Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Moustapha Kadi Oumani, président du CODDAE : «Le devoir de conscience nous impose d'alerter l'opinion nationale et internationale sur la gravité de la situation dans la région de Diffa»

invitMonsieur le président, la société civile nigérienne envisage d'organiser une marche suivie de meeting le samedi 9 juillet 2016 en guise de soutien aux populations de la région de Diffa ainsi que les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) dans la dure épreuve que leur impose la secte terroriste Boko Haram. D'où vous est venue cette initiative?

Tout d'abord, permettez-moi d'avoir une pensée particulière pour les éléments des FDS tombés sur le champ d'honneur, et souhaiter un prompt rétablissement aux blessés. Je présente au peuple nigérien toutes mes condoléances et je prie Dieu d'apaiser les cœurs des familles éplorées, et que la paix règne au Niger. Aujourd'hui, quiconque vit dans ce pays et quiconque suit la situation sécuritaire qui sévit dans la région de Diffa sait que la société civile a joué sa partition. Son utilité sociale ne fait aucun doute dans ce domaine. Vous savez, la société civile à un rôle de veille, d'alerte, d'interpellation et même de supplémentation, d'une part, et d'autre part, comme nous faisons partie des populations de ce pays, nous partageons la même existence.
C'est pour toutes ces raisons que nous prétendons être les porte-paroles des populations vis-à-vis des pouvoirs publics et c'est cela notre légitimité. Nous partageons les angoisses et les espoirs des populations en détresse. De ce fait, le devoir de conscience nous impose d'alerter l'opinion nationale et internationale sur la gravité de la situation dans la région de Diffa. C'est pourquoi, samedi 9 juillet prochain la société civile organise sur toute l'étendue du territoire une marche suivie de meeting en solidarité avec les populations de Diffa et les FDS.
Pour nous, il s'agira de dénoncer les conséquences des attaques tragiques de la nébuleuse Boko Haram. Cette guerre asymétrique, avec son lot de mort d'hommes, de destruction de matériels et d'enlèvements de personnes et de biens, sans oublier les déplacés internes estimés à plusieurs milliers de personnes avec des besoins urgents, dont des abris, de l'eau, de la nourriture, et des soins médicaux. Devant un tel drame humanitaire, la société civile nigérienne n'entend pas dormir sur ses lauriers et c'est pourquoi elle projette l'organisation d'un grand meeting à Niamey pour tirer la sonnette d'alarme sur ce drame qui endeuille le peuple nigérien. Cette mobilisation qui doit être la plus inclusive possible de toutes les forces vives de la nation, appelle au devoir impérieux de la vigilance citoyenne.
Aujourd'hui, la situation humanitaire se dégrade et nécessite la mise en place rapide de stocks d'urgence en eau potable et en nourriture dont le manque pourrait virer à la catastrophe si la réaction du Gouvernement, des citoyens et de la communauté internationale se fait encore attendre. Dans ce contexte, comment peut-il être autrement pour la société civile nigérienne que d'envisager de soutenir ses frères meurtris de Diffa et les FDS. Aucune conscience douée de raison et d'humanité ne doit rester indifférente face à ce drame qui se joue dans cette partie Est de notre pays dont la défense nous incombe individuellement et collectivement. Les activités économiques et agricoles sont depuis au ralenti, quand elles ne sont pas complètement arrêtées, ce qui plonge les populations dans l'angoisse et la peur permanente. Voilà quelques raisons qui nous ont guidées à prendre cette décision historique.

Quelle signification revêt pour vous un tel soutien des Nigériens aux populations de la région de Diffa et des FDS ?

