Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Mme Bety Aichatou Habibou Oumani, présidente de l'association Matan Tahoua Sakola : «Qui veut accueillir un étranger doit avoir un environnement propre et les femmes se mobilisent pour cela»


invitMme la présidente, dans le cadre de l'organisation de la fête tournante du 18 décembre, la Région de Tahoua a été choisie pour abriter la fête de Tahoua Sakola. Vous avez été désignée à la tête de l'organisation dénommée Matan Tahoua Sakola. Quel est le but de cette organisation et pourquoi cette cérémonie de plantation d'arbres aujourd'hui au sein de la grande mosquée de Tahoua ?
Je vous remercie de cette opportunité que vous nous donnez pour parler de Tahoua Sakola et de l'implication pleine et entière de la femme de l'Ader dans l'organisation de cette fête. Comme vous le savez, Sakola c'est la beauté, c'est l'élégance et dans l'Ader, c'est la femme qui symbolise le mieux, ces qualités là.
C'est ainsi que le président du Comité d'organisation de Tahoua Sakola, le ministre Issoufou Katambé nous a fait l'honneur de nous désigner à la tête de cette organisation féminine créée pour la circonstance afin d'impulser une dynamique nouvelle et de donner un cachet particulier à la fête.
Dans le cadre de cette fête justement de Tahoua Sokola, plusieurs activités sont prévues. Nous avions tenu plusieurs réunions en prélude ; nous voulons donner un sens propre à Sokola , nous voulons que Tahoua soit propre. Que la femme de l'Ader reflète son image, rendre Tahoua encore plus belle.
Nous avons opté d'encourager les femmes à faire de la salubrité et nous avons prévu un lot de matériel que nous allons distribuer dans les différents quartiers de Tahoua. Nous allons les appuyer en matériel en les soutenant de tout ce qu'il faut pour qu'elles travaillent. Nous allons les sensibiliser pour qu'il y ait un élan de civisme et de patriotisme pour que les femmes soient conscientes qu'on doit participer à la construction de ce pays.
Plus particulièrement à moi, il a été confiée donc la responsabilité de la mobilisation. Et c'est par rapport à cette responsabilité que nous avions instauré avec les femmes des rencontres afin de mettre en place le comité «Matan Tahoua Sakola» ; le comité englobe toutes les femmes et les filles de la région de Tahoua, qu'elles soient en Asie, en Europe ou dans les autres pays d'Afrique, ou ici au Niger dans les différentes villes du pays. Nous sommes toutes ensemble aujourd'hui ; nous sommes aussi réunies virtuellement à travers les réseaux sociaux.
Alors, partant de là, nous avons élaboré un plan d'actions afin de nous permettre de mettre en œuvre des activités pour soutenir et accompagner justement l'organisation régionale des femmes « Matan Tahoua Sakola ». Parmi les activités de ce plan d'actions, nous avions la plantation d'arbres ; notre objectif, c'est de planter un million d'arbres parce que Tahoua Sakola ne s'arrête pas au 18 décembre 2017. Donc, aujourd'hui, c'est le coup d'envoi de cette plantation. Nous sommes aujourd'hui ici pour planter plus de 300 plants et Inch'Allah, on va continuer.
A toutes les sorties et les entrées (route d'Agadez, route venant de Badaguichiri, Takamamat, Bambèye) de la ville, il y aura des plantations de part et d'autre de la route.
Ici au niveau de Tahoua, dans la ville, il y a actuellement l'entreprise SATOM qui est en train de travailler de voirie. Nous attendons à ce que tous ces travaux soient finis pour qu'on puisse planter des arbres tout au long des différentes rues. En dehors de cela, nous avons un autre programme de sensibilisation par rapport à l'embellissement mais aussi à l'assainissement de la ville parce que qui veut accueillir un étranger doit avoir un environnement propre et les femmes se mobilisent pour cela.
Les femmes de Tahoua ont mis en place des comités au niveau de tous les quartiers et nous travaillons avec des femmes pour que, vers la fin, on évalue et prime les quartiers qui vont se démarquer.
En dehors de ces activités d'assainissement, nous avons aussi des activités qui vont revaloriser nos pratiques et œuvres culturelles pour asseoir les bases de la renaissance culturelle, à travers tout ce que nous avons de bien qui va contribuer au développent local de Tahoua. Voilà donc les activités que nous comptons mettre en œuvre pour soutenir les responsables de Tahoua sakola.

