les salles de classes. Nous allons mettre en exergue des interventions qui leur permettront d'avoir accès à une formation de qualité et de décaler encore l'âge du mariage, mais également de décourager les mariages des petites filles qui sont à l'origine de beaucoup de problèmes de santé et qui contribuent également à créer des difficultés dans la marche vers le développement de la sous-région et de l'Afrique.
Il s'agit d'accélérer le développement du Continent. Par exemple, si nous investissons dans le Dividende Démographique en Afrique au Sud du Sahara à l'image des pays que nous appelons développés, nous pouvons développer 500 milliards de dollars chaque année et sur une période de plus de 30 ans. C'est une manne financière qui pourrait nous permettre un peu de relever de façon significative les conditions de vie des populations. Mais cela passe par des investissements, donc ce n'est pas automatique. Les efforts que nous avons faits pour continuer à réduire la mortalité maternelle contribuent un peu à réduire la pression que nous avons au niveau des familles à cause du taux de dépendance. Nous allons arriver à capturer ce Dividende Démographique.


Est-ce que le projet régional ''Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel'' répond aux attentes et politiques des dirigeants des pays concernés, à savoir Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad ?
Absolument ! Puisque c'est une initiative qui fait suite à l'appel lancé par les Présidents de six pays du Sahel : Burkina Faso, Côte-d'Ivoire, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad. Ce projet est financé par des dons, et les 6 pays ont souscrit aux objectifs du projet parce qu'il répond aux besoins de chaque pays. C'est un projet qui a six (6) composantes nationales. Chaque composante essaie un peu de cibler les besoins les plus pressants permettant d'accélérer la capture du Dividende Démographique.
Votre séjour au Niger vous a permis d'effectuer une séries de visites de travail dans les ''Espaces Sûrs'' de Niamey. Quel sentiment vous anime après ces visites ?
J'ai été impressionné par les efforts en cours au Niger. Efforts pour protéger la petite fille, efforts pour repositionner l'adolescent. Ces efforts méritent le soutien et l'appui de la coopération internationale pour le passage à l'échelle. Pour percevoir l'impact et le sentir au niveau des populations, il faut des actions de grandes envergures. Nous sommes heureux de voir qu'au Niger, grâce à l'action du Fonds des Nations Unies pour la Population, des autres partenaires du système de Nations Unies, nous avons un certain nombre d'initiatives qui méritent le soutien de la coopération internationale pour qu'on puisse voir réellement ces changements dans la vie des populations.
Vous avez également été à Diffa où l'UNFPA offre à des groupes cibles un paquet de services d'éducation en santé de la reproduction, en prévention des risques d'infection du VIH Sida, et aussi dans le domaine des violences basées sur le genre. Ces services entrent dans le cadre de la réponse aux urgences humanitaires dans cette région. Quel bilan tirez-vous après cette visite de terrain dans la région de Diffa ?
J'allais dire trois choses au moins. La première, c'est l'acuité des besoins des populations et la nécessité de faire en sorte que la paix, la stabilité, la sécurité reviennent pour que les souffrances infligées aux populations s'arrêtent. La 2ème chose, c'est qu'il faut absolument que les leaders communautaires puissent s'engager davantage. En outre, j'ai été très impressionné par leurs actions sur le terrain. Je pense que ce sont des actions isolées. Il y a lieu de les multiplier partout afin de faire reculer l'ignorance, la souffrance et les nombreux malentendus concernant les femmes et les jeunes quant à l'accès aux services de soins de base et à l'emploi. C'est des groupes qu'il protéger.
Quant à la question de boko haram ou celle des djihadistes, je pense que c'est la même chose que les immigrants qui meurent dans l'océan. C'est l'absence d'opportunités, d'éducation, d'emplois et d'espoir qui favorise la manipulation et l'instrumentalisation. Malheureusement, ces conflits ont un effet négatif sur les ressources budgétaires très limitées des pays comme le Niger qui sont par ailleurs obligés d'augmenter, de façon significative, les dépenses budgétaires et de sécurité au moment où la demande sociale est très forte. Je pense qu'en investissant dans la jeunesse, nous pouvons contenir beaucoup de fléaux comme boko haram, le djihadisme et l'immigration. En effet, le Niger est une zone de transit pour les immigrants, et je pense qu'il faut attaquer ce problème. C'est pourquoi, la solution militaire peut certainement aider à faire quelques progrès. Mais je pense que fondamentalement, il faut des investissements dans la demande sociale afin de faire en sorte que les jeunes puissent avoir la chance et l'opportunité de se faire valoir. Ce faisant, nous allons un peu réduire les souffrances.

