Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decroly répond parfaitement à la prise de conscience des parents quant à leur implication dans la gestion et le fonctionnement de l'éco


Invit-SD-du-10-fevrier-2017Madame la directrice, les écoles Decroly représentent une nouvelle conception de l'école publique. Pouvez-vous nous présenter le Complexe Scolaire Communautaire Decroly que vous dirigez et nous faire la genèse de sa création ?
Tout récemment, en début de ce mois de décembre, notre école a reçu la visite de la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou. Et ce fut pour nous une occasion idéale de faire découvrir aux uns et aux autres l'école Decroly, une initiative très appréciée dans notre pays. Pour en revenir à la genèse de la création de cette école, je vous informe qu'en 1991, j'étais directrice de l'Ecole Primaire de l'Amitié à Niamey. En 2005, j'ai eu la chance de bénéficier d'une bourse de la Coopération Belge pour un stage pratique de trois mois en Belgique, à l'école Decroly de Bruxelles. C'est donc précisément à l'issue de ce stage que j'ai eu l'idée, combien lumineuse, de créer une école Decroly une fois de retour dans mon pays, afin de mettre en pratique certains principes pédagogiques que j'ai acquis lors de mon stage. J'étais convaincue que cela sera possible. C'est ainsi qu'en 2007, au cours d'un colloque international sur ''les méthodes actives dans l'enseignement aujourd'hui'', organisé à l'occasion du centenaire de l'Ecole Decroly de Bruxelles, j'ai présenté les résultats de cette importante expérimentation.
De ce fait, je rentre au pays avec l'espoir de créer une école Decroly convaincue que cette méthode pédagogique peut s'adapter à l'enfant dans son milieu, une méthode qui demande peu de moyens, surtout pour un pays comme le nôtre. Et c'est finalement en mai 2008 que le Ministère de l'Education a approuvé la création d'une école dénommée Ecole Decroly au Niger pour une période expérimentale de 6 ans. Elle a été inaugurée officiellement le 3 décembre 2008. Elle a débuté avec deux sections : deux classes jardin d'enfants et une classe primaire d'un effectif de 120 élèves. En 2012, l'école comptait déjà 6 classes et le nombre d'élèves est de 240, ce qui représente un doublement en 4 ans, à savoir que le taux de fréquentation s'élève à 99%. Il convient de savoir que les écoles Decroly à Bruxelles et au Niger entretiennent, de manière remarquable, des accords de partenariat dans les domaines de la pédagogie, de la formation des enseignants et des stages.

Mais Madame, qu'est-ce qui fait la spécificité des écoles Decroly par rapport aux autres écoles ?
En fait, la spécificité de notre école, c'est la participation des communautés dans sa gestion et son fonctionnement. C'est une pratique qui est monnaie courante dans plusieurs pays, car l'Etat à lui seul ne peut pas prendre en charge l'éducation de tous ses fils. Il faut nécessairement l'implication, même partielle, des parents à laquelle s'ajoutent les contributions des ONG, à l'exemple de la Fondation Guri Vie Meilleure.
Par ailleurs, il convient de dire qu'à l'école Decroly, les communautés interviennent dans plusieurs actions, à savoir la prise en charge des enseignants communautaires et du personnel auxiliaire, la construction des classes, l'achat du mobilier, la cantine scolaire, etc.
En définitive, chaque citoyen doit pouvoir contribuer aux efforts de l'Etat, selon sa compétence et ses moyens. L'enseignement est une source inépuisable; les parents sont indissociables dans l'œuvre d'éducation, tout comme les partenaires sont incontournables. Ils doivent donc, tous ensemble, conjuguer leurs efforts pour une éducation de qualité.

Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs la signification du nom de votre école...
Ovide Decroly est le représentant belge incontournable de l'Education nouvelle. Dans ses deux écoles expérimentales créées en 1901 et en 1907 à Bruxelles, il a mis à l'épreuve les moyens de changer l'ensemble du système scolaire, sachant que les mêmes procédés éducatifs seront utilisés dans l'enseignement spécial et dans l'enseignement ordinaire. Pour tout dire, son œuvre témoigne en permanence des liens entre la pratique et la théorie. Decroly est d'abord un évolutionniste, une évolution qui s'occupe de l'enfant et qui ne peut être dissociée du milieu.

