Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Monsieur Amadou HAROUNA, Haut-commissaire à l'Aménagement de la Vallée du Niger : ''Kandadji est au cœur de la problématique du développement durable au Niger''

Amadou Harouna KandadjiM. le Haut commissaire, le programme Kandadji de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger est un programme à buts multiples. Quels sont les objectifs visés à travers ce programme ?
Merci de l'opportunité que vous m'offrez de parler de ''Kandadji''. L'objectif général du programme Kandadji est d'accroître l'accès à l'eau pour le développement agricole, la capacité de production d'énergie hydroélectrique dans la partie nigérienne du Bassin du Niger et de contribuer à la réduction de la variabilité saisonnière du débit du fleuve Niger en aval de Kandadji jusqu'aux frontières béninoise et nigériane.
Pour atteindre l'objectif général, trois objectifs spécifiques ont été assignés au programme. Le premier porte sur la contribution à la réduction de la variabilité saisonnière du débit en aval de Kandadji à travers la création d'un réservoir d'une capacité suffisante répondant aux exigences de soutien d'étiage (120 m3/seconde à Niamey) pour atténuer la dégradation de l'écosystème du fleuve. Le deuxième vise à accroître l'accès à l'eau pour le développement agricole, l'amélioration de la sécurité alimentaire et des conditions de vie des populations à travers la mise en valeur du potentiel de terres irrigables de la vallée et de la pisciculture. Le troisième enfin a trait à l'accroissement de la capacité de production nationale d'énergie hydroélectrique permettant de couvrir les besoins du pays en énergie. Vous comprenez que ''Kandadji'' est au cœur de la problématique du développement durable au Niger.
Ce Programme, il faut le préciser, est conçu autour du barrage de Kandadji projeté sur le fleuve Niger, à environ 180 kilomètres en amont de Niamey, et 60 kilomètres en aval de la frontière avec le Mali.

Qu'est-ce qui est prévu dans la composante hydro-électrique, et quand est-ce que cette composante sera mise en œuvre de manière effective?
La composante ''Infrastructures énergétiques'' comporte notamment l'étude d'un Schéma Directeur de production-transport de l'énergie. Cette étude, qui a démarré le 30 novembre 2015, est en cours. Il y a l'équipement de la centrale hydro-électrique, dont le dossier de pré-qualification a été actualisé et envoyé à la Banque Mondiale et à l'Agence Française de Développement à la mi-avril 2016, pour non objection. La composante ''Infrastructures énergétiques'' comporte aussi une étude pour la détermination d'une structure de gestion du futur barrage. La sélection du bureau d'études est en cours. Il y a également la construction de la ligne de transport d'énergie Kandadji-Niamey et le poste d'arrivée. La Banque Islamique de Développement a approuvé le financement du coût total de cette ligne. La mise en œuvre de cette composante est donc au stade de démarrage des principales activités.

Où en êtes-vous dans la mise en œuvre de ce programme?
Le programme comprend les travaux du génie civil du barrage et ses ouvrages annexes, ainsi que la mise en œuvre des plans environnementaux et sociaux. Les travaux du génie civil du barrage et ses ouvrages annexes sont l'équipement de la centrale hydro-électrique, la construction de la ligne de transport de l'énergie de Kandadji à Niamey et le poste associé, la route de déviation. Quant aux plans environnementaux et sociaux, ils concernent la réinstallation des populations, les mesures de sauvegarde environnementale et sociale, le Plan de Développement local et le Développement du Pôle de croissance de l'irrigation.

Pour le génie civil du barrage et de la centrale hydro-électrique, il faut noter que les travaux préparatoires comprenant la construction de la cité du maître d'ouvrage (bâtiments avec accès et VRD associés), le pont pour le franchissement d'un bras du fleuve lors des travaux, la protection des batardeaux, le recalibrage du chenal de dérivation et l'entretien des pistes d'accès aux zones des travaux sont terminés.
Pour ce qui concerne le maître d'œuvre des travaux de génie civil et des équipements hydromécaniques, il a été recruté en août 2015, pour une durée de 48 mois.

Il faut préciser aussi que le maître d'œuvre assure, entre autres, la direction de l'exécution des contrats de travaux, la gestion des interfaces, la coordination et le pilotage du chantier, les contrôles, les essais et la réception à l'usine au cours de la fabrication des équipements hydromécaniques et électromécaniques du barrage et de l'usine, la surveillance des travaux sur le site, la coordination et la supervision des essais de réception sur le site et de mise en service et l'assistance pendant la durée de la garantie, ainsi que la formation du personnel du maître d'ouvrage pour le suivi des travaux et du personnel qui sera chargé de l'exploitation.

