Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que les Nigériens sont respectueux des us et coutumes de leurs pays d'accueil, et très rarement on les voit impliqués dans des problèm


SEM-Inoussa-Moustapha-Ambassadeur-du-Niger-en-ChineM. l'ambassadeur, vous représentez l'Etat du Niger dans un vaste pays comme la Chine. Quelle appréciation faites-vous de la coopération sino nigérienne?
Tout d'abord je voudrai remercier les autorités de notre pays pour la confiance placée en ma modeste personne pour diriger notre mission diplomatique en République Populaire de Chine. Je remercie également l'ONEP pour l'opportunité que vous m'offrez afin de m'exprimer dans les colonnes de votre journal sur les relations diplomatiques entre notre pays et la République Populaire de Chine. Vous savez, les relations entre le Niger et la République Populaire de Chine sont des relations très anciennes. Et ce partenariat n'a jamais cessé d'évoluer et de se renforcer. Il faut souligner qu'il s'agit aujourd'hui de l'une des relations les plus cordiales et fructueuses que notre pays entretient avec l'étranger. Retenons que l'assistance de ce grand pays au profit du Niger est multiforme et diversifiée, et embrasse les grands axes de notre politique de développement. Il s'agit notamment des domaines de l'hydraulique, de la santé, du sport, de l'éducation, etc. Au-delà des outils ordinaires de coopération comme les commissions mixtes de coopération bilatérales, dont la dernière s'est réunie en 2011 à Guangzhou, capitale de la province de Guangdong, la Chine a mis en place, avec la première conférence ministérielle tenue du 10 au 12 Octobre 2000 à Beijing, un cadre multilatéral de coopération dénommé ''Forum de Coopération Sino-africaine'' (FOCAC). Le deuxième sommet du Forum, qui est le 1er tenu en terre africaine, s'est déroulé en décembre 2015 à Johannesburg et a enregistré la participation de SE Issoufou Mahamadou, Président de la République, Chef de l'Etat, à la tête d'une forte délégation.
Il s'agit d'un nouveau type de coopération stratégique avec l'Afrique, caractérisée par l'égalité et la confiance réciproque sur le plan politique, une coopération conduite et menée dans un esprit de partenariat sincère et gagnant-gagnant sur le plan économique, ainsi que le renforcement des échanges sur le plan culturel. Il faut tout de même mentionner qu'à l'occasion du deuxième sommet du FOCAC à Johannesburg, il est convenu de hisser les relations sino-africaines à la hauteur d'un partenariat global stratégique de coopération. Il a ainsi été initié, par la volonté du Président de la République Populaire de Chine, SE Xi Jinping, dix programmes majeurs de coopération dans les domaines de l'industrialisation, de la modernisation agricole, des infrastructures, du service financier, du développement vert, de la facilitation du commerce et des investissements, de la réduction de la pauvreté donc l'amélioration du bien être des populations, de la santé publique, des échanges entre les peuples, de la paix et la sécurité. Ainsi, c'est un plan grandiose qui vient d'être ébauché pour la coopération pragmatique sino africaine.
A cet effet, pour assurer la bonne exécution des dix programmes sus-indiqués, la Chine a décidé de dégager un appui financier de 60 milliards de US dollars, y compris des dons et prêts sans intérêt. Ce financement s'intéresse aux projets de développement qui impactent directement sur le bien-être des populations. Nos pays sont donc invités à produire ce qu'il est convenu d'appeler les projets prioritaires. Il s'agit de projets bien ficelés et capables de convaincre le partenaire en vue de leurs financements. C'est pour dire qu'il n'y a pas, à priori et théoriquement, de préférence de pays, mais plutôt de dossier conforme et éligible. A l'issue du sommet de Johannesburg deux documents ont été rendus publics : la déclaration du sommet de Johannesburg et le plan d'action de Johannesburg 2016 - 2018.
Le point 1.3 du plan d'action est ainsi libellé : ''Les deux parties estiment que la Chine œuvre à la réalisation des objectifs de deux centenaires ; que l'Afrique travaille activement à mettre en œuvre l'Agenda 2063 et son premier plan décennal ; et que leurs stratégies de développement ont beaucoup de points communs. Elles doivent mettre pleinement en valeur leurs atouts respectifs et promouvoir l'amélioration de la qualité et de l'efficacité ainsi que la transformation et la montée en gamme de leur coopération mutuellement avantageuse, afin d'assurer la prospérité partagée de leurs peuples''. D'où le thème même du forum de Johannesburg intitulé ''La Chine et l'Afrique avancent ensemble: coopération gagnant-gagnant pour un développement commun''.
Pour la mise en œuvre de ce plan d'action, les deux parties ont convenu que les pays africains mettent en place des comités de coordination pour en assurer le suivi. C'est ainsi que Beijing a accueilli, du 28 au 30 Juillet 2016, la réunion des coordinateurs pour la mise en œuvre des acquis du forum de coopération Chine-Afrique et qui a été co-présidée, pour la partie chinoise, par le vice-ministre chinois des Affaires Etrangères, le vice-ministre chinois du Commerce et, au titre du Continent africain, par la ministre des Relations Internationales et de la Coopération de l'Afrique du sud et le co-président du FOCAC ; il y avait également le ministre des Affaires Etrangères, de l'Intégration Africaine et de la Coopération Internationale de la République sœur du Tchad, au titre de la présidence en exercice de l'Union Africaine. Il faut souligner que notre pays a été représenté par la ministre déléguée auprès du ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaines et des Nigériens à l'Extérieur. A cette occasion, il a été procédé à la signature d'un Accord de Coopération Economique et Technique entre le Gouvernement de la République du Niger et celui de la République Populaire de Chine, coïncidant, il faut le préciser pour s'en réjouir, avec le 20ème anniversaire du rétablissement de nos relations diplomatiques.

