Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité macroéconomique et à atteindre les objectifs de développement définis dans le Document d'Orientations Economiques pour la période 201


invitMonsieur Ntamatungiro Joseph, vous êtes au Niger depuis un an et demi en qualité de Représentant Résident du Fonds Monétaire International. Comment appréciez-vous les relations entre le FMI et le Niger ?
Les relations entre le FMI et le Niger sont excellentes. Comme vous le savez, le Niger est membre du FMI depuis le 24 avril 1963. A ce titre, il bénéficie des services offerts par le FMI. En l'occurrence, le FMI accompagne le Niger dans ses efforts de développement en fournissant des conseils en matière macroéconomique et financière, des appuis financiers au titre de la Facilité Elargie de Crédit (FEC), ainsi que l'assistance technique dans le but d'aider au renforcement des capacités en matière de fiscalité, d'administrations fiscale et douanière, de gestion de la dépense et de la trésorerie, et des statistiques.
Le FMI agit de concert avec les autres partenaires techniques et financiers, car la conjugaison des efforts du FMI avec ceux des autres partenaires peut aider à maximiser l'impact de l'assistance. Les relations entre le FMI et le Niger sont entretenues à travers sa mission résidente à Niamey et les discussions avec les autorités, et surtout dans le cadre de différentes missions des services du Fonds sur le terrain. Je dois ajouter que, dans le cadre du renforcement des capacités de l'administration, beaucoup de cadres nigériens des Ministères des Finances et du Plan, de l'INS et de la BCEAO, bénéficient également de différentes formations offertes par l'Institut de développement des capacités du FMI. Depuis quelques années, le FMI a procédé à une décentralisation régionale de l'assistance technique. Ainsi, une grande partie de l'assistance technique du FMI au Niger est fournie par le centre régional AFRITAC Ouest basé à Abidjan.1

Une mission du FMI était au Niger à la fin du mois d'octobre 2016. Pouvez-vous donner plus de détails sur les conclusions du communiqué final qui avait été rendu public à la fin de la mission ?
Comme indiqué dans le communiqué de fin de mission du 7 novembre dernier, la mission des services du FMI qui a séjourné à Niamey du 24 octobre au 7 novembre 2016, a effectivement mené les consultations au titre de l'article IV des statuts du FMI ainsi que des discussions sur un nouveau programme à moyen terme qui pourrait être appuyé par les ressources du FMI.
En effet, conformément aux dispositions de l'article IV de ses statuts, le FMI procède habituellement, chaque année ou tous les deux ans selon le cas, à des consultations bilatérales avec ses membres. Une mission des services du FMI se rend dans le pays, recueille des informations économiques et financières et s'entretient avec les responsables nationaux de l'évolution et des politiques économiques du pays. De retour au siège, les membres de la mission préparent un rapport pour éclairer les délibérations du Conseil d'administration.
Dans le cas de la récente mission, en plus de la revue de la situation économique et financière, les discussions de la mission ont mis l'accent sur des sujets fondamentaux pour le développement durable du pays, à savoir le dividende démographique, la question du genre, ainsi que la prévention et la gestion des catastrophes naturelles. Alors que le pays a enregistré une baisse du taux de mortalité au cours des dernières années, la transition démographique est retardée par un taux de fertilité très élevé et une forte croissance de la population. La forte croissance de la population pèse lourdement sur la politique sociale du Gouvernement, et risque de générer de sérieux problèmes d'encadrement de la jeunesse (formation, emploi, logement). Les discussions ont souligné la nécessité de s'assurer que le Niger puisse profiter au mieux du dividende démographique.
La mission a reconnu les mesures prises par les autorités comme l'institution de l'Ecole des Maris en 2012, la mise en œuvre du projet régional ''Autonomisation des femmes et des filles et dividende démographique au Sahel'' (SWEDD) suite à l'appel, en 2013, du Chef de l'Etat (Appel de Niamey), le renforcement de la formation professionnelle et l'amélioration de l'environnement des affaires. Elle a recommandé une plus grande coopération entre les institutions en charge des problèmes de population, une meilleure priorisation des investissements dans le capital humain, avec un accent particulier sur l'éducation et la formation professionnelle des filles. Ces actions sont de nature à permettre un accroissement de la contribution de la femme au développement économique et social, tout en accélérant la transition démographique.
En ce qui concerne le genre, en dépit des progrès réalisés dans le cadre des OMD, le Niger occupe une place peu favorable en matière de discrimination (mariage précoce, autonomie de la femme, accès à l'éducation et à l'emploi). La mission a encouragé le renforcement des actions en cours, en vue de faire participer davantage la femme dans l'effort de développement du pays. A ce titre, le programme économique et financier du gouvernement prévoit la mise à jour de la Politique Nationale du Genre de 2008 d'ici la fin de l'année 2017.
Comme vous le savez, le Niger fait face à des catastrophes naturelles récurrentes (sécheresses, inondations, invasions acridiennes, épidémies) induisant des coûts élevés sur la société et pesant lourdement sur la stratégie de réduction de la pauvreté, avec des effets défavorables sur l'activité économique, l'inflation, les finances publiques et la balance des paiements. Les autorités disposent d'un cadre institutionnel de prévention et de gestion des catastrophes, qui bénéficie de l'appui des partenaires techniques et financiers et qui a été renforcé à travers le temps, en tirant les leçons des catastrophes passées.
En particulier, le système d'alerte précoce permet notamment de cibler et d'aider les populations vulnérables, de traiter les invasions acridiennes, et de disséminer l'information sur la production, les stocks et les prix. Des politiques de renforcement de la résilience des populations ont été mises en œuvre notamment dans le cadre de l'Initiative 3N (les Nigériens Nourrissent les Nigériens) depuis 2011. De plus grands efforts seraient cependant nécessaires en ce qui concerne les inondations, de même qu'une plus grande coordination des institutions intervenant dans la prévention et la gestion des catastrophes. Ces aspects devraient être réglés dans la nouvelle stratégie nationale de réduction des risques de catastrophes (SNRRC) en cours de révision.
La mission d'octobre-novembre a également conduit les discussions sur un programme économique et financier à moyen terme qui pourrait être appuyé par un nouvel accord du FMI au titre de la Facilité Elargie de Crédit (FEC). Le programme a été approuvé par le Conseil d'administration du FMI le 23 janvier dernier.

