Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : ''La critique d'art permet d'aller vers le fond de l'excellence, de ne pas se satisfaire de petites choses, ni aussi d


invitLa filière ASLAC du Département des Lettres, Arts et Communication de l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey a organisé, du 25 au 31 janvier 2017, une formation sur le module Critique d'Art. Quel était l'objectif que vous visiez à travers une telle initiative?

Je crois qu'on peut dire qu'il n'y a pas un seul objectif, il y en a plusieurs. Tout d'abord, le premier, c'est le besoin de faire grandir l'art, la communauté artistique, notamment à Niamey. C'est-à-dire qu'effectivement, on a vraiment besoin d'analyser l'art, d'analyser les œuvres, car pour que tous les artistes grandissent, il faut que les gens osent parler sur leurs œuvres. Je crois qu'en matière d'art, il faut que chacun se surpasse. Pour nous, une œuvre d'art a tellement d'importance qu'elle n'est jamais achevée. Déjà, cela demande à chacun, en tant qu'artiste, une énorme humilité. En général, on a beaucoup envie de toujours donner le meilleur de soi, alors que parfois, on aussi envie s'arrêter là. Non, je crois qu'il ne faut pas s'arrêter. Il faut aller toujours de l'avant. Et la critique, elle aide à grandir, parce que les gens vous retournent des éléments pour dire soit qu'ils n'ont pas compris, soit que l'élément est moindre, et même parfois, que c'est pêché, etc.
Ces critiques et remarques vont nous aider à réfléchir et à améliorer nos prochaines œuvres. Mais si on n'a que des remerciements et des félicitations, on risque d'en rester là, de ne pas chercher à s'améliorer. Donc, l'objectif de cette formation, c'est aussi de transmettre la culture d'un métier, de montrer que la critique d'art, c'est un métier à part entière. Depuis très longtemps dans le monde, il y a eu de très grands critiques d'art, des artistes qui sont spécialement des critiques d'art.
La critique d'art, c'est donc toute une culture qu'il est important de partager aujourd'hui. Aussi, cette filière est là pour initier un grand cycle. On a commencé il y a trois ans de cela, avec des étudiants en formation primaire, en formation continue et en formation directe. Mais on s'est rendu finalement compte, très vite, que le monde professionnel aussi réclamait des formations.
Donc, dès au départ, on a su que tant au niveau du monde professionnel de la culture que de celui du monde professionnel de l'art, il y avait beaucoup de besoins, beaucoup de demandes. Et c'est pour cela qu'on initie notamment les agents du Ministère de la Culture aux plans de formation sur plusieurs années. Et par an, il y a des modules courts qui vont permettre à chacun de se former, à différents niveaux, que ce soit dans le domaine de la connaissance de la culture et des arts, de la technique et de la pratique. En début de ce cycle de formation, va commencer, la semaine prochaine déjà, une formation intitulée : ''Analyser l'environnement et les outils du projet culturel''. Cette formation est essentiellement destinée aux agents du Ministère de la Culture, et à certains de nos étudiants. C'est très important. C'est un double niveau qui permettra, d'une part, à ceux qui doivent concevoir des projets culturels de mieux les concevoir, de mieux comprendre comment concevoir dans son environnement et avec quels outils ; et d'autre part, elle permettra aussi aux agents du Ministère de mieux analyser les projets culturels qu'ils reçoivent. Donc, nous travaillons sur plusieurs niveaux, comme nous le permet l'Université.

