Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Dr Djermakoye Hadiza Jackou, coordinatrice nationale de la lutte contre le paludisme : ''Si tout le monde y mettait du sien, et en même temps, dans la lutte contre le paludisme, il y a longtemps que la maladie aurait disparu''

invitLa communauté internationale a célébré mardi dernier la journée internationale de la lutte contre le paludisme. Que représente pour vous la célébration d'une telle journée au vu des dégâts que cause chaque année cette maladie dans nos communautés ?
Merci. Depuis 2007, les pays membres de l'OMS commémorent la Journée mondiale de lutte contre le paludisme. Donc pour nous, c'est vraiment un cadre privilégié et solennel pour rappeler aux différentes autorités politiques et administratives, et aux partenaires techniques et financiers, la nécessité de poursuivre les investissements pour lutter contre cette maladie qui représente la première cause de mortalité et de morbidité dans les pays sous-développés, principalement dans les pays d'Afrique subsaharienne.
Docteur, quelle est aujourd'hui l'ampleur du paludisme au Niger ?
Le paludisme au Niger, c'est vraiment la première cause de morbidité et la première cause de mortalité, même si ces trois dernières années, nous constatons qu'il y a une diminution du nombre de cas et une amélioration de la prise en charge au niveau de nos formations sanitaires. Nous sommes passés de 4 millions 288 mille cas présumés en 2013, à 2 millions 800 mille cas confirmés en 2014. Actuellement, nous ne parlons plus de cas présumés, nous parlons de cas confirmés. Pourquoi ? Parce que le Gouvernement et ses partenaires ont amélioré le dépistage en mettant à la disposition des formations sanitaires ce que nous appelons des tests de dépistage rapide pour confirmer les cas.
Avant, on voyait plus des cas cliniques; le patient se présente dans une formation sanitaire, et au vu des symptômes, le diagnostic est posé comme étant un cas présumé de paludisme. Donc, cela fait qu'on avait des chiffres astronomiques de 4 millions ou 5 millions de cas. Mais en fait, ces cas n'étaient pas seulement des cas de paludisme. Il y avait d'autres pathologies. Actuellement, depuis deux à trois ans, le fait de mettre à la disposition des formations sanitaires ces tests de dépistage rapide fait que nous avons de vrais cas de paludisme, nous avons environ 2 millions et quelque cas par an, qui sont correctement pris en charge dans les formations sanitaires, ce qui fait que le nombre de décès qu'on enregistrait chez les enfants a également chuté ces deux dernières années. Ceci se traduit par le fait que, de moins en moins, le paludisme n'est plus la première cause de décès chez les enfants, mais il vient en deuxième position. Cela veut dire que des efforts assez importants sont en train d'être faits.
Des efforts importants sont quotidiennement déployés par l'Etat et ses partenaires comme vous l'avez souligné tantôt, dans la lutte contre le paludisme. Peut-on savoir ce que vous faites dans le cadre de cette même lutte ?
En matière de prévention d'abord, le Gouvernement et ses partenaires ont, depuis 2014, commencé la distribution gratuite de masse en raison d'une moustiquaire pour deux personnes; donc la distribution gratuite de moustiquaires imprégnées au niveau des populations. Nous avons commencé par la région de Tillabéri; nous avons enchainé avec Maradi, Zinder et Tahoua, et nous allons, à partir du 18 mai, continuer avec la région de Niamey. Ce n'est pas moins de 8 millions de moustiquaires qui seront distribuées. A peu près 6 millions 400 mille ont déjà été distribuées. Pour Niamey, nous allons distribuer environ 600 mille à 700 mille moustiquaires. Nous allons faire la région de Dosso, et probablement celle de Diffa en fin d'année. Nous n'avons pas uniquement les moustiquaires comme moyen de prévention, nous avons ce que nous appelons la chimio prévention du paludisme saisonnier chez les enfants de 3 à 59 mois. C'est une nouvelle stratégie.
