Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Boubé Ibrahim, président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) : «Globalement, nous sommes techniquement prêts car nous déroulons, jusqu'ici, nos activités conformément au chronogramme adopté par la CENI»

M. Boubé Ibrahim M. Boubé Ibrahim

Monsieur le président, la CENI est en activité depuis des mois. Quel bilan pouvez-vous faire sur ces activités ?
En termes de bilan, je peux dire que celui-ci est globalement positif pour la bonne et simple raison que, de manière générale, les activités, que nous avons menées jusqu'ici, ont respecté le chronogramme adopté par la CENI. Pour prendre un exemple qui cadre avec l'actualité, à savoir la distribution des cartes d'électeur, celle-ci a effectivement démarré comme prévu le 21 janvier. C'est une étape importante du processus électoral. En outre, nous sommes sur le point de procéder à la nomination des responsables des commissions décentralisées de la CENI. De même, l'impression des bulletins et autres documents électoraux est en voie de lancement.
Vous savez aussi que nous avons procédé à l'inventaire physique du matériel électoral et assuré une série de formations de renforcement des capacités des membres de la CENI et de différents acteurs électoraux. Nous sommes par ailleurs sur le point de lancer notre campagne de sensibilisation et d'information et nous sommes en train de mettre en place les conditions pour un bon colisage et une bonne mise en place du matériel électoral à l'échelle du pays.
Pour parler de bilan toujours, mais au chapitre, cette fois, de la coopération avec les partenaires, permettez-moi de saluer leur disponibilité constante et leur engagement résolu. Au titre de la coopération multilatérale, je voudrais citer le PNUD qui, à travers le Programme d'appui au processus électoral au Niger (PACEN), nous a permis d'élaborer un plan de communication et une stratégie de mise en œuvre. Je voudrais rendre hommage également à la Commission électorale du Nigéria, INEC, dont nous avons rencontré, récemment, à Abuja, les plus hauts responsables qui ont bien voulu accepter de mettre à notre disposition un appui logistique important composé essentiellement d'urnes, de matériel roulant, de dispositifs en termes de sécurisation des scrutins dans les zones de notre pays frontalières du Nigéria et soumises à l'insécurité. Enfin, je voudrais saluer l'appui financier de la CEDEAO dans le cadre de l'atteinte des objectifs fixés par le Protocole Additionnel sur la Démocratie et la Bonne Gouvernance ainsi que l'assistance de l'organisation Internationale de la Francophonie (OIF) dont l'expertise avérée en matière de gestion de processus électoraux, a permis d'aboutir à un consensus sur le Fichier électoral nigérien.

Monsieur le président, quelles garanties donnez-vous quant à l'indépendance de la CENI ?
Tout d'abord, le principe de l'indépendance de la CENI est inscrit dans la Loi fondamentale qui, en son article 6, dit que c'est la CENI qui est « en charge de l'organisation, du déroulement et de la supervision des opérations de vote » et qu' «elle en proclame les résultats provisoires ». Ensuite, la loi organique déterminant les modalités d'organisation et de fonctionnement de la CENI, en son article 1er, dit que « la CENI est indépendante de tout pouvoir, autorité ou organisation. Elle jouit de l'autonomie de gestion, d'organisation et de fonctionnement ».
Comme vous pouvez le constater, le cadre juridique définissant et garantissant notre indépendance est on ne peut plus clair.
La question du fichier électoral, justement, a trouvé un dénouement heureux. Les différents acteurs ont salué le travail de l'OIF. Malgré tout, quelles assurances donner sur la fiabilité du fichier ?
La première assurance à donner quant à la fiabilité du fichier réside tout simplement dans le consensus trouvé par la classe politique, toutes tendances confondues, autour de ce fichier. Ensuite, l'OIF, elle-même, avait déclaré, vous vous en souvenez, que ce fichier était fiable, sous réserve toutefois de la prise en compte de ses recommandations. Ce qui a été fait, aussitôt, par le Comité d'observateurs nationaux, auquel je réitère toute la gratitude de la CENI pour la qualité du travail accompli.
L'un dans l'autre, les insuffisances constatées relativement au fichier devraient permettre à la CENI ainsi qu'aux autorités administratives compétentes à tous les niveaux, de mûrir la réflexion quant à l'élaboration, pour l'avenir, d'un état civil nigérien efficient et à même de faciliter l'établissement d'un fichier biométrique unique et national avec comme objectif essentiel de produire une liste exhaustive avec photo faciale de tous les citoyens en âge de voter.
Certains suspectent le Ministère de l'Intérieur sur toutes les questions liées aux élections. Quelle est la nature de vos rapports avec ce ministère ?
Le Ministère de l'Intérieur est en charge, comme vous le savez, de la tutelle des partis politiques. Et les partis politiques sont les principaux acteurs partenaires de la CENI. Les rapports de la CENI avec le ministère de l'intérieur sont donc des rapports qui s'inscrivent dans le cadre de ce partenariat avec les partis politiques. Pour le reste, ces rapports se définissent en termes d'appui et d'accompagnement à apporter par le gouvernement à la CENI dans le cadre de la mise en œuvre du processus électoral. Le ministère de l'intérieur sert d'interface à cet égard. Enfin, je puis vous assurer que le Ministère de l'Intérieur, contrairement à une idée reçue, n'interfère pas dans les affaires de la CENI.