Le Conseil d'Administration du FMI vient d'approuver une nouvelle facilité élargie de crédit en faveur du Niger. De quoi s'agit-il plus concrètement ?
Comme souligné dans le communiqué publié à l'issue de la réunion du Conseil d'Administration du 23 janvier dernier (Communiqué de presse n°17/18du 24 janvier), le programme du Niger est appuyé par un nouvel accord au titre de la facilité élargie de crédit. La FEC est le principal outil dont dispose le FMI pour appuyer les programmes de réformes conclus avec les Etats membres à faible revenu, tout en apportant un soutien financier à moyen terme et en catalysant le financement d'autres partenaires internationaux. Le taux d'intérêt des financements accordés au titre de la FEC est de 0%, avec un différé d'amortissement de cinq ans et demi et une échéance maximale de 10 ans.
La conception du nouvel accord, qui couvre la période janvier 2017-janvier 2020, prend en compte les leçons tirées de l'accord précédent mis en œuvre sur la période 2012-2016. Le nouvel accord comporte un financement de 98,7 millions de DTS (134,04 millions de dollars EU ou environ 81,87 milliards de FCFA). L'approbation de l'accord a donné lieu à un décaissement immédiat de 14,1 millions de DTS (19,15 millions de dollars EU ou environ 11,70 milliards de FCFA); les autres décaissements seront étalés sur le reste de la durée du programme et interviendront à la suite de la conclusion des revues semestrielles. Dans le cadre du programme, d'autres partenaires techniques et financiers comme l'Union Européenne, la Banque Mondiale, et la BAD apporteront également des concours au Niger sous forme d'appuis budgétaires.
La mise en œuvre du programme appuyé par l'accord FEC sur la période 2012-2016 a permis de maintenir la stabilité macroéconomique et d'amorcer d'importantes mesures d'amélioration de la gestion de la dette. Certains objectifs de développement du Millénaire (OMD) ont été atteints, en particulier la réduction de la mortalité infantile et l'accès des populations à une source d'eau améliorée. Cependant, cette mise en œuvre a été entravée par une série de chocs exogènes (baisse des prix de l'uranium et du pétrole, attaques terroristes, réduction des exportations et réexportations vers le Nigeria) et de difficultés dans la mise en œuvre. En particulier, les allocations budgétaires pour les secteurs de l'éducation et de la santé ont été évincées par la prise en charge des besoins sécuritaires et humanitaires.