La vocation essentielle de notre action vise à créer un espace d'expression de notre solidarité, de notre compassion et de notre soutien indéfectible aux populations de Diffa et aux FDS. L'objectif est d'inviter tout le monde, chacun du mieux qu'il peut, à accompagner les populations meurtries de la région de Diffa et nos vaillantes Forces de Défense et de Sécurité. Un autre point très important à mentionner est que nous voulons lancer un appel urgent au ministre chargé de l'Action Sociale à s'investir davantage pour une prise en charge efficace et efficiente de la situation humanitaire dans la région de Diffa.
A ce titre, nous comptons demander au Gouvernement de prendre les dispositions nécessaires pour mettre les FDS dans les meilleures conditions d'assurer leur mission, mais aussi de soutenir efficacement les familles de toutes les victimes. Cette occasion sera mise à profit pour inviter la communauté internationale et les amis du Niger à ne pas trainer les pieds dans l'accroissement de l'aide pour soutenir la réponse humanitaire à Diffa. En ces temps de souffrance, nous voulons également saisir cette opportunité pour encourager les FDS à mieux maitriser le théâtre des opérations. Tous ensemble ce jour-là, nous inviterons le Gouvernement à mieux communiquer pour être dans les meilleures conditions de rassurer les gens face à la psychose généralisée au sein des populations déplacées.
En outre, le moment est crucial pour lancer, au nom de la société civile nigérienne, un vibrant appel à toutes les bonnes volontés nationales et à la communauté internationale pour un accroissement rapide de l'aide humanitaire qui, comme on le sait, permet de sauver des vies et de contribuer à améliorer la vie de ceux qui sont plongés dans une situation désespérée, en particulier les femmes et les enfants, vivant pour certains dans des endroits où il n'y a ni assez d'eau et de nourriture, ni soins de santé et école. En même temps, nous voulons créer un espace citoyen pour déplorer et condamner les tragiques attaques dont ont été victimes les FDS et les populations de Diffa, et demander au peuple nigérien de se mobiliser davantage pour leur exprimer son soutien indéfectible et sa solidarité fraternelle. Cela vient à point nommé pour appuyer les efforts de paix du Gouvernement.

Au-delà de la marche, comment les Nigériens peuvent-ils matérialiser leur soutien à leurs frères de Diffa et aux FDS ?

Les populations de Diffa vivent la pire des menaces terroristes à laquelle est confronté notre pays, en même temps l'opinion nationale est traversée par des idées néfastes à la paix et à la cohésion sociale distillées, le plus souvent, sous la forme de rumeurs. Or, sans la stabilité et la paix, il serait utopique de penser qu'on puisse entreprendre une activité économique ou le développement d'un pays.
Aujourd'hui, bien des familles continuent de vivre en plein air dans la région de Diffa, certaines sous des arbres, sans un accès adéquat au minimum pour assurer leur survie. C'est important de ne pas l'oublier, les pluies ont commencé à tomber et les enfants et leurs mères sont exposées au risque de maladies. Consciente de la fragilité de cette situation, la société civile a voulu faire en sorte que tous les citoyens expriment leur solidarité, aussi minime soit-elle, pour aider les populations de Diffa et les FDS.
Il s'agit là d'un signal patriotique et de fraternité qui vise à rappeler l'indispensable cohésion sociale dans de telles conditions. Il faut donc, au nom de la paix et au nom de l'unité de ce pays, accepter de nous unir tous contre Boko Haram. Peut-être que cela interpellera tous ceux qui ont la charge de créer, favoriser ou entretenir l'unité nationale et la cohésion sociale, de s'y impliquer véritablement pour que cela soit une réalité même en temps de paix et de quiétude sociale. Il y a donc beaucoup à faire, mais nous avons aussi de très bons atouts. A ce titre, nous n'allons pas nous laisser intimider.

