Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Idé Issaka président du Comité Olympique et Sportif du Niger (COSNI) : ''Le bilan est positif, parce qu'aujourd'hui, grâce aux résultats glanés à Rio, le blason du sport nigérien est redoré''


Cosni-1M. le président, vous revenez de Rio de Janeiro où le Niger a brillé de mille feux à l'occasion des Jeux Olympiques 2016. Quel bilan tirez-vous à l'issue de cette prestigieuse campagne ?

Je voudrais de prime abord remercier l'ONEP pour son soutien. Cette campagne a été une réussite sur tous les plans grâce à l'engagement de toute notre Nation, avec en tête les plus hautes autorités de notre pays, qui ont cru en notre champion, en la Fédération Nigérienne de Taekwondo, et au COSNI, initiateur du lobbying.
Le bilan est positif, parce qu'aujourd'hui, grâce aux résultats glanés à Rio, le blason du sport nigérien est redoré, de nouvelles perspectives s'ouvrent à nos athlètes qui ont de réelles ambitions de suivre l'exemple de notre champion Alfaga. A Rio, notre pays, qui a toujours été confondu au Nigeria, a su faire son entrée dans la cour des grands. Quarante-quatre ans après la belle médaille de Daboré, un autre Nigérien est monté sur le piédestal des vainqueurs de l'olympiade.
Nous avons su démontrer qu'avec une volonté, impossible n'est pas Nigérien, pour paraphraser le Président de la FENIFOOT. Cette campagne a permis de donner à notre pays une place appréciable: 69ème au classement mondial sur 206 CNO, et 6ème au classement continental sur 55 pays, ce qui n'est pas négligeable, quand on sait d'où on vient.
Cette émulation doit permettre aux fédérations sportives nigériennes de se mettre au travail, car elles regorgent de jeunes atlètes, qui ne demandent qu'à être identifiés, sélectionnés, formés et poussés à éclore leur talent, pour en faire de vrais champions.

Avec le franc succès d'Alfaga à ces jeux, quelle est la conduite que le Niger doit désormais tenir pour être toujours présent dans le cercle restreint des nations qui gagnent aux J.O ?

Il est quelquefois assez facile d'accéder à des sommets, mais le plus difficile est de s'y maintenir. Nous savons qu'une Olympiade dure quatre années, délai donné aux fédérations sportives pour se préparer aux Jeux Olympiques prochains. Les Etats qui se lèvent tôt et acceptent de mettre les moyens nécessaires ont toujours un retour sur leur investissement.
L'exemple de notre champion Alfaga est édifiant. Pour se maintenir dans le cercle restreint des nations qui gagnent, le Président de la République du Niger, Son Excellence Issoufou Mahamadou, a donné le meilleur exemple qu'un pays puisse faire pour conserver son champion, car ne l'oublions surtout pas, le monde dans lequel nous évoluons est un monde d'argent et de concurrence.
La reconnaissance d'Alfaga à sa nation et l'accompagnement mis à sa disposition pour poursuivre ses entraînements et ses études lui permettront, à coup sûr, de réitérer son exploit et même de l'améliorer.
Comme nous l'avons dit, les Fédérations sportives nigériennes regorgent de jeunes talents. Ceux qui ont été aux Jeux Olympiques de Rio aux côtés d'Alfaga, ont amélioré et battu pour certains leur record personnel ou le record national datant de plusieurs années. Nous les félicitons et les encourageons. Le COSNI, les Fédérations Sportives Nationales en collaboration avec le Ministère en charge des Sports, doivent mettre en place un programme de détection de jeunes talents à travers des tournois éliminatoires dans toutes les régions de notre pays, dans chaque discipline, afin de dégager les meilleurs athlètes qui vont constituer le réservoir de nos futurs ''Alfaga''. Ceci facilitera ainsi la meilleure sélection possible des futurs boursiers olympiques et la qualification des athlètes aux Jeux Olympiques. Nous ne nous lasserons jamais de dire que sans athlètes qualifiés ou ayant le minimum requis, il est utopique d'espérer avoir des médailles olympiques.

Pour arriver à ce précieux résultat, le COSNI a bâti toute une stratégie autour de l'athlète Alfaga. Pouvez-vous nous rappeler les actions menées par le Conseil Exécutif du COSNI pour mobiliser l'opinion publique nationale autour de cette noble cause ?

