Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour mission de conduire la transformation de la société nigérienne en une société digitale/numérique, afin d'accélérer notre marche ver




Invit 3402Monsieur le Directeur Général, lors du Conseil des ministres du 10 juillet dernier, le Haut-commissariat aux NTICs a été érigé en Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI). Pouvez-vous nous donner les raisons de cette réorientation dans le domaine des NTICs au Niger?
Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) jouent un rôle de plus en plus important dans la vie socio-économique, et particulièrement dans ceux en voie de développement comme le Niger. De plus, ils s'avèrent être un outil transversal qui touche toutes les couches de notre société. L'analyse profonde des défis de développement auxquels notre pays fait face, révèle que les TIC sont une composante incontournable dans l'atteinte de nos objectifs de développement durable.
Au vu de tous ces éléments, le Président de la République a estimé que le Niger devrait être résolument engage dans la révolution numérique, qui nous touche de plein fouet. Le Chef de l'état voudrait que nous nous servions de cette révolution pour moderniser notre économie, renforcer notre croissance, renfoncer notre sécurité, améliorer la gouvernance, et renforcer les programmes et secteurs prioritaires tels que les 3N, la Santé, l'Education et l'entrepreunariat des jeunes.
Il s'est naturellement avéré qu'une structure comme l'ANSI serait mieux habilitée que le Haut Commissariat a mener cette mission. De plus, vue son importance capitale, le Président de la République a tenu a personnellement suivre l'évolution de ce vaste chantier stratégique pour notre pays et sa population, surtout la jeunesse et le monde rural.

Mais concrètement, quels sont les résultats enregistrés par le Haut-commissaire aux NTICs ? Est-ce à dire que ces résultats n'ont pas répondu aux attentes ?
Beaucoup d'efforts et de ressources ont été déployés dans le secteur des TICs en général. Malheureusement, nous devons constater que les résultats n'ont pas été a la hauteur des attentes. Il est triste de constater que le Niger se retrouve a la dernière place de l'indice de développement des télécoms. Bien sur la faute n'incombe pas totalement au Haut Commissariat. Un manque de vision commune et de coordination des efforts et, l'inexistence d'un écosystème réel a pour beaucoup plombe les efforts entrepris dans ce secteur. On peut constater par exemple que malheureusement les efforts d'automatisation de l'administration Nigérienne ne sont toujours pas coordonner. Plusieurs entités définissent et exécutent elles mêmes leur stratégie et plan TIC. Ceci est non seulement très couteux pour notre pays, mais surtout très dangereux, car non sécurisé. Nous n'avons même pas par exemple une messagerie gouvernementale; de plus nous constatons que des cadres supérieurs de notre administration utilisent des adresses email privées, faute d'option. L'épisode du scandale autour de la messagerie de Hilary Clinton, sénatrice américaine et ex candidate aux élections présidentielles a fait le tour du monde et a révèlé la nécessité de messagerie gouvernementale.

Quels sont, Monsieur le Directeur Général, les objectifs précis assignés à l'Agence Nationale pour la Société de l'Information ? Et quelles en sont les priorités dégagées ?
l'ANSI a pour mission de conduire la transformation de la société nigérienne en une société digitale/numérique, afin d'accélérer notre marche vers l'atteinte de nos objectifs de développement durable. De façon spécifique il s'agira de mettre en œuvre le plan stratégique Niger2.0, socle de l'aménagement numérique de notre territoire, et de gérer le fonds d'accès universel, qui contribuera à désenclaver numériquement nos villages. L'exécution de ce plan se fera autour de 4 axes:

la numérisation de l'administration à travers la mise en place du e-gouvernement (intranet et extranet gouvernemental), qui rendrait notre administration plus efficiente et qui lui permettrait d'offrir un service de meilleur qualité aux populations ;
Le déploiement des "Villages Intelligents" qui consiste à désenclaver numériquement tous nos villages, en y déployant de façon efficiente et pérenne des services de base: Santé (eSante), éducation (eEducation: standard et formation professionnelle et technique), Agriculture & Elevage (eAgriculture-eElevage), eAdministration (extension eGouvernement) et faciliter le développement des paiements électroniques (eFinance) ;
La mise en place d'une cité de l'innovation et de la technologie (technopole) autour d'un Centre de données nationales, d'incubateurs, de R&D, de promotion de start up locales ;
L'organisation d'activités de promotion et de sensibilisation des TIC telles que les "Journées Portes Ouvertes", qui se tiendront mensuellement dans toutes les régions, et une compétition annuelle des TIC, e-Takara, permettra de détecter le talent nigérien partout où il se trouve et de contribuer à établir une culture d'excellence autour de la Jeunesse.

