Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Boubé Ibrahim, président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) : ''Ma satisfaction sera totale si, à la fin de tout le processus, le Niger sort grandi d'avoir réussi à organiser des élections transparentes, crédibles et dont le

Pdt-CENIMonsieur le président, le processus électoral conduit par la CENI vient de boucler la phase décisive qui est la proclamation des résultats globaux provisoires de la présidentielle 1er tour et des législatives. Comment qualifierez-vous l'atmosphère générale qui a prévalu tout au long du processus électoral ?
Installée en août 2016, la Commission Electorale Nationale Indépendante, CENI, a travaillé six mois durant dans une atmosphère de calme et de sérénité. Nous nous sommes attelés à exécuter le chronogramme que nous avons élaboré de manière consensuelle et, avec les moyens mis à notre disposition. Mais comme vous le savez, les élections sont des moments d'extrême tension qui cristallisent l'attention de la population sur l'organe chargé d'organiser les élections.

Monsieur le président, la CENI a été critiquée, notamment par certains acteurs politiques, pour avoir pris l'arrêté autorisant le vote par témoignage. Pouvez-vous nous expliquer ici quelle était votre motivation dans la prise de cette décision controversée?
Le souci qui a animé la CENI est de permettre à tous les citoyens, notamment ceux qui sont inscrits par témoignage, la possibilité d'exercer leur droit de vote. Il faut retenir que ces électeurs ont, non seulement été recensés par témoignage, mais aussi la plénière de la CENI avait autorisé le retrait des cartes d'électeurs par le même procédé.
C'est pourquoi, usant de ses prérogatives, les membres de la CENI se sont réunis en plénière et ont adopté, à la majorité des membres votants, les modalités du vote par témoignage. Et un Arrêté a sanctionné cette décision et en a précisé les modalités. Comme vous le savez, suite au recours exercé par certains partis politiques, la Cour Constitutionnelle a clairement indiqué que la CENI n'a pas violé la loi.

Monsieur le président, le scrutin, qui était prévu pour se dérouler au cours de la seule journée du 21 février 2016, s'est finalement déroulé en deux jours. Qu'est-ce qui explique cet état de fait ?
En effet, un dysfonctionnement au niveau de la logistique n'a pas permis à certains bureaux de vote de disposer de matériels et documents électoraux à temps. Mais nous avons vite réagi pour solutionner le problème. Aussi, pour permettre à tous les électeurs inscrits de pouvoir voter, la CENI a pris des arrêtés pour permettre non seulement aux bureaux de vote qui ont ouvert en retard de rester ouvert autant d'heures que de retard accusé, mais aussi, pour ceux qui n'ont pas ouvert du tout d'ouvrir le lendemain 22 février 2016 de 8 heures à 19 heures.

On parle également de quelques disparités dans les dates de la tenue des opérations de vote chez les Forces de Défense et de Sécurité. Pouvez-vous nous édifier par rapport au fondement juridique du vote des FDS ?
Les Forces de Défense et de Sécurité n'ont pas voté la veille. Elles ont voté en même temps que les civils. Je dois cependant avouer un cas isolé à Maradi où la Commission communale, sans doute mal informée, a organisé le vote des militaires la veille au niveau de deux bureaux. Les bureaux de vote N°21 et 22 au quartier Ali Dan Sofo.
Lorsque nous avons été informés, nous avons immédiatement ordonné la mise sous scellés des urnes. Dans tous les cas, un rapport détaillé de la Commission Régionale a été transmis à la Cour Constitutionnelle à cet effet.

Concernant les insuffisances qui ont été constatées ici et là, quelle évaluation faites-vous de leurs incidences sur la qualité, voire la crédibilité du scrutin ?
Les dysfonctionnements constatés par endroits ont pu être corrigés au fur et à mesure que cela nous a été communiqué. Il s'agit notamment du manque ou de l'insuffisance des documents et matériels électoraux qui ont été systématiquement convoyés à destination des bureaux de vote. Les retards que cela a pu occasionner n'entachent en rien la crédibilité du scrutin, dès lors que les électeurs ont pu voter dans le calme et la sérénité. Il est important de noter que malgré ces dysfonctionnements, nous avons atteint un taux de participation record de plus de 66 %.