Vu le taux de fréquentation dont vous venez de parler tantôt, on a l'impression que les écoles Decroly suscitent un engouement certain chez les parents. Pouvez-vous nous faire une situation succincte de l'évolution du Complexe Scolaire Decroly, de sa création à aujourd'hui ?
C'est une évolution remarquable qui s'explique par l'intérêt permanent qu'accordent les parents d'élèves à l'école, au regard bien entendu des résultats obtenus. Au CFEPD, de 2013 à 2016, nous avons toujours obtenu une réussite de 100%. Concernant les effectifs, il a été enregistré, au niveau du primaire, 527 élèves en 2016-2017, alors que nous avons débuté avec un effectif de 50 élèves. Le pourcentage des filles est de 55%. S'agissant du jardin d'enfants, de 70 élèves, le nombre est monté à 253, dont 54% de filles.
Ces chiffres parlent d'eux-mêmes pour illustrer les efforts entrepris par l'école dans la scolarisation de la jeune-fille.
Madame la directrice, compte tenu de l'intérêt des parents d'élèves pour ce système scolaire, qu'envisagez-vous pour satisfaire les besoins ?
J'aimerai vous dire d'abord que la première phase d'expérimentation a pris fin en juin 2014. Elle a été suivie d'une phase relative à l'évaluation sur place et d'une autre phase d'évaluation par nos partenaires de l'école de Bruxelles. A l'heure actuelle, nous sommes dans la phase de capitalisation et de consolidation des acquis qui a débuté en octobre 2014 et qui prendra fin en juin 2020.
Ce qui m'amène à vous dire que nous avons, entre autres projets, la création d'un collège ; la création d'écoles primaires et de jardins d'enfants Decroly aussi bien dans les quartiers de la capitale que dans les chefs-lieux des régions. Mais ce projet ne verra le jour qu'une fois que nos partenaires, à tous les niveaux, nous auront apporté leurs appuis.
Le système des écoles Decroly répond parfaitement à la prise de conscience des parents quant à leur implication dans la gestion et le fonctionnement de l'école communautaire.

Pour terminer, dites-nous Madame la directrice, le sentiment qui vous a animée lors de la visite de la Première Dame dans votre établissement...
J'avoue avoir été profondément réconfortée et encouragée à poursuivre inlassablement la noble mission qui m'est assignée en tant qu'enseignante de formation. Cette visite est un témoignage concret de l'intérêt sans cesse grandissant que la Première dame accorde au domaine de l'enseignement primaire, à l'éducation des enfants de manière générale.
Aussi, en plus de mes chaleureux remerciements au nom du personnel de l'école, des parents d'élèves et des élèves, c'est l'occasion de témoigner, une fois de plus, ma profonde reconnaissance à la Première dame Aïssata Issoufou Mahamadou et à la délégation qui l'a accompagnée au cours de cette visite dont les retombées ont été appréciées par l'Ecole Decroly qui a bénéficié d'un important lot d'ordinateurs qui permettra à nos élèves d'être au niveau du monde de la technologie. Le geste de la Première dame est un exemple concret à suivre, c'est la résultante de l'intérêt qu'elle porte à l'endroit du scolaire nigérien. Une telle volonté est à magnifier, surtout dans le contexte socio-économique de notre pays.

