Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Ousmane Douka Soumaila, Directeur général de l'Office National des Examens et Concours du Supérieur (ONECS) : "L'Office National des Examens et Concours du Supérieur a été toujours soucieux d'apporter une amélioration, une innovation dans l'organi


inviteLe 6 Juillet dernier, vous avez été primé du prix HIKIMA, mis en place par le Haut Commissariat à la Modernisation de l'Etat, le ministère de la Renaissance Culturelle et le ministère de la Fonction Publique, suite à un concours pilote entre les trois ministères en charge de l'éducation. Il s'agit de l'Education Primaire, des Enseignements Secondaires et Supérieurs, et des Enseignements Professionnels et Techniques. Pouvez-vous, Monsieur le Directeur Général, nous présenter le logiciel qui vous a permis d'avoir ce prix ?
Merci Madame. Tout d'abord, permettez-moi d'apporter quelques précisions par rapport à votre question. Le concours pilote auquel vous faites allusion est intitulé « Prix Goni » et a récompensé le meilleur manager des ministères que vous avez cités.
Quant au « Prix HIKIMA », Prix Nigérien de l'Innovation du Service Public, remporté par notre institution, l'Office National des Examens et Concours du Supérieur (ONECS), c'est un concours national à l'intention de tous les ministères, les institutions publiques et les organisations de la société civile. Je souhaite que votre institution, l'Office National d'Editions et de Presse soit le lauréat de 2018.
Ceci dit, le logiciel qui a permis à l'ONECS de remporter le Prix HIKIMA est dénommé SMART ADMIN, une innovation apportée par notre institution pour moderniser ses prestations de service public. Il s'agit précisément, dans le cadre de la cyberadministration, d'une plateforme de partage et de gestion d'informations.
Entre autres fonctionnalités, ce logiciel nous permet, par exemple, de gérer et de sécuriser les notes de l'examen du BTS d'Etat. Ainsi, pour la compilation des notes, les jurys sont désormais assistés par un ordinateur. Les notes des candidats sont saisies dans le logiciel. Ensuite, le logiciel calcule automatiquement les moyennes de chaque candidat et génère en sortie le procès-verbal de délibération, la liste des admissibles, et enfin le relevé de notes de chaque candidat, gage de transparence et d'équité.
En outre, les résultats sont publiés instantanément par SMS et en ligne. Les treize (13) jurys des quatre (4) centres retenus cette année pour l'examen du BTS d'Etat (Maradi, Niamey, Tahoua et Zinder) ont été assistés par ce logiciel.
Les candidats peuvent, aussi, consulter sur le site Web de l'ONECS (www.onecs-niger.com) toutes les annonces relatives à l'examen du BTS d'Etat et aux concours d'entrée dans certaines grandes écoles de la sous-région (EAMAU, EISMV, 2 IE, INP-HB).
Comment vous est venue l'idée de créer ce logiciel, et quel est le processus de sa création ?
L'Office National des Examens et Concours du Supérieur (ONECS) a été toujours soucieux d'apporter une amélioration, une innovation dans l'organisation de l'examen du BTS d'Etat et concours dont il a la charge. C'est également pourquoi l'ONECS s'est toujours montré réceptif aux requêtes et suggestions des candidats et autres usagers. Il faut noter, depuis sa création en 2011, l'ONECS que rencontrait des difficultés particulièrement dans l'organisation de l'examen du BTS d'Etat. Ces difficultés se résumaient par la lourdeur du processus de dépôt des dossiers de candidature, le problème de communication avec les candidats et de la compilation des notes après les épreuves écrites, orales et travaux en ateliers. Aussi, c'est pour remédier à ces difficultés que l'idée de l'innovation a été initiée par la Direction Générale et la mise en œuvre confiée à la Direction des Archives, des Statistiques et de l'Informatique (DASI). L'implémentation et la production de la plateforme, dénommée SMART ADMIN, ont été déléguées à un cabinet nigérien constitué de jeunes africains, appelée « i-FUTUR » qui a travaillé avec le personnel informatique de l'ONECS. Des étudiants stagiaires ont été aussi associés dans le processus de création de ce logiciel.
A la session de l'examen du BTS d'Etat 2016, nous avions déjà procédé à la phase pilote en testant quelques modules de ce logiciel au niveau des deux (2) centres qui existaient alors : Maradi et Niamey. Les modules testés ont été concluants ; ce qui nous a encouragé à finaliser la mise en œuvre du logiciel. Ainsi, les candidats au BTS d'Etat 2017, dont les dossiers ont été validés, ont été inscrits sur la plateforme WEB de l'innovation Smart-Admin (www.smart-admin.org). Chaque candidat pouvait consulter les informations liées à son profil, en ligne (Nom, Prénoms, Date de naissance, Lieu de Naissance, Ecole de provenance ou Candidat libre, Filière, Centre d'examen, etc.) et faire éventuellement des réclamations de corrections. En plus, les épreuves des sessions antérieures étaient disponibles sur le site WEB de l'ONECS pour permettre aux candidats de s'exercer.
