Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Invitr-Biga-MariamaLes femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?
Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La société nigérienne indépendamment de sa diversité culturelle est une société aujourd'hui de tradition essentiellement patriarcale fortement conservatrice de ses valeurs et normes ancestrales. Ces normes et ces valeurs sont concrétisées à travers des us et coutumes basées sur des processus de différenciation au niveau de la répartition des rôles, des activités, des statuts, des pouvoirs, des attitudes, etc. Ainsi que des rapports de subordination (femmes) et de domination (hommes), donc d'inégalité et d'iniquité dans la répartition, le contrôle et la gestion des ressources entre les hommes et les femmes.
L'inégalité est observable à plusieurs niveaux : de la pauvreté (INS 2016) ; avec près de 20 millions d'habitants, le Niger connait le taux de croissance démographique le plus élevé au monde : 3,9%. 48,2% de la population vit en dessous du seuil de la pauvreté. Les 2/3 de ces pauvres sont des femmes. On en est aujourd'hui arrivé à parler de la féminisation de la pauvreté avec des implications directes sur la santé des femmes. Le taux de mortalité maternelle est de 535/100.000g, selon le rapport d'analyse Beijing plus du Ministère de la population, de la promotion de la femme et de la protection de l'enfant 2015. De l'accès à l'éducation, le taux d'alphabétisation est de 29% (42,8% pour les hommes et 17,1% pour les femmes). Le taux de scolarisation est de 72, 9% (81,9% pour les garçons et 63,9% pour les filles).Cette disparité au niveau scolaire a pour cause la valorisation du rôle de reproduction de la femme. De l'accès aux ressources (terre, eau, bois, fruits, plantes médicinales,...), les femmes jouent un rôle crucial et possèdent des connaissances indéniables en matière de gestion des ressources mais elles n'y ont pas accès. Leur rôle n'est qu'informel. Le contrôle de ces ressources est exercé par les hommes. Les femmes sont présentes dans tous les secteurs d'activités en milieu rural (agriculture, élevage, pêche, ...). Mais en raison de la division sexuelle du travail, elles ne peuvent pas s'investir efficacement dans les activités de production rentable. Des instances de décision, il faut dire que les femmes sont présentes dans tous les secteurs de la vie politique et syndicale. Mais elles sont victimes d'inégalité en matière de représentation malgré l'existence des dispositions juridiques favorables à l'équité et à l'égalité dans les relations de genre. Cette situation atteste de la pertinence scientifique et sociale du thème.
Sur le plan scientifique, la pertinence théorique d'une telle approche réside dans le fait qu'elle permet d'être attentif à la manière dont les populations interprètent le nouveau modèle socioculturel (l'école) dans leur vécu ; et d'analyser la manière dont ce modèle peut influencer et être influencer par les modèles d'organisation socioéconomique et politique local ou dans un contexte plus large.
Sur le plan social, toute recherche capable d'éclairer les mécanismes de blocage ou de favoriser une participation communautaire à l'enjeu du développement sera indiscutablement d'une grande utilité pratique pour les stratégies de développement présentes et futures. Elle sera d'une grande utilité en matière de connaissance et d'éveil de conscience des femmes sur les facteurs, les mécanismes de leur aliénation et de leur autonomisation. L'éducation est en effet un facteur d'émancipation économique. C'est à travers elle que les femmes pourront maitriser leur fécondité, réduisant ainsi l'explosion démographique. C'est à travers elle qu'elles vont acquérir des revenus et contribuer à l'éducation de leurs enfants, participant ainsi au développement durable de leur pays.

Quels sont selon vous les pesanteurs et les clichés sociaux qui freinent l'autonomisation de la femme nigérienne ? Que faut-il faire pour y remédier ?