La critique d'art est un genre très peu connu du grand public. Pouvez-vous nous édifier par rapport à la définition de ce genre, et surtout par rapport à son importance dans le rayonnement des arts et de la culture ?
Comme je le disais tout à l'heure, la critique d'art, c'est un métier, c'est toute une culture qui a eu de très grands noms. C'est-à-dire que depuis l'antiquité déjà, depuis plusieurs siècles avant Jésus Christ, il y a eu des critiques d'art, il y a eu des critiques de sculpture, puis après il y a eu des critiques de spectacle et de pièces de théâtre, même pendant l'antiquité.
Je pense que partout dans le monde, on connait cette littérature là. Donc, il n'y a pas de raison qu'on dise qu'au Niger, on ne rencontre pas cette culture de la critique d'art. C'est vrai que c'est un genre à part ; ce n'est pas l'article de journaliste, ce n'est pas le travail de l'universitaire, ce n'est pas l'article d'humeur. C'est quelque chose d'extrêmement construit, qui demande une grande culture et qui fait lui-même objet d'une belle plume. La critique d'art est le point de vue de quelqu'un de cultivé, souvent qui connait bien les genres, qui est capable de faire le rapprochement des œuvres différentes, qui peut parler d'une œuvre selon une ligne particulière, suivant un point d'approche qui l'a marqué, suivant un intérêt pour cette œuvre. La critique d'art, c'est-à-dire les éléments positifs, mais également les éléments négatifs de cette œuvre. Elle doit être argumentée et organisée autour d'une même ligne qui est la sienne. L'analyste critique d'art peut même dire ''je''. Il est important que par sa plume, par sa verve, il nous fasse partager ce qu'il a vécu. Il peut aussi donner envie d'aller voir cette œuvre, de la rencontrer soi-même, de lire ce livre ou d'aller voir cette pièce de théâtre.
Mais il doit aussi pouvoir cultiver les gens pour partager sa propre culture, son propre regard. Qu'est-ce que cela apporte à la culture, au monde des arts ? C'est indéniable, l'art et la culture, c'est vital pour une société. Il n'y a pas de société sans art et sans culture. Les arts et la culture se transforment en permanence, parce qu'ils sont notre miroir, le miroir notre société.
La création change avec les périodes, et même si elle se nourrit, elle entre dans le passé. Et il y a des manières très fortes de faire revivre des œuvres du passé, car quand on a une œuvre d'art, on a toujours quelque chose à dire à travers les siècles. Donc on vit avec l'art, parce que l'art et la culture permettent à un individu de grandir et de faire face à des idées importantes. La critique d'art permet d'aller vers le fond de l'excellence, de ne pas se satisfaire de petites choses, ni aussi de se faire récupérer. La critique d'art est là pour rappeler à l'ordre. Je pense donc que la critique d'art a un rôle éminemment important dans le domaine de l'art et de la culture.

Pour revenir à l'atelier, quels sont les acteurs ciblés par votre formation?
C'est vrai qu'on avait proposé en termes de publicité un panel assez ouvert mais qui me semble assez justifié. C'est-à-dire qu'on avait pensé, en premier lieu, aux journalistes culturels. Les gens qui se revendiquent de ce domaine là et qui veulent vraiment travailler dans le domaine de l'art et de la culture. On a pensé aussi aux journalistes d'une manière plus générale, parce que là aussi on ne connait pas toujours tout ce qu'on a envie de faire ; on s'est dit que certains ont peut-être envie de travailler là-dessus, mais qu'il se peut qu'ils n'en aient pas l'opportunité. Nous avons aussi pensé aux programmateurs, c'est-à-dire des gens qui dirigent des lieux d'art et de culture. Ça nous parait essentiel parce que, pour diriger des lieux d'art et de culture, il faut choisir les spectacles, il faut choisir les artistes. C'est aussi une manière d'aiguiser son regard, son attention, son analyse. C'est pour cela que nous avons pensé aussi aux gens qui dirigent les Maisons des Jeunes et de la Culture. Cela peut les aider à écrire dans leur petit journal, sur leur site, ou pour expliquer aux médias ce qui se passe chez eux. Il s'agit aussi d'aider les artistes qui travaillent à domicile à progresser. Après, on a ouvert nos portes aux étudiants qui sont dans la filière Communication, ou même dans d'autres domaines.

Quels sont les thématiques qui ont été développées au cours de cet atelier?
Elles sont très nombreuses. La première, c'est la restitution de l'histoire de la critique d'œuvre d'art. Nous avons aussi montré la différence entre la critique d'art, la critique universitaire et la critique de créateur. Nous avons également abordé les outils de la critique d'art et parlé de l'approche sensible. C'est-à-dire comment une personne peut rechercher au fond d'elle-même, par la description, l'attention à ses propres perceptions ; comment une œuvre raisonne en elle-même. On a vu aussi tout ce qui est de l'ordre de la finalité de la critique et de l'organisation d'un article, etc.

En tant qu'initiatrice de cette formation, peut-on connaître vos impressions à l'issue de cette formation, et les leçons que vous en avez tirées?

