Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Boubé Ibrahim, président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) : «Globalement, nous sommes techniquement prêts car nous déroulons, jusqu'ici, nos activités conformément au chronogramme adopté par la CENI»

M. Boubé Ibrahim M. Boubé Ibrahim

Monsieur le président, la CENI est en activité depuis des mois. Quel bilan pouvez-vous faire sur ces activités ?
En termes de bilan, je peux dire que celui-ci est globalement positif pour la bonne et simple raison que, de manière générale, les activités, que nous avons menées jusqu'ici, ont respecté le chronogramme adopté par la CENI. Pour prendre un exemple qui cadre avec l'actualité, à savoir la distribution des cartes d'électeur, celle-ci a effectivement démarré comme prévu le 21 janvier. C'est une étape importante du processus électoral. En outre, nous sommes sur le point de procéder à la nomination des responsables des commissions décentralisées de la CENI. De même, l'impression des bulletins et autres documents électoraux est en voie de lancement.
Vous savez aussi que nous avons procédé à l'inventaire physique du matériel électoral et assuré une série de formations de renforcement des capacités des membres de la CENI et de différents acteurs électoraux. Nous sommes par ailleurs sur le point de lancer notre campagne de sensibilisation et d'information et nous sommes en train de mettre en place les conditions pour un bon colisage et une bonne mise en place du matériel électoral à l'échelle du pays.
Pour parler de bilan toujours, mais au chapitre, cette fois, de la coopération avec les partenaires, permettez-moi de saluer leur disponibilité constante et leur engagement résolu. Au titre de la coopération multilatérale, je voudrais citer le PNUD qui, à travers le Programme d'appui au processus électoral au Niger (PACEN), nous a permis d'élaborer un plan de communication et une stratégie de mise en œuvre. Je voudrais rendre hommage également à la Commission électorale du Nigéria, INEC, dont nous avons rencontré, récemment, à Abuja, les plus hauts responsables qui ont bien voulu accepter de mettre à notre disposition un appui logistique important composé essentiellement d'urnes, de matériel roulant, de dispositifs en termes de sécurisation des scrutins dans les zones de notre pays frontalières du Nigéria et soumises à l'insécurité. Enfin, je voudrais saluer l'appui financier de la CEDEAO dans le cadre de l'atteinte des objectifs fixés par le Protocole Additionnel sur la Démocratie et la Bonne Gouvernance ainsi que l'assistance de l'organisation Internationale de la Francophonie (OIF) dont l'expertise avérée en matière de gestion de processus électoraux, a permis d'aboutir à un consensus sur le Fichier électoral nigérien.

Monsieur le président, quelles garanties donnez-vous quant à l'indépendance de la CENI ?
Tout d'abord, le principe de l'indépendance de la CENI est inscrit dans la Loi fondamentale qui, en son article 6, dit que c'est la CENI qui est « en charge de l'organisation, du déroulement et de la supervision des opérations de vote » et qu' «elle en proclame les résultats provisoires ». Ensuite, la loi organique déterminant les modalités d'organisation et de fonctionnement de la CENI, en son article 1er, dit que « la CENI est indépendante de tout pouvoir, autorité ou organisation. Elle jouit de l'autonomie de gestion, d'organisation et de fonctionnement ».
Comme vous pouvez le constater, le cadre juridique définissant et garantissant notre indépendance est on ne peut plus clair.
La question du fichier électoral, justement, a trouvé un dénouement heureux. Les différents acteurs ont salué le travail de l'OIF. Malgré tout, quelles assurances donner sur la fiabilité du fichier ?
La première assurance à donner quant à la fiabilité du fichier réside tout simplement dans le consensus trouvé par la classe politique, toutes tendances confondues, autour de ce fichier. Ensuite, l'OIF, elle-même, avait déclaré, vous vous en souvenez, que ce fichier était fiable, sous réserve toutefois de la prise en compte de ses recommandations. Ce qui a été fait, aussitôt, par le Comité d'observateurs nationaux, auquel je réitère toute la gratitude de la CENI pour la qualité du travail accompli.
L'un dans l'autre, les insuffisances constatées relativement au fichier devraient permettre à la CENI ainsi qu'aux autorités administratives compétentes à tous les niveaux, de mûrir la réflexion quant à l'élaboration, pour l'avenir, d'un état civil nigérien efficient et à même de faciliter l'établissement d'un fichier biométrique unique et national avec comme objectif essentiel de produire une liste exhaustive avec photo faciale de tous les citoyens en âge de voter.
Certains suspectent le Ministère de l'Intérieur sur toutes les questions liées aux élections. Quelle est la nature de vos rapports avec ce ministère ?
Le Ministère de l'Intérieur est en charge, comme vous le savez, de la tutelle des partis politiques. Et les partis politiques sont les principaux acteurs partenaires de la CENI. Les rapports de la CENI avec le ministère de l'intérieur sont donc des rapports qui s'inscrivent dans le cadre de ce partenariat avec les partis politiques. Pour le reste, ces rapports se définissent en termes d'appui et d'accompagnement à apporter par le gouvernement à la CENI dans le cadre de la mise en œuvre du processus électoral. Le ministère de l'intérieur sert d'interface à cet égard. Enfin, je puis vous assurer que le Ministère de l'Intérieur, contrairement à une idée reçue, n'interfère pas dans les affaires de la CENI.



