Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Mme Salamatou Gourouza Magagi, Coordinatrice de l'Unité de Coordination du Programme du Millénium Challenge : ''Sur le plan des investissements directs étrangers, on peut se réjouir de l'obtention d'une subvention de 437 millions de dollars US sur un


invitMme la Coordinatrice, il y a de cela presque deux mois, le Conseil d'Administration de MCC a validé, pour un montant de 437 millions de dollars US, dans le cadre de son programme avec le Niger. Le 22 Septembre dernier, le Président de la République, Chef de l'Etat, en visite aux USA, a célébré à New York, en compagnie de la CEO de MCC, la signature du Compact Niger. Cette rencontre a regroupé les principaux partenaires du Niger sur ce programme. Pouvez-vous nous édifier sur la substance de cette réunion ? Quels sont également les résultats obtenus à l'issue de la réunion ?

Cette rencontre de haut niveau entre le Président de la République du Niger et la présidente du MCC fait suite à la signature, entre les deux parties, du Programme Compact et de son Accord de mise en œuvre intervenu le 29 juillet 2016 à Washington.
Aussi, la présente rencontre a été l'occasion pour les deux parties de magnifier la collaboration fructueuse entre le Niger et MCC qui date de 2006 avec le ''Threshold Assistance Program'' ou Programme Seuil qui a accordé au Niger une assistance financière de 23 millions de dollars en 2008, destinée au financement de la scolarisation de la jeune fille, à l'amélioration du climat des affaires et au renforcement des activités de lutte contre la corruption. La réussite de la mise en œuvre de ce programme a valu au Niger son éligibilité au Programme Compact, objet de la présente cérémonie.
Il faut dire qu'à l'occasion de cette rencontre de New York, les plus hauts responsables du MCC ont réaffirmé leur ferme engagement et leur volonté inébranlable d'accompagner les autorités nigériennes pour une bonne mise en œuvre de cet important programme de développement.
Pour sa part, le Président de la République, principal hôte de cette réunion, n'a pas manqué d'exprimer aux autorités et au peuple américains toute la gratitude et la reconnaissance des populations nigériennes bénéficiaires de cet investissement. Il a aussi affirmé que l'Etat du Niger mettra tout en œuvre pour créer les conditions de réussite des objectifs du Programme Compact au Niger.

Le Programme MCC pour le Niger renferme plusieurs volets prioritaires pour le développement de notre pays. Comment comptez-vous exécuter ce programme ?

En effet, le Programme Compact du Niger est structuré autour des éléments ci-après: le développement des infrastructures d'irrigation à grande échelle à travers une approche communautaire; la réhabilitation des routes d'accès aux périmètres irrigués; les activités d'accompagnement dans le cadre de la gestion des eaux et des aménagements hydro-agricoles; le soutien à l'agriculture résiliente au climat tout en favorisant une augmentation durable de la productivité; et le renforcement des activités dans le domaine de l'élevage.
Comme tout programme financé par des PTF, le MCC pose certains préalables à la mise à disposition des fonds pour le financement des activités du Compact. Ces préalables relèvent, d'une part, du domaine administratif et institutionnel de formalisation, et d'autre part du domaine technique.

Au plan administratif et institutionnel, il y a la création, par décret présidentiel, de la structure de mise en œuvre du Programme, à savoir le MCA-Niger ; la mise en place du Comité du Conseil d'Administration ; la ratification de l'Accord de don par le Parlement du Niger ; le recrutement du personnel du MCA-Niger et son installation ; l'ouverture de compte bancaire au nom du MCA-Niger.
Au plan technique, on peut citer l'accomplissement des différentes conditions précédentes liées au Projet infrastructures d'irrigations et d'accès aux marchés ; l'accomplissement des différentes conditions précédentes liées aux projets développement de l'élevage à base communautaire et à l'agriculture résiliente au climat ; les réformes liées à l'ONAHA et à la CAÏMA, gestion de l'eau sur les périmètres irrigués entre autres.
Toutefois, je puis vous affirmer que pour bien préparer la mise en œuvre de ce Programme, MCC a mis à la disposition du Niger, depuis 2014, une subvention de 9 millions 850 mille dollars US pour les études techniques préparatoires qui ne font pas partie de l'enveloppe globale de 437 millions de dollars US du Compact.
Au cours de la phase des travaux, les décaissements se feront au fur et à mesure des activités sur le terrain.
Comme vous pouvez le constater, le chantier est fastidieux. Cela implique de nombreuses consultations avec les parties prenantes, notamment les autorités politiques et administratives, les populations bénéficiaires, les cadres déconcentrés et centraux, les partenaires techniques et financiers, les ONG et autres organisations de la Société Civile.

