Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Colonel Major Djibrilla Hima Hamidou dit Pelé, président de la Fédération Nigérienne de Football (FENIFOOT) : ''Ces enfants se sont fait plaisir pour montrer au monde entier qu'ils sont à la hauteur de l'enjeu.''



Le-Colonel-Major-Djibrilla-Hima-HamidouM. le président, le Mena cadet a signé, le 1er octobre dernier à Libreville, un succès retentissant en se qualifiant à la phase finale de la CAN U17 qui se tiendra à Madagascar en 2017. Quelle est votre lecture de cette prouesse des jeunes de l'équipe nationale U17?

Je pense que le football à la base revient au Niger, contrairement à ce que certaines personnes ont voulu faire croire. Il faut reconnaître que les résultats qu'on a engrangés ces dernières années ont recréé l'engouement autour du football au Niger. Avant, tout le monde sait qu'il y avait de l'engouement pour le football au Niger ; la jeunesse nigérienne jouait, mais à un certain moment, cet engouement s'est essoré avec les crises que la fédération a connues. Les jeunes Nigériens ont même cessé de jouer au football pour ne se consacrer qu'à la belle vie, aux boites de nuit etc. Aujourd'hui, il y a un retour de cet engouement et de l'amour de ce sport en raison des résultats que nous avons engrangés. Et la jeunesse se remet de plus en plus à pratiquer le football, partout au Niger. Je pense que c'est cela qui explique ce résultat des Cadets. Ces enfants se sont fait plaisir pour montrer au monde entier qu'ils sont à la hauteur de l'enjeu. Cela nous rend heureux et fiers.

En tant que président de la FENIFOOT, est-ce que vous vous êtes attendu à une telle prouesse de la part du Mena Cadet ?
Il faut dire qu'on n'est jamais sûr à l'avance des résultats. Le football n'est pas une science exacte ; ce n'est pas une mathématique où les résultats sont clairs. Mais il faut dire qu'avec les résultats que nous avons obtenus contre le Nigeria, et notre match aller face à l'équipe gabonaise, on avait beaucoup d'espoir. Mais étant donné qu'on se déplaçait en terrain adverse, et avec ce qu'on a subi par rapport à l'arbitrage, il faut reconnaître que j'avais vraiment des doutes. Les enfants nous ont montré que tout est possible. Ils ont fait un exploit extraordinaire, parce qu'ils sont allés en terrain adverse pour montrer qu'ils sont au-dessus de l'adversaire, malgré l'arbitrage. Et cela est exceptionnel. Cela prouve à suffisance qu'il y a de la valeur dans notre football. Et il faut leur permettre d'exprimer cette valeur-là.

M. le président, 2017 c'est dans trois mois. Quelle est la stratégie que vous comptez mettre en place pour une prestation honorable des Cadets à Madagascar ?
Nous avions déjà un projet avec le ministère de tutelle qui est le Ministère de la Jeunesse et des Sports. Le nouveau ministre qui est arrivé avait déjà, lui, fondé des espoirs sur cette équipe et il pensait à la CAN 2019 au Niger. Dans cette optique, le ministre était dans la même logique que nous, et il avait accepté notre principe, et vraiment nos idées concordaient, et tendaient à créer une équipe et l'interner sur les deux années avant la CAN 2019. Dans cette même lancée, on peut considérer que ces jeunes du Mena Cadet vont être internés jusqu'à la CAN prochaine. C'est cela, pour nous, l'objectif. C'est pouvoir les garder au Centre Technique pour la préparation, leur donner des compétitions internationales jusqu'à la date de la CAN cadet. Si nous arrivions à exécuter ce programme, nous pouvons être sûrs d'engranger des résultats positifs. Nous sommes déjà à pied-d'œuvre ; nous nous sommes réunis au niveau du Comité Exécutif, nous avons écrit à la tutelle pour lui expliquer la démarche, et nous attendons de nous réunir avec le ministère pour mettre ce chantier là en route. Mais en ce qui nous concerne, nous Fédération Nigérienne de Football, nous avons déjà mis la machine en route en envoyant les enfants dans leurs familles, en envoyant les encadreurs et nos représentants dans les ligues régionales rencontrer les familles des enfants pour les remercier d'abord et prendre des dispositions pour les regrouper ici au Centre Technique de la FENIFOOT.

La préparation à une Coupe d'Afrique des Nations, quelle que soit la catégorie, nécessite de gros moyens. Est-ce que vous avez des garanties que l'Etat mettra ces moyens à votre disposition ?
Je ne doute pas un seul instant de cela. Le Chef de l'Etat l'a dit en accueillant Alfaga, que tout Nigérien qui brillera et qui montrera qu'il a fait quelque chose au nom du Niger, il l'accompagnera. La preuve est que le Président de la République était en partance pour l'extérieur, mais il a accepté de recevoir le Mena Cadet dans le salon officiel de l'aéroport Diori Hamani. Ce qui est exceptionnel. Donc, je ne doute pas un seul instant que l'Etat va fournir l'effort nécessaire pour accompagner ces jeunes-là. Le politique est conscient de ce qu'ils ont fait comme exploit, et tous les Nigériens applaudissent aujourd'hui pour cet exploit des enfants. Cela est positif, et je pense qu'on ne peut que les accompagner.

