Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Issaka Maga Hamidou, Démographe-sociologue, Enseignant-chercheur au Département de sociologie, FLSH/UAM : «En principe, les conditions du dividende démographique existent actuellement en milieu urbain»


Photo MagaNotre pays s'apprête à célébrer mercredi prochain, la Journée Mondiale de la Population. Un évènement important au regard des défis liés à la croissance démographique au Niger et dans plusieurs pays africains. Cette situation maintes fois évoquée par les autorités de notre pays demeure encore une préoccupation malgré les efforts qui sont déployés pour permettre au Niger d'atteindre le dividende démographique. M. Issaka Maga Hamidou, Démographe-sociologue, Enseignant-chercheur au Département de Sociologie, FLSH/UAM explique en quoi, l'évolution de la population nigérienne constitue, aujourd'hui, une préoccupation et donne quelques pistes qui puissent permettre au Niger d'atteindre le dividende démographique.
Le 11 juillet prochain, sera célébrée partout dans le monde, la journée mondiale de la population. Combien sommes nous aujourd'hui au Niger et combien seront les Nigériens dans dix, vingt ans ?
Vous savez que selon le dernier recensement, le Niger comptait environ 17 millions d'habitants avec une croissance démographique moyenne de 3,9% par an. Selon les projections de l'INS comme des Nations Unies, le Niger devrait compter en 2018 au moins 21 millions d'habitants. En 2030, le Niger pourrait compter au moins 34 millions. Selon les dernières projections des Nations Unies qui vont un peu plus loin, la population nigérienne pourrait atteindre environ 51 millions en 2040 et 68 millions en 2050, sur la base de baisses modestes de la fécondité et de la mortalité.
Concrètement avec donc son rythme actuel, la population du Niger connaitra une importante augmentation ?
Sans aucun doute et dans les conditions normales, la population du Niger sera de plus en plus importante au cours des prochaines décennies.
Selon vous pourquoi et en quoi, l'évolution actuelle de la population constitue aujourd'hui une préoccupation importante au Niger ?
Vous avez raison de parler de préoccupations car lorsque la population augmente, nous savons que les besoins également augmentent dans tous les domaines essentiels notamment l'alimentation, la santé, l'éducation, l'emploi, le logement, l'eau, l'électricité, etc. Avec une augmentation rapide de la population, ces besoins seront encore plus importants. Il faudrait qu'on puisse les satisfaire. Pour les pouvoirs publics, il s'agit de défis importants, dans les conditions économiques actuelles qui sont difficiles. En clair, actuellement et depuis plusieurs décennies, l'Etat n'est pas en mesure de bien satisfaire les besoins de base de la population et sur le plan alimentaire notamment, les productions agricoles du milieu rural ne suffisent pas souvent à bien satisfaire les besoins de l'ensemble des habitants.

La population nigérienne se caractérise aussi par sa jeunesse. Quels sont selon vous, les défis qui peuvent à ce niveau se poser à notre pays ?
Effectivement, nous avons sans doute la population la plus jeune au monde, selon les statistiques nationales et internationales. En effet, les moins de 15 ans représentent plus de 50% et les moins de 25 ans, environ 70% de la population totale. Nous avons donc une population extrêmement jeune dont la contribution économique est relativement faible. En fait, la plupart des jeunes produisent peu et sont dépendants des adultes. En réalité, l'augmentation des besoins provient davantage de la population jeune à travers les naissances, la scolarisation, l'emploi, l'alimentation, etc. Ceci implique que chaque année, on a besoin de produire sur le plan agricole, on a besoin de plus d'enseignants, de classes, d'emplois à créer, de plus de personnel de santé, etc.