Monsieur le président, qu'est-ce qui justifie la lenteur observée dans la proclamation des résultats partiels provisoires, sachant que les résultats globaux provisoires étaient attendus au bout de deux jours?

Lenteur oui ! Mais retard non, puisque nous ne sommes pas hors du délai imparti pour la collecte, le traitement et la diffusion des résultats. La lenteur observée est due aux vérifications minutieuses opérées par les acteurs de la CENI afin que les résultats diffusés reflètent véritablement le verdict des urnes et qu'ils soient acceptés par tous.

Alors que vous veniez à peine d'entamer le processus de la proclamation des résultats, les responsables des partis politiques réunis au sein de la COPA 2016 ont mis à rude épreuve les valeurs d'impartialité et d'indépendance de la CENI, notamment en l'accusant de rouler pour le camp d'en face. Pouvez-vous nous assurer, Monsieur le président, que durant tout le processus électoral, la CENI a joui de la plénitude de son indépendance?
Les partis politiques, quels qu'ils soient, ont le droit d'émettre les critiques à l'endroit de la CENI. Cela ne nous gêne pas, pourvu que ces critiques soient objectives et constructives. Mais, en l'occurrence, nous ne pensons pas avoir failli en impartialité, encore moins avoir bradé l'indépendance de la CENI.
Il ne faut surtout pas perdre de vue que la CENI est un cadre consensuel qui regroupe l'ensemble des partis politiques et la société civile. Aussi, ses décisions sont collégiales et transparentes.

Au regard de toutes ces péripéties, quel est le sentiment qui vous anime personnellement aujourd'hui ? Déçu ou réconforté?
Ma satisfaction sera totale si, à la fin de tout le processus, le Niger sort grandi d'avoir réussi à organiser des élections transparentes, crédibles et dont les résultats sont acceptés par tous.
Des insuffisances ont perturbé le déroulement normal des élections par endroits, et notre devoir est d'en tirer les leçons pour améliorer la qualité des votes. Nous sommes néanmoins fiers d'avoir réussi l'organisation de ce double scrutin présidentiel et législatif dans le calme et la sérénité, et avec un taux de participation élevé.

Votre dernier mot à l'endroit de l'ensemble des Nigériens ?
Je voudrai lancer un appel à l'ensemble des acteurs politiques auxquels je demande de s'investir honnêtement pour les échéances électorales à venir afin que nous ayons des élections propres, crédibles et apaisées, et que notre pays en sorte grandi.

Assane Soumana
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement P…

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»

Docteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans c...

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement…

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU): ''Nous avons estimé qu'il était utile de présenter les résultats auxquels nous sommes parvenus à l'ensemble des

Vous avez organisé hier, dans les locaux de l'Académie des Arts Martiaux, une journée portes ouvertes sur les activités du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU). Quels sont les objectifs que vous avez assignés à cette journée ?Nous sommes très satisfaits de l'organisation de cette journée parce que la participation a été très au-delà de ce à quoi nous nous sommes attendus. En réalité, au nive...

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decro…

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decroly répond parfaitement à la prise de conscience des parents quant à leur implication dans la gestion et le fonctionnement de l'éco

Madame la directrice, les écoles Decroly représentent une nouvelle conception de l'école publique. Pouvez-vous nous présenter le Complexe Scolaire Communautaire Decroly que vous dirigez et nous faire la genèse de sa création ?Tout récemment, en début de ce mois de décembre, notre école a reçu la visite de la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou. Et ce fut pour nous une occasion idéale de faire découvrir aux uns et aux autres l'école De...

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo …

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : ''La critique d'art permet d'aller vers le fond de l'excellence, de ne pas se satisfaire de petites choses, ni aussi d

La filière ASLAC du Département des Lettres, Arts et Communication de l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey a organisé, du 25 au 31 janvier 2017, une formation sur le module Critique d'Art. Quel était l'objectif que vous visiez à travers une telle initiative?Je crois qu'on peut dire qu'il n'y a pas un seul objectif, il y en a plusieurs. Tout d'abord, le premier, c'est le besoin de faire grandir l'art, la communauté artistique, no...

