Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Ministre Rhissa Ag Boula, président du Comité d'organisation d'Agadez Sokni : ''L'objectif que nous avons assigné à Agadez Sokni est celui d'une fête de la solidarité, de la consolidation de l'unité nationale et de la découverte ou la redécouverte de


invitMonsieur le ministre, nous sommes à un mois de la fête tournante du 18 Décembre. Est-ce que d'ici là, la Région d'Agadez ou plus particulièrement la ville d'Agadez, sera prête à accueillir et organiser les festivités?

A cette question, le président du Comité d'organisation d'Agadez Sokni que je suis, vous réponds par un ''oui'' absolu. Toutes les infrastructures entrant dans le cadre de l'accueil et de l'hébergement des personnalités et de toutes les catégories d'invités à cette fête du 18 décembre seront prêtes d'ici le jour J. Quand je vous parle d'infrastructures, il faut comprendre des réalisations comme la Maison de la Culture, le Stade régional, les voiries à travers la ville d'Agadez, l'Aérogare et le Salon présidentiel, etc. Oui également au niveau des populations d'Agadez qui attendent l'événement avec impatience pour manifester l'enthousiasme et l'hospitalité qui les caractérisent. Du côté des autorités administratives et coutumières également, la mobilisation est grande pour rendre la fête et le séjour de tout le monde agréables.

Des obstacles ont dû se dresser dans l'organisation, notamment suite à l'opération déguerpissement des kiosques. Quelle était l'ampleur de ces difficultés et comment avez-vous réussi à les surmonter ?
Le Comité Agadez Sokni n'a pas eu de difficulté à déguerpir des commerces illégalement installés sur des domaines publics. Agadez, ce n'est pas Niamey. Quand tu occupes illégalement une place et qu'on te dit de déguerpir, tu déguerpis! Et cela sans chercher à savoir qui t'a donné l'ordre de déguerpir. Tout celui a été déguerpi, qui n'est pas content et qui conteste, a à sa disposition des voies de recours qu'il peut exercer. Cette affaire de déguerpissement, nous à Agadez, nous l'avons proprement réglée. De concert avec toutes les parties prenantes, y compris le Sultan de l'Aïr, le Comité Agadez Sokni a procédé au dégagement de toutes les boutiques, les kiosques, et les ''tabliers'' qui ont établi leurs commerces ou ont construit sur la voie publique et son emprise.

Dans beaucoup de régions qui ont organisé les éditions tournantes du 18 Décembre,, on a assisté à tout un programme de mobilisation des populations à s'approprier cette fête avec tout ce que cela suppose comme accueil chaleureux et enthousiasme pour que la fête soit belle. Qu'est-ce qui est entrepris pour qu'il en soit ainsi à Agadez ?
Sokni veut dire, en langue tamasheq, la ''démonstration de la beauté''. Rassurez-vous, Agadez, à cette occasion, va faire la démonstration de ce qu'elle possède de mieux sur ce plan. Pour ce faire, il y a une commission chargée de la mobilisation sociale qui travaille d'arrache-pied au sein du Comité afin d'amener tous les milieux sociaux d'Agadez à s'approprier cette fête. Il y a également une commission culturelle qui travaille dur pour que, tout le temps que va durer la fête, ceux qui se seront déplacés pour découvrir l'art, la culture et la beauté qui caractérisent Agadez ne soient pas déçus.
L'objectif que nous avons assigné à Agadez Sokni est celui d'une fête de la solidarité, la consolidation de l'unité nationale et la découverte ou la redécouverte de la culture de l'Aïr. Cependant, Agadez Sokni ne sera pas une fête pour découvrir singulièrement la culture de l'Aïr, mais un grand moment d'expression et de partage des autres éléments de la culture nigérienne. Par exemple, le spectacle de fantasia que nous projetons d'organiser comportera tous les aspects qu'on connait à ce spectacle selon les zones géographiques. Il y aura des chameliers et des âniers sur leurs montures richement harnachées, représentatives de la Région d'Agadez, mais aussi 200 chevaux issus des autres régions du Niger. C'est une fantasia qui aura une dimension nationale. Mieux, l'édition du Festival International de la Mode Africaine (FIMA) va se délocaliser à Agadez où d'ailleurs elle a vu le jour il y a 20 ans. Je rappelle que le styliste créateur de mode Alphadi a tenu la 1ère édition du FIMA sur les dunes de Tiguidit. Je vous rassure donc que les populations d'Agadez seront à la hauteur de l'évènement ; tout le monde aura le cœur à la fête, à la solidarité avec nos invités.