Mme la présidente, le Premier ministre a visité récemment les chantiers de Tahoua Sakola, quel sens donnez vous à ces visites?
Le Premier ministre est un homme de principe, un homme de droit ; il est toujours avec l'équité et on a compris effectivement que le Premier ministre veut montrer qu'on ne peut pas développer aujourd'hui une communauté sans la participation de la femme. Il a compris que les femmes de Tahoua sont des femmes très battantes. Je ne veux pas revenir en arrière pour vous parler des femmes de l'Ader à travers Keita avec tout ce qu'il y a comme récupération des terres ; je ne veux pas vous parler des femmes de la Maggia qui travaillent la terre pour nourrir la population à travers le jardinage et toutes les autres activités.
Les femmes de Tahoua méritent d'être soutenues, honorées ; donc, le Premier ministre a tout à fait raison de venir sur place voir de visu l'état d'avancement des travaux et accompagner les organisateurs.

Est-ce que vous avez pris des dispositions pour que le travail des femmes « Tahoua Sakola » continue après le 18 décembre 2017 ?
Absolument ! Comme je le disais, Tahoua Sakola ne s'arrête pas au 18 décembre ; c'est un programme de trois ans ; cela veut dire qu'il y aura des investissements et il y aura des réalisations durables. Ce ne sont pas comme on dit des réalisations à usage unique. Cela va aller sur plusieurs années et on compte laisser un héritage aux générations futures.
Aux gens qui s'impatientent pour dire qu'on n'a pas commencé ceci ou cela jusqu'à présent, nous
disons que c'est parce que nous voulons faire une fondation qui va tenir et qui permettra d'embellir la ville de Tahoua sur plusieurs années.

Script : Abdul Aziz Ibrahim

25/08/17

L'invité de Sahel Dimanche

M. Issoufou Katambé, président du Comité Tahoua Sakola : « Nous abordons le dernier tournant avec beaucoup d'optimisme »

M. Issoufou Katambé, président du Comité Tahoua Sakola : « Nous abordons le dernier tournant avec beaucoup d'optimisme »

Dans quel état d'esprit vous abordez le dernier tournant à quelques jours de l'événement ?Merci de cette opportunité que vous m'offrez pour parler de l'organisation. Je dois tout de suite rappeler que nous avons placé le programme Tahoua Sakola sous le triptyque ''Innovation, Dynamisme culturel et Coexistence pacifique''. L'innovation, c'est d'abord par rapport aux infrastructures. Nous avons dit que nous allons réaliser des infrastruct...

M. Moussa Issaka Arzika, Secrétaire Permanent du Comité Arbitral des Recours Fiscaux (CARFI) : «Le CARFI est une instanc…

M. Moussa Issaka Arzika, Secrétaire Permanent du Comité Arbitral des Recours Fiscaux (CARFI) : «Le CARFI est une instance arbitrale nationale compétente en matière de contentieux d'impôts»

Monsieur le Secrétaire Permanent, au nombre des réformes entreprises par le gouvernement dans le secteur des finances, figure la création du CARFI. Qu'est ce que le CARFI ?Le CARFI, c'est le Comité Arbitral des Recours Fiscaux. Le Gouvernement du Niger, soucieux d'améliorer le climat des affaires dans notre pays, s'est résolument engagé dans des reformes visant à améliorer durablement les rapports entre l'Administration fiscale et les c...

M. Barkaï Issouf, ministre chargé des Relations avec les Institutions : «Le ministère s'attèle quotidiennement à assurer…

Pourquoi la création d'un ministère spécialement dédié aux institutions ?Avant de répondre à vos questions, permettez-moi de vous remercier et de remercier l'ONEP pour cette occasion fort salutaire que vous m'offrez pour m'adresser à vos lecteurs. Vous contribuez ainsi à faire mieux connaitre mon département ministériel, ses attributions et son rôle dans l'architecture institutionnelle et administrative de notre pays. J'en suis très rec...

