Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Dr Yacouba Halidou, enseignant-chercheur au département Philosophie de l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey :''Les Sciences Humaines, qui sont des sciences de l'Homme, ont justement pour cause finale un développement équilibré, un développeme

M. Yacouba Halidou M. Yacouba Halidou

A travers la tenue du colloque international sur les Sciences Humaines et Sociales, qui s'est tenu à Niamey du 1er au 3 décembre derniers à l'initiative de l'Institut de Recherche en Sciences Humaines (IRSH), vous rendez un hommage à trois éminents chercheurs rappelés à Dieu l'année dernière et au courant de cette année. Quels sentiments cela suscite en vous?
L'hommage rendu à nos trois illustres disparus, et qui sont des aînés, Dr Diouldé Laya, Pr Harouna Sidikou et Dr Boubé Gado, est l'illustration de la perte de monuments de la pensée nigérienne, africaine, sinon mondiale. Cet hommage à ces trois scientifiques dénote aussi la nécessité de rassembler, d'inviter des spécialistes des Sciences Humaines et Sociales pour parler de la question brûlante du développement de ce Continent qui tarde à être dans l'histoire universelle.

Docteur, vous avez fait une communication axée sur la question du rapport entre les Sciences Humaines et Sociales et le Développement. Est-ce que vous pouvez nous donner la teneur de cette communication ?
Notre communication s'inscrit dans une logique, la logique sectaire du vulgaire selon qui seules les sciences de la nature, appelées aussi sciences exactes, sont capables de conduire un Etat au développement, tout en ignorant que le développement que connait l'Occident, pilote du monde, pour parler comme Heidegger, a pris ses sources dans ce que nous appelons les Sciences Humaines, et particulièrement la mère des sciences humaines à savoir la Philosophie. Le développement économique, scientifique et technique de l'Occident a une origine grecque, et une origine philosophique. C'étaient les philosophes qui ont jeté les bases d'un développement. Leurs questionnements ont permis aux scientifiques de mener leurs recherches tout au long de l'histoire. Quand Descartes disait un jour que ''l'Homme puisse devenir maître et possesseur de la nature'', vous avez vu comment les scientifiques ont essayé de relever ce défi. Le défi du développement technologique. Aujourd'hui, même si l'Homme n'est pas parvenu à maîtriser toute la nature, il est parvenu à maîtriser une bonne partie de cette nature. Mais le problème ici est de savoir si le développement se réduit uniquement à l'avoir, c'est-à-dire à la production des biens matériels. Comprendre le développement de cette façon, c'est avoir une vision à la fois sectaire et réductrice du développement. C'est ignorer que le développement n'est pas que matériel ; le développement est global, il est à la fois matériel et spirituel. Les sciences humaines, qui sont des sciences de l'Homme, ont justement pour cause finale un développement équilibré, un développement qui tient compte de la dimension humaine. Un développement qui ne tient pas compte de la dimension humaine fera de l'Homme ce que Platon appelle un ''poumon marin''. Nous n'avons pas besoin de ce type de développement. Et c'est justement parce que l'Occident n'a pas besoin de ce type de développement que les spécialistes des Sciences Humaines, n'ont cessé d'interroger les productions scientifiques et technologiques dans le but spécifiquement d'humaniser le développement économique, d'éviter la techno-science, d'éviter la dérive barbare de la civilisation technicienne de notre temps.
L'objectif poursuivi par les sciences humaines, c'est de faire en sorte que le développement ait un fondement éthique. C'est de donner un visage humain au développement économique, un visage humain au développement scientifique, un visage humain au développement technologique.
Nous avons aujourd'hui beaucoup de choses que les spécialistes des Sciences Humaines sont en train de proposer pour que le développement soit un développement soutenable, ce qu'on appelle un développement humain. Un développement qui tient compte non seulement de nous-mêmes en tant qu'êtres présents, mais également des êtres qui ne sont pas encore, c'est-à-dire des générations futures. Les générations futures ne seront même pas là si nous ne faisons pas attention, d'où toute l'actualité par rapport à cette conférence internationale qui se tient actuellement en France sur le changement climatique. Et nous Africains, nous oublions surtout que le développement ne peut pas provenir uniquement des progrès scientifiques et techniques. Le développement ne peut découler que des progrès scientifiques, technologiques et littéraires. Les sciences humaines sont des sciences de l'esprit, ce qu'on appelle aussi les sciences molles. Ces sciences là ont pour objectif de produire ce qu'on appelle des citoyens critiques, de créer ''la responsabilité cosmopolitique'' pour reprendre la formule du philosophe de la Sorbonne, Pr Ives Charles Zarka.