Dans le cadre de la coopération sino-nigérienne, la Chine soutient les actions de développement de notre pays. Peut-on connaitre quelques réalisations déjà opérées et celles en cours d'exécution ou en perspectives au Niger ?
Il est important de rappeler que dans le cadre des relations entre la Chine et le Niger, ce pays ami continue à accompagner les politiques de développement de notre pays afin d'améliorer, de manière significative, le cadre de vie des populations nigériennes. On peut retenir entres autres réalisations la construction du Stade Général Seyni Kountché, très emblématique en matière d'infrastructures sportives. Dans le domaine de la Santé, il faut noter la présence d'une équipe médicale performante. Ajoutons aussi la construction de l'hôpital de Référence de Niamey d'une capacité de 500 lits. La réalisation de ce joyau permettra à l'Etat de réduire le coût des évacuations sanitaires et de répondre, de manière efficace, aux besoins des populations en matière de santé. Il convient de souligner aussi les importantes réalisations dans le secteur de l'hydraulique, avec notamment la solution apportée au problème crucial d'alimentation en eau potable de la région de Zinder suite à la construction de la station de pompage de Ganaram. Concernant toujours les réalisations, il faut mentionner la construction du 2ème pont sur le fleuve Niger et même d'un 3ème pont, objet justement de l'accord mentionné plus haut. C'est grâce à la coopération chinoise, ne l'oublions pas, que le Niger est devenu un pays producteur de pétrole. C'est d'ailleurs l'un des secteurs pourvoyeurs d'emplois dans notre pays qui a permis de créer des emplois et de soutenir la stratégie de l'Etat en matière de lutte contre la pauvreté et le chômage, particulièrement celui des jeunes. Il faut aussi rappeler les importants investissements dans le domaine de l'Energie et de l'Agriculture. Il convient de souligner que la Chine accueille des étudiants dont certains sont boursiers de la coopération et d'autres qui sont soit boursiers nationaux, soit à la charge de leurs parents. Dans le cadre de la formation, mentionnons la mise à disposition par la Chine des bourses de formation et l'organisation de plusieurs séminaires au profit des cadres nigériens, toutes catégories confondues, en vue de toucher du doigt les énormes progrès enregistrés par la Chine dans les différents secteurs stratégiques de développement. Cela est, à mon sens, susceptible d'éveiller les consciences que le secret du développement se trouve dans le travail, la discipline et l'amour de la patrie.
Pour ce qui est des perspectives, notre pays, grâce au Programme de Renaissance de SE Elhadj Issoufou Mahamadou, Président de la République, et la participation sincère de tous les acteurs au développement, va certainement continuer à bénéficier des investissements et des actions tous azimuts de ce grand partenaire. Je voudrais citer des différents projets prioritaires liés à l'énergie, aux infrastructures, à la sécurité alimentaire dans le cadre de l'Initiative ''3N'' (les Nigériens nourrissent les Nigériens), toutes choses cadrant parfaitement avec les relations sino-africaines centrées
sur l'industrialisation et la modernisation agricole en Afrique.