Effectivement, nous avons fait un bilan de ce premier module, bilan qui a fait ressortir des forces et des faiblesses. La première force, c'est l'intérêt que les participants porté à la formation. On a remarqué aussi certaines limites et difficultés. Certains ont en effet du mal à sortir de leurs habitudes, à écrire autrement. Ce qui fait qui nous amenés à penser qu'il fallait organiser d'autres ateliers d'écriture. Nous nous sommes dit qu'il était important que les gens se préparent avant de prendre en cours ce module. En conclusion, pour nous, c'est une première initiative positive. On a vu qu'il y avait des besoins dans ce projet de formation courte. Cela répond à la demande du ministre de la Renaissance Culturelle qui a demandé de penser aux hommes de la culture et aux professionnels du domaine. En outre, on a enregistré les besoins de formations de plus longue durée. Plusieurs personnes nous ont saisis dans ce sens là, et nous sommes prêts à étudier leurs projets et à envisager des parcours personnalisés à travers ces formations, pour aboutir à des diplômes de différents niveaux.

Pour qu'il ait critique d'art, il faut une réelle production d'œuvres d'art et leur valorisation. Comment appréciez-vous la situation actuelle du monde des arts au Niger ?
C'est assez difficile à dire. Moi, je suis toujours humble de ma position. Je pense qu'il se passe beaucoup de chose en termes de spectacle et de musique, mais tout n'est pas lisible. Je pense qu'il se pose un besoin de visibilité. C'est dire qu'il manque d'espace de communication de l'art et de la culture. Mais je pense qu'il y a un mouvement, et que les choses bougent. Je sens qu'il y a beaucoup de volonté et que la critique d'art peut vraiment aider à cela.

Pour terminer cet entretien, avez-vous un message particulier à transmettre ?
Mon dernier mot, c'est d'exprimer ma gratitude et mes remerciements à l'Université Abdou Moumouni de Niamey et à ses responsables, pour toutes les facilités et l'accompagnement qu'ils ne cessent de nous apporter. C'est également le lieu de remercier le Ministère en charge de la Renaissance Culturelle, ainsi que l'ensemble des partenaires de cette filière qui ont œuvré pour la réussite de cet atelier et de la Journée Evénements.

Réalisée par Ali Maman(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

M. Saidou Halidou, Directeur Général de la Décentralisation et des Collectivités Territoriales : «Les élus doivent créer…

M. Saidou Halidou, Directeur Général de la Décentralisation et des Collectivités Territoriales : «Les élus doivent créer les conditions d'une meilleure gouvernance locale, plus transparente et plus inclusive qui place l'intérêt des citoyens au cœur d

Le 6 septembre dernier, s'est tenue à Niamey, la cérémonie de notification des actes de transfert de compétences et de ressources de l'Etat aux collectivités territoriales. Quelle est la signification d'une telle cérémonie pour les acteurs de la décentralisation ?La cérémonie intervenue le 6 septembre 2017 sous le Haut patronage de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, est l'aboutissement d'un long processus...

Monsieur Issa DJIBO, Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique : "Le Compte Unique s'inscrit dans …

Monsieur Issa DJIBO, Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique : "Le Compte Unique s'inscrit dans le cadre d'un ensemble de réformes mises en place pour améliorer les services rendus par l'Etat"

Monsieur le Directeur Général, après quelque 8 mois passés à la tête de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, pouvez-vous nous dire succinctement comment se porte cette importante institution ?Merci de me poser cette question qui permet de mieux apprécier la situation actuelle de la DGT/CP. Il importe, en effet, de rappeler qu'à notre prise de fonction, la situation de la DGT/CP se caractérisait par une lenteur...

Mme Habibatou Moussa Hassane présidente de la Fédération Nigérienne de Handball : «La nouvelle équipe dirigeante se prop…

Mme Habibatou Moussa Hassane présidente de la Fédération Nigérienne de Handball : «La nouvelle équipe dirigeante se propose à travers cet ambitieux programme de donner une nouvelle vision au handball nigérien à tous les niveaux»

Mme la présidente, vous êtes la seule femme qui dirige une fédération sportive au Niger. Pouvez-vous nous faire la rétrospective de votre élection à la tête de cette fédération ?Je vous remercie très sincèrement pour cette opportunité que vous m'offrez pour m'exprimer à travers les colonnes de votre journal SahelDimanche que je lis d'ailleurs régulièrement.C'est vrai qu'une femme à la tête d'une fédération sportive au Niger n'est pas ch...

