Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Le Ministre Conseiller Spécial du Président de la République et Directeur Général de l'Agence Nationale pour l'Organisation de la Conférence de l'Union Africaine, Niger 2019 : « Toutes les exigences pour le bon déroulement de la conférence sont ident


inviteMonsieur le Directeur Général, en créant l'Agence que vous dirigez, quelles sont les missions que le gouvernement du Niger lui a assignées?
Il faut tout d'abord rappeller que les Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine ont choisi le Niger pour abriter en 2019, la 33eSession de la Conférence des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine à Niamey.
C'est non seulement un signe fort de la vitalité de notre diplomatie mais aussi et surtout une grande opportunité pour notre pays de se hisser au rang des pays en mesure d'organiser de grands évènements.
Donc, pour une meilleure préparation et organisation de cette conférence, il a été jugé opportun, par les plus hautes autorités du pays, de créer une structure dédiée exclusivement à la préparation et à l'organisation de l'événement, avec une autonomie administrative et financière, rattachée à la Présidence de la République. C'est ainsi qu'a vu le jour, par décret présidentiel, le 26 janvier 2016, l'Agence Nationale pour l'Organisation de la Conférence de l'Union Africaine, Niger 2019, en abrégé « Agence UA Niger 2019 » dont la mission est d'assurer la préparation, l'organisation et la coordination des activités liées à la tenue de la Conférence de l'Union Africaine, Niger 2019. Plus spécifiquement, il s'agit pour nous d'assurer, pour le compte de l'Etat, les fonctions de maître d'ouvrage délégué et d'agence d'exécution pour toutes les infrastructures entrant dans le cadre de l'organisation de la Conférence de l'Union Africaine, Niger 2019. Nous avons aussi pour mission de suivre la réalisation et la mise à niveau des infrastructures nécessaires à la tenue de la Conférence dans les délais requis.
L'Agence a également comme mission de susciter, encourager et soutenir les initiatives privées pouvant contribuer à la réussite de la tenue de la Conférence.
Mais ce n'est pas tout. Nous sommes également chargés d'acquérir et gérer tous les équipements et moyens logistiques liés à la tenue de la conférence ; de mobiliser, en relation avec le Ministère chargé des Finances et le Ministère chargé de la Coopération, les financements nécessaires à la réalisation et à la réhabilitation des infrastructures requises pour la tenue de la Conférence. Enfin, il relève de notre responsabilité d'assurer, en rapport avec le Ministère chargé des Affaires Etrangères et les autres ministères et acteurs impliqués, le bon déroulement des travaux de la Conférence.
Vous le voyez, c'est une mission très lourde, en ce sens qu'elle nous met devant de grands défis. Mais en s'engageant devant ses pairs à organiser la conférence, le Président de la République, conscient de tous ces défis, s'est fixé trois objectifs. Premièrement, renforcer notre action diplomatique et accroître la visibilité du Niger sur la scène africaine et internationale; deuxièmement, permettre aux opérateurs économiques nigériens de tirer profit des retombées de cet évènement et, troisièmement, renforcer les capacités du Niger en termes d'infrastructures et de savoir-faire et donner ainsi la possibilité à notre pays d'accueillir d'autres évènements d'envergure Internationale.
Enfin, il faut noter que l'Agence a un Conseil d'Orientation et de Contrôle, composé de 13 Ministres principalement concernés par les activités de la conférence, du Directeur de cabinet du Premier Ministre, du Gouverneur de la région de Niamey et du Président de la délégation spéciale de Niamey. Cet organe est chargé de définir les orientations stratégiques de l'Agence, d'approuver son programme d'activités, son budget et s'assurer de la bonne exécution de ses missions.
Donc tous les principaux acteurs concernés dans la préparation et l'organisation de la conférence sont pleinement et directement impliqués.

