Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Abdou Adamou, Coordonnateur du Cadre Intégré Renforcé du Niger : ''Notre approche repose sur la participation et la pleine responsabilisation des différents acteurs''


invitM. le Coordonnateur, le démarrage effectif du projet de Catégorie 1 intitulé ''Programme d'Appui au Cadre Intégré du Commerce'' a eu lieu le 1er janvier 2012 avec pour objectif principal de ''renforcer les capacités des arrangements nationaux de mise en œuvre du Cadre Intégré Renforcé, et intégrer les questions de commerce dans les stratégies et plans de développement nationaux''. Avec un peu de recul, pouvez-vous nous dire les effets et l'impact de ce projet sur les acteurs concernés ?
En dépit du retard enregistré au démarrage le Projet a eu des effets notables sur les acteurs concernés en particulier, mais aussi sur le secteur commercial en général. En effet , les actions d'information, de sensibilisation et de formation au profit du secteur public, du secteur privé et de la société civile ont permis aux bénéficiaires d'acquérir des connaissances utiles pour améliorer leurs activités et leurs revenus et/ou leurs performances.
A titre illustratif, l'atelier sur les Régimes douaniers et le transit routier inter-Etats, à l'intention des acteurs du secteur privé, de la société civile et de l'administration publique, sur les 83 bénéficiaires, il ressort des sondages qu'en moyenne : 72% estiment avoir amélioré leurs connaissances des différents Régimes douaniers et du Système de transit au Niger et dans la Sous-région; 55% relevant du secteur privé et de la société civile s'estiment édifiés et renforcés dans leur rôle d'informer, de sensibiliser et de former leurs bases sur ces aspects ; 95% ont transmis les informations retenues à leurs structures et 40% des structures ont organisé une diffusion des connaissances acquises par leurs délégués.
En ce qui concerne l'atelier à l'intention des 81 femmes entrepreneures et commerçantes sur ''les Outils de gestion de l'entreprise'', 48% déclarent être édifiées sur les démarches de formalisation et de gestion des entreprises; 37% ont appris à constituer un dossier de financement; 33% y ont trouvé des supports de sensibilisation des membres de leurs structures ou de leurs usagers; 89% ont transmis les informations retenues à leurs structures et 56% des structures ont organisé des séances de rediffusion des informations à leurs membres.
A propos de l'atelier sur le ''Marketing au service de la compétitivité des PME/PMI'', sur les 54 jeunes entrepreneurs formés, 48% déclarent être confortés dans leur conception de gestion d'une entreprise à savoir la maitrise des coûts, le meilleur choix et la diversification des partenaires d'affaires et les facilités d'écoulement des produits et services; 38% y ont trouvé des supports de sensibilisation des membres de leurs structures ou de leurs usagers; 86% ont assuré une retransmission aux structures qui les ont délégués et 48% des structures ont organisé des séances de rediffusion des informations à leurs membres.
S'agissant de l'atelier sur ''Les normes d'hygiène et de la qualité'' qui a regroupé 60 participants composés de femmes transformatrices de l'agro-alimentaire, des acteurs du secteur privé, de la société civile et des cadres centraux des Ministères en charge du Commerce, de l'Artisanat et du Développement industriel, 60% des femmes estiment avoir amélioré leurs connaissances sur les questions de normes d'hygiène et de qualité, ce qui leurs permettra d'améliorer leurs activités et leurs revenus. Parallèlement, dans le cadre de la visibilité des résultats du projet, un plan de communication a été élaboré et mis en œuvre ainsi que la création d'un site web qui est déjà en ligne suivant l'adresse : www.umocir.org
M. le Coordonnateur, l'objectif ultime de toutes les politiques nationales de développement au Niger, est de réduire la pauvreté et de promouvoir un développement durable. Quelle approche votre projet a-t-il choisi, à travers le secteur du commerce, pour atteindre cet objectif ?
Pour réduire la pauvreté et promouvoir un développement durable, nous avons jugé utile que notre méthodologie d'approche repose sur la participation et la pleine responsabilisation des différents acteurs dont notamment le trépied «secteur public - secteur privé - société civile». Cette approche jette les bases de la durabilité du Projet à travers une appropriation du processus du Cadre Intégré par les acteurs nationaux.
Au vu de tout ce qui précède, peut-on parler de liens ou de cohérence entre le ''Programme d'Appui au Cadre Intégré du Commerce'' et les autres politiques nationales de développement économique et social du Niger ?
Oui, nous pouvons parler de liens entre ce Programme et les autres politiques nationales de développement car leur objectif principal est de favoriser la croissance économique, le développement durable et la réduction de la pauvreté au Niger. Mieux, ce Programme d'Appui au Cadre Intégré du Commerce est en conformité avec l'Initiative 3N «les Nigériens Nourrissent les Nigériens», surtout à travers l'axe 2 de cette initiative intitulée «Approvisionnement régulier des marchés ruraux et urbains en produits agro-sylvo pastoraux et halieutiques». En effet, à travers cet axe, conformément à l'initiative 3N, le Programme vise notamment la valorisation et la mise en marché des produits agro-sylvo-pastoraux et halieutiques; la création d'unités industrielles agro-alimentaires ; l'amélioration des infrastructures et des circuits de commercialisation y compris l'exportation; et la mise en œuvre des mesures d'amélioration de la compétitivité des filières.
Comme on le voit, les deux initiatives se complètent. C'est pourquoi, dans la mise en œuvre de nos activités, une bonne coopération avec le Haut-Commissariat à l'Initiative 3N est développée afin de créer des synergies devant faciliter un déroulement cohérent des activités, notamment dans le sens d'impulser une dynamique dans la production et conséquemment l'offre de nos produits et services.

