Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

L'Ambassadeur de l'Union Européenne(UE) dresse le bilan de la Coopération UE-Niger : ''Le Niger est indiscutablement aujourd'hui un partenaire privilégié de l'Union Européenne'', déclare M. Raul Mateus Paula


invitExcellence Monsieur l'Ambassadeur, comment se portent les relations entre l'Union Européenne et le Niger en cette fin d'année 2016, et quels en ont été les faits marquants?
Je crois pouvoir dire que les relations entre l'Union Européenne et le Niger sont excellentes. Le Niger est indiscutablement aujourd'hui un partenaire privilégié de l'Union Européenne. Cette relation privilégiée s'inscrit dans une communauté de vues sur de nombreux sujets qui touchent à la fois le Niger et la sous-région, nécessitant un partenariat ouvert et un dialogue politique permanent au niveau approprié.
Cette communauté de vues commence par l'analyse des défis de court et moyen termes auxquels le pays doit faire face. Je parlerai rapidement des défis ''exogènes'' tels que les défis économiques, la chute des prix des matières premières et la situation économique du Nigeria, des défis climatiques qui menacent les potentialités agricoles du pays et risquent d'entrainer des mutations profondes, et bien entendu des défis sécuritaires aux frontières du pays, dont le coût financier, humain et les conséquences humanitaires sont désastreuses aujourd'hui. Je n'oublie pas les ''défis endogènes'' importants que les autorités ont également parfaitement identifiés, tels que les défis sociétaux, pour que le pays s'engage résolument dans la voie d'une transition démographique nécessaire, les défis institutionnels relatifs à la gouvernance et aux nécessaires réformes structurelles qui devront permettre à la totalité de la population de bénéficier de la sécurité à laquelle elle aspire, ainsi que des services de base dans le domaine des soins, de l'éducation, des transports, de l'énergie....
Notre partenariat consiste avant tout à travailler ensemble pour permettre à l'Union Européenne, ainsi qu'aux autres partenaires du Niger, de contribuer aux plans de réponse élaborés par les autorités pour faire face aux défis mentionnés. Il s'agit donc d'établir un dialogue sectoriel régulier, permanent et ouvert pour garantir que les réponses soient à la hauteur des enjeux.
Enfin, ce partenariat doit être conduit dans le cadre d'un dialogue politique permanent. C'est mon rôle en tant qu'ambassadeur de l'Union Européenne de conduire ce dialogue en étroite collaboration avec mes collègues représentants les Etats-membres de l'UE au Niger. C'est aussi l'objet des nombreuses missions effectuées par les plus hautes autorités de l'UE à Niamey, ainsi que des rencontres régulières à l'occasion des différents sommets internationaux auxquels nous participons ensemble avec le Niger. C'est ainsi que Madame Mogherini, notre Haute représentante pour la politique étrangère a effectué au Niger son premier déplacement en Afrique en Septembre 2015. Cette visite a été suivie de nombreuses autres missions de haut niveau. Enfin, j'ai transmis, il y a quelques jours, une correspondance du président de la Commission Européenne, M. Jean-Claude Juncker, invitant SEM. le Président de la République, Issoufou Mahamadou à se rendre à Bruxelles.

