Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour mission de conduire la transformation de la société nigérienne en une société digitale/numérique, afin d'accélérer notre marche ver




Invit 3402Monsieur le Directeur Général, lors du Conseil des ministres du 10 juillet dernier, le Haut-commissariat aux NTICs a été érigé en Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI). Pouvez-vous nous donner les raisons de cette réorientation dans le domaine des NTICs au Niger?
Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) jouent un rôle de plus en plus important dans la vie socio-économique, et particulièrement dans ceux en voie de développement comme le Niger. De plus, ils s'avèrent être un outil transversal qui touche toutes les couches de notre société. L'analyse profonde des défis de développement auxquels notre pays fait face, révèle que les TIC sont une composante incontournable dans l'atteinte de nos objectifs de développement durable.
Au vu de tous ces éléments, le Président de la République a estimé que le Niger devrait être résolument engage dans la révolution numérique, qui nous touche de plein fouet. Le Chef de l'état voudrait que nous nous servions de cette révolution pour moderniser notre économie, renforcer notre croissance, renfoncer notre sécurité, améliorer la gouvernance, et renforcer les programmes et secteurs prioritaires tels que les 3N, la Santé, l'Education et l'entrepreunariat des jeunes.
Il s'est naturellement avéré qu'une structure comme l'ANSI serait mieux habilitée que le Haut Commissariat a mener cette mission. De plus, vue son importance capitale, le Président de la République a tenu a personnellement suivre l'évolution de ce vaste chantier stratégique pour notre pays et sa population, surtout la jeunesse et le monde rural.

Mais concrètement, quels sont les résultats enregistrés par le Haut-commissaire aux NTICs ? Est-ce à dire que ces résultats n'ont pas répondu aux attentes ?
Beaucoup d'efforts et de ressources ont été déployés dans le secteur des TICs en général. Malheureusement, nous devons constater que les résultats n'ont pas été a la hauteur des attentes. Il est triste de constater que le Niger se retrouve a la dernière place de l'indice de développement des télécoms. Bien sur la faute n'incombe pas totalement au Haut Commissariat. Un manque de vision commune et de coordination des efforts et, l'inexistence d'un écosystème réel a pour beaucoup plombe les efforts entrepris dans ce secteur. On peut constater par exemple que malheureusement les efforts d'automatisation de l'administration Nigérienne ne sont toujours pas coordonner. Plusieurs entités définissent et exécutent elles mêmes leur stratégie et plan TIC. Ceci est non seulement très couteux pour notre pays, mais surtout très dangereux, car non sécurisé. Nous n'avons même pas par exemple une messagerie gouvernementale; de plus nous constatons que des cadres supérieurs de notre administration utilisent des adresses email privées, faute d'option. L'épisode du scandale autour de la messagerie de Hilary Clinton, sénatrice américaine et ex candidate aux élections présidentielles a fait le tour du monde et a révèlé la nécessité de messagerie gouvernementale.

Quels sont, Monsieur le Directeur Général, les objectifs précis assignés à l'Agence Nationale pour la Société de l'Information ? Et quelles en sont les priorités dégagées ?
l'ANSI a pour mission de conduire la transformation de la société nigérienne en une société digitale/numérique, afin d'accélérer notre marche vers l'atteinte de nos objectifs de développement durable. De façon spécifique il s'agira de mettre en œuvre le plan stratégique Niger2.0, socle de l'aménagement numérique de notre territoire, et de gérer le fonds d'accès universel, qui contribuera à désenclaver numériquement nos villages. L'exécution de ce plan se fera autour de 4 axes:

la numérisation de l'administration à travers la mise en place du e-gouvernement (intranet et extranet gouvernemental), qui rendrait notre administration plus efficiente et qui lui permettrait d'offrir un service de meilleur qualité aux populations ;
Le déploiement des "Villages Intelligents" qui consiste à désenclaver numériquement tous nos villages, en y déployant de façon efficiente et pérenne des services de base: Santé (eSante), éducation (eEducation: standard et formation professionnelle et technique), Agriculture & Elevage (eAgriculture-eElevage), eAdministration (extension eGouvernement) et faciliter le développement des paiements électroniques (eFinance) ;
La mise en place d'une cité de l'innovation et de la technologie (technopole) autour d'un Centre de données nationales, d'incubateurs, de R&D, de promotion de start up locales ;
L'organisation d'activités de promotion et de sensibilisation des TIC telles que les "Journées Portes Ouvertes", qui se tiendront mensuellement dans toutes les régions, et une compétition annuelle des TIC, e-Takara, permettra de détecter le talent nigérien partout où il se trouve et de contribuer à établir une culture d'excellence autour de la Jeunesse.

Malgré tous les efforts menés, l'Internet n'est pas très développé au Niger, notamment dans certaines régions de notre pays. Quelles sont les dispositions que vous comptez prendre d'abord pour doter ces localités des infrastructures nécessaires ?
Je le disais plus haut, l'ANSI s'est aussi vu confier la gestion du fonds d'accès universel. L'utilisation de ces fonds, la mobilisation de ressources supplémentaires auprès des partenaires au développement, la mutualisation des ressources humaines et financières au sein de tout l'écosystème constitue la base qui nous permettra de connecter les non-connectés au Niger. Nous avons déjà mis en place plusieurs comités pour réfléchir sur la mise en œuvre d'une phase pilote qui couvrira 100 villages. Les comités réfléchissent notamment sur les options techniques et technologiques, les solutions (santé, éducation, agriculture-élevage-halieutique, commerce-finance, administration). Les ministères sectoriels, le régulateur, le Haut Commissariat aux 3N, les opérateurs télécoms, les compagnies d'électricité (Nigelec et ANPER), Niger Poste, les partenaires au développement prennent part aux discussions. Je rencontrerais bientôt les start-up et les organisations des Femmes et Jeunes, la Société civile pour débattre avec eux de la question. La phase pilote nous permettra de mieux définir la mise en œuvre à grande échelle du programme « Villages Intelligents », qui vise à connecter l'ensemble des villages administratifs du Niger.

Mais, Monsieur le Directeur Général, comment comptez-vous mettre en œuvre des projets comme le E-commerce, le E-éducation ..., dans un pays où, la majorité de la population n'a pas accès à Internet ?
Vous avez soulevé une question très pertinente. Nous sommes en train de travailler tous ensemble, les différentes parties prenantes de l'écosystème, à améliorer sensiblement la qualité et la fourniture de l'internet sur l'ensemble du territoire: Niger Telecom est en train d'accroitre la capacité sur la fibre optique, les opérateurs GSM sont en train de réinvestir et de « upgrader » leurs infrastructures après la décision courageuse du Niger de réviser la fiscalité dans le domaine, le régulateur est en train de créer de meilleurs conditions de déploiement des réseaux avec notamment l'accès aux 900 MHz pour la 3G. La mutualisation des infrastructures facilite aux opérateurs la maintenance et la gestion de leurs sites. Le Cipmen, la maison de l'entreprise accompagneront l'incubation des Start up locales, développeurs de contenus et de solutions. Les partenaires au développement et les ONG utilisent de plus en plus et font la promotion du numérique.
Nous travaillons depuis plusieurs mois, avec les ministères en charge de l'éducation, sur l'introduction de l'informatique dans le système scolaire nigérien (les phases pilotes ont donné d'excellents résultats) et par exemple l'INDRAP a déjà numérisé le programme scolaire du primaire.
Nous travaillons aussi avec Niger Poste depuis plusieurs mois à la mise en place d'offres qui stimuleraient le commerce électronique.

Par Idé Fatouma(ONEP)
17/08/2017

L'invité de Sahel Dimanche

Colonel Major Bako Boubacar, Directeur général de la Protection Civile : « L'ultime solution aux risques liés au transpo…

Colonel Major Bako Boubacar, Directeur général de la Protection Civile : « L'ultime solution aux risques liés au transport des hydrocarbures, c'est la conception d'un pipe-line»

Monsieur le Directeur général, il y a quelques jours de cela, un véhicule citerne accidenté au quartier Aéroport de Niamey, a provoqué la mort de plusieurs dizaines de Nigériens venus siphonner le carburant qu'il contenait. Est-ce qu'on peut dire que les mesures de sécurité ont été respectées à cette occasion pour éviter la survenue de ce drame ?Je me réjouis de l'opportunité que vous nous donnez de parler de ce problème et d'apporter n...