Concrètement, M. le Coordonnateur, pouvez-vous nous dire ce que vous envisagez pour pérenniser les acquis du projet catégorie 1 dénommé ''Programme d'Appui au Cadre Intégré du Commerce''?
La pérennisation des actions du Programme sera assurée par une appropriation du projet par l'Unité et par les acteurs impliqués dans sa mise en œuvre.
A terme, les objectifs et activités du projet seront effectivement intégrés dans les Programmes nationaux de développement. A cet effet, il est nécessaire d'élaborer des projets sectoriels dits de catégorie 2 et de mobiliser des ressources financières plus importantes de l'Etat en vue d'amener plus de Partenaires Techniques Financiers (PTF) à contribuer au financement de ces projets de catégorie 2.
D'ores et déjà, une consultation sera menée pour définir la meilleure manière d'intégrer l'UMOCIR au sein du Ministère du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé, notamment ses fonctions de conception et d'exécution de projets dans ses propres structures.

Justement, parmi ces projets sectoriels de catégorie 2, figure en bonne place le ''Projet pour le Développement de la filière Cuirs et Peaux au Niger''. Avant de nous définir ses objectifs, pouvez-vous nous dire ce qui a motivé la création de cette structure ?
Il convient de rappeler que le Niger, à l'instar des autres pays bénéficiaires du Programme du Cadre Intégré Renforcé, a réalisé en 2006 l'Etude Diagnostique pour l'Intégration Commerciale du Niger (EDIC) dont l'objectif ultime est de poser les bases d'une accélération de la croissance en renforçant l'intégration de l'économie du pays dans les marchés régionaux et mondiaux. Cette EDIC vient d'être actualisée et l'atelier de sa validation a eu lieu du 8 au 9 décembre 2015. Cette étude a identifié le secteur des Cuirs et Peaux comme étant un facteur de développement pour le Niger. Et c'est pourquoi le sous-secteur des Cuirs et Peaux a été retenu pour l'élaboration du projet.
Les motifs qui ont conduit à la mise en place du ''Projet pour le Développement de la filière Cuirs et Peaux au Niger'' se situent à plusieurs niveaux.
D'abord, les contraintes liées à la qualité du produit qui relèvent surtout de l'état des infrastructures d'abattage et de l'animal à abattre, et de la qualification des producteurs. Parmi ces contraintes, on peut citer les maladies cutanées affectant la qualité du produit ; les dégâts d'origine traumatique comme les marques à feu ; la putréfaction occasionnée à la suite d'un séchage insuffisant ; les nombreux couteliers et trous au moment de l'habillage; la détérioration des peaux suite à l'attaque des rats, des moisissures et des insectes au moment de l'entreposage ; et la mauvaise odeur des produits tannés.
Ensuite nous avons les contraintes organisationnelles inhérentes à l'insuffisance de professionnalisation des principaux opérateurs de la filière que sont les bouchers et les collecteurs à savoir: la prédominance du circuit informel; la formation insuffisante des apprentis bouchers pour assurer une dépouille de qualité; le relâchement dans le contrôle réglementaire de dépouille, de traitement, de séchage et de conditionnement; l'insuffisance de formation des tanneurs et l'inorganisation des collecteurs et producteurs des cuirs et peaux.
Enfin, comme contraintes, nous avons les contraintes institutionnelles et financières avec : le cadre institutionnel peu favorable aux investissements privés dans la chaîne de production ; l'inadaptation de certaines dispositions des textes réglementaires au contexte actuel de libéralisation; les contraintes financières des opérateurs dont la plupart ont une surface financière limitée; les difficultés d'accès aux crédits, etc.
Malgré l'existence de ces contraintes, il convient de souligner que le Niger dispose de nombreux atouts pour la promotion de la filière, notamment l'existence d'un potentiel de production important au niveau des petits ruminants (valeur exceptionnelle de la peau de la chèvre rousse de Maradi en raison de sa texture) ; l'existence de la demande potentielle au niveau national appuyée par la présence d'un Centre de métiers de cuirs à Niamey financé par la Coopération française sans oublier la demande sous-régionale et internationale; la mise en œuvre du Projet de Développement des Exportations et des Marchés Agro-sylvo-Pastoraux (PRODEX), et l'existence du Programme Productivité de l'Agriculture en Afrique de l'Ouest (PPAO) avec son centre de spécialisation en élevage; l'existence d'un Centre des Métiers du Cuir et d'Art de Niamey pouvant assurer une formation de qualité aux artisans et autres acteurs intervenant dans la filière ; l'existence des Villages artisanaux dans les différentes capitales régionales et l'existence d'un Musée national abritant des artisans à Niamey.
A propos des objectifs visés par le ''Projet pour le Développement de la filière Cuirs et Peaux au Niger'', il convient de rappeler que c'est un projet qui a démarré ses activités en février 2015 et qui vise non seulement à accroître la contribution du secteur cuirs et peaux au développement économique et social afin de réduire la pauvreté, mais aussi améliorer la compétitivité des cuirs et peaux à travers un renforcement des capacités des acteurs intervenant dans la chaine de valeur.

