Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Le Ministre Conseiller Spécial du Président de la République et Directeur Général de l'Agence Nationale pour l'Organisation de la Conférence de l'Union Africaine, Niger 2019 : « Toutes les exigences pour le bon déroulement de la conférence sont ident


inviteMonsieur le Directeur Général, en créant l'Agence que vous dirigez, quelles sont les missions que le gouvernement du Niger lui a assignées?
Il faut tout d'abord rappeller que les Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine ont choisi le Niger pour abriter en 2019, la 33eSession de la Conférence des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine à Niamey.
C'est non seulement un signe fort de la vitalité de notre diplomatie mais aussi et surtout une grande opportunité pour notre pays de se hisser au rang des pays en mesure d'organiser de grands évènements.
Donc, pour une meilleure préparation et organisation de cette conférence, il a été jugé opportun, par les plus hautes autorités du pays, de créer une structure dédiée exclusivement à la préparation et à l'organisation de l'événement, avec une autonomie administrative et financière, rattachée à la Présidence de la République. C'est ainsi qu'a vu le jour, par décret présidentiel, le 26 janvier 2016, l'Agence Nationale pour l'Organisation de la Conférence de l'Union Africaine, Niger 2019, en abrégé « Agence UA Niger 2019 » dont la mission est d'assurer la préparation, l'organisation et la coordination des activités liées à la tenue de la Conférence de l'Union Africaine, Niger 2019. Plus spécifiquement, il s'agit pour nous d'assurer, pour le compte de l'Etat, les fonctions de maître d'ouvrage délégué et d'agence d'exécution pour toutes les infrastructures entrant dans le cadre de l'organisation de la Conférence de l'Union Africaine, Niger 2019. Nous avons aussi pour mission de suivre la réalisation et la mise à niveau des infrastructures nécessaires à la tenue de la Conférence dans les délais requis.
L'Agence a également comme mission de susciter, encourager et soutenir les initiatives privées pouvant contribuer à la réussite de la tenue de la Conférence.
Mais ce n'est pas tout. Nous sommes également chargés d'acquérir et gérer tous les équipements et moyens logistiques liés à la tenue de la conférence ; de mobiliser, en relation avec le Ministère chargé des Finances et le Ministère chargé de la Coopération, les financements nécessaires à la réalisation et à la réhabilitation des infrastructures requises pour la tenue de la Conférence. Enfin, il relève de notre responsabilité d'assurer, en rapport avec le Ministère chargé des Affaires Etrangères et les autres ministères et acteurs impliqués, le bon déroulement des travaux de la Conférence.
Vous le voyez, c'est une mission très lourde, en ce sens qu'elle nous met devant de grands défis. Mais en s'engageant devant ses pairs à organiser la conférence, le Président de la République, conscient de tous ces défis, s'est fixé trois objectifs. Premièrement, renforcer notre action diplomatique et accroître la visibilité du Niger sur la scène africaine et internationale; deuxièmement, permettre aux opérateurs économiques nigériens de tirer profit des retombées de cet évènement et, troisièmement, renforcer les capacités du Niger en termes d'infrastructures et de savoir-faire et donner ainsi la possibilité à notre pays d'accueillir d'autres évènements d'envergure Internationale.
Enfin, il faut noter que l'Agence a un Conseil d'Orientation et de Contrôle, composé de 13 Ministres principalement concernés par les activités de la conférence, du Directeur de cabinet du Premier Ministre, du Gouverneur de la région de Niamey et du Président de la délégation spéciale de Niamey. Cet organe est chargé de définir les orientations stratégiques de l'Agence, d'approuver son programme d'activités, son budget et s'assurer de la bonne exécution de ses missions.
Donc tous les principaux acteurs concernés dans la préparation et l'organisation de la conférence sont pleinement et directement impliqués.