Avant d'aborder ses aspects thématiques ou sectoriels, veuillez nous présenter les grandes lignes de cette coopération entre l'Union Européenne et le Niger?
Le programme de coopération est décidé conjointement entre la Commission Européenne et le Gouvernement nigérien, représenté par le Ministre des Finances, Ordonnateur national du Fonds Européen de Développement (FED), principal instrument de financement de ce programme.
Celui-ci est formalisé dans un document de programmation pluriannuelle, le Programme Indicatif National (PIN), dont nous démarrons actuellement la mise en œuvre qui porte sur la période 2014-2020 (11ème FED) et qui s'articule sur le Programme de Développement Economique et Social du Niger (PDES) et en reflète les priorités. En résumé, notre programme de coopération porte sur quatre secteurs principaux que sont la sécurité alimentaire et nutritionnelle et la résilience ; le renforcement de la capacité de l'Etat pour la mise en œuvre des politiques sociales, y compris le renforcement de la gestion des finances publiques, la sécurité, la bonne gouvernance et la consolidation de la paix et, finalement, le désenclavement de régions affectées par l'insécurité et le risque de conflit.
Une attention particulière est accordée aux appuis à la société civile et aux jeunes, à la lutte contre la radicalisation et aux valeurs démocratiques. Outre l'approche projet, l'appui budgétaire est une modalité importante de mobilisation de l'aide communautaire. A côté du PIN, il y a un Programme Indicatif Régional (PIR) dont le Niger est un des bénéficiaires. On y retrouve, à l'échelle régionale, certaines des priorités du PIN (sécurité alimentaire, paix et sécurité) et des thématiques telles que la conservation et la gestion durable des ressources naturelles, le développement d'infrastructures et de l'énergie, ainsi que du secteur privé et de l'intégration commerciale.
A cela s'ajoute le fonds fiduciaire de stabilité pour la migration en Afrique qui a été lancé lors du Sommet Europe-Afrique sur la migration, tenu à La Valette, en novembre 2015 et qui prend une importance croissante pour s'attaquer aux différentes dimensions de la migration irrégulière.

Veuillez nous éclairer sur l'option de l'appui budgétaire que l'UE privilégie de plus en plus dans le soutien qu'il apporte à l'Etat du Niger. Pourquoi cette option et quel apport pour le Niger, notamment en 2016 ?
L'appui budgétaire est une modalité avancée d'octroi de l'aide au développement, mais il ne faut pas penser qu'il s'agit d'un chèque en blanc. L'appui budgétaire n'est pas non plus accordé à tous les pays. Il est soumis à une série de critères d'éligibilité qui doivent être remplis avant et durant la mise en œuvre du programme, et ses conditions doivent être satisfaites avant que les paiements ne soient effectués. L'appui budgétaire est fourni pour servir de ''vecteur de changement'' en vue de répondre aux défis posés par le développement ; c'est un moyen de fournir une aide de meilleure qualité et de parvenir aux résultats escomptés en matière de développement durable.
En fait, le transfert de fonds sur le compte du Trésor n'est qu'un des éléments des programmes d'appui budgétaire qui se focalisent aussi sur le dialogue, l'évaluation des performances et le renforcement des capacités, sur la base d'un partenariat et d'une redevabilité mutuelle.
Dans le cas du Niger, il a été considéré que l'appui budgétaire devait être l'instrument privilégié pour la mise en œuvre du 11ème FED. Une fois les conditions remplies et le décaissement effectué, l'utilisation des fonds de l'appui budgétaire se fait conformément aux systèmes de gestion des finances publics nationaux. La gestion des ressources provenant de ce transfert incombe à l'Etat nigérien. A notre avis, c'est la meilleure approche pour renforcer les capacités nationales, minimiser les coûts de transaction et optimiser la redevabilité, évitant la création des systèmes parallèles, souvent lourds et coûteux.
L'appui budgétaire est donc en totale harmonie avec les principes et les engagements pris dans le cadre de la Déclaration de Paris sur l'efficacité de l'aide (2005), du Programme d'Action d'Accra (2008) et du Partenariat de Busan pour une coopération efficace au service du développement (2011). Pour la mise en œuvre du 11ème FED au Niger, nous avons déjà identifié trois nouveaux programmes d'appui budgétaire pour un montant total de 362 millions d'euros, soit environ 237 milliards de FCFA, auxquels vient s'ajouter un programme financé par le Fonds Fiduciaire d'Urgence pour la migration d'un montant de 20 millions d'euros, soit environ 13 milliards de FCFA.
Parmi ces programmes, on trouve de l'appui budgétaire général et aussi sectoriel, centrés en particulier sur la sécurité alimentaire, la nutrition, l'éducation, la justice, la sécurité et la gouvernance.
A titre d'exemple, dans le domaine de la sécurité alimentaire, l'Union Européenne accompagnera l´Etat du Niger à travers la mise en œuvre d´un contrat de réforme sectoriel d´un montant de 203 millions d'euros, soit plus de 133 milliards de FCFA, couvrant la période de 2016 à 2020. Pour l'année 2016, les cinq programmes d'appui budgétaire en cours comportent 23 objectifs. Nous sommes en train d'analyser le degré d'atteinte de ceux-ci pour déterminer le montant à décaisser, qui pourrait avoisiner, au total, les 70 milliards de FCFA, soit 107 millions d'euros.