En somme, avec l'innovation Smart-Admin, l'Office National des Examens et Concours du Supérieur établit un lien de proximité avec chaque candidat et améliore ainsi la qualité de ses prestations.
En rappel, M. le Directeur Général, présentez nous sommairement votre Office, qu'est-ce qui a motivé sa création sachant qu'il y a déjà un service des examens?
L'Office National des Equivalences, des Examens et Concours du Supérieur (ONEECS) a été créé par l'ordonnance N° 2010-68 du 04 novembre 2010, modifiée par la loi N° 2011-02 du 19 Mai 2011 créant l'Office National des Examens et Concours du Supérieur (ONECS), sous la tutelle du ministère en charge de l'Enseignement Supérieur. L'ONECS a pour mission d'organiser les examens et concours qui relèvent du Supérieur. A ce titre, il est chargé de proposer le programme annuel des examens et concours du supérieur ; préparer, organiser et gérer les examens et concours du supérieur et, enfin, d'évaluer les modalités du déroulement des examens et concours et proposer les ajustements nécessaires. Avant la création de l'ONEECS en 2010, l'examen du BTS d'Etat et les concours du supérieur étaient gérés par une Direction des Examens, des Concours et de l'Orientation (DEXCO) au ministère des Enseignements Secondaires, du Supérieur, de la Recherche et de la Technologie (MESS/R/T).
La création de l'ONEECS découle d'une vision des autorités de la dernière transition de créer un office en charge des examens et concours du supérieur à l'instar des pays de la sous-région, pour mieux les crédibiliser. Par la suite, l'ordonnance N° 2010-68 du 4 novembre 2010 a été modifiée par la Loi N° 2011-02 du 19 Mai 2011 créant ainsi l'Office National des Examens et Concours du Supérieur (ONECS), sans le Service des Equivalences et l'examen du BAC.
Alors, qu'est-ce qui différencie les deux Services ?
Notre institution est un Office, pas un service et il n'est en dichotomie avec aucun service car ses missions sont bien précisées à travers la Loi N° 2011-02 du 19 Mai 2011. On peut comprendre que, actuellement, au niveau du ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, vous n'avez pas une Direction Nationale en charge des examens et Concours comme dans les autres ministères en charge de l'éducation ; c'est l'ONECS qui joue ce rôle avec cette vision des autorités de la transition qui se retrouve un peu partout dans la sous-région.
En ce qui concerne l'organisation des examens, est-ce que l'ONECS a eu à gérer des cas de fraude ou de tricherie au cours des examens. Si oui, comment l'ONECS gère ces cas et comment vous les prévenez ?
Tous les examens et concours sont régis par des textes réglementaires relatifs à leur organisation et à leur déroulement. Quant aux cas de fraude et de tricherie, ils sont gérés par les jurys dans lesquels ils pourraient, éventuellement, survenir et conformément aux textes en vigueur. Depuis trois (3) ans que nous sommes à la tête de cette institution, nous n'avons pas connu de cas de fraude ou de tricherie qui aurait pu nécessiter l'intervention de l'ONECS, tant à l'examen du BTS d'Etat qu'aux concours que nous organisons, et nous nous en réjouissons. C'est le lieu ici de féliciter tous les acteurs (Présidents, Superviseurs et Secrétaires des différents jurys, Surveillants de salles, Correcteurs, les Forces de Défense et de Sécurité et les candidats) qui ont permis le bon déroulement de ces sessions.DG-ONECS-avec-son-trophe
Quant à la prévention de ces forfaits, tous les canaux de communication qu'utilise l'ONECS sont mis en contribution, en amont, pour porter à la connaissance des candidats les textes réglementaires qui régissent l'examen du BTS d'Etat et les concours auxquels ils postulent.
Monsieur le DG, quel appel lancez-vous aux autorités en ce qui concerne la bonne marche de votre Office ?
Il serait souhaitable que l'ONECS soit mis dans la plénitude de ses attributions conformément aux dispositions de l'article 2 de la Loi N° 2011-02 du 19 Mai 2011. En outre, que la subvention destinée à son fonctionnement soit dissociée des dépenses à l'organisation de l'examen du BTS d'Etat et des cinq (5) concours dont il a la charge ; ce qui nous éviterait les problèmes financiers que nous connaissons actuellement.

