Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Mamane Naissa Sabiou, président du Tribunal de Commerce de Niamey: ''A présent, la loi de procédure que nous avons au Tribunal de Commerce permet d'accélérer la procédure et d'avoir la sérénité dans le traitement des affaires.''


invitMonsieur le président, le Niger vient d'avoir son premier Tribunal de Commerce, celui de Niamey, qui a été installé en avril dernier. Expliquez-nous ce qu'un tribunal de commerce.
Je vous remercie de me donner l'occasion, à travers les colonnes de votre journal, de parler du 1er Tribunal de Commerce opérationnel au Niger, en l'occurrence celui de Niamey dont je suis président. Ce tribunal a comme ressort territorial celui du Tribunal de Grande Instance hors classe de Niamey.
Je commencerai pour souligner que le Tribunal de Commerce est une juridiction spécialisée statuant exclusivement et uniquement sur les affaires commerciales, comme son nom l'indique. Donc, il ne traite ni du pénal, ni de l'administratif, ni du social, etc. Le Tribunal de Commerce ne traite que d'une seule matière: les affaires commerciales. Il statue toujours en matière commerciale. C'est ça la particularité de cette juridiction que j'ai l'honneur de présider, d'où son nom de ''juridiction spécialisée''.

Qu'est-ce qui justifie la création d'un Tribunal de Commerce au Niger ?
Quand on parle de commerce, on parle du monde des affaires. Il s'agit donc d'un monde particulier, vous en convenez avec moi. Je dois rappeler que c'est depuis 2004 que la loi portant organisation judiciaire au Niger a créé des tribunaux de commerce à travers le pays. Plus de dix ans après, aucun tribunal de commerce n'a vu le jour. Il a fallu l'année 2015, avec l'adoption de la loi n° 2015-08 du 10 avril 2015, fixant l'organisation, la compétence, la procédure à suivre et le fonctionnement des tribunaux de commerce en République du Niger, et l'installation, le 14 avril 2016, du Tribunal de Commerce de Niamey, pour que le premier tribunal de commerce du pays soit enfin effectif. Il est connu de tous que dans le monde d'aujourd'hui, avec la libéralisation du secteur économique, les litiges commerciaux ne manquent pas entre les acteurs. Le besoin d'une juridiction spécialisée se faisait de plus en plus sentir. Les autorités en charge du secteur de la Justice ont effectivement décidé, après l'adoption de la loi précitée, de tout mettre en œuvre pour la mise en place des tribunaux de commerce pour qu'effectivement les hommes d'affaires puissent trouver leur juridiction naturelle pour trancher leurs litiges. Celui de Niamey est installé et j'ose croire qu'il n'est pas le dernier, compte tenu de la volonté politique des plus hautes autorités de moderniser l'appareil judiciaire du Niger. La spécialisation de la juridiction aura pour avantage de garantir un traitement plus efficient. Je crois que c'est ce souci qui a amené le Gouvernement, ayant pris conscience de l'importance de cette juridiction, à adopter la loi sur les tribunaux de commerce en 2015. L'installation du Tribunal de Commerce de Niamey, comme vous le savez, est intervenue en avril 2016. Cela fait donc quelque trois (3) mois que le tribunal est opérationnel. L'importance du Tribunal de Commerce, pour les commerçants et même pour les juridictions, n'est pas à démontrer. Il y a la question du temps. Vous savez que le temps est très précieux pour un homme d'affaires ou une entreprise. Aucun opérateur économique ou entreprise commerciale ne souhaiterait jamais perdre du temps dans l'attente des règlements des litiges. Les anglo-saxons disent que ''time is money'', autrement dit, ''le temps c'est l'argent''.
Avant l'installation de ce Tribunal de Commerce, tous les litiges commerciaux se traitaient au Tribunal de Grande Instance Hors Classe (TGI/HC) de Niamey. Connaissant le nombre élevé de dossiers en tout genre à y traiter, vous imaginez aisément que les litiges commerciaux ne peuvent être traités avec célérité. Or, tout retard de traitement d'un litige entre deux hommes d'affaires, deux entreprises commerciales entrainerait indubitablement des préjudices et/ou dommages à l'une ou l'autre des parties. Avant, les dossiers attendent des mois, voire des années, pour être traités. Mais à présent, la loi de procédure que nous avons au Tribunal de Commerce permet d'accélérer la procédure et d'avoir la sérénité dans le traitement des affaires. C'est donc là une justification à la création de cette juridiction. Avant l'installation du Tribunal de Commerce, toutes les affaires commerciales, je me répète, sont traitées au TGI/HC de Niamey. Et cela prenait beaucoup de temps. Ce qui n'est pas le cas avec notre juridiction qui a une compétence exclusive avec des règles de procédures très strictes. La loi a même prévu qu'une fois installé, le Tribunal de Commerce prenne en charge toutes les affaires de nature commerciale en cours au TGI/HC/NY. Mieux, la loi stipule que même les affaires qui sont pendantes doivent obligatoirement être transférées au niveau du Tribunal de Commerce. Et c'est ce qui fut fait car, depuis que nous sommes installés, le TGI/HC nous a envoyé à quatre reprises des dossiers de nature commerciale. Le Tribunal de Grande Instance Hors Classe nous a envoyé au total 79 dossiers que nous sommes actuellement en train de traiter, tout comme les dossiers dont le tribunal est directement saisi.
Alors, concrètement, quel est l'intérêt ou la plus-value de ce Tribunal pour la Justice et le justiciable ?