Le respect des Droits de l'Homme est une valeur fondamentale de l'UE qu'elle a toujours promue et défendue. Le 10 décembre est la journée internationale dédiée aux Droits de l'Homme. Quel est le message de l'UE à cette occasion, et quel est l'état des relations entre l'Union Européenne et le Niger sur ce volet ?
Nous célébrons effectivement ensemble la journée internationale des Droits de l'Homme, dont le slogan défini cette année par le Haut-Commissaire aux droits de l'Homme des Nations Unies rappelle que la défense de ces droits est une responsabilité individuelle; il appelle «chacun à défendre les droits de quelqu'un». Mais au-delà, il s'agit aussi d'un engagement collectif, dans lequel l'UE entend jouer un rôle de premier plan, dans le cadre de la nouvelle stratégie globale pour la politique étrangère et de sécurité de l'UE lancée en juin 2016. Je voudrai faire référence au rapport de la session de l'Examen Périodique Universel des droits de l'Homme qui, pour le Niger, s'est tenue en janvier de cette année.
Ce rapport souligne les progrès accomplis par le Niger depuis 2011 et constate la mise en œuvre de pratiquement toutes les recommandations faites lors de l'examen précédent. Nous en félicitons les autorités. Pour autant, l'Union Européenne reste très vigilante sur cette question, et déterminée à soutenir les institutions ainsi que les Organisations de la Société Civile (OSC) qui œuvrent pour compléter et poursuivre les efforts déjà fournis. Nous pensons en particulier à la gouvernance financière et aux droits de la femme et de l'enfant. Nous avons salué l'adoption de la nouvelle loi précisant les attributions et le fonctionnement de la Haute Autorité à la Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA), et nous continuons de soutenir le Ministère de la Justice pour que le citoyen, y compris dans les zones reculées du pays, puisse avoir accès à la justice qu'il réclame. Enfin, concernant les Droits de la femme, ce point est pour nous très important, car il est interdépendant avec d'autres enjeux cruciaux, tels que l'éducation, la santé reproductive, l'application intégrale du droit et de la Constitution. Nous soutenons activement les engagements pris par le Président de la République dans son Programme Renaissance II, et apportons notre appui à tous les ministères engagés, y compris le Ministère de la Renaissance culturelle. Nous avons également décidé cette année de soutenir directement la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) à travers une convention signée à l'occasion de cette journée internationale, lui permettant ainsi de jouer pleinement son rôle.

