Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Mme Salamatou Gourouza Magagi, Coordinatrice de l'Unité de Coordination du Programme du Millénium Challenge : ''Sur le plan des investissements directs étrangers, on peut se réjouir de l'obtention d'une subvention de 437 millions de dollars US sur un


invitMme la Coordinatrice, il y a de cela presque deux mois, le Conseil d'Administration de MCC a validé, pour un montant de 437 millions de dollars US, dans le cadre de son programme avec le Niger. Le 22 Septembre dernier, le Président de la République, Chef de l'Etat, en visite aux USA, a célébré à New York, en compagnie de la CEO de MCC, la signature du Compact Niger. Cette rencontre a regroupé les principaux partenaires du Niger sur ce programme. Pouvez-vous nous édifier sur la substance de cette réunion ? Quels sont également les résultats obtenus à l'issue de la réunion ?

Cette rencontre de haut niveau entre le Président de la République du Niger et la présidente du MCC fait suite à la signature, entre les deux parties, du Programme Compact et de son Accord de mise en œuvre intervenu le 29 juillet 2016 à Washington.
Aussi, la présente rencontre a été l'occasion pour les deux parties de magnifier la collaboration fructueuse entre le Niger et MCC qui date de 2006 avec le ''Threshold Assistance Program'' ou Programme Seuil qui a accordé au Niger une assistance financière de 23 millions de dollars en 2008, destinée au financement de la scolarisation de la jeune fille, à l'amélioration du climat des affaires et au renforcement des activités de lutte contre la corruption. La réussite de la mise en œuvre de ce programme a valu au Niger son éligibilité au Programme Compact, objet de la présente cérémonie.
Il faut dire qu'à l'occasion de cette rencontre de New York, les plus hauts responsables du MCC ont réaffirmé leur ferme engagement et leur volonté inébranlable d'accompagner les autorités nigériennes pour une bonne mise en œuvre de cet important programme de développement.
Pour sa part, le Président de la République, principal hôte de cette réunion, n'a pas manqué d'exprimer aux autorités et au peuple américains toute la gratitude et la reconnaissance des populations nigériennes bénéficiaires de cet investissement. Il a aussi affirmé que l'Etat du Niger mettra tout en œuvre pour créer les conditions de réussite des objectifs du Programme Compact au Niger.

Le Programme MCC pour le Niger renferme plusieurs volets prioritaires pour le développement de notre pays. Comment comptez-vous exécuter ce programme ?

En effet, le Programme Compact du Niger est structuré autour des éléments ci-après: le développement des infrastructures d'irrigation à grande échelle à travers une approche communautaire; la réhabilitation des routes d'accès aux périmètres irrigués; les activités d'accompagnement dans le cadre de la gestion des eaux et des aménagements hydro-agricoles; le soutien à l'agriculture résiliente au climat tout en favorisant une augmentation durable de la productivité; et le renforcement des activités dans le domaine de l'élevage.
Comme tout programme financé par des PTF, le MCC pose certains préalables à la mise à disposition des fonds pour le financement des activités du Compact. Ces préalables relèvent, d'une part, du domaine administratif et institutionnel de formalisation, et d'autre part du domaine technique.

Au plan administratif et institutionnel, il y a la création, par décret présidentiel, de la structure de mise en œuvre du Programme, à savoir le MCA-Niger ; la mise en place du Comité du Conseil d'Administration ; la ratification de l'Accord de don par le Parlement du Niger ; le recrutement du personnel du MCA-Niger et son installation ; l'ouverture de compte bancaire au nom du MCA-Niger.
Au plan technique, on peut citer l'accomplissement des différentes conditions précédentes liées au Projet infrastructures d'irrigations et d'accès aux marchés ; l'accomplissement des différentes conditions précédentes liées aux projets développement de l'élevage à base communautaire et à l'agriculture résiliente au climat ; les réformes liées à l'ONAHA et à la CAÏMA, gestion de l'eau sur les périmètres irrigués entre autres.
Toutefois, je puis vous affirmer que pour bien préparer la mise en œuvre de ce Programme, MCC a mis à la disposition du Niger, depuis 2014, une subvention de 9 millions 850 mille dollars US pour les études techniques préparatoires qui ne font pas partie de l'enveloppe globale de 437 millions de dollars US du Compact.
Au cours de la phase des travaux, les décaissements se feront au fur et à mesure des activités sur le terrain.
Comme vous pouvez le constater, le chantier est fastidieux. Cela implique de nombreuses consultations avec les parties prenantes, notamment les autorités politiques et administratives, les populations bénéficiaires, les cadres déconcentrés et centraux, les partenaires techniques et financiers, les ONG et autres organisations de la Société Civile.

