Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Laouali Ali, Directeur Général de la maternité Issaka Gazobi de Niamey : L'investissement du personnel dans le travail a permis de réduire le taux de mortalité maternelle qui de 8% en 2011 est aujourd'hui à 0,72%, alors que l'OMS recommande 1%



invitCouramment connue sous le nom de la Maternité Centrale, créée en 1929, l'établissement a connu une nette évolution. Lundi 13 août 2018, l'institution sanitaire a reçu la visite des membres de la commission des affaires sociales et culturelles de l'Assemblée nationale. En marge de cette visite, nous avons eu un entretien avec M. Laouali Ali, Directeur Général de l'Etablissement. Dans l'interview qui suit, il nous parle de l'exploit de son institution, des difficultés et des défis à relever.
Monsieur le Directeur Général, votre établissement a reçu la visite des membres de la commission des affaires sociales et culturelles de l'Assemblée nationale. Quelle lecture faites-vous de cette visite et parlez-nous du fonctionnement des principaux services de la Maternité Issaka Gazobi?

Tout d'abord, je vous remercie de m'avoir accordé cette opportunité de m'exprimer dans les colonnes de votre journal. Je remercie également les députés, membres de la commission des affaires sociales et culturelles de l'Assemblée nationale qui ont la sensibilité avérée des questions sociales, effectuant la visite dans notre établissement pour voir de visu nos conditions de travail. Nous remercions aussi l'ensemble des députés nationaux pour avoir mandaté leurs collègues de venir voir ce que nous faisons ici et partager l'information sur nos activités.
Notre établissement a pour mission principale de servir de cadre de référence, d'assurer les prestations gynécologiques, obstétricales, néonatales et post-natales du niveau tertiaire et des activités de planification familiale, d'assurer la protection fœto-maternelle, de servir de cadre de formation et de recherche en gynécologie, obstétrique et néonatologie. Au cours de ce déplacement, nous avons fait visiter les parlementaires, le bloc et la salle d'accouchement où les problèmes sont connus à savoir l'exiguïté des locaux. Pour quatre lits, nous avons souvent 60 femmes admises. Nous devons faire avec pour la simple raison qu'il y a l'humanisme et le respect de l'éthique et de la déontologie de la profession. Pour ce problème, nous avons toujours demandé à ce que les maternités des quartiers périphériques fonctionnent. Niamey dispose d'une dizaine de maternités. A un certain moment , un travail de mobilisation a été fait, mais ces derniers temps nous constatons un relâchement au niveau de ces maternités.
Au niveau du service de néonatologie, en principe, il doit accueillir 23 nouveaux nés; malheureusement, il héberge souvent plus de 60 bébés alors que notre centre est de référence, qui accueille tous les nouveaux nés en détresse, non seulement, ceux qui sont nés à la maternité Issaka Gazobi, mais aussi ceux qui viennent d'ailleurs. Nous avons à ce niveau une préoccupation parce que le service néonatalogie est une vitrine de notre structure. Ensuite, nous avons l'exiguïté des salles d'hospitalisation qui sont fortement sollicitées. Nous disposons de 173 lits pour un besoin qui dépasse 250 personnes par jour. Pour pouvoir héberger les femmes, il faut beaucoup de gymnastiques. Notre besoin minimal en termes de salles est d'au moins 100 lits d'hospitalisation. Il faut souligner heureusement que nous avons des projets pour trouver des solutions à ce problème.
Concernant le problème de réactifs, nous sommes entrain de les solutionner à travers les avis d'appels d'offres lancés, il y a de cela deux mois. Un autre gros problème se situe au niveau de la pharmacie. Sur 10 molécules que contient le kit, nous ne disposons que de quatre. A un moment donné, le problème d'anesthésie se pose au niveau national, aujourd'hui le problème est réglé, mais il demeure chez nous parce que, les moyens manquent. Heureusement, nous avons eu une libération de fonds par rapport aux factures de la gratuité.

