Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Amani Abdou, ministre des Enseignements Professionnels et Techniques : ''Ce sous-secteur constitue une alternative crédible au développement des compétences nationales et de l'insertion socioéconomique des jeunes''.



invitMonsieur le ministre, les écoles et centres de formation professionnelle ont effectué leur rentrée scolaire 2016-2017 le mardi 4 octobre dernier. Comment avez-vous préparé cette rentrée au niveau du Ministère des Enseignements Professionnels et Techniques ?
Permettez-moi d'exprimer d'abord toute ma satisfaction de ce que la rentrée se soit justement effectuée, comme vous l'avez si bien rappelé, le 04 octobre 2016. Il s'agit là d'un pari gagné qui traduit la convergence d'intérêt entre l'Etat, les partenaires sociaux et l'ensemble des acteurs du système éducatif quand il s'agit du devenir des enfants du Niger. Il est heureux de constater jusque-là, depuis mon retour d'Agadez où j'ai procédé au lancement de la rentrée, que les activités pédagogiques se passent bien.
Il convient aussi de rappeler qu'au niveau du Ministère des Enseignements Professionnels et Techniques, plus de 50. 000 apprenants, dont 20.801 nouveaux, étaient attendus dans les 346 établissements publics sous notre tutelle ; je veux parler des Centres de Formation aux Métiers (CFM), des Collèges d'Enseignement Technique (CET), des Centres de Formation Professionnelle et Technique (CFPT), et des Lycées Technologiques et Professionnels. A ces effectifs, il faut ajouter ceux, de plus en plus croissants, des établissements privés sous tutelle du Ministère, et qui totalisaient 9.434 élèves en 2014-2015, ainsi que les apprenants (apprentis, artisans) pour les formations de courtes durées assurées par des ONG ou financées par le Fonds d'Appui à la Formation Professionnelle et à l'Apprentissage (FAFPA).
En ce qui concerne la préparation de la rentrée, les dispositions que nous avions prises ont porté sur la signature des décisions d'affectation des formateurs et de nominations des responsables des établissements nouvellement créés; la tenue des formations technico-pédagogiques à l'intention des formateurs dont la plupart sont sans formation pédagogique; le renforcement de capacités en gestion et administration des établissements à l'intention des directeurs, intendants et chefs de travaux ; la mise en état et l'utilisation optimale des infrastructures existantes au niveau de toutes les régions, deux points par rapport auxquels j'ai instruit les directeurs régionaux pour développer des initiatives en rapport avec les autorités régionales et les partenaires du sous-secteur ; la mise en place de mobiliers et équipements d'ateliers complémentaires qui a concerné 111 CFM; l'acquisition de fournitures scolaires dont la quantité mise en place permet de couvrir les besoins de la rentrée ; des Autorisations des Dépenses (AD) envoyées dans toutes les régions pour l'achat de la matière d'œuvre et la prise en charge de l'Alimentation-couchage-habillement. Les dispositions prises concernent aussi les pécules des enseignants contractuels et des élèves, ainsi que le transport de ces derniers à leurs lieux d'études.
A la veille de cette rentrée scolaire, votre département ministériel a tenu, à Zinder, la réunion annuelle de ses cadres sous le thème '' Enseignement et Formation Techniques et Professionnels, Horizon 2021, quelles stratégies pour atteindre les 40% ?''. Quelles sont les conclusions auxquelles vous êtes parvenus à l'issue de cette rencontre ?
Avant de vous donner quelques conclusions de cette réunion qui s'est tenue du 24 au 25 Septembre 2016 à Zinder, rappelons que cette thématique retenue résulte de notre volonté de relever, à terme, un grand défi, celui de répondre à l'objectif à nous assigné par le Programme de Renaissance Acte 2 du Président de la République, et par la Déclaration de Politique Générale du Premier ministre, et qui porte sur l'amélioration significative de l'accès à l'enseignement et la formation techniques et professionnels. Ce défi sera relevé, puisqu'à l'issue du premier mandat, le Ministère a pu faire passer, comme attendu par le Programme de Renaissance et la DPG, cette proportion des apprenants de l'EFTP de 8% en 2009 à 25% en 2015. En ce qui concerne les effectifs de l'enseignement secondaire, ce défi sera aussi relevé pour contribuer à réaliser cette ambition forte du Président de la République, S.E.M. Issoufou Mahamadou, celle d'inverser la tendance et de faire en sorte que les effectifs des apprenants de l'EFTP soient plus nombreux que ceux de l'enseignement secondaire général, pour répondre efficacement aux besoins de l'économie.
En ce qui concerne la stratégie proprement dite pour l'atteinte des 40%, il s'est agi, au cours de la réunion, sur la base d'une note conceptuelle esquissant la projection des flux de 2016 à 2021, d'analyser les différents moyens de formation à mobiliser (infrastructures, équipements, formateurs, matière d'œuvre, etc.) pour y parvenir. Il s'agissait aussi de voir quelle utilisation optimale faire des dispositifs existants, fussent-ils du public ou du privé, et quels nouveaux autres créer. Les conclusions issues de la rencontre sur ce point ont porté sur le développement des initiatives par les régions et les communes permettant de créer les conditions nécessaires à la prise en charge des jeunes apprenants, surtout dans le contexte de la gestion des flux issus du primaire ; la prise en compte du MEPT dans le cadre du Programme de la Renaissance II du Président de la République, relatif au volet construction des classes afin de disposer davantage d'infrastructures pour la résorption des flux; la rétrocession de la taxe d'apprentissage au profit du Fonds d'Appui à la Formation Professionnelle et à l'Apprentissage (FAFPA) conformément aux textes en vigueur pour une mobilisation plus accrue des ressources nécessaires à la formation d'un plus grand nombre de jeunes. Je profite de l'occasion pour ajouter que la réunion des cadres tenue à Zinder m'a donné l'occasion de partager, à cœur ouvert et sans tabou, avec les cadres du Ministère et acteurs de l'EFTP, sur certaines valeurs fondamentales comme le professionnalisme, l'engagement, le respect de la hiérarchie, l'esprit d'équipe, toutes choses nécessaires à l'accomplissement de notre mission, celle d'assurer, de façon qualitative, le développement des compétences des jeunes dans tous les secteurs, formels et informels, de l'économie.