La CENI est-elle techniquement et financièrement prête pour les élections du 21 février ?
Techniquement, oui, car comme je l'ai dit, globalement, nous déroulons, jusqu'ici, nos activités conformément au chronogramme adopté par la CENI. Financièrement, il n'y a pas de souci majeur, là également, dans la mesure où aussi bien l'Etat que les partenaires extérieurs continuent de nous assurer de leur soutien et de leur disponibilité.
Vous avez reçu à Niamey plusieurs missions de la CEDEAO et des Nations-Unies. Quelle est l'implication de ces organisations dans la conduite du processus électoral ?
Nous avons effectivement reçu la visite de nombreuses organisations régionales et sous-régionales. Ce sont des visites de courtoisie qui nous confortent dans notre conviction que notre mission est de la plus haute importance. Certaines de ces organisations ont déjà apporté leur assistance à la CENI, c'est le cas de l'OIF. D'autres, telles que l'UA et la CEDEAO, ont promis d'apporter leur soutien au processus électoral nigérien. Toutes ces organisations sont donc à nos côtés et demeurent attentives au déroulement du processus électoral en cours dans notre pays. C'est le lieu, encore une fois, de leur faire part de la profonde gratitude de la CENI et de notre disponibilité à œuvrer pour le renforcement de notre coopération avec l'ensemble de ces partenaires.
Quelles sont les actions de communication envisagées par la CENI pour informer régulièrement la population sur vos activités ?
Comme je l'indiquais, tantôt, nous sommes sur le point de lancer notre campagne de communication. Les supports de communication sont en cours de finalisation et des outils de communication sont également prévus dans ce même cadre. Ils vont concerner la campagne de distribution des cartes d'électeur, qui va s'achever le 20 février. Ce qui veut dire que le jour du vote, le 21 février, il sera impossible pour tout électeur de retirer sa carte. C'est pourquoi j'invite instamment chaque électrice et chaque électeur à retirer, dès à présent, sa carte, et donc à ne pas attendre le dernier moment pour le faire. Les électeurs peuvent retirer leurs cartes chez les chefs de quartier, de village, de tribu ou de groupement.
Notre campagne de communication va porter également sur la mobilisation en vue des scrutins présidentiel et législatif du 21 février. Les électrices et les électeurs nigériens, femmes et jeunes en particulier, doivent se mobiliser pour aller voter massivement.

Quelles sont les activités à venir à l'agenda de la CENI ?

Outre le lancement de notre campagne de communication, que je viens d'aborder, nous nous attelons également aux préparatifs du lancement de notre site web, du colisage et de la mise en place du matériel électoral. Ceci requiert, comme vous le savez, d'importants moyens logistiques et financiers. Il en de même de l'impression des bulletins et autres documents électoraux. En outre, nous sommes en train de nous pencher sur la question de l'accréditation des observateurs nationaux et internationaux dont on sait le rôle clé qui est le leur en ce qui concerne l'observation électorale.
En ce qui concerne la formation, il est envisagé une activité essentielle, à savoir la formation des formateurs. Ce qui va donner lieu à une série de formations en cascade au niveau de tous les démembrements de la CENI, au niveau des régions. C'est une phase importante du processus électoral car sans ressources humaines bien formées, ce processus peut être compromis.
Votre mot de la fin ?
Le mot de la fin sera tout simplement un appel à la mobilisation des électeurs pour que, d'une part, chaque électeur retire sa carte avant le 20 février, dernier délai, et, d'autre part, pour que les nigériens, dans leur ensemble, se mobilisent pour aller voter massivement le 21 février dans le cadre des élections présidentielles 1er tour, couplées aux législatives. Car, si voter est un droit, c'est aussi et surtout un devoir.
Propos recueillis par Assane Soumana(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie d…

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie de l'AMP-UEMOA''

M. le Médiateur, vous avez organisé, cette semaine au Parc du W, la réunion de l'Association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. Pouvez-vous nous donner la substance des échanges que vous avez eus avec vos collègues de l'UEMOA ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler des activités de notre association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. C'est vrai que cette semaine nous avions accueilli nos co...

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril …

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril nous permet de rappeler la rébellion, de parler de l'unité nationale, d'un Niger dans lequel tous ses enfants se sentent solidaire

Créée en 1995 pour suivre la mise en œuvre des accords de paix de 1995 et des autres protocoles additionnels à ces accords intervenus en 1998, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), qui est rattachée à la Présidence de la République, est chargée entre autres de l'analyse prospectrice, de la prévention et de la gestion des crises et des conflits. Dans cette interview réalisée à moins d'une semaine de la célébration de la...

