Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Boubé Ibrahim, président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) : ''Ma satisfaction sera totale si, à la fin de tout le processus, le Niger sort grandi d'avoir réussi à organiser des élections transparentes, crédibles et dont le

Pdt-CENIMonsieur le président, le processus électoral conduit par la CENI vient de boucler la phase décisive qui est la proclamation des résultats globaux provisoires de la présidentielle 1er tour et des législatives. Comment qualifierez-vous l'atmosphère générale qui a prévalu tout au long du processus électoral ?
Installée en août 2016, la Commission Electorale Nationale Indépendante, CENI, a travaillé six mois durant dans une atmosphère de calme et de sérénité. Nous nous sommes attelés à exécuter le chronogramme que nous avons élaboré de manière consensuelle et, avec les moyens mis à notre disposition. Mais comme vous le savez, les élections sont des moments d'extrême tension qui cristallisent l'attention de la population sur l'organe chargé d'organiser les élections.

Monsieur le président, la CENI a été critiquée, notamment par certains acteurs politiques, pour avoir pris l'arrêté autorisant le vote par témoignage. Pouvez-vous nous expliquer ici quelle était votre motivation dans la prise de cette décision controversée?
Le souci qui a animé la CENI est de permettre à tous les citoyens, notamment ceux qui sont inscrits par témoignage, la possibilité d'exercer leur droit de vote. Il faut retenir que ces électeurs ont, non seulement été recensés par témoignage, mais aussi la plénière de la CENI avait autorisé le retrait des cartes d'électeurs par le même procédé.
C'est pourquoi, usant de ses prérogatives, les membres de la CENI se sont réunis en plénière et ont adopté, à la majorité des membres votants, les modalités du vote par témoignage. Et un Arrêté a sanctionné cette décision et en a précisé les modalités. Comme vous le savez, suite au recours exercé par certains partis politiques, la Cour Constitutionnelle a clairement indiqué que la CENI n'a pas violé la loi.

Monsieur le président, le scrutin, qui était prévu pour se dérouler au cours de la seule journée du 21 février 2016, s'est finalement déroulé en deux jours. Qu'est-ce qui explique cet état de fait ?
En effet, un dysfonctionnement au niveau de la logistique n'a pas permis à certains bureaux de vote de disposer de matériels et documents électoraux à temps. Mais nous avons vite réagi pour solutionner le problème. Aussi, pour permettre à tous les électeurs inscrits de pouvoir voter, la CENI a pris des arrêtés pour permettre non seulement aux bureaux de vote qui ont ouvert en retard de rester ouvert autant d'heures que de retard accusé, mais aussi, pour ceux qui n'ont pas ouvert du tout d'ouvrir le lendemain 22 février 2016 de 8 heures à 19 heures.

On parle également de quelques disparités dans les dates de la tenue des opérations de vote chez les Forces de Défense et de Sécurité. Pouvez-vous nous édifier par rapport au fondement juridique du vote des FDS ?
Les Forces de Défense et de Sécurité n'ont pas voté la veille. Elles ont voté en même temps que les civils. Je dois cependant avouer un cas isolé à Maradi où la Commission communale, sans doute mal informée, a organisé le vote des militaires la veille au niveau de deux bureaux. Les bureaux de vote N°21 et 22 au quartier Ali Dan Sofo.
Lorsque nous avons été informés, nous avons immédiatement ordonné la mise sous scellés des urnes. Dans tous les cas, un rapport détaillé de la Commission Régionale a été transmis à la Cour Constitutionnelle à cet effet.

Concernant les insuffisances qui ont été constatées ici et là, quelle évaluation faites-vous de leurs incidences sur la qualité, voire la crédibilité du scrutin ?
Les dysfonctionnements constatés par endroits ont pu être corrigés au fur et à mesure que cela nous a été communiqué. Il s'agit notamment du manque ou de l'insuffisance des documents et matériels électoraux qui ont été systématiquement convoyés à destination des bureaux de vote. Les retards que cela a pu occasionner n'entachent en rien la crédibilité du scrutin, dès lors que les électeurs ont pu voter dans le calme et la sérénité. Il est important de noter que malgré ces dysfonctionnements, nous avons atteint un taux de participation record de plus de 66 %.

Monsieur le président, qu'est-ce qui justifie la lenteur observée dans la proclamation des résultats partiels provisoires, sachant que les résultats globaux provisoires étaient attendus au bout de deux jours?

Lenteur oui ! Mais retard non, puisque nous ne sommes pas hors du délai imparti pour la collecte, le traitement et la diffusion des résultats. La lenteur observée est due aux vérifications minutieuses opérées par les acteurs de la CENI afin que les résultats diffusés reflètent véritablement le verdict des urnes et qu'ils soient acceptés par tous.