Le Ministre Conseiller Spécial du Président de la République et Directeur Général de l'Agence Nationale pour l'Organisat…

Monsieur le Directeur Général, en créant l'Agence que vous dirigez, quelles sont les missions que le gouvernement du Niger lui a assignées?Il faut tout d'abord rappeller que les Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine ont choisi le Niger pour abriter en 2019, la 33eSession de la Conférence des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine à Niamey.C'est non seulement un signe fort de la vitalité de notre diplomatie m...

Interview du président de la Commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, l'Honorable Hamma Assah : « La hau…

Honorable, vous êtes président de la commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, pouvez-vous brièvement dire à nos lecteurs quel est le rôle de cette Commission ?Merci au journal Sahel Dimanche pour cette opportunité qu'il nous offre pour parler de la Commission de la Défense et de la Sécurité. Disons d'entrée de jeu que, selon le règlement intérieur de l'Assemblée nationale en son article 30, la Commission de la Défense et...

M. Habou Boukari, Directeur National des Archives : "Les services des Archives sont les parents pauvres de l'Admini…

Monsieur le Directeur national, le Niger dispose depuis des décennies d'un service dénommé Archives Nationales, quelles sont concrètement les missions et attributions de cette structure qui constitue quand même la mémoire de notre pays ?Aux termes de l'article 10 de l'arrêté n° 260/PM/SGG du 17 Octobre 2011, la Direction des Archives Nationales est chargée de l'identification, de la collecte, du classement et de la conservation des docu...

L'ambassadeur des Etats-Unis au Niger, SE. Mme Eunice Sharron Reddick : "La présence des soldats américains relève …

Mme l'ambassadeur, vous voilà en fin de mission après avoir passé trois années en qualité d'ambassadeur des Etats Unis au Niger. Quels ont été les principaux axes de la coopération bilatérale sur lesquels votre pays a mis l'accent ces dernières années?Je tiens d'abord à remercier le journal « Sahel Dimanche » de me donner l'opportunité de m'adresser aux millions de nigériennes et nigériens à la fin de ma mission dans votre beau pays, le...

M. Ousmane Douka Soumaila, Directeur général de l'Office National des Examens et Concours du Supérieur (ONECS) : "L…

Le 6 Juillet dernier, vous avez été primé du prix HIKIMA, mis en place par le Haut Commissariat à la Modernisation de l'Etat, le ministère de la Renaissance Culturelle et le ministère de la Fonction Publique, suite à un concours pilote entre les trois ministères en charge de l'éducation. Il s'agit de l'Education Primaire, des Enseignements Secondaires et Supérieurs, et des Enseignements Professionnels et Techniques. Pouvez-vous, Monsieu...

Interview de Mme Elback Zeinabou Tari Bako, Ministre de la Promotion et de la Protection de l'Enfant : « Le forum des Pr…

Le Niger accueille depuis le 2 octobre dernier, le Forum des premières Dames de la CEDEAO. Cette rencontre de haut niveau traite de problématiques liées à la fistule obstétricale, à la protection de l'enfant et aux MGF. Dans cet entretien, la ministre de la Promotion de la femme et de la Protection, revient sur les objectifs de ce forum et surtout les résultats attendus à l'issue des assises. Pour Mme Elback Zeinabou Tari Bako, ce forum...

M. Alma Oumarou ministre, Conseiller Spécial du Président de la République : Plus de 4600 entreprises ont été créées au …

Monsieur le ministre, le Niger a de 2011 à aujourd'hui produit plusieurs réformes relatives à l'amélioration du climat des affaires : pouvez-vous nous faire l'état des lieux de ces réformes ?L'amélioration du climat des affaires et la création des conditions favorables au développement du secteur privé nigérien ont toujours été une préoccupation majeure du Président de la République. L'Etat, ne pouvant plus à lui tout seul assurer la cr...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Fuite des cerveaux : à qui la faute ?

Fuite des cerveaux : à qui la faute ?

Dès qu'on parle de fuite de cerveaux, on se tourne à première vue vers l'occident. Et pour...

vendredi 8 décembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.