M. Mayaki Maikolanché, président de la Commission Nationale de gouvernance au Mécanisme Africain d'Evaluation par les Pa…

M. Mayaki Maikolanché, président de la Commission Nationale de gouvernance au Mécanisme Africain d'Evaluation par les Pairs (MAEP) : «Le MAEP est là pour répondre au défi du développement du continent africain, et au défi de l'intégration ; il s'agit

Monsieur le Secrétaire Permanent du MAEP, le Conseil des Ministres du lundi 29 avril 2019 a entendu une communication du Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République relative au lancement de l'auto-évaluation du Mécanisme Africain d'Evaluation par les Pairs (MAEP). Pouvez-vous nous édifier sur l'importance pour notre pays d'entrer dans la phase de lancement de l'auto-évaluation du MAEP ?Je voudrais sincèrement vous remer...

M. Haladou Mamane, Coordonnateur du Projet Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) : Tout ce qui est bonne pratique au poin…

M. Haladou Mamane, Coordonnateur du Projet Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) : Tout ce qui est bonne pratique au point de vue traditionnel peut être enregistré comme patrimoine culturel

La convention Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) de 2003 propose aux Etats parties un modèle de fiches standards pour enregistrer et classer leur PCI. Ce modèle a pris en compte cinq (5) champs, notamment les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur de Patrimoine Culturel Immatériel, les arts des spectacles, les pratiques sociales, rituelles et évènements festifs, les connaissances et pratiques concernant la...

Dr. Sani Kabir, président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC) : «Au Niger, la liberté a été souverainement ér…

Dr. Sani Kabir, président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC) : «Au Niger, la liberté a été souverainement érigée en liberté constitutionnelle»

Monsieur le Président, voilà un an que vous êtes à la tête du Conseil Supérieur de la Communication (CSC). Pouvez-vous nous donner un aperçu sur les principales actions que vous avez entreprises durant cette année ?Il est très tôt pour tirer un bilan, mais nous pouvons tout de même relater quelques actions qui ont été engagées depuis lors. Je voudrais d'abord préciser que la nouvelle équipe du Conseil supérieur de la communication a pri...

M. Kadi Abdoulaye, ministre de l'Equipement : «Les différentes réalisations ont permis d'augmenter significativement la …

M. Kadi Abdoulaye, ministre de l'Equipement : «Les différentes réalisations ont permis d'augmenter significativement la taille du réseau routier national et d'améliorer certains indicateurs»

Monsieur le ministre, le Niger est engagé depuis quelques années dans une politique hardie d'équipement du pays en routes, ponts et échangeurs voire en travaux connexes : quel est le coût de ces investissements et surtout quel est leur impact sur les échanges nationaux et internationaux du Niger voire sur le bien-être des Nigériens ?Durant les huit ans de mise en œuvre du Programme de la Renaissance Actes 1 et 2, d'importants investisse...

M. Souley Limane Korimi, directeur du Centre Culturel Oumarou Ganda : « Avec l'avènement des TICs et des réseaux sociaux…

M. Souley Limane Korimi, directeur du Centre Culturel Oumarou Ganda : « Avec l'avènement des TICs et des réseaux sociaux, les centres d'animation ne sont plus régulièrement fréquentés »

Monsieur le directeur, pouvez vous nous dire dans quel contexte culturel a été créé le Centre Culturel Oumarou Ganda (CCOG) ?A l'époque, l'Etat organisait des manifestations artistiques et culturelles, notamment le Festival National de la Jeunesse dans les départements [ndlr : les régions actuelles] pour créer un cadre d'épanouissement et de promotion du patrimoine culturel de proximité à la population en général et à la jeunesse en par...

