Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Dr Yacouba Halidou, enseignant-chercheur au département Philosophie de l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey :''Les Sciences Humaines, qui sont des sciences de l'Homme, ont justement pour cause finale un développement équilibré, un développeme

M. Yacouba Halidou M. Yacouba Halidou

A travers la tenue du colloque international sur les Sciences Humaines et Sociales, qui s'est tenu à Niamey du 1er au 3 décembre derniers à l'initiative de l'Institut de Recherche en Sciences Humaines (IRSH), vous rendez un hommage à trois éminents chercheurs rappelés à Dieu l'année dernière et au courant de cette année. Quels sentiments cela suscite en vous?
L'hommage rendu à nos trois illustres disparus, et qui sont des aînés, Dr Diouldé Laya, Pr Harouna Sidikou et Dr Boubé Gado, est l'illustration de la perte de monuments de la pensée nigérienne, africaine, sinon mondiale. Cet hommage à ces trois scientifiques dénote aussi la nécessité de rassembler, d'inviter des spécialistes des Sciences Humaines et Sociales pour parler de la question brûlante du développement de ce Continent qui tarde à être dans l'histoire universelle.

Docteur, vous avez fait une communication axée sur la question du rapport entre les Sciences Humaines et Sociales et le Développement. Est-ce que vous pouvez nous donner la teneur de cette communication ?
Notre communication s'inscrit dans une logique, la logique sectaire du vulgaire selon qui seules les sciences de la nature, appelées aussi sciences exactes, sont capables de conduire un Etat au développement, tout en ignorant que le développement que connait l'Occident, pilote du monde, pour parler comme Heidegger, a pris ses sources dans ce que nous appelons les Sciences Humaines, et particulièrement la mère des sciences humaines à savoir la Philosophie. Le développement économique, scientifique et technique de l'Occident a une origine grecque, et une origine philosophique. C'étaient les philosophes qui ont jeté les bases d'un développement. Leurs questionnements ont permis aux scientifiques de mener leurs recherches tout au long de l'histoire. Quand Descartes disait un jour que ''l'Homme puisse devenir maître et possesseur de la nature'', vous avez vu comment les scientifiques ont essayé de relever ce défi. Le défi du développement technologique. Aujourd'hui, même si l'Homme n'est pas parvenu à maîtriser toute la nature, il est parvenu à maîtriser une bonne partie de cette nature. Mais le problème ici est de savoir si le développement se réduit uniquement à l'avoir, c'est-à-dire à la production des biens matériels. Comprendre le développement de cette façon, c'est avoir une vision à la fois sectaire et réductrice du développement. C'est ignorer que le développement n'est pas que matériel ; le développement est global, il est à la fois matériel et spirituel. Les sciences humaines, qui sont des sciences de l'Homme, ont justement pour cause finale un développement équilibré, un développement qui tient compte de la dimension humaine. Un développement qui ne tient pas compte de la dimension humaine fera de l'Homme ce que Platon appelle un ''poumon marin''. Nous n'avons pas besoin de ce type de développement. Et c'est justement parce que l'Occident n'a pas besoin de ce type de développement que les spécialistes des Sciences Humaines, n'ont cessé d'interroger les productions scientifiques et technologiques dans le but spécifiquement d'humaniser le développement économique, d'éviter la techno-science, d'éviter la dérive barbare de la civilisation technicienne de notre temps.
L'objectif poursuivi par les sciences humaines, c'est de faire en sorte que le développement ait un fondement éthique. C'est de donner un visage humain au développement économique, un visage humain au développement scientifique, un visage humain au développement technologique.
Nous avons aujourd'hui beaucoup de choses que les spécialistes des Sciences Humaines sont en train de proposer pour que le développement soit un développement soutenable, ce qu'on appelle un développement humain. Un développement qui tient compte non seulement de nous-mêmes en tant qu'êtres présents, mais également des êtres qui ne sont pas encore, c'est-à-dire des générations futures. Les générations futures ne seront même pas là si nous ne faisons pas attention, d'où toute l'actualité par rapport à cette conférence internationale qui se tient actuellement en France sur le changement climatique. Et nous Africains, nous oublions surtout que le développement ne peut pas provenir uniquement des progrès scientifiques et techniques. Le développement ne peut découler que des progrès scientifiques, technologiques et littéraires. Les sciences humaines sont des sciences de l'esprit, ce qu'on appelle aussi les sciences molles. Ces sciences là ont pour objectif de produire ce qu'on appelle des citoyens critiques, de créer ''la responsabilité cosmopolitique'' pour reprendre la formule du philosophe de la Sorbonne, Pr Ives Charles Zarka.