Organiser un tel grand rassemblement à Agadez amène forcément à s'interroger sur la dimension sécuritaire. Que-ce-que vous pouvez dire pour rassurer les uns et les autres à ce sujet ?
Sur le plan sécurité, toutes les dispositions sont prises par les autorités administratives et militaires nationales régionales et même au niveau des autorités coutumières tout est mis en œuvre pour que tout se déroule dans les meilleures conditions. Et si jamais vous avez des inquiétudes quelque part, je vous rassure que nous allons faire de notre mieux pour que personne ne touche à un seul cheveu d'un festivalier durant Agadez Sokni.

Monsieur le ministre, est-ce qu'on peut considérer que la question du budget d'Agadez Sokni est réglée et qu'il n'y a aucune difficulté de financement ?
Là aussi, je vous rassure que le financement d'Agadez Sokni relève de la volonté personnelle du Président de la République. Cela fait partie d'un programme dans lequel il s'est engagé depuis qu'il est à la tête de l'Etat, un programme qui vise, à travers les fêtes tournantes du 18 Décembre, à consentir des investissements pour moderniser les capitales régionales et les autres grandes villes du Niger. Dieu merci, toutes les éditions précédentes comme Dosso Sogha, Niamey Nyala, Maradi Kolliya, ont été une réussite. Il n'y a donc pas de raison qu'Agadez Sokni ne le soit pas. La question du financement de tous ces programmes qui relèvent du Budget national a toute l'attention du Président de la République et du Chef du Gouvernement. Et puis il faut que les uns et les autres comprennent que la réalisation et le financement des infrastructures d'Agadez Sokni, dont le coût prévisionnel est de 40 milliards de FCFA, ne restent pas circonstanciels de la tenue de la fête du 18 Décembre; c'est un processus qui va s'étaler au-delà de la fête. Cependant, l'accent est mis sur la réalisation des infrastructures courantes qui doivent servir, dans l'immédiat, à l'accueil et l'organisation des festivités. Les autres grandes infrastructures de modernisation de la ville, elles, vont continuer leur chemin jusqu'à 2017, et peut-être jusqu'à 2018. La fête tournante du 18 Décembre n'est que le meilleur prétexte pour démarrer le programme de modernisation d'Agadez, qui va concerner beaucoup de domaines d'investissements comme l'aménagement des boulevards avec double voies bitumées, l'aménagement des ronds points et la construction de plusieurs infrastructures pour accueillir des services régionaux comme la Santé, l'Education, l'Hydraulique et plusieurs autres services techniques dont certains louent, depuis des années, les bâtiments qui les abritent. 40 milliards d'investissements, c'est un coût prévisionnel; il y aura le coût réel du programme qui va s'étaler sur plusieurs années. Mais nous, notre responsabilité sera de veiller à la bonne gestion budgétaire et technique du programme. Notre satisfaction aujourd'hui est que tous les chantiers, même ceux qui ne finiront pas dans l'immédiat, ont démarré. Il y a des chantiers qui sont à 60% de leur taux d'exécution et d'autres qui sont même terminés.