Cette ''responsabilité cosmopolitique'' nous amène à prendre conscience de tout ce que nous faisons, d'être responsable. Et la responsabilité, comme le disait Platon il y a de cela 25 siècles, ''appartient à celui qui choisit''. Chaque fois que nous choisissons un mode de développement, nous devons comprendre pourquoi nous avons choisi ce mode de développement ; est-ce que ce mode de développement nous convient réellement ? Nous devons voir les tenants et aboutissants de ce mode de développement ; interroger et de réinterroger les perspectives critiques de ce mode de développement que nous voulons appliquer. Parce qu'on ne développe pas pour développer, on développe pour l'Homme. C'est pourquoi le développement, selon les Sciences Humaines et Sociales, a pour alpha et oméga l'Homme ; il a pour alpha et oméga le sens anthropologique. C'est pour éviter une dérive barbare au développement technologique que les sciences humaines combattent au moyen de leurs méthodes critiques, au moyen de leurs analyses. C'est cela la réalité.

Comment appréciez-vous le fait que certains Etats africains mettent en marge les Sciences Humaines et Sociales dans la recherche des voies menant au développement ?
C'est une erreur monumentale que commettent beaucoup de décideurs politiques en Afrique en croyant à l'inutilité des sciences humaines. Dans le monde politique, eux-mêmes qui sont dirigeants, parlent dans une langue ; ils cherchent à se faire comprendre, d'où la nécessité des lettres. Si on dit qu'il y a un département Arts et Lettres Modernes, les gens doivent savoir son utilité. Il faut savoir bien parler parce qu'un malentendu peut être la cause d'un conflit. Or, qui dit conflit, dit entorse à la paix ; laquelle paix est la condition première, originelle et fondamentale de tout développement. D'où l'utilité des Sciences Humaines. Les Sciences Humaines participent à la paix, à la construction d'un cadre paisible, à la construction d'une vie sociopolitique apaisée. Les Sciences Humaines tracent la voie royale qui conduit à une bonne pratique démocratique. Parce que les Sciences Humaines sont aussi éducation. Education à la citoyenneté républicaine, éducation qui produit des citoyens critiques. Nous disons que dans cette ère de démocratie, l'esprit critique que produit l'éducation en Sciences Humaines est indispensable. Parce que c'est l'esprit critique qui permet au citoyen de faire le bon choix, de distinguer le démagogue du véritable homme d'Etat, de distinguer celui qui le flatte de celui qui lui dit la vérité, que cela lui plaise ou non ; son vrai ami, c'est justement celui qui lui dit la vérité ; cette vérité pratique et actiologique, c'est cela l'un des objectifs de la recherche en Sciences Humaines et Sociales.

Docteur, pour vous, quel est le comportement que les décideurs africains doivent avoir vis-à-vis des Sciences Humaines et Sociales ?
Le comportement que les décideurs africains doivent avoir vis-à-vis des Sciences Humaines et Sociales, comme vis-à-vis des sciences dites exactes ou Sciences de la Nature, c'est de financer la recherche. La recherche en Sciences Humaines permet de tracer les pistes possibles du développement de l'Afrique, de créer les conditions d'une économie spiritualisée, d'une politique spiritualisée, d'une technologie spiritualisée, d'une médecine spiritualisée, d'une religion spiritualisée. Donc, elle permet à toutes les productions scientifiques, économiques, politiques et culturelles d'avoir un fondement éthique. Le fondement éthique, le bien, la morale, est à la base de tout. Et la morale dont il est ici question, c'est la morale qui nous enseigne le bien. Le bien qui est fondé non pas sur des principes subjectifs et contingents, mais nécessaires et universels, c'est-à-dire acceptables par tous. C'est à ce bien que veulent nous conduire justement les spécialistes des Sciences Humaines selon leurs méthodes respectives. Les sociologues ont leur méthode d'investigation, les psychologues ont la leur, les philosophes ont la leur, les linguistes ont la leur, les historiens ont la leur, les géographes ont la leur. Et toutes ces méthodes convergent pour donner une méthode qui tient compte du fondement d'un développement équilibré et pluridimensionnel. L'Homme est tout. L'Homme n'est pas qu'économique. L'Homme est religieux, l'Homme aime l'argent, l'Homme aime la voiture, l'Homme aime tout. Donc, tenir compte uniquement d'un aspect, c'est faire entorse aux besoins de l'Homme et aux besoins de la société. Et les Sciences Humaines sont au carrefour d'un développement équilibré dont a besoin l'humanité, et dont ont besoin les Etats africains.
Oumarou Moussa
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement P…

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»

Docteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans c...

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement…

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU): ''Nous avons estimé qu'il était utile de présenter les résultats auxquels nous sommes parvenus à l'ensemble des

Vous avez organisé hier, dans les locaux de l'Académie des Arts Martiaux, une journée portes ouvertes sur les activités du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU). Quels sont les objectifs que vous avez assignés à cette journée ?Nous sommes très satisfaits de l'organisation de cette journée parce que la participation a été très au-delà de ce à quoi nous nous sommes attendus. En réalité, au nive...

