Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Les africains et le petit commerce en Inde : De l'espoir dans le petit business malgré la peur....


d-1Du 11 au 22 mars dernier, une trentaine de journalistes africains ont séjourné dans la capitale indienne dans le cadre d'un atelier organisé par le Centre de Recherche en Communication de Masse, en collaboration avec le Ministère des Affaires Extérieures. Mettant à profit ce séjour, notre reporter s'est intéressé à certains aspects de cette ville cosmopolite en pleine évolution, au site touristique du Taj Mahal et aussi au tourisme médical.
L'Inde devient peu à peu un pays attractif pour les Africains en quête de bien-être économique. Cela dans la foulée de la nouvelle politique de redynamisation et du renforcement des liens que les autorités indiennes ont lancée vis-à-vis de l'Afrique. Depuis quelques années, l'on constate un intérêt particulier des Africains qui choisissent l'Inde comme destination pour des raisons économiques, académiques, commerciales, médicales. Aujourd'hui, le nombre de ces hommes et femmes, qui tentent leur chance dans l'exercice du commerce dans ce pays devenu une plaque tournante d'affaires, est de plus en plus croissant. A la faveur d'une situation qui rend l'Inde de plus en plus attrayante, certains Africains s'y sont rendus et ont établi leur commerce afin de prendre part aux activités commerciales, au même titre que les autochtones.
A la Fédération Indienne de la Chambre de Commerce et d'Industrie (FICCI), la conseillère à la Division Afrique, Mme Sheila Sudhakaran, a affirmé qu'effectivement le nombre des Africains qui visitent ou vivent en Inde a connu une nette augmentation. La pratique du petit commerce des expatriés, notamment les Africains, en Inde semble plus ou moins prendre un envol. Certes, il n'y a pas de statistiques officielles disponibles sur le nombre exhaustif d'Africains exerçant le commerce en Inde.
Elle a souligné que les Africains commerçants s'adonnent essentiellement à la vente des produits africains. On trouve dans les boutiques d'Africains, dans plusieurs villes indiennes, des produits alimentaires, des produits de beauté ''Made in Africa''. Mme Sudhakaran explique que ''certains Africains ont commencé à s'engager dans la vente des spécialités alimentaires africaines pour répondre à la demande de plus en plus croissante de la part des étudiants, patients, opérateurs économiques vivant en Inde''. Cependant, a-t-elle souligné, la pratique du petit commerce pour les Africains n'est pas un long fleuve tranquille. L'existence de certaines formes de racisme et de xénophobie dont sont victimes certains étrangers de la part de certains nationaux rendent le séjour et l'exercice de commerce plus ou moins difficiles. Elle reste toutefois optimiste que la situation changera, s'appuyant sur l'engagement politique réaffirmé du Gouvernement indien.
Dans le marché ''na Market'', l'un des plus grands marchés de la capitale Delhi, nous avions rencontré Mme Mama Africa, une femme commerçante ressortissante de la République Démocratique du Congo. Arrivée en Inde en 2007, elle s'est établie à Delhi où elle exerce son commerce. Mama Africa, parlant couramment la langue locale Hindi, s'est spécialisée dans la vente des produits typiquement africains dans sa boutique sis au sous-sol dudit marché. ''Je suis venue en Inde avec mon fils et mes deux filles qui sont aujourd'hui étudiants. Depuis lors, je me suis engagée dans le commerce des produits africains. Mon objectif est d'aider les Africains qui visitent l'Inde ou qui y vivent à avoir certaines spécialités africaines'', explique-t-elle.
Grâce à sa patience et son courage, Mama Africa a su tisser un large réseau de clientèle et de fournisseurs à partir de l'Afrique. Comment vivre dans un pays étranger où l'on ne partage ni la langue, ni les coutumes, ni la religion? A cette question Mama Africa se veut optimiste. ''En dépit du contexte social dans lequel j'opère, différent de celui de mon pays et de mon continent, je peux affirmer que j'exerce mon business sans trop de menace. Mais nous faisons face à une sorte de discrimination de la part de certaines personnes qui, pour la plupart, ne connaissent pas les hommes noirs comme nous'', souligne la commerçante.
''Je suis reconnaissante vis-à-vis de mes collègues indiens pour leur compréhension et leur solidarité. Certes, il y en a qui ne nous acceptent pas. Ça ne me préoccupe pas tant. L'important pour moi, c'est que jusque-là, mes enfants et moi n'avons jamais été agressés. Et la clientèle se fait de plus en plus importante et mon business se développe bien'', ajoute-t-elle.
Dans le même marché, nous avions rencontré Mme Kike Davis. C'est une jeune femme nigériane vivant en Inde depuis deux ans. Elle exerce dans la restauration. ''Je suis en Inde depuis deux ans et j'évolue dans le business de la restauration et la vente des produits africains. Je vends mes produits aux commerçants indiens et africains disséminés un peu partout dans la ville''.
Exercer le commerce ici en Inde, en tant qu'Africain, est un travail difficile, mais Mme Kike Davis pense que la situation est en train de changer positivement dans la mesure où les clichés raciaux sont petit à petit abandonnés par beaucoup d'Indiens, notamment par ceux qui ont la chance de voyager à l'étranger. Parlant des relations sociales, Mme Kike affirme que leur séjour se passe plutôt bien, même s'ils sont confrontés parfois au racisme de certains autochtones.
''Le souhait des Africains que nous sommes est de voir la fin du racisme et des actes xénophobes le plus tôt possible, afin qu'on puisse vivre ensemble comme chez nous, et exercer nos activités malgré la différence de couleur, de langue et de culture'', a conclu Mme Kike Davis.