Monsieur le président, récemment vous avez préféré désister en retirant votre candidature au Conseil de la FIFA. Qu'est-ce qui s'est passé pour que vous preniez in extremis une telle décision ?
Ecoutez, on est au Niger ; et souvent, malheureusement, les adversaires on les cherche ailleurs alors qu'ils sont à l'intérieur. Pour toute candidature au Conseil, la FIFA initie une enquête de moralité menée par une boite privée qui travaille avec Interpol. C'est pour cela que, si vous avez très bien suivi, des esprits malins se sont mis à produire des journaux pour faire croire que nous avons un dossier en justice et nous salir auprès de la FIFA. Ce qui a engendré une enquête de la FIFA qui a essayé de vérifier. La FIFA nous a donné l'éligibilité en nous disant qu'il n'y a aucun problème. Mais cela n'a pas été fait à temps, puisque nous n'avons eu l'accord de l'éligibilité qu'une semaine avant les élections. Nous avons estimé que nous n'avons pas eu le temps de faire campagne, et vu les circonstances à la CAF, vu les enjeux car ce mandat n'est que pour six mois, nous avons jugé utile, en discutant avec nos camarades, de faire un compromis. Car on reprendra ces mêmes élections dans six mois. Nous avons donc préféré reculer pour mieux sauter ; autrement dit, nous retirer pour mieux nous relancer au mois de mars prochain. Voilà ce qui a motivé le retrait de notre candidature.

La FENIFOOT a scellé un nouveau partenariat avec Airtel Niger pour le championnat national de ligue 1. Est-ce qu'on peut dire que la nouvelle saison sportive s'annonce sous de meilleurs auspices ?
Il faut saluer ce partenariat, et il faut saluer Airtel Niger parce que si on engrange des résultats dans les petites catégories comme les Cadets, c'est parce qu'on a toujours eu le tournoi des jeunes Airtel jeunes talents qui est devenu championnat national des U17 et qui nous permet, depuis trois à quatre ans, de faire des compétitions dans cette catégorie-là. Il faut donc saluer Airtel Niger par rapport à çà, et les saluer doublement parce qu'ils ont accepté de nous accompagner en sachant qu'on avait des difficultés sur le championnat de Ligue 1. Ils ont demandé de leur dire les lignes sur lesquelles ils doivent nous accompagner. C'est notamment en ce qui concerne le transport du championnat, à hauteur de 50 millions de FCFA, le Tournoi Airtel Jeunes Talents à hauteur de 70 millions de FCFA, et la formation des entraineurs. On ne peut dire qu'on a tout ce qu'il faut, mais cela nous permet de pouvoir faire le championnat national sans beaucoup d'inquiétudes cette année.

Le Centre Technique est en plein chantier actuellement. Est-ce que vous pouvez nous confirmer que le président de la FIFA Gianni Infantino sera au rendez pour l'ouverture ?
Absolument ! Je vous le confirme. Lors de la dernière Assemblée générale de la CAF au Caire, le président de la FIFA nous a interpellés pour dire qu'il attend que nous lui donnions le signal. Nous étions gênés en lui disant que nous n'étions pas prêts parce que ce sont les travaux qui nous retardent. Mais il est disponible pour le mois d'octobre et pour le mois de novembre. Donc, la balle est dans notre camp. Dès qu'on finit, on lui fait signe, et il viendra inaugurer ce centre là. Il insiste, il y tient parce qu'il veut voir les travaux que nous avions faits.

Quels sont les travaux de finition que vous menez actuellement dans ce centre ?
C'est l'installation de tout le matériel, notamment l'ameublement de l'hôtel, certaines finitions en plomberie et en électricité, l'aménagement de l'espace vie de la piscine, ainsi que l'aménagement des espaces de jeu. C'est tout ce qui nous retient actuellement. En principe, dès qu'on finit ces travaux, on peut tenir la cérémonie d'inauguration du centre.

Réalisée par Oumarou Moussa
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement P…

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»

Docteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans c...

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement…

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU): ''Nous avons estimé qu'il était utile de présenter les résultats auxquels nous sommes parvenus à l'ensemble des

Vous avez organisé hier, dans les locaux de l'Académie des Arts Martiaux, une journée portes ouvertes sur les activités du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU). Quels sont les objectifs que vous avez assignés à cette journée ?Nous sommes très satisfaits de l'organisation de cette journée parce que la participation a été très au-delà de ce à quoi nous nous sommes attendus. En réalité, au nive...