Peut-on logiquement parler d'industrialisation, sans une maitrise de l'énergie ou de modernisation de l'Agriculture, sans investissement dans les centres de recherches et de vulgarisation de nouvelles variétés de semences adaptées à l'environnement? C'est le lieu de saluer les
efforts déployés par les autorités de notre pays en vue d'une maitrise de la situation énergétique, avec la mise en œuvre de la Centrale de Gorou Banda, la ligne éclectique de 132 KV SORAZ-Maradi-Malbaza, etc.
Les représentations diplomatiques sont souvent confrontées à des difficultés relativement à la gestion de la communauté vivant au niveau du pays d'accueil. Avez-vous rencontré des problèmes quelconques depuis que vous êtes à la tête de l'Ambassade du Niger en Chine?
Il faut souligner que depuis la politique de réforme et d'ouverture entreprise par la Chine, ce pays a renforcé davantage les échanges, notamment commerciaux, avec le monde extérieur. Les opérateurs économiques affluent de partout, et particulièrement pour le petit commerce qui a vu la spécialisation de certaines villes telles que Guangzhou, capitale de la province du Guangdong, et Yiwu, localité située dans la province du Zhejiang avec pour capitale Hangzhou. Ces deux villes accueillent les commerçants de tous les pays, particulièrement les Africains, et les Nigériens ne sont pas en reste. Compte tenu de leurs positions géographiques et du rôle qu'elles jouent dans les échanges commerciaux au plan international, ces principales villes intéressent la communauté nigérienne. Du coup, les problèmes consulaires surgissent, les conflits entre partenaires, les différends entre compatriotes, les écarts de comportement vis-à-vis des lois et règlements du pays etc. L'Ambassade, à travers son service consulaire, déploie tous les efforts pour régler ces différentes situations à l'amiable et par voie de négociations avec les autorités compétentes. Il faut avoir à l'esprit les différences de culture, et surtout la barrière linguistique qui crée des difficultés de compréhension de part et d'autre. Cependant, il faut reconnaitre que les institutions de l'Etat chargées de régler ces genres de situation font un effort d'équité et arrivent à trouver des terrains d'entente entre les différentes parties. Les Nigériens, il est de notoriété publique, sont respectueux des us et coutumes de leur pays d'accueil et très rarement, on les voit impliqués dans des problèmes. L'ambassade s'occupe de différentes petites difficultés auxquelles les compatriotes peuvent être confrontés sans préférence ou distinction. C'est pourquoi l'ambassade et le bureau des étudiants travaillent en parfaite collaboration et compréhension mutuelle pour rendre leur séjour agréable. Depuis un certain temps, les ambassades ne délivrent plus de passeports. Cependant, les dossiers des requérants sont centralisés au niveau du Service Consulaire de la Mission Diplomatique, et transmis aux autorités compétentes du pays pour la délivrance desdits documents.

M. l'Ambassadeur, au regard des atouts considérables dont dispose la Chine en matière de développement, avez-vous un appel particulier à lancer à l'endroit de nos compatriotes afin qu'ils viennent découvrir les merveilles de la Chine et en tirer profit?
De manière générale, l'appel que je voudrais lancer à l'endroit de mes compatriotes, c'est de saisir les
opportunités qu'offre ce grand partenaire, tant du point de vue des affaires avec le commerce, les foires que ce pays organise périodiquement à Guangzhou, Yiwu, Shanghai, que celui de la formation etc. C'est un pays qui dispose d'atouts permettant de prospérer les affaires. Mais je tiens à rappeler que tout doit se passer sur la base du respect des lois et règlements, tenant ainsi compte des us et coutumes du pays d'accueil. Nous demandons enfin à la communauté nigérienne vivant en Chine de continuer à adopter des comportements tendant à améliorer davantage l'image de notre cher pays au niveau de leur pays d'accueil, et surtout d'éviter les effets d'entrainement dont certains compatriotes se trouvent être victimes.

Propos recueillis à Pékin par Laouali Souleymane(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

M. Issoufou Katambé, président du Comité Tahoua Sakola : « Nous abordons le dernier tournant avec beaucoup d'optimisme »

M. Issoufou Katambé, président du Comité Tahoua Sakola : « Nous abordons le dernier tournant avec beaucoup d'optimisme »

Dans quel état d'esprit vous abordez le dernier tournant à quelques jours de l'événement ?Merci de cette opportunité que vous m'offrez pour parler de l'organisation. Je dois tout de suite rappeler que nous avons placé le programme Tahoua Sakola sous le triptyque ''Innovation, Dynamisme culturel et Coexistence pacifique''. L'innovation, c'est d'abord par rapport aux infrastructures. Nous avons dit que nous allons réaliser des infrastruct...

M. Moussa Issaka Arzika, Secrétaire Permanent du Comité Arbitral des Recours Fiscaux (CARFI) : «Le CARFI est une instanc…

M. Moussa Issaka Arzika, Secrétaire Permanent du Comité Arbitral des Recours Fiscaux (CARFI) : «Le CARFI est une instance arbitrale nationale compétente en matière de contentieux d'impôts»

Monsieur le Secrétaire Permanent, au nombre des réformes entreprises par le gouvernement dans le secteur des finances, figure la création du CARFI. Qu'est ce que le CARFI ?Le CARFI, c'est le Comité Arbitral des Recours Fiscaux. Le Gouvernement du Niger, soucieux d'améliorer le climat des affaires dans notre pays, s'est résolument engagé dans des reformes visant à améliorer durablement les rapports entre l'Administration fiscale et les c...