La stratégie a reposé sur la confiance et l'adhésion du Conseil Exécutif du COSNI à la vision de son président. C'est grâce à cette vision partagée, que nous avions su convaincre l'athlète et ses parents pour qu'il revienne de son exil américain, afin de se mettre à la disposition de sa Nation.
Ensemble avec la fédération, nous l'avions installé dans un centre, et au vu de ses performances, de ses aptitudes, après sa médaille d'or aux Jeux Africains, sa qualification aux Jeux Olympiques de Rio et son titre de Champion d'Afrique 2016, nous avions été convaincus de l'espoir ainsi suscité et avions décidé de mobiliser l'opinion publique et d'engager tout ce qui a été fait avant le départ de la délégation à Rio. Avec la bienveillance de notre ministre de tutelle, Monsieur Salissou Ada, qui a marqué son adhésion au projet, nous avons d'abord visité le centre où s'entraine Alfaga en Allemagne, afin de nous enquérir des conditions de sa préparation avant de le faire venir au Niger, pour présenter ses médailles et recevoir les honneurs du Premier ministre, de SE. Brigi Raffini, du Président de la République, SE. Issoufou Mahamadou, et de le présenter à la Nation entière à l'occasion d'une soirée de gala organisée pour la première fois par le COSNI au Niger.
A ces occasions et avec l'accompagnement des médias publics et privés, une sensibilisation a été faite autour des Jeux Olympiques de Rio, autour des athlètes qui vont représenter notre pays à ces Jeux et autour de la délégation.
A partir de cet instant, l'engouement de la Nation entière autour de la participation du Niger aux Jeux Olympiques était aussi grand, que notre envie était réelle de faire accréditer le maximum de Nigériens, pour soutenir nos athlètes à Rio.
Hélas, nous étions limités par la règle 38 de la charte olympique, qui fixe la taille de la délégation en fonction du nombre d'athlètes qualifiés ; mais nous ne comprenons toujours pas, que ce soit dans notre pays seulement qu'une certaine opinion continue à spéculer sur la taille de la délégation aux jeux.
Tout au moins, la preuve du contraire a été apportée, cette fois-ci, par le soutien très remarqué des quelques délégués nigériens que le COSNI a pu faire séjourner en terre brésilienne, dans des conditions assez difficiles il faut le reconnaître, en vue d'apporter le soutien nécessaire à nos athlètes, notamment à Alfaga, lors de son combat contre un Brésilien, au Brésil, dans sa salle qui lui était totalement acquise.

Est-ce que selon vous, le soutien total du Président de la République, SEM Issoufou Mahamadou, à la délégation du Niger au J.O, a été déterminant pour aboutir aux résultats que l'on connait ?

C'est vraiment le lieu de témoigner notre profonde gratitude au Président de la République, SEM Issoufou Mahamadou, pour sa vision et son soutien à la délégation du Niger aux Jeux Olympiques. Le résultat de cette campagne est à son actif. C'est quand même le premier capitaine, et ce qu'il a fait correspond à ce qu'un chef de famille peut et doit faire pour accompagner ses enfants dans la réussite.
C'est la première fois qu'un Chef d'Etat instruit d'inscrire dans un collectif budgétaire une somme de deux cent millions pour la préparation et la participation de nos athlètes et de notre délégation aux JO. Il a cru aux chances de nos athlètes, il a adhéré à notre vision, il a accompagné notre déplacement par des prières, et le résultat a été gratifiant et à la hauteur de ses espérances. Nous lui dédions ce résultat, ainsi qu'à la Nation tout entière.

Réalisée par Oumarou Moussa(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

M. Issoufou Katambé, président du Comité Tahoua Sakola : « Nous abordons le dernier tournant avec beaucoup d'optimisme »

M. Issoufou Katambé, président du Comité Tahoua Sakola : « Nous abordons le dernier tournant avec beaucoup d'optimisme »

Dans quel état d'esprit vous abordez le dernier tournant à quelques jours de l'événement ?Merci de cette opportunité que vous m'offrez pour parler de l'organisation. Je dois tout de suite rappeler que nous avons placé le programme Tahoua Sakola sous le triptyque ''Innovation, Dynamisme culturel et Coexistence pacifique''. L'innovation, c'est d'abord par rapport aux infrastructures. Nous avons dit que nous allons réaliser des infrastruct...

M. Moussa Issaka Arzika, Secrétaire Permanent du Comité Arbitral des Recours Fiscaux (CARFI) : «Le CARFI est une instanc…

M. Moussa Issaka Arzika, Secrétaire Permanent du Comité Arbitral des Recours Fiscaux (CARFI) : «Le CARFI est une instance arbitrale nationale compétente en matière de contentieux d'impôts»

Monsieur le Secrétaire Permanent, au nombre des réformes entreprises par le gouvernement dans le secteur des finances, figure la création du CARFI. Qu'est ce que le CARFI ?Le CARFI, c'est le Comité Arbitral des Recours Fiscaux. Le Gouvernement du Niger, soucieux d'améliorer le climat des affaires dans notre pays, s'est résolument engagé dans des reformes visant à améliorer durablement les rapports entre l'Administration fiscale et les c...

