Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Babio El-kir Moudachirou, Conseiller Technique au Tourisme et à l'Hôtellerie du ministre béninois du Tourisme et de la Culture : « Il faut tirer grand profit du secteur et générer des devises et des richesses pour nos communautés et nos budgets na


invitMonsieur le Conseiller Technique, vous êtes au Niger dans le cadre d'un séminaire de formation des acteurs du tourisme et de l'environnement, une initiative de l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT). Quelle appréciation faites-vous de cette initiative ?
Merci bien pour l'opportunité que vous nous donnez de réagir sur ce projet. Au moment où on concluait ce projet entre les deux pays et l'OMT en Avril dernier à Addis-Abeba, nous n'étions pas encore rassurés que le complexe W-Arly-Pendjari (WAP) serait désormais des joyaux du patrimoine mondial de l'humanité comme bien naturel. Comme vous le savez, le 7 juillet dernier seulement, le comité du patrimoine mondial a accepté le dossier d'inscription du complexe WAP. Vous savez, c'est seulement le côté du Niger qui était inscrit. Ce qui permet au lendemain de constater que cela nous donne l'opportunité pour tous les acteurs des deux réserves, du côté du Bénin comme du côté du Niger, d'aller vraiment vers un renforcement des capacités qui conduira à une formation des professionnels sur la nécessité de la protection de la biodiversité de ce gigantesque parc de W, pour le bonheur du tourisme, au profit du développement national et local, et surtout pour la protection de ce patrimoine qui désormais, au-delà du Bénin et du Niger, est un patrimoine de l'humanité.
Le Bénin est un grand pays de tourisme. Comment se porte ce secteur dans votre pays ? Et quelle est sa participation dans le développement socio-économique ?
Au Bénin, le secteur du tourisme est en pleine relance. Avec l'arrivée du Président de la République, SEM. Patrice Talon, ce secteur retrouve désormais une place prépondérante dans les stratégies nationales de développement. Pour la première fois depuis 60 ans d'indépendance, le tourisme constitue une grande priorité. Cette initiative est traduite dans le programme du gouvernement qui accorde, sur la période 2017-2021, une prévision de plus de 700 milliards d'investissement visant à valoriser le potentiel touristique et à mettre en place les infrastructures de soutien qui vont permettre de développer un tourisme national. D'ailleurs, les aires protégées de Pendjari et du W occupent une grande place dans cette stratégie. En plus, le Parc W vient trouver un contexte national touristique qui se met en place. Ce qui nous permet d'espérer que les lendemains sont meilleurs pour ce secteur.
Le tourisme au Bénin est le 2ème secteur pourvoyeur d'emplois, avec 7% de l'employabilité. Ce secteur est aussi le 2ème contributeur du Produit Intérieur Brut (PIB) dans sa forme actuelle, c'est-à-dire dans cette phase de relance du secteur. Mais dans le contexte actuel, le secteur du tourisme occupe la 2ème place après le secteur principal qui est celui de l'Agriculture, surtout l'agriculture de ranch, d'exploitation, le coton, plus maintenant les activités tertiaires qui ramènent un peu. C'est dire que déjà, c'est une destination qui attire vue la diversité culturelle liée surtout à l'histoire du Bénin, liée aussi aux potentiels culturels. Voyez-vous, quand on parle du Bénin, on dit que c'est le pays du vaudou. Ce n'est pas dans les aspects négatifs qu'on développe. C'est dans l'aspect culturel, de la diversité culturelle du Vaudou qui n'est rien d'autre que les religions endogènes qui nous permettent d'avoir des savoirs et des pratiques. Et comme vous le savez, nous sommes aussi l'une des principales destinations qui reprennent l'étape de l'âme qui assure la responsabilité de la traite des esclaves. Nous avons beaucoup d'afro-descendants qui se sont retrouvés de l'autre côté des Amériques par la traite négrière. Nous avons quelques vestiges qui sont liés à cette traite, notamment la houe de l'esclavage ; nous avons ce potentiel naturel qui permet de développer l'écotourisme aussi bien dans les zones humides du sud Bénin que sur les Parcs nationaux du Nord. Nous avons des architectures atypiques dans un village au niveau des grands lacs. Nous avons ce que nous partageons avec nos frères du Togo. Donc, tout cela attire et contribue beaucoup.