De manière un peu plus précise, quelles sont les zones d'intervention du Programme et les volets concernés ?

En termes de couverture géographique, le Programme Compact du Niger a une envergure nationale. De manière opérationnelle, le Programme est structuré autour de deux principales composantes.
Pour la composante ''Grande Irrigation et Infrastructures de Marché'', les principales activités portent sur l'aménagement des périmètres irrigués (2452ha à Konni et 2600ha Dosso-Gaya); le service accompagnement agricole et les réformes politiques et institutionnelles (CAÏMA, ONAHA, Association Usagers de l'Eau pour l'Irrigation) ; les infrastructures routières pour l'accès aux marchés, notamment du bitumage de la RN7 tronçon Dosso-Béla sur une distance de 83 km, la réhabilitation et mise à niveau d'un segment principal de la RN 35 Gaya-Margou sur une distance de 184 km et desservant les périmètres de Ouna-Kouenza et Sia, et également de la route rurale Guitodo-Sambéra sur 37 km reliant la RN7 à la RN35).
S'agissant de la composante ''Développement de l'élevage à base communautaire et l'agriculture résiliente face au climat'', les activités sont prises en charge par deux projets de la Banque Mondiale dans un système de cofinancement des activités. Il s'agit du Projet Régional d'Appui au Pastoralisme au Sahel (PRAPS) ; et du Projet d'Appui à l'Agriculture Sensible aux risques Climatiques (PASEC) ou Climate Resilient Agriculture (CRA) qui interviendra dans 16 communes des régions de Maradi, Tahoua, Dosso et Tillabéry.

Mme la Coordinatrice, que peut attendre le Niger de cet important Programme?

Les retombées de la mise en œuvre du programme Compact pour le Niger sont de plusieurs ordres. Ainsi, sur le plan des investissements directs étrangers, on peut se réjouir de l'obtention d'une subvention de 437 millions de dollars US sur une période courte de 5 ans, ce que notre pays n'a jamais connu depuis à date. Ces fonds seront en majorité injectés dans le tissu économique du pays.
Sur le plan de la production agro-pastorale et de la résilience des producteurs ruraux, on assistera à une augmentation substantielle de leurs revenus et de leur capacité à résister aux chocs exogènes climatiques en particulier (sécheresses, inondations, mauvaises campagnes pluviométriques), et ce sont plus de 3. millions 500 mille Nigériens qui seront positivement impactés par les activités de cet important Programme.
Sur le plan institutionnel, il y aura une série de réformes qui vont améliorer la performance de certaines des institutions de développement rural dont entre autres l'ONAHA, la CAÏMA, la gestion de l'eau sur les périmètres irrigués.
Ces retombées portent également sur une réduction des inégalités et exclusions sociales à travers la prise en compte du genre par la responsabilisation économique des femmes, des jeunes et d'autres groupes vulnérables identifiés dans les zones d'intervention; une amélioration de l'accès et de la sécurisation des terres aussi bien pour les hommes que pour les femmes et les groupes défavorisés ; un renforcement des capacités des bénéficiaires en gestion, production, transformation, stockage, conservation, commercialisation et investissement ; un renforcement des capacités des bénéficiaires dans la prise en charge de la santé animale, l'amélioration de leur accès aux produits de santé animale, aux marchés et aux infrastructures de marchés à bétail dans le cadre du Projet d'Appui au Pastoralisme dans le Sahel (PRAPS);
de même, un développement et un renforcement des capacités du secteur privé nigérien sont attendus. A cela, s'ajoute aussi la création d'emplois permettant de former une main d'œuvre hautement qualifiée et aussi de retenir une part considérable des ressources au niveau local.