Le Niger est un des premiers pays à mettre en œuvre cette stratégie. Elle consiste à donner aux enfants de cette tranche d'âge des médicaments pendant la saison des pluies. Ce qui fait que dans les districts où nous avions mis en œuvre cette stratégie depuis deux ans, nous enregistrons une diminution d'environ 5% du nombre de cas de paludisme qu'on rencontrait. Lorsque vous interrogez les mères, elles vous diront que les enfants, pendant la saison des pluies, contrairement aux années précédentes, ont moins de paludisme, et il y a moins de décès enregistrés. Nous avons aussi le projet cher au Président de la République, avec la coopération cubaine, qui va incessamment commencer. Ce n'est pas moins de 4 milliards de FCFA qui seront injectés dans tout ce qui est lutte anti larvaire grâce à la coopération cubaine. Il s'agira pour nous de répandre des bio-larvicides au niveau de toutes les étendues d'eau qui sont favorables à la prolifération des moustiques. Nous avons aussi des conventions que nous signons avec certaines mairies pour la démoustication des villes.
Nous intervenons au niveau des rassemblements des populations pour démoustiquer les endroits. Il y a aussi la prévention que nous faisons chez les femmes enceintes. Il y a des médicaments que nous donnons lors de la consultation prénatale pour la prévention du paludisme chez ces femmes. Il y a bien sûr tout ce qui est séance de sensibilisation et information pour un changement de comportement à l'endroit des populations, pour qu'elles prennent conscience du danger du paludisme, et qu'elles comprennent les moyens de prévention contre cette maladie. Beaucoup de gens font l'amalgame entre les caniveaux, les saletés, les ordures et la prolifération des moustiques.
Les gens doivent faire extrêmement attention à toutes ces eaux qui stagnent dans les concessions; toutes ces maisons qui sont mal aérées, et mal éclairées. C'est là que se trouvent les nids des moustiques. L'anophèle a une particularité : c'est un insecte qui aime la propreté, et qui aime l'obscurité. Donc, quand vous rentrez dans les concessions où il y a juste de l'eau qui stagne dans un canaris, dans un pneu, ou dans une brique, c'est là qu'il peut y avoir la prolifération des moustiques qui donnent le paludisme. Ceux qui sont dans les caniveaux, ce sont les culex. Ce ne sont pas eux qui transmettent le paludisme. Mais, c'est vrai qu'il faut améliorer l'environnement malsain et insalubre dans lequel nous vivons surtout au niveau des villes.
L'édition 2016 de la journée internationale de lutte contre le paludisme a pour thème : ''Mettre fin une fois pour toutes au paludisme''. Pensez-vous que cet objectif peut être atteint par nos Etats ?
Je pense sincèrement que cet objectif peut être atteint. Il peut être atteint pourquoi ? Lorsque vous regardez entre 2000 et 2015, nous avons plus de 57 pays qui ont réduit de plus de 75% l'incidence du paludisme. Et plus de 60% de ces pays ont réduit le taux de mortalité. Donc il n'y a pas de raison à ce que ces efforts ne continuent pas et que les résultats ne soient pas améliorés si toutefois toutes les conditions sont réunies. Et les conditions c'est quoi ? Il faut que tout le monde s'y mette.
Le Gouvernement seul ne peut pas faire en sorte que le paludisme recule. Aussi, les populations, le Gouvernement, les partenaires, les communes, bref, tout le monde doit s'y mettre. Si tout le monde y mettait du sien, et en même temps, dans la lutte contre le paludisme, il y a longtemps que la maladie aurait disparu. C'est nous, les femmes, qui sommes responsables de la salubrité chez nous. Et c'est vous, les hommes, qui êtes responsables de la salubrité devant chez vous. Donc, évitez de laisser des eaux qui stagnent. Et lorsque vous voyez des eaux qui stagnent devant vos portes pendant la saison des pluies, essayez de remblayer.
Mettons nous tous ensemble pour améliorer la salubrité de notre environnement. Les communes suivront. Une fois que le ménage est fait à l'intérieur des maisons, cela donnera le courage aux communes pour qu'elles s'y mettent afin d'améliorer la salubrité dans les villes. L'Etat met aussi à la disposition des populations des moyens de traitement. Depuis trois ans, nous n'enregistrons pas de rupture de médicaments dans nos formations sanitaires. La prise en charge est gratuite pour les enfants de 0 à 5 ans, et il y a la disponibilité aussi bien pour la prise en charge des cas simples que des cas graves.

