Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun souci majeur à propos de l'organisation des examens du baccalauréat cette année »


invitMonsieur le ministre, les examens du baccalauréat session 2017 sont prévus pour le 11 juillet prochain: est-ce que cette date tient et quel est le niveau des préparatifs ?
Je remercie l'hebdomadaire Sahel Dimanche de me donner, en ma qualité de ministre des Enseignements supérieurs, de la recherche et de l'innovation, l'occasion de m'adresser à mes concitoyens en cette veille des examens de baccalauréat, session 2017 dans notre pays. Je confirme en effet que les examens du baccalauréat débuteront Incha Allah le 11 juillet 2017 sur toute l'étendue du territoire national. Je procéderais moi-même au lancement officiel de ces examens à partir de Maradi. En ce qui concerne le niveau des préparatifs, ils vont bon train. Au service des examens du baccalauréat que j'avais visité, j'ai constaté que le dispositif nécessaire est mis en place. Les agents sont à pied d'œuvre pour qu'à partir du samedi, soit trois jours avant le démarrage, tous les jurys quittent Niamey à destination des autres centres et y soient au plus tard dimanche et lundi. De ce point de vue, je peux vous affirmer que tout est fin prêt, tout se déroule normalement. Nous n'avons aucun souci majeur à propos de l'organisation des examens du baccalauréat cette année.
Quel est l'effectif total des candidats cette année ?
Cette année, au total, nous avons pour cette session 46 972 candidats pour toutes les trois catégories de baccalauréat régulièrement inscrits contre 44 102 candidats pour la session précédente soit une progression de 6,5%. Concernant les catégories de Bac, je dois à ce niveau préciser que nous avons le baccalauréat de l'enseignement général (traditionnel et franco-arabe), le baccalauréat de technicien et le baccalauréat professionnel. Les examens concernent 25 séries et spécialités.
S'agissant de la répartition des candidats par catégories, nous avons 44 520 candidats qui sont à la recherche du baccalauréat de l'enseignement secondaire général, 1439 sont candidats au baccalauréat de technicien et 1013 candidats sont inscrits pour le baccalauréat professionnel. Ces candidats sont répartis sur les 125 jurys dont 43 à Niamey et les 82 autres dans les différentes régions du pays. Les examens prendront fin le 22 juillet.
L'année scolaire a été particulièrement perturbée par les différents mouvements sociaux au point où certains acteurs craignaient une mauvaise issue de l'année; finalement les examens auront lieu. Il se pose malgré tout une question sur le taux d'exécution des programmes. Qu'avez-vous à dire à ce propos et comment en êtes-vous arrivé à régler cette question de taux d'exécution des programmes ?
C'est vrai, l'année scolaire a connu beaucoup de perturbations. Mais la crise est derrière nous à présent. Il faut se féliciter du dénouement heureux de la situation auquel les acteurs sont parvenus. C'est pour moi l'occasion de saluer l'ensemble des acteurs œuvrant dans le secteur de l'éducation pour le sens élevé de l'intérêt national dont ils ont fait preuve lors des discussions que nous avions engagées avec eux. Je voudrais particulièrement parler des enseignants notamment ceux qui tiennent les classes d'examen qui, malgré les différents mots d'ordre, malgré les perturbations, ont pris des dispositions, consenti des sacrifices pour dispenser les cours souvent les week-ends, les jours fériés. Cela nous a permis d'avoir un taux d'exécution des programmes assez raisonnable pour rendre possible l'organisation des examens.
Si le taux d'exécution est satisfaisant, c'est à mettre à l'actif de tous les acteurs mais surtout des enseignants et des élèves. Pour arriver à ce résultat, je dois avouer que chacun a mis du sien. Le gouvernement a consenti beaucoup d'efforts dans la prise en compte des revendications des partenaires sociaux, les élèves ont pris conscience et les enseignants ont joué leur partition dans le processus. Je répète qu'il y a des enseignants qui ont sacrifié leurs week-ends, les jours fériés et même les nuits pour organiser des cours de rattrapage et donner aux élèves l'essentiel de ce qu'ils doivent avoir pour pouvoir affronter les examens. C'est donc grâce à la contribution de tous que nous sommes parvenus à ce taux d'exécution satisfaisant pour organiser les examens du Bac 2017.