(Réalisée par Tamtam info news)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplem…

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplement vérifier les effets nocifs de certains produits contre l'asthme qui étaient déjà sur le marché »

Dr Raphiou, vous avez en compagnie d'autres chercheurs, mené deux études concernant les effets d'un produit pharmaceutique pour le traitement de l'asthme. Quel était l'objectif visé à travers ces deux études ?Je vous remercie pour cette opportunité que vous m'offrez de parler de la recherche. Je vous précise de prime abord que je suis nigérien et que j'étais au Lycée Issa Korombé de Niamey avant de poursuivre mes études aux Etats Unis e...

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, d…

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, des Affaires Coutumières et Religieuses, président du comité interministériel de négociation avec tous les syndicats du Niger : « L

Monsieur le ministre d'Etat, nous assistons ces derniers temps à une certaine agitation du fait de la société civile et de l'opposition. L'opposition d'abord, dans sa déclaration du 17 décembre 2016 a demandé au Président de la République de démissionner. Puis, la société civile qui a organisé, le 21 décembre 2016, une marche suivie de meeting au cours duquel elle accuse le gouvernement de dévoyer la démocratie au Niger. Quel commentair...

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que …

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que les Nigériens sont respectueux des us et coutumes de leurs pays d'accueil, et très rarement on les voit impliqués dans des problèm

M. l'ambassadeur, vous représentez l'Etat du Niger dans un vaste pays comme la Chine. Quelle appréciation faites-vous de la coopération sino nigérienne?Tout d'abord je voudrai remercier les autorités de notre pays pour la confiance placée en ma modeste personne pour diriger notre mission diplomatique en République Populaire de Chine. Je remercie également l'ONEP pour l'opportunité que vous m'offrez afin de m'exprimer dans les colonnes d...

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un …

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un stade de maturité pouvant lui garantir sa promotion et son développement.''

Monsieur le ministre, la 38ème édition du Sabre National débutera dimanche prochain dans l'arène Hamidine Maïdaré de Tahoua. Quelles sont les impressions qui vous animent à la veille de la tenue de ce grand événement ?Je suis animé par un sentiment de grande joie à la veille de ce grand événement, car pour la 38ème fois, l'ensemble des Nigériens se retrouveront dans la communion des cœurs et des esprits pour célébrer le Sabre National q...

Interview de M. Sadou Soloké, Gouverneur de la région d'Agadez : « Toute la population et l'ensemble des leaders sont im…

Interview de M. Sadou Soloké, Gouverneur de la région d'Agadez : « Toute la population et l'ensemble des leaders sont impliqués dans la démarche et la dynamique de réussir Agadez Sokni, parce que c'est un projet pour la région »

M. le gouverneur, Agadez, la région que vous dirigez depuis quelques mois, accueille cette année les festivités de la fête tournante du 18 décembre. Dans quel état d'esprit les autorités et les populations préparent cet évènement ?Effectivement Agadez accueille cette année la fête tournante du 18 décembre. Notre tour arrive après Dosso Sogha en 2014 et Maradi Koliya en 2015. Comme vous pouvez l'imaginer aisément et le voir aussi, les po...

L'Ambassadeur de l'Union Européenne(UE) dresse le bilan de la Coopération UE-Niger : ''Le Niger est indiscutablement auj…

L'Ambassadeur de l'Union Européenne(UE) dresse le bilan de la Coopération UE-Niger : ''Le Niger est indiscutablement aujourd'hui un partenaire privilégié de l'Union Européenne'', déclare M. Raul Mateus Paula

Excellence Monsieur l'Ambassadeur, comment se portent les relations entre l'Union Européenne et le Niger en cette fin d'année 2016, et quels en ont été les faits marquants?Je crois pouvoir dire que les relations entre l'Union Européenne et le Niger sont excellentes. Le Niger est indiscutablement aujourd'hui un partenaire privilégié de l'Union Européenne. Cette relation privilégiée s'inscrit dans une communauté de vues sur de nombreux su...