L'organisation d'une conférence de l'Union Africaine a des exigences sur tous les plans. Pour le cas du Niger, quelles sont les exigences que vous avez répertoriées ?
Pour réussir ce plus grand rendez politique africain, le Niger devra se préparer à relever d'importants défis en termes de préparation et d'organisation afin de hisser les infrastructures d'accueil, d'hébergement et de conférence aux standards internationaux et d'offrir aux 4000 participants, parmi lesquels une cinquantaine de Chefs d'État et/ou de Gouvernement, des conditions optimales de séjour et de travail, conformes aux normes de l'Union Africaine et dans la tradition d'hospitalité Nigérienne. ll y a d'abord le volet hébergement et organisation qui nous oblige d'avoir un centre de conférences international, de disposer de plusieurs hôtels de grand standing, de construire une cité de l'Union Africaine et d'avoir des restaurants et des espaces de loisirs et de spectacles conformes aux standards internationaux.
Deuxièmement, le volet transports nous commande de disposer d'un aéroport aux standards internationaux, d'avoir suffisamment de voitures présidentielles et de grand standing, de nous équiper d'engins d'escorte et de sécurité et d'avoir des bus et minibus pour le transport des délégations.
Le troisième volet, qui concerne la circulation urbaine, exige, lui, de disposer de grandes voies et rues pour un accès facile aux sites de la conférence et lieux d'hébergement et d'avoir un éclairage urbain adéquat ainsi que des feux de signalisation fonctionnels.
À côté de ces trois grands volets, nous devons également combler plusieurs besoins en équipements et accessoires. Mais une des exigences, c'est la formation et le renforcement des capacités de tous les acteurs. De ce point de vue, nous devons former et recruter du personnel des métiers de l'hôtellerie et de la restauration, des agents de protocole, des professionnels de la décoration, des chauffeurs, du personnel médical et d'assainissement, des agents des Forces de Défense et de Sécurité, etc.
Mais le défi majeur pour nous et pour tous les habitants de Niamey, c'est, incontestablement, la salubrité et l'assainissement de notre capitale. Je salue les nouvelles initiatives entreprises par le Président de la délégation spéciale et le Gouverneur de Niamey pour améliorer le visage de notre capitale.
Comme vous le constatez, nous sommes confrontés à des défis énormes mais pas insurmontables. C'est ainsi que nous nous sommes retroussé les manches pour faire face à ces exigences, en commençant par la mise en place de treize comités sectoriels que nous avons chargés, dans autant de domaines, de faire l'état des lieux des besoins. Ce travail colossal, abattu en seulement deux mois par plus d'une centaine de professionnels nigériens de tous les ministères et autres structures publiques et privées concernées par l'organisation, nous a permis d'identifier tous les besoins dans les domaines des infrastructures ; de l'aménagement des voiries et pavoisement ; de la salubrité et assainissement ; de l'hébergement ; de la restauration ; du transport ; de la santé ; des systèmes informatiques, Télécommunications/ Conférence et Documentation ; de la culture, de l'animation et des loisirs ; de la sécurité ; du protocole et autres aspects diplomatiques ; de la communication et médias ; de la formation et du renforcement des capacités.
Nous avons entrepris des rencontres avec les Ministres et responsables des structures concernées pour valider les différents besoins. Le cahier des charges global de la conférence sera consolidé avant la fin de l'année 2017.
En résumé, nous pouvons affirmer aujourd'hui que toutes les exigences pour le bon déroulement de la conférence sont identifiées et les mesures à prendre pour les satisfaire sont engagées.