Certains partenaires sociaux ont, semble-t-il, décidé de bloquer les notes et les rapports annuels. Si tel est le cas, ne craignez-vous pas que cela puisse entraver la bonne tenue de cette session 2017 ?
Jusqu'à ce jour où je vous parle, nous n'avons pas connaissance d'un partenaire qui a le blocage des notes ou des rapports en perspective. En tout cas, officiellement, nous n'avons pas cette information. Et si c'était le cas, le partenaire aurait approché le ministère pour lui en parler. En revanche, je sais et je vous le dis que les différents syndicats ont même appelé leurs militants à participer activement pour garantir la réussite de ces examens. Donc, je ne pense pas qu'il y ait un seul syndicat qui ait donné un mot d'ordre à ses militants de bloquer les notes ou de prendre une action quelconque tendant à perturber l'organisation de la session du baccalauréat 2017. Nous n'avons connaissance d'aucune menace de ce genre.

Qu'en est-il de la question des arriérés des frais de correction de l'année passée comme cela a été posé par les partenaires lors d'une de rencontres que vous avez eues avec eux ?
Justement, à un moment, les enseignants avaient posé cette question sur la table comme préalable pour leur participation à l'organisation des examens. Heureusement, elle a été définitivement réglée et est désormais derrière nous maintenant. Je rappelle que le gouvernement a pris les dispositions nécessaires pour payer intégralement les arriérés des honoraires pour la correction du bac 2016 à tous les ayant-droit.

A un certain moment, les fuites et les actes de fraudes étaient si criards au point où les épreuves sont vendues dans les marchés. Quelles sont les dispositions prises pour éviter la survenue de ces phénomènes qui portent un coup dur à la qualité des diplômes de baccalauréat nigérien ?
Tel que le dispositif est mis en place par les structures chargées de l'organisation du baccalauréat, je n'ai aucun doute que les examens seront organisés dans les règles de l'art. D'ailleurs, durant les dernières années des dispositions similaires ont été prises. Et elles ont permis de lutter efficacement contre les fuites et les fraudes. Les mesures ont été renforcées cette année et je suis convaincu qu'il n'y aura pas de fuite puisque le dispositif est assez rigoureux de façon qu'il n'y ait pas possibilité d'avoir des fuites. L'opinion et les acteurs peuvent se rassurer. Tel que le service des examens nous l'a confirmé, il n'a rien ménagé pour éviter les fuites des sujets et lutter contre la fraude et la tricherie.
L'année dernière, le Président a décidé d'offrir la bourse d'excellence aux meilleurs nouveaux bacheliers. Est-ce que cette louable initiative sera reconduite cette année ?
La bourse d'excellence est un engagement du Président de la République. Je précise que l'attribution de cette bourse est un engagement permanent. Ce n'est pas un acte occasionnel, c'est une volonté politique du Président de la République de promouvoir l'excellence dans notre pays, de faire éclore les talents qui seront les futures élites du pays. L'année 2016 n'est que le début de la concrétisation de cette volonté politique. La bourse d'excellence est toujours d'actualité et nous allons poursuivre et même renforcer la matérialisation de cette volonté du Chef de l'Etat. Je saisis l'occasion pour demander aux candidats de s'y mettre davantage puisque c'est un honneur d'être sélectionné parmi les bénéficiaires de la bourse d'excellence parce qu'on est parmi les meilleurs. J'espère que cette année, nous aurons plus de boursiers d'excellence que l'année dernière. C'est en tout cas une grande opportunité qui est offerte aux jeunes Nigériens d'étudier dans de meilleures conditions. J'encourage en effet les candidats à travailler en ne comptant que sur eux-mêmes pour arriver à ce succès. Je voudrais saluer le sens du civisme de tous les acteurs de l'école pour avoir accepté qu'on se mette ensemble afin de sauver cette année scolaire. Aux candidats, je voudrais leur dire de ne compter, une fois encore, que sur leurs propres efforts parce que nous allons sans faiblir infliger les sanctions exemplaires aux auteurs des tricheries. Quant aux organisateurs des examens, je peux leur dire qu'ils ont tout le soutien du gouvernement pour une réussite totale de cette session d'examens de baccalauréat. Je ne manquerais pas de souhaiter bonne chance à tous les candidats et à toutes les candidates.

