Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Donko Djagou Balogou, vice-président de la Haute Autorité de l'Audiovisuel et de la Communication (HAAC) du Togo : «Au niveau du Conseil Supérieur de la Communication, nous avons constaté une certaine mobilisation qui a permis à cette instance des

invitEn mission de travail au Niger, le Vice-président de la Haute Autorité de l'Audiovisuel et de la Communication (HAAC) du Togo, M. Donko Djagou Balogou, a effectué, hier matin, une visite à l'Office National d'Edition et de Presse (ONEP) où il s'est entretenu avec les responsables de l'organe sur le fonctionnement de cette entreprise de presse avant de visiter les services dont l'imprimerie où sont tirées les deux publications de l'Office. Il était accompagné lors de cette visite par le vice-président du Conseil Supérieur de la Communication du Niger, M. Ali Ousseini Sountalma. Nous avons saisi l'opportunité de cette visite pour recueillir ses impressions sur le rôle et les devoirs des médias dans le processus électoral.
Monsieur le président, pouvez-vous nous expliquer dans quel cadre précisément se situe votre visite au Niger ?
Merci de l'opportunité que vous nous offrez pour nous exprimer dans les colonnes de l'hebdomadaire ''Sahel Dimanche''. Nous sommes arrivé à Niamey le mardi dernier, dans le cadre des élections générales que le Niger s'active à organiser le 21 février prochain. Disons que je représente d'abord la Haute Autorité de l'Audiovisuel et de la Communication (HAAC) qui est membre du Réseau Interafricain des Communicateurs. C'est un réseau au sein duquel il y a des échanges entre les membres. C'est pourquoi nous avons saisi cette occasion pour venir partager l'expérience nigérienne en matière de régulation des élections. Et nous avons pu constater que les expériences sont similaires. Nous connaissons les mêmes réalités, mais avec quelques nuances.
Nous avons eu à visiter l'Office de Radiodiffusion et Télévision du Niger (ORTN) où nous avons justement constaté que beaucoup de choses se sont passées. Il y a eu un contentieux entre le Conseil Supérieur de la Communication et les responsables de cet Office. Malheureusement, nous avons pu relever que ce contentieux s'est déroulé au détriment des populations, ce que nous avons un peu déploré parce que les populations n'ont pas bénéficié d'informations comme il le faut. Actuellement, nous sommes à la veille de la clôture de la campagne électorale, et le problème n'a pas été réglé, ce qui est dommage. Nous estimons que cela doit servir d'exemple à tous pour les prochaines consultations électorales afin que de tels problèmes puissent rapidement être solutionnés.
C'est avec surprise que j'ai constaté l'engagement, le dévouement des agents de l'ONEP et les efforts personnels fournis par les responsables de cette entreprise de presse

Par ailleurs, nous avons visité le studio de la Télévision nationale. Là, nous avons constaté les efforts consentis dans la transition vers le numérique. Je pense également qu'ici, au niveau de l'Office National d'Edition et de Presse (ONEP), il y a du progrès. Les anciens matériels sont en train d'être remplacés. Il y a d'ailleurs un bâtiment qui est en pleine construction, ce qui dénote l'effort considérable fait par les responsables de l'ONEP. J'avoue qu'au Togo, la modernisation des installations se fait également, mais à un rythme plus lent. C'est avec surprise que j'ai constaté l'engagement, le dévouement des agents de l'ONEP et les efforts personnels fournis par les responsables de cette entreprise de presse. En découvrant l'Office National d'Edition et de Presse, j'ai relevé que les réalités de cette entreprise de presse sont les mêmes que les nôtres, à quelques nuances près. C'est dire que nous avons tiré une expérience enrichissante, ce qui nous permettra également de revoir notre manière de faire.

Pouvez-vous nous édifier sur l'expérience des médias togolais dans la couverture des élections ?
Disons que nous avons fait au moins deux ou trois élections au cours de notre mandature. Ce que j'ai pu relever, c'est que les textes que la Haute Autorité de l'Audiovisuel et de la Communication a produits ont des contenus similaires avec ceux du Niger. Ce qui n'est pas surprenant dans la mesure où nos deux pays partagent les mêmes expériences. Au Togo, les journalistes ont bénéficié de formations avérées en matière de couverture électorale avec le soutien de la Haute Autorité de l'Audiovisuel et de la Communication. Cette institution a même produit des textes afin de permettre aux journalistes de bien faire leur travail, d'autant plus que la HAAC a reçu des félicitations des organisations internationales par rapport à la régulation des médias en période électorale. Cela a été pour nous un satisfecit.