Permettez-moi de revenir un peu sur notre procédure pour mettre en exergue la plus-value de cette juridiction. La loi nous impose un délai de deux mois maximum après la première audience pour trancher un litige, dès lors que nous recevons un dossier. Ce qui n'est pas le cas devant les autres juridictions. Pour preuve, certains des dossiers que nous avons reçus du TGI/HC datent de 2013, de 2014, et 2015. Vous voyez le délai que ces affaires prennent avant d'être tranchées. Mais nous, nous n'avons que deux mois pour le faire, c'est la limite légale du temps que doit passer un dossier au Tribunal de Commerce. Toutefois, exceptionnellement, le président du Tribunal peut accorder un délai de 15 jours par décision motivée. Cela signifie que dans tous les cas, la décision doit être rendue dans deux mois et quinze jours. A comparer à ce que nous connaissions avant, c'est vraiment une grande avancée. Il y a donc un gain de temps pour les parties en conflit. Et cela va de l'intérêt des opérateurs économiques. Quant à l'appareil judiciaire, il est plus efficient et efficace pour rendre des décisions lorsqu'il est spécialisé.
Monsieur le président, dites-nous qui est habilité à saisir le Tribunal de Commerce et comment se fait cette saisine ?
En fait comme son nom l'indique, le Tribunal de Commerce est vraiment pour les commerçants le monde des affaires. Donc, tout commerçant qui a un litige avec un autre commerçant, toute entreprise en conflit avec une autre, peut saisir le Tribunal de Commerce. Le tribunal de Commerce ne reçoit que des dossiers de nature commerciale. Par exemple, si un commerçant a un litige d'une autre nature avec une tierce personne, le Tribunal de Commerce n'est pas compétent car il s'agit là du droit commun. Concernant la procédure de saisine, je dois préciser que nous avons trois modes. La loi dit que le tribunal peut être saisi : primo par une simple déclaration verbale devant le greffier en chef, secundo par une requête écrite, et tertio par une assignation à travers un huissier. Il appartient à la personne plaignante d'opter pour la formule qui lui sied.
Combien de dossiers avez-vous traités depuis votre installation?
Chaque mois, nous faisons ce qu'on appelle l'état de fonctionnement du tribunal que nous envoyons au Garde des Sceaux et au comité de surveillance pour un suivi. A ce stade, je peux vous dire que nous avons reçu 64 dossiers du TGI/HC que nous avons ou sommes en train de traiter, et une vingtaine d'autres dossiers dont nous sommes saisis par les parties demanderesses. Avec autant de dossiers en si peu de temps, vous conviendrez avec moi qu'il y a vraiment de la matière.
Monsieur le président, qui sont les membres du Tribunal de Commerce et comment sont-ils nommés ou désignés?
La loi a prévu que le tribunal soit composé tout d'abord des juges. Les juges sont de deux sortes. Il y a les juges professionnels qui sont des praticiens de droit nommés par décret, comme tous les autres juges du pays, à l'issue de la réunion du Conseil Supérieur de la Magistrature. Ensuite, nous avons les juges consulaires, issus essentiellement du monde des affaires, nommés par le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, qui siègent au Tribunal avec voix délibérative. La loi a expliqué toute la procédure pour leur nomination. Tous ces juges ont prêté serment avant l'installation du Tribunal. Il y a un autre corps de personnel au sein de ce tribunal. Comme toute autre juridiction, nous avons les greffiers et un greffier-en-chef. C'est donc cela la composition du Tribunal de Commerce. Nous attendons toutefois le personnel administratif. En plus de ce personnel, nous entendons doter le tribunal d'un service informatique et d'un site WEB pour assurer la visibilité de nos actions. C'est en tout cas notre ambition. Et pour cela nous nourrissons l'espoir que le ministère de tutelle va nous affecter des informaticiens pour animer le site WEB que nous comptons lancer très prochainement.
Le Tribunal de Commerce vient d'être installé. Il est donc peu connu. Comment comptez-vous le faire connaitre?
Il est vrai que beaucoup de Nigériens ignorent l'existence de ce tribunal. D'autres ont juste appris à la télévision et dans les journaux que le Tribunal de Commerce de Niamey est installé. Je me réjouis quand même de son bon emplacement au centre de la capitale. Cette position, juste en face du Palais du 29 juillet côté Est et non loin d'un des centres commerciaux de la capitale, nous fait un peu de la publicité. Nous comptons nous-mêmes prendre des initiatives pour faire mieux connaitre le tribunal et sa mission. Une fois que les travaux en cours sont totalement terminés, nous allons le faire visiter par les membres du Gouvernement, organiser une journée ''portes ouvertes'' ou une visite guidée. Nous y inviterons les autorités, la presse ainsi que le grand public, afin que tout le monde puisse découvrir cette importante juridiction. En plus de cela, nous prévoyons de contacter les autres structures partenaires telles que les huissiers, les notaires, la Chambre de Commerce, pour diffuser nos textes afin de permettre aux plus grand nombre de Nigériens de savoir qu'un tribunal traitant exclusivement de la matière commerciale existe bel et bien à Niamey.
Pour finir, parlez-nous des audiences au Tribunal de commerce ?
Nous avons deux sortes d'audiences au Tribunal de Commerce de Niamey. La loi prévoit les ''audiences de conciliation'' qui sont faites à huis-clos, et les audiences publiques. Etant donné qu'en matière de commerce il y a le secret d'affaires et d'autres paramètres, la loi privilégie la conciliation. Donc, lorsque le dossier arrive, nous tentons de concilier les parties avant d'aller au contentieux. C'est quand la conciliation échoue qu'on passe en ''audience publique contentieuse''. Comme son nom l'indique, cette dernière est ouverte au grand public. Nous sommes d'ailleurs en train de finaliser la grande salle d'audience pour ce type d'audience.