Monsieur le président, le Niger évolue dans un contexte sécuritaire difficile. Quel peut être l'apport de la société civile dans le maintien de la paix et de la sécurité dans notre pays ?
En l'état actuel de la crise, je persiste à croire que nous avons des citoyens à tous les niveaux qui ne semblent pas prendre la mesure de la gravité de la situation dans laquelle le pays se trouve. C'est pourquoi nous avons maintes fois dit qu'il était indispensable que les Nigériens conjuguent leurs efforts comme un seul homme pour sortir le pays de la dite situation. Oui, mais l'espoir est permis. Toutefois, dans un pays, le maintien de la paix et de la sécurité nécessite une vigilance accrue de tous les citoyens.
On ne peut pas réussir la paix sans l'implication effective de toutes les forces vives de la Nation, sans une appropriation nationale de la question. Pour nous, il y a nécessité à traiter les causes et les conséquences de cette guerre qui exige des actions conjointes en collaboration avec les voisins et la société civile, afin de lutter contre les inégalités et la pauvreté dans la région de Diffa. Nous sommes un pays de croyants, où la compassion, la solidarité vis-à-vis de ceux qui souffrent sont des valeurs cardinales. De ce fait, il faut confier certaines tâches à des acteurs de la société civile plus proche des populations. Il faut repenser la stratégie de mise en œuvre d'un processus d'établissement de la confiance en laissant cette tâche à la société civile associée à la chefferie traditionnelle et aux religieux.
En tout état de cause, l'heure n'est plus à la tergiversation et à l'attentisme, nous devons répondre avec fermeté et vigueur à la brutalité et à la barbarie qui caractérisent les insurgés de la secte Boko Haram. Nous organiserons des prières afin de montrer à la secte Boko Haram que l'Islam est une religion de paix, de cohésion et de miséricorde. Pour ce faire, nous réitérons une fois de plus notre appel à tous et à toutes, sans exclusif, pour faire de la marche citoyenne du samedi 9 juillet, la marche du Niger contre toute forme de violence.
Réalisée par Oumarou Moussa
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Le président de la HALCIA : «Pour l'année 2018, nous allons beaucoup plus mener nos actions sur la prévention. Et face à…

Le président de la HALCIA : «Pour l'année 2018, nous allons beaucoup plus mener nos actions sur la prévention. Et face à ceux qui continueront à faire la sourde oreille, nous serons implacables», déclare M. Gousmane Abdourahamane

Monsieur le président, un certain nombre de dossiers initiés par la Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA), défrayent actuellement la chronique. Il s'agit précisément du dossier sur les reversements de la douane et celui relatif à un marché attribué par la CAIMA. Pouvez-vous nous éclairer sur le contenu de ces dossiers ?Je voudrai de prime à bords saluer votre initiative, que je recommande d'...

Dr. Aoula Yahaya, Coordonnateur du Projet de Développement des Compétences pour la Croissance (PRODEC) : «Avec le financ…

Dr. Aoula Yahaya, Coordonnateur du Projet de Développement des Compétences pour la Croissance (PRODEC) : «Avec le financement additionnel, le PRODEC s'ouvrira à sept nouveaux établissements essentiellement portés vers le secteur agro-sylvo- pastoral

Pour soustraire les jeunes aux aléas du chômage et de la précarité de l'emploi, les Autorités de la 7ème République ont décidé de marquer, dans leur programme de gouvernance politique, leur engagement à mettre en cohérence les différents segments du système éducatif nigérien et le cadrage macro-économique du Plan de Développement Economique et Social (PDES, 2017-2021), pour faire de l'éducation et de la formation, la priorité du gouvern...

Le Secrétaire permanent du Comité d'organisation de Tahoua Sakola : «On a réussi, non pas parce qu'on nous a inscrit un …

Le Secrétaire permanent du Comité d'organisation de Tahoua Sakola : «On a réussi, non pas parce qu'on nous a inscrit un montant important, mais parce que nous sommes restés dans les prévisions budgétaires qui nous ont été faites», déclare Yahaya Maha

Monsieur le Secrétaire permanent, quels sentiments vous animent après la célébration du 59ème anniversaire de la proclamation de la République à Tahoua dénommé Programme ''Tahoua Sakola'' ?Merci de cette opportunité que vous nous offrez de parler des activités de l'anniversaire de la proclamation de la République qui se sont déroulées à Tahoua sous le nom de Tahoua Sakola. Pour répondre à votre question, je dirai sans hésitation que c'e...

Interview du Directeur Général du CIPMEN, M. Almoktar Allahoury : Le Centre Incubateur des Petites et Moyennes Entrepris…

Interview du Directeur Général du CIPMEN, M. Almoktar Allahoury : Le Centre Incubateur des Petites et Moyennes Entreprises, un catalyseur de l'écosystème entrepreneurial au Niger

Monsieur le Directeur Général, pouvez-vous nous parler du Centre Incubateur des Petites et Moyennes Entreprises dont vous avez la charge ?Le Centre Incubateur des PME au Niger (CIPMEN) est une association à but non lucratif né d'un partenariat public –privé dont l'ambition est de contribuer au lancement de start-ups championnes dans des secteurs d'activités comme le numérique, les énergies renouvelables ou l'agrobusiness. En moins de qu...