En terme de matériel de travail quelle est la situation la plus préoccupante et d'urgence que vous cherchez à résoudre pour le bien-être des patientes ?
Nos préoccupations dans ce domaine commencent par le service de la radiologie. Nous avons des contraintes de fonctionnement des appareils de mammographie qui sont en panne depuis plus de 11 mois. Il nous faut une nouvelle mammographe que le fonds commun du Ministère de la Santé Publique doit nous acheter cette année. Nous avons également une insuffisance notoire d'appareil d'échographie, parce que, notre centre ne dispose que d'un appareil échographe, mais très sophistiqué. Le deuxième se trouvant au niveau des services des urgences ne fonctionne plus. L'appareil de la radiographie quant lui, est tombé en panne, il y a de cela trois ans, malheureusement c'est un appareil qui coûte très cher et il nous faut des ressources financières pour l'acquérir.

Compte tenu, des difficultés que rencontre votre centre sanitaire, est-ce que cela ne joue pas sur la motivation du personnel ?

Nous avons un personnel très motivé que je profite de cette occasion pour saluer leur engagement. Par exemple au niveau de la garde, nous avons instauré un système fiable où les agents travaillent sans relâche pendant au moins 12 heures de temps avant de descendre. Je leur rends hommage pour cet effort. Ceci nous a permis d'arriver au résultat satisfaisant où le taux de mortalité néonatale qui de 13% en 2011 est à 6% aujourd'hui, même si, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) préconise 5%, nous ne sommes pas loin du taux. C'est un travail sérieux qui a été abattu. Toujours dans ce domaine, les agents de la Maternité Issaka Gazobi s'investissent pour réduire également le taux de mortalité maternelle qui de 8% en 2011 est aujourd'hui à 0,72%, alors que l'OMS préconise 1%. C'est un exploit pour le personnel. Cela est arrivé avec la mise en œuvre du système de garde couchée, qui ne se faisait pas dans d'autres formations sanitaires. Ici, le gynécologue obstétricien fait la garde couchée, on n'a pas besoin de le chercher ailleurs, il est à son lieu de travail. Nous avons positionné 12 pédiatres, 9 nutritionnistes et des sages femmes. Cette synergie de travail nous a permis d'arriver à un résultat satisfaisant.

A l'issue de la visite des parlementaires, qu'est-ce que vous attendez d'eux pour l'amélioration de la vie de votre formation sanitaire de référence ?
Nous saluons beaucoup, les autorités de la 7ème République qui ont pu pérenniser la gratuité des soins en cassant la barrière financière à savoir l'accessibilité. Tout de même, nous constatons que le règlement des frais de cette gratuité des soins constitue un problème majeur que le gouvernement doit vite prendre en charge. Donc, notre souhait à travers la visite des parlementaires, membres de la commission des affaires sociales et culturelles de l'Assemblée nationale, est qu'ils soient notre porte-parole pour trouver des solutions à tous les problèmes évoqués de la Maternité Issaka Gazobi. Je pense qu'avec leur appui, nous allons trouver le remboursement des factures de la gratuité. Parce que, jusqu'à un certain moment, l'Etat nous devait deux milliards. Dieu merci, il y a un effort qui est entrain d'être fait. Seulement, l'idéal serait qu'à chaque fois qu'on dépose une facture qu'elle soit payée un mois après.
Si non, sur 36 mois, nous n'avons reçu que deux fois de remboursement. Cela joue beaucoup sur le bon fonctionnement de la maternité. Parce que les fournisseurs n'étant pas payés, ils se sont rétractés et malheureusement, nous nous sommes retrouvés en face d'une rupture de certaines molécules. Mais aujourd'hui, dès qu'ils ont appris que nous avons commencé à recevoir les remboursements, ils sont entrain de revenir. Je pense que, cette situation que nous vivons sera décantée. Enfin, après la visite des parlementaires, ils ont affirmé avoir trouvé des agents compétents sur place et qui s'investissent pour assurer un travail de qualité pour satisfaire les patientes.

Réalisée par Seini Seydou Zakaria(onep)

31/08/18

L'invité de Sahel Dimanche

La cinéaste Aïcha Macky : Nos sociétés sont porteuses de vices qu'il faut combattre avec la caméra"

La cinéaste Aïcha Macky : Nos sociétés sont porteuses de vices qu'il faut combattre avec la caméra"

Depuis plusieurs années, à force de travail et d'abnégation, elle fait rayonner le cinéma nigérien à l'international. On retrouve toujours ses productions avec autant de perfectionnisme et de bonheur sur les écrans. Elle, c'est Aïcha Macky ; née en 1982 à Zinder, cette jeune femme peut sembler aujourd'hui avoir beaucoup gagné. Plusieurs distinctions et récompenses et sans doute, sûrement encore plusieurs années de succès au compteur de ...