La mise à jour des Avant Projets Détaillés (APD) et des Dossiers d'Appel d'Offres (DAO) est très avancée pour la sélection des entreprises qui auront à construire le barrage et la centrale hydro-électrique. La pré-qualification des entreprises pour les travaux de génie civil et équipements hydromécaniques est terminée. La liste restreinte de sept (7) entreprises pré qualifiées a reçu l'avis de non objection des partenaires, le 20 avril 2015. Le lancement de la consultation se fera après la validation de la revue de l'APD et des DAO par les Partenaires Techniques et Financiers, prévue initialement en juin 2016.

S'agissant de la réinstallation, une première vague de 774 ménages a été indemnisée pour la construction de leurs habitations. Sur les 774 ménages ayant perçu leurs indemnisations, 441 ménages ont regagné leurs habitations sur les nouveaux sites.
Le coût global de la réinstallation de la première vague a atteint 30 milliards 120 millions 066 mille 699 FCFA. Il a permis de prendre en charge, outre les indemnisations et les compensations pour pertes de production, la construction de plusieurs infrastructures sociales (classes, centres de santé, adduction d'eau potables, mosquée....) et l'aménagement de 2000 hectares de terres irrigables.

Pour bien préparer la deuxième vague des populations à réinstaller, il a été procédé à la réalisation d'un audit technique de la mise en œuvre de la première vague afin d'en tirer les leçons et les points à améliorer pour mieux réussir la 2ème vague. Ensuite, il sera procédé au recensement de la population à réinstaller, au métrage de leurs terres et à l'élaboration de plans d'actions pour la réinstallation. Le dossier relatif à l'étude pour la réinstallation est bien avancé puisqu'il a été transmis à la Banque Mondiale pour avis de non objection.
Il faut souligner qu'un recensement effectué en 2009 estime à 37.891 le nombre de personnes concernées par cette 2ème vague.
La réinstallation des populations de cette vague est, à l'évidence, l'un des défis important de la mise en œuvre du programme Kandadji. Pour fixer les idées, il faut retenir qu'à la côte 228 retenue actuellement pour la construction du barrage, une bonne partie de la ville d'Ayorou doit être réinstallée.