Comment appréciez-vous le travail de régulation mené par le Conseil Supérieur de la Communication en cette période électorale?
Il faut dire qu'au niveau du Conseil Supérieur de la Communication, nous avons constaté une certaine mobilisation qui a permis à cette instance des médias d'être à l'avant-garde de la régulation, d'anticiper sur les événements en produisant des documents qui sont des instruments juridiques importants pour l'exécution des tâches par les professionnels des médias. Et nous estimons que ce sur plan, le Conseil Supérieur de la Communication a fait un travail considérable, un travail salutaire. Je saisis cette occasion pour saluer mes collègues du CSC pour ce travail abattu en ce qui concerne la régulation de la période électorale. C'est vrai que dans l'effort de l'excellence, il y a toujours des problèmes. Ce qui est le cas actuellement au Niger avec le contentieux que le Conseil Supérieur de la Communication est en train de gérer. Ce contentieux ne connait pas encore un aboutissement. Malheureusement, comme je l'ai dit tantôt, ce contentieux est intervenu au détriment des populations qui devraient être bénéficiaires des informations de premières mains pouvant leur permettre d'aller aux élections. A part cela, je pense que c'est également une crise de croissance. Je peux l'interpréter ainsi et j'estime que c'est un pas de plus que le Conseil Supérieur de la Communication est en train de franchir pour des lendemains meilleurs.

Vous avez visité l'Office National d'Edition et de Presse (ONEP), éditeur des deux journaux, le quotidien ''Le Sahel'' et l'hebdomadaire ''Sahel Dimanche''. Comment appréciez-vous les publications de cet Office ?
Moi, j'ai apprécié surtout sa publication consacrée aux quinze (15) candidats engagés aux élections présidentielles. Ce qui m'a fasciné, c'est la Une du ''Sahel Dimanche'', celui du 12 février 2016, où toutes les photos des candidats ont été passées, avec au milieu un fauteuil portant une grosse interrogation dont la signification est : ''qui va occuper ce fauteuil ?''. Je pense que l'image est frappante, et le premier électeur qui tombe sur ce numéro est immédiatement fasciné. Le lecteur a besoin de lire parce que la Une attire. Nous pensons que c'est un effort d'imagination. Par la suite, j'ai parcouru aussi les autres pages du journal. Et je pense qu'un travail intéressant est en train d'être effectué par mes collègues ici présents. Je disais tout à l'heure aux responsables de la Rédaction et de la Technique de l'ONEP que l'un des problèmes récurrents de nos rédactions, c'est la jeunesse de nos journalistes. Certains n'ont pas l'expérience, et il va falloir les amener progressivement à acquérir ces expériences afin qu'ils puissent se perfectionner. A la jeune génération des journalistes nigériens, je leur souhaite bon vent. Nous disons aussi à cette jeunesse que celle de Togo est disposée à collaborer avec elle pour un meilleur devenir de notre corporation.
Nous avons au Niger, tout comme au Togo, des écoles de formation et des journalistes aguerris. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle nous avons effectué ce déplacement afin de voir en quoi le Niger a un plus que le Togo n'a pas, et qu'il faut partager avec les journalistes togolais. Vous savez que nous ambitionnons d'organiser, très prochainement, des élections. Et j'estime que notre voyage au Niger, comme d'autres que nous avions effectués au Bénin et en Côte d'Ivoire, vont permettre à la Haute Autorité de l'Audiovisuel et de la Communication de revoir ses textes en matière de la publicité électorale. Cette dernière est payante dans certains pays, ce qui n'est pas le cas au Togo. Je pense que c'est une nouvelle expérience que nous allons également tenter parce qu'il faut permettre aux entreprises de presse de pouvoir prospérer. Nous avions eu un débat à ce sujet avec les organisations de presse qui avaient demandé dans quelle mesure elles peuvent publier les pots payants des candidats. Mais nous avions été embêtés parce que nous estimons que le principe d'égalité doit prévaloir. Nous souhaitons quand même que le débat se poursuive afin de trouver la voie idoine qui puisse permettre définitivement de régler ces incompréhensions.