Le président de la Commission des Finances et du Budget de l'Assemblée Nationale : «C'est la preuve, s'il en faut, de la…

Le président de la Commission des Finances et du Budget de l'Assemblée Nationale : «C'est la preuve, s'il en faut, de la transparence qui caractérise la gouvernance financière dans notre pays», déclare le député Adamou Namata

Monsieur le président, les 21 et 22 novembre derniers se sont tenus à Niamey les travaux de la 8ème Assemblée Générale de l'Association des Institutions Supérieures de Contrôle ayant en Commun l'Usage du Français (AISCCUF). Quelle importance revêt à vos yeux une telle rencontre pour nos Etats qui s'échinent à instaurer en leur sein les mécanismes de la bonne gouvernance en matière de gestion des finances publiques ?Dans tous les pays me...

Madame Amina Moumouni, Ministre de l'Energie : «Avec l'intégration de la centrale solaire de Malbaza au réseau de la NIG…

Madame Amina Moumouni, Ministre de l'Energie : «Avec l'intégration de la centrale solaire de Malbaza au réseau de la NIGELEC, le Niger inaugure l'introduction dans son mix énergétique de la production solaire»

Madame la Ministre, votre département ministériel s'apprête à accueillir l'inauguration de la première centrale solaire photovoltaïque de 7 MW à Malbaza, le dimanche 24 novembre prochain. Quelle est selon vous l'importance de cet événement pour notre pays ?Je vous remercie de me donner l'occasion de parler de la centrale solaire photovoltaïque de 7 MW de Malbaza. Comme vous le faites remarquer cette centrale est d'abord la première inst...

Le Directeur Général de l'ANVD : «Le Prix international Awards in Excellence and Quality dans la catégorie OR que l'ANVD…

Le Directeur Général de l'ANVD : «Le Prix international Awards in Excellence and Quality dans la catégorie OR que l'ANVD a obtenu est la reconnaissance des efforts que déploie notre Agence», affirme M. Hassane Hamidine

Monsieur le Directeur Général, l'ANVD a été distinguée, en septembre dernier, du prestigieux prix Awards en Excellence et Qualité, lors du 32ème congrès International de la Qualité tenu à Francfort, en Allemagne. Qu'est-ce qui justifie une telle distinction de portée internationale ?Merci beaucoup pour l'opportunité que vous me donnez de parler de notre Agence et de ses activités. Effectivement, l'Agence Nigérienne de Volontariat pour l...

Monsieur Abdoulaye Coulibaly, président du Comité technique national Télévision Numérique Terrestre (TNT) : «La TNT va r…

Monsieur Abdoulaye Coulibaly, président du Comité technique national Télévision Numérique Terrestre (TNT) : «La TNT va renforcer la visibilité du Niger à l'international et cadre parfaitement avec le PDES 2017-2021»

Monsieur le président du Comité Technique National TNT, le Conseil des Ministres tenu vendredi dernier a entendu une Communication conjointe de Monsieur le Ministre de la Communication, M. Habi Mahamadou Salissou et de son homologue en charge de l'Economie Numérique, M. Sani Maigochi, sur le processus de basculement vers la TNT. Où en est-on aujourd'hui?Merci. Disons que le processus a bien avancé, particulièrement ces derniers mois, et...

Interview du Ministre des Domaines, de l'Urbanisme et du Logement, Monsieur Waziri Maman : Dorénavant, aucun privé ne pe…

Interview du Ministre des Domaines, de l'Urbanisme et du Logement, Monsieur Waziri Maman : Dorénavant, aucun privé ne peut réaliser des lotissements... Ils se feront à l'initiative du Ministère en charge de l'Urbanisme et des Mairies

Quelles sont les dispositions prises par votre département ministériel pour une meilleure gestion des espaces publics et privés ?Merci beaucoup pour l'opportunité que vous me donnez pour parler des sujets très importants pour la vie de la nation. Au niveau de la gestion des domaines publics et privés de l'Etat, vous savez, il y a eu beaucoup de dérapages. Il y a eu des espaces qui ont été morcelés ; il ya eu des espaces qui ont été vend...

