Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Abdou Adamou, Coordonnateur du Cadre Intégré Renforcé du Niger : ''Notre approche repose sur la participation et la pleine responsabilisation des différents acteurs''


invitM. le Coordonnateur, le démarrage effectif du projet de Catégorie 1 intitulé ''Programme d'Appui au Cadre Intégré du Commerce'' a eu lieu le 1er janvier 2012 avec pour objectif principal de ''renforcer les capacités des arrangements nationaux de mise en œuvre du Cadre Intégré Renforcé, et intégrer les questions de commerce dans les stratégies et plans de développement nationaux''. Avec un peu de recul, pouvez-vous nous dire les effets et l'impact de ce projet sur les acteurs concernés ?
En dépit du retard enregistré au démarrage le Projet a eu des effets notables sur les acteurs concernés en particulier, mais aussi sur le secteur commercial en général. En effet , les actions d'information, de sensibilisation et de formation au profit du secteur public, du secteur privé et de la société civile ont permis aux bénéficiaires d'acquérir des connaissances utiles pour améliorer leurs activités et leurs revenus et/ou leurs performances.
A titre illustratif, l'atelier sur les Régimes douaniers et le transit routier inter-Etats, à l'intention des acteurs du secteur privé, de la société civile et de l'administration publique, sur les 83 bénéficiaires, il ressort des sondages qu'en moyenne : 72% estiment avoir amélioré leurs connaissances des différents Régimes douaniers et du Système de transit au Niger et dans la Sous-région; 55% relevant du secteur privé et de la société civile s'estiment édifiés et renforcés dans leur rôle d'informer, de sensibiliser et de former leurs bases sur ces aspects ; 95% ont transmis les informations retenues à leurs structures et 40% des structures ont organisé une diffusion des connaissances acquises par leurs délégués.
En ce qui concerne l'atelier à l'intention des 81 femmes entrepreneures et commerçantes sur ''les Outils de gestion de l'entreprise'', 48% déclarent être édifiées sur les démarches de formalisation et de gestion des entreprises; 37% ont appris à constituer un dossier de financement; 33% y ont trouvé des supports de sensibilisation des membres de leurs structures ou de leurs usagers; 89% ont transmis les informations retenues à leurs structures et 56% des structures ont organisé des séances de rediffusion des informations à leurs membres.
A propos de l'atelier sur le ''Marketing au service de la compétitivité des PME/PMI'', sur les 54 jeunes entrepreneurs formés, 48% déclarent être confortés dans leur conception de gestion d'une entreprise à savoir la maitrise des coûts, le meilleur choix et la diversification des partenaires d'affaires et les facilités d'écoulement des produits et services; 38% y ont trouvé des supports de sensibilisation des membres de leurs structures ou de leurs usagers; 86% ont assuré une retransmission aux structures qui les ont délégués et 48% des structures ont organisé des séances de rediffusion des informations à leurs membres.
S'agissant de l'atelier sur ''Les normes d'hygiène et de la qualité'' qui a regroupé 60 participants composés de femmes transformatrices de l'agro-alimentaire, des acteurs du secteur privé, de la société civile et des cadres centraux des Ministères en charge du Commerce, de l'Artisanat et du Développement industriel, 60% des femmes estiment avoir amélioré leurs connaissances sur les questions de normes d'hygiène et de qualité, ce qui leurs permettra d'améliorer leurs activités et leurs revenus. Parallèlement, dans le cadre de la visibilité des résultats du projet, un plan de communication a été élaboré et mis en œuvre ainsi que la création d'un site web qui est déjà en ligne suivant l'adresse : www.umocir.org
M. le Coordonnateur, l'objectif ultime de toutes les politiques nationales de développement au Niger, est de réduire la pauvreté et de promouvoir un développement durable. Quelle approche votre projet a-t-il choisi, à travers le secteur du commerce, pour atteindre cet objectif ?
Pour réduire la pauvreté et promouvoir un développement durable, nous avons jugé utile que notre méthodologie d'approche repose sur la participation et la pleine responsabilisation des différents acteurs dont notamment le trépied «secteur public - secteur privé - société civile». Cette approche jette les bases de la durabilité du Projet à travers une appropriation du processus du Cadre Intégré par les acteurs nationaux.
Au vu de tout ce qui précède, peut-on parler de liens ou de cohérence entre le ''Programme d'Appui au Cadre Intégré du Commerce'' et les autres politiques nationales de développement économique et social du Niger ?
Oui, nous pouvons parler de liens entre ce Programme et les autres politiques nationales de développement car leur objectif principal est de favoriser la croissance économique, le développement durable et la réduction de la pauvreté au Niger. Mieux, ce Programme d'Appui au Cadre Intégré du Commerce est en conformité avec l'Initiative 3N «les Nigériens Nourrissent les Nigériens», surtout à travers l'axe 2 de cette initiative intitulée «Approvisionnement régulier des marchés ruraux et urbains en produits agro-sylvo pastoraux et halieutiques». En effet, à travers cet axe, conformément à l'initiative 3N, le Programme vise notamment la valorisation et la mise en marché des produits agro-sylvo-pastoraux et halieutiques; la création d'unités industrielles agro-alimentaires ; l'amélioration des infrastructures et des circuits de commercialisation y compris l'exportation; et la mise en œuvre des mesures d'amélioration de la compétitivité des filières.
Comme on le voit, les deux initiatives se complètent. C'est pourquoi, dans la mise en œuvre de nos activités, une bonne coopération avec le Haut-Commissariat à l'Initiative 3N est développée afin de créer des synergies devant faciliter un déroulement cohérent des activités, notamment dans le sens d'impulser une dynamique dans la production et conséquemment l'offre de nos produits et services.

