Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplement vérifier les effets nocifs de certains produits contre l'asthme qui étaient déjà sur le marché »



Ibrahim-Raphiou-PhDDr Raphiou, vous avez en compagnie d'autres chercheurs, mené deux études concernant les effets d'un produit pharmaceutique pour le traitement de l'asthme. Quel était l'objectif visé à travers ces deux études ?
Je vous remercie pour cette opportunité que vous m'offrez de parler de la recherche. Je vous précise de prime abord que je suis nigérien et que j'étais au Lycée Issa Korombé de Niamey avant de poursuivre mes études aux Etats Unis en 1985. Ce que j'ai étudié et que je fais dans mon travail, c'est la régulation des gènes ; la vérification de l'expression des gènes. En fait c'est de l'oncologie pour voir les causes primordiales de certains cancers. Beaucoup de gens pensent que ce sont des mutations. C'est vrai que ce sont des mutations, mais il ya d'autres facteurs qui interviennent comme l'expression des gènes, la mutilation des régions promotrices, une modulation des facteurs de transcription des gènes. Cela modifie l'expression de ces gènes là. Donc, le centre d'intérêt de mon étude se situe dans cette oncologie du cancer du poumon, cancer du sein, cancer de la vessie, cancer d'estomac et cancer de sang. En faisant cela, j'ai eu l'opportunité de travailler pour cette compagnie, Glaxo Smith Kline ; qui était intéressée par la question, surtout par la prévention et le traitement du cancer. J'avais aussi eu l'opportunité de travailler pour d'autres compagnies qui sont dans le champ des études de l'asthme. Je fais partie d'une équipe qu'on appelle le Leader de l'investigation des études cliniques. Je suis actuellement le directeur scientifique des affaires médicales. On a conduit cette grande étude pour tout simplement vérifier les effets nocifs de certains produits contre l'asthme qui étaient déjà sur le marché. Après cette étude a été publiée dans un grand journal, The New England Journal of Medicines, qui est visible sur internet.
De manière résumée, à quels résultats vos études sont-elles parvenues ?
Les résultats ont démontré que ces produits chimiques pour le traitement de l'asthme, dont certaines personnes ont soupçonné avoir des effets nocifs, n'ont pas ces effets nocifs.
Et quel est l'impact de ces résultats sur la vie de tous les jours ?
L'équipe est convaincue que maintenant cela va faciliter la confiance des médecins pour prescrire ces médicaments sans crainte de ces soupçons d'effets nocifs de ces médicaments. Donc cette étude a démontré qu'il n'y avait pas ces signaux nocifs que beaucoup de médecins soupçonnaient. Ce qui va faciliter globalement le traitement de l'asthme.
Docteur pourquoi avez-vous choisi d'exercer aux Etats Unis d'Amérique, plutôt qu'au Niger ?
Je suis né ici et j'ai grandi ici. J'aime le Niger ; c'est un beau pays. On a beaucoup de problèmes économiques. Mais selon moi, ce ne sont pas des problèmes économiques, mais plutôt des problèmes de culture. C'est notre culture qu'il faut améliorer.
Vous pensez que c'est un manque d'ouverture sur le monde ?
C'est possible que ce soit un manque d'ouverture sur le monde ; mais je sais que nos populations ont beaucoup de potentiels. Donc ce qu'il faut, c'est de voir ce que d'autres pays ont fait, de prendre de bons exemples et de les appliquer ici. Je sais qu'on a des obstacles comme le climat ; et je sais qu'on ne travaille pas toujours ensemble. La culture peut changer avec l'éducation. On a du travail à faire, surtout un travail d'organisation, et un travail ensemble. Je suis un scientifique, et je fais un effort pour savoir quelles sont les vraies causes de nos problèmes. Ces problèmes que nous avons, ont des solutions. Ce qu'il faut c'est d'appliquer ces solutions. Le changement est très difficile, c'est vrai ; mais il est possible.
Quelle est la contribution du chercheur nigérien vivant aux Etats Unis dans le développement de son pays ?
Le but que vise un chercheur c'est de trouver des solutions. C'est de comprendre les choses d'une manière scientifique, la vraie cause des choses ; comment elles communiquent, et comment appliquer les résultats à d'autres systèmes, et à grande échelle. A mon avis la contribution des chercheurs nigériens qui sont à l'étranger, c'est de comprendre ce qui marche et de faire un effort pour voir comment on peut appliquer ça au Niger. Les problèmes qui existent au Niger, ont leurs solutions au Niger. Mais tout le problème, c'est de convaincre la masse qu'il ya des solutions et d'appliquer ces solutions. Quand je vois des américains qui ont visité le Niger, je leur demande toujours qu'est-ce qu'ils ont remarqué. Au début, ils ont tendance à ne pas être honnête de peur de m'affronter. Alors quand j'insiste, ils me disent, en Afrique on dirait que les gens vivent sur leurs poubelles. Il ya beaucoup de plastiques partout. Alors que comme solution, là où j'habite je connais deux usines, dont l'une utilise le plastique pour produire de l'énergie. Pour arrêter la fumée, il ya des filtres qui retiennent les particules qu'il ya dans la fumée ; quand la fumée sort elle n'est pas toxique. L'autre usine utilise aussi le plastique pour faire du fil, et confectionner des pull-over. Il ya aussi des usines qui fabriquent des pare-chocs de voitures avec le plastique recyclé. Donc il ya des solutions. Parfois un désavantage peut être transformé en avantage. Un philosophe chinois qui s'appelle Cheng Zou a écrit un livre, l'art de la guerre ; un livre vieux de plus de 2500 années. Même maintenant, beaucoup de gens appliquent ses tactiques dans le business et le mangement des problèmes économiques.
Globalement est-ce que vous ne prônez pas une reconversion des mentalités ?
Il ya une expression qui dit que les populations, et les civilisations évoluent ou périssent à cause de leurs cultures. Je ne blâme pas le pays, mais chaque fois il faut faire un effort pour changer, trouver quelque chose de nouveau et l'appliquer. Par exemple là où je vis, les gens savent que chaque semaine, il ya de nouvelles informations qui sont publiées. Il faut lire, apprendre de ces publications, et savoir comment ces études ont été faites. Si vous ne faites pas un effort pour apprendre de nouvelles informations, vos talents sont déjà vieux, dépassés. Donc il faut toujours faire un effort supplémentaire pour apprendre quelque chose de nouveau et avancer.
Docteur, qu'entrevoyez-vous en termes de perspectives d'avenir pour le Niger ?
La plupart de nos problèmes ont des solutions. Seulement, comme je le disais, il faut faire un effort. Je ne jette la pierre à personne, tout ce que je dis ce qu'on peut faire un effort commun pour résoudre ces problèmes et avancer. Je suis convaincu que les solutions existent. Ce qui m'a surpris quand j'étudiais là-bas, avant même que je ne commence à travailler, c'est que tout est étudié. Même les problèmes de l'étranger. Et conséquemment, il ya beaucoup de publications qui ont montré des solutions. Peut être qu'en modifiant un peu ces solutions, on peut les appliquer ici. Je suis une personne optimiste, et je sais que l'avenir du Niger est clair et brillant. Il faut juste étudier les solutions et les appliquer. Mais je sais que cela n'est pas si facile. C'est une règle même de la physique. On prend plus de l'énergie pour commencer quelque chose, que pour la maintenir. Alors commencer une chose est très important. Je sais que le gouvernement et tout le peuple nigérien sont sur le bon chemin. Et j'étais surpris du changement que j'ai constaté depuis mon arrivée à Niamey.