Alors que vous veniez à peine d'entamer le processus de la proclamation des résultats, les responsables des partis politiques réunis au sein de la COPA 2016 ont mis à rude épreuve les valeurs d'impartialité et d'indépendance de la CENI, notamment en l'accusant de rouler pour le camp d'en face. Pouvez-vous nous assurer, Monsieur le président, que durant tout le processus électoral, la CENI a joui de la plénitude de son indépendance?
Les partis politiques, quels qu'ils soient, ont le droit d'émettre les critiques à l'endroit de la CENI. Cela ne nous gêne pas, pourvu que ces critiques soient objectives et constructives. Mais, en l'occurrence, nous ne pensons pas avoir failli en impartialité, encore moins avoir bradé l'indépendance de la CENI.
Il ne faut surtout pas perdre de vue que la CENI est un cadre consensuel qui regroupe l'ensemble des partis politiques et la société civile. Aussi, ses décisions sont collégiales et transparentes.

Au regard de toutes ces péripéties, quel est le sentiment qui vous anime personnellement aujourd'hui ? Déçu ou réconforté?
Ma satisfaction sera totale si, à la fin de tout le processus, le Niger sort grandi d'avoir réussi à organiser des élections transparentes, crédibles et dont les résultats sont acceptés par tous.
Des insuffisances ont perturbé le déroulement normal des élections par endroits, et notre devoir est d'en tirer les leçons pour améliorer la qualité des votes. Nous sommes néanmoins fiers d'avoir réussi l'organisation de ce double scrutin présidentiel et législatif dans le calme et la sérénité, et avec un taux de participation élevé.

Votre dernier mot à l'endroit de l'ensemble des Nigériens ?
Je voudrai lancer un appel à l'ensemble des acteurs politiques auxquels je demande de s'investir honnêtement pour les échéances électorales à venir afin que nous ayons des élections propres, crédibles et apaisées, et que notre pays en sorte grandi.

Assane Soumana
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : …

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : "Notre vision au ProDAF, est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) »

Le ProDAF a été mis en vigueur en septembre 2015, pouvez-vous d'abord nous rappeler la vision de votre programme ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour présenter le ProDAF. En effet, la vision du ProDAF est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) à travers lesquels les producteurs ruraux soutenus par leurs organisations et les collectivités locales s'organisent, aménagent et exploitent de manière rationnell...

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun so…

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun souci majeur à propos de l'organisation des examens du baccalauréat cette année »

Monsieur le ministre, les examens du baccalauréat session 2017 sont prévus pour le 11 juillet prochain: est-ce que cette date tient et quel est le niveau des préparatifs ?Je remercie l'hebdomadaire Sahel Dimanche de me donner, en ma qualité de ministre des Enseignements supérieurs, de la recherche et de l'innovation, l'occasion de m'adresser à mes concitoyens en cette veille des examens de baccalauréat, session 2017 dans notre pays. Je ...

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faci…

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faciliter le commerce en Afrique à tous les niveaux est certaine», déclare Sadou Seydou

Monsieur le ministre, avant de rentrer dans le vif du sujet, pourriez-vous nous définir ce que c'est la ZLEC ?La ZLEC, c'est la Zone de Libre Echange Continentale. C'est un projet de l'Union africaine destiné à créer un espace économique commun pour les 55 pays du continent. La Zone de Libre Echange Continentale de l'Union africaine a pour but de booster le Commerce intra-africain, favoriser l'industrialisation du continent et d'accroit...

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas…

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas d'incidence sur la superficie du Niger», déclare M. Hamadou Mounkaila

Monsieur le Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières, le Niger a borné ses frontières avec certains de ses voisins et a passé devant la Cour internationale de La Haye pour délimiter ses frontières avec le Bénin ; or, de nombreuses personnes physiques et morales continuent à dire ou écrire que notre pays fait 1.267.000 kilomètres carrés : quelle est donc la superficie exacte du Niger en 2017 ?Je vous remercie de l'o...

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patri…

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patrimoine culturel contribue à promouvoir le respect de la diversité culturelle et de créativité»

Dans le cadre de l'application de la convention de l'UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) que notre pays a ratifiée en 2003, entrée en vigueur en 2006, des progrès significatifs sont en train d'être enregistrés suite à l'effort inlassable que mène le ministère en charge de la renaissance culturelle dans son programme de relance ou de mise en œuvre. De retour d'un séminaire organisé en Chine dans le domaine du...

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision…

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision Terrestre Numérique, si tout va bien, les émissions pourront commencer courant décembre 2017 sur l'ensemble du pays »

Monsieur le ministre, votre institution a signé une convention lors du ''Sommet Transform Africa 2017''tenu le 11 mai dernier à Kigali, au Rwanda et qui a enregistré la présence de plusieurs chefs d'Etat, dont SE M. Issoufou Mahamadou. Pouvez- vous nous donnez d'amples explications au sujet de cette convention ?Il s'agit d'un mémorandum d'entente de coopération qui fixe les principes et les conditions d'une coopération économique et tec...

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Problématique de la disponibilité et de la gestion…

Problématique de la disponibilité et de la gestion du sang au niveau des centres de soins de Niamey : Entre insuffisance et sous-information

La quantité de sang reçue par le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) est actuel...

vendredi 21 juillet 2017

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispos…

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispositions prises pour éviter toute fraude

Le Centre Hospitalier Régional de Niamey, communément appelé maternité Poudrière, dispose ...

vendredi 21 juillet 2017

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidélise…

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidéliser les donneurs

Tchémaya qui signifie en haoussa, tchéton rey na mataa daa yara autrement dit sauver la vi...

vendredi 21 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.