Seini Seydou Zakaria(onep)

www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : …

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : "Notre vision au ProDAF, est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) »

Le ProDAF a été mis en vigueur en septembre 2015, pouvez-vous d'abord nous rappeler la vision de votre programme ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour présenter le ProDAF. En effet, la vision du ProDAF est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) à travers lesquels les producteurs ruraux soutenus par leurs organisations et les collectivités locales s'organisent, aménagent et exploitent de manière rationnell...

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun so…

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun souci majeur à propos de l'organisation des examens du baccalauréat cette année »

Monsieur le ministre, les examens du baccalauréat session 2017 sont prévus pour le 11 juillet prochain: est-ce que cette date tient et quel est le niveau des préparatifs ?Je remercie l'hebdomadaire Sahel Dimanche de me donner, en ma qualité de ministre des Enseignements supérieurs, de la recherche et de l'innovation, l'occasion de m'adresser à mes concitoyens en cette veille des examens de baccalauréat, session 2017 dans notre pays. Je ...

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faci…

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faciliter le commerce en Afrique à tous les niveaux est certaine», déclare Sadou Seydou

Monsieur le ministre, avant de rentrer dans le vif du sujet, pourriez-vous nous définir ce que c'est la ZLEC ?La ZLEC, c'est la Zone de Libre Echange Continentale. C'est un projet de l'Union africaine destiné à créer un espace économique commun pour les 55 pays du continent. La Zone de Libre Echange Continentale de l'Union africaine a pour but de booster le Commerce intra-africain, favoriser l'industrialisation du continent et d'accroit...

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas…

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas d'incidence sur la superficie du Niger», déclare M. Hamadou Mounkaila

Monsieur le Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières, le Niger a borné ses frontières avec certains de ses voisins et a passé devant la Cour internationale de La Haye pour délimiter ses frontières avec le Bénin ; or, de nombreuses personnes physiques et morales continuent à dire ou écrire que notre pays fait 1.267.000 kilomètres carrés : quelle est donc la superficie exacte du Niger en 2017 ?Je vous remercie de l'o...

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patri…

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patrimoine culturel contribue à promouvoir le respect de la diversité culturelle et de créativité»

Dans le cadre de l'application de la convention de l'UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) que notre pays a ratifiée en 2003, entrée en vigueur en 2006, des progrès significatifs sont en train d'être enregistrés suite à l'effort inlassable que mène le ministère en charge de la renaissance culturelle dans son programme de relance ou de mise en œuvre. De retour d'un séminaire organisé en Chine dans le domaine du...

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision…

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision Terrestre Numérique, si tout va bien, les émissions pourront commencer courant décembre 2017 sur l'ensemble du pays »

Monsieur le ministre, votre institution a signé une convention lors du ''Sommet Transform Africa 2017''tenu le 11 mai dernier à Kigali, au Rwanda et qui a enregistré la présence de plusieurs chefs d'Etat, dont SE M. Issoufou Mahamadou. Pouvez- vous nous donnez d'amples explications au sujet de cette convention ?Il s'agit d'un mémorandum d'entente de coopération qui fixe les principes et les conditions d'une coopération économique et tec...

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Au bord du fleuve à Tillabéri : Un carrefour d'act…

Au bord du fleuve à Tillabéri : Un carrefour d'activités commerciales et de prestation de services divers

Tillabéri, «la capitale du fleuve», chef de lieu de région du même nom est à un peu plus d...

mardi 25 juillet 2017

Campagne agricole : Les vœux d'un agropasteur

Campagne agricole : Les vœux d'un agropasteur

À quelques encablures de la commune rurale de Sansané Haoua, à environ 80 kilomètres à l'o...

mardi 25 juillet 2017

Le marché de Tillabéri : Entre tradition et modern…

Le marché de Tillabéri : Entre tradition et modernité, un marché atypique

C'est un grand marché bihebdomadaire dont les rendez-vous ont lieu tous les mercredis et d...

mardi 25 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.