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus diffi…

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus difficile est derrière nous, et qu'il reste à consolider et à pérenniser la paix''.

Monsieur le gouverneur, quelles sont les réalisations effectuées dans les différents secteurs de la vie socio-économique de la Région de Diffa?Malgré la situation sécuritaire difficile qui constitue une entrave à toutes les activités dans la région de Diffa, la mise en œuvre du Programme de la Renaissance acte II se fait de façon assez bonne, comparativement aux autres régions. Ainsi, on peut retenir, dans les secteurs prioritaires, les...

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Oues…

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre : «Depuis sa création en 1907, l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) ne cesse de lutter pour les droits des

Madame, vous avez été élue, le 26 février dernier à Cartagena des Indes, en Colombie, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre. Pouvez-vous nous dire les conditions dans lesquelles se sont déroulées ces élections et quels pays le Niger avait comme challengers?Je vous remercie pour cette opportunité que vous me donnez de vous parler de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) et...

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face…

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face aux défis sécuritaires multiformes qui menacent ses efforts de développement, de renforcement de sa jeune démocratie et de modern

Mon Général, vous êtes le directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS). Veuillez nous présenter cette structure, nouvelle au Niger, et qu'on a l'habitude de voir que dans les pays développés ?Je voudrais tout d'abord vous remercier pour l'opportunité que vous me donner de parler du CNESS. D'emblée, je dirai que le CNESS est un outil d'aide à la décision, autrement dit un ''think tank'' au service de l'Etat e...

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rie…

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rien n'est acquis pour Africard et rien n'est encore perdu pour le Niger''

Le tribunal de Nanterre a rendu sa décision le 14 mars dernier dans l'affaire qui oppose l'Etat du Niger à Africard. Quelle lecture vous inspire ladite décision ?Merci. Par rapport à cette décision, il faut retenir tout d'abord que c'est une décision avant dire droit, c'est-à-dire un jugement accessoire qui se rapporte à une question qui se rattache à la conduite du procès, mais qui n'est pas le procès proprement dit. En d'autres termes...

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif…

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif consistant à éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail ou des conditions dans lesquelles celui

La Médecine de travail est une activité professionnelle reconnue par l'Organisation Internationale de Travail OIT et par plusieurs autres organismes internationaux dont l'OMS. Notre pays est d'ailleurs signataire des principaux instruments internationaux qui régissent cette discipline spécialisée. Seulement, force est de constater que, jusqu'à un passé récent, elle n'est pratiquement pas exercée ici, et même si c'est le cas, peu d'impor...

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouverne…

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouvernement : ''Zinaria'', ''Délou'', et ''L'arbre sans fruit'', films présentés par le Niger, constituent de réels espoirs pour remporte

M. le ministre, vous avez assisté, hier au stade municipal Issoufou Joseph Konambo, à l'ouverture du 25ème Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou avec une forte présence des acteurs du cinéma africain et mondial. Peut-on connaitre les impressions qui vous animent à l'issue de cette cérémonie grandiose ?C'était une cérémonie dont la grandeur ne peut se mesurer qu'à la gloire du FESPACO. Les autorités politiques...

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement P…

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»

Docteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans c...

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement…

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU): ''Nous avons estimé qu'il était utile de présenter les résultats auxquels nous sommes parvenus à l'ensemble des

Vous avez organisé hier, dans les locaux de l'Académie des Arts Martiaux, une journée portes ouvertes sur les activités du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU). Quels sont les objectifs que vous avez assignés à cette journée ?Nous sommes très satisfaits de l'organisation de cette journée parce que la participation a été très au-delà de ce à quoi nous nous sommes attendus. En réalité, au nive...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Ruée vers l'or à Tanda-Boundou, Commune rurale de …

Ruée vers l'or à Tanda-Boundou, Commune rurale de Liboré : De l'engouement aux questionnements

Or ou pas or dans le village de Tanda-Boundou, dans la Commune rurale de Liboré ? C'est la...

jeudi 27 avril 2017

Ambiance de marché sur le site de fouille aurifère…

Ambiance de marché sur le site de fouille aurifère de Tanda-Boundou

Pour se rendre sur le site de fouille d'or du village de Tanda-Boundou, sis entre Malam Ko...

jeudi 27 avril 2017

L'Initiative 3N : Un programme qui marque un chang…

L'Initiative 3N : Un programme qui marque un changement de comportement dans la région de Dosso

L'Initiative 3N, faudrait-il le rappeler, est un programme ambitieux, une vision du Présid...

vendredi 21 avril 2017

L'air du temps

Ces ruées vers l'or qui soulèvent des foules

Ces ruées vers l'or qui soulèvent des foules

Vers la fin de l'année 2014, ils ont déferlé, en bravant les dunes et les tempêtes de sabl...

jeudi 27 avril 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.