Les infrastructures constituent un des secteurs essentiels dans lequel l'UE intervient au Niger. On vous a vu lancer des travaux d'infrastructures de santé et de transport, notamment les routes. Et tout récemment, l'UE s'est engagée dans une étude de faisabilité pour doter la ville d'Agadez d'une centrale électrique. Pourquoi cet intérêt pour les infrastructures ?
Effectivement, les infrastructures sont un des axes majeurs de la coopération avec le Niger. Et à ce niveau, l'appui de l'UE concerne les routes, les structures sanitaires et l'énergie.
S'agissant de l'infrastructure routière, il faut souligner que le Niger fait partie des rares pays à bénéficier encore, exceptionnellement, de l'appui de l'Union Européenne dans ce domaine qui est inscrit comme secteur de concentration dans le Programme Indicatif National (PIN) du 11ème FED, avec un montant de 90 millions d'euros, soit plus de 59 milliards FCFA, prévu à cet effet.
Il faut noter qu'il s'agit d'un enjeu économique majeur qui conditionne la circulation des personnes et des biens, mais aussi les échanges commerciaux, en particulier les produits de la terre, ressources essentielles du pays. Depuis ces 15 dernières années, l'UE a mobilisé plus de 180 milliards de FCFA pour ce secteur, avec comme résultat environ 1000 km de routes bitumées dont quelque 800 km sur la RN1 entre les régions de Tillabéry et de Zinder, et environ 300 km sur l'axe Trans-saharien, sans oublier les efforts pour désenclaver les zones rurales au Nord.
Toutefois, construire des axes de communication et des vecteurs d'échanges économiques est une chose, mais entretenir ces atouts majeurs pour le pays est tout aussi important. C'est la raison pour laquelle nous travaillons également avec les autorités pour que ces investissements perdurent, grâce à des réformes institutionnelles qui garantissent la soutenabilité de notre aide dans ce domaine. Nous militons en particulier pour la création d'une agence d'entretien routier, la création d'une cellule autonome d'audit régulier de l'entretien routier, et la réforme de la CAFER pour lui permettre de mobiliser les ressources liées à l'entretien routier.
Les infrastructures sanitaires constituent un autre pôle d'intérêt de l'Union Européenne dont l'appui sur ce chapitre s'élève à 4,3 milliards de FCFA (6,5 millions d'euros) et concerne la construction et/ou la réhabilitation et la mise à niveau de structures sanitaires dans les régions d'Agadez, Tahoua et Tillabéry. Il s'agit précisément de trois (3) hôpitaux de district (Bagaroua, Bankilaré et Bilma), de six (6) centres de santé intégrés, à raison de deux (2) par région (Iférouane, Ingall, Tassara, Loga, Bébatan et Abala) ; et enfin du Plateau technique et bloc administratif au Centre de la Mère et de l'Enfant d'Agadez.
Dans le domaine de l'énergie enfin, le Niger fait face actuellement à un contexte régional et international difficile, notamment avec un niveau d'accès à l'énergie moderne parmi les plus faibles au monde. Cette situation s'est aggravée, notamment à Agadez, par la surpopulation que génèrent les flux de migrants qui séjournent dans la région.
Afin d'apporter une amélioration substantielle à cette situation, les autorités nigériennes ont établi le projet de construire une centrale hybride (photovoltaïque-thermique) pour ajouter à la capacité existante fournie par la Société Nigérienne de production du Charbon (SONICHAR). C'est un projet intéressant qui nous projette résolument dans l'énergie solaire, une potentialité très prometteuse au Niger. Nous finançons une étude de faisabilité dont les travaux ont démarré le 21 novembre 2016 et prendront fin en mars 2017. Elle devrait servir de base pour le financement, conjointement par la Commission Européenne et l'Agence Française de Développement (AFD), de la construction de cette centrale.