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité mac…

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité macroéconomique et à atteindre les objectifs de développement définis dans le Document d'Orientations Economiques pour la période 201

Monsieur Ntamatungiro Joseph, vous êtes au Niger depuis un an et demi en qualité de Représentant Résident du Fonds Monétaire International. Comment appréciez-vous les relations entre le FMI et le Niger ?Les relations entre le FMI et le Niger sont excellentes. Comme vous le savez, le Niger est membre du FMI depuis le 24 avril 1963. A ce titre, il bénéficie des services offerts par le FMI. En l'occurrence, le FMI accompagne le Niger dans ...

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule so…

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule solution qui s'offre à nous est la diversification des économies nationales ; solution unique pour résister au mieux aux chocs exogè

Monsieur le Secrétaire Exécutif, comment se porte aujourd'hui le marché international du pétrole ?Nous pouvons dire que le marché international du pétrole se porte de mieux en mieux. Il est en convalescence parce qu'il sort d'une longue période de baisse drastique qui a trop fait souffrir les économies des pays producteurs. Rappelons qu'en 2013, le baril de pétrole était coté à 140 dollars US, puis à 115 dollars US en juin 2014, légèrem...

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplem…

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplement vérifier les effets nocifs de certains produits contre l'asthme qui étaient déjà sur le marché »

Dr Raphiou, vous avez en compagnie d'autres chercheurs, mené deux études concernant les effets d'un produit pharmaceutique pour le traitement de l'asthme. Quel était l'objectif visé à travers ces deux études ?Je vous remercie pour cette opportunité que vous m'offrez de parler de la recherche. Je vous précise de prime abord que je suis nigérien et que j'étais au Lycée Issa Korombé de Niamey avant de poursuivre mes études aux Etats Unis e...

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, d…

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, des Affaires Coutumières et Religieuses, président du comité interministériel de négociation avec tous les syndicats du Niger : « L

Monsieur le ministre d'Etat, nous assistons ces derniers temps à une certaine agitation du fait de la société civile et de l'opposition. L'opposition d'abord, dans sa déclaration du 17 décembre 2016 a demandé au Président de la République de démissionner. Puis, la société civile qui a organisé, le 21 décembre 2016, une marche suivie de meeting au cours duquel elle accuse le gouvernement de dévoyer la démocratie au Niger. Quel commentair...

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que …

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que les Nigériens sont respectueux des us et coutumes de leurs pays d'accueil, et très rarement on les voit impliqués dans des problèm

M. l'ambassadeur, vous représentez l'Etat du Niger dans un vaste pays comme la Chine. Quelle appréciation faites-vous de la coopération sino nigérienne?Tout d'abord je voudrai remercier les autorités de notre pays pour la confiance placée en ma modeste personne pour diriger notre mission diplomatique en République Populaire de Chine. Je remercie également l'ONEP pour l'opportunité que vous m'offrez afin de m'exprimer dans les colonnes d...

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un …

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un stade de maturité pouvant lui garantir sa promotion et son développement.''

Monsieur le ministre, la 38ème édition du Sabre National débutera dimanche prochain dans l'arène Hamidine Maïdaré de Tahoua. Quelles sont les impressions qui vous animent à la veille de la tenue de ce grand événement ?Je suis animé par un sentiment de grande joie à la veille de ce grand événement, car pour la 38ème fois, l'ensemble des Nigériens se retrouveront dans la communion des cœurs et des esprits pour célébrer le Sabre National q...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !

Audiences

Dossier

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bo…

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bouteilles et la sécurité des équipements

Depuis que le Niger est devenu pays producteur et exportateur de pétrole, les populations ...

jeudi 23 février 2017

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Le Niger a initié, depuis les années 90, un programme national de l'énergie domestique, po...

jeudi 23 février 2017

Des utilisateurs témoignent

Des utilisateurs témoignent

Mme Aïssa ZakariJ'utilise les bouteilles de gaz depuis plusieurs années. Je possède en réa...

jeudi 23 février 2017

L'air du temps

Assainir l'école

Assainir l'école

L'actualité de ces dernières semaines est en train de se cristalliser autour de l'école ni...

jeudi 23 février 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.