Réalisée par Oumarou Moussa(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

M. Saidou Halidou, Directeur Général de la Décentralisation et des Collectivités Territoriales : «Les élus doivent créer…

M. Saidou Halidou, Directeur Général de la Décentralisation et des Collectivités Territoriales : «Les élus doivent créer les conditions d'une meilleure gouvernance locale, plus transparente et plus inclusive qui place l'intérêt des citoyens au cœur d

Le 6 septembre dernier, s'est tenue à Niamey, la cérémonie de notification des actes de transfert de compétences et de ressources de l'Etat aux collectivités territoriales. Quelle est la signification d'une telle cérémonie pour les acteurs de la décentralisation ?La cérémonie intervenue le 6 septembre 2017 sous le Haut patronage de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, est l'aboutissement d'un long processus...

Monsieur Issa DJIBO, Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique : "Le Compte Unique s'inscrit dans …

Monsieur Issa DJIBO, Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique : "Le Compte Unique s'inscrit dans le cadre d'un ensemble de réformes mises en place pour améliorer les services rendus par l'Etat"

Monsieur le Directeur Général, après quelque 8 mois passés à la tête de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, pouvez-vous nous dire succinctement comment se porte cette importante institution ?Merci de me poser cette question qui permet de mieux apprécier la situation actuelle de la DGT/CP. Il importe, en effet, de rappeler qu'à notre prise de fonction, la situation de la DGT/CP se caractérisait par une lenteur...

Mme Habibatou Moussa Hassane présidente de la Fédération Nigérienne de Handball : «La nouvelle équipe dirigeante se prop…

Mme Habibatou Moussa Hassane présidente de la Fédération Nigérienne de Handball : «La nouvelle équipe dirigeante se propose à travers cet ambitieux programme de donner une nouvelle vision au handball nigérien à tous les niveaux»

Mme la présidente, vous êtes la seule femme qui dirige une fédération sportive au Niger. Pouvez-vous nous faire la rétrospective de votre élection à la tête de cette fédération ?Je vous remercie très sincèrement pour cette opportunité que vous m'offrez pour m'exprimer à travers les colonnes de votre journal SahelDimanche que je lis d'ailleurs régulièrement.C'est vrai qu'une femme à la tête d'une fédération sportive au Niger n'est pas ch...