Concrètement, M. le Coordonnateur, pouvez-vous nous dire ce que vous envisagez pour pérenniser les acquis du projet catégorie 1 dénommé ''Programme d'Appui au Cadre Intégré du Commerce''?
La pérennisation des actions du Programme sera assurée par une appropriation du projet par l'Unité et par les acteurs impliqués dans sa mise en œuvre.
A terme, les objectifs et activités du projet seront effectivement intégrés dans les Programmes nationaux de développement. A cet effet, il est nécessaire d'élaborer des projets sectoriels dits de catégorie 2 et de mobiliser des ressources financières plus importantes de l'Etat en vue d'amener plus de Partenaires Techniques Financiers (PTF) à contribuer au financement de ces projets de catégorie 2.
D'ores et déjà, une consultation sera menée pour définir la meilleure manière d'intégrer l'UMOCIR au sein du Ministère du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé, notamment ses fonctions de conception et d'exécution de projets dans ses propres structures.

Justement, parmi ces projets sectoriels de catégorie 2, figure en bonne place le ''Projet pour le Développement de la filière Cuirs et Peaux au Niger''. Avant de nous définir ses objectifs, pouvez-vous nous dire ce qui a motivé la création de cette structure ?
Il convient de rappeler que le Niger, à l'instar des autres pays bénéficiaires du Programme du Cadre Intégré Renforcé, a réalisé en 2006 l'Etude Diagnostique pour l'Intégration Commerciale du Niger (EDIC) dont l'objectif ultime est de poser les bases d'une accélération de la croissance en renforçant l'intégration de l'économie du pays dans les marchés régionaux et mondiaux. Cette EDIC vient d'être actualisée et l'atelier de sa validation a eu lieu du 8 au 9 décembre 2015. Cette étude a identifié le secteur des Cuirs et Peaux comme étant un facteur de développement pour le Niger. Et c'est pourquoi le sous-secteur des Cuirs et Peaux a été retenu pour l'élaboration du projet.
Les motifs qui ont conduit à la mise en place du ''Projet pour le Développement de la filière Cuirs et Peaux au Niger'' se situent à plusieurs niveaux.
D'abord, les contraintes liées à la qualité du produit qui relèvent surtout de l'état des infrastructures d'abattage et de l'animal à abattre, et de la qualification des producteurs. Parmi ces contraintes, on peut citer les maladies cutanées affectant la qualité du produit ; les dégâts d'origine traumatique comme les marques à feu ; la putréfaction occasionnée à la suite d'un séchage insuffisant ; les nombreux couteliers et trous au moment de l'habillage; la détérioration des peaux suite à l'attaque des rats, des moisissures et des insectes au moment de l'entreposage ; et la mauvaise odeur des produits tannés.
Ensuite nous avons les contraintes organisationnelles inhérentes à l'insuffisance de professionnalisation des principaux opérateurs de la filière que sont les bouchers et les collecteurs à savoir: la prédominance du circuit informel; la formation insuffisante des apprentis bouchers pour assurer une dépouille de qualité; le relâchement dans le contrôle réglementaire de dépouille, de traitement, de séchage et de conditionnement; l'insuffisance de formation des tanneurs et l'inorganisation des collecteurs et producteurs des cuirs et peaux.
Enfin, comme contraintes, nous avons les contraintes institutionnelles et financières avec : le cadre institutionnel peu favorable aux investissements privés dans la chaîne de production ; l'inadaptation de certaines dispositions des textes réglementaires au contexte actuel de libéralisation; les contraintes financières des opérateurs dont la plupart ont une surface financière limitée; les difficultés d'accès aux crédits, etc.