On peut pour l'essentiel retenir le confinement des femmes dans leur rôle de reproduction à travers les stéréotypes de la femme-épouse, femme-mère, femme au foyer, femme-objet, femme soumise, intériorisé par les filles au cours du processus de socialisation ; la répartition des tâches et l'exerce inégal du pouvoir sur la base des règles culturelles qui déterminent leurs aptitudes et leurs capacités limitant ainsi leurs accès aux ressources ; et le contrôle social (sanctions positives : récompense et sanctions négatives : punition) à travers lequel la société veille au respect strict du principe de conformité. Autant des situations d'inégalité et de discrimination ayant un effet négatif sur leur potentialité d'autonomisation économique.
Pour remédier à cette situation, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement. Autrement dit, qu'il œuvre à l'application des textes juridiques qui instaurent l'égalité en matière des droits humains (CEDEF, Beijing, OMD...). En effet, tous ces textes recommandent une répartition équitable des rôles, des responsabilités, des activités et des ressources entre les femmes et les hommes.Qu'il veille à la révision et à l'harmonisation des textes législatifs en matière matrimoniale : fixer l'âge du mariage à la majorité, prendre des mesures sévères à l'encontre des contrevenants afin de favoriser la scolarisation des jeunes filles.
Ces mesures ne peuvent se concrétiser qu'à travers une réelle volonté politique. Cette volonté politique ne peut se manifester sans pression. C'est pourquoi, les intellectuelles nigériennes doivent intervenir à travers la création d'une organisation panafricaine (c'est une lutte qui ne peut pas se mener de façon isolée) des femmes militantes et responsables afin d'œuvrer à la libération et l'autonomisation économique des femmes du continent pour leur permettre d'assumer leur part de responsabilité dans l'édification de sociétés justes, égalitaires et prospères.En effet, comme l'a dit Thomas Sankara (1987), « l'émancipation tout comme la liberté ne s'octroie pas, elle se conquiert ».
Or les luttes de libération ne sont qu'à la portée des grands esprits, c'est-à-dire dotés de courage, d'abnégation, de connaissance, d'un sens élevé de responsabilité et de sacrifice. Ces grands esprits seront des femmes « déterminées à travailler pour transformer la réalité, à se battre pour gagner, à tomber et retomber, mais à se relever chaque fois pour avancer sans reculer » jusqu'à « la liquidation de tous les systèmes d'hypocrisie qui consolident l'exploitation cynique de la femme » (Sankara T., 1987).

Docteur, où situez-vous le combat de la femme nigérienne : dans la recherche effrénée de son autonomisation ou bien dans la revendication de places ou de rang social axé sur le respect du genre ?

Je ne pense pas que les deux sphères d'action soient antagoniques. A mon avis, elles se complètent. En effet, c'est en veillant à la préservation des acquis que les femmes assureront leur autonomisation. Inversement, leur autonomisation leur permettra d'accéder de plus en plus à des postes de responsabilité d'où elles pourront faire entendre leur voix, défendre leurs droits et renforcer leur pouvoir dans les prises de décision.
Réalisée par Oumarou Moussa (ONEP)
19/05/17

L'invité de Sahel Dimanche

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une …

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une logique de développement durable»

Monsieur le gouverneur, depuis 2011, le ''Programme de la Renaissance'' est mis en œuvre dans toutes les régions du Niger. Quelles sont ses réalisations dans la région d'Agadez et quel commentaire cela suscite-t-il en vous?Il faut noter que la région a abrité la fête tournante du18 décembre ''Agadez SOKNI 2016''. A travers cet évènement, un certain nombre d'indicateurs font aujourd'hui qu'Agadez s'est définitivement tourné vers le progr...

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie d…

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie de l'AMP-UEMOA''

M. le Médiateur, vous avez organisé, cette semaine au Parc du W, la réunion de l'Association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. Pouvez-vous nous donner la substance des échanges que vous avez eus avec vos collègues de l'UEMOA ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler des activités de notre association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. C'est vrai que cette semaine nous avions accueilli nos co...