Un des domaines dans lequel l'UE s'implique davantage au Niger et dans le Sahel, c'est la sécurité. Pouvez- vous nous faire le point sur les réalisations opérées dans ce secteur et, de façon plus spécifique, sur les actions de la mission EUCAP Sahel Niger ?
Vous avez raison de souligner cette implication croissante de l'UE dans le domaine de la sécurité. La raison essentielle qui explique cette orientation repose sur deux facteurs convergents.
En premier lieu, la prise de conscience aujourd'hui bien établie que sécurité et développement sont interdépendants, voire consubstantiels. Kofi Annan l'a dit il y a bien longtemps, mais cette prise de conscience conduit aujourd'hui l'UE à appréhender son action de façon plus globale dans le cadre de ce que nous appelons le nexus développement-sécurité. Cette approche consistant à faire de l'UE un acteur politique dans le cadre d'une approche globale est aussi un des nombreux effets de l'entrée en vigueur du Traité de Lisbonne en Europe.
En second lieu, et dans le cadre de cette approche globale, l'UE s'efforce de mettre en œuvre de façon cohérente, ''holistique'', non seulement ses instruments financiers, y compris des instruments innovants, mais également ses outils de prévention et de gestion des crises déployés à la demande des autorités d'un pays, et avec un mandat endossé à l'unanimité des 28 Etats-membres.
Comme vous l'avez dit, le Sahel a fait l'objet, en 2011, de l'adoption d'une stratégie européenne pour la sécurité et le développement au Sahel. La mission EUCAP Sahel Niger, déployée en 2012 à la demande des autorités nigériennes, est donc partie de la réponse européenne aux défis sécuritaires du Niger et plus généralement du Sahel. Cette mission vise à renforcer les capacités des Forces de Sécurité intérieure pour lutter contre le terrorisme, à apporter aux populations la sécurité que l'Etat doit leur garantir, et à combattre les différentes formes de criminalité.
Je ne veux pas décliner ici les actions menées par EUCAP. La chef de mission, Madame Kirsi Henriksson, avec laquelle je travaille tous les jours dans une collaboration très étroite et amicale, le fera certainement mieux que moi. Je veux juste souligner que cette mission fait aujourd'hui l'unanimité, tant auprès des différents partenaires bilatéraux avec qui elle interagit, qu'auprès des autorités nigériennes. Laissez-moi vous donner juste un exemple de réalisation : le dispositif de sécurité des festivités de Agadez SOKNI sera commandé et piloté depuis un PC (appelé PC Mixte), regroupant toutes les composantes engagées dans ce dispositif, et ressortissant de différents ministères. Ce PC a été créé, équipé, et entrainé en étroite collaboration avec EUCAP Sahel Niger.

Excellence, le Niger est l'un des partenaires privilégié de l'UE en matière de gestion des flux migratoires. Les récentes missions de Bruxelles et des Etats membres de l'UE au Niger, en témoignent. Concrètement, comment s'illustre ce partenariat ?
D'abord, il convient de souligner que la migration illégale est un fléau. Il suffit de regarder les chiffres des personnes qui se noient dans la Méditerranée, et d'écouter les témoignages des pauvres gens qui survivent à ce voyage. L'Europe fait face à un afflux de réfugiés et de migrants difficilement supportable pour ses opinions publiques. Elle a décidé de proposer aux pays africains concernés un cadre de partenariat visant d'une part à traiter de façon pérenne les causes de la migration, c'est-à-dire l'absence d'opportunité pour les jeunes, et d'autre part, à garantir des conditions de retour dignes et pérennes pour les migrants irréguliers. Dans ce cadre, le Niger s'est engagé dans une coopération étroite avec l'UE sur ces deux aspects. Le Président de la République a présenté un Plan d'Action lors du Sommet des Chefs d'Etat de La Valette sur la migration en novembre 2015. Nous travaillons avec tous les partenaires concernés à la mise en œuvre de ce Plan d'Action qui est en cours de mise à jour. Bien entendu, ce travail fait l'objet d'un dialogue politique au plus haut niveau, qui explique les visites que vous avez mentionnées, et que les médias ont rapportées. Un fonds fiduciaire a été créé par l'UE lors du Sommet de La Valette, et nous avons déjà engagé un montant de 105 millions d'euros (plus de 68 milliards de FCFA) sur des programmes que l'on peut décliner sur trois axes :
Le renforcement des capacités des Forces de Sécurité à assurer le contrôle de ses frontières et de son territoire, et à lutter contre les trafics illicites que la migration génère. Je veux, ici, insister sur le fait que nous partageons tous le constat que les migrants sont des victimes, et en aucun cas des coupables, et c'est sur la base de ce constat partagé que nous travaillons.
Les alternatives au profit des communautés qui vivent de ce que j'appellerai ''l'économie parallèle'' de la migration, ainsi qu'au profit des populations qui sont encore tentées de partir vivre dans des conditions dégradantes vers le Nord de l'Afrique.
L'aide au retour et à la réinsertion dans leurs pays d'origine des migrants qui, sur une base volontaire seulement, acceptent de renoncer à ce voyage. Il est important de souligner que ces programmes ne remettent pas en cause le principe établi de la libre circulation des ressortissants de la CEDEAO. Ces programmes visent en particulier la région d'Agadez, mais aussi celles de Tahoua et de Zinder.
Nous évaluerons régulièrement ces programmes, ainsi que les besoins additionnels au sein du cadre de concertation sur la migration qui a été créé par décret pour regrouper tous les acteurs de ce dossier sous la co-présidence des Ministres de l'Intérieur et de la Justice.