Réalisée par Tchirgni Maïmouna
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

M. Ousmane Douka Soumaila, Directeur général de l'Office National des Examens et Concours du Supérieur (ONECS) : "L…

M. Ousmane Douka Soumaila, Directeur général de l'Office National des Examens et Concours du Supérieur (ONECS) : "L'Office National des Examens et Concours du Supérieur a été toujours soucieux d'apporter une amélioration, une innovation dans l'organi

Le 6 Juillet dernier, vous avez été primé du prix HIKIMA, mis en place par le Haut Commissariat à la Modernisation de l'Etat, le ministère de la Renaissance Culturelle et le ministère de la Fonction Publique, suite à un concours pilote entre les trois ministères en charge de l'éducation. Il s'agit de l'Education Primaire, des Enseignements Secondaires et Supérieurs, et des Enseignements Professionnels et Techniques. Pouvez-vous, Monsieu...

Interview de Mme Elback Zeinabou Tari Bako, Ministre de la Promotion et de la Protection de l'Enfant : « Le forum des Pr…

Le Niger accueille depuis le 2 octobre dernier, le Forum des premières Dames de la CEDEAO. Cette rencontre de haut niveau traite de problématiques liées à la fistule obstétricale, à la protection de l'enfant et aux MGF. Dans cet entretien, la ministre de la Promotion de la femme et de la Protection, revient sur les objectifs de ce forum et surtout les résultats attendus à l'issue des assises. Pour Mme Elback Zeinabou Tari Bako, ce forum...

M. Alma Oumarou ministre, Conseiller Spécial du Président de la République : Plus de 4600 entreprises ont été créées au …

M. Alma Oumarou ministre, Conseiller Spécial du Président de la République : Plus de 4600 entreprises ont été créées au sein du Guichet Unique en 2016

Monsieur le ministre, le Niger a de 2011 à aujourd'hui produit plusieurs réformes relatives à l'amélioration du climat des affaires : pouvez-vous nous faire l'état des lieux de ces réformes ?L'amélioration du climat des affaires et la création des conditions favorables au développement du secteur privé nigérien ont toujours été une préoccupation majeure du Président de la République. L'Etat, ne pouvant plus à lui tout seul assurer la cr...

M. Saidou Halidou, Directeur Général de la Décentralisation et des Collectivités Territoriales : «Les élus doivent créer…

M. Saidou Halidou, Directeur Général de la Décentralisation et des Collectivités Territoriales : «Les élus doivent créer les conditions d'une meilleure gouvernance locale, plus transparente et plus inclusive qui place l'intérêt des citoyens au cœur d

Le 6 septembre dernier, s'est tenue à Niamey, la cérémonie de notification des actes de transfert de compétences et de ressources de l'Etat aux collectivités territoriales. Quelle est la signification d'une telle cérémonie pour les acteurs de la décentralisation ?La cérémonie intervenue le 6 septembre 2017 sous le Haut patronage de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, est l'aboutissement d'un long processus...

Monsieur Issa DJIBO, Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique : "Le Compte Unique s'inscrit dans …

Monsieur Issa DJIBO, Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique : "Le Compte Unique s'inscrit dans le cadre d'un ensemble de réformes mises en place pour améliorer les services rendus par l'Etat"

Monsieur le Directeur Général, après quelque 8 mois passés à la tête de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, pouvez-vous nous dire succinctement comment se porte cette importante institution ?Merci de me poser cette question qui permet de mieux apprécier la situation actuelle de la DGT/CP. Il importe, en effet, de rappeler qu'à notre prise de fonction, la situation de la DGT/CP se caractérisait par une lenteur...

Mme Habibatou Moussa Hassane présidente de la Fédération Nigérienne de Handball : «La nouvelle équipe dirigeante se prop…

Mme Habibatou Moussa Hassane présidente de la Fédération Nigérienne de Handball : «La nouvelle équipe dirigeante se propose à travers cet ambitieux programme de donner une nouvelle vision au handball nigérien à tous les niveaux»

Mme la présidente, vous êtes la seule femme qui dirige une fédération sportive au Niger. Pouvez-vous nous faire la rétrospective de votre élection à la tête de cette fédération ?Je vous remercie très sincèrement pour cette opportunité que vous m'offrez pour m'exprimer à travers les colonnes de votre journal SahelDimanche que je lis d'ailleurs régulièrement.C'est vrai qu'une femme à la tête d'une fédération sportive au Niger n'est pas ch...