Mais la jeunesse de la population n'est elle pas un atout pour atteindre le dividende démographique tant prôné ? Au fait, qu'est ce que le dividende démographique et quels sont ses avantages pour le Niger ?
En fait, brièvement, le dividende démographique, c'est la croissance économique ou les richesses produites, grâce à l'augmentation non pas des personnes très jeunes, par exemple les moins de 15 ans, mais de la population en âge de travailler, soit les personnes âgées entre 15 et 64 ans révolus. Donc, la première condition pour qu'un pays puisse prétendre bénéficier du dividende démographique, c'est d'abord d'avoir une population âgée de 15-64 ans ou 15-59 ans majoritaire. Concrètement, il faudrait avoir une situation démographique où les producteurs d'âges actifs sont beaucoup plus importants que les personnes d'âges inactifs, notamment les plus jeunes. Or, nous avons une population âgée de moins de 15 ans plus importante. En clair, si on se place sur un plan démo-économique, nous avons plus d'inactifs que d'actifs. Potentiellement, le PIB par tête ne peut pas être important et c'est le cas. Dans les pays où les
actifs sont plus importants que les inactifs, le PIB global mais aussi par tête est considérable, dans certaines bonnes conditions comme celles d'emplois suffisants, la santé, l'éducation moderne généralisée et aussi la bonne gouvernance globale sur divers plans, notamment politique et économique. Pour me résumer, le dividende démographique c'est un bonus économique mais aussi social supplémentaire pour un pays qui réussit à passer d'une situation où les moins de 15 ans donc les plus jeunes sont majoritaires à une situation démographique où les personnes d'âges actifs, soit les 15-64 ans, sont nettement majoritaires. Sur le plan démographique, c'est l'un des principaux défis actuels du Niger.

Il semble que le Niger est sur le point de franchir la première étape de sa transition démographique, avec la baisse rapide du taux de mortalité mais, la deuxième étape de la transition démographique ne s'est pas encore concrétisée. Est-ce à dire que notre pays n'atteindra pas de si tôt le dividende démographique ?
Le Niger est effectivement dans sa deuxième phase de la transition démographique, selon le schéma établi en quatre phases. Au cours de cette deuxième phase, c'est la mortalité en général qui commence à baisser et c'est le cas au Niger comme dans tous les pays du monde, à conditions sociopolitiques normales. Tandis que dans la première phase, les indicateurs démographiques de base sont très élevés et stables dans le temps. Au cours de la troisième étape, la fécondité ou la natalité commence à baisser à son tour jusqu'à ce qu'on arrive beaucoup plus tard à une situation où les taux de mortalité et de natalité se rapprochent voire se confondent, c'est l'étape 4 de la transition démographique. Je pense que le Niger doit rapidement chercher à entrer dans cette phase 3 où la fécondité va commencer à baisser, c'est en ce moment que la fameuse fenêtre dite du dividende démographique potentielle va commencer à s'ouvrir pour être plus importante, autour de 4 enfants par femme, alors que nous sommes à 7,6 selon l'enquête démographique et de santé de 2012. Nous sommes loin des 4 enfants par femme, nombre véritablement plus favorable au dividende démographique, parce que la population des 15-64 ans sera en ce moment beaucoup plus importante que celle des très jeunes. Cette transformation de la structure de la population pourrait davantage booster l'économie nigérienne et contribuer à l'amélioration générale des conditions de vie des populations.

Quelles sont, selon vous, les stratégies à mettre en œuvre pour permettre au Niger de tirer partie du dividende démographique ?
Comme je l'avais dit, il est nécessaire d'abord que la fécondité baisse de manière significative pour permettre que la population âgée de 15-64 ans ou 15-59 ans commence à être plus importante que celle des moins de 15 ans. Donc, il faudrait en fin de compte que le Niger dispose de plus de producteurs que de dépendants économiques. Mais pour faire baisser la fécondité, il n'y pas mille solutions, c'est principalement la planification familiale. Ceci n'est pas un péché, mais une décision de bon sens adoptée depuis fort longtemps par les couples musulmans d'autres pays, notamment en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Il revient à chaque couple de se fixer un nombre d'enfants raisonnable conforme à ses ressources économiques et son bien-être général aussi bien en milieu rural qu'urbain où la fécondité est déjà en train de baisser. Nous sommes autour de 5 enfants par femme en milieu urbain aujourd'hui contre sans doute plus de 7 dans les années 1970. En principe donc, les conditions du dividende démographique existent actuellement en milieu urbain. Mais au niveau national ce n'est pas le cas notamment en milieu rural où vit environ 80% des Nigériens. Il nous faut donc des mesures pour renforcer la planification familiale notamment le recours aux contraceptifs modernes, réduire le mariage des enfants mais également renforcer l'allaitement maternel prolongé qui joue un rôle de contraceptif plus ou moins efficace au moins pendant quelques temps. Pour ce faire, une politique de population audacieuse est nécessaire notamment en direction du monde rural.