Réalisée par Zabeirou Moussa(onep)
07/07/17

L'invité de Sahel Dimanche

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : …

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : "Notre vision au ProDAF, est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) »

Le ProDAF a été mis en vigueur en septembre 2015, pouvez-vous d'abord nous rappeler la vision de votre programme ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour présenter le ProDAF. En effet, la vision du ProDAF est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) à travers lesquels les producteurs ruraux soutenus par leurs organisations et les collectivités locales s'organisent, aménagent et exploitent de manière rationnell...

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun so…

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun souci majeur à propos de l'organisation des examens du baccalauréat cette année »

Monsieur le ministre, les examens du baccalauréat session 2017 sont prévus pour le 11 juillet prochain: est-ce que cette date tient et quel est le niveau des préparatifs ?Je remercie l'hebdomadaire Sahel Dimanche de me donner, en ma qualité de ministre des Enseignements supérieurs, de la recherche et de l'innovation, l'occasion de m'adresser à mes concitoyens en cette veille des examens de baccalauréat, session 2017 dans notre pays. Je ...

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faci…

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faciliter le commerce en Afrique à tous les niveaux est certaine», déclare Sadou Seydou

Monsieur le ministre, avant de rentrer dans le vif du sujet, pourriez-vous nous définir ce que c'est la ZLEC ?La ZLEC, c'est la Zone de Libre Echange Continentale. C'est un projet de l'Union africaine destiné à créer un espace économique commun pour les 55 pays du continent. La Zone de Libre Echange Continentale de l'Union africaine a pour but de booster le Commerce intra-africain, favoriser l'industrialisation du continent et d'accroit...

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas…

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas d'incidence sur la superficie du Niger», déclare M. Hamadou Mounkaila

Monsieur le Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières, le Niger a borné ses frontières avec certains de ses voisins et a passé devant la Cour internationale de La Haye pour délimiter ses frontières avec le Bénin ; or, de nombreuses personnes physiques et morales continuent à dire ou écrire que notre pays fait 1.267.000 kilomètres carrés : quelle est donc la superficie exacte du Niger en 2017 ?Je vous remercie de l'o...

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patri…

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patrimoine culturel contribue à promouvoir le respect de la diversité culturelle et de créativité»

Dans le cadre de l'application de la convention de l'UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) que notre pays a ratifiée en 2003, entrée en vigueur en 2006, des progrès significatifs sont en train d'être enregistrés suite à l'effort inlassable que mène le ministère en charge de la renaissance culturelle dans son programme de relance ou de mise en œuvre. De retour d'un séminaire organisé en Chine dans le domaine du...

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision…

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision Terrestre Numérique, si tout va bien, les émissions pourront commencer courant décembre 2017 sur l'ensemble du pays »

Monsieur le ministre, votre institution a signé une convention lors du ''Sommet Transform Africa 2017''tenu le 11 mai dernier à Kigali, au Rwanda et qui a enregistré la présence de plusieurs chefs d'Etat, dont SE M. Issoufou Mahamadou. Pouvez- vous nous donnez d'amples explications au sujet de cette convention ?Il s'agit d'un mémorandum d'entente de coopération qui fixe les principes et les conditions d'une coopération économique et tec...

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Au bord du fleuve à Tillabéri : Un carrefour d'act…

Au bord du fleuve à Tillabéri : Un carrefour d'activités commerciales et de prestation de services divers

Tillabéri, «la capitale du fleuve», chef de lieu de région du même nom est à un peu plus d...

mardi 25 juillet 2017

Campagne agricole : Les vœux d'un agropasteur

Campagne agricole : Les vœux d'un agropasteur

À quelques encablures de la commune rurale de Sansané Haoua, à environ 80 kilomètres à l'o...

mardi 25 juillet 2017

Le marché de Tillabéri : Entre tradition et modern…

Le marché de Tillabéri : Entre tradition et modernité, un marché atypique

C'est un grand marché bihebdomadaire dont les rendez-vous ont lieu tous les mercredis et d...

mardi 25 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.