Quels sont les principaux axes du programme appuyés par la nouvelle facilité ?
Le nouveau programme vise à préserver la stabilité macroéconomique et à atteindre les objectifs de développement définis dans le Document d'Orientations Economiques (DOE) pour la période 2016-2019. Au regard du niveau élevé des besoins de dépenses sécuritaires et de la persistance des chocs sur les recettes de l'Etat, les politiques du nouveau programme sont centrées sur la mobilisation des recettes intérieures et le renforcement de la gestion budgétaire, en vue de fournir l'espace budgétaire nécessaire pour assurer le financement des projets de développement et la viabilité de la dette.
Le relèvement des recettes nécessitera l'élargissement de l'assiette fiscale, la rationalisation de la politique des exonérations fiscales, ainsi que l'approfondissement de la modernisation de la gestion des régies financières en vue d'en renforcer la gouvernance et d'en accroître les rendements. L'amélioration de la gestion budgétaire visera le renforcement du contrôle, de la transparence et de la qualité de la dépense publique, une priorisation des investissements infrastructurels, une meilleure gestion des effectifs de la Fonction Publique et de la solde, la résilience face aux catastrophes naturelles, le renforcement du cadre institutionnel régissant les contrats de partenariat public-privé (CPPP), la réforme des entreprises publiques et la gestion de la trésorerie de l'Etat, notamment avec l'institution d'un compte unique du Trésor.
Le programme contient également un solide agenda de réformes structurelles, dont le rythme de mise en œuvre tient compte des capacités administratives du pays. Les réformes envisagées mettent un accent particulier sur les trois domaines ci-après:
Le renforcement de la gestion des finances publiques en ligne avec le plan de réforme de la gestion des finances publiques 2017-2019 et les directives de l'UEMOA de 2009 en matière de gestion des finances publiques. A ce titre, la bonne exécution des budgets programmes à compter de 2018 devrait permettre une adéquation entre l'affectation des ressources et la réalisation des objectifs attendus des différents programmes prioritaires ;
L'amélioration de la productivité et de la transparence du secteur des ressources naturelles (uranium, pétrole, or et autres) en vue d'une plus grande contribution à l'effort de développement du pays.
Le développement d'un secteur privé dynamique en vue de promouvoir la diversification de l'économie et le renforcement de sa résilience. A ce titre, le Gouvernement renforcera les réformes en place visant l'amélioration du climat des affaires, et mettra en œuvre la Stratégie de Développement du Secteur Financier et la Stratégie Nationale de la Finance Inclusive. Dans ce cadre, le programme renferme des mesures promouvant une plus grande participation de la femme dans l'effort de développement du pays.