Malgré l'existence de ces contraintes, il convient de souligner que le Niger dispose de nombreux atouts pour la promotion de la filière, notamment l'existence d'un potentiel de production important au niveau des petits ruminants (valeur exceptionnelle de la peau de la chèvre rousse de Maradi en raison de sa texture) ; l'existence de la demande potentielle au niveau national appuyée par la présence d'un Centre de métiers de cuirs à Niamey financé par la Coopération française sans oublier la demande sous-régionale et internationale; la mise en œuvre du Projet de Développement des Exportations et des Marchés Agro-sylvo-Pastoraux (PRODEX), et l'existence du Programme Productivité de l'Agriculture en Afrique de l'Ouest (PPAO) avec son centre de spécialisation en élevage; l'existence d'un Centre des Métiers du Cuir et d'Art de Niamey pouvant assurer une formation de qualité aux artisans et autres acteurs intervenant dans la filière ; l'existence des Villages artisanaux dans les différentes capitales régionales et l'existence d'un Musée national abritant des artisans à Niamey.
A propos des objectifs visés par le ''Projet pour le Développement de la filière Cuirs et Peaux au Niger'', il convient de rappeler que c'est un projet qui a démarré ses activités en février 2015 et qui vise non seulement à accroître la contribution du secteur cuirs et peaux au développement économique et social afin de réduire la pauvreté, mais aussi améliorer la compétitivité des cuirs et peaux à travers un renforcement des capacités des acteurs intervenant dans la chaine de valeur.

Altiné Maman, MC/PSP
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement P…

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»

Docteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans c...

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement…

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU): ''Nous avons estimé qu'il était utile de présenter les résultats auxquels nous sommes parvenus à l'ensemble des

Vous avez organisé hier, dans les locaux de l'Académie des Arts Martiaux, une journée portes ouvertes sur les activités du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU). Quels sont les objectifs que vous avez assignés à cette journée ?Nous sommes très satisfaits de l'organisation de cette journée parce que la participation a été très au-delà de ce à quoi nous nous sommes attendus. En réalité, au nive...

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decro…

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decroly répond parfaitement à la prise de conscience des parents quant à leur implication dans la gestion et le fonctionnement de l'éco

Madame la directrice, les écoles Decroly représentent une nouvelle conception de l'école publique. Pouvez-vous nous présenter le Complexe Scolaire Communautaire Decroly que vous dirigez et nous faire la genèse de sa création ?Tout récemment, en début de ce mois de décembre, notre école a reçu la visite de la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou. Et ce fut pour nous une occasion idéale de faire découvrir aux uns et aux autres l'école De...

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo …

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : ''La critique d'art permet d'aller vers le fond de l'excellence, de ne pas se satisfaire de petites choses, ni aussi d

La filière ASLAC du Département des Lettres, Arts et Communication de l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey a organisé, du 25 au 31 janvier 2017, une formation sur le module Critique d'Art. Quel était l'objectif que vous visiez à travers une telle initiative?Je crois qu'on peut dire qu'il n'y a pas un seul objectif, il y en a plusieurs. Tout d'abord, le premier, c'est le besoin de faire grandir l'art, la communauté artistique, no...