En termes de perspectives, quels sont les chantiers imminents ou à venir dans les interventions de l'Union Européenne au Niger ?
Des conventions de financement viennent d'être approuvées pour 470 millions d'euros, soit plus de 308 milliards de FCFA, sur un total de 596 millions d'euros, c'est-à-dire plus de 390,9 milliards de FCFA du 11ème FED (2014-2020). Celles-ci concernent les secteurs prioritaires prévus dans le programme de coopération décidé conjointement avec le Gouvernement, comme expliqué plus haut. Il s'agit notamment de poursuivre les importants efforts déjà consentis en matière de sécurité alimentaire et de résilience à travers une production alimentaire accrue et durable, une meilleure maîtrise de l'eau, le renforcement des capacités de prévention et de réponse face à l'insécurité alimentaire (203 millions d'euros, soit plus de 133 milliards de FCFA). Un autre important secteur d'intervention est le renforcement de la capacité de l'Etat de mettre en œuvre des politiques sociales. Dans ce cadre, un important programme de réforme du secteur de l'Education (77 millions d'euros soit plus de 50 milliards de FCFA) va être lancé. La maîtrise démographique, une priorité présidentielle, est également prise en compte. Le renforcement de la gestion des finances publiques va se poursuivre. Le troisième secteur dans lequel l'appui européen est reconduit touche aux questions de sécurité, bonne gouvernance et consolidation de la paix (82 millions d'euros soit plus de 53 milliards de FCFA). Cela se fait notamment à travers l'appui aux capacités des Forces de Sécurité Intérieure en matière de lutte contre la migration illégale et de contrôle aux frontières (en complémentarité avec les actions entreprises dans le cadre du fonds fiduciaire de stabilité pour la migration et de l'action de l'opération d'EUCAP Sahel Niger).
Un autre volet de cet appui bénéficie au secteur de la justice, notamment l'appui à l'Agence Nationale de Lutte contre la Traite des Personnes (ANLTP). Finalement, comme déjà mentionné dans une question précédente, le dernier important secteur de concentration qui continuera à bénéficier d'un appui dans le futur est celui du désenclavement des zones affectées par l'insécurité et le risque de conflits. Il s'agit d'abord d'un important programme de construction et de réhabilitation d'infrastructures routières (routes et pistes). C'est ainsi que le 11ème FED considère entre 2017 et 2020 la construction de 469 km de la route en terre en allant de la frontière Mali (Agendour) à Ingall (région d'Agadez) en passant par les départements de Tillia, Tchintabaraden et Tassara (région de Tahoua).
De même le tronçon de 48 km de Zinder à Bakin Birji et probablement le tronçon Bakin Birji - Tanout (95km) sont prévus. Leurs positions sur l'axe de la Transsaharienne, entre Zinder et Agadez, va avoir un important impact positif sur cette région.
En dehors de cette aide «programmée», il convient d'ajouter plusieurs autres contributions additionnelles importantes dont le Fonds Fiduciaire de Stabilité pour la Migration lancé lors du Sommet de La Valette de novembre 2015, mentionné plus haut et qui monte progressivement en puissance.