Parlant du chiffre, nous sommes à 230 000 touristes actuellement dont environ près de 7000 pour le Parc National de Pendjari et 1500 pour le Parc du W. En ce qui concerne les chiffres économiques, ce secteur a contribué, sur la période 2011-2015 de manière continuelle et en nette progression chaque année, de 65 milliards environ au PIB. Cela veut dire qu'aujourd'hui, ce que le tourisme rapporte comme taxes, comme impôts, comme activités directes que l'Etat engrange est très important, sans comptabiliser ce que les opérateurs tirent et tout ceux qui vivent en périphérie de ces sites tirent comme profits de cette activité et des activités connexes à l'activité touristique. Ce chiffre devra normalement évoluer avec les conditions qui sont entrain d'être mises en place pour le développement d'un second aéroport international et des aérodromes pour faciliter la destination Bénin.
Le but de ce que nous faisons ici nous permet d'avoir des circuits régionaux qui vont permettre de passer des touristes du Bénin vers le Niger et du Niger vers le Bénin, sans dire que jusque-là les nigériens, les béninois et les togolais ont aussi besoin de pratiquer le tourisme maintenant parce que nous nous ne connaissons pas encore assez.
Quels sont les enjeux (difficultés et perspectives) de ce secteur au Bénin ?
Les difficultés sont liées surtout à la professionnalisation du secteur et à la qualité des services, et aussi à la normalisation et à la standardisation du secteur, c'est-à-dire le respect des normes et standards internationaux. Le touriste qui vient des Amériques, du Brésil, de la Malaisie, de la Pologne, ou des Emirats Arabes Unis, quant tu lui dis ''Hôtel à 5 étoiles », il s'attend à avoir un certain nombre de dispositions pratiques. Il faut aussi mettre en place des synergies entre Etat central dont le rôle est de tracer le cadre pour mettre en place la réglementation, de créer les incitations et les facilitations qui relancent le secteur pour permettre à ceux qui savent faire des affaires et le secteur privé qui doit mettre en place des infrastructures, mettre en place des complexes et des équipements, mettre en place des activités qui vont permettre à ce que des touristes trouvent des activités de loisirs. Maintenant, les populations locales d'accueil, les régions, les communautés, les villages qui doivent encore prendre des actions locales pour sensibiliser les populations sur les bonnes pratiques d'accueil, de sécurité, de lutte contre certains fléaux qui pouvaient être discriminatoires et qui peuvent gêner les touristes. C'est le cas de la mendicité, des effets pervers que les touristes peuvent avoir sur les populations, comme la perte culturelle, la prostitution, le tourisme sexuel, etc.
Donc les enjeux sont grands, le tourisme n'est pas seulement un secteur productif ou un secteur positif. Comme tout secteur, il a des aspects pervers. Mais l'avantage de ce secteur, c'est qu'il est un secteur direct et indirect sur le développement national et local. Donc les enjeux, c'est aussi comment faire pour que l'artisanat puisse aussi trouver sa place, la culture puisse trouver sa place, pour que nous allions nécessairement vers une colorisation de la culture pour le tourisme, mais une valorisation de la culture qui permet d'avoir des biens culturels à mettre dans le circuit des séjours pour les touristes. Il faut aussi ajouter les questions de maitrises des flux. Ça ne sert à rien qu'on soit ici et ce qu'on va servir au touriste soit importé d'ailleurs alors qu'on a certainement beaucoup de produits forestiers (fruits et légumes). Par exemple, si on vient à la Tapoa ou à la Pendjari, qu'on puisse vraiment faire de la découverte culturelle de la gastronomie locale. Toute chose qui permettra de développer le secteur agricole et le tourisme va permettre de maîtriser le service des marchés. Donc, il y a le défi du développement intégré du secteur et aussi le défi de la promotion. Il faut que nous puissions travailler aussi à avoir des outils de communication aux standards internationaux et c'est le lieu de remercier la presse parce que les médias, est une grande force de la société qui éduque, sensibilise et qui porte loin les informations. Les défis sont grands. Ils sont d'ordre institutionnel, d'ordre structurel, d'ordre organisationnel, etc. Et l'Etat seul ne peut pas le faire.