À la fin de l'année 2016, en décembre précisément, vous avez fait une présentation des ''perspectives économiques régionales'' qui montrait une forte décélération de la croissance en Afrique sub-saharienne, et vous affichiez un optimisme mesuré (conditionnel). Sur quels éléments repose votre position ?
Vous avez raison, j'ai fait la présentation des Perspectives économiques régionales pour l'Afrique subsaharienne, une publication semestrielle du Département Afrique du FMI. L'édition d'octobre 2016 traitait de l'accentuation du ralentissement de la croissance en Afrique sub-saharienne. La croissance, qui était en moyenne de 5,3 pour-cent sur la période 2010-14, est tombée à 3,4 pour cent en 2015, et à environ 1,5 pour cent en 2016. Un si faible taux de croissance n'avait pas été vu depuis 22 ans.
La principale cause du ralentissement provient de la forte baisse des prix des produits de base, liée en grande partie au ralentissement de l'investissement en Chine et à la faible croissance dans les économies développées. Le ralentissement de l'activité économique est particulièrement aigu dans les principaux pays africains qui tirent la dynamique de croissance de la région, en l'occurrence le Nigéria, l'Afrique du Sud et l'Angola. Comme expliqué lors de la présentation, les économies africaines sont devenues fortement dépendantes des ressources naturelles par rapport à la situation des années 1980.
Par ailleurs, les conditions de financement sur le marché international des capitaux deviennent de plus en plus difficiles, ce qui a réduit l'accès à ces nouvelles sources de financement. Il a été également indiqué que les réponses aux chocs dans les pays affectés ont été lentes et pas à la hauteur des défis. La présentation a également fait référence aux défis posés par l'insécurité dans certains pays, aux difficultés politiques qui subsistent dans beaucoup de pays, de même qu'à la sécheresse qui frappe certaines régions.
Malgré tous ces défis, je reste effectivement optimiste, car l'Afrique dispose d'un réel potentiel de croissance. A condition bien sûr que les dispositions nécessaires soient prises pour réaliser ce potentiel. En effet, la publication des perspectives économiques régionales d'octobre 2016 souligne bien que la croissance en Afrique est à plusieurs vitesses, et que la faible performance de l'ensemble est due aux difficultés dans quelques grandes économies.
Beaucoup de pays, surtout ceux qui sont pauvres en ressources naturelles, continuent d'enregistrer de bonnes performances, soutenues par les investissements aussi bien publics que privés. Par exemple, l'on note un taux moyen de croissance de plus de 6% dans la zone UEMOA, dont 8% en Côte d'Ivoire. C'est ici l'occasion de souligner que les pays africains ont, dans l'ensemble, renforcé le cadre institutionnel de conduite des politiques économiques et sociales, permettant ainsi la prévision, l'adaptation, ou l'identification du potentiel ou des sources de croissance. Il y a donc des raisons d'espérer que les pays pauvres en ressources naturelles poursuivront la mise en œuvre de politiques appropriées, visant notamment à renforcer la compétitivité et à éviter une accumulation insoutenable de la dette. De même, l'on s'attend à ce que les pays durement frappés par la baisse des termes de l'échange se ressaisissent et mènent les réformes macroéconomiques et structurelles nécessaires, susceptibles d'arrêter la détérioration de la situation économique et de conduire à une diversification de leurs économies.
Le renforcement de la compétitivité reposera sur le maintien d'un cadre macroéconomique stable et l'amélioration du climat des affaires, appuyée par de bonnes infrastructures (transport et énergie notamment) et une administration efficace et équitable. Au cours des dernières décennies de forte croissance, l'on a observé l'émergence d'une classe moyenne capable de consommer et de soutenir l'émergence d'une industrialisation locale, à condition bien sûr qu'elle soit accompagnée par une qualité convenable des produits et du service à la clientèle. Enfin, à plus long terme, l'Afrique dispose d'un potentiel lié au dividende démographique, à condition de prendre les dispositions nécessaires pour assurer une formation appropriée à sa jeunesse et promouvoir une économie forte et génératrice d'emplois.

Réalisée par Souley Moutari(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

M. Barkaï Issouf, ministre chargé des Relations avec les Institutions : «Le ministère s'attèle quotidiennement à assurer…

M. Barkaï Issouf, ministre chargé des Relations avec les Institutions : «Le ministère s'attèle quotidiennement à assurer la meilleure collaboration entre le Gouvernement et les autres institutions»

Pourquoi la création d'un ministère spécialement dédié aux institutions ?Avant de répondre à vos questions, permettez-moi de vous remercier et de remercier l'ONEP pour cette occasion fort salutaire que vous m'offrez pour m'adresser à vos lecteurs. Vous contribuez ainsi à faire mieux connaitre mon département ministériel, ses attributions et son rôle dans l'architecture institutionnelle et administrative de notre pays. J'en suis très rec...

Le Ministre Conseiller Spécial du Président de la République et Directeur Général de l'Agence Nationale pour l'Organisat…

Le Ministre Conseiller Spécial du Président de la République et Directeur Général de l'Agence Nationale pour l'Organisation de la Conférence de l'Union Africaine, Niger 2019 : « Toutes les exigences pour le bon déroulement de la conférence sont ident

Monsieur le Directeur Général, en créant l'Agence que vous dirigez, quelles sont les missions que le gouvernement du Niger lui a assignées?Il faut tout d'abord rappeller que les Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine ont choisi le Niger pour abriter en 2019, la 33eSession de la Conférence des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine à Niamey.C'est non seulement un signe fort de la vitalité de notre diplomatie m...

Interview du président de la Commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, l'Honorable Hamma Assah : « La hau…

Interview du président de la Commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, l'Honorable Hamma Assah : « La hausse du budget défense et sécurité se justifie ... parce que justement, il n'y a pas de développement sans sécurité »

Honorable, vous êtes président de la commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, pouvez-vous brièvement dire à nos lecteurs quel est le rôle de cette Commission ?Merci au journal Sahel Dimanche pour cette opportunité qu'il nous offre pour parler de la Commission de la Défense et de la Sécurité. Disons d'entrée de jeu que, selon le règlement intérieur de l'Assemblée nationale en son article 30, la Commission de la Défense et...