Altiné Maman, MC/PSP
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : …

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : "Notre vision au ProDAF, est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) »

Le ProDAF a été mis en vigueur en septembre 2015, pouvez-vous d'abord nous rappeler la vision de votre programme ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour présenter le ProDAF. En effet, la vision du ProDAF est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) à travers lesquels les producteurs ruraux soutenus par leurs organisations et les collectivités locales s'organisent, aménagent et exploitent de manière rationnell...

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun so…

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun souci majeur à propos de l'organisation des examens du baccalauréat cette année »

Monsieur le ministre, les examens du baccalauréat session 2017 sont prévus pour le 11 juillet prochain: est-ce que cette date tient et quel est le niveau des préparatifs ?Je remercie l'hebdomadaire Sahel Dimanche de me donner, en ma qualité de ministre des Enseignements supérieurs, de la recherche et de l'innovation, l'occasion de m'adresser à mes concitoyens en cette veille des examens de baccalauréat, session 2017 dans notre pays. Je ...

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faci…

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faciliter le commerce en Afrique à tous les niveaux est certaine», déclare Sadou Seydou

Monsieur le ministre, avant de rentrer dans le vif du sujet, pourriez-vous nous définir ce que c'est la ZLEC ?La ZLEC, c'est la Zone de Libre Echange Continentale. C'est un projet de l'Union africaine destiné à créer un espace économique commun pour les 55 pays du continent. La Zone de Libre Echange Continentale de l'Union africaine a pour but de booster le Commerce intra-africain, favoriser l'industrialisation du continent et d'accroit...

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas…

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas d'incidence sur la superficie du Niger», déclare M. Hamadou Mounkaila

Monsieur le Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières, le Niger a borné ses frontières avec certains de ses voisins et a passé devant la Cour internationale de La Haye pour délimiter ses frontières avec le Bénin ; or, de nombreuses personnes physiques et morales continuent à dire ou écrire que notre pays fait 1.267.000 kilomètres carrés : quelle est donc la superficie exacte du Niger en 2017 ?Je vous remercie de l'o...

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patri…

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patrimoine culturel contribue à promouvoir le respect de la diversité culturelle et de créativité»

Dans le cadre de l'application de la convention de l'UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) que notre pays a ratifiée en 2003, entrée en vigueur en 2006, des progrès significatifs sont en train d'être enregistrés suite à l'effort inlassable que mène le ministère en charge de la renaissance culturelle dans son programme de relance ou de mise en œuvre. De retour d'un séminaire organisé en Chine dans le domaine du...

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision…

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision Terrestre Numérique, si tout va bien, les émissions pourront commencer courant décembre 2017 sur l'ensemble du pays »

Monsieur le ministre, votre institution a signé une convention lors du ''Sommet Transform Africa 2017''tenu le 11 mai dernier à Kigali, au Rwanda et qui a enregistré la présence de plusieurs chefs d'Etat, dont SE M. Issoufou Mahamadou. Pouvez- vous nous donnez d'amples explications au sujet de cette convention ?Il s'agit d'un mémorandum d'entente de coopération qui fixe les principes et les conditions d'une coopération économique et tec...

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Problématique de la disponibilité et de la gestion…

Problématique de la disponibilité et de la gestion du sang au niveau des centres de soins de Niamey : Entre insuffisance et sous-information

La quantité de sang reçue par le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) est actuel...

vendredi 21 juillet 2017

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispos…

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispositions prises pour éviter toute fraude

Le Centre Hospitalier Régional de Niamey, communément appelé maternité Poudrière, dispose ...

vendredi 21 juillet 2017

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidélise…

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidéliser les donneurs

Tchémaya qui signifie en haoussa, tchéton rey na mataa daa yara autrement dit sauver la vi...

vendredi 21 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.