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité mac…

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité macroéconomique et à atteindre les objectifs de développement définis dans le Document d'Orientations Economiques pour la période 201

Monsieur Ntamatungiro Joseph, vous êtes au Niger depuis un an et demi en qualité de Représentant Résident du Fonds Monétaire International. Comment appréciez-vous les relations entre le FMI et le Niger ?Les relations entre le FMI et le Niger sont excellentes. Comme vous le savez, le Niger est membre du FMI depuis le 24 avril 1963. A ce titre, il bénéficie des services offerts par le FMI. En l'occurrence, le FMI accompagne le Niger dans ...

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule so…

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule solution qui s'offre à nous est la diversification des économies nationales ; solution unique pour résister au mieux aux chocs exogè

Monsieur le Secrétaire Exécutif, comment se porte aujourd'hui le marché international du pétrole ?Nous pouvons dire que le marché international du pétrole se porte de mieux en mieux. Il est en convalescence parce qu'il sort d'une longue période de baisse drastique qui a trop fait souffrir les économies des pays producteurs. Rappelons qu'en 2013, le baril de pétrole était coté à 140 dollars US, puis à 115 dollars US en juin 2014, légèrem...

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplem…

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplement vérifier les effets nocifs de certains produits contre l'asthme qui étaient déjà sur le marché »

Dr Raphiou, vous avez en compagnie d'autres chercheurs, mené deux études concernant les effets d'un produit pharmaceutique pour le traitement de l'asthme. Quel était l'objectif visé à travers ces deux études ?Je vous remercie pour cette opportunité que vous m'offrez de parler de la recherche. Je vous précise de prime abord que je suis nigérien et que j'étais au Lycée Issa Korombé de Niamey avant de poursuivre mes études aux Etats Unis e...

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, d…

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, des Affaires Coutumières et Religieuses, président du comité interministériel de négociation avec tous les syndicats du Niger : « L

Monsieur le ministre d'Etat, nous assistons ces derniers temps à une certaine agitation du fait de la société civile et de l'opposition. L'opposition d'abord, dans sa déclaration du 17 décembre 2016 a demandé au Président de la République de démissionner. Puis, la société civile qui a organisé, le 21 décembre 2016, une marche suivie de meeting au cours duquel elle accuse le gouvernement de dévoyer la démocratie au Niger. Quel commentair...

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que …

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que les Nigériens sont respectueux des us et coutumes de leurs pays d'accueil, et très rarement on les voit impliqués dans des problèm

M. l'ambassadeur, vous représentez l'Etat du Niger dans un vaste pays comme la Chine. Quelle appréciation faites-vous de la coopération sino nigérienne?Tout d'abord je voudrai remercier les autorités de notre pays pour la confiance placée en ma modeste personne pour diriger notre mission diplomatique en République Populaire de Chine. Je remercie également l'ONEP pour l'opportunité que vous m'offrez afin de m'exprimer dans les colonnes d...

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un …

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un stade de maturité pouvant lui garantir sa promotion et son développement.''

Monsieur le ministre, la 38ème édition du Sabre National débutera dimanche prochain dans l'arène Hamidine Maïdaré de Tahoua. Quelles sont les impressions qui vous animent à la veille de la tenue de ce grand événement ?Je suis animé par un sentiment de grande joie à la veille de ce grand événement, car pour la 38ème fois, l'ensemble des Nigériens se retrouveront dans la communion des cœurs et des esprits pour célébrer le Sabre National q...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !

Audiences

Dossier

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bo…

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bouteilles et la sécurité des équipements

Depuis que le Niger est devenu pays producteur et exportateur de pétrole, les populations ...

jeudi 23 février 2017

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Le Niger a initié, depuis les années 90, un programme national de l'énergie domestique, po...

jeudi 23 février 2017

Des utilisateurs témoignent

Des utilisateurs témoignent

Mme Aïssa ZakariJ'utilise les bouteilles de gaz depuis plusieurs années. Je possède en réa...

jeudi 23 février 2017

L'air du temps

Assainir l'école

Assainir l'école

L'actualité de ces dernières semaines est en train de se cristalliser autour de l'école ni...

jeudi 23 février 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.