Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Idé Issaka, président du Comité Olympique et Sportif du Niger (COSNI) : ''Dans la phase de préparation aux Jeux Olympiques, l'athlète qualifié a forcément besoin du soutien de son pays''.

invitM. le président, dans quelques mois, la ville de Rio de Janeiro au Brésil accueillera les Jeux Olympiques 2016. Le Niger sera-t-il présent à ces jeux ?
Je voudrais d'abord dire que la 31ème édition des Jeux Olympiques se déroulera du 5 au 21 août 2016 à Rio de Janeiro au Brésil. A la date du 16 février 2016, il restera exactement 171 jours. La ville de Rio sera donc l'hôte des Jeux de la 31ème Olympiade. Le programme des jeux de Rio comprend 34 épreuves et plus de 7. 800 athlètes y participeront.
Pour répondre à la question qui consiste à savoir si notre pays, le Niger, prendra part à ce grand évènement, nous répondons par l'affirmatif. L'Etat, le COSNI et les Fédérations Nationales Sportives s'activent pour sélectionner les athlètes et officiels qui vont représenter notre pays à ce grand rendez-vous mondial du sport. Notre pays a déjà participé à plusieurs olympiades, guidé par l'esprit du Baron Pierre de Coubertin, précurseur des Jeux Olympiques de l'ère moderne, qui disait que pour assurer une universalité aux Jeux ''L'essentiel est de participer''. Mais aujourd'hui au Niger, nous pensons qu'il faut évoluer en assurant à notre pays une participation qualitative et beaucoup plus honorable, consistant à chercher des qualifications et non se contenter des invitations délivrées dans le cadre de l'universalité. C'est pourquoi nous nous réjouissons de la qualification de notre athlète du Taekwondo, Alfaga, qui a ouvert le chemin aux autres boursiers olympiques nigériens. Et nous pensons qu'avec une réelle implication de l'Etat du Niger, d'autres boursiers du judo, de l'athlétisme et de la natation pourront lui emboîter le pas.
M. le président, quel est l'apport du COSNI dans le cadre de la préparation des athlètes nigériens qui participeront à ces jeux olympiques 2016 ?
Pour répondre à votre question, l'apport du COSNI ne peut être que la mise en œuvre du programme de la Solidarité Olympique en collaboration avec le Comité d'Organisation des Jeux Olympiques.
En ce qui concerne la préparation des athlètes, grâce au programme de la Solidarité Olympique du CIO, notre pays a bénéficié de cinq (5) bourses olympiques dans les disciplines ci-après : deux (2) en natation, une (1) en athlétisme, une (1) en taekwondo et une (1) en judo.
Pour assurer la préparation de ces athlètes, le COSNI a mobilisé une somme de 36 millions de Francs CFA. En ce qui concerne plus particulièrement le taekwondo, la fédération ayant constaté que les conditions locales ne permettaient pas à son athlète de se perfectionner davantage, elle a approché le COSNI pour lui demander de l'aider à lui trouver un entraînement de haut niveau.
Sachant que le CIO ne reconnait malheureusement aucun centre spécialisé d'entrainement pour le taekwondo, au vu des performances de l'athlète, le COSNI a dû faire appel à des relations, souvent personnelles, pour confier l'athlète Alfaga à un entraîneur allemand qui a accepté de l'entraîner sur la base de sa simple bourse locale. C'est le lieu de saluer au passage ce type de collaboration entre les fédérations sportives et leur institution faîtière qui est le COSNI.
Pour les quatre autres athlètes, leur préparation se fait localement et un rapport technique est soumis périodiquement à la Solidarité Olympique, pour apprécier l'évolution de leur préparation. La bourse intègre l'équipement, le transport, la participation à des compétitions internationales qualifiantes, et les pécules de l'athlète versées mensuellement. Avant les Jeux, le COSNI, négocie des bourses olympiques pour les athlètes qui doivent préparer leur qualification aux JO et leur préparation en collaboration bien sûr avec les Fédérations Nationales, tandis que pendant les Jeux, le COSNI conduit et encadre la délégation afin qu'athlètes et officiels bénéficient des meilleures conditions de séjour et de compétitions.
Notons qu'en général, ce sont les Etats qui prennent en charge l'essentiel des dépenses liées à la participation de la délégation du pays aux Jeux Olympiques. Il s'agit notamment des frais de transport et de logement des dignitaires, des frais d'équipement des athlètes et des officiels, ainsi que les frais relatifs à d'autres services indispensables.
