Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Manou Bagué, Secrétaire Général de l'USTN : ''Œuvrons ensemble pour l'amélioration continue des conditions de vie des travailleurs''


SG-USTNVous venez d'être élu avec éclat secrétaire général de l'USTN. Peut-on savoir le sentiment qui vous anime?
C'est vraiment un sentiment de satisfaction, de réconfort, et aussi de reconnaissance envers tous ceux qui ont placé leur confiance en moi. En fait, c'est pour moi une consécration, tant il est vrai que mon engagement syndical m'a fait gravir les différents échelons jusqu'à ce que je sois aujourd'hui à la tête de l'USTN.

Etes-vous surpris par cette élection?
À partir du moment où je me suis décidé à me présenter, mon élection ne représente aucune surprise pour moi! J'avais beaucoup d'espoir, puisque j'estime que je fais partie de ceux qui méritent d'être à la tête de l'USTN. Il n'y a donc aucune surprise. J'étais vraiment confiant, en ce sens que beaucoup de syndicats affiliés à l'USTN m'ont demandé de déposer ma candidature, et ces derniers sont convaincus que je peux défendre vaille que vaille leurs intérêts, tous leurs intérêts. Ainsi, fort de ce soutien et de l'encouragement que j'ai reçus des délégués de l'intérieur du pays, il n'y a aucun doute que je serais élu secrétaire général de la centrale-mère.

Comment comptez-vous insuffler une dynamique nouvelle à la Centrale afin qu'elle réponde davantage aux attentes des travailleurs ?
Pour insuffler un nouveau dynamisme à la Centrale, et prendre véritablement en charge les préoccupations de l'ensemble des travailleurs qui rencontre des problèmes dans divers secteurs, nous envisageons, dans un premier temps, de moderniser la gestion au niveau de l'USTN en termes de ressources et d'administration. Nous allons nous investir dans ce sens, en rapport avec les autres centrales syndicales.
Comme vous le savez, nous avons signé plusieurs accords avec le Gouvernement. L'application de ces accords pose d'énormes problèmes, mais nous sommes déterminés à trouver des solutions. Aussi, au niveau de l'USTN, avec l'ensemble des affiliés, nous allons nous concerter pour que les intérêts des travailleurs où qu'ils se trouvent, soient protégés. En ce sens, ne dit-on pas que les meilleures conditions de travail produisent les meilleurs résultats?

Au cours des débats du congrès, on a eu l'impression que l'USTN est minée par des dissensions. Qu'en est-il exactement?
Pas du tout ! L'USTN n'est pas minée par des dissensions internes. Mais comme tout courant social, elle contient bien entendu des incompréhensions, et aussi les ambitions des uns et des autres. Le congrès a mis de l'ordre pour que l'USTN poursuive ses objectifs dans la sérénité syndicale.
Nous avions signé plusieurs protocoles d'accords, des années durant, mais qui n'ont pas trouvé de solutions. Les cahiers de doléances dorment dans les tiroirs du Ministère en charge de l'Emploi. Devant cette situation pour le moins déplorable, il revient à toutes les Centrales de serrer les rangs afin de repenser les relations avec le pouvoir pour que le partenariat soit sincère dans l'intérêt des deux parties. Dans tous les cas, nous allons œuvrer dans ce sens, étant donné que nous sommes là pour défendre les intérêts des travailleurs qui produisent les richesses nationales.

Au début de ce 18ème congrès ordinaire, d'aucuns avaient prévu un certain ébranlement au regard de certaines candidatures. Comment a-t-on pu l'éviter?
Ce potentiel éclatement a été évité du fait tout simplement de la démocratie. En fait, il y a eu un comité de sages qui avait voulu que les candidats s'accordent pour éviter la multiplicité des candidatures. Mais, face à l'intransigeance des uns et aux ambitions des autres, il n'a pas été du tout possible d'accorder nos violons puisque chacun espérait gagner! Voilà pourquoi nous nous sommes engagés à aller vers les élections, tout en sachant pertinemment qu'il n'y aura qu'un seul gagnant sur les trois (3) candidats. Cependant, tout le monde a pris l'engagement de ne rien entreprendre qui soit de nature à troubler le fonctionnement normal de la centrale. Toutefois, il convient de noter que les élections s'étaient déroulées dans la plus grande transparence, dans la simplicité et la sérénité.