Par Idé Fatouma

06/07/18

L'invité de Sahel Dimanche

M. Bazoum Mohamed, ministre d'Etat chargé de l'Intérieur et de la Sécurité Publique, invité de ''Grands Dossiers'' sur l…

M. Bazoum Mohamed, ministre d'Etat chargé de l'Intérieur et de la Sécurité Publique, invité de ''Grands Dossiers'' sur les antennes de ''La Voix du Sahel'' : Mise au point sur le processus électoral au Niger

Le samedi 7 Juillet dernier, le ministre d'Etat chargé de l'Intérieur et président du principal parti au pouvoir, le PNDS-Tarayya et de la Mouvance pour la renaissance du Niger (MRN), était l'invité de l'émission ''Grands dossiers'' de la radio nationale, ''La Voix du Sahel'', animée par notre confrère Alio Ibrahim. Entre autres sujets abordés au cours de cet entretien diffusé en direct, il y avait tout naturellement la question relativ...

M. Issaka Maga Hamidou, Démographe-sociologue, Enseignant-chercheur au Département de sociologie, FLSH/UAM : «En princip…

M. Issaka Maga Hamidou, Démographe-sociologue, Enseignant-chercheur au Département de sociologie, FLSH/UAM : «En principe, les conditions du dividende démographique existent actuellement en milieu urbain»

Notre pays s'apprête à célébrer mercredi prochain, la Journée Mondiale de la Population. Un évènement important au regard des défis liés à la croissance démographique au Niger et dans plusieurs pays africains. Cette situation maintes fois évoquée par les autorités de notre pays demeure encore une préoccupation malgré les efforts qui sont déployés pour permettre au Niger d'atteindre le dividende démographique. M. Issaka Maga Hamidou, Dém...

Dr Garba Yahaya, Directeur général de l'Agriculture : ''Au 10 juin 2018, 5.725 villages agricoles ont effectué des semis…

Dr Garba Yahaya, Directeur général de l'Agriculture : ''Au 10 juin 2018, 5.725 villages agricoles ont effectué des semis effectifs de mil et de sorgho, soit 46 % des 12.464 villages agricoles''

Monsieur le Directeur Général, cette année, la campagne agricole a débuté précocement dans plusieurs localités de notre pays. De façon globale, comment se présente la situation de cette campagne ?Les premières pluies utiles ont été enregistrées au cours de la deuxième décade de mai dans plusieurs localités du pays; ces précipitations ont permis le démarrage des semis partiels de mil dans les régions de Dosso, Maradi, Tahoua, Tillabéry e...

Albadé Abouba, Ministre d'Etat, Ministre de l'Agriculture et de l'Elevage : «Le Niger a été distingué et hautement appré…

Albadé Abouba, Ministre d'Etat, Ministre de l'Agriculture et de l'Elevage : «Le Niger a été distingué et hautement apprécié pour les efforts de développement qu'il ne cesse de déployer, en dépit de toutes les contraintes»

Du 17 au 20 juin dernier, le Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou, a effectué une visite de travail et d'amitié en Italie. Dans la capitale italienne Rome, le Président Issoufou a été l'invité d'honneur de la session annuelle du Conseil d'administration du PAM, il a rencontré des responsables des agences onusiennes en charge du développement agricole (PAM, FAO, FIDA). Le Chef de l'Etat a également été reçu ...

Kadidjatou Moumouni, présidente de l'Association nationale des albinos du Niger : «Nous voulons une société inclusive, q…

Kadidjatou Moumouni, présidente de l'Association nationale des albinos du Niger : «Nous voulons une société inclusive, qui prend en compte la question des droits des personnes atteintes d'albinisme en vue de leur inclusion sociale»

Dans beaucoup de sociétés, l'albinisme demeure encore un sujet de curiosité. La méconnaissance de ce problème de santé a conduit à des actes souvent cruels sur les personnes souffrant d'albinisme. Au Niger, même si la discrimination est moins prononcée contre les albinos, ceux-ci font toutefois face des difficultés certaines. Depuis 2013, l'Association nationale des albinos du Niger, essaie de trouver des solutions aux difficultés auxqu...

Le directeur général de la Protection des Végétaux : «Les dispositions que nous avons prises sont de trois ordres, à sav…

Le directeur général de la Protection des Végétaux : «Les dispositions que nous avons prises sont de trois ordres, à savoir, l'acquisition et la mise en place au niveau des régions, des produits phytosanitaires (pesticides), des appareils de traiteme

Monsieur le Directeur Général, la campagne agricole 2018 s'annonce avec des quantités de pluies enregistrées dans certaines zones de notre pays. Quelles sont les dispositions prises par votre Direction pour faire face aux ennemis des cultures qui peuvent tenter de réduire à néant les efforts des paysans ?Je vous remercie pour l'occasion que vous me donnez de faire le point sur les préparatifs de la campagne d'hivernage 2018, notamment e...