Comme nous le savons, les ressources sur quoi doivent se baser les touristes sont généralement des ressources naturelles, des ressources culturelles, des ressources sociales, qui, si on ne fait pas attention, se dégradent ou risquent d'être dégradées. Donc, la Société civile, les ONG internationales et nationales qui s'investissent dans l'éveil de la conscience, dans la protection de la culture, dans la protection des patrimoines, dans la protection de l'environnement, doivent travailler pour que nous n'ayons pas un tourisme qui, loin de préserver et de valoriser, contribue à la destruction.
Il faut que nous allions vers un tourisme qui va nous permettre de capter, mais aussi de pouvoir tirer grand profit du secteur et de générer des devises et des richesses pour nos communautés, nos budgets nationaux.
Comment appréciez-vous l'impact de ce projet qui vise à promouvoir le développement du tourisme et la protection de la biodiversité dans cet espace ?
Ce projet a l'avantage de réunir tous les acteurs de la réserve. Déjà, ce que je venais de dire a été implémenté dans la mise en œuvre de ce projet. C'est un projet qui a réuni les gestionnaires des aires protégées, c'est-à-dire les structures de l'administration nationale du tourisme, les membres du secteur privé (les hôteliers, les transporteurs des touristes), les Organisations de la société civile, les forestiers, les éco gardes qui quotidiennement ont la responsabilité de la mission que les deux Républiques leurs ont assigné d'assurer la protection des réserves et les représentants des communautés.
Il y a eu des démarches par le passé, mais c'est la première fois qu'on donne l'occasion à des gens qui doivent se parler, à se retrouver et d'être sensibilisés sur la biodiversité et le tourisme. L'objectif de cette rencontre, c'est de transformer les professionnels du tourisme en champions de la conservation de la biodiversité et de la protection de l'environnement. Cela veut dire que, en sortant d'ici, c'est que les opérateurs touristiques, les OSC, les communes, sont sensibilisées, sur le fait qu'il faut que la réserve existe, protégée, avant qu'on parle du tourisme. Ainsi, la génération actuelle n'hypothèquera pas les générations futures.
Alors, nous espérons que ce que fait l'OMT devra s'étendre à notre troisième voisin, le Burkina Faso avec qui nous partageons la réserve. Et pourquoi pas les autres pays (le Togo et le Nigéria qui constituent des proches) dont les actions peuvent nuire à travers le braconnage. Mais si déjà les trois qui partagent la réserve ont une stratégie harmonisée au niveau de la réglementation, au niveau de la surveillance, au niveau de l'aménagement de la mise en place des infrastructures, au niveau de la protection et au niveau de la mise en place des produits et surtout des services touristiques, nous sommes sûrs que réellement et progressivement, on aurait un meilleur avantage.
Donc, l'impact de ce projet est que le Bénin ne fait plus cavalier seul désormais. Le Bénin et le Niger désormais pourront régler les questions simples, tels que l'aménagement des pistes afin de faciliter et réduire davantage la distance Bénin-Niger via la Tapoa.
C'est le lieu de remercier le Gouvernement de la République du Niger pour tout ce qu'il a fait de Niamey à Tapoa.
Le Niger et le Bénin ont des relations très fortes dans plusieurs domaines. Comment se portent ces relations, surtout dans le domaine spécifique du tourisme?
Vous savez, le Président Mahamadou Issoufou et le Président Patrice Talon sont deux frères et amis. Les deux Républiques sœurs se portent bien en termes de coopération. Il y a un engagement politique au niveau de nos deux Etats.
Dans le domaine touristique et environnemental, les administrations des deux pays travaillent ensemble. Nous avons aussi des intégrations d'ensemble au niveau de l'UEMOA et de la CEDEAO. Toutes ces choses permettent d'avoir un bon lien de coopération.