Par rapport aux mesures de sauvegarde environnementale, il y a eu plusieurs réalisations dont la réalisation des travaux de banquettes et demi-lunes sur 1.099 ha, la réalisation de 100 km de bois collectifs et l'étude de formations naturelles sur 1.600 ha ; la plantation d'ombrage et d'alignement dans les trois (3) villages réinstallés (Kandadji, Sanguilé et Alsilamé) ; la réhabilitation de la pépinière départementale de Téra et la création en cours des pépinières départementales d'Ayorou et de Bankilaré ; l'élaboration d'étude portant sur le plan de gestion intégrée des plantes aquatiques proliférantes dans la zone d'intervention du programme Kandadji ; l'acquisition de 10.000 moustiquaires imprégnées au profit des populations concernées par le déplacement involontaire ; la formation des agents villageois de la santé, le suivi épidémiologique, et la surveillance de carence nutritionnelle des populations (Direction Régionale de la Santé Publique à Tillabéri); la sensibilisation des populations en matière de santé de base (consortium d'ONG) ; la réalisation des fouilles archéologiques d'urgence (Institut de Recherche en Sciences Humaines) constituée de sept (7) sites de la tranche d'urgence et de la seconde phase ; l'empoissonnement des mares et bras morts, avec formation et équipement des pêcheurs, introduction de poissons géniteurs. Le suivi de cette activité est assuré par la Direction Régionale de l'Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable de Tillabéri. En outre, il y a eu la passation de deux conventions de partenariat avec les radios communautaires d'Ayorou et de Bankilaré, ayant pour objet d'informer, de sensibiliser et former les populations en vue de leur mobilisation pour la mise en œuvre effective et efficace des activités y afférentes, et de créer et/ou améliorer les conditions favorables d'échanges d'informations sur les activités du programme au profit de tous les acteurs concernés par la réalisation du barrage. Enfin, le processus de la création d'une aire protégée dénommée ''Réserve Naturelle Nationale de Kandadji'' est très avancé.
Concernant la mise en œuvre du Plan de Développement Local, il importe de rappeler qu'il vise à accompagner les populations impactées par la réalisation du barrage à travers le renforcement des capacités organisationnelles et institutionnelles des structures locales.
Ainsi, 211 groupements féminins et mixtes opérationnels, avec 5 866 membres dont 4 593 femmes et 1 273 hommes, ont été mis en place et sont renforcés sur les techniques de gestion et de transformation des produits agro-sylvo pastoraux ; 200 organisations paysannes (OP) ont été inventoriées et restructurées en 4 Unions ; 18 agents de développement locaux et 8 animateurs de terrain assurent le suivi de proximité des activités des groupements et des organisations communautaires de base.
Un montant de 1 465 207 469 F CFA a été décaissé dans le cadre de la mise en œuvre des microprojets des 9 communes couvertes par le programme (écoles, centres de santé intégrés, activités génératrices de revenus, assainissement, vaches laitières, embouche et protection de l'environnement).
Enfin, pour la mise en œuvre du Développement du pôle de croissance de l'irrigation, il s'agit notamment d'aménager 6000 ha pour la compensation des pertes de terres dont 2000 déjà réalisés et 4000 en cours d'étude. Sur les 2000 ha réalisés, 3170 parcelles de 0,5 ha ont été aménagées et 800 ha (1237 parcelles) sont actuellement mis en valeur par 1025 exploitants dont 127 femmes. Il s'agit aussi d'élaborer un schéma directeur de développement intégré de la vallée, y compris l'élaboration d'avant-projets sommaires de 45000 ha, et d'avant-projets détaillés et dossiers d'appel d'offres sur 20 000 ha ; de développer un pôle de croissance de 4 000 ha ; et enfin de réhabiliter 1500 ha de périmètres existants.
Comme vous pouvez le noter, la mise en œuvre de programme Kandadji se poursuit, peut-être pas au rythme souhaité par les uns et les autres. Cependant, il y a lieu de souligner que cette mise en œuvre des activités du Programme est confrontée à quelques difficultés telles que la coordination de onze (11) partenaires techniques et financiers avec leurs différentes procédures; la réinstallation des populations dans le respect des politiques de sauvegarde et la faible capacité de certains acteurs.
Mais, comme vous le savez, ''Kandadji'' est un programme extrêmement important pour les Autorités de la 7ème République. Son Excellence Monsieur le Président de la République et Son Excellence Monsieur le Premier ministre ont fait prendre toutes les dispositions qui ont permis la mise en place des fondations solides rendant irréversible la construction du barrage.
Au cours de ce 2ème mandat, leur engagement ferme devrait permettre la réalisation effective de cette importante infrastructure.
En perspective, et afin de répondre au souci d'une exécution efficace du Programme, un décret de création de l'Agence du Barrage de Kandadji (ABK) a été pris par le Gouvernement le 26 janvier 2016. Les échanges réguliers et de haut niveau avec les Partenaires Techniques et Financiers devraient permettre de dissiper toutes les difficultés qui entravent l'exécution du barrage.
En somme, il faut retenir que l'ambition des plus Hautes Autorités est une mise en eau du barrage, au plus tard en 2021.

Quels sont les avantages sociaux et économiques du programme vis-à-vis des populations affectées ?

Au regard de ce qui précède, vous avez certainement noté que ''Kandadji'' est un programme national. C'est vrai que sa mise en œuvre, comme tout grand projet d'infrastructures, affectera directement la population installée dans la zone.
Cette population affectée verra ses conditions de vie améliorées grâce à l'accès aux services socio-économiques de base à travers le Plan d'Action de Réinstallation, le Plan de Développement Local, le Plan de Gestion Environnemental et Social, le Pôle de Croissance et le développement de l'irrigation. Ainsi, à travers le ''Plan d'Action de Réinstallation'', il y a déjà, au profit de cette population, l'eau potable, l'assainissement, des écoles, le service de santé publique et de surveillance épidémiologique, la compensation et l'indemnisation, l'aménagement de périmètres irrigués avec deux campagnes annuelles de production de riz dont le rendement est en moyenne de 5 tonnes à l'hectare.

Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan de Développement Local (PDL Kandadji), il est prévu au profit de la population, en plus des infrastructures socio-économiques, des Activités Génératrices de Revenus comme les micro-projets d'embouche, de vaches laitières, de banques céréalières, de banques d'aliments pour bétail, d'équipements de pêche, d'artisanat, de boutiques d'intrants, de maraîchage etc.