Il y a donc un budget courant pour l'organisation des festivités d'Agadez Sokni et un autre d'investissements qui relève du long terme. Est-ce que pour l'organisation courante, vous aurez à faire appel à des contributions des citoyens de la Région ?
Bien sûr, dans l'organisation de ces genres de manifestation, ne serait-ce que pour le budget courant, les régions hôtes mettent à contribution leurs ressortissants ou des entreprises et sociétés localement implantées. Et sur ce plan, je remercie la mobilisation, notamment celle des sociétés implantées dans la Région d'Agadez qui se sont engagées à contribuer dans la prise en charge de certains aspects comme l'hébergement, la restauration, l'encadrement et même la réalisation de certains ouvrages. Nous remercions également certains operateurs économiques pour leurs contributions à l'organisation d'Agadez Sokni.

Pensez-vous que le Programme Agadez Sokni contribuera à relancer le tourisme qui est source d'une grande entrée de devises pour la Région d'Agadez, mais qui est, malheureusement depuis des années, en perte de vitesse ?
Quand nous avons pris en charge le Programme Agadez Sokni, nous nous sommes dit que ce n'est pas seulement une initiative pour moderniser la ville d'Agadez, mais nous avons en tête la réhabilitation de tout ce qu'elle recèle et représente en termes historiques, culturels, touristiques. Donc, créer les conditions de remettre en valeur tout ce patrimoine et attirer ainsi plus de visiteurs. Et la première des choses à laquelle nous avons pensé, a été d'inscrire dans le cahier de charges de la Commission Tourisme et Artisanat de penser, par exemple, à l'organisation de vols charters Paris-Agadez durant la période des manifestations. Ils sont à pied d'œuvre et notre souhait est que cette initiative se réalise.
Comme je vous le disais, le FIMA est prévu pour se tenir également à cette période à Agadez. Il y a aussi au programme des festivités l'organisation d'un spectacle que nous avons appelé ''les chants des dunes'' qui sera une grande soirée où se produiront les plus célèbres groupes musicaux. Nous avons prévu aussi la cérémonie traditionnelle d'intronisation du Sultan d'Agadez avec tout ce que cela comporte comme spectacles. Je formule une fois encore l'espoir que tout cela contribuera à recréer la confiance et le retour d'un tourisme durable et profitable à l'économie de la Région.

Réalisée par Mahaman Bako(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement P…

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»

Docteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans c...

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement…

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU): ''Nous avons estimé qu'il était utile de présenter les résultats auxquels nous sommes parvenus à l'ensemble des

Vous avez organisé hier, dans les locaux de l'Académie des Arts Martiaux, une journée portes ouvertes sur les activités du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU). Quels sont les objectifs que vous avez assignés à cette journée ?Nous sommes très satisfaits de l'organisation de cette journée parce que la participation a été très au-delà de ce à quoi nous nous sommes attendus. En réalité, au nive...

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decro…

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decroly répond parfaitement à la prise de conscience des parents quant à leur implication dans la gestion et le fonctionnement de l'éco

Madame la directrice, les écoles Decroly représentent une nouvelle conception de l'école publique. Pouvez-vous nous présenter le Complexe Scolaire Communautaire Decroly que vous dirigez et nous faire la genèse de sa création ?Tout récemment, en début de ce mois de décembre, notre école a reçu la visite de la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou. Et ce fut pour nous une occasion idéale de faire découvrir aux uns et aux autres l'école De...

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo …

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : ''La critique d'art permet d'aller vers le fond de l'excellence, de ne pas se satisfaire de petites choses, ni aussi d

La filière ASLAC du Département des Lettres, Arts et Communication de l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey a organisé, du 25 au 31 janvier 2017, une formation sur le module Critique d'Art. Quel était l'objectif que vous visiez à travers une telle initiative?Je crois qu'on peut dire qu'il n'y a pas un seul objectif, il y en a plusieurs. Tout d'abord, le premier, c'est le besoin de faire grandir l'art, la communauté artistique, no...