Réalisée par Wata Nana Fassouma(onep)
13/1017

L'invité de Sahel Dimanche

Le président de la HALCIA : «Pour l'année 2018, nous allons beaucoup plus mener nos actions sur la prévention. Et face à…

Le président de la HALCIA : «Pour l'année 2018, nous allons beaucoup plus mener nos actions sur la prévention. Et face à ceux qui continueront à faire la sourde oreille, nous serons implacables», déclare M. Gousmane Abdourahamane

Monsieur le président, un certain nombre de dossiers initiés par la Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA), défrayent actuellement la chronique. Il s'agit précisément du dossier sur les reversements de la douane et celui relatif à un marché attribué par la CAIMA. Pouvez-vous nous éclairer sur le contenu de ces dossiers ?Je voudrai de prime à bords saluer votre initiative, que je recommande d'...

Dr. Aoula Yahaya, Coordonnateur du Projet de Développement des Compétences pour la Croissance (PRODEC) : «Avec le financ…

Dr. Aoula Yahaya, Coordonnateur du Projet de Développement des Compétences pour la Croissance (PRODEC) : «Avec le financement additionnel, le PRODEC s'ouvrira à sept nouveaux établissements essentiellement portés vers le secteur agro-sylvo- pastoral

Pour soustraire les jeunes aux aléas du chômage et de la précarité de l'emploi, les Autorités de la 7ème République ont décidé de marquer, dans leur programme de gouvernance politique, leur engagement à mettre en cohérence les différents segments du système éducatif nigérien et le cadrage macro-économique du Plan de Développement Economique et Social (PDES, 2017-2021), pour faire de l'éducation et de la formation, la priorité du gouvern...

Le Secrétaire permanent du Comité d'organisation de Tahoua Sakola : «On a réussi, non pas parce qu'on nous a inscrit un …

Le Secrétaire permanent du Comité d'organisation de Tahoua Sakola : «On a réussi, non pas parce qu'on nous a inscrit un montant important, mais parce que nous sommes restés dans les prévisions budgétaires qui nous ont été faites», déclare Yahaya Maha

Monsieur le Secrétaire permanent, quels sentiments vous animent après la célébration du 59ème anniversaire de la proclamation de la République à Tahoua dénommé Programme ''Tahoua Sakola'' ?Merci de cette opportunité que vous nous offrez de parler des activités de l'anniversaire de la proclamation de la République qui se sont déroulées à Tahoua sous le nom de Tahoua Sakola. Pour répondre à votre question, je dirai sans hésitation que c'e...

Interview du Directeur Général du CIPMEN, M. Almoktar Allahoury : Le Centre Incubateur des Petites et Moyennes Entrepris…

Interview du Directeur Général du CIPMEN, M. Almoktar Allahoury : Le Centre Incubateur des Petites et Moyennes Entreprises, un catalyseur de l'écosystème entrepreneurial au Niger

Monsieur le Directeur Général, pouvez-vous nous parler du Centre Incubateur des Petites et Moyennes Entreprises dont vous avez la charge ?Le Centre Incubateur des PME au Niger (CIPMEN) est une association à but non lucratif né d'un partenariat public –privé dont l'ambition est de contribuer au lancement de start-ups championnes dans des secteurs d'activités comme le numérique, les énergies renouvelables ou l'agrobusiness. En moins de qu...