Réalisée par Zabeirou MOUSSA(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement P…

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»

Docteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans c...

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement…

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU): ''Nous avons estimé qu'il était utile de présenter les résultats auxquels nous sommes parvenus à l'ensemble des

Vous avez organisé hier, dans les locaux de l'Académie des Arts Martiaux, une journée portes ouvertes sur les activités du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU). Quels sont les objectifs que vous avez assignés à cette journée ?Nous sommes très satisfaits de l'organisation de cette journée parce que la participation a été très au-delà de ce à quoi nous nous sommes attendus. En réalité, au nive...

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decro…

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decroly répond parfaitement à la prise de conscience des parents quant à leur implication dans la gestion et le fonctionnement de l'éco

Madame la directrice, les écoles Decroly représentent une nouvelle conception de l'école publique. Pouvez-vous nous présenter le Complexe Scolaire Communautaire Decroly que vous dirigez et nous faire la genèse de sa création ?Tout récemment, en début de ce mois de décembre, notre école a reçu la visite de la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou. Et ce fut pour nous une occasion idéale de faire découvrir aux uns et aux autres l'école De...

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo …

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : ''La critique d'art permet d'aller vers le fond de l'excellence, de ne pas se satisfaire de petites choses, ni aussi d

La filière ASLAC du Département des Lettres, Arts et Communication de l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey a organisé, du 25 au 31 janvier 2017, une formation sur le module Critique d'Art. Quel était l'objectif que vous visiez à travers une telle initiative?Je crois qu'on peut dire qu'il n'y a pas un seul objectif, il y en a plusieurs. Tout d'abord, le premier, c'est le besoin de faire grandir l'art, la communauté artistique, no...