M. Barkaï Issouf, ministre chargé des Relations avec les Institutions : «Le ministère s'attèle quotidiennement à assurer…

Pourquoi la création d'un ministère spécialement dédié aux institutions ?Avant de répondre à vos questions, permettez-moi de vous remercier et de remercier l'ONEP pour cette occasion fort salutaire que vous m'offrez pour m'adresser à vos lecteurs. Vous contribuez ainsi à faire mieux connaitre mon département ministériel, ses attributions et son rôle dans l'architecture institutionnelle et administrative de notre pays. J'en suis très rec...

Le Ministre Conseiller Spécial du Président de la République et Directeur Général de l'Agence Nationale pour l'Organisat…

Monsieur le Directeur Général, en créant l'Agence que vous dirigez, quelles sont les missions que le gouvernement du Niger lui a assignées?Il faut tout d'abord rappeller que les Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine ont choisi le Niger pour abriter en 2019, la 33eSession de la Conférence des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine à Niamey.C'est non seulement un signe fort de la vitalité de notre diplomatie m...

Interview du président de la Commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, l'Honorable Hamma Assah : « La hau…

Honorable, vous êtes président de la commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, pouvez-vous brièvement dire à nos lecteurs quel est le rôle de cette Commission ?Merci au journal Sahel Dimanche pour cette opportunité qu'il nous offre pour parler de la Commission de la Défense et de la Sécurité. Disons d'entrée de jeu que, selon le règlement intérieur de l'Assemblée nationale en son article 30, la Commission de la Défense et...

M. Habou Boukari, Directeur National des Archives : "Les services des Archives sont les parents pauvres de l'Admini…

Monsieur le Directeur national, le Niger dispose depuis des décennies d'un service dénommé Archives Nationales, quelles sont concrètement les missions et attributions de cette structure qui constitue quand même la mémoire de notre pays ?Aux termes de l'article 10 de l'arrêté n° 260/PM/SGG du 17 Octobre 2011, la Direction des Archives Nationales est chargée de l'identification, de la collecte, du classement et de la conservation des docu...

L'ambassadeur des Etats-Unis au Niger, SE. Mme Eunice Sharron Reddick : "La présence des soldats américains relève …

Mme l'ambassadeur, vous voilà en fin de mission après avoir passé trois années en qualité d'ambassadeur des Etats Unis au Niger. Quels ont été les principaux axes de la coopération bilatérale sur lesquels votre pays a mis l'accent ces dernières années?Je tiens d'abord à remercier le journal « Sahel Dimanche » de me donner l'opportunité de m'adresser aux millions de nigériennes et nigériens à la fin de ma mission dans votre beau pays, le...

M. Ousmane Douka Soumaila, Directeur général de l'Office National des Examens et Concours du Supérieur (ONECS) : "L…

Le 6 Juillet dernier, vous avez été primé du prix HIKIMA, mis en place par le Haut Commissariat à la Modernisation de l'Etat, le ministère de la Renaissance Culturelle et le ministère de la Fonction Publique, suite à un concours pilote entre les trois ministères en charge de l'éducation. Il s'agit de l'Education Primaire, des Enseignements Secondaires et Supérieurs, et des Enseignements Professionnels et Techniques. Pouvez-vous, Monsieu...

Interview de Mme Elback Zeinabou Tari Bako, Ministre de la Promotion et de la Protection de l'Enfant : « Le forum des Pr…

Le Niger accueille depuis le 2 octobre dernier, le Forum des premières Dames de la CEDEAO. Cette rencontre de haut niveau traite de problématiques liées à la fistule obstétricale, à la protection de l'enfant et aux MGF. Dans cet entretien, la ministre de la Promotion de la femme et de la Protection, revient sur les objectifs de ce forum et surtout les résultats attendus à l'issue des assises. Pour Mme Elback Zeinabou Tari Bako, ce forum...

M. Alma Oumarou ministre, Conseiller Spécial du Président de la République : Plus de 4600 entreprises ont été créées au …

Monsieur le ministre, le Niger a de 2011 à aujourd'hui produit plusieurs réformes relatives à l'amélioration du climat des affaires : pouvez-vous nous faire l'état des lieux de ces réformes ?L'amélioration du climat des affaires et la création des conditions favorables au développement du secteur privé nigérien ont toujours été une préoccupation majeure du Président de la République. L'Etat, ne pouvant plus à lui tout seul assurer la cr...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Fuite des cerveaux : à qui la faute ?

Fuite des cerveaux : à qui la faute ?

Dès qu'on parle de fuite de cerveaux, on se tourne à première vue vers l'occident. Et pour...

vendredi 8 décembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.