Monsieur le ministre, quels sont les investissements que l'Etat faits dans le cadre de la promotion de l'Enseignement et de la Formation Techniques et Professionnels ?
Les investissements que l'Etat faits dans le cadre de la promotion de l'Enseignement et la Formation Techniques et Professionnels sont importants, car il s'agit là d'un domaine de formation qui exige, en plus des salles de cours ou des laboratoires que demande l'enseignement général, des ateliers, des salles spécialisées, des équipements souvent lourds, de la matière d'œuvre , etc.
Nous nous félicitons de ce que l'Etat place des ressources pour permettre au sous-secteur de faire face à toutes ces charges, ce qui permet aussi aux établissements dont le nombre croît chaque année de fonctionner et de prendre en charge les besoins en qualifications des jeunes de façon inclusive, c'est-à-dire qu'ils soient non scolarisés, scolarisés ou apprentis.
En termes d'investissements, l'augmentation substantielle de la part de l'Etat traduit cette volonté du Gouvernement de faire de l'Enseignement et la Formation un levier de développement national. En 2011 par exemple, le budget du Ministère, toutes sources confondues, représentait 4 milliards 591 millions 201 mille 938 FCFA, soit 3,15% du budget du secteur éducatif dans l'ensemble, pour passer à 24 milliards 099 millions 488 mille 749 FCFA soit 9,08%. Il faut noter par exemple qu'en 2015, le Ministère a acquis, sur ressources propres de l'Etat, des équipements de pointe de près de 2 milliards de francs CFA. Il faut également souligner que, dans le cadre du Partenariat Public Privé (PPP) dont le processus de mise en œuvre à travers la signature d'une convention avec une entreprise est avancé, 78 Collèges d'Enseignement Technique, créés et ouverts sur l'ensemble du territoire pour prendre en charge les flux issus des classes de CM2, seront construits et équipés.
Le Fonds d'Appui à la Formation Professionnelle et à l'Apprentissage (FAFPA) est un outil qui accompagne les efforts de votre Ministère. Mais il est très souvent en bute à des difficultés. Quelles sont les solutions envisagées pour résorber ces difficultés ?