L'organisation d'une conférence de l'Union Africaine a des exigences sur tous les plans. Pour le cas du Niger, quelles sont les exigences que vous avez répertoriées ?
Pour réussir ce plus grand rendez politique africain, le Niger devra se préparer à relever d'importants défis en termes de préparation et d'organisation afin de hisser les infrastructures d'accueil, d'hébergement et de conférence aux standards internationaux et d'offrir aux 4000 participants, parmi lesquels une cinquantaine de Chefs d'État et/ou de Gouvernement, des conditions optimales de séjour et de travail, conformes aux normes de l'Union Africaine et dans la tradition d'hospitalité Nigérienne. ll y a d'abord le volet hébergement et organisation qui nous oblige d'avoir un centre de conférences international, de disposer de plusieurs hôtels de grand standing, de construire une cité de l'Union Africaine et d'avoir des restaurants et des espaces de loisirs et de spectacles conformes aux standards internationaux.
Deuxièmement, le volet transports nous commande de disposer d'un aéroport aux standards internationaux, d'avoir suffisamment de voitures présidentielles et de grand standing, de nous équiper d'engins d'escorte et de sécurité et d'avoir des bus et minibus pour le transport des délégations.
Le troisième volet, qui concerne la circulation urbaine, exige, lui, de disposer de grandes voies et rues pour un accès facile aux sites de la conférence et lieux d'hébergement et d'avoir un éclairage urbain adéquat ainsi que des feux de signalisation fonctionnels.
À côté de ces trois grands volets, nous devons également combler plusieurs besoins en équipements et accessoires. Mais une des exigences, c'est la formation et le renforcement des capacités de tous les acteurs. De ce point de vue, nous devons former et recruter du personnel des métiers de l'hôtellerie et de la restauration, des agents de protocole, des professionnels de la décoration, des chauffeurs, du personnel médical et d'assainissement, des agents des Forces de Défense et de Sécurité, etc.
Mais le défi majeur pour nous et pour tous les habitants de Niamey, c'est, incontestablement, la salubrité et l'assainissement de notre capitale. Je salue les nouvelles initiatives entreprises par le Président de la délégation spéciale et le Gouverneur de Niamey pour améliorer le visage de notre capitale.
Comme vous le constatez, nous sommes confrontés à des défis énormes mais pas insurmontables. C'est ainsi que nous nous sommes retroussé les manches pour faire face à ces exigences, en commençant par la mise en place de treize comités sectoriels que nous avons chargés, dans autant de domaines, de faire l'état des lieux des besoins. Ce travail colossal, abattu en seulement deux mois par plus d'une centaine de professionnels nigériens de tous les ministères et autres structures publiques et privées concernées par l'organisation, nous a permis d'identifier tous les besoins dans les domaines des infrastructures ; de l'aménagement des voiries et pavoisement ; de la salubrité et assainissement ; de l'hébergement ; de la restauration ; du transport ; de la santé ; des systèmes informatiques, Télécommunications/ Conférence et Documentation ; de la culture, de l'animation et des loisirs ; de la sécurité ; du protocole et autres aspects diplomatiques ; de la communication et médias ; de la formation et du renforcement des capacités.
Nous avons entrepris des rencontres avec les Ministres et responsables des structures concernées pour valider les différents besoins. Le cahier des charges global de la conférence sera consolidé avant la fin de l'année 2017.
En résumé, nous pouvons affirmer aujourd'hui que toutes les exigences pour le bon déroulement de la conférence sont identifiées et les mesures à prendre pour les satisfaire sont engagées.