M. Wargo Boubacar, Secrétaire Permanent du Haut conseil pour l'investissement au Niger : "Le Niger est une terre d'…

M. Wargo Boubacar, Secrétaire Permanent du Haut conseil pour l'investissement au Niger : "Le Niger est une terre d'opportunités et une destination privillégiée pour les investisseurs"

Monsieur le secrétaire permanent, pouvez-vous nous présenter cette structure dont vous avez la charge ?Le Haut Conseil pour l'Investissement au Niger (HCIN) est une structure créée et placée sous l'autorité directe du Président de la République et a pour rôle d'être la plateforme de dialogue public-privé en vue d'impulser les actions ayant pour finalité de promouvoir et d'assainir l'environnement des affaires et de définir les priorités...

M. Zakari Oumarou, Coordonnateur Technique de l'Enquête Harmonisée sur les Conditions de Vie des Ménages (EHCVM) auprès …

M. Zakari Oumarou, Coordonnateur Technique de l'Enquête Harmonisée sur les Conditions de Vie des Ménages (EHCVM) auprès des Etats membres de l'UEMOA: «Les données collectées au cours de ces opérations de collecte sont confidentielles et ne servent qu

Monsieur le Coordonnateur, l'Institut National de la Statistique (INS) réalise la première Enquête Harmonisée sur les Conditions de Vie des Ménages (EHCVM) auprès des Etats membres de l'UEMOA. Pouvez-vous nous expliquer ce qu'est d'abord une enquête harmonisée sur les conditions de vie des ménages ?Avant de répondre à vos questions, permettez-moi d'abord de remercier très sincèrement votre journal, pour l'intérêt qu'il porte à nos diffé...

M. Oumarou Amadou Saley, Haut Commissaire à la Modernisation de l'Etat : «Tous les efforts faits pour rationaliser et am…

M. Oumarou Amadou Saley, Haut Commissaire à la Modernisation de l'Etat : «Tous les efforts faits pour rationaliser et améliorer les services publics dans ce pays sont à encourager»

Monsieur le Haut Commissaire, pouvez-vous nous définir le concept de «modernisation de l'Etat » qui est le fondement de la création de l'institution que vous dirigez ?L'expression «modernisation de l'Etat» désigne les actions de type législatif ou réglementaire qui doivent entrainer une transformation substantielle du périmètre d'action ou des méthodes de fonctionnement de l'Etat. Cette transformation « structurelle» vise à améliorer le...

Mme Maïga Fatima Halirou, Maire de Birni N'Gaouré : «La gestion communale n'est pas uniquement du ressort du Conseil mun…

Mme Maïga Fatima Halirou, Maire de Birni N'Gaouré : «La gestion communale n'est pas uniquement du ressort du Conseil municipal mais une affaire de tous les administrés»

      Madame la maire, présentez-nous la Commune urbaine de Birni Ngaouré.La Commune urbaine de Birni Ngaouré, a été créée par la loi N° 2002-14 du 11 JUIN 2012. Elle est limitée à l'ouest par les Communes rurales de Fakara et N'Gonga ; au sud par celles de Kankandi et de Fardji; au nord par N'Gonga et à l'est par la commune de Golé. Le chef-lieu de la Commune qui est Birni Ngaouré est situé à 33 kilomètres de Dosso et...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

Demandez une Bourse d’études Australia Awards

australieFaites une différence
Demandez une Bourse d'études Australia Awards

Avez-vous le potentiel d'être un futur leader contribuant au développement durable du Niger ? Postulez dès maintenant pour obtenir une éducation de classe mondiale et devenez un chef de file de l'industrie ayant des liens étroits avec l'Australie.
L'appel à candidatures pour les bourses d'études Australia Awards - Africa pour étudier en Australie est ouvert du 1er septembre au 3 décembre 2018. Les candidatures peuvent être envoyées via http://www.australiaawardsafrica.org/.Australia Awards - Africa est un programme de bourses prestigieux qui contribue au leadership africain et au développement des capacités humaines depuis les années 1960.
Le programme offre des formations post-universitaires à court terme et des diplômes de Masters à des pro¬fessionnels nigériens de niveau intermédiaire ou supérieur, couvrant l'ensemble des frais.
Les anciens étudiants reviennent de leurs études avec les compétences, les connaissances et les réseaux nécessaires pour contribuer au