M. Abdou Bako, coordonnateur Education en Situation d'Urgence Save the Children : «Pour assurer un environnement d'appre…

M. Abdou Bako, coordonnateur Education en Situation d'Urgence Save the Children : «Pour assurer un environnement d'apprentissage protecteur pour tous les enfants, les écoles à risques font l'objet d'un suivi particulier»

Monsieur le coordonnateur, quatre (4) Organisations Internationales à savoir : Plan International, Save the Children, CONCERN et COOPI ont mis en place un groupe de travail « écoles sûres » dans le cadre de leurs interventions. Pouvez-vous nous donner les raisons de la mise en place de ce groupe de travail ?Merci de l'opportunité que vous nous offrez de parler du groupe de travail « écoles sûres ». Avant d'évoquer les raisons qui ont co...

M. Issoufou Katambé, président du Comité Tahoua Sakola : « Nous abordons le dernier tournant avec beaucoup d'optimisme »

M. Issoufou Katambé, président du Comité Tahoua Sakola : « Nous abordons le dernier tournant avec beaucoup d'optimisme »

Dans quel état d'esprit vous abordez le dernier tournant à quelques jours de l'événement ?Merci de cette opportunité que vous m'offrez pour parler de l'organisation. Je dois tout de suite rappeler que nous avons placé le programme Tahoua Sakola sous le triptyque ''Innovation, Dynamisme culturel et Coexistence pacifique''. L'innovation, c'est d'abord par rapport aux infrastructures. Nous avons dit que nous allons réaliser des infrastruct...

M. Moussa Issaka Arzika, Secrétaire Permanent du Comité Arbitral des Recours Fiscaux (CARFI) : «Le CARFI est une instanc…

M. Moussa Issaka Arzika, Secrétaire Permanent du Comité Arbitral des Recours Fiscaux (CARFI) : «Le CARFI est une instance arbitrale nationale compétente en matière de contentieux d'impôts»

Monsieur le Secrétaire Permanent, au nombre des réformes entreprises par le gouvernement dans le secteur des finances, figure la création du CARFI. Qu'est ce que le CARFI ?Le CARFI, c'est le Comité Arbitral des Recours Fiscaux. Le Gouvernement du Niger, soucieux d'améliorer le climat des affaires dans notre pays, s'est résolument engagé dans des reformes visant à améliorer durablement les rapports entre l'Administration fiscale et les c...

M. Barkaï Issouf, ministre chargé des Relations avec les Institutions : «Le ministère s'attèle quotidiennement à assurer…

Pourquoi la création d'un ministère spécialement dédié aux institutions ?Avant de répondre à vos questions, permettez-moi de vous remercier et de remercier l'ONEP pour cette occasion fort salutaire que vous m'offrez pour m'adresser à vos lecteurs. Vous contribuez ainsi à faire mieux connaitre mon département ministériel, ses attributions et son rôle dans l'architecture institutionnelle et administrative de notre pays. J'en suis très rec...

Le Ministre Conseiller Spécial du Président de la République et Directeur Général de l'Agence Nationale pour l'Organisat…

Monsieur le Directeur Général, en créant l'Agence que vous dirigez, quelles sont les missions que le gouvernement du Niger lui a assignées?Il faut tout d'abord rappeller que les Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine ont choisi le Niger pour abriter en 2019, la 33eSession de la Conférence des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine à Niamey.C'est non seulement un signe fort de la vitalité de notre diplomatie m...

Interview du président de la Commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, l'Honorable Hamma Assah : « La hau…

Honorable, vous êtes président de la commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, pouvez-vous brièvement dire à nos lecteurs quel est le rôle de cette Commission ?Merci au journal Sahel Dimanche pour cette opportunité qu'il nous offre pour parler de la Commission de la Défense et de la Sécurité. Disons d'entrée de jeu que, selon le règlement intérieur de l'Assemblée nationale en son article 30, la Commission de la Défense et...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Réseaux sociaux : le cocktail imbuvable du mensonge et de l'intox

Réseaux sociaux : le cocktail imbuvable du mensonge et de l'intox

Avec l'avènement de l'internet, et les innombrables plateformes d'informations plus rapide...

vendredi 19 janvier 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.