Mme Bety Aichatou Habibou Oumani, présidente de l'association Matan Tahoua Sakola : «Qui veut accueillir un étranger doi…

Mme Bety Aichatou Habibou Oumani, présidente de l'association Matan Tahoua Sakola : «Qui veut accueillir un étranger doit avoir un environnement propre et les femmes se mobilisent pour cela»

Mme la présidente, dans le cadre de l'organisation de la fête tournante du 18 décembre, la Région de Tahoua a été choisie pour abriter la fête de Tahoua Sakola. Vous avez été désignée à la tête de l'organisation dénommée Matan Tahoua Sakola. Quel est le but de cette organisation et pourquoi cette cérémonie de plantation d'arbres aujourd'hui au sein de la grande mosquée de Tahoua ?Je vous remercie de cette opportunité que vous nous donne...

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour m…

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour mission de conduire la transformation de la société nigérienne en une société digitale/numérique, afin d'accélérer notre marche ver

Monsieur le Directeur Général, lors du Conseil des ministres du 10 juillet dernier, le Haut-commissariat aux NTICs a été érigé en Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI). Pouvez-vous nous donner les raisons de cette réorientation dans le domaine des NTICs au Niger?Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) jouent un rôle de plus en plus important dans la vie socio-économique, et particulièrement dans...

Ancienne gloire : M. Abdou Djibo, champion de cyclisme : «Pour réaliser de grands succès dans le sport, il faut d'abord …

Qui est Abdou Djibo ?Je suis un ancien cycliste Nigérien, et je suis né vers 1957 à Talladjé Ko-bontafa. Mais je suis du quartier Saga. Nos parents possèdent des champs dans toute cette zone et chaque année, ils quittent Saga pour aller cultiver leurs champs. Au fil du temps, ils ont fini par s'installerlà-bas.Comment êtes-vous arrivés au cyclisme, je vais parler de vos premiers pas dans la ''petite reine'' ?Je me souviens bien qu'à l'é...

Interview de M. Almoustapha Garba, ministre de l'Environnement et du Développement Durable : «Dans plusieurs localités d…

Interview de M. Almoustapha Garba, ministre de l'Environnement et du Développement Durable : «Dans plusieurs localités de notre pays les producteurs ont adopté des nouvelles stratégies de conservation de la fertilité des sols en intégrant l'arbre dan

Monsieur le Ministre, notre pays, célèbre le 03 Août 2017, le 57ème anniversaire de son accession à l'indépendance, une commémoration essentiellement marquée par les festivités de la Fête Nationale de l'Arbre (FNA). Quelles sont les activités inscrites au programme de cette édition 2017 ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez de m'adresser à nos compatriotes à l'occasion de la 42ème édition de la Fête Nationale de l'Arb...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Formation en Activités Génératrices des Revenus au…

Formation en Activités Génératrices des Revenus au centre Dimol : Donner espoir et soutenir l'autonomisation des femmes victimes de la fistule

La fistule est une maladie grave qui affecte les femmes suite aux mariages précoces, à l'e...

jeudi 5 octobre 2017

La Fistule Génitale Féminine au Niger : 700 à 756 …

La Fistule Génitale Féminine au Niger : 700 à 756 femmes victimes chaque année

La Fistule Génitale Féminine est une infirmité temporaire ou permanente consécutive à un t...

jeudi 5 octobre 2017

L'ONG Dimol : Un exemple dans la réinsertion et l'…

L'ONG Dimol : Un exemple dans la réinsertion et l'accompagnement des femmes fistuleuses

Dimol est une organisation non gouvernementale nigérienne qui œuvre depuis plusieurs année...

jeudi 5 octobre 2017

L'air du temps

Les frais scolaires : Entre surenchère et laisser-aller

Les frais scolaires : Entre surenchère et laisser-aller

Depuis plusieurs années, l'on assiste à une prolifération des écoles privées dans tous les...

vendredi 13 octobre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.