Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Editorial : Cultivons une mentalité de développement


DG onepLe Président de la République, Chef de l'Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, inaugure, ce matin, la centrale thermique de Gorou Banda. Cette cérémonie solennelle marque le début des festivités du 1er anniversaire de la seconde mandature. Elle symbolise également la concrétisation d'une promesse du Président Issoufou, celle de nous permettre de sortir progressivement de la dépendance sur le plan énergétique. En effet, la centrale thermique diesel, première du genre au Niger, va permettre d'atténuer les coupures intempestives d'électricité et d'améliorer les conditions de vie des populations nigériennes dans la zone du projet, en accroissant le taux de satisfaction de la demande d'électricité en attendant l'achèvement des autres grands projets à savoir Kandadji et Salkadamna, pour atteindre définitivement l'indépendance énergétique au Niger.
La célébration de l'AN I de cette seconde mandature a été également l'occasion pour le Chef de l'Etat d'accorder une grande exclusivité à nos confrères de Télé Sahel. Au cours de cet entretien, le Président Issoufou Mahamadou a passé en revue toutes les grandes préoccupations de l'heure, entre autres la sécurité, la lutte contre le terrorisme, les bases étrangères présentes sur le sol nigérien, la mise en œuvre du Programme de Renaissance, la mobilisation des ressources, l'éducation, la santé, l'accès à l'eau potable, les élections de 2021, avant de s'appesantir sur la Renaissance Culturelle.
La Renaissance Culturelle,c'est cette résolution du Président Issoufou à permettre à l'ensemble des Nigériens d'orienter leurs actions quotidiennes vers les efforts de développement économique et social du pays afin de permettre à nos concitoyens d'accéder à un avenir prometteur.
Lorsqu'il retraçait les grandes orientations de cette Renaissance Culturelle dans son Programme de campagne, du Président Issoufou disait clairement''qu'il s'agit de promouvoir, au sein de notre société, les valeurs qui ont historiquement servi de socle au développement économique et social. Il s'agira de cultiver le patriotisme et le dévouement à la collectivité; d'avoir partout et toujours le sens de l'intérêt général et de cultiver le civisme; de rompre avec l'obscurantisme ambiant et tous les autres comportements propres à annihiler chez les Nigériens toute idée d'ouverture, de progrès et d'innovation; de cultiver chez les Nigériens la confiance en soi; de créer les conditions d'une rupture avec la mentalité d'assisté et la mendicité sous toutes ses formes ; de combattre l'oisiveté, d'insuffler l'amour du travail; de combattre la corruption, la concussion et le népotisme; de promouvoir la solidarité et la responsabilité; de promouvoir l'individu, le détribaliser en le libérant du régionalisme, de l'ethnocentrisme et du sectarisme''.
Car, ''avec tous ces maux et cette mentalité, notre cher pays ne peut émerger sans un changement radical de mentalité des populations. L'Etat de droit que nous voulons pérenniser, ne pourra s'épanouir sans être accompagné de changement de mentalité, de comportement ni d'attitudes'', disait-il.
Il a encore été plus explicite au cours de son entretien d'hier sur Télé Sahel : ''Nous avons une ambition, au niveau du Gouvernement, c'est de réaliser ce que nous appelons trois modernisations: la modernisation sociale, la modernisation politique, et la modernisation économique. L'objectif de la Renaissance Culturelle est de servir ces trois modernisations ».
Il s'agit pour nous, affirme le Président Issoufou, d'identifier quelles sont les valeurs qui peuvent aider à la réalisation de ces trois modernisations, il s'agit aussi d'identifier quelles sont les contre-valeurs qui constituent des obstacles à la réalisation de ces trois modernisations. Je peux vous prendre des exemples: par exemple, nous considérons que la solidarité est une valeur, alors que l'égoïsme est une
contre-valeur ; l'unité nationale est une valeur, alors que l'ethnocentrisme, le régionalisme, le communautarisme sont des contre-valeurs. Nous considérons que l'intégrité est une valeur alors que la vénalité est une contre-valeur. Notre objectif est de faire le tri au niveau des valeurs internes et externes également qui peuvent nous servir pour ces trois modernisations, et faire l'inventaire également des contre-valeurs qu'il faut combattre afin de lever les obstacles pour pouvoir avancer sur la voie de la modernisation. Mais pour mieux comprendre, il faut que les gens sachent ce que nous entendons par modernisation sociale, par modernisation politique et par modernisation économique. Par modernisation sociale nous entendons le renforcement de l'unité nationale, la détribalisation définitive des Nigériens, et le changement de la conception du monde.