Propos recueillis par Ali Maman(onep)
28/07/17

L'invité de Sahel Dimanche

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour m…

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour mission de conduire la transformation de la société nigérienne en une société digitale/numérique, afin d'accélérer notre marche ver

Monsieur le Directeur Général, lors du Conseil des ministres du 10 juillet dernier, le Haut-commissariat aux NTICs a été érigé en Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI). Pouvez-vous nous donner les raisons de cette réorientation dans le domaine des NTICs au Niger?Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) jouent un rôle de plus en plus important dans la vie socio-économique, et particulièrement dans...

Ancienne gloire : M. Abdou Djibo, champion de cyclisme : «Pour réaliser de grands succès dans le sport, il faut d'abord …

Ancienne gloire : M. Abdou Djibo, champion de cyclisme : «Pour réaliser de grands succès dans le sport, il faut d'abord avoir l'amour de son pays, il faut être jaloux de l'image de son pays et tâcher de l'honorer, avec la rage de vaincre au cœur»

Qui est Abdou Djibo ?Je suis un ancien cycliste Nigérien, et je suis né vers 1957 à Talladjé Ko-bontafa. Mais je suis du quartier Saga. Nos parents possèdent des champs dans toute cette zone et chaque année, ils quittent Saga pour aller cultiver leurs champs. Au fil du temps, ils ont fini par s'installerlà-bas.Comment êtes-vous arrivés au cyclisme, je vais parler de vos premiers pas dans la ''petite reine'' ?Je me souviens bien qu'à l'é...

Interview de M. Almoustapha Garba, ministre de l'Environnement et du Développement Durable : «Dans plusieurs localités d…

Interview de M. Almoustapha Garba, ministre de l'Environnement et du Développement Durable : «Dans plusieurs localités de notre pays les producteurs ont adopté des nouvelles stratégies de conservation de la fertilité des sols en intégrant l'arbre dan

Monsieur le Ministre, notre pays, célèbre le 03 Août 2017, le 57ème anniversaire de son accession à l'indépendance, une commémoration essentiellement marquée par les festivités de la Fête Nationale de l'Arbre (FNA). Quelles sont les activités inscrites au programme de cette édition 2017 ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez de m'adresser à nos compatriotes à l'occasion de la 42ème édition de la Fête Nationale de l'Arb...

M. Babio El-kir Moudachirou, Conseiller Technique au Tourisme et à l'Hôtellerie du ministre béninois du Tourisme et de l…

M. Babio El-kir Moudachirou, Conseiller Technique au Tourisme et à l'Hôtellerie du ministre béninois du Tourisme et de la Culture : « Il faut tirer grand profit du secteur et générer des devises et des richesses pour nos communautés et nos budgets na

Monsieur le Conseiller Technique, vous êtes au Niger dans le cadre d'un séminaire de formation des acteurs du tourisme et de l'environnement, une initiative de l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT). Quelle appréciation faites-vous de cette initiative ?Merci bien pour l'opportunité que vous nous donnez de réagir sur ce projet. Au moment où on concluait ce projet entre les deux pays et l'OMT en Avril dernier à Addis-Abeba, nous n'étio...

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : …

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : "Notre vision au ProDAF, est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) »

Le ProDAF a été mis en vigueur en septembre 2015, pouvez-vous d'abord nous rappeler la vision de votre programme ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour présenter le ProDAF. En effet, la vision du ProDAF est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) à travers lesquels les producteurs ruraux soutenus par leurs organisations et les collectivités locales s'organisent, aménagent et exploitent de manière rationnell...

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun so…

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun souci majeur à propos de l'organisation des examens du baccalauréat cette année »

Monsieur le ministre, les examens du baccalauréat session 2017 sont prévus pour le 11 juillet prochain: est-ce que cette date tient et quel est le niveau des préparatifs ?Je remercie l'hebdomadaire Sahel Dimanche de me donner, en ma qualité de ministre des Enseignements supérieurs, de la recherche et de l'innovation, l'occasion de m'adresser à mes concitoyens en cette veille des examens de baccalauréat, session 2017 dans notre pays. Je ...

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faci…

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faciliter le commerce en Afrique à tous les niveaux est certaine», déclare Sadou Seydou

Monsieur le ministre, avant de rentrer dans le vif du sujet, pourriez-vous nous définir ce que c'est la ZLEC ?La ZLEC, c'est la Zone de Libre Echange Continentale. C'est un projet de l'Union africaine destiné à créer un espace économique commun pour les 55 pays du continent. La Zone de Libre Echange Continentale de l'Union africaine a pour but de booster le Commerce intra-africain, favoriser l'industrialisation du continent et d'accroit...

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas…

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas d'incidence sur la superficie du Niger», déclare M. Hamadou Mounkaila

Monsieur le Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières, le Niger a borné ses frontières avec certains de ses voisins et a passé devant la Cour internationale de La Haye pour délimiter ses frontières avec le Bénin ; or, de nombreuses personnes physiques et morales continuent à dire ou écrire que notre pays fait 1.267.000 kilomètres carrés : quelle est donc la superficie exacte du Niger en 2017 ?Je vous remercie de l'o...

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Les propriétaires véreux face à l'impôt sur le loyer

Les propriétaires véreux face à l'impôt sur le loyer

L'impôt sur le loyer. Parlons-en ! Depuis la mise en œuvre de la décision instituant cet i...

vendredi 18 août 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.