Mme Bety Aichatou Habibou Oumani, présidente de l'association Matan Tahoua Sakola : «Qui veut accueillir un étranger doi…

Mme Bety Aichatou Habibou Oumani, présidente de l'association Matan Tahoua Sakola : «Qui veut accueillir un étranger doit avoir un environnement propre et les femmes se mobilisent pour cela»

Mme la présidente, dans le cadre de l'organisation de la fête tournante du 18 décembre, la Région de Tahoua a été choisie pour abriter la fête de Tahoua Sakola. Vous avez été désignée à la tête de l'organisation dénommée Matan Tahoua Sakola. Quel est le but de cette organisation et pourquoi cette cérémonie de plantation d'arbres aujourd'hui au sein de la grande mosquée de Tahoua ?Je vous remercie de cette opportunité que vous nous donne...

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour m…

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour mission de conduire la transformation de la société nigérienne en une société digitale/numérique, afin d'accélérer notre marche ver

Monsieur le Directeur Général, lors du Conseil des ministres du 10 juillet dernier, le Haut-commissariat aux NTICs a été érigé en Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI). Pouvez-vous nous donner les raisons de cette réorientation dans le domaine des NTICs au Niger?Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) jouent un rôle de plus en plus important dans la vie socio-économique, et particulièrement dans...

Ancienne gloire : M. Abdou Djibo, champion de cyclisme : «Pour réaliser de grands succès dans le sport, il faut d'abord …

Ancienne gloire : M. Abdou Djibo, champion de cyclisme : «Pour réaliser de grands succès dans le sport, il faut d'abord avoir l'amour de son pays, il faut être jaloux de l'image de son pays et tâcher de l'honorer, avec la rage de vaincre au cœur»

Qui est Abdou Djibo ?Je suis un ancien cycliste Nigérien, et je suis né vers 1957 à Talladjé Ko-bontafa. Mais je suis du quartier Saga. Nos parents possèdent des champs dans toute cette zone et chaque année, ils quittent Saga pour aller cultiver leurs champs. Au fil du temps, ils ont fini par s'installerlà-bas.Comment êtes-vous arrivés au cyclisme, je vais parler de vos premiers pas dans la ''petite reine'' ?Je me souviens bien qu'à l'é...

Interview de M. Almoustapha Garba, ministre de l'Environnement et du Développement Durable : «Dans plusieurs localités d…

Interview de M. Almoustapha Garba, ministre de l'Environnement et du Développement Durable : «Dans plusieurs localités de notre pays les producteurs ont adopté des nouvelles stratégies de conservation de la fertilité des sols en intégrant l'arbre dan

Monsieur le Ministre, notre pays, célèbre le 03 Août 2017, le 57ème anniversaire de son accession à l'indépendance, une commémoration essentiellement marquée par les festivités de la Fête Nationale de l'Arbre (FNA). Quelles sont les activités inscrites au programme de cette édition 2017 ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez de m'adresser à nos compatriotes à l'occasion de la 42ème édition de la Fête Nationale de l'Arb...

M. Babio El-kir Moudachirou, Conseiller Technique au Tourisme et à l'Hôtellerie du ministre béninois du Tourisme et de l…

M. Babio El-kir Moudachirou, Conseiller Technique au Tourisme et à l'Hôtellerie du ministre béninois du Tourisme et de la Culture : « Il faut tirer grand profit du secteur et générer des devises et des richesses pour nos communautés et nos budgets na

Monsieur le Conseiller Technique, vous êtes au Niger dans le cadre d'un séminaire de formation des acteurs du tourisme et de l'environnement, une initiative de l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT). Quelle appréciation faites-vous de cette initiative ?Merci bien pour l'opportunité que vous nous donnez de réagir sur ce projet. Au moment où on concluait ce projet entre les deux pays et l'OMT en Avril dernier à Addis-Abeba, nous n'étio...

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : …

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : "Notre vision au ProDAF, est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) »

Le ProDAF a été mis en vigueur en septembre 2015, pouvez-vous d'abord nous rappeler la vision de votre programme ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour présenter le ProDAF. En effet, la vision du ProDAF est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) à travers lesquels les producteurs ruraux soutenus par leurs organisations et les collectivités locales s'organisent, aménagent et exploitent de manière rationnell...

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit les escapades démentielles à la ''Pilule'' et les virées dans les lieux vaporeux des ...

vendredi 15 septembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.