L'organisation de cette conférence intervient dans un contexte où les caisses de l'État ne se portent pas bien. Comment comptez-vous procéder pour réaliser de si grandes œuvres en si peu de temps et dans un contexte de précarité financière ?
Vous décrivez très bien le contexte de la préparation de la conférence et c'est cela le principal défi que nous avons à relever. Le Gouvernement du Niger est conscient du défi que constitue l'organisation d'un tel évènement dans un contexte de difficultés financières et économiques aussi bien au plan national qu'au plan international. Il est aussi convaincu de la nécessité pour le pays de se doter des infrastructures aux standards internationaux et d'un savoir-faire pouvant lui permettre d'être capable d'organiser des rencontres de haut niveau et de tirer profit de son positionnement géographique.
Si nous devions nous contenter de constater la difficulté du contexte financier et nous apitoyer sur notre sort, nous n'aurions rien fait et aurions déclaré forfait. Au contraire, nous avons réfléchi à toutes les contraintes financières puis nous avons opté pour différentes approches innovantes qui nous permettent d'éviter d'accroitre le ratio d'endettement de l'État, et de recourir très peu aux caisses de l'État, c'est ce qui explique le fait que certains chantiers n'ont pas encore démarré.
Pour la réalisation des projets d'infrastructures, qui constitue le volet le plus coûteux, nous avons essentiellement fait appel à des investisseurs privés nationaux et internationaux, soit sous forme d'investissements directs, soit sous forme de BOT(Built Operate and Transfer). Pour le financement du fonctionnement de l'Agence, nous avons mis en place une stratégie d'autofinancement qui nous permet aujourd'hui de mobiliser des ressources additionnelles à la dotation annuelle de l'État. En ce qui concerne le financement du déroulement de la conférence de l'Union Africaine, l'État s'est engagé à assurer des dépenses telles que l'hébergement des hôtes de marque ainsi que le transport des délégations. Enfin, au chapitre du financement des besoins en équipements et en formation, nous allons faire appel à l'appui des partenaires techniques et financiers de notre pays qui sont prêts à nous accompagner.

Monsieur le Directeur Général, pensez-vous que le Niger pourrait être prêt pour le rendez-vous de 2019 qui pointe déjà à l'horizon?
Je répondrai simplement à votre question en disant que nous avons la maîtrise totale de notre tableau de bord. Nous savons parfaitement ce que nous allons faire, nous connaissons les sources de financements de ce que nous allons réaliser, nous avons notre planning et notre cahier des charges. Par-dessus tout cela, nous sommes rassurés par la volonté politique des plus hautes autorités du pays, ce qui nous fait dire que rien n'est impossible. En effet, à partir du moment où le Président de la République s'est engagé, avec le Premier Ministre et l'ensemble des membres du Gouvernement, à réaliser le projet de la tenue de la Conférence de l'Union Africaine au Niger, aucun doute ne plane sur son bon déroulement. Nous avons élaboré une stratégie de communication qui nous permet de tenir l'ensemble des Nigériens régulièrement informés de l'état de la préparation de cette conférence et d'être mobilisés autour de ce projet national.

Est-ce qu'une mobilisation des Nigériens autour de ce projet pourrait vous faciliter la tâche?
Certainement! Et c'est tout le mal que nous nous souhaitons. Je sens, au fil du temps, que les Nigériens sont mobilisés autour de ce projet. Il y a des baromètres qui nous permettent de croire cela. C'est l'engagement du gouvernement, c'est aussi l'engouement des Représentants du peuple lorsque nous leur avons présenté le projet, ses retombées et sa portée pour l'ensemble des Nigériens.
Nous avons également senti cette adhésion lors de la cérémonie de lancement de notre campagne de communication le 21 octobre 2017 à laquelle ont pris part plusieurs couches sociales de notre pays. Enfin, les encouragements, les manifestations de disponibilité de Nigériens à nous accompagner de manière bénévole et désintéressée constituent pour moi et toute mon équipe une source de motivation supplémentaire. C'est un projet de l'ensemble des Nigériens pour les Nigériens.

ET TOUS ENSEMBLE, NOUS RÉUSSIRONS.

Réalisée par Oumarou Moussa(onep)

10/11/17

L'invité de Sahel Dimanche

M. Ahmet Botto, ministre du Tourisme et de l'Artisanat : «Le Festival de l'Aïr est un grand rendez-vous touristique et c…

M. Ahmet Botto, ministre du Tourisme et de l'Artisanat : «Le Festival de l'Aïr est un grand rendez-vous touristique et culturel de portée nationale, sous-régionale, régionale et internationale»

Monsieur le ministre, le festival de l'Aïr est un événement de plus en plus célèbre ; pouvez-vous nous faire la genèse de ce grand rendez-vous touristique et culturel ?Je vous remercie beaucoup de me donner l'occasion de parler du Festival de l'Aïr. Effectivement, comme vous l'avez dit, le Festival de l'Aïr est un grand rendez-vous touristique et culturel de portée nationale, sous-régionale, régionale et internationale. L'historique du ...