M. Ousmane Baoua, Chef de Division à la Direction de la Météorologie : «C'est une température moyenne de 44 à 45 degrés …

M. Ousmane Baoua, Chef de Division à la Direction de la Météorologie : «C'est une température moyenne de 44 à 45 degrés Celsius que nous prévoyons sur le pays»

Depuis quelque temps on enregistre une montée progressive du thermomètre dans certaines zones de notre pays et particulièrement à Niamey. Est-ce que cette situation est normale du point de vue météorologique ?Merci de votre passage à la Direction de la Météorologie Nationale. Pour répondre directement à votre question, c'est vrai que depuis le début du mois de mars 2019, nous avons commencé à enregistrer une hausse de température. Le 31...

M. Moussa Harouna, Maire de Magaria : «Si on veut un travail de qualité au bénéfice des populations, il faut forcement r…

M. Moussa Harouna, Maire de Magaria : «Si on veut un travail de qualité au bénéfice des populations, il faut forcement relever le niveau de compétence et de formation des Maires et des administrations municipales»

Monsieur le maire, présentez nous votre commune.Magaria, qui a été érigée en commune en 1988, compte, suivant le recensement de 2012, 130.707 habitants, pour une superficie de 715 km2. La densité de la population tourne autour de 188 hbts au km2. Les principales activités sont l'agriculture et l'élevage mais aussi le commerce favorisé par notre proximité avec le Nigeria. Sur le plan position géographique, elle est limitée au nord par la...

Maman Bachir Abdou, maire de la Commune Urbaine de Mirriah : «Nous remercions le Président de la République et le Gouver…

Maman Bachir Abdou, maire de la Commune Urbaine de Mirriah : «Nous remercions le Président de la République et le Gouvernement pour avoir fait de la question du changement de comportement une priorité nationale»

M. le maire, comment se présente la commune de Mirriah ?La Commune Urbaine de Mirriah a été créée le 27 juin 1988 ; c'est une Commune qui a trente (30) ans d'existence. Pour ce qui est de la population, au dernier recensement général de la population et de l'habitat, la Commune a compté80 126 habitants. Si on travaille avec le taux d'accroissement, on peut l'estimer à 90 000 voir100 000 habitants. La commune a une superficie de 621 Km2....

M. Saley Saidou, Président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : «Mon ambition pour le CESOC, c'est de ren…

M. Saley Saidou, Président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : «Mon ambition pour le CESOC, c'est de rendre cette institution encore plus active et productive»

Monsieur le Président, la première session ordinaire du CESOC au titre de l'année 2019 a pris fin récemment à Niamey. Quelle sont les recommandations issues de cette session ?Tout d'abord je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler de notre institution le CESOC et de ses missions.Cela dit, pour revenir à votre question, le Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) a effectivement tenu sa première session ord...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Consommation des arômes et sels artificiels : Des …

Consommation des arômes et sels artificiels : Des additifs alimentaires pas toujours bénéfiques pour notre santé

Communément appelés «arôme Maggi», les exhausteurs de goût ou additifs alimentaires envahi...

jeudi 23 mai 2019

Témoignages de certaines ménagères sur l'effet des…

Témoignages de certaines ménagères sur l'effet des arômes industriels ou « bouillon » sur la santé

Les arômes importés constituent un problème sanitaire important. En effet, il n'est pas ra...

jeudi 23 mai 2019

Le coût du hadj 2019 : Le pèlerinage aux lieux sai…

Le coût du hadj 2019 : Le pèlerinage aux lieux saints de l'Islam, de plus en plus un fardeau pour les fidèles

« L'Etat n'invente pas le prix du Hadj mais étudie toutes les dépenses par rubrique, fait ...

jeudi 16 mai 2019

L'air du temps

Et bientôt la frénésie des préparatifs de la fête

Et bientôt la frénésie des préparatifs de la fête

Jour ''J'' moins 28 ; - 27 ;... -11 ; -10 ; -9, etc. Le compte à rebours est en marche, no...

jeudi 23 mai 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.