L'organisation de cette conférence intervient dans un contexte où les caisses de l'État ne se portent pas bien. Comment comptez-vous procéder pour réaliser de si grandes œuvres en si peu de temps et dans un contexte de précarité financière ?
Vous décrivez très bien le contexte de la préparation de la conférence et c'est cela le principal défi que nous avons à relever. Le Gouvernement du Niger est conscient du défi que constitue l'organisation d'un tel évènement dans un contexte de difficultés financières et économiques aussi bien au plan national qu'au plan international. Il est aussi convaincu de la nécessité pour le pays de se doter des infrastructures aux standards internationaux et d'un savoir-faire pouvant lui permettre d'être capable d'organiser des rencontres de haut niveau et de tirer profit de son positionnement géographique.
Si nous devions nous contenter de constater la difficulté du contexte financier et nous apitoyer sur notre sort, nous n'aurions rien fait et aurions déclaré forfait. Au contraire, nous avons réfléchi à toutes les contraintes financières puis nous avons opté pour différentes approches innovantes qui nous permettent d'éviter d'accroitre le ratio d'endettement de l'État, et de recourir très peu aux caisses de l'État, c'est ce qui explique le fait que certains chantiers n'ont pas encore démarré.
Pour la réalisation des projets d'infrastructures, qui constitue le volet le plus coûteux, nous avons essentiellement fait appel à des investisseurs privés nationaux et internationaux, soit sous forme d'investissements directs, soit sous forme de BOT(Built Operate and Transfer). Pour le financement du fonctionnement de l'Agence, nous avons mis en place une stratégie d'autofinancement qui nous permet aujourd'hui de mobiliser des ressources additionnelles à la dotation annuelle de l'État. En ce qui concerne le financement du déroulement de la conférence de l'Union Africaine, l'État s'est engagé à assurer des dépenses telles que l'hébergement des hôtes de marque ainsi que le transport des délégations. Enfin, au chapitre du financement des besoins en équipements et en formation, nous allons faire appel à l'appui des partenaires techniques et financiers de notre pays qui sont prêts à nous accompagner.

Monsieur le Directeur Général, pensez-vous que le Niger pourrait être prêt pour le rendez-vous de 2019 qui pointe déjà à l'horizon?
Je répondrai simplement à votre question en disant que nous avons la maîtrise totale de notre tableau de bord. Nous savons parfaitement ce que nous allons faire, nous connaissons les sources de financements de ce que nous allons réaliser, nous avons notre planning et notre cahier des charges. Par-dessus tout cela, nous sommes rassurés par la volonté politique des plus hautes autorités du pays, ce qui nous fait dire que rien n'est impossible. En effet, à partir du moment où le Président de la République s'est engagé, avec le Premier Ministre et l'ensemble des membres du Gouvernement, à réaliser le projet de la tenue de la Conférence de l'Union Africaine au Niger, aucun doute ne plane sur son bon déroulement. Nous avons élaboré une stratégie de communication qui nous permet de tenir l'ensemble des Nigériens régulièrement informés de l'état de la préparation de cette conférence et d'être mobilisés autour de ce projet national.

Est-ce qu'une mobilisation des Nigériens autour de ce projet pourrait vous faciliter la tâche?
Certainement! Et c'est tout le mal que nous nous souhaitons. Je sens, au fil du temps, que les Nigériens sont mobilisés autour de ce projet. Il y a des baromètres qui nous permettent de croire cela. C'est l'engagement du gouvernement, c'est aussi l'engouement des Représentants du peuple lorsque nous leur avons présenté le projet, ses retombées et sa portée pour l'ensemble des Nigériens.
Nous avons également senti cette adhésion lors de la cérémonie de lancement de notre campagne de communication le 21 octobre 2017 à laquelle ont pris part plusieurs couches sociales de notre pays. Enfin, les encouragements, les manifestations de disponibilité de Nigériens à nous accompagner de manière bénévole et désintéressée constituent pour moi et toute mon équipe une source de motivation supplémentaire. C'est un projet de l'ensemble des Nigériens pour les Nigériens.

ET TOUS ENSEMBLE, NOUS RÉUSSIRONS.

Réalisée par Oumarou Moussa(onep)

10/11/17

L'invité de Sahel Dimanche

M. Saley Saidou, Président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : «Mon ambition pour le CESOC, c'est de ren…

M. Saley Saidou, Président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : «Mon ambition pour le CESOC, c'est de rendre cette institution encore plus active et productive»

Monsieur le Président, la première session ordinaire du CESOC au titre de l'année 2019 a pris fin récemment à Niamey. Quelle sont les recommandations issues de cette session ?Tout d'abord je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler de notre institution le CESOC et de ses missions.Cela dit, pour revenir à votre question, le Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) a effectivement tenu sa première session ord...