La CENI est-elle techniquement et financièrement prête pour les élections du 21 février ?
Techniquement, oui, car comme je l'ai dit, globalement, nous déroulons, jusqu'ici, nos activités conformément au chronogramme adopté par la CENI. Financièrement, il n'y a pas de souci majeur, là également, dans la mesure où aussi bien l'Etat que les partenaires extérieurs continuent de nous assurer de leur soutien et de leur disponibilité.
Vous avez reçu à Niamey plusieurs missions de la CEDEAO et des Nations-Unies. Quelle est l'implication de ces organisations dans la conduite du processus électoral ?
Nous avons effectivement reçu la visite de nombreuses organisations régionales et sous-régionales. Ce sont des visites de courtoisie qui nous confortent dans notre conviction que notre mission est de la plus haute importance. Certaines de ces organisations ont déjà apporté leur assistance à la CENI, c'est le cas de l'OIF. D'autres, telles que l'UA et la CEDEAO, ont promis d'apporter leur soutien au processus électoral nigérien. Toutes ces organisations sont donc à nos côtés et demeurent attentives au déroulement du processus électoral en cours dans notre pays. C'est le lieu, encore une fois, de leur faire part de la profonde gratitude de la CENI et de notre disponibilité à œuvrer pour le renforcement de notre coopération avec l'ensemble de ces partenaires.
Quelles sont les actions de communication envisagées par la CENI pour informer régulièrement la population sur vos activités ?
Comme je l'indiquais, tantôt, nous sommes sur le point de lancer notre campagne de communication. Les supports de communication sont en cours de finalisation et des outils de communication sont également prévus dans ce même cadre. Ils vont concerner la campagne de distribution des cartes d'électeur, qui va s'achever le 20 février. Ce qui veut dire que le jour du vote, le 21 février, il sera impossible pour tout électeur de retirer sa carte. C'est pourquoi j'invite instamment chaque électrice et chaque électeur à retirer, dès à présent, sa carte, et donc à ne pas attendre le dernier moment pour le faire. Les électeurs peuvent retirer leurs cartes chez les chefs de quartier, de village, de tribu ou de groupement.
Notre campagne de communication va porter également sur la mobilisation en vue des scrutins présidentiel et législatif du 21 février. Les électrices et les électeurs nigériens, femmes et jeunes en particulier, doivent se mobiliser pour aller voter massivement.

Quelles sont les activités à venir à l'agenda de la CENI ?

Outre le lancement de notre campagne de communication, que je viens d'aborder, nous nous attelons également aux préparatifs du lancement de notre site web, du colisage et de la mise en place du matériel électoral. Ceci requiert, comme vous le savez, d'importants moyens logistiques et financiers. Il en de même de l'impression des bulletins et autres documents électoraux. En outre, nous sommes en train de nous pencher sur la question de l'accréditation des observateurs nationaux et internationaux dont on sait le rôle clé qui est le leur en ce qui concerne l'observation électorale.
En ce qui concerne la formation, il est envisagé une activité essentielle, à savoir la formation des formateurs. Ce qui va donner lieu à une série de formations en cascade au niveau de tous les démembrements de la CENI, au niveau des régions. C'est une phase importante du processus électoral car sans ressources humaines bien formées, ce processus peut être compromis.
Votre mot de la fin ?
Le mot de la fin sera tout simplement un appel à la mobilisation des électeurs pour que, d'une part, chaque électeur retire sa carte avant le 20 février, dernier délai, et, d'autre part, pour que les nigériens, dans leur ensemble, se mobilisent pour aller voter massivement le 21 février dans le cadre des élections présidentielles 1er tour, couplées aux législatives. Car, si voter est un droit, c'est aussi et surtout un devoir.
Propos recueillis par Assane Soumana(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement P…

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»

Docteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans c...

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement…

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU): ''Nous avons estimé qu'il était utile de présenter les résultats auxquels nous sommes parvenus à l'ensemble des

Vous avez organisé hier, dans les locaux de l'Académie des Arts Martiaux, une journée portes ouvertes sur les activités du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU). Quels sont les objectifs que vous avez assignés à cette journée ?Nous sommes très satisfaits de l'organisation de cette journée parce que la participation a été très au-delà de ce à quoi nous nous sommes attendus. En réalité, au nive...

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decro…

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decroly répond parfaitement à la prise de conscience des parents quant à leur implication dans la gestion et le fonctionnement de l'éco

Madame la directrice, les écoles Decroly représentent une nouvelle conception de l'école publique. Pouvez-vous nous présenter le Complexe Scolaire Communautaire Decroly que vous dirigez et nous faire la genèse de sa création ?Tout récemment, en début de ce mois de décembre, notre école a reçu la visite de la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou. Et ce fut pour nous une occasion idéale de faire découvrir aux uns et aux autres l'école De...