D'autres athlètes nigériens, à l'image de Alfaga en Taekwondo, se sont brillamment qualifiés pour Rio 2016. Selon vous, quel apport les autorités nigériennes doivent-elles consentir afin de soutenir nos athlètes et leur permettre de réaliser de bons résultats à Rio ?
L'athlète, dans cette phase, a besoin d'avoir confiance en lui-même et doit savoir que dans cette campagne, il a tout le soutien et l'accompagnement approprié de son pays, de sa famille, de sa fédération sportive et aussi de ses amis et frères pour qui il doit servir d'exemple. La préparation des Jeux Olympiques commence dès que les précédents jeux sont terminés. L'athlète aura quatre années pour se préparer. Dans ce cas, les fédérations sportives doivent être en mesure de proposer des athlètes compétitifs au CNO, pour la recherche éventuelle de bourses olympiques et de cartes d'invitation (dans le cadre de l'universalité), et pour le lancement du programme de préparation.
Dans la phase de préparation aux jeux, l'athlète qualifié a forcément besoin du soutien de son pays, en collaboration étroite avec le Comité National Olympique et la Fédération Sportive de l'athlète en question. Des moyens plus conséquents doivent lui être alloués pour lui permettre de participer aux différentes compétitions régionales et internationales, pour sa mise en jambe.
Ceci est tout aussi valable pour les disciplines qui sont encore dans la phase qualificative. Le soutien de l'Etat est indispensable pour aider les athlètes. Il en va ainsi des athlètes du judo, de l'escrime et de la lutte libre.
Pour le judo par exemple, il faut signaler l'imminence des échéances du mois de Mars à Düsseldorf en Allemagne, d'Avril en Tunisie et de Juin en Russie.
En ce qui concerne les disciplines invitées aux Jeux dans le cadre de l'universalité (natation et athlétisme), l'Etat et le COSNI doivent mettre en place, en collaboration avec les fédérations sportives concernées, un programme conséquent d'entraînement, de préparation et d'incitation. De même, l'Etat du Niger doit, à l'instar des autres Etats africains, dégager des moyens conséquents pour la préparation des athlètes et une participation honorable de notre délégation à RIO.
M. le président, au mois de janvier dernier, le Comité Olympique et Sportif du Niger a organisé, à l'intention des dirigeants des fédérations sportives nationales, un séminaire de formation axé sur ''les modes de règlement des conflits en milieux sportifs''. Quel est l'objectif que vous assignez à une telle formation et quelles en sont vos attentes ?
Depuis plus d'une décennie, le mouvement sportif nigérien est en proie à des crises de natures diverses, mais récurrentes, qui perturbent la quiétude et la cohésion au sein des associations sportives et des sportifs. Ce qui nous interpelle, c'est surtout les recours abusifs aux tribunaux locaux et l'indexation et la mise au ban de notre pays par les instances internationales du sport. Pour dégager les pistes de réflexion tendant à la résolution de ce problème récurrent, le COSNI, en collaboration avec les autorités de tutelle, de la Justice et de la communauté internationale, avec l'appui technique du CIO, s'est engagé à organiser ledit séminaire. Ceci permettra, d'une part, de créer un cadre propice d'échanges et d'impliquer toutes les parties prenantes à la résolution du problème, d'où l'atteinte des objectifs spécifiques assignés au séminaire, et qui sont entre autres l'arrêt systématique des recours aux juridictions de droit commun dans le règlement des différends sportifs; la création et le développement de l'esprit de conciliation et de consensus dans le règlement des différents nés de la gestion et de la mise en place des structures sportives aussi bien au niveau décentralisé qu'au niveau des fédérations faitières; et la mise en place de la commission de conciliation, d'arbitrage et de règlement des conflits du COSNI, qui est statutaire.
Pour apprécier la gravité du phénomène, en 10 ans, sur les 25 cas de litiges résultant de conflits dans le milieu du sport, 23 assignations ont été reçues par les juridictions ordinaires. Il est à noter qu'aucune d'elles n'a fait l'objet d'une vérification de l'épuisement du recours préalable par les dites juridictions, alors que le juge doit préalablement vérifier si tous les recours internes aux structures sportives ont été épuisés avant d'instruire le dossier.
Il est vivement recommandé que les conflits de nature purement sportive et/ou institutionnelle touchant aux organisations sportives soient résolus à l'amiable au sein des institutions sportives compétentes et/ou par la médiation, la conciliation ou l'arbitrage, en dehors des juridictions ordinaires.