Mme Elback Zeinabou Tari Bako, ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant : «Dans le souci de …

Mme Elback Zeinabou Tari Bako, ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant : «Dans le souci de promouvoir les droits des femmes, nous envisageons d'élaborer et de mettre en œuvre un Programme National de Promotion du leadersh

Mme la ministre, la Journée Internationale de la Femme est célébrée aujourd'hui 8 mars dans tous les pays du monde. Pouvez-vous nous faire un bref rappel historique des circonstances qui ont conduit à l'institution de cette journée ?Merci de l'opportunité que votre journal me donne pour parler de cette importante journée que le Niger, à l'instar des autres pays de la Communauté Internationale, célèbre aujourd'hui 8 mars 2019. En effet, ...

M. Youssouf Mohamed El Moctar, Secrétaire Exécutif du Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger (RECA) : «Nous…

M. Youssouf Mohamed El Moctar, Secrétaire Exécutif du Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger (RECA) : «Nous tirons un bilan positif qui a même dépassé nos attentes»

M. le Secrétaire Exécutif, la 5ème édition du Salon de l'Agriculture, de l'Hydraulique, de l'Environnement et de l'Elevage du Niger (SAHEL-Niger) a pris fin dimanche dernier à Niamey. Quel bilan pouvez-vous tirer de cette grande rencontre du monde des producteurs ?Nous tirons un bilan positif qui a même dépassé nos attentes et nos objectifs. Du 19 au 24 février 2019, le Salon sahel Niger 2019 a connu une affluence record cette année ave...

M. Sadou Seydou , Ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : "Sous la conduite de SEM. Issoufou Mah…

M. Sadou Seydou , Ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : "Sous la conduite de SEM. Issoufou Mahamadou, le dossier de la ZLECAf connait des avancées significatives"

Monsieur le Ministre, lors du 32ème Sommet des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine, le Président de la République, Chef de l'État, a présenté à ses pairs le rapport de compte rendu sur l'état d'avancement du processus de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECAf) qui constitue sans nul doute l'une des grandes réformes portées par cette Institution. Pouvez-vous nous rappeler les grandes articulations de ce ...

Pr. Khalid Ikhiri, président de la CNDH-Niger, président du Réseau des institutions nationales des droits humains des pa…

Pr. Khalid Ikhiri, président de la CNDH-Niger, président du Réseau des institutions nationales des droits humains des pays du G5 Sahel : «Il n'y a jamais eu de guerre propre, mais il est bien possible d'allier lutte contre l'insécurité et respect scr

Monsieur le président, la CNDH et les autres institutions nationales des pays du G5 Sahel ont mis en place récemment un Réseau dont vous êtes le président. Pouvez-vous nous faire la genèse de la création de ce réseau ?Quelques mois seulement après son installation effective en mai 2013, la CNDH-Niger avait entrepris sur fonds propres, des missions de sensibilisation et d'information, au niveau des Institutions Nationales des Droits de l...

M. Mamoudou Moctar, Président de la Délégation Spéciale de la ville de Niamey : ''Le Niger est dans cette dynamique de R…

M. Mamoudou Moctar, Président de la Délégation Spéciale de la ville de Niamey : ''Le Niger est dans cette dynamique de Renaissance Culturelle, inspirée par le Président de la République, dont la ville de Niamey doit être le moteur, la locomotive et l

      Monsieur le président de la Délégation Spéciale, pouvez-vous nous parler de vos réalisations depuis que vous êtes à la tête de la Délégation spéciale de la ville de Niamey et leurs impacts sur le quotidien des populations ?Je dois d'abord remercier l'Office National d'Edition et de Presse (ONEP), pour l'occasion qu'il me donne, encore, pour parler des travaux que nous faisons depuis notre arrivée à la tête de la ...

M. Salissou Abdou, directeur de l'IUT de l'Université de Tahoua : « Notre institut défend le professionnalisme centré su…

M. Salissou Abdou, directeur de l'IUT de l'Université de Tahoua : « Notre institut défend le professionnalisme centré sur la formation aux affaires»,

Monsieur le directeur, quelles sont les missions assignées à l'IUT ?L'IUT de l'Université de Tahoua a pour mission de répondre aux besoins en matière de compétences des marchés national et international du travail et aux exigences de la responsabilité sociétale de l'entreprise. Bien qu'il soit jeune, il est pourtant riche en de nombreux enseignants permanents (enseignants technologues, enseignants-chercheurs) et vacataires (des dirigean...

M. Zarami Abba Kiari, Secrétaire Permanent par intérim de la Cellule d'Appui au Partenariat Public Privé (CAPPP) : « Le …

M. Zarami Abba Kiari, Secrétaire Permanent par intérim de la Cellule d'Appui au Partenariat Public Privé (CAPPP) : « Le Partenariat Public Privé fait partie des financements innovants que les Etats mettent en place en vue de faire face à l'absence de

Le Niger vient d'opérer une réforme d'envergure du cadre juridique et institutionnel des Contrats de Partenariat Public Privé (CPPP), avec l'adoption de la loi n° 2018-40 du 05 juin 2018, portant régime des Contrats de Partenariat Public-Privé. Cette loi est motivée par la nécessité de corriger les insuffisances des textes antérieurs dont notamment la faible implication du Ministère des Finances dans le processus de la mise en œuvre des...

Mme Binta Fatouma KALME, Directrice Générale de l'Institut Africain d'Informatique : « Il faut que les Etats membres com…

Mme Binta Fatouma KALME, Directrice Générale de l'Institut Africain d'Informatique : « Il faut que les Etats membres comprennent cette nécessité de l'intégration et de l'appropriation du numérique et s'engagent résolument à nous accompagner »

L'Institut Africain d'Informatique (IAI) est un Etablissement inter-Etats d'enseignement supérieur spécialisé dans le domaine de l'informatique. Créé, à Fort-Lamy, actuel N'Djamena, au Tchad, le 29 janvier 1971, par les Chefs d'Etat et de Gouvernement des pays membres de l'Organisation Commune Africaine et Malgache (OCAM), par Résolution N°33/AEFT/ Fort-Lamy du 29 janvier 1971, l'IAI est un outil d'intégration régional et un centre d'ex...

Commandant Souleymane Eddiguini, Directeur départemental de l'Environnement Doungass : "On n'a plus la grande faune…

Commandant Souleymane Eddiguini, Directeur départemental de l'Environnement Doungass : "On n'a plus la grande faune ; on n'a que des reptiles et des oiseaux"

Monsieur le Directeur comment se présente votre mission de gestion et de sauvegarde de l'Environnement dans le jeune département de Doungass ?La mission de la Direction Départementale de l'Environnement est la protection, la restauration de l'environnement. En gros, la gestion des ressources forestières et fauniques. Dans la gestion durable des forêts nous conduisons la gestion de l'exploitation des forêts qui est la ressource la plus i...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

Audiences

Dossier

Education : Rencontre de validation des curricula …

Education : Rencontre de validation des curricula des écoles de formation artistique et culturelle

Les cadres du ministère de la renaissance culturelle, des arts et de la modernisation soci...

mardi 19 mars 2019

Rencontre cinématographique : Au cœur du cinquante…

Rencontre cinématographique : Au cœur du cinquantenaire du FESPACO

Le Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (FESPACO) est sans do...

jeudi 14 mars 2019

52ème Session de Formation des Jeunes Journalistes…

52ème Session de Formation des Jeunes Journalistes au Caire : L'Egypte entre tradition et modernité

Du 9 au 30 novembre dernier, l'Union des Journalistes Africains (UJA), en partenariat avec...

jeudi 7 mars 2019

L'air du temps

Quand la racaille excelle dans le vol à l'arraché

Quand la racaille excelle dans le vol à l'arraché

Mais enfin, quelle mouche a pu piquer tous ces jeunes gens qui écument les rues de notre c...

jeudi 14 mars 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.