Si tout le monde va dans le même sens, nous pensons que l'objectif de la journée ''Eliminer le paludisme une fois pour toutes'', que nous avons fixé pour 2025, sera forcément atteint. Il y a des maladies qui sont beaucoup plus graves et plus contagieuses que le paludisme ; et pourtant, la communauté internationale est arrivée à bout de ces maladies. Donc, il n'y a pas de raison à ce qu'on ne puisse pas éliminer le paludisme qui est, dans une certaine mesure, une maladie comportementale.
Oumarou Moussa(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplem…

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplement vérifier les effets nocifs de certains produits contre l'asthme qui étaient déjà sur le marché »

Dr Raphiou, vous avez en compagnie d'autres chercheurs, mené deux études concernant les effets d'un produit pharmaceutique pour le traitement de l'asthme. Quel était l'objectif visé à travers ces deux études ?Je vous remercie pour cette opportunité que vous m'offrez de parler de la recherche. Je vous précise de prime abord que je suis nigérien et que j'étais au Lycée Issa Korombé de Niamey avant de poursuivre mes études aux Etats Unis e...

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, d…

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, des Affaires Coutumières et Religieuses, président du comité interministériel de négociation avec tous les syndicats du Niger : « L

Monsieur le ministre d'Etat, nous assistons ces derniers temps à une certaine agitation du fait de la société civile et de l'opposition. L'opposition d'abord, dans sa déclaration du 17 décembre 2016 a demandé au Président de la République de démissionner. Puis, la société civile qui a organisé, le 21 décembre 2016, une marche suivie de meeting au cours duquel elle accuse le gouvernement de dévoyer la démocratie au Niger. Quel commentair...

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que …

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que les Nigériens sont respectueux des us et coutumes de leurs pays d'accueil, et très rarement on les voit impliqués dans des problèm

M. l'ambassadeur, vous représentez l'Etat du Niger dans un vaste pays comme la Chine. Quelle appréciation faites-vous de la coopération sino nigérienne?Tout d'abord je voudrai remercier les autorités de notre pays pour la confiance placée en ma modeste personne pour diriger notre mission diplomatique en République Populaire de Chine. Je remercie également l'ONEP pour l'opportunité que vous m'offrez afin de m'exprimer dans les colonnes d...

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un …

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un stade de maturité pouvant lui garantir sa promotion et son développement.''

Monsieur le ministre, la 38ème édition du Sabre National débutera dimanche prochain dans l'arène Hamidine Maïdaré de Tahoua. Quelles sont les impressions qui vous animent à la veille de la tenue de ce grand événement ?Je suis animé par un sentiment de grande joie à la veille de ce grand événement, car pour la 38ème fois, l'ensemble des Nigériens se retrouveront dans la communion des cœurs et des esprits pour célébrer le Sabre National q...

Interview de M. Sadou Soloké, Gouverneur de la région d'Agadez : « Toute la population et l'ensemble des leaders sont im…

Interview de M. Sadou Soloké, Gouverneur de la région d'Agadez : « Toute la population et l'ensemble des leaders sont impliqués dans la démarche et la dynamique de réussir Agadez Sokni, parce que c'est un projet pour la région »

M. le gouverneur, Agadez, la région que vous dirigez depuis quelques mois, accueille cette année les festivités de la fête tournante du 18 décembre. Dans quel état d'esprit les autorités et les populations préparent cet évènement ?Effectivement Agadez accueille cette année la fête tournante du 18 décembre. Notre tour arrive après Dosso Sogha en 2014 et Maradi Koliya en 2015. Comme vous pouvez l'imaginer aisément et le voir aussi, les po...

L'Ambassadeur de l'Union Européenne(UE) dresse le bilan de la Coopération UE-Niger : ''Le Niger est indiscutablement auj…

L'Ambassadeur de l'Union Européenne(UE) dresse le bilan de la Coopération UE-Niger : ''Le Niger est indiscutablement aujourd'hui un partenaire privilégié de l'Union Européenne'', déclare M. Raul Mateus Paula

Excellence Monsieur l'Ambassadeur, comment se portent les relations entre l'Union Européenne et le Niger en cette fin d'année 2016, et quels en ont été les faits marquants?Je crois pouvoir dire que les relations entre l'Union Européenne et le Niger sont excellentes. Le Niger est indiscutablement aujourd'hui un partenaire privilégié de l'Union Européenne. Cette relation privilégiée s'inscrit dans une communauté de vues sur de nombreux su...