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité mac…

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité macroéconomique et à atteindre les objectifs de développement définis dans le Document d'Orientations Economiques pour la période 201

Monsieur Ntamatungiro Joseph, vous êtes au Niger depuis un an et demi en qualité de Représentant Résident du Fonds Monétaire International. Comment appréciez-vous les relations entre le FMI et le Niger ?Les relations entre le FMI et le Niger sont excellentes. Comme vous le savez, le Niger est membre du FMI depuis le 24 avril 1963. A ce titre, il bénéficie des services offerts par le FMI. En l'occurrence, le FMI accompagne le Niger dans ...

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule so…

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule solution qui s'offre à nous est la diversification des économies nationales ; solution unique pour résister au mieux aux chocs exogè

Monsieur le Secrétaire Exécutif, comment se porte aujourd'hui le marché international du pétrole ?Nous pouvons dire que le marché international du pétrole se porte de mieux en mieux. Il est en convalescence parce qu'il sort d'une longue période de baisse drastique qui a trop fait souffrir les économies des pays producteurs. Rappelons qu'en 2013, le baril de pétrole était coté à 140 dollars US, puis à 115 dollars US en juin 2014, légèrem...

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplem…

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplement vérifier les effets nocifs de certains produits contre l'asthme qui étaient déjà sur le marché »

Dr Raphiou, vous avez en compagnie d'autres chercheurs, mené deux études concernant les effets d'un produit pharmaceutique pour le traitement de l'asthme. Quel était l'objectif visé à travers ces deux études ?Je vous remercie pour cette opportunité que vous m'offrez de parler de la recherche. Je vous précise de prime abord que je suis nigérien et que j'étais au Lycée Issa Korombé de Niamey avant de poursuivre mes études aux Etats Unis e...

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, d…

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, des Affaires Coutumières et Religieuses, président du comité interministériel de négociation avec tous les syndicats du Niger : « L

Monsieur le ministre d'Etat, nous assistons ces derniers temps à une certaine agitation du fait de la société civile et de l'opposition. L'opposition d'abord, dans sa déclaration du 17 décembre 2016 a demandé au Président de la République de démissionner. Puis, la société civile qui a organisé, le 21 décembre 2016, une marche suivie de meeting au cours duquel elle accuse le gouvernement de dévoyer la démocratie au Niger. Quel commentair...

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que …

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que les Nigériens sont respectueux des us et coutumes de leurs pays d'accueil, et très rarement on les voit impliqués dans des problèm

M. l'ambassadeur, vous représentez l'Etat du Niger dans un vaste pays comme la Chine. Quelle appréciation faites-vous de la coopération sino nigérienne?Tout d'abord je voudrai remercier les autorités de notre pays pour la confiance placée en ma modeste personne pour diriger notre mission diplomatique en République Populaire de Chine. Je remercie également l'ONEP pour l'opportunité que vous m'offrez afin de m'exprimer dans les colonnes d...

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un …

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un stade de maturité pouvant lui garantir sa promotion et son développement.''

Monsieur le ministre, la 38ème édition du Sabre National débutera dimanche prochain dans l'arène Hamidine Maïdaré de Tahoua. Quelles sont les impressions qui vous animent à la veille de la tenue de ce grand événement ?Je suis animé par un sentiment de grande joie à la veille de ce grand événement, car pour la 38ème fois, l'ensemble des Nigériens se retrouveront dans la communion des cœurs et des esprits pour célébrer le Sabre National q...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !

Audiences

Dossier

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bo…

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bouteilles et la sécurité des équipements

Depuis que le Niger est devenu pays producteur et exportateur de pétrole, les populations ...

jeudi 23 février 2017

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Le Niger a initié, depuis les années 90, un programme national de l'énergie domestique, po...

jeudi 23 février 2017

Des utilisateurs témoignent

Des utilisateurs témoignent

Mme Aïssa ZakariJ'utilise les bouteilles de gaz depuis plusieurs années. Je possède en réa...

jeudi 23 février 2017

L'air du temps

Assainir l'école

Assainir l'école

L'actualité de ces dernières semaines est en train de se cristalliser autour de l'école ni...

jeudi 23 février 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.