De manière un peu plus précise, quelles sont les zones d'intervention du Programme et les volets concernés ?

En termes de couverture géographique, le Programme Compact du Niger a une envergure nationale. De manière opérationnelle, le Programme est structuré autour de deux principales composantes.
Pour la composante ''Grande Irrigation et Infrastructures de Marché'', les principales activités portent sur l'aménagement des périmètres irrigués (2452ha à Konni et 2600ha Dosso-Gaya); le service accompagnement agricole et les réformes politiques et institutionnelles (CAÏMA, ONAHA, Association Usagers de l'Eau pour l'Irrigation) ; les infrastructures routières pour l'accès aux marchés, notamment du bitumage de la RN7 tronçon Dosso-Béla sur une distance de 83 km, la réhabilitation et mise à niveau d'un segment principal de la RN 35 Gaya-Margou sur une distance de 184 km et desservant les périmètres de Ouna-Kouenza et Sia, et également de la route rurale Guitodo-Sambéra sur 37 km reliant la RN7 à la RN35).
S'agissant de la composante ''Développement de l'élevage à base communautaire et l'agriculture résiliente face au climat'', les activités sont prises en charge par deux projets de la Banque Mondiale dans un système de cofinancement des activités. Il s'agit du Projet Régional d'Appui au Pastoralisme au Sahel (PRAPS) ; et du Projet d'Appui à l'Agriculture Sensible aux risques Climatiques (PASEC) ou Climate Resilient Agriculture (CRA) qui interviendra dans 16 communes des régions de Maradi, Tahoua, Dosso et Tillabéry.

Mme la Coordinatrice, que peut attendre le Niger de cet important Programme?

Les retombées de la mise en œuvre du programme Compact pour le Niger sont de plusieurs ordres. Ainsi, sur le plan des investissements directs étrangers, on peut se réjouir de l'obtention d'une subvention de 437 millions de dollars US sur une période courte de 5 ans, ce que notre pays n'a jamais connu depuis à date. Ces fonds seront en majorité injectés dans le tissu économique du pays.
Sur le plan de la production agro-pastorale et de la résilience des producteurs ruraux, on assistera à une augmentation substantielle de leurs revenus et de leur capacité à résister aux chocs exogènes climatiques en particulier (sécheresses, inondations, mauvaises campagnes pluviométriques), et ce sont plus de 3. millions 500 mille Nigériens qui seront positivement impactés par les activités de cet important Programme.
Sur le plan institutionnel, il y aura une série de réformes qui vont améliorer la performance de certaines des institutions de développement rural dont entre autres l'ONAHA, la CAÏMA, la gestion de l'eau sur les périmètres irrigués.
Ces retombées portent également sur une réduction des inégalités et exclusions sociales à travers la prise en compte du genre par la responsabilisation économique des femmes, des jeunes et d'autres groupes vulnérables identifiés dans les zones d'intervention; une amélioration de l'accès et de la sécurisation des terres aussi bien pour les hommes que pour les femmes et les groupes défavorisés ; un renforcement des capacités des bénéficiaires en gestion, production, transformation, stockage, conservation, commercialisation et investissement ; un renforcement des capacités des bénéficiaires dans la prise en charge de la santé animale, l'amélioration de leur accès aux produits de santé animale, aux marchés et aux infrastructures de marchés à bétail dans le cadre du Projet d'Appui au Pastoralisme dans le Sahel (PRAPS);
de même, un développement et un renforcement des capacités du secteur privé nigérien sont attendus. A cela, s'ajoute aussi la création d'emplois permettant de former une main d'œuvre hautement qualifiée et aussi de retenir une part considérable des ressources au niveau local.