Justement, le FAFPA est pour nous un outil indispensable qui nous accompagne car il finance des actions individuelles ou collectives en matière de formation professionnelle et technique, notamment initiale professionnalisantes, à la carte, et par apprentissage. Les principales ressources du Fonds, à l'image de tous les Fonds de formation professionnelle, sont les produits de la Taxe d'Apprentissage et les appuis des Partenaires Techniques et Financiers. A titre d'exemple, de 2013 à nos jours, au moins 15. 000 jeunes, issus de toutes les régions du pays, ont été formés par le FAFPA. Aussi, pour l'atteinte des 40% d'apprenants de l'EFTP en 2021, le FAFPA s'est-il engagé à former plus de 30. 000 jeunes dans différents domaines porteurs, pour l'exercice de métiers.
Il reste que le Fonds bute, comme vous l'aviez souligné, à des difficultés, dont celle relative au recouvrement de la Taxe. En effet, bien que les 50% du produit soient prévus pour être rétrocédés selon l'arrêté N°0383/MF/DGI du 13 septembre 2013 portant rétrocession d'une partie de la Taxe d'Apprentissage au profit du Fonds d'Appui à la Formation Professionnelle, cela n'a pas encore été observé. La situation actuelle du Fonds est qu'il reçoit une subvention de l'Etat qui diminue d'année en année, ce qui ne lui permet pas de prendre en charge convenablement la préoccupation des jeunes en matière de formation professionnelle, notamment la masse critique des déscolarisés et les non scolarisés, frange très sensible de la population que le désœuvrement expose à toutes les mauvaises tentations. En termes de solution, il s'agira simplement, pour le recouvrement de cette taxe d'apprentissage qui est une cotisation des employeurs privés au profit du développement de la formation professionnelle pour la fourniture d'une main d'œuvre de qualité, d'assurer les 50% du produit de la taxe prévus par les textes, à défaut de disposer de la totalité.

Réalisée par Oumarou Moussa(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour m…

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour mission de conduire la transformation de la société nigérienne en une société digitale/numérique, afin d'accélérer notre marche ver

Monsieur le Directeur Général, lors du Conseil des ministres du 10 juillet dernier, le Haut-commissariat aux NTICs a été érigé en Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI). Pouvez-vous nous donner les raisons de cette réorientation dans le domaine des NTICs au Niger?Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) jouent un rôle de plus en plus important dans la vie socio-économique, et particulièrement dans...

Ancienne gloire : M. Abdou Djibo, champion de cyclisme : «Pour réaliser de grands succès dans le sport, il faut d'abord …

Ancienne gloire : M. Abdou Djibo, champion de cyclisme : «Pour réaliser de grands succès dans le sport, il faut d'abord avoir l'amour de son pays, il faut être jaloux de l'image de son pays et tâcher de l'honorer, avec la rage de vaincre au cœur»

Qui est Abdou Djibo ?Je suis un ancien cycliste Nigérien, et je suis né vers 1957 à Talladjé Ko-bontafa. Mais je suis du quartier Saga. Nos parents possèdent des champs dans toute cette zone et chaque année, ils quittent Saga pour aller cultiver leurs champs. Au fil du temps, ils ont fini par s'installerlà-bas.Comment êtes-vous arrivés au cyclisme, je vais parler de vos premiers pas dans la ''petite reine'' ?Je me souviens bien qu'à l'é...