M. Jérôme Trapsida Oumarou, Directeur Général de l'Agence Nationale de Propriété Intellectuelle (AN2PI) : « Ceux qui fon…

M. Jérôme Trapsida Oumarou, Directeur Général de l'Agence Nationale de Propriété Intellectuelle (AN2PI) : « Ceux qui font de la recherche pourront trouver au centre de documentation de I'AN2PI des informations techniques »

Monsieur le Directeur Général, notre pays s'est doté d'un instrument très important, l'Agence Nationale de la Propriété Industrielle et de la Promotion de l'Innovation (AN2PI) que vous dirigez, pouvez-vous présenter brièvement à nos lecteurs cette Agence ?L'Agence Nationale de la Propriété Industrielle et de la Promotion de l'Innovation (AN2PI) est un Etablissement Public à caractère Professionnel, créé par la loi N° 2012-25 du 02 mai 2...

Entretien avec Pr Antoinette Tidjani Alou, coordinatrice de la Filière "Arts et Culture", Département des Lett…

Entretien avec Pr Antoinette Tidjani Alou, coordinatrice de la Filière "Arts et Culture", Département des Lettres, Arts et Communication (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni : « Par ce 3e colloque international, l'Université Abdou Moumouni réitère s

L'Université Abdou Moumouni organise au nouvel espace « Arts et Culture » des ateliers pré colloque du 3 au 6 février 2018, une « Journée Labo » le 6 février 2018 et, du 7 au 8 février 2018, un colloque international sur le thème : « Les Arts et la Culture : quels impacts politiques, économiques et sociaux ? » et des soirées spectacle et scène ouverte et des projections de films des étudiants le 7 et 8 février respectivement, à partir d...

M. Abouzeidi Almou, Maire de la commune urbaine d'Illéla : « La première richesse des populations, c'est l'agriculture p…

M. Abouzeidi Almou, Maire de la commune urbaine d'Illéla : « La première richesse des populations, c'est l'agriculture pluviale et les cultures de contre saison »

Monsieur le maire, pouvez-vous nous présenter l'entité administrative dont vous avez la charge pendant cette mandature ?Merci à l'équipe de l'Office National d'Edition et de Presse (ONEP) pour nous avoir donné l'opportunité d'échanger par rapport à la commune urbaine d'Illéla. Cette commune couvre une superficie de 2.700 Km2. Elle est limitée à l'Est par la commune rurale de Badaguichiri, à l'Ouest par la commune de Bagaroua, au Sud par...

Le président de la HALCIA : «Pour l'année 2018, nous allons beaucoup plus mener nos actions sur la prévention. Et face à…

Le président de la HALCIA : «Pour l'année 2018, nous allons beaucoup plus mener nos actions sur la prévention. Et face à ceux qui continueront à faire la sourde oreille, nous serons implacables», déclare M. Gousmane Abdourahamane

Monsieur le président, un certain nombre de dossiers initiés par la Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA), défrayent actuellement la chronique. Il s'agit précisément du dossier sur les reversements de la douane et celui relatif à un marché attribué par la CAIMA. Pouvez-vous nous éclairer sur le contenu de ces dossiers ?Je voudrai de prime à bords saluer votre initiative, que je recommande d'...

Dr. Aoula Yahaya, Coordonnateur du Projet de Développement des Compétences pour la Croissance (PRODEC) : «Avec le financ…

Dr. Aoula Yahaya, Coordonnateur du Projet de Développement des Compétences pour la Croissance (PRODEC) : «Avec le financement additionnel, le PRODEC s'ouvrira à sept nouveaux établissements essentiellement portés vers le secteur agro-sylvo- pastoral

Pour soustraire les jeunes aux aléas du chômage et de la précarité de l'emploi, les Autorités de la 7ème République ont décidé de marquer, dans leur programme de gouvernance politique, leur engagement à mettre en cohérence les différents segments du système éducatif nigérien et le cadrage macro-économique du Plan de Développement Economique et Social (PDES, 2017-2021), pour faire de l'éducation et de la formation, la priorité du gouvern...