Docteur Idi Illiassou Maïnassara, ministre de la Santé Publique : ''Nous avons prévu, dans le curricula des Ecoles de Sa…

Docteur Idi Illiassou Maïnassara, ministre de la Santé Publique : ''Nous avons prévu, dans le curricula des Ecoles de Santé, d'insister sur l'éthique et la déontologie, et des modules de formation comme l'approche centrée sur le patient.''

Monsieur le ministre, lors de votre passage devant les députés nationaux le 19 novembre dernier, vous avez expliqué que le Gouvernement avait fait beaucoup de concessions quant aux revendications du BEN SMES, qui n'a cependant toujours pas mis fin à ses mouvements de grève. Que comptez-vous faire alors pour trouver une solution à ce problème qui n'a que trop duré ?A l'issue des échanges entre nos deux parties, j'ai personnellement deman...

Pr Khalid Ikhiri, Président de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) : ''Dans ce document, il est programmé …

Pr Khalid Ikhiri, Président de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) : ''Dans ce document, il est programmé un certain nombre d'activités qui nécessitent des moyens financiers conséquents, d'où l'idée d'organiser une table-ronde.''

M. le président, la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) a été très active cette année 2016 à travers plusieurs activités de promotion et de protection des droits humains. Est-ce à dire que la Commission joue véritablement son rôle contrairement à ce que pense une certaine opinion ?Je vous remercie de l'occasion que vous me donnez pour parler des droits humains dans vos colonnes. Cela démontre votre engagement pour la promotio...

Ministre Rhissa Ag Boula, président du Comité d'organisation d'Agadez Sokni : ''L'objectif que nous avons assigné à Agad…

Ministre Rhissa Ag Boula, président du Comité d'organisation d'Agadez Sokni : ''L'objectif que nous avons assigné à Agadez Sokni est celui d'une fête de la solidarité, de la consolidation de l'unité nationale et de la découverte ou la redécouverte de

Monsieur le ministre, nous sommes à un mois de la fête tournante du 18 Décembre. Est-ce que d'ici là, la Région d'Agadez ou plus particulièrement la ville d'Agadez, sera prête à accueillir et organiser les festivités?A cette question, le président du Comité d'organisation d'Agadez Sokni que je suis, vous réponds par un ''oui'' absolu. Toutes les infrastructures entrant dans le cadre de l'accueil et de l'hébergement des personnalités et ...

Dr Xavier Crespin, directeur général de l'Organisation Ouest-Africaine de la Santé (OOAS) : ''Notre mission est d'offrir…

Dr Xavier Crespin, directeur général de l'Organisation Ouest-Africaine de la Santé (OOAS) : ''Notre mission est d'offrir le niveau le plus élevé en matière de prestations de santé aux populations''

Monsieur le Directeur Général, qu'est-ce que l'Organisation Ouest-Africaine de la Santé et quelles sont les raisons qui ont conduit à sa création ?L'Organisation Ouest-Africaine de la Santé est une institution de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) qui s'occupe des questions de Santé. Elle a été créée en 1987 par les Chefs d'Etat de l'espace communautaire à travers un protocole signé par les 15 dirigeants...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !

Audiences

Dossier

Commandement des Etats Unis pour l'Afrique (AFRICO…

Commandement des Etats Unis pour l'Afrique (AFRICOM) : Une vision au-delà des préjugés, comprendre les enjeux sécuritaires en Afrique

Du 26 novembre au 1er décembre dernier, un groupe de journalistes nigériens et camerounais...

jeudi 12 janvier 2017

Egypte : Au pays des pyramides

Egypte : Au pays des pyramides

L'Egypte tire incontestablement sa renommée, au plan mondial, des pyramides et plusieurs a...

jeudi 29 décembre 2016

Le nouveau canal de Suez : Le symbole du patriotis…

Le nouveau canal de Suez : Le symbole du patriotisme égyptien

Inauguré il y a plus d'un an, précisément le 6 Août 2015, le nouveau Canal de Suez constit...

jeudi 29 décembre 2016

L'air du temps

Il n'y a pas que ça à faire...

Il n'y a pas que ça à faire...

Politique à la une des médias, politique sur les réseaux sociaux, politique dans les fadas...

jeudi 12 janvier 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.