Nous avons une conception du monde qui, malheureusement, est aujourd'hui un peu archaïque. Il nous faut une conception du monde beaucoup plus compatible avec la raison, il nous faut créer des ruptures dans le comportement, rupture dans les rapports sociaux, rupture au niveau des mentalités des Nigériens. Il faut aussi une certaine évolution dans notre vision des questions démographiques par exemple. Et c'est cela que nous donnons comme contenu à la modernisation sociale», explique SE. Issoufou Mahamadou.
Quant à la modernisation politique, elle vise l'établissement d'un Etat démocratique et républicain fort et solide. Et la culture peut y contribuer, les valeurs culturelles peuvent y contribuer, par exemple une des conditions pour que l'Etat démocratique soit fort et solide, c'est que l'Etat puisse avoir beaucoup de ressources. Cela suppose que le civisme fiscal est très développé dans le pays, donc la renaissance culturelle peut contribuer également au civisme fiscal. En ce qui concerne la modernisation de l'économie, l'objectif est de mettre en place une économie compétitive, avec un secteur primaire moderne, avec une consolidation du secteur secondaire et du secteur tertiaire. Là également la culture, les valeurs culturelles peuvent nous servir, par exemple le développement d'un esprit d'entreprenariat, le développement de l'épargne, le développement du goût du risque, l'ardeur au travail, tout ça, ce sont des valeurs qui peuvent servir la modernisation de l'économie. Pour me résumer, donc, la Renaissance Culturelle, ce n'est pas le folklore, la Renaissance Culturelle, c'est puiser dans les valeurs internes comme externes qui peuvent servir les trois modernisations, identifier les contre-valeurs qui peuvent freiner cette modernisation. C'est pour cela d'ailleurs que nous avons besoin d'un certain nombre d'acteurs qui peuvent permettre de diffuser les valeurs qui concernent notre société ou de lutter contre les contre-valeurs. Et ces vecteurs sont la famille, il faut passer par la famille, il faut passer par l'école, l'éducation, il faut passer par les lieux de culte, les mosquées, les églises, etc., pour sensibiliser les Nigériens. Il faut également passer par les médias, il faut passer par le chant, le théâtre, le cinéma, etc.
Nous l'avons déjà dit dans un de nos précédents éditoriaux, nous le répétons encore : nous devons, pour atteindre nos objectifs de développement, changer nos mentalités ! Nous devons nous-mêmes nous imposer des changements qualitatifs.
Comment s'améliorer si tout le monde attend tout de l'Etat, et qu'on oublie de se mettre au travail ?
Il faut donc changer, changer sans délai, car le développement commence par le changement de comportement et le travail.
Il faut combattre les lenteurs dans l'administration et l'absentéisme, la politisation à outrance de notre administration, la courte échelle, les passe-droits, etc. Le Niger renaissant a besoin de mentalités nouvelles dans l'administration qui doit être une administration de développement et non une administration de commandement et de la recherche du profit.
Il faut dénoncer et combattre notre propension à faire de la politique politicienne 365 jours sur 365 jours. La vie de la Nation ne s'arrête pas qu'à la politique. Nous devons donc éradiquer cette mentalité de politiciens de tous les jours.
Ce combat noble exige l'implication de tous : leaders politiques, religieux, société civile, parents d'élèves, etc., afin qu'il y ait plus de travail et moins de gaspillage de temps et d'énergie.
L'autre axe de la Renaissance Culturelle, c'est le défi démographique. Le Président Issoufou l'a d'ailleurs reconnu, ''le défi démographique est très préoccupant. Nous avons un taux annuel de croissance de 4%, nous avons un taux de fécondité parmi les plus élevés, sinon le plus élevé du monde. Notre population double tous les 18 ans. Donc, le Gouvernement continue de créer les conditions pour la transition démographique dans le pays. Je voudrais que les populations sachent que notre religion, l'Islam, ne s'oppose pas à la planification familiale. C'est le lieu d'ailleurs de saluer les prises de position récentes de l'Emir de Kano (Nigeria) sur cette question. Donc, c'est un chantier sur lequel nous allons continuer à travailler, c'est un chantier par rapport auquel nous allons mobiliser l'instrument de la Renaissance Culturelle pour changer l'attitude des populations par rapport à la démographie, la vision de la population par rapport à la question de la planification des naissances''.
Dans le secteur de l'éducation, l'initiative de l'évaluation des enseignants pour relever le niveau de l'école nigérienne a été aussi abordée par le Chef de l'Etat, qui a appelé les uns et les autres à une prise de conscience élevée pour sortir l'école nigérienne des sentiers battus.
Toujours est-il que sur cette épineuse question de l'éducation, tout comme pour tant d'autres questions, il faut privilégier une et une seule voie : celle du consensus !
Mahamadou Adamou( Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. )
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun so…