Le Secrétaire permanent du Comité d'organisation de Tahoua Sakola : «On a réussi, non pas parce qu'on nous a inscrit un …

Le Secrétaire permanent du Comité d'organisation de Tahoua Sakola : «On a réussi, non pas parce qu'on nous a inscrit un montant important, mais parce que nous sommes restés dans les prévisions budgétaires qui nous ont été faites», déclare Yahaya Maha

Monsieur le Secrétaire permanent, quels sentiments vous animent après la célébration du 59ème anniversaire de la proclamation de la République à Tahoua dénommé Programme ''Tahoua Sakola'' ?Merci de cette opportunité que vous nous offrez de parler des activités de l'anniversaire de la proclamation de la République qui se sont déroulées à Tahoua sous le nom de Tahoua Sakola. Pour répondre à votre question, je dirai sans hésitation que c'e...

Interview du Directeur Général du CIPMEN, M. Almoktar Allahoury : Le Centre Incubateur des Petites et Moyennes Entrepris…

Interview du Directeur Général du CIPMEN, M. Almoktar Allahoury : Le Centre Incubateur des Petites et Moyennes Entreprises, un catalyseur de l'écosystème entrepreneurial au Niger

Monsieur le Directeur Général, pouvez-vous nous parler du Centre Incubateur des Petites et Moyennes Entreprises dont vous avez la charge ?Le Centre Incubateur des PME au Niger (CIPMEN) est une association à but non lucratif né d'un partenariat public –privé dont l'ambition est de contribuer au lancement de start-ups championnes dans des secteurs d'activités comme le numérique, les énergies renouvelables ou l'agrobusiness. En moins de qu...

M. Abdou Bako, coordonnateur Education en Situation d'Urgence Save the Children : «Pour assurer un environnement d'appre…

M. Abdou Bako, coordonnateur Education en Situation d'Urgence Save the Children : «Pour assurer un environnement d'apprentissage protecteur pour tous les enfants, les écoles à risques font l'objet d'un suivi particulier»

Monsieur le coordonnateur, quatre (4) Organisations Internationales à savoir : Plan International, Save the Children, CONCERN et COOPI ont mis en place un groupe de travail « écoles sûres » dans le cadre de leurs interventions. Pouvez-vous nous donner les raisons de la mise en place de ce groupe de travail ?Merci de l'opportunité que vous nous offrez de parler du groupe de travail « écoles sûres ». Avant d'évoquer les raisons qui ont co...

M. Issoufou Katambé, président du Comité Tahoua Sakola : « Nous abordons le dernier tournant avec beaucoup d'optimisme »

M. Issoufou Katambé, président du Comité Tahoua Sakola : « Nous abordons le dernier tournant avec beaucoup d'optimisme »

Dans quel état d'esprit vous abordez le dernier tournant à quelques jours de l'événement ?Merci de cette opportunité que vous m'offrez pour parler de l'organisation. Je dois tout de suite rappeler que nous avons placé le programme Tahoua Sakola sous le triptyque ''Innovation, Dynamisme culturel et Coexistence pacifique''. L'innovation, c'est d'abord par rapport aux infrastructures. Nous avons dit que nous allons réaliser des infrastruct...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Fruits et légumes sur les marchés de Niamey : Abon…

Fruits et légumes sur les marchés de Niamey : Abondance des produits à des prix abordables

Lancée il y a seulement quelques mois, la campagne des cultures de contre saison a commenc...

vendredi 26 janvier 2018

Le maraîchage, une activité florissante dans le vi…

Le maraîchage, une activité florissante dans le village de Karey Gorou

Ces derniers temps, on constate une forte présence des légumes saisonniers dans la capital...

vendredi 26 janvier 2018

La Fédération des Coopératives Maraîchères du Nige…

La Fédération des Coopératives Maraîchères du Niger s'engage à contourner le problème d'écoulement des produits

La Fédération des Coopératives Maraîchères (FCMN-Niya) est une organisation paysanne faîti...

vendredi 26 janvier 2018

L'air du temps

La Saint Valentin ou l'heure de vérité

La Saint Valentin ou l'heure de vérité

Mercredi dernier, les jeunes ont fêté la Saint-Valentin dédiée aux amoureux. L'occasion ét...

vendredi 16 février 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.