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decro…

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decroly répond parfaitement à la prise de conscience des parents quant à leur implication dans la gestion et le fonctionnement de l'éco

Madame la directrice, les écoles Decroly représentent une nouvelle conception de l'école publique. Pouvez-vous nous présenter le Complexe Scolaire Communautaire Decroly que vous dirigez et nous faire la genèse de sa création ?Tout récemment, en début de ce mois de décembre, notre école a reçu la visite de la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou. Et ce fut pour nous une occasion idéale de faire découvrir aux uns et aux autres l'école De...

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo …

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : ''La critique d'art permet d'aller vers le fond de l'excellence, de ne pas se satisfaire de petites choses, ni aussi d

La filière ASLAC du Département des Lettres, Arts et Communication de l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey a organisé, du 25 au 31 janvier 2017, une formation sur le module Critique d'Art. Quel était l'objectif que vous visiez à travers une telle initiative?Je crois qu'on peut dire qu'il n'y a pas un seul objectif, il y en a plusieurs. Tout d'abord, le premier, c'est le besoin de faire grandir l'art, la communauté artistique, no...

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité mac…

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité macroéconomique et à atteindre les objectifs de développement définis dans le Document d'Orientations Economiques pour la période 201

Monsieur Ntamatungiro Joseph, vous êtes au Niger depuis un an et demi en qualité de Représentant Résident du Fonds Monétaire International. Comment appréciez-vous les relations entre le FMI et le Niger ?Les relations entre le FMI et le Niger sont excellentes. Comme vous le savez, le Niger est membre du FMI depuis le 24 avril 1963. A ce titre, il bénéficie des services offerts par le FMI. En l'occurrence, le FMI accompagne le Niger dans ...

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule so…

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule solution qui s'offre à nous est la diversification des économies nationales ; solution unique pour résister au mieux aux chocs exogè

Monsieur le Secrétaire Exécutif, comment se porte aujourd'hui le marché international du pétrole ?Nous pouvons dire que le marché international du pétrole se porte de mieux en mieux. Il est en convalescence parce qu'il sort d'une longue période de baisse drastique qui a trop fait souffrir les économies des pays producteurs. Rappelons qu'en 2013, le baril de pétrole était coté à 140 dollars US, puis à 115 dollars US en juin 2014, légèrem...

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplem…

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplement vérifier les effets nocifs de certains produits contre l'asthme qui étaient déjà sur le marché »

Dr Raphiou, vous avez en compagnie d'autres chercheurs, mené deux études concernant les effets d'un produit pharmaceutique pour le traitement de l'asthme. Quel était l'objectif visé à travers ces deux études ?Je vous remercie pour cette opportunité que vous m'offrez de parler de la recherche. Je vous précise de prime abord que je suis nigérien et que j'étais au Lycée Issa Korombé de Niamey avant de poursuivre mes études aux Etats Unis e...

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, d…

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, des Affaires Coutumières et Religieuses, président du comité interministériel de négociation avec tous les syndicats du Niger : « L

Monsieur le ministre d'Etat, nous assistons ces derniers temps à une certaine agitation du fait de la société civile et de l'opposition. L'opposition d'abord, dans sa déclaration du 17 décembre 2016 a demandé au Président de la République de démissionner. Puis, la société civile qui a organisé, le 21 décembre 2016, une marche suivie de meeting au cours duquel elle accuse le gouvernement de dévoyer la démocratie au Niger. Quel commentair...

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que …

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que les Nigériens sont respectueux des us et coutumes de leurs pays d'accueil, et très rarement on les voit impliqués dans des problèm

M. l'ambassadeur, vous représentez l'Etat du Niger dans un vaste pays comme la Chine. Quelle appréciation faites-vous de la coopération sino nigérienne?Tout d'abord je voudrai remercier les autorités de notre pays pour la confiance placée en ma modeste personne pour diriger notre mission diplomatique en République Populaire de Chine. Je remercie également l'ONEP pour l'opportunité que vous m'offrez afin de m'exprimer dans les colonnes d...

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un …

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un stade de maturité pouvant lui garantir sa promotion et son développement.''

Monsieur le ministre, la 38ème édition du Sabre National débutera dimanche prochain dans l'arène Hamidine Maïdaré de Tahoua. Quelles sont les impressions qui vous animent à la veille de la tenue de ce grand événement ?Je suis animé par un sentiment de grande joie à la veille de ce grand événement, car pour la 38ème fois, l'ensemble des Nigériens se retrouveront dans la communion des cœurs et des esprits pour célébrer le Sabre National q...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !

Audiences

Dossier

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bo…

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bouteilles et la sécurité des équipements

Depuis que le Niger est devenu pays producteur et exportateur de pétrole, les populations ...

jeudi 23 février 2017

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Le Niger a initié, depuis les années 90, un programme national de l'énergie domestique, po...

jeudi 23 février 2017

Des utilisateurs témoignent

Des utilisateurs témoignent

Mme Aïssa ZakariJ'utilise les bouteilles de gaz depuis plusieurs années. Je possède en réa...

jeudi 23 février 2017

L'air du temps

Assainir l'école

Assainir l'école

L'actualité de ces dernières semaines est en train de se cristalliser autour de l'école ni...

jeudi 23 février 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.