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun souci majeur à propos de l'organisation des examens du baccalauréat cette année »

Monsieur le ministre, les examens du baccalauréat session 2017 sont prévus pour le 11 juillet prochain: est-ce que cette date tient et quel est le niveau des préparatifs ?Je remercie l'hebdomadaire Sahel Dimanche de me donner, en ma qualité de ministre des Enseignements supérieurs, de la recherche et de l'innovation, l'occasion de m'adresser à mes concitoyens en cette veille des examens de baccalauréat, session 2017 dans notre pays. Je ...

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faci…

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faciliter le commerce en Afrique à tous les niveaux est certaine», déclare Sadou Seydou

Monsieur le ministre, avant de rentrer dans le vif du sujet, pourriez-vous nous définir ce que c'est la ZLEC ?La ZLEC, c'est la Zone de Libre Echange Continentale. C'est un projet de l'Union africaine destiné à créer un espace économique commun pour les 55 pays du continent. La Zone de Libre Echange Continentale de l'Union africaine a pour but de booster le Commerce intra-africain, favoriser l'industrialisation du continent et d'accroit...

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas…

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas d'incidence sur la superficie du Niger», déclare M. Hamadou Mounkaila

Monsieur le Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières, le Niger a borné ses frontières avec certains de ses voisins et a passé devant la Cour internationale de La Haye pour délimiter ses frontières avec le Bénin ; or, de nombreuses personnes physiques et morales continuent à dire ou écrire que notre pays fait 1.267.000 kilomètres carrés : quelle est donc la superficie exacte du Niger en 2017 ?Je vous remercie de l'o...

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patri…

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patrimoine culturel contribue à promouvoir le respect de la diversité culturelle et de créativité»

Dans le cadre de l'application de la convention de l'UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) que notre pays a ratifiée en 2003, entrée en vigueur en 2006, des progrès significatifs sont en train d'être enregistrés suite à l'effort inlassable que mène le ministère en charge de la renaissance culturelle dans son programme de relance ou de mise en œuvre. De retour d'un séminaire organisé en Chine dans le domaine du...

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision…

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision Terrestre Numérique, si tout va bien, les émissions pourront commencer courant décembre 2017 sur l'ensemble du pays »

Monsieur le ministre, votre institution a signé une convention lors du ''Sommet Transform Africa 2017''tenu le 11 mai dernier à Kigali, au Rwanda et qui a enregistré la présence de plusieurs chefs d'Etat, dont SE M. Issoufou Mahamadou. Pouvez- vous nous donnez d'amples explications au sujet de cette convention ?Il s'agit d'un mémorandum d'entente de coopération qui fixe les principes et les conditions d'une coopération économique et tec...

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une …

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une logique de développement durable»

Monsieur le gouverneur, depuis 2011, le ''Programme de la Renaissance'' est mis en œuvre dans toutes les régions du Niger. Quelles sont ses réalisations dans la région d'Agadez et quel commentaire cela suscite-t-il en vous?Il faut noter que la région a abrité la fête tournante du18 décembre ''Agadez SOKNI 2016''. A travers cet évènement, un certain nombre d'indicateurs font aujourd'hui qu'Agadez s'est définitivement tourné vers le progr...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Inondations dans certains quartiers de la ville de…

Inondations dans certains quartiers de la ville de Niamey : La menace est réelle !

L'installation définitive de la saison des pluies sur l'ensemble du territoire de notre pa...

vendredi 14 juillet 2017

Prévisions saisonnières 2017 pour l'Afrique de l'O…

Prévisions saisonnières 2017 pour l'Afrique de l'Ouest : Les experts tirent sur la sonnette d'alarme bien avant le... déluge

Des pluies abondantes et des inondations sont enregistrées depuis le début de la campagne ...

vendredi 14 juillet 2017

Dr. Garba Yahaya, Directeur Général de l'Agricultu…

Dr. Garba Yahaya, Directeur Général de l'Agriculture : «A la date du 10 juillet 2017, 95% des villages agricoles ont semé contre 91% en 2016''

Monsieur le Directeur Général, cette année, la campagne agricole a débuté précocement dans...

vendredi 14 juillet 2017

L'air du temps

Les effets du changement climatique à nos portes

Les effets du changement climatique à nos portes

Depuis des décennies, on en entendait parler, sans trop saisir grand-chose ni de son conte...

vendredi 14 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.