Interview de M. Almoustapha Garba, ministre de l'Environnement et du Développement Durable : «Dans plusieurs localités d…

Interview de M. Almoustapha Garba, ministre de l'Environnement et du Développement Durable : «Dans plusieurs localités de notre pays les producteurs ont adopté des nouvelles stratégies de conservation de la fertilité des sols en intégrant l'arbre dan

Monsieur le Ministre, notre pays, célèbre le 03 Août 2017, le 57ème anniversaire de son accession à l'indépendance, une commémoration essentiellement marquée par les festivités de la Fête Nationale de l'Arbre (FNA). Quelles sont les activités inscrites au programme de cette édition 2017 ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez de m'adresser à nos compatriotes à l'occasion de la 42ème édition de la Fête Nationale de l'Arb...

M. Babio El-kir Moudachirou, Conseiller Technique au Tourisme et à l'Hôtellerie du ministre béninois du Tourisme et de l…

M. Babio El-kir Moudachirou, Conseiller Technique au Tourisme et à l'Hôtellerie du ministre béninois du Tourisme et de la Culture : « Il faut tirer grand profit du secteur et générer des devises et des richesses pour nos communautés et nos budgets na

Monsieur le Conseiller Technique, vous êtes au Niger dans le cadre d'un séminaire de formation des acteurs du tourisme et de l'environnement, une initiative de l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT). Quelle appréciation faites-vous de cette initiative ?Merci bien pour l'opportunité que vous nous donnez de réagir sur ce projet. Au moment où on concluait ce projet entre les deux pays et l'OMT en Avril dernier à Addis-Abeba, nous n'étio...

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : …

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : "Notre vision au ProDAF, est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) »

Le ProDAF a été mis en vigueur en septembre 2015, pouvez-vous d'abord nous rappeler la vision de votre programme ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour présenter le ProDAF. En effet, la vision du ProDAF est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) à travers lesquels les producteurs ruraux soutenus par leurs organisations et les collectivités locales s'organisent, aménagent et exploitent de manière rationnell...

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun so…

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun souci majeur à propos de l'organisation des examens du baccalauréat cette année »

Monsieur le ministre, les examens du baccalauréat session 2017 sont prévus pour le 11 juillet prochain: est-ce que cette date tient et quel est le niveau des préparatifs ?Je remercie l'hebdomadaire Sahel Dimanche de me donner, en ma qualité de ministre des Enseignements supérieurs, de la recherche et de l'innovation, l'occasion de m'adresser à mes concitoyens en cette veille des examens de baccalauréat, session 2017 dans notre pays. Je ...

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faci…

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faciliter le commerce en Afrique à tous les niveaux est certaine», déclare Sadou Seydou

Monsieur le ministre, avant de rentrer dans le vif du sujet, pourriez-vous nous définir ce que c'est la ZLEC ?La ZLEC, c'est la Zone de Libre Echange Continentale. C'est un projet de l'Union africaine destiné à créer un espace économique commun pour les 55 pays du continent. La Zone de Libre Echange Continentale de l'Union africaine a pour but de booster le Commerce intra-africain, favoriser l'industrialisation du continent et d'accroit...

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas…

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas d'incidence sur la superficie du Niger», déclare M. Hamadou Mounkaila

Monsieur le Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières, le Niger a borné ses frontières avec certains de ses voisins et a passé devant la Cour internationale de La Haye pour délimiter ses frontières avec le Bénin ; or, de nombreuses personnes physiques et morales continuent à dire ou écrire que notre pays fait 1.267.000 kilomètres carrés : quelle est donc la superficie exacte du Niger en 2017 ?Je vous remercie de l'o...

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Les propriétaires véreux face à l'impôt sur le loyer

Les propriétaires véreux face à l'impôt sur le loyer

L'impôt sur le loyer. Parlons-en ! Depuis la mise en œuvre de la décision instituant cet i...

vendredi 18 août 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.