Onep
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : …

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : "Notre vision au ProDAF, est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) »

Le ProDAF a été mis en vigueur en septembre 2015, pouvez-vous d'abord nous rappeler la vision de votre programme ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour présenter le ProDAF. En effet, la vision du ProDAF est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) à travers lesquels les producteurs ruraux soutenus par leurs organisations et les collectivités locales s'organisent, aménagent et exploitent de manière rationnell...

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun so…

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun souci majeur à propos de l'organisation des examens du baccalauréat cette année »

Monsieur le ministre, les examens du baccalauréat session 2017 sont prévus pour le 11 juillet prochain: est-ce que cette date tient et quel est le niveau des préparatifs ?Je remercie l'hebdomadaire Sahel Dimanche de me donner, en ma qualité de ministre des Enseignements supérieurs, de la recherche et de l'innovation, l'occasion de m'adresser à mes concitoyens en cette veille des examens de baccalauréat, session 2017 dans notre pays. Je ...

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faci…

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faciliter le commerce en Afrique à tous les niveaux est certaine», déclare Sadou Seydou

Monsieur le ministre, avant de rentrer dans le vif du sujet, pourriez-vous nous définir ce que c'est la ZLEC ?La ZLEC, c'est la Zone de Libre Echange Continentale. C'est un projet de l'Union africaine destiné à créer un espace économique commun pour les 55 pays du continent. La Zone de Libre Echange Continentale de l'Union africaine a pour but de booster le Commerce intra-africain, favoriser l'industrialisation du continent et d'accroit...

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas…

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas d'incidence sur la superficie du Niger», déclare M. Hamadou Mounkaila

Monsieur le Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières, le Niger a borné ses frontières avec certains de ses voisins et a passé devant la Cour internationale de La Haye pour délimiter ses frontières avec le Bénin ; or, de nombreuses personnes physiques et morales continuent à dire ou écrire que notre pays fait 1.267.000 kilomètres carrés : quelle est donc la superficie exacte du Niger en 2017 ?Je vous remercie de l'o...

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patri…

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patrimoine culturel contribue à promouvoir le respect de la diversité culturelle et de créativité»

Dans le cadre de l'application de la convention de l'UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) que notre pays a ratifiée en 2003, entrée en vigueur en 2006, des progrès significatifs sont en train d'être enregistrés suite à l'effort inlassable que mène le ministère en charge de la renaissance culturelle dans son programme de relance ou de mise en œuvre. De retour d'un séminaire organisé en Chine dans le domaine du...

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision…

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision Terrestre Numérique, si tout va bien, les émissions pourront commencer courant décembre 2017 sur l'ensemble du pays »

Monsieur le ministre, votre institution a signé une convention lors du ''Sommet Transform Africa 2017''tenu le 11 mai dernier à Kigali, au Rwanda et qui a enregistré la présence de plusieurs chefs d'Etat, dont SE M. Issoufou Mahamadou. Pouvez- vous nous donnez d'amples explications au sujet de cette convention ?Il s'agit d'un mémorandum d'entente de coopération qui fixe les principes et les conditions d'une coopération économique et tec...

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Au bord du fleuve à Tillabéri : Un carrefour d'act…

Au bord du fleuve à Tillabéri : Un carrefour d'activités commerciales et de prestation de services divers

Tillabéri, «la capitale du fleuve», chef de lieu de région du même nom est à un peu plus d...

mardi 25 juillet 2017

Campagne agricole : Les vœux d'un agropasteur

Campagne agricole : Les vœux d'un agropasteur

À quelques encablures de la commune rurale de Sansané Haoua, à environ 80 kilomètres à l'o...

mardi 25 juillet 2017

Le marché de Tillabéri : Entre tradition et modern…

Le marché de Tillabéri : Entre tradition et modernité, un marché atypique

C'est un grand marché bihebdomadaire dont les rendez-vous ont lieu tous les mercredis et d...

mardi 25 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.