M. Barkaï Issouf, ministre chargé des Relations avec les Institutions : «Le ministère s'attèle quotidiennement à assurer…

Pourquoi la création d'un ministère spécialement dédié aux institutions ?Avant de répondre à vos questions, permettez-moi de vous remercier et de remercier l'ONEP pour cette occasion fort salutaire que vous m'offrez pour m'adresser à vos lecteurs. Vous contribuez ainsi à faire mieux connaitre mon département ministériel, ses attributions et son rôle dans l'architecture institutionnelle et administrative de notre pays. J'en suis très rec...

Le Ministre Conseiller Spécial du Président de la République et Directeur Général de l'Agence Nationale pour l'Organisat…

Monsieur le Directeur Général, en créant l'Agence que vous dirigez, quelles sont les missions que le gouvernement du Niger lui a assignées?Il faut tout d'abord rappeller que les Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine ont choisi le Niger pour abriter en 2019, la 33eSession de la Conférence des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine à Niamey.C'est non seulement un signe fort de la vitalité de notre diplomatie m...

Interview du président de la Commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, l'Honorable Hamma Assah : « La hau…

Honorable, vous êtes président de la commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, pouvez-vous brièvement dire à nos lecteurs quel est le rôle de cette Commission ?Merci au journal Sahel Dimanche pour cette opportunité qu'il nous offre pour parler de la Commission de la Défense et de la Sécurité. Disons d'entrée de jeu que, selon le règlement intérieur de l'Assemblée nationale en son article 30, la Commission de la Défense et...

M. Habou Boukari, Directeur National des Archives : "Les services des Archives sont les parents pauvres de l'Admini…

Monsieur le Directeur national, le Niger dispose depuis des décennies d'un service dénommé Archives Nationales, quelles sont concrètement les missions et attributions de cette structure qui constitue quand même la mémoire de notre pays ?Aux termes de l'article 10 de l'arrêté n° 260/PM/SGG du 17 Octobre 2011, la Direction des Archives Nationales est chargée de l'identification, de la collecte, du classement et de la conservation des docu...

L'ambassadeur des Etats-Unis au Niger, SE. Mme Eunice Sharron Reddick : "La présence des soldats américains relève …

Mme l'ambassadeur, vous voilà en fin de mission après avoir passé trois années en qualité d'ambassadeur des Etats Unis au Niger. Quels ont été les principaux axes de la coopération bilatérale sur lesquels votre pays a mis l'accent ces dernières années?Je tiens d'abord à remercier le journal « Sahel Dimanche » de me donner l'opportunité de m'adresser aux millions de nigériennes et nigériens à la fin de ma mission dans votre beau pays, le...

M. Ousmane Douka Soumaila, Directeur général de l'Office National des Examens et Concours du Supérieur (ONECS) : "L…

Le 6 Juillet dernier, vous avez été primé du prix HIKIMA, mis en place par le Haut Commissariat à la Modernisation de l'Etat, le ministère de la Renaissance Culturelle et le ministère de la Fonction Publique, suite à un concours pilote entre les trois ministères en charge de l'éducation. Il s'agit de l'Education Primaire, des Enseignements Secondaires et Supérieurs, et des Enseignements Professionnels et Techniques. Pouvez-vous, Monsieu...

Interview de Mme Elback Zeinabou Tari Bako, Ministre de la Promotion et de la Protection de l'Enfant : « Le forum des Pr…

Le Niger accueille depuis le 2 octobre dernier, le Forum des premières Dames de la CEDEAO. Cette rencontre de haut niveau traite de problématiques liées à la fistule obstétricale, à la protection de l'enfant et aux MGF. Dans cet entretien, la ministre de la Promotion de la femme et de la Protection, revient sur les objectifs de ce forum et surtout les résultats attendus à l'issue des assises. Pour Mme Elback Zeinabou Tari Bako, ce forum...

M. Alma Oumarou ministre, Conseiller Spécial du Président de la République : Plus de 4600 entreprises ont été créées au …

Monsieur le ministre, le Niger a de 2011 à aujourd'hui produit plusieurs réformes relatives à l'amélioration du climat des affaires : pouvez-vous nous faire l'état des lieux de ces réformes ?L'amélioration du climat des affaires et la création des conditions favorables au développement du secteur privé nigérien ont toujours été une préoccupation majeure du Président de la République. L'Etat, ne pouvant plus à lui tout seul assurer la cr...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Fuite des cerveaux : à qui la faute ?

Fuite des cerveaux : à qui la faute ?

Dès qu'on parle de fuite de cerveaux, on se tourne à première vue vers l'occident. Et pour...

vendredi 8 décembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.