Cette ''responsabilité cosmopolitique'' nous amène à prendre conscience de tout ce que nous faisons, d'être responsable. Et la responsabilité, comme le disait Platon il y a de cela 25 siècles, ''appartient à celui qui choisit''. Chaque fois que nous choisissons un mode de développement, nous devons comprendre pourquoi nous avons choisi ce mode de développement ; est-ce que ce mode de développement nous convient réellement ? Nous devons voir les tenants et aboutissants de ce mode de développement ; interroger et de réinterroger les perspectives critiques de ce mode de développement que nous voulons appliquer. Parce qu'on ne développe pas pour développer, on développe pour l'Homme. C'est pourquoi le développement, selon les Sciences Humaines et Sociales, a pour alpha et oméga l'Homme ; il a pour alpha et oméga le sens anthropologique. C'est pour éviter une dérive barbare au développement technologique que les sciences humaines combattent au moyen de leurs méthodes critiques, au moyen de leurs analyses. C'est cela la réalité.

Comment appréciez-vous le fait que certains Etats africains mettent en marge les Sciences Humaines et Sociales dans la recherche des voies menant au développement ?
C'est une erreur monumentale que commettent beaucoup de décideurs politiques en Afrique en croyant à l'inutilité des sciences humaines. Dans le monde politique, eux-mêmes qui sont dirigeants, parlent dans une langue ; ils cherchent à se faire comprendre, d'où la nécessité des lettres. Si on dit qu'il y a un département Arts et Lettres Modernes, les gens doivent savoir son utilité. Il faut savoir bien parler parce qu'un malentendu peut être la cause d'un conflit. Or, qui dit conflit, dit entorse à la paix ; laquelle paix est la condition première, originelle et fondamentale de tout développement. D'où l'utilité des Sciences Humaines. Les Sciences Humaines participent à la paix, à la construction d'un cadre paisible, à la construction d'une vie sociopolitique apaisée. Les Sciences Humaines tracent la voie royale qui conduit à une bonne pratique démocratique. Parce que les Sciences Humaines sont aussi éducation. Education à la citoyenneté républicaine, éducation qui produit des citoyens critiques. Nous disons que dans cette ère de démocratie, l'esprit critique que produit l'éducation en Sciences Humaines est indispensable. Parce que c'est l'esprit critique qui permet au citoyen de faire le bon choix, de distinguer le démagogue du véritable homme d'Etat, de distinguer celui qui le flatte de celui qui lui dit la vérité, que cela lui plaise ou non ; son vrai ami, c'est justement celui qui lui dit la vérité ; cette vérité pratique et actiologique, c'est cela l'un des objectifs de la recherche en Sciences Humaines et Sociales.

Docteur, pour vous, quel est le comportement que les décideurs africains doivent avoir vis-à-vis des Sciences Humaines et Sociales ?
Le comportement que les décideurs africains doivent avoir vis-à-vis des Sciences Humaines et Sociales, comme vis-à-vis des sciences dites exactes ou Sciences de la Nature, c'est de financer la recherche. La recherche en Sciences Humaines permet de tracer les pistes possibles du développement de l'Afrique, de créer les conditions d'une économie spiritualisée, d'une politique spiritualisée, d'une technologie spiritualisée, d'une médecine spiritualisée, d'une religion spiritualisée. Donc, elle permet à toutes les productions scientifiques, économiques, politiques et culturelles d'avoir un fondement éthique. Le fondement éthique, le bien, la morale, est à la base de tout. Et la morale dont il est ici question, c'est la morale qui nous enseigne le bien. Le bien qui est fondé non pas sur des principes subjectifs et contingents, mais nécessaires et universels, c'est-à-dire acceptables par tous. C'est à ce bien que veulent nous conduire justement les spécialistes des Sciences Humaines selon leurs méthodes respectives. Les sociologues ont leur méthode d'investigation, les psychologues ont la leur, les philosophes ont la leur, les linguistes ont la leur, les historiens ont la leur, les géographes ont la leur. Et toutes ces méthodes convergent pour donner une méthode qui tient compte du fondement d'un développement équilibré et pluridimensionnel. L'Homme est tout. L'Homme n'est pas qu'économique. L'Homme est religieux, l'Homme aime l'argent, l'Homme aime la voiture, l'Homme aime tout. Donc, tenir compte uniquement d'un aspect, c'est faire entorse aux besoins de l'Homme et aux besoins de la société. Et les Sciences Humaines sont au carrefour d'un développement équilibré dont a besoin l'humanité, et dont ont besoin les Etats africains.
Oumarou Moussa
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une …

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une logique de développement durable»

Monsieur le gouverneur, depuis 2011, le ''Programme de la Renaissance'' est mis en œuvre dans toutes les régions du Niger. Quelles sont ses réalisations dans la région d'Agadez et quel commentaire cela suscite-t-il en vous?Il faut noter que la région a abrité la fête tournante du18 décembre ''Agadez SOKNI 2016''. A travers cet évènement, un certain nombre d'indicateurs font aujourd'hui qu'Agadez s'est définitivement tourné vers le progr...