M. Habou Boukari, Directeur National des Archives : "Les services des Archives sont les parents pauvres de l'Admini…

Monsieur le Directeur national, le Niger dispose depuis des décennies d'un service dénommé Archives Nationales, quelles sont concrètement les missions et attributions de cette structure qui constitue quand même la mémoire de notre pays ?Aux termes de l'article 10 de l'arrêté n° 260/PM/SGG du 17 Octobre 2011, la Direction des Archives Nationales est chargée de l'identification, de la collecte, du classement et de la conservation des docu...

L'ambassadeur des Etats-Unis au Niger, SE. Mme Eunice Sharron Reddick : "La présence des soldats américains relève …

Mme l'ambassadeur, vous voilà en fin de mission après avoir passé trois années en qualité d'ambassadeur des Etats Unis au Niger. Quels ont été les principaux axes de la coopération bilatérale sur lesquels votre pays a mis l'accent ces dernières années?Je tiens d'abord à remercier le journal « Sahel Dimanche » de me donner l'opportunité de m'adresser aux millions de nigériennes et nigériens à la fin de ma mission dans votre beau pays, le...

M. Ousmane Douka Soumaila, Directeur général de l'Office National des Examens et Concours du Supérieur (ONECS) : "L…

Le 6 Juillet dernier, vous avez été primé du prix HIKIMA, mis en place par le Haut Commissariat à la Modernisation de l'Etat, le ministère de la Renaissance Culturelle et le ministère de la Fonction Publique, suite à un concours pilote entre les trois ministères en charge de l'éducation. Il s'agit de l'Education Primaire, des Enseignements Secondaires et Supérieurs, et des Enseignements Professionnels et Techniques. Pouvez-vous, Monsieu...

Interview de Mme Elback Zeinabou Tari Bako, Ministre de la Promotion et de la Protection de l'Enfant : « Le forum des Pr…

Le Niger accueille depuis le 2 octobre dernier, le Forum des premières Dames de la CEDEAO. Cette rencontre de haut niveau traite de problématiques liées à la fistule obstétricale, à la protection de l'enfant et aux MGF. Dans cet entretien, la ministre de la Promotion de la femme et de la Protection, revient sur les objectifs de ce forum et surtout les résultats attendus à l'issue des assises. Pour Mme Elback Zeinabou Tari Bako, ce forum...

M. Alma Oumarou ministre, Conseiller Spécial du Président de la République : Plus de 4600 entreprises ont été créées au …

Monsieur le ministre, le Niger a de 2011 à aujourd'hui produit plusieurs réformes relatives à l'amélioration du climat des affaires : pouvez-vous nous faire l'état des lieux de ces réformes ?L'amélioration du climat des affaires et la création des conditions favorables au développement du secteur privé nigérien ont toujours été une préoccupation majeure du Président de la République. L'Etat, ne pouvant plus à lui tout seul assurer la cr...

M. Saidou Halidou, Directeur Général de la Décentralisation et des Collectivités Territoriales : «Les élus doivent créer…

Le 6 septembre dernier, s'est tenue à Niamey, la cérémonie de notification des actes de transfert de compétences et de ressources de l'Etat aux collectivités territoriales. Quelle est la signification d'une telle cérémonie pour les acteurs de la décentralisation ?La cérémonie intervenue le 6 septembre 2017 sous le Haut patronage de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, est l'aboutissement d'un long processus...

Monsieur Issa DJIBO, Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique : "Le Compte Unique s'inscrit dans …

Monsieur le Directeur Général, après quelque 8 mois passés à la tête de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, pouvez-vous nous dire succinctement comment se porte cette importante institution ?Merci de me poser cette question qui permet de mieux apprécier la situation actuelle de la DGT/CP. Il importe, en effet, de rappeler qu'à notre prise de fonction, la situation de la DGT/CP se caractérisait par une lenteur...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Baroud d'honneur dans l'Anzourou

Baroud d'honneur dans l'Anzourou

Il y a comme un vent de débâcle et de panique qui plane sur la tête des groupes armés qui ...

vendredi 17 novembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.