Le ''Pôle de Croissance'' envisagé offrira aussi plusieurs actions pour améliorer les conditions de vie des populations, notamment à travers la réhabilitation d'environ 1 500 hectares de systèmes d'irrigation, la conception et la mise en place d'un pôle de croissance agroalimentaire pilote constitué d'environ 1 500 hectares de cultures commerciales diversifiées en aval du barrage, ce qui permettra aussi de diversifier et d'augmenter les revenus.

Finalement, le schéma directeur de développement de l'irrigation sur 45.000 hectares tout le long du fleuve Niger ouvrira d'autres perspectives pour tous les Nigériens et contribuera à améliorer la sécurité alimentaire et accroîtra les revenus des producteurs agricoles par le développement et l'intensification des cultures irriguées.
Oumarou Moussa(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : …

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : "Notre vision au ProDAF, est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) »

Le ProDAF a été mis en vigueur en septembre 2015, pouvez-vous d'abord nous rappeler la vision de votre programme ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour présenter le ProDAF. En effet, la vision du ProDAF est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) à travers lesquels les producteurs ruraux soutenus par leurs organisations et les collectivités locales s'organisent, aménagent et exploitent de manière rationnell...

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun so…

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun souci majeur à propos de l'organisation des examens du baccalauréat cette année »

Monsieur le ministre, les examens du baccalauréat session 2017 sont prévus pour le 11 juillet prochain: est-ce que cette date tient et quel est le niveau des préparatifs ?Je remercie l'hebdomadaire Sahel Dimanche de me donner, en ma qualité de ministre des Enseignements supérieurs, de la recherche et de l'innovation, l'occasion de m'adresser à mes concitoyens en cette veille des examens de baccalauréat, session 2017 dans notre pays. Je ...

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faci…

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faciliter le commerce en Afrique à tous les niveaux est certaine», déclare Sadou Seydou

Monsieur le ministre, avant de rentrer dans le vif du sujet, pourriez-vous nous définir ce que c'est la ZLEC ?La ZLEC, c'est la Zone de Libre Echange Continentale. C'est un projet de l'Union africaine destiné à créer un espace économique commun pour les 55 pays du continent. La Zone de Libre Echange Continentale de l'Union africaine a pour but de booster le Commerce intra-africain, favoriser l'industrialisation du continent et d'accroit...

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas…

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas d'incidence sur la superficie du Niger», déclare M. Hamadou Mounkaila

Monsieur le Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières, le Niger a borné ses frontières avec certains de ses voisins et a passé devant la Cour internationale de La Haye pour délimiter ses frontières avec le Bénin ; or, de nombreuses personnes physiques et morales continuent à dire ou écrire que notre pays fait 1.267.000 kilomètres carrés : quelle est donc la superficie exacte du Niger en 2017 ?Je vous remercie de l'o...

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patri…

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patrimoine culturel contribue à promouvoir le respect de la diversité culturelle et de créativité»

Dans le cadre de l'application de la convention de l'UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) que notre pays a ratifiée en 2003, entrée en vigueur en 2006, des progrès significatifs sont en train d'être enregistrés suite à l'effort inlassable que mène le ministère en charge de la renaissance culturelle dans son programme de relance ou de mise en œuvre. De retour d'un séminaire organisé en Chine dans le domaine du...

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision…

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision Terrestre Numérique, si tout va bien, les émissions pourront commencer courant décembre 2017 sur l'ensemble du pays »

Monsieur le ministre, votre institution a signé une convention lors du ''Sommet Transform Africa 2017''tenu le 11 mai dernier à Kigali, au Rwanda et qui a enregistré la présence de plusieurs chefs d'Etat, dont SE M. Issoufou Mahamadou. Pouvez- vous nous donnez d'amples explications au sujet de cette convention ?Il s'agit d'un mémorandum d'entente de coopération qui fixe les principes et les conditions d'une coopération économique et tec...

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Problématique de la disponibilité et de la gestion…

Problématique de la disponibilité et de la gestion du sang au niveau des centres de soins de Niamey : Entre insuffisance et sous-information

La quantité de sang reçue par le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) est actuel...

vendredi 21 juillet 2017

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispos…

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispositions prises pour éviter toute fraude

Le Centre Hospitalier Régional de Niamey, communément appelé maternité Poudrière, dispose ...

vendredi 21 juillet 2017

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidélise…

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidéliser les donneurs

Tchémaya qui signifie en haoussa, tchéton rey na mataa daa yara autrement dit sauver la vi...

vendredi 21 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.