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decro…

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decroly répond parfaitement à la prise de conscience des parents quant à leur implication dans la gestion et le fonctionnement de l'éco

Madame la directrice, les écoles Decroly représentent une nouvelle conception de l'école publique. Pouvez-vous nous présenter le Complexe Scolaire Communautaire Decroly que vous dirigez et nous faire la genèse de sa création ?Tout récemment, en début de ce mois de décembre, notre école a reçu la visite de la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou. Et ce fut pour nous une occasion idéale de faire découvrir aux uns et aux autres l'école De...

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo …

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : ''La critique d'art permet d'aller vers le fond de l'excellence, de ne pas se satisfaire de petites choses, ni aussi d

La filière ASLAC du Département des Lettres, Arts et Communication de l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey a organisé, du 25 au 31 janvier 2017, une formation sur le module Critique d'Art. Quel était l'objectif que vous visiez à travers une telle initiative?Je crois qu'on peut dire qu'il n'y a pas un seul objectif, il y en a plusieurs. Tout d'abord, le premier, c'est le besoin de faire grandir l'art, la communauté artistique, no...

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité mac…

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité macroéconomique et à atteindre les objectifs de développement définis dans le Document d'Orientations Economiques pour la période 201

Monsieur Ntamatungiro Joseph, vous êtes au Niger depuis un an et demi en qualité de Représentant Résident du Fonds Monétaire International. Comment appréciez-vous les relations entre le FMI et le Niger ?Les relations entre le FMI et le Niger sont excellentes. Comme vous le savez, le Niger est membre du FMI depuis le 24 avril 1963. A ce titre, il bénéficie des services offerts par le FMI. En l'occurrence, le FMI accompagne le Niger dans ...

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule so…

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule solution qui s'offre à nous est la diversification des économies nationales ; solution unique pour résister au mieux aux chocs exogè

Monsieur le Secrétaire Exécutif, comment se porte aujourd'hui le marché international du pétrole ?Nous pouvons dire que le marché international du pétrole se porte de mieux en mieux. Il est en convalescence parce qu'il sort d'une longue période de baisse drastique qui a trop fait souffrir les économies des pays producteurs. Rappelons qu'en 2013, le baril de pétrole était coté à 140 dollars US, puis à 115 dollars US en juin 2014, légèrem...

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplem…

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplement vérifier les effets nocifs de certains produits contre l'asthme qui étaient déjà sur le marché »

Dr Raphiou, vous avez en compagnie d'autres chercheurs, mené deux études concernant les effets d'un produit pharmaceutique pour le traitement de l'asthme. Quel était l'objectif visé à travers ces deux études ?Je vous remercie pour cette opportunité que vous m'offrez de parler de la recherche. Je vous précise de prime abord que je suis nigérien et que j'étais au Lycée Issa Korombé de Niamey avant de poursuivre mes études aux Etats Unis e...

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, d…

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, des Affaires Coutumières et Religieuses, président du comité interministériel de négociation avec tous les syndicats du Niger : « L

Monsieur le ministre d'Etat, nous assistons ces derniers temps à une certaine agitation du fait de la société civile et de l'opposition. L'opposition d'abord, dans sa déclaration du 17 décembre 2016 a demandé au Président de la République de démissionner. Puis, la société civile qui a organisé, le 21 décembre 2016, une marche suivie de meeting au cours duquel elle accuse le gouvernement de dévoyer la démocratie au Niger. Quel commentair...

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que …

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que les Nigériens sont respectueux des us et coutumes de leurs pays d'accueil, et très rarement on les voit impliqués dans des problèm

M. l'ambassadeur, vous représentez l'Etat du Niger dans un vaste pays comme la Chine. Quelle appréciation faites-vous de la coopération sino nigérienne?Tout d'abord je voudrai remercier les autorités de notre pays pour la confiance placée en ma modeste personne pour diriger notre mission diplomatique en République Populaire de Chine. Je remercie également l'ONEP pour l'opportunité que vous m'offrez afin de m'exprimer dans les colonnes d...

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un …

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un stade de maturité pouvant lui garantir sa promotion et son développement.''

Monsieur le ministre, la 38ème édition du Sabre National débutera dimanche prochain dans l'arène Hamidine Maïdaré de Tahoua. Quelles sont les impressions qui vous animent à la veille de la tenue de ce grand événement ?Je suis animé par un sentiment de grande joie à la veille de ce grand événement, car pour la 38ème fois, l'ensemble des Nigériens se retrouveront dans la communion des cœurs et des esprits pour célébrer le Sabre National q...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !

Audiences

Dossier

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bo…

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bouteilles et la sécurité des équipements

Depuis que le Niger est devenu pays producteur et exportateur de pétrole, les populations ...

jeudi 23 février 2017

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Le Niger a initié, depuis les années 90, un programme national de l'énergie domestique, po...

jeudi 23 février 2017

Des utilisateurs témoignent

Des utilisateurs témoignent

Mme Aïssa ZakariJ'utilise les bouteilles de gaz depuis plusieurs années. Je possède en réa...

jeudi 23 février 2017

L'air du temps

Assainir l'école

Assainir l'école

L'actualité de ces dernières semaines est en train de se cristalliser autour de l'école ni...

jeudi 23 février 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.