Mme Bety Aichatou Habibou Oumani, présidente de l'association Matan Tahoua Sakola : «Qui veut accueillir un étranger doi…

Mme Bety Aichatou Habibou Oumani, présidente de l'association Matan Tahoua Sakola : «Qui veut accueillir un étranger doit avoir un environnement propre et les femmes se mobilisent pour cela»

Mme la présidente, dans le cadre de l'organisation de la fête tournante du 18 décembre, la Région de Tahoua a été choisie pour abriter la fête de Tahoua Sakola. Vous avez été désignée à la tête de l'organisation dénommée Matan Tahoua Sakola. Quel est le but de cette organisation et pourquoi cette cérémonie de plantation d'arbres aujourd'hui au sein de la grande mosquée de Tahoua ?Je vous remercie de cette opportunité que vous nous donne...

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour m…

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour mission de conduire la transformation de la société nigérienne en une société digitale/numérique, afin d'accélérer notre marche ver

Monsieur le Directeur Général, lors du Conseil des ministres du 10 juillet dernier, le Haut-commissariat aux NTICs a été érigé en Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI). Pouvez-vous nous donner les raisons de cette réorientation dans le domaine des NTICs au Niger?Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) jouent un rôle de plus en plus important dans la vie socio-économique, et particulièrement dans...

Ancienne gloire : M. Abdou Djibo, champion de cyclisme : «Pour réaliser de grands succès dans le sport, il faut d'abord …

Ancienne gloire : M. Abdou Djibo, champion de cyclisme : «Pour réaliser de grands succès dans le sport, il faut d'abord avoir l'amour de son pays, il faut être jaloux de l'image de son pays et tâcher de l'honorer, avec la rage de vaincre au cœur»

Qui est Abdou Djibo ?Je suis un ancien cycliste Nigérien, et je suis né vers 1957 à Talladjé Ko-bontafa. Mais je suis du quartier Saga. Nos parents possèdent des champs dans toute cette zone et chaque année, ils quittent Saga pour aller cultiver leurs champs. Au fil du temps, ils ont fini par s'installerlà-bas.Comment êtes-vous arrivés au cyclisme, je vais parler de vos premiers pas dans la ''petite reine'' ?Je me souviens bien qu'à l'é...

Interview de M. Almoustapha Garba, ministre de l'Environnement et du Développement Durable : «Dans plusieurs localités d…

Interview de M. Almoustapha Garba, ministre de l'Environnement et du Développement Durable : «Dans plusieurs localités de notre pays les producteurs ont adopté des nouvelles stratégies de conservation de la fertilité des sols en intégrant l'arbre dan

Monsieur le Ministre, notre pays, célèbre le 03 Août 2017, le 57ème anniversaire de son accession à l'indépendance, une commémoration essentiellement marquée par les festivités de la Fête Nationale de l'Arbre (FNA). Quelles sont les activités inscrites au programme de cette édition 2017 ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez de m'adresser à nos compatriotes à l'occasion de la 42ème édition de la Fête Nationale de l'Arb...

M. Babio El-kir Moudachirou, Conseiller Technique au Tourisme et à l'Hôtellerie du ministre béninois du Tourisme et de l…

M. Babio El-kir Moudachirou, Conseiller Technique au Tourisme et à l'Hôtellerie du ministre béninois du Tourisme et de la Culture : « Il faut tirer grand profit du secteur et générer des devises et des richesses pour nos communautés et nos budgets na

Monsieur le Conseiller Technique, vous êtes au Niger dans le cadre d'un séminaire de formation des acteurs du tourisme et de l'environnement, une initiative de l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT). Quelle appréciation faites-vous de cette initiative ?Merci bien pour l'opportunité que vous nous donnez de réagir sur ce projet. Au moment où on concluait ce projet entre les deux pays et l'OMT en Avril dernier à Addis-Abeba, nous n'étio...

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : …

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : "Notre vision au ProDAF, est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) »

Le ProDAF a été mis en vigueur en septembre 2015, pouvez-vous d'abord nous rappeler la vision de votre programme ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour présenter le ProDAF. En effet, la vision du ProDAF est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) à travers lesquels les producteurs ruraux soutenus par leurs organisations et les collectivités locales s'organisent, aménagent et exploitent de manière rationnell...

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit les escapades démentielles à la ''Pilule'' et les virées dans les lieux vaporeux des ...

vendredi 15 septembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.