Par Zabeirou Moussa, envoyé spécial

L'invité de Sahel Dimanche

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas…

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas d'incidence sur la superficie du Niger», déclare M. Hamadou Mounkaila

Monsieur le Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières, le Niger a borné ses frontières avec certains de ses voisins et a passé devant la Cour internationale de La Haye pour délimiter ses frontières avec le Bénin ; or, de nombreuses personnes physiques et morales continuent à dire ou écrire que notre pays fait 1.267.000 kilomètres carrés : quelle est donc la superficie exacte du Niger en 2017 ?Je vous remercie de l'o...

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patri…

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patrimoine culturel contribue à promouvoir le respect de la diversité culturelle et de créativité»

Dans le cadre de l'application de la convention de l'UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) que notre pays a ratifiée en 2003, entrée en vigueur en 2006, des progrès significatifs sont en train d'être enregistrés suite à l'effort inlassable que mène le ministère en charge de la renaissance culturelle dans son programme de relance ou de mise en œuvre. De retour d'un séminaire organisé en Chine dans le domaine du...

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision…

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision Terrestre Numérique, si tout va bien, les émissions pourront commencer courant décembre 2017 sur l'ensemble du pays »

Monsieur le ministre, votre institution a signé une convention lors du ''Sommet Transform Africa 2017''tenu le 11 mai dernier à Kigali, au Rwanda et qui a enregistré la présence de plusieurs chefs d'Etat, dont SE M. Issoufou Mahamadou. Pouvez- vous nous donnez d'amples explications au sujet de cette convention ?Il s'agit d'un mémorandum d'entente de coopération qui fixe les principes et les conditions d'une coopération économique et tec...

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une …

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une logique de développement durable»

Monsieur le gouverneur, depuis 2011, le ''Programme de la Renaissance'' est mis en œuvre dans toutes les régions du Niger. Quelles sont ses réalisations dans la région d'Agadez et quel commentaire cela suscite-t-il en vous?Il faut noter que la région a abrité la fête tournante du18 décembre ''Agadez SOKNI 2016''. A travers cet évènement, un certain nombre d'indicateurs font aujourd'hui qu'Agadez s'est définitivement tourné vers le progr...

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie d…

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie de l'AMP-UEMOA''

M. le Médiateur, vous avez organisé, cette semaine au Parc du W, la réunion de l'Association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. Pouvez-vous nous donner la substance des échanges que vous avez eus avec vos collègues de l'UEMOA ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler des activités de notre association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. C'est vrai que cette semaine nous avions accueilli nos co...

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril …

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril nous permet de rappeler la rébellion, de parler de l'unité nationale, d'un Niger dans lequel tous ses enfants se sentent solidaire

Créée en 1995 pour suivre la mise en œuvre des accords de paix de 1995 et des autres protocoles additionnels à ces accords intervenus en 1998, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), qui est rattachée à la Présidence de la République, est chargée entre autres de l'analyse prospectrice, de la prévention et de la gestion des crises et des conflits. Dans cette interview réalisée à moins d'une semaine de la célébration de la...

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus diffi…

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus difficile est derrière nous, et qu'il reste à consolider et à pérenniser la paix''.

Monsieur le gouverneur, quelles sont les réalisations effectuées dans les différents secteurs de la vie socio-économique de la Région de Diffa?Malgré la situation sécuritaire difficile qui constitue une entrave à toutes les activités dans la région de Diffa, la mise en œuvre du Programme de la Renaissance acte II se fait de façon assez bonne, comparativement aux autres régions. Ainsi, on peut retenir, dans les secteurs prioritaires, les...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Préparatifs de la fête de l'Aïd-el-fitr à Niamey :…

Préparatifs de la fête de l'Aïd-el-fitr à Niamey : Affluence générale vers les marchés de la capitale

Dans quelques heures, à l'instar du reste de la communauté musulmane, les fidèles de notre...

vendredi 23 juin 2017

Repas de fête : Disponibilité et stabilité des pri…

Repas de fête : Disponibilité et stabilité des prix de la volaille et du poisson importé

Les fêtes sont des grands moments de consommation de viande surtout de la volaille. Les pi...

vendredi 23 juin 2017

Les Salons de beauté plus que jamais sollicités

Les Salons de beauté plus que jamais sollicités

Le jour de la fête est un grand jour pour les femmes et les jeunes filles. C'est en effet ...

vendredi 23 juin 2017

L'air du temps

Epilogue ramadanesque

Epilogue ramadanesque

Jour J moins 28 ; - 27 ; -4 ; -3 ;-2, etc. Pour certains jeûneurs, le compte à rebours déc...

vendredi 23 juin 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.