A l'heure actuelle, notre pays compte 13 centrales syndicales dont les militants croulent sous le poids écrasant du coût de la vie. Quelle réflexion cela suscite en vous ?
Vraiment, c'est humiliant quand on connaît les objectifs assignés au mouvement syndical de manière générale. Souvenez-vous que l'USTN était à l'avant-garde de l'avènement de la démocratie. Aujourd'hui, nous sommes divisés en 13 centrales. Ceci dit, nos forces sont éparpillées, nos capacités très réduites, et la conséquence qui en découle est le non-respect des engagements par les partenaires. Nous avons donc vraiment intérêt à nous retrouver dans le cadre d'une unité d'actions, et de converger dans le sens de nos objectifs traditionnels qui sont la défense des intérêts matériels et moraux des travailleurs. Mais, avec les élections professionnelles, il y aura certainement des organisations représentatives qui décideront au nom de l'ensemble des centrales.

Avez-vous un mot à dire à propos de ces élections professionnelles ?
C'est une question d'importance capitale qui viendra dépoussiérer le mouvement syndical nigérien. Depuis plus de 10 ans, nous attendons ces élections professionnelles que nous réclamions à cor et à cri, surtout au moment où le monde syndical est en train de se subdiviser, de disperser ses forces.... C'est la raison pour laquelle nous demandons aux autorités publiques de nous appuyer pour organiser ces élections professionnelles, lesquelles si elles se déroulent dans la plus grande transparence et la sérénité, constitueront, sans aucun doute, le meilleur moyen pour nous départager afin que chacun connaisse sa place sur l'échiquier syndical national. Nous lançons un appel à la CONEP, la Commission Nationale chargée de l'organisation des Elections Professionnelles) pour faire un travail serein et sérieux, pour que le fichier électoral réponde au contexte actuel, que chaque travailleur, où qu'il se trouve, soit inscrit sur le fichier, étant donné que sa fiabilité détermine la non contestation des résultats, l'organisation des bonnes élections professionnelles ou politiques.

On constate, aux niveaux des syndicats, un certain manquement dans le respect de l'application des textes. Par exemple, comment peut-on comprendre que des syndicalistes occupent des postes de responsabilité dans la sphère du pouvoir?
Oui, c'est une situation déplorable que de voir des syndicalistes occuper des postes politiques, surtout sans avoir quitté le mouvement. C'est un choix qu'il fallait faire. Cela n'arrangera que le pouvoir. Car celui qui agit de la sorte essayera, par tous les moyens, de jouer le double jeu et finira par trahir les pauvres travailleurs qu'il représente. Les militants doivent redoubler de vigilance afin mettre fin à cette situation. Ceux qui optent pour la politique doivent coller la paix aux syndicats. Et ceux qui prennent le mandat des travailleurs doivent servir la cause des travailleurs.

L'Intersyndicale des travailleurs du Niger (ITN) a-t-elle joué un rôle dans le cadre de la consolidation de l'unité syndicale ?
L'ITN par essence est un cadre unitaire entre 7 centrales syndicales pour agir ensemble. Mais dans la pratique, on sent qu'il y a beaucoup d'hésitation. L'unité d'action tarde à se matérialiser. On dépose un cahier de doléances commun et on négocie ensemble. Il faut franchir le pas pour lutter ensemble.

Avez-vous un mot à l'endroit de ceux qui vous ont apporté leur confiance ?
Mon appel concerne aussi bien ceux qui m'ont apporté leur confiance que ceux qui ne l'ont pas fait et qui ont préféré d'autres. C'est un choix légitime, c'est normal et démocratique. Mon mot fort est simple pour tous: œuvrons ensemble pour l'amélioration continue des conditions de vie des travailleurs. Il faut réfléchir pour trouver des stratégies, des analyses pour des solutions concrètes.
Réalisée par Zabeirou Moussa

L'invité de Sahel Dimanche

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement P…

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»

Docteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans c...

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement…

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU): ''Nous avons estimé qu'il était utile de présenter les résultats auxquels nous sommes parvenus à l'ensemble des

Vous avez organisé hier, dans les locaux de l'Académie des Arts Martiaux, une journée portes ouvertes sur les activités du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU). Quels sont les objectifs que vous avez assignés à cette journée ?Nous sommes très satisfaits de l'organisation de cette journée parce que la participation a été très au-delà de ce à quoi nous nous sommes attendus. En réalité, au nive...

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decro…

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decroly répond parfaitement à la prise de conscience des parents quant à leur implication dans la gestion et le fonctionnement de l'éco

Madame la directrice, les écoles Decroly représentent une nouvelle conception de l'école publique. Pouvez-vous nous présenter le Complexe Scolaire Communautaire Decroly que vous dirigez et nous faire la genèse de sa création ?Tout récemment, en début de ce mois de décembre, notre école a reçu la visite de la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou. Et ce fut pour nous une occasion idéale de faire découvrir aux uns et aux autres l'école De...