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité mac…

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité macroéconomique et à atteindre les objectifs de développement définis dans le Document d'Orientations Economiques pour la période 201

Monsieur Ntamatungiro Joseph, vous êtes au Niger depuis un an et demi en qualité de Représentant Résident du Fonds Monétaire International. Comment appréciez-vous les relations entre le FMI et le Niger ?Les relations entre le FMI et le Niger sont excellentes. Comme vous le savez, le Niger est membre du FMI depuis le 24 avril 1963. A ce titre, il bénéficie des services offerts par le FMI. En l'occurrence, le FMI accompagne le Niger dans ...

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule so…

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule solution qui s'offre à nous est la diversification des économies nationales ; solution unique pour résister au mieux aux chocs exogè

Monsieur le Secrétaire Exécutif, comment se porte aujourd'hui le marché international du pétrole ?Nous pouvons dire que le marché international du pétrole se porte de mieux en mieux. Il est en convalescence parce qu'il sort d'une longue période de baisse drastique qui a trop fait souffrir les économies des pays producteurs. Rappelons qu'en 2013, le baril de pétrole était coté à 140 dollars US, puis à 115 dollars US en juin 2014, légèrem...

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplem…

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplement vérifier les effets nocifs de certains produits contre l'asthme qui étaient déjà sur le marché »

Dr Raphiou, vous avez en compagnie d'autres chercheurs, mené deux études concernant les effets d'un produit pharmaceutique pour le traitement de l'asthme. Quel était l'objectif visé à travers ces deux études ?Je vous remercie pour cette opportunité que vous m'offrez de parler de la recherche. Je vous précise de prime abord que je suis nigérien et que j'étais au Lycée Issa Korombé de Niamey avant de poursuivre mes études aux Etats Unis e...

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, d…

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, des Affaires Coutumières et Religieuses, président du comité interministériel de négociation avec tous les syndicats du Niger : « L

Monsieur le ministre d'Etat, nous assistons ces derniers temps à une certaine agitation du fait de la société civile et de l'opposition. L'opposition d'abord, dans sa déclaration du 17 décembre 2016 a demandé au Président de la République de démissionner. Puis, la société civile qui a organisé, le 21 décembre 2016, une marche suivie de meeting au cours duquel elle accuse le gouvernement de dévoyer la démocratie au Niger. Quel commentair...

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que …

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que les Nigériens sont respectueux des us et coutumes de leurs pays d'accueil, et très rarement on les voit impliqués dans des problèm

M. l'ambassadeur, vous représentez l'Etat du Niger dans un vaste pays comme la Chine. Quelle appréciation faites-vous de la coopération sino nigérienne?Tout d'abord je voudrai remercier les autorités de notre pays pour la confiance placée en ma modeste personne pour diriger notre mission diplomatique en République Populaire de Chine. Je remercie également l'ONEP pour l'opportunité que vous m'offrez afin de m'exprimer dans les colonnes d...

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un …

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un stade de maturité pouvant lui garantir sa promotion et son développement.''

Monsieur le ministre, la 38ème édition du Sabre National débutera dimanche prochain dans l'arène Hamidine Maïdaré de Tahoua. Quelles sont les impressions qui vous animent à la veille de la tenue de ce grand événement ?Je suis animé par un sentiment de grande joie à la veille de ce grand événement, car pour la 38ème fois, l'ensemble des Nigériens se retrouveront dans la communion des cœurs et des esprits pour célébrer le Sabre National q...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !

Audiences

Dossier

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bo…

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bouteilles et la sécurité des équipements

Depuis que le Niger est devenu pays producteur et exportateur de pétrole, les populations ...

jeudi 23 février 2017

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Le Niger a initié, depuis les années 90, un programme national de l'énergie domestique, po...

jeudi 23 février 2017

Des utilisateurs témoignent

Des utilisateurs témoignent

Mme Aïssa ZakariJ'utilise les bouteilles de gaz depuis plusieurs années. Je possède en réa...

jeudi 23 février 2017

L'air du temps

Assainir l'école

Assainir l'école

L'actualité de ces dernières semaines est en train de se cristalliser autour de l'école ni...

jeudi 23 février 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.