Malgré tous les efforts menés, l'Internet n'est pas très développé au Niger, notamment dans certaines régions de notre pays. Quelles sont les dispositions que vous comptez prendre d'abord pour doter ces localités des infrastructures nécessaires ?
Je le disais plus haut, l'ANSI s'est aussi vu confier la gestion du fonds d'accès universel. L'utilisation de ces fonds, la mobilisation de ressources supplémentaires auprès des partenaires au développement, la mutualisation des ressources humaines et financières au sein de tout l'écosystème constitue la base qui nous permettra de connecter les non-connectés au Niger. Nous avons déjà mis en place plusieurs comités pour réfléchir sur la mise en œuvre d'une phase pilote qui couvrira 100 villages. Les comités réfléchissent notamment sur les options techniques et technologiques, les solutions (santé, éducation, agriculture-élevage-halieutique, commerce-finance, administration). Les ministères sectoriels, le régulateur, le Haut Commissariat aux 3N, les opérateurs télécoms, les compagnies d'électricité (Nigelec et ANPER), Niger Poste, les partenaires au développement prennent part aux discussions. Je rencontrerais bientôt les start-up et les organisations des Femmes et Jeunes, la Société civile pour débattre avec eux de la question. La phase pilote nous permettra de mieux définir la mise en œuvre à grande échelle du programme « Villages Intelligents », qui vise à connecter l'ensemble des villages administratifs du Niger.

Mais, Monsieur le Directeur Général, comment comptez-vous mettre en œuvre des projets comme le E-commerce, le E-éducation ..., dans un pays où, la majorité de la population n'a pas accès à Internet ?
Vous avez soulevé une question très pertinente. Nous sommes en train de travailler tous ensemble, les différentes parties prenantes de l'écosystème, à améliorer sensiblement la qualité et la fourniture de l'internet sur l'ensemble du territoire: Niger Telecom est en train d'accroitre la capacité sur la fibre optique, les opérateurs GSM sont en train de réinvestir et de « upgrader » leurs infrastructures après la décision courageuse du Niger de réviser la fiscalité dans le domaine, le régulateur est en train de créer de meilleurs conditions de déploiement des réseaux avec notamment l'accès aux 900 MHz pour la 3G. La mutualisation des infrastructures facilite aux opérateurs la maintenance et la gestion de leurs sites. Le Cipmen, la maison de l'entreprise accompagneront l'incubation des Start up locales, développeurs de contenus et de solutions. Les partenaires au développement et les ONG utilisent de plus en plus et font la promotion du numérique.
Nous travaillons depuis plusieurs mois, avec les ministères en charge de l'éducation, sur l'introduction de l'informatique dans le système scolaire nigérien (les phases pilotes ont donné d'excellents résultats) et par exemple l'INDRAP a déjà numérisé le programme scolaire du primaire.
Nous travaillons aussi avec Niger Poste depuis plusieurs mois à la mise en place d'offres qui stimuleraient le commerce électronique.

Par Idé Fatouma(ONEP)
17/08/2017

L'invité de Sahel Dimanche

Le président de la HALCIA : «Pour l'année 2018, nous allons beaucoup plus mener nos actions sur la prévention. Et face à…

Le président de la HALCIA : «Pour l'année 2018, nous allons beaucoup plus mener nos actions sur la prévention. Et face à ceux qui continueront à faire la sourde oreille, nous serons implacables», déclare M. Gousmane Abdourahamane

Monsieur le président, un certain nombre de dossiers initiés par la Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA), défrayent actuellement la chronique. Il s'agit précisément du dossier sur les reversements de la douane et celui relatif à un marché attribué par la CAIMA. Pouvez-vous nous éclairer sur le contenu de ces dossiers ?Je voudrai de prime à bords saluer votre initiative, que je recommande d'...

Dr. Aoula Yahaya, Coordonnateur du Projet de Développement des Compétences pour la Croissance (PRODEC) : «Avec le financ…

Dr. Aoula Yahaya, Coordonnateur du Projet de Développement des Compétences pour la Croissance (PRODEC) : «Avec le financement additionnel, le PRODEC s'ouvrira à sept nouveaux établissements essentiellement portés vers le secteur agro-sylvo- pastoral

Pour soustraire les jeunes aux aléas du chômage et de la précarité de l'emploi, les Autorités de la 7ème République ont décidé de marquer, dans leur programme de gouvernance politique, leur engagement à mettre en cohérence les différents segments du système éducatif nigérien et le cadrage macro-économique du Plan de Développement Economique et Social (PDES, 2017-2021), pour faire de l'éducation et de la formation, la priorité du gouvern...

Le Secrétaire permanent du Comité d'organisation de Tahoua Sakola : «On a réussi, non pas parce qu'on nous a inscrit un …

Le Secrétaire permanent du Comité d'organisation de Tahoua Sakola : «On a réussi, non pas parce qu'on nous a inscrit un montant important, mais parce que nous sommes restés dans les prévisions budgétaires qui nous ont été faites», déclare Yahaya Maha

Monsieur le Secrétaire permanent, quels sentiments vous animent après la célébration du 59ème anniversaire de la proclamation de la République à Tahoua dénommé Programme ''Tahoua Sakola'' ?Merci de cette opportunité que vous nous offrez de parler des activités de l'anniversaire de la proclamation de la République qui se sont déroulées à Tahoua sous le nom de Tahoua Sakola. Pour répondre à votre question, je dirai sans hésitation que c'e...