Quelles appréciations faites-vous des contenus des médias nigériens par rapport à la couverture des informations relatives aux élections générales du 21 février 2016 ?
Je pense que, d'une matière générale, quand on est en symbiose avec la structure de régulation, le travail se fait facilement. Mais s'il y a des chicanes, des dérapages, il est difficile de rectifier le tir. Nous pensons que globalement, le travail des médias nigériens se déroule dans de bonnes conditions. Les reportages, les couvertures médiatiques, les messages et entretiens que je suis sur les différentes télévisions se font dans les normes de la déontologie et de l'éthique, dans le respect des textes édités par le Conseil Supérieur de la Communication. Sur ce point, je pense que nous sommes au même diapason avec le CSC. En conclusion, je dirai que la coopération agissante interafricaine se porte bien.

Hassane Daouda(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : …

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : "Notre vision au ProDAF, est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) »

Le ProDAF a été mis en vigueur en septembre 2015, pouvez-vous d'abord nous rappeler la vision de votre programme ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour présenter le ProDAF. En effet, la vision du ProDAF est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) à travers lesquels les producteurs ruraux soutenus par leurs organisations et les collectivités locales s'organisent, aménagent et exploitent de manière rationnell...

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun so…

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun souci majeur à propos de l'organisation des examens du baccalauréat cette année »

Monsieur le ministre, les examens du baccalauréat session 2017 sont prévus pour le 11 juillet prochain: est-ce que cette date tient et quel est le niveau des préparatifs ?Je remercie l'hebdomadaire Sahel Dimanche de me donner, en ma qualité de ministre des Enseignements supérieurs, de la recherche et de l'innovation, l'occasion de m'adresser à mes concitoyens en cette veille des examens de baccalauréat, session 2017 dans notre pays. Je ...

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faci…

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faciliter le commerce en Afrique à tous les niveaux est certaine», déclare Sadou Seydou

Monsieur le ministre, avant de rentrer dans le vif du sujet, pourriez-vous nous définir ce que c'est la ZLEC ?La ZLEC, c'est la Zone de Libre Echange Continentale. C'est un projet de l'Union africaine destiné à créer un espace économique commun pour les 55 pays du continent. La Zone de Libre Echange Continentale de l'Union africaine a pour but de booster le Commerce intra-africain, favoriser l'industrialisation du continent et d'accroit...

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas…

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas d'incidence sur la superficie du Niger», déclare M. Hamadou Mounkaila

Monsieur le Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières, le Niger a borné ses frontières avec certains de ses voisins et a passé devant la Cour internationale de La Haye pour délimiter ses frontières avec le Bénin ; or, de nombreuses personnes physiques et morales continuent à dire ou écrire que notre pays fait 1.267.000 kilomètres carrés : quelle est donc la superficie exacte du Niger en 2017 ?Je vous remercie de l'o...

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patri…

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patrimoine culturel contribue à promouvoir le respect de la diversité culturelle et de créativité»

Dans le cadre de l'application de la convention de l'UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) que notre pays a ratifiée en 2003, entrée en vigueur en 2006, des progrès significatifs sont en train d'être enregistrés suite à l'effort inlassable que mène le ministère en charge de la renaissance culturelle dans son programme de relance ou de mise en œuvre. De retour d'un séminaire organisé en Chine dans le domaine du...

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision…

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision Terrestre Numérique, si tout va bien, les émissions pourront commencer courant décembre 2017 sur l'ensemble du pays »

Monsieur le ministre, votre institution a signé une convention lors du ''Sommet Transform Africa 2017''tenu le 11 mai dernier à Kigali, au Rwanda et qui a enregistré la présence de plusieurs chefs d'Etat, dont SE M. Issoufou Mahamadou. Pouvez- vous nous donnez d'amples explications au sujet de cette convention ?Il s'agit d'un mémorandum d'entente de coopération qui fixe les principes et les conditions d'une coopération économique et tec...

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Problématique de la disponibilité et de la gestion…

Problématique de la disponibilité et de la gestion du sang au niveau des centres de soins de Niamey : Entre insuffisance et sous-information

La quantité de sang reçue par le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) est actuel...

vendredi 21 juillet 2017

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispos…

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispositions prises pour éviter toute fraude

Le Centre Hospitalier Régional de Niamey, communément appelé maternité Poudrière, dispose ...

vendredi 21 juillet 2017

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidélise…

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidéliser les donneurs

Tchémaya qui signifie en haoussa, tchéton rey na mataa daa yara autrement dit sauver la vi...

vendredi 21 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.