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie d…

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie de l'AMP-UEMOA''

M. le Médiateur, vous avez organisé, cette semaine au Parc du W, la réunion de l'Association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. Pouvez-vous nous donner la substance des échanges que vous avez eus avec vos collègues de l'UEMOA ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler des activités de notre association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. C'est vrai que cette semaine nous avions accueilli nos co...

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril …

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril nous permet de rappeler la rébellion, de parler de l'unité nationale, d'un Niger dans lequel tous ses enfants se sentent solidaire

Créée en 1995 pour suivre la mise en œuvre des accords de paix de 1995 et des autres protocoles additionnels à ces accords intervenus en 1998, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), qui est rattachée à la Présidence de la République, est chargée entre autres de l'analyse prospectrice, de la prévention et de la gestion des crises et des conflits. Dans cette interview réalisée à moins d'une semaine de la célébration de la...

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus diffi…

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus difficile est derrière nous, et qu'il reste à consolider et à pérenniser la paix''.

Monsieur le gouverneur, quelles sont les réalisations effectuées dans les différents secteurs de la vie socio-économique de la Région de Diffa?Malgré la situation sécuritaire difficile qui constitue une entrave à toutes les activités dans la région de Diffa, la mise en œuvre du Programme de la Renaissance acte II se fait de façon assez bonne, comparativement aux autres régions. Ainsi, on peut retenir, dans les secteurs prioritaires, les...

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Oues…

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre : «Depuis sa création en 1907, l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) ne cesse de lutter pour les droits des

Madame, vous avez été élue, le 26 février dernier à Cartagena des Indes, en Colombie, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre. Pouvez-vous nous dire les conditions dans lesquelles se sont déroulées ces élections et quels pays le Niger avait comme challengers?Je vous remercie pour cette opportunité que vous me donnez de vous parler de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) et...

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face…

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face aux défis sécuritaires multiformes qui menacent ses efforts de développement, de renforcement de sa jeune démocratie et de modern

Mon Général, vous êtes le directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS). Veuillez nous présenter cette structure, nouvelle au Niger, et qu'on a l'habitude de voir que dans les pays développés ?Je voudrais tout d'abord vous remercier pour l'opportunité que vous me donner de parler du CNESS. D'emblée, je dirai que le CNESS est un outil d'aide à la décision, autrement dit un ''think tank'' au service de l'Etat e...

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rie…

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rien n'est acquis pour Africard et rien n'est encore perdu pour le Niger''

Le tribunal de Nanterre a rendu sa décision le 14 mars dernier dans l'affaire qui oppose l'Etat du Niger à Africard. Quelle lecture vous inspire ladite décision ?Merci. Par rapport à cette décision, il faut retenir tout d'abord que c'est une décision avant dire droit, c'est-à-dire un jugement accessoire qui se rapporte à une question qui se rattache à la conduite du procès, mais qui n'est pas le procès proprement dit. En d'autres termes...

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif…

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif consistant à éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail ou des conditions dans lesquelles celui

La Médecine de travail est une activité professionnelle reconnue par l'Organisation Internationale de Travail OIT et par plusieurs autres organismes internationaux dont l'OMS. Notre pays est d'ailleurs signataire des principaux instruments internationaux qui régissent cette discipline spécialisée. Seulement, force est de constater que, jusqu'à un passé récent, elle n'est pratiquement pas exercée ici, et même si c'est le cas, peu d'impor...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Préparatifs du mois béni de Ramadan : Disponibilit…

Préparatifs du mois béni de Ramadan : Disponibilité des céréales à Katako pour couvrir les besoins des populations

A quelques heures du début du mois béni de Ramadan, les prix des céréales tels que le mil,...

jeudi 25 mai 2017

Les syndicats des commerçants rassurent les consom…

Les syndicats des commerçants rassurent les consommateurs de la stabilité des prix du sucre

A l'approche du mois béni de Ramadan, la revue à la hausse des prix des produits de grande...

jeudi 25 mai 2017

La hausse des prix de certains produits commence à…

La hausse des prix de certains produits commence à se faire sentir

La vente des produits de première nécessité est une activité pratiquée par nombre de Nigér...

jeudi 25 mai 2017

L'air du temps

Sucre de ramadan : solidarité à grande échelle

Sucre de ramadan : solidarité à grande échelle

En cette veille du mois béni du Ramadan, tous les chemins mènent aux magasins de vente de ...

jeudi 25 mai 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.