Interview du Directeur Général du CIPMEN, M. Almoktar Allahoury : Le Centre Incubateur des Petites et Moyennes Entrepris…

Interview du Directeur Général du CIPMEN, M. Almoktar Allahoury : Le Centre Incubateur des Petites et Moyennes Entreprises, un catalyseur de l'écosystème entrepreneurial au Niger

Monsieur le Directeur Général, pouvez-vous nous parler du Centre Incubateur des Petites et Moyennes Entreprises dont vous avez la charge ?Le Centre Incubateur des PME au Niger (CIPMEN) est une association à but non lucratif né d'un partenariat public –privé dont l'ambition est de contribuer au lancement de start-ups championnes dans des secteurs d'activités comme le numérique, les énergies renouvelables ou l'agrobusiness. En moins de qu...

M. Abdou Bako, coordonnateur Education en Situation d'Urgence Save the Children : «Pour assurer un environnement d'appre…

M. Abdou Bako, coordonnateur Education en Situation d'Urgence Save the Children : «Pour assurer un environnement d'apprentissage protecteur pour tous les enfants, les écoles à risques font l'objet d'un suivi particulier»

Monsieur le coordonnateur, quatre (4) Organisations Internationales à savoir : Plan International, Save the Children, CONCERN et COOPI ont mis en place un groupe de travail « écoles sûres » dans le cadre de leurs interventions. Pouvez-vous nous donner les raisons de la mise en place de ce groupe de travail ?Merci de l'opportunité que vous nous offrez de parler du groupe de travail « écoles sûres ». Avant d'évoquer les raisons qui ont co...

M. Issoufou Katambé, président du Comité Tahoua Sakola : « Nous abordons le dernier tournant avec beaucoup d'optimisme »

M. Issoufou Katambé, président du Comité Tahoua Sakola : « Nous abordons le dernier tournant avec beaucoup d'optimisme »

Dans quel état d'esprit vous abordez le dernier tournant à quelques jours de l'événement ?Merci de cette opportunité que vous m'offrez pour parler de l'organisation. Je dois tout de suite rappeler que nous avons placé le programme Tahoua Sakola sous le triptyque ''Innovation, Dynamisme culturel et Coexistence pacifique''. L'innovation, c'est d'abord par rapport aux infrastructures. Nous avons dit que nous allons réaliser des infrastruct...

M. Moussa Issaka Arzika, Secrétaire Permanent du Comité Arbitral des Recours Fiscaux (CARFI) : «Le CARFI est une instanc…

M. Moussa Issaka Arzika, Secrétaire Permanent du Comité Arbitral des Recours Fiscaux (CARFI) : «Le CARFI est une instance arbitrale nationale compétente en matière de contentieux d'impôts»

Monsieur le Secrétaire Permanent, au nombre des réformes entreprises par le gouvernement dans le secteur des finances, figure la création du CARFI. Qu'est ce que le CARFI ?Le CARFI, c'est le Comité Arbitral des Recours Fiscaux. Le Gouvernement du Niger, soucieux d'améliorer le climat des affaires dans notre pays, s'est résolument engagé dans des reformes visant à améliorer durablement les rapports entre l'Administration fiscale et les c...

M. Barkaï Issouf, ministre chargé des Relations avec les Institutions : «Le ministère s'attèle quotidiennement à assurer…

Pourquoi la création d'un ministère spécialement dédié aux institutions ?Avant de répondre à vos questions, permettez-moi de vous remercier et de remercier l'ONEP pour cette occasion fort salutaire que vous m'offrez pour m'adresser à vos lecteurs. Vous contribuez ainsi à faire mieux connaitre mon département ministériel, ses attributions et son rôle dans l'architecture institutionnelle et administrative de notre pays. J'en suis très rec...

Le Ministre Conseiller Spécial du Président de la République et Directeur Général de l'Agence Nationale pour l'Organisat…

Monsieur le Directeur Général, en créant l'Agence que vous dirigez, quelles sont les missions que le gouvernement du Niger lui a assignées?Il faut tout d'abord rappeller que les Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine ont choisi le Niger pour abriter en 2019, la 33eSession de la Conférence des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine à Niamey.C'est non seulement un signe fort de la vitalité de notre diplomatie m...

Interview du président de la Commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, l'Honorable Hamma Assah : « La hau…

Honorable, vous êtes président de la commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, pouvez-vous brièvement dire à nos lecteurs quel est le rôle de cette Commission ?Merci au journal Sahel Dimanche pour cette opportunité qu'il nous offre pour parler de la Commission de la Défense et de la Sécurité. Disons d'entrée de jeu que, selon le règlement intérieur de l'Assemblée nationale en son article 30, la Commission de la Défense et...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Réseaux sociaux : le cocktail imbuvable du mensonge et de l'intox

Réseaux sociaux : le cocktail imbuvable du mensonge et de l'intox

Avec l'avènement de l'internet, et les innombrables plateformes d'informations plus rapide...

vendredi 19 janvier 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.