Oumarou Moussa(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement P…

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»

Docteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans c...

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement…

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU): ''Nous avons estimé qu'il était utile de présenter les résultats auxquels nous sommes parvenus à l'ensemble des

Vous avez organisé hier, dans les locaux de l'Académie des Arts Martiaux, une journée portes ouvertes sur les activités du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU). Quels sont les objectifs que vous avez assignés à cette journée ?Nous sommes très satisfaits de l'organisation de cette journée parce que la participation a été très au-delà de ce à quoi nous nous sommes attendus. En réalité, au nive...

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decro…

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decroly répond parfaitement à la prise de conscience des parents quant à leur implication dans la gestion et le fonctionnement de l'éco

Madame la directrice, les écoles Decroly représentent une nouvelle conception de l'école publique. Pouvez-vous nous présenter le Complexe Scolaire Communautaire Decroly que vous dirigez et nous faire la genèse de sa création ?Tout récemment, en début de ce mois de décembre, notre école a reçu la visite de la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou. Et ce fut pour nous une occasion idéale de faire découvrir aux uns et aux autres l'école De...

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo …

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : ''La critique d'art permet d'aller vers le fond de l'excellence, de ne pas se satisfaire de petites choses, ni aussi d

La filière ASLAC du Département des Lettres, Arts et Communication de l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey a organisé, du 25 au 31 janvier 2017, une formation sur le module Critique d'Art. Quel était l'objectif que vous visiez à travers une telle initiative?Je crois qu'on peut dire qu'il n'y a pas un seul objectif, il y en a plusieurs. Tout d'abord, le premier, c'est le besoin de faire grandir l'art, la communauté artistique, no...

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité mac…

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité macroéconomique et à atteindre les objectifs de développement définis dans le Document d'Orientations Economiques pour la période 201

Monsieur Ntamatungiro Joseph, vous êtes au Niger depuis un an et demi en qualité de Représentant Résident du Fonds Monétaire International. Comment appréciez-vous les relations entre le FMI et le Niger ?Les relations entre le FMI et le Niger sont excellentes. Comme vous le savez, le Niger est membre du FMI depuis le 24 avril 1963. A ce titre, il bénéficie des services offerts par le FMI. En l'occurrence, le FMI accompagne le Niger dans ...

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule so…

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule solution qui s'offre à nous est la diversification des économies nationales ; solution unique pour résister au mieux aux chocs exogè

Monsieur le Secrétaire Exécutif, comment se porte aujourd'hui le marché international du pétrole ?Nous pouvons dire que le marché international du pétrole se porte de mieux en mieux. Il est en convalescence parce qu'il sort d'une longue période de baisse drastique qui a trop fait souffrir les économies des pays producteurs. Rappelons qu'en 2013, le baril de pétrole était coté à 140 dollars US, puis à 115 dollars US en juin 2014, légèrem...

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplem…

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplement vérifier les effets nocifs de certains produits contre l'asthme qui étaient déjà sur le marché »

Dr Raphiou, vous avez en compagnie d'autres chercheurs, mené deux études concernant les effets d'un produit pharmaceutique pour le traitement de l'asthme. Quel était l'objectif visé à travers ces deux études ?Je vous remercie pour cette opportunité que vous m'offrez de parler de la recherche. Je vous précise de prime abord que je suis nigérien et que j'étais au Lycée Issa Korombé de Niamey avant de poursuivre mes études aux Etats Unis e...

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, d…

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, des Affaires Coutumières et Religieuses, président du comité interministériel de négociation avec tous les syndicats du Niger : « L

Monsieur le ministre d'Etat, nous assistons ces derniers temps à une certaine agitation du fait de la société civile et de l'opposition. L'opposition d'abord, dans sa déclaration du 17 décembre 2016 a demandé au Président de la République de démissionner. Puis, la société civile qui a organisé, le 21 décembre 2016, une marche suivie de meeting au cours duquel elle accuse le gouvernement de dévoyer la démocratie au Niger. Quel commentair...

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que …

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que les Nigériens sont respectueux des us et coutumes de leurs pays d'accueil, et très rarement on les voit impliqués dans des problèm

M. l'ambassadeur, vous représentez l'Etat du Niger dans un vaste pays comme la Chine. Quelle appréciation faites-vous de la coopération sino nigérienne?Tout d'abord je voudrai remercier les autorités de notre pays pour la confiance placée en ma modeste personne pour diriger notre mission diplomatique en République Populaire de Chine. Je remercie également l'ONEP pour l'opportunité que vous m'offrez afin de m'exprimer dans les colonnes d...

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un …

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un stade de maturité pouvant lui garantir sa promotion et son développement.''

Monsieur le ministre, la 38ème édition du Sabre National débutera dimanche prochain dans l'arène Hamidine Maïdaré de Tahoua. Quelles sont les impressions qui vous animent à la veille de la tenue de ce grand événement ?Je suis animé par un sentiment de grande joie à la veille de ce grand événement, car pour la 38ème fois, l'ensemble des Nigériens se retrouveront dans la communion des cœurs et des esprits pour célébrer le Sabre National q...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !

Audiences

Dossier

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bo…

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bouteilles et la sécurité des équipements

Depuis que le Niger est devenu pays producteur et exportateur de pétrole, les populations ...

jeudi 23 février 2017

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Le Niger a initié, depuis les années 90, un programme national de l'énergie domestique, po...

jeudi 23 février 2017

Des utilisateurs témoignent

Des utilisateurs témoignent

Mme Aïssa ZakariJ'utilise les bouteilles de gaz depuis plusieurs années. Je possède en réa...

jeudi 23 février 2017

L'air du temps

Assainir l'école

Assainir l'école

L'actualité de ces dernières semaines est en train de se cristalliser autour de l'école ni...

jeudi 23 février 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.