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril …

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril nous permet de rappeler la rébellion, de parler de l'unité nationale, d'un Niger dans lequel tous ses enfants se sentent solidaire

Créée en 1995 pour suivre la mise en œuvre des accords de paix de 1995 et des autres protocoles additionnels à ces accords intervenus en 1998, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), qui est rattachée à la Présidence de la République, est chargée entre autres de l'analyse prospectrice, de la prévention et de la gestion des crises et des conflits. Dans cette interview réalisée à moins d'une semaine de la célébration de la...

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus diffi…

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus difficile est derrière nous, et qu'il reste à consolider et à pérenniser la paix''.

Monsieur le gouverneur, quelles sont les réalisations effectuées dans les différents secteurs de la vie socio-économique de la Région de Diffa?Malgré la situation sécuritaire difficile qui constitue une entrave à toutes les activités dans la région de Diffa, la mise en œuvre du Programme de la Renaissance acte II se fait de façon assez bonne, comparativement aux autres régions. Ainsi, on peut retenir, dans les secteurs prioritaires, les...

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Oues…

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre : «Depuis sa création en 1907, l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) ne cesse de lutter pour les droits des

Madame, vous avez été élue, le 26 février dernier à Cartagena des Indes, en Colombie, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre. Pouvez-vous nous dire les conditions dans lesquelles se sont déroulées ces élections et quels pays le Niger avait comme challengers?Je vous remercie pour cette opportunité que vous me donnez de vous parler de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) et...

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face…

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face aux défis sécuritaires multiformes qui menacent ses efforts de développement, de renforcement de sa jeune démocratie et de modern

Mon Général, vous êtes le directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS). Veuillez nous présenter cette structure, nouvelle au Niger, et qu'on a l'habitude de voir que dans les pays développés ?Je voudrais tout d'abord vous remercier pour l'opportunité que vous me donner de parler du CNESS. D'emblée, je dirai que le CNESS est un outil d'aide à la décision, autrement dit un ''think tank'' au service de l'Etat e...

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rie…

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rien n'est acquis pour Africard et rien n'est encore perdu pour le Niger''

Le tribunal de Nanterre a rendu sa décision le 14 mars dernier dans l'affaire qui oppose l'Etat du Niger à Africard. Quelle lecture vous inspire ladite décision ?Merci. Par rapport à cette décision, il faut retenir tout d'abord que c'est une décision avant dire droit, c'est-à-dire un jugement accessoire qui se rapporte à une question qui se rattache à la conduite du procès, mais qui n'est pas le procès proprement dit. En d'autres termes...

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif…

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif consistant à éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail ou des conditions dans lesquelles celui

La Médecine de travail est une activité professionnelle reconnue par l'Organisation Internationale de Travail OIT et par plusieurs autres organismes internationaux dont l'OMS. Notre pays est d'ailleurs signataire des principaux instruments internationaux qui régissent cette discipline spécialisée. Seulement, force est de constater que, jusqu'à un passé récent, elle n'est pratiquement pas exercée ici, et même si c'est le cas, peu d'impor...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Préparatifs du mois béni de Ramadan : Disponibilit…

Préparatifs du mois béni de Ramadan : Disponibilité des céréales à Katako pour couvrir les besoins des populations

A quelques heures du début du mois béni de Ramadan, les prix des céréales tels que le mil,...

jeudi 25 mai 2017

Les syndicats des commerçants rassurent les consom…

Les syndicats des commerçants rassurent les consommateurs de la stabilité des prix du sucre

A l'approche du mois béni de Ramadan, la revue à la hausse des prix des produits de grande...

jeudi 25 mai 2017

La hausse des prix de certains produits commence à…

La hausse des prix de certains produits commence à se faire sentir

La vente des produits de première nécessité est une activité pratiquée par nombre de Nigér...

jeudi 25 mai 2017

L'air du temps

Sucre de ramadan : solidarité à grande échelle

Sucre de ramadan : solidarité à grande échelle

En cette veille du mois béni du Ramadan, tous les chemins mènent aux magasins de vente de ...

jeudi 25 mai 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.