M. Abdou Bako, coordonnateur Education en Situation d'Urgence Save the Children : «Pour assurer un environnement d'appre…

M. Abdou Bako, coordonnateur Education en Situation d'Urgence Save the Children : «Pour assurer un environnement d'apprentissage protecteur pour tous les enfants, les écoles à risques font l'objet d'un suivi particulier»

Monsieur le coordonnateur, quatre (4) Organisations Internationales à savoir : Plan International, Save the Children, CONCERN et COOPI ont mis en place un groupe de travail « écoles sûres » dans le cadre de leurs interventions. Pouvez-vous nous donner les raisons de la mise en place de ce groupe de travail ?Merci de l'opportunité que vous nous offrez de parler du groupe de travail « écoles sûres ». Avant d'évoquer les raisons qui ont co...

M. Issoufou Katambé, président du Comité Tahoua Sakola : « Nous abordons le dernier tournant avec beaucoup d'optimisme »

M. Issoufou Katambé, président du Comité Tahoua Sakola : « Nous abordons le dernier tournant avec beaucoup d'optimisme »

Dans quel état d'esprit vous abordez le dernier tournant à quelques jours de l'événement ?Merci de cette opportunité que vous m'offrez pour parler de l'organisation. Je dois tout de suite rappeler que nous avons placé le programme Tahoua Sakola sous le triptyque ''Innovation, Dynamisme culturel et Coexistence pacifique''. L'innovation, c'est d'abord par rapport aux infrastructures. Nous avons dit que nous allons réaliser des infrastruct...

M. Moussa Issaka Arzika, Secrétaire Permanent du Comité Arbitral des Recours Fiscaux (CARFI) : «Le CARFI est une instanc…

M. Moussa Issaka Arzika, Secrétaire Permanent du Comité Arbitral des Recours Fiscaux (CARFI) : «Le CARFI est une instance arbitrale nationale compétente en matière de contentieux d'impôts»

Monsieur le Secrétaire Permanent, au nombre des réformes entreprises par le gouvernement dans le secteur des finances, figure la création du CARFI. Qu'est ce que le CARFI ?Le CARFI, c'est le Comité Arbitral des Recours Fiscaux. Le Gouvernement du Niger, soucieux d'améliorer le climat des affaires dans notre pays, s'est résolument engagé dans des reformes visant à améliorer durablement les rapports entre l'Administration fiscale et les c...

M. Barkaï Issouf, ministre chargé des Relations avec les Institutions : «Le ministère s'attèle quotidiennement à assurer…

Pourquoi la création d'un ministère spécialement dédié aux institutions ?Avant de répondre à vos questions, permettez-moi de vous remercier et de remercier l'ONEP pour cette occasion fort salutaire que vous m'offrez pour m'adresser à vos lecteurs. Vous contribuez ainsi à faire mieux connaitre mon département ministériel, ses attributions et son rôle dans l'architecture institutionnelle et administrative de notre pays. J'en suis très rec...

Le Ministre Conseiller Spécial du Président de la République et Directeur Général de l'Agence Nationale pour l'Organisat…

Monsieur le Directeur Général, en créant l'Agence que vous dirigez, quelles sont les missions que le gouvernement du Niger lui a assignées?Il faut tout d'abord rappeller que les Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine ont choisi le Niger pour abriter en 2019, la 33eSession de la Conférence des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine à Niamey.C'est non seulement un signe fort de la vitalité de notre diplomatie m...

Interview du président de la Commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, l'Honorable Hamma Assah : « La hau…

Honorable, vous êtes président de la commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, pouvez-vous brièvement dire à nos lecteurs quel est le rôle de cette Commission ?Merci au journal Sahel Dimanche pour cette opportunité qu'il nous offre pour parler de la Commission de la Défense et de la Sécurité. Disons d'entrée de jeu que, selon le règlement intérieur de l'Assemblée nationale en son article 30, la Commission de la Défense et...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Réseaux sociaux : le cocktail imbuvable du mensonge et de l'intox

Réseaux sociaux : le cocktail imbuvable du mensonge et de l'intox

Avec l'avènement de l'internet, et les innombrables plateformes d'informations plus rapide...

vendredi 19 janvier 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.