Moustapha Kadi Oumani, auteur du livre « Itinéraire d'un combat» : « J'ai examiné et disséqué les rapports entre nos par…

Moustapha Kadi Oumani, auteur du livre « Itinéraire d'un combat» : « J'ai examiné et disséqué les rapports entre nos partenaires privés et nos ressources naturelles en appréhendant le niveau des difficultés que le Niger a injustement vécu »

Figure marquante de la société civile nigérienne, Moustapha Kadi Oumani poursuit son combat, non pas en tant que leader de cette société civile, mais en tant qu'écrivain. Ainsi après « Un tabou brisé, l'esclavage en Afrique », il a publié « Itinéraire d'un combat », un livre de 592 pages paru chez L'harmattan. La cérémonie de dédicace de ce livre a eu lieu le 1er mars 2018 à la salle Margou de l'hôtel Gaweye et a réuni plusieurs acteurs...

S.E.M. Garba Agada, Consul Général du Niger au Soudan: « Le pèlerinage par voie terrestre et les relations familiales on…

S.E.M. Garba Agada, Consul Général du Niger au Soudan: « Le pèlerinage par voie terrestre et les relations familiales ont renforcé et consolidé les relations entre le Niger et le Soudan »

Monsieur le Consul Général, présentez-nous ce poste consulaire que vous avez l'honneur de diriger ?Merci de nous avoir donné l'occasion de parler succinctement du Consulat Général du Niger au Soudan. La représentation du Niger au Soudan date de 1969. Nous sommes l'une des plus anciennes représentations des pays étrangers au Soudan. Outre les fonctions classiques d'une représentation à l'étranger à savoir,0représenter, défendre, communiq...

M. Yahouza Sadissou, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation : « Le gouvernement est pl…

M. Yahouza Sadissou, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation : « Le gouvernement est plus que jamais déterminé à restaurer l'autorité de l'Etat dans toutes les écoles et Universités publiques du Niger »

Depuis bientôt quelques mois, la crise à l'Université Abdou Moumouni de Niamey a déteint sur les 7 autres Universités publiques et même les autres ordres d'enseignement: qu'en est-il vraiment ?Les perturbations qui affectent les Universités Publiques du Niger (UPN) ne datent pas d'aujourd'hui. Elles sont aussi vieilles que la création des ces Institutions. L'agression de l'enseignant chercheur le 7 février 2018 par des membres de la Com...

Entretien avec la Ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant, Mme Elback Zeinabou Tari Bako : …

Entretien avec la Ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant, Mme Elback Zeinabou Tari Bako : «La meilleure porte d'entrée de l'autonomisation de la femme est la scolarisation»

Madame la Ministre, les femmes nigériennes célèbrent ce 13 mai, la 27eme édition de leur journée nationale. De l'institutionnalisation de cette journée à aujourd'hui, quel bilan peut-on dresser relativement à la promotion de la femme au Niger ?Je vous remercie de m'avoir donné l'occasion en ce jour mémorable du 13 mai 2018, de m'adresser aux Nigériennes et Nigériens sur cet événement de portée nationale qu'est la journée de la femme nig...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Ramadan 2018 /Denrées alimentaires : Disponibilité…

Ramadan 2018 /Denrées alimentaires : Disponibilité des produits et stabilité des prix sur tous les marchés de la capitale

Le mois béni de Ramadan est un mois pendant lequel, la consommation alimentaire est élevée...

vendredi 18 mai 2018

Ramadan 2018 : Prix du sucre en baisse, attention …

Ramadan 2018 : Prix du sucre en baisse, attention à la surconsommation

Le prix du sucre connait cette année une forte baisse par rapport au Ramadan 2017. Le cart...

vendredi 18 mai 2018

Prix des légumes sur les marchés : A la limite de …

Prix des légumes sur les marchés : A la limite de la flambée

Les musulmans du Niger, à l'instar de ceux des autres pays, ont entamé à partir du mercred...

vendredi 18 mai 2018

L'air du temps

Les candidats à l'heure de vérité

Les candidats à l'heure de vérité

Depuis mercredi dernier, les candidats aux examens du Baccalauréat se creusent la cervelle...

vendredi 13 juillet 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.