Docteur Idi Illiassou Maïnassara, ministre de la Santé Publique : ''Nous avons prévu, dans le curricula des Ecoles de Sa…

Docteur Idi Illiassou Maïnassara, ministre de la Santé Publique : ''Nous avons prévu, dans le curricula des Ecoles de Santé, d'insister sur l'éthique et la déontologie, et des modules de formation comme l'approche centrée sur le patient.''

Monsieur le ministre, lors de votre passage devant les députés nationaux le 19 novembre dernier, vous avez expliqué que le Gouvernement avait fait beaucoup de concessions quant aux revendications du BEN SMES, qui n'a cependant toujours pas mis fin à ses mouvements de grève. Que comptez-vous faire alors pour trouver une solution à ce problème qui n'a que trop duré ?A l'issue des échanges entre nos deux parties, j'ai personnellement deman...

Pr Khalid Ikhiri, Président de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) : ''Dans ce document, il est programmé …

Pr Khalid Ikhiri, Président de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) : ''Dans ce document, il est programmé un certain nombre d'activités qui nécessitent des moyens financiers conséquents, d'où l'idée d'organiser une table-ronde.''

M. le président, la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) a été très active cette année 2016 à travers plusieurs activités de promotion et de protection des droits humains. Est-ce à dire que la Commission joue véritablement son rôle contrairement à ce que pense une certaine opinion ?Je vous remercie de l'occasion que vous me donnez pour parler des droits humains dans vos colonnes. Cela démontre votre engagement pour la promotio...

Ministre Rhissa Ag Boula, président du Comité d'organisation d'Agadez Sokni : ''L'objectif que nous avons assigné à Agad…

Ministre Rhissa Ag Boula, président du Comité d'organisation d'Agadez Sokni : ''L'objectif que nous avons assigné à Agadez Sokni est celui d'une fête de la solidarité, de la consolidation de l'unité nationale et de la découverte ou la redécouverte de

Monsieur le ministre, nous sommes à un mois de la fête tournante du 18 Décembre. Est-ce que d'ici là, la Région d'Agadez ou plus particulièrement la ville d'Agadez, sera prête à accueillir et organiser les festivités?A cette question, le président du Comité d'organisation d'Agadez Sokni que je suis, vous réponds par un ''oui'' absolu. Toutes les infrastructures entrant dans le cadre de l'accueil et de l'hébergement des personnalités et ...

Dr Xavier Crespin, directeur général de l'Organisation Ouest-Africaine de la Santé (OOAS) : ''Notre mission est d'offrir…

Dr Xavier Crespin, directeur général de l'Organisation Ouest-Africaine de la Santé (OOAS) : ''Notre mission est d'offrir le niveau le plus élevé en matière de prestations de santé aux populations''

Monsieur le Directeur Général, qu'est-ce que l'Organisation Ouest-Africaine de la Santé et quelles sont les raisons qui ont conduit à sa création ?L'Organisation Ouest-Africaine de la Santé est une institution de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) qui s'occupe des questions de Santé. Elle a été créée en 1987 par les Chefs d'Etat de l'espace communautaire à travers un protocole signé par les 15 dirigeants...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !

Audiences

Dossier

Commandement des Etats Unis pour l'Afrique (AFRICO…

Commandement des Etats Unis pour l'Afrique (AFRICOM) : Une vision au-delà des préjugés, comprendre les enjeux sécuritaires en Afrique

Du 26 novembre au 1er décembre dernier, un groupe de journalistes nigériens et camerounais...

jeudi 12 janvier 2017

Egypte : Au pays des pyramides

Egypte : Au pays des pyramides

L'Egypte tire incontestablement sa renommée, au plan mondial, des pyramides et plusieurs a...

jeudi 29 décembre 2016

Le nouveau canal de Suez : Le symbole du patriotis…

Le nouveau canal de Suez : Le symbole du patriotisme égyptien

Inauguré il y a plus d'un an, précisément le 6 Août 2015, le nouveau Canal de Suez constit...

jeudi 29 décembre 2016

L'air du temps

Il n'y a pas que ça à faire...

Il n'y a pas que ça à faire...

Politique à la une des médias, politique sur les réseaux sociaux, politique dans les fadas...

jeudi 12 janvier 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.