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo …

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : ''La critique d'art permet d'aller vers le fond de l'excellence, de ne pas se satisfaire de petites choses, ni aussi d

La filière ASLAC du Département des Lettres, Arts et Communication de l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey a organisé, du 25 au 31 janvier 2017, une formation sur le module Critique d'Art. Quel était l'objectif que vous visiez à travers une telle initiative?Je crois qu'on peut dire qu'il n'y a pas un seul objectif, il y en a plusieurs. Tout d'abord, le premier, c'est le besoin de faire grandir l'art, la communauté artistique, no...

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité mac…

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité macroéconomique et à atteindre les objectifs de développement définis dans le Document d'Orientations Economiques pour la période 201

Monsieur Ntamatungiro Joseph, vous êtes au Niger depuis un an et demi en qualité de Représentant Résident du Fonds Monétaire International. Comment appréciez-vous les relations entre le FMI et le Niger ?Les relations entre le FMI et le Niger sont excellentes. Comme vous le savez, le Niger est membre du FMI depuis le 24 avril 1963. A ce titre, il bénéficie des services offerts par le FMI. En l'occurrence, le FMI accompagne le Niger dans ...

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule so…

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule solution qui s'offre à nous est la diversification des économies nationales ; solution unique pour résister au mieux aux chocs exogè

Monsieur le Secrétaire Exécutif, comment se porte aujourd'hui le marché international du pétrole ?Nous pouvons dire que le marché international du pétrole se porte de mieux en mieux. Il est en convalescence parce qu'il sort d'une longue période de baisse drastique qui a trop fait souffrir les économies des pays producteurs. Rappelons qu'en 2013, le baril de pétrole était coté à 140 dollars US, puis à 115 dollars US en juin 2014, légèrem...

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplem…

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplement vérifier les effets nocifs de certains produits contre l'asthme qui étaient déjà sur le marché »

Dr Raphiou, vous avez en compagnie d'autres chercheurs, mené deux études concernant les effets d'un produit pharmaceutique pour le traitement de l'asthme. Quel était l'objectif visé à travers ces deux études ?Je vous remercie pour cette opportunité que vous m'offrez de parler de la recherche. Je vous précise de prime abord que je suis nigérien et que j'étais au Lycée Issa Korombé de Niamey avant de poursuivre mes études aux Etats Unis e...

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, d…

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, des Affaires Coutumières et Religieuses, président du comité interministériel de négociation avec tous les syndicats du Niger : « L

Monsieur le ministre d'Etat, nous assistons ces derniers temps à une certaine agitation du fait de la société civile et de l'opposition. L'opposition d'abord, dans sa déclaration du 17 décembre 2016 a demandé au Président de la République de démissionner. Puis, la société civile qui a organisé, le 21 décembre 2016, une marche suivie de meeting au cours duquel elle accuse le gouvernement de dévoyer la démocratie au Niger. Quel commentair...

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que …

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que les Nigériens sont respectueux des us et coutumes de leurs pays d'accueil, et très rarement on les voit impliqués dans des problèm

M. l'ambassadeur, vous représentez l'Etat du Niger dans un vaste pays comme la Chine. Quelle appréciation faites-vous de la coopération sino nigérienne?Tout d'abord je voudrai remercier les autorités de notre pays pour la confiance placée en ma modeste personne pour diriger notre mission diplomatique en République Populaire de Chine. Je remercie également l'ONEP pour l'opportunité que vous m'offrez afin de m'exprimer dans les colonnes d...

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un …

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un stade de maturité pouvant lui garantir sa promotion et son développement.''

Monsieur le ministre, la 38ème édition du Sabre National débutera dimanche prochain dans l'arène Hamidine Maïdaré de Tahoua. Quelles sont les impressions qui vous animent à la veille de la tenue de ce grand événement ?Je suis animé par un sentiment de grande joie à la veille de ce grand événement, car pour la 38ème fois, l'ensemble des Nigériens se retrouveront dans la communion des cœurs et des esprits pour célébrer le Sabre National q...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !

Audiences

Dossier

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bo…

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bouteilles et la sécurité des équipements

Depuis que le Niger est devenu pays producteur et exportateur de pétrole, les populations ...

jeudi 23 février 2017

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Le Niger a initié, depuis les années 90, un programme national de l'énergie domestique, po...

jeudi 23 février 2017

Des utilisateurs témoignent

Des utilisateurs témoignent

Mme Aïssa ZakariJ'utilise les bouteilles de gaz depuis plusieurs années. Je possède en réa...

jeudi 23 février 2017

L'air du temps

Assainir l'école

Assainir l'école

L'actualité de ces dernières semaines est en train de se cristalliser autour de l'école ni...

jeudi 23 février 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.