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo …

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : ''La critique d'art permet d'aller vers le fond de l'excellence, de ne pas se satisfaire de petites choses, ni aussi d

La filière ASLAC du Département des Lettres, Arts et Communication de l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey a organisé, du 25 au 31 janvier 2017, une formation sur le module Critique d'Art. Quel était l'objectif que vous visiez à travers une telle initiative?Je crois qu'on peut dire qu'il n'y a pas un seul objectif, il y en a plusieurs. Tout d'abord, le premier, c'est le besoin de faire grandir l'art, la communauté artistique, no...

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité mac…

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité macroéconomique et à atteindre les objectifs de développement définis dans le Document d'Orientations Economiques pour la période 201

Monsieur Ntamatungiro Joseph, vous êtes au Niger depuis un an et demi en qualité de Représentant Résident du Fonds Monétaire International. Comment appréciez-vous les relations entre le FMI et le Niger ?Les relations entre le FMI et le Niger sont excellentes. Comme vous le savez, le Niger est membre du FMI depuis le 24 avril 1963. A ce titre, il bénéficie des services offerts par le FMI. En l'occurrence, le FMI accompagne le Niger dans ...

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule so…

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule solution qui s'offre à nous est la diversification des économies nationales ; solution unique pour résister au mieux aux chocs exogè

Monsieur le Secrétaire Exécutif, comment se porte aujourd'hui le marché international du pétrole ?Nous pouvons dire que le marché international du pétrole se porte de mieux en mieux. Il est en convalescence parce qu'il sort d'une longue période de baisse drastique qui a trop fait souffrir les économies des pays producteurs. Rappelons qu'en 2013, le baril de pétrole était coté à 140 dollars US, puis à 115 dollars US en juin 2014, légèrem...

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplem…

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplement vérifier les effets nocifs de certains produits contre l'asthme qui étaient déjà sur le marché »

Dr Raphiou, vous avez en compagnie d'autres chercheurs, mené deux études concernant les effets d'un produit pharmaceutique pour le traitement de l'asthme. Quel était l'objectif visé à travers ces deux études ?Je vous remercie pour cette opportunité que vous m'offrez de parler de la recherche. Je vous précise de prime abord que je suis nigérien et que j'étais au Lycée Issa Korombé de Niamey avant de poursuivre mes études aux Etats Unis e...

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, d…

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, des Affaires Coutumières et Religieuses, président du comité interministériel de négociation avec tous les syndicats du Niger : « L

Monsieur le ministre d'Etat, nous assistons ces derniers temps à une certaine agitation du fait de la société civile et de l'opposition. L'opposition d'abord, dans sa déclaration du 17 décembre 2016 a demandé au Président de la République de démissionner. Puis, la société civile qui a organisé, le 21 décembre 2016, une marche suivie de meeting au cours duquel elle accuse le gouvernement de dévoyer la démocratie au Niger. Quel commentair...

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que …

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que les Nigériens sont respectueux des us et coutumes de leurs pays d'accueil, et très rarement on les voit impliqués dans des problèm

M. l'ambassadeur, vous représentez l'Etat du Niger dans un vaste pays comme la Chine. Quelle appréciation faites-vous de la coopération sino nigérienne?Tout d'abord je voudrai remercier les autorités de notre pays pour la confiance placée en ma modeste personne pour diriger notre mission diplomatique en République Populaire de Chine. Je remercie également l'ONEP pour l'opportunité que vous m'offrez afin de m'exprimer dans les colonnes d...

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un …

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un stade de maturité pouvant lui garantir sa promotion et son développement.''

Monsieur le ministre, la 38ème édition du Sabre National débutera dimanche prochain dans l'arène Hamidine Maïdaré de Tahoua. Quelles sont les impressions qui vous animent à la veille de la tenue de ce grand événement ?Je suis animé par un sentiment de grande joie à la veille de ce grand événement, car pour la 38ème fois, l'ensemble des Nigériens se retrouveront dans la communion des cœurs et des esprits pour célébrer le Sabre National q...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !

Audiences

Dossier

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bo…

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bouteilles et la sécurité des équipements

Depuis que le Niger est devenu pays producteur et exportateur de pétrole, les populations ...

jeudi 23 février 2017

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Le Niger a initié, depuis les années 90, un programme national de l'énergie domestique, po...

jeudi 23 février 2017

Des utilisateurs témoignent

Des utilisateurs témoignent

Mme Aïssa ZakariJ'utilise les bouteilles de gaz depuis plusieurs années. Je possède en réa...

jeudi 23 février 2017

L'air du temps

Assainir l'école

Assainir l'école

L'actualité de ces dernières semaines est en train de se cristalliser autour de l'école ni...

jeudi 23 février 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.