(Réalisée par Tamtam info news)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : …

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : "Notre vision au ProDAF, est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) »

Le ProDAF a été mis en vigueur en septembre 2015, pouvez-vous d'abord nous rappeler la vision de votre programme ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour présenter le ProDAF. En effet, la vision du ProDAF est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) à travers lesquels les producteurs ruraux soutenus par leurs organisations et les collectivités locales s'organisent, aménagent et exploitent de manière rationnell...

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun so…

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun souci majeur à propos de l'organisation des examens du baccalauréat cette année »

Monsieur le ministre, les examens du baccalauréat session 2017 sont prévus pour le 11 juillet prochain: est-ce que cette date tient et quel est le niveau des préparatifs ?Je remercie l'hebdomadaire Sahel Dimanche de me donner, en ma qualité de ministre des Enseignements supérieurs, de la recherche et de l'innovation, l'occasion de m'adresser à mes concitoyens en cette veille des examens de baccalauréat, session 2017 dans notre pays. Je ...

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faci…

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faciliter le commerce en Afrique à tous les niveaux est certaine», déclare Sadou Seydou

Monsieur le ministre, avant de rentrer dans le vif du sujet, pourriez-vous nous définir ce que c'est la ZLEC ?La ZLEC, c'est la Zone de Libre Echange Continentale. C'est un projet de l'Union africaine destiné à créer un espace économique commun pour les 55 pays du continent. La Zone de Libre Echange Continentale de l'Union africaine a pour but de booster le Commerce intra-africain, favoriser l'industrialisation du continent et d'accroit...

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas…

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas d'incidence sur la superficie du Niger», déclare M. Hamadou Mounkaila

Monsieur le Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières, le Niger a borné ses frontières avec certains de ses voisins et a passé devant la Cour internationale de La Haye pour délimiter ses frontières avec le Bénin ; or, de nombreuses personnes physiques et morales continuent à dire ou écrire que notre pays fait 1.267.000 kilomètres carrés : quelle est donc la superficie exacte du Niger en 2017 ?Je vous remercie de l'o...

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patri…

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patrimoine culturel contribue à promouvoir le respect de la diversité culturelle et de créativité»

Dans le cadre de l'application de la convention de l'UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) que notre pays a ratifiée en 2003, entrée en vigueur en 2006, des progrès significatifs sont en train d'être enregistrés suite à l'effort inlassable que mène le ministère en charge de la renaissance culturelle dans son programme de relance ou de mise en œuvre. De retour d'un séminaire organisé en Chine dans le domaine du...

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision…

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision Terrestre Numérique, si tout va bien, les émissions pourront commencer courant décembre 2017 sur l'ensemble du pays »

Monsieur le ministre, votre institution a signé une convention lors du ''Sommet Transform Africa 2017''tenu le 11 mai dernier à Kigali, au Rwanda et qui a enregistré la présence de plusieurs chefs d'Etat, dont SE M. Issoufou Mahamadou. Pouvez- vous nous donnez d'amples explications au sujet de cette convention ?Il s'agit d'un mémorandum d'entente de coopération qui fixe les principes et les conditions d'une coopération économique et tec...

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Au bord du fleuve à Tillabéri : Un carrefour d'act…

Au bord du fleuve à Tillabéri : Un carrefour d'activités commerciales et de prestation de services divers

Tillabéri, «la capitale du fleuve», chef de lieu de région du même nom est à un peu plus d...

mardi 25 juillet 2017

Campagne agricole : Les vœux d'un agropasteur

Campagne agricole : Les vœux d'un agropasteur

À quelques encablures de la commune rurale de Sansané Haoua, à environ 80 kilomètres à l'o...

mardi 25 juillet 2017

Le marché de Tillabéri : Entre tradition et modern…

Le marché de Tillabéri : Entre tradition et modernité, un marché atypique

C'est un grand marché bihebdomadaire dont les rendez-vous ont lieu tous les mercredis et d...

mardi 25 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.