Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Issoufou Katambé, président du Comité Tahoua Sakola : « Nous abordons le dernier tournant avec beaucoup d'optimisme »


invite-1Dans quel état d'esprit vous abordez le dernier tournant à quelques jours de l'événement ?
Merci de cette opportunité que vous m'offrez pour parler de l'organisation. Je dois tout de suite rappeler que nous avons placé le programme Tahoua Sakola sous le triptyque ''Innovation, Dynamisme culturel et Coexistence pacifique''. L'innovation, c'est d'abord par rapport aux infrastructures. Nous avons dit que nous allons réaliser des infrastructures modernes, durables et d'avenir. Et pour cela, nous avons fait appel à des entreprises qui ont les moyens et l'expertise nécessaires. Je pense que par rapport à cet objectif, les résultats sont là, probants. Nous nous sommes appliqués et les résultats sont très satisfaisants. Au sortir de l'événement, nous allons avoir des infrastructures durables et d'avenir.
Par rapport à l'extension de ce programme au niveau des départements, nous n'avons pas pu réaliser tout ce qu'on a programmé, mais il y a eu quelques réalisations qui sont en voie d'être exécutées. Ensuite, l'autre aspect du programme c'est la communication. Je pense que par rapport aux autres éditions, nous avons essayé de communiquer au maximum tant sur le plan national qu'international. Là aussi, nous devons être satisfaits des résultats obtenus. Par rapport aux entreprises qui nous ont accompagné dans ce programme, j'avais déjà pris l'engagement que toutes les entreprises et entrepreneurs qui vont participer à ces travaux vont être payés à la fin de ce programme et que nous ne laisserons pas des impayés. Je puis vous assurer que nous sommes sur la bonne voie. La preuve est que jusqu'à présent, vous n'avez pas entendu parler de conflits entre le Comité Tahoua Sakola et les entrepreneurs. Nous les payons au fur et à mesure. Donc, aucun problème ne se pose à ce niveau et c'est pourquoi il n'y a pas eu de retard dans l'exécution des tâches qui ont été confiées aux entreprises. Là aussi on peut être satisfait de ce qui a été fait.
Visiblement, vous êtes très optimiste monsieur le ministre ?
En effet, nous abordons le dernier tournant avec beaucoup d'optimisme parce que je l'avais dit au départ que toutes les entreprises devaient me remettre les clés des infrastructures au plus tard le 30 novembre. Et c'est ce qui est en train d'être fait aujourd'hui. Tout ce qui reste maintenant à Tahoua relève des dernières retouches, pour nettoyer ou pour installer les équipements, sinon le gros du travail est terminé. Et je pense que d'ici le 18 décembre, tout sera fin prêt pour recevoir les festivaliers.
Vous avez tantôt parlé d'infrastructures modernes et durables, pouvez-vous donner des indications sur les plus phares qui ont été réalisées à Tahoua ?
Une des infrastructures phares de la ville de Tahoua, c'est la voirie. Je vous le dit sans complexe que la voirie dont nous disposons aujourd'hui à Tahoua n'a rien à envier à celle que vous verrez ailleurs dans le monde. C'est une réussite pour laquelle je tiens à féliciter la société SATOM qui a eu à exécuter ces travaux. Il y a ensuite d'autres infrastructures telles que les villas ministérielles qui ont été construites grâce à l'appui des sociétés. Là aussi, nous avons sollicité des entreprises nigériennes et qui ont fait un très bon boulot. Il y a aussi des privés nigériens qui ont eu à construire des cités. Là aussi, tout est terminé et les travaux ont été très bien exécutés.
Monsieur le ministre, on a vu que dès le lancement des activités de votre comité, vous avez mené des offensives à l'endroit des partenaires tant nationaux qu'étrangers. Quels sont aujourd'hui les retombées de cette mobilisation ?
Vous m'offrez là l'occasion de remercier tous les partenaires intérieurs et extérieurs qui nous ont aidés. Sans être exhaustif, je citerai à titre indicatif la République populaire de Chine, l'Algérie, Veolia, l'AIMF. Les partenaires extérieurs qui nous ont aidés sont nombreux et je tiens à les remercier tous. Les retombées sont là. A titre d'exemple, nous avons signé une convention de près de 100 millions de FCFA avec Veolia dans le cadre de la salubrité de la ville de Tahoua. Avec l'AIMF, c'est une convention de 160 millions que nous avons signée pour l'aménagement de la mare de Babayé. Il y a ensuite des particuliers nigériens qui nous aidés dans l'équipement des villas que nous avons construites. En outre, tout ce qui est supports confectionnés à l'effigie Tahoua Sokola pour la fête a été pris en charge par la République populaire de Chine. L'Algérie nous a aidés dans le cadre de l'habillement des Forces de défense et de sécurité. C'est dire que nous avons eu des appuis importants venant des partenaires extérieurs.
Vous avez aussi touché les ressortissants de la région et les habitants de la Ville de Tahoua pour qu'ils s'approprient ce programme. Comment appréciez-vous l'apport des populations de Tahoua ?
Je ne cesserai jamais de féliciter et de remercier les populations de Tahoua parce que dès le départ, elles se sont approprié le programme. La preuve est qu'il y a eu des gens qui ont détruit, eux-mêmes, leurs propres biens pour dégager les voies et permettre l'exécution des travaux. Certains ont cassé leurs habitations, d'autres leurs boutiques et bien d'autres choses. Ils l'ont fait parce qu'ils sont convaincus par ce programme. Avec les réalisations qui ont été faites aujourd'hui à Tahoua, les populations ont la preuve qu'il fallait le faire. Quand vous circulez aujourd'hui dans la ville de Tahoua, vous entendrez ceux qui ont cassé leurs propres biens dire en Haoussa « komma da aka yi », autrement dit, il fallait le faire.
Pour aborder les festivités en tant que telles, peut-on s'attendre à des innovations ou tout au plus quelle sera la particularité de Tahoua Sakola 2017 ?
Comme lors des autres éditions, il y aura d'abord les activités sportives et culturelles. Mais il y aura aussi d'autres activités et en particulier un feu d'artifice.
En termes d'invités, quelles sont vos attentes ?
C'est sûr il y aura beaucoup d'invités, à commencer d'abord par nos voisins du Nigeria. Il y a probablement des Chefs d'Etat et nous avons invité beaucoup de gens à travers le monde. Nous espérons que tous ceux qui ont été invités viendront assister à ces festivités.
L'organisation d'un tel événement et la réalisation des infrastructures impliquent inévitablement un financement conséquent. Avez-vous rencontré des difficultés dans la mobilisation des fonds ?
Il faut dire qu'au début, on avait beaucoup d'inquiétudes par rapport au budget qui nous a été annoncé. Mais par la suite, l'Etat a fait de gros efforts pour nous aider dans la réalisation de toutes les infrastructures qui sont aujourd'hui à Tahoua. C'est pourquoi, nous tenons à remercier le gouvernement pour tous les efforts qui ont été faits pour nous aider à réaliser les infrastructures programmées. Et contrairement à ce qu'ont raconté certains médias, je tiens ici à préciser que nous n'avons eu aucun franc d'aucune banque. Il ne faut pas qu'on trompe les gens. C'est sur la base des contributions du budget national, celles des partenaires extérieurs et grâce à la participation des privés nigériens que nous avons fait toutes ces réalisations. Mais alors, là, je le précise encore, aucune banque ne nous a donné un seul franc.
Au bout de ce parcours, quel est le message que vous aimerez passer aux populations pour que la fête soit belle ?
Etant donné que les populations de Tahoua se sont déjà approprié le programme, je pense qu'il n'y a pas de message particulier à leur adresser pour sortir massivement accueillir les festivaliers qui vont arriver. Je pense que toutes les populations se sont mobilisées depuis que le programme a été annoncé. Je ne doute pas donc de la capacité des autorités locales de Tahoua pour maintenir cette mobilisation. C'est sûr les gens sortiront d'eux-mêmes, parce que c'est leur programme. C'est là l'importance de ce qui s'est passé à Tahoua. Et je tiens à dire que toutes les infrastructures que vous verrez à Tahoua ont leur financement ; je ne tiens pas à laisser des arriérés. Le problème financier ne se posera pas parce que l'argent est déjà prévu pour chaque infrastructure. A la fin de ce programme j'aurai payé tous les entrepreneurs ; il n'y aura pas de problèmes d'arriérés entre nous.
Monsieur le ministre, on parle d'invités de haut niveau à l'occasion de cet événement : pouvez-vous nous en parler brièvement ?
Je vais vous dire de qui il s'agit. En fait, nous attendons tous les Présidents du G5 Sahel. Il y a aussi les Présidents du Nigeria et de la Guinée qui ont été tous invités. Le Président Idriss Déby du Tchad, celui de la Mauritanie, le Président du Mali vont aussi venir. Je pense que tous ces Chefs d'Etat invités, sauf contretemps, vont venir. Il y aura aussi le gouverneur de la BCEAO qui va venir lancer les travaux de construction du siège de la BCEAO à Tahoua.
Il y avait des inquiétudes relativement à l'hébergement. Quelles sont les dispositions prises pour lever ces inquiétudes ?
Je puis vous garantir que toutes les dispositions ont été prises. C'est pourquoi nous avons prévu, dans le cadre de ce programme, une cité ministérielle. Et toutes les sociétés que nous avons sollicitées ont construit ces villas qu'on qualifie de ministérielles. Mais tous ces invités de marque pourront y être hébergés parce que ce sont des villas de grand standing. Tous les autres aspects ont aussi été pris en compte. Donc, il n'y a pas d'inquiétude à se faire.

Réalisé par Assane Soumana et Siradji Sanda(onep)
08/12/17

L'invité de Sahel Dimanche

Interview Directeur Général du Musée National Boubou Hama de Niamey : «Nos hôtes continuent de témoigner de leur soutien…

Interview Directeur Général du Musée National Boubou Hama de Niamey : «Nos hôtes continuent de témoigner de leur soutien et de leurs appréciations positives à l'endroit du Musée National», déclare M. Ali Bida.

Le 11 octobre 2013, le Conseil des ministres a examiné et adopté la création d'un établissement public à caractère scientifique, culturel et technique dénommé « Musée National Boubou HAMA ». Vu le rôle important que joue ce Centre culturel pour le Niger et la sous-région, nous avons rencontré pour vous, le Directeur du Musée National Boubou HAMA, l'historien et archéologue Ali Bida, qui a bien voulu nous parler de l'historique dudit éta...

Interview de M. Almoustapha Garba, Ministre de l'Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable : « …

Interview de M. Almoustapha Garba, Ministre de l'Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable : « Nous voulons inviter chacun à une action et une attitude citoyenne, mais aussi rappeler clairement que la restauration de notre en

Monsieur le Ministre, notre pays célèbre le 03 Août 2018, le 58ème anniversaire de l'indépendance essentiellement marquée par les festivités de la Fête Nationale de l'Arbre (FNA). Quelle sera la particularité de cette édition 2018 ?Avant de répondre à votre question, permettez-moi de vous remercier pour l'occasion que vous m'offrez pour m'adresser à mes compatriotes en vue de les entretenir dans le cadre de la Fête Nationale de l'Arbre ...

Mlle Moumouni Ibrah Hadiza, ingénieur pétrolière et spécialiste du réservoir pétrolier, présidente de l'association NIWO…

Mlle Moumouni Ibrah Hadiza, ingénieur pétrolière et spécialiste du réservoir pétrolier, présidente de l'association NIWO : «Je souhaite que le Chef de l'Etat, soucieux de l'avenir de la jeunesse, exige l'implication des jeunes et des femmes ingénieur

La présence des femmes dans le domaine de l'industrie pétrochimique et de l'ingénierie du pétrole est restreinte au Niger. Le domaine restait un terrain conquis par les hommes, alors que les femmes peuvent se lancer pour son développement. C'est pourquoi, la seule femme spécialiste du réservoir pétrolier au Niger, sans emploi, a pensé à créer l'association NIWO (Niger's Women in Oil and Gas) pour inciter les jeunes filles nigériennes à ...

M. Frank Van Der Mueren, Chef de la mission EUCAP SAHEL Niger : «Tout ce qu'on a fait jusqu'à présent, c'est de renforce…

M. Frank Van Der Mueren, Chef de la mission EUCAP SAHEL Niger : «Tout ce qu'on a fait jusqu'à présent, c'est de renforcer les capacités de nos partenaires»

M. le Chef de la mission EUCAP SAHEL Niger, comment peut-on présenter EUCAP Sahel Niger, autrement dit quelle est la genèse de la mission ?L'Union Européenne a adopté une stratégie pour le Sahel en 2011, axée sur la sécurité et le développement. Cette stratégie a été discutée par les Etats de la région et sur la base de cela, une mission a été lancée en 2012 dans le cadre de la politique sécurité-défense commune de l'Union Européenne. D...

M. Bazoum Mohamed, ministre d'Etat chargé de l'Intérieur et de la Sécurité Publique, invité de ''Grands Dossiers'' sur l…

M. Bazoum Mohamed, ministre d'Etat chargé de l'Intérieur et de la Sécurité Publique, invité de ''Grands Dossiers'' sur les antennes de ''La Voix du Sahel'' : Mise au point sur le processus électoral au Niger

Le samedi 7 Juillet dernier, le ministre d'Etat chargé de l'Intérieur et président du principal parti au pouvoir, le PNDS-Tarayya et de la Mouvance pour la renaissance du Niger (MRN), était l'invité de l'émission ''Grands dossiers'' de la radio nationale, ''La Voix du Sahel'', animée par notre confrère Alio Ibrahim. Entre autres sujets abordés au cours de cet entretien diffusé en direct, il y avait tout naturellement la question relativ...

M. Issaka Maga Hamidou, Démographe-sociologue, Enseignant-chercheur au Département de sociologie, FLSH/UAM : «En princip…

M. Issaka Maga Hamidou, Démographe-sociologue, Enseignant-chercheur au Département de sociologie, FLSH/UAM : «En principe, les conditions du dividende démographique existent actuellement en milieu urbain»

Notre pays s'apprête à célébrer mercredi prochain, la Journée Mondiale de la Population. Un évènement important au regard des défis liés à la croissance démographique au Niger et dans plusieurs pays africains. Cette situation maintes fois évoquée par les autorités de notre pays demeure encore une préoccupation malgré les efforts qui sont déployés pour permettre au Niger d'atteindre le dividende démographique. M. Issaka Maga Hamidou, Dém...

Dr Garba Yahaya, Directeur général de l'Agriculture : ''Au 10 juin 2018, 5.725 villages agricoles ont effectué des semis…

Dr Garba Yahaya, Directeur général de l'Agriculture : ''Au 10 juin 2018, 5.725 villages agricoles ont effectué des semis effectifs de mil et de sorgho, soit 46 % des 12.464 villages agricoles''

Monsieur le Directeur Général, cette année, la campagne agricole a débuté précocement dans plusieurs localités de notre pays. De façon globale, comment se présente la situation de cette campagne ?Les premières pluies utiles ont été enregistrées au cours de la deuxième décade de mai dans plusieurs localités du pays; ces précipitations ont permis le démarrage des semis partiels de mil dans les régions de Dosso, Maradi, Tahoua, Tillabéry e...

Albadé Abouba, Ministre d'Etat, Ministre de l'Agriculture et de l'Elevage : «Le Niger a été distingué et hautement appré…

Albadé Abouba, Ministre d'Etat, Ministre de l'Agriculture et de l'Elevage : «Le Niger a été distingué et hautement apprécié pour les efforts de développement qu'il ne cesse de déployer, en dépit de toutes les contraintes»

Du 17 au 20 juin dernier, le Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou, a effectué une visite de travail et d'amitié en Italie. Dans la capitale italienne Rome, le Président Issoufou a été l'invité d'honneur de la session annuelle du Conseil d'administration du PAM, il a rencontré des responsables des agences onusiennes en charge du développement agricole (PAM, FAO, FIDA). Le Chef de l'Etat a également été reçu ...

Kadidjatou Moumouni, présidente de l'Association nationale des albinos du Niger : «Nous voulons une société inclusive, q…

Kadidjatou Moumouni, présidente de l'Association nationale des albinos du Niger : «Nous voulons une société inclusive, qui prend en compte la question des droits des personnes atteintes d'albinisme en vue de leur inclusion sociale»

Dans beaucoup de sociétés, l'albinisme demeure encore un sujet de curiosité. La méconnaissance de ce problème de santé a conduit à des actes souvent cruels sur les personnes souffrant d'albinisme. Au Niger, même si la discrimination est moins prononcée contre les albinos, ceux-ci font toutefois face des difficultés certaines. Depuis 2013, l'Association nationale des albinos du Niger, essaie de trouver des solutions aux difficultés auxqu...

Le directeur général de la Protection des Végétaux : «Les dispositions que nous avons prises sont de trois ordres, à sav…

Le directeur général de la Protection des Végétaux : «Les dispositions que nous avons prises sont de trois ordres, à savoir, l'acquisition et la mise en place au niveau des régions, des produits phytosanitaires (pesticides), des appareils de traiteme

Monsieur le Directeur Général, la campagne agricole 2018 s'annonce avec des quantités de pluies enregistrées dans certaines zones de notre pays. Quelles sont les dispositions prises par votre Direction pour faire face aux ennemis des cultures qui peuvent tenter de réduire à néant les efforts des paysans ?Je vous remercie pour l'occasion que vous me donnez de faire le point sur les préparatifs de la campagne d'hivernage 2018, notamment e...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Le Hadj : Un voyage de tous les sacrifices

Le Hadj : Un voyage de tous les sacrifices

Dans quelques jours, les pèlerins nigériens convergeront Incha Allah vers les Lieux Saints...

vendredi 20 juillet 2018

HADJ 2018 : La question du transport des pèlerins …

HADJ 2018 : La question du transport des pèlerins est déjà réglée

« Nous n'avons aucun problème. Nous allons transporter l'ensemble des pèlerins par le vol ...

vendredi 20 juillet 2018

Le Commissariat à l'Organisation du Hadj et de la …

Le Commissariat à l'Organisation du Hadj et de la Oumrah (COHO) : Le premier vol des pèlerins, prévu le 30 juillet 2018

Le hadj est ce rite religieux pour lequel les autorités nigériennes s'investissent chaque ...

vendredi 20 juillet 2018

L'air du temps

A quand la fin du calvaire ?

A quand la fin du calvaire ?

Alors que les habitants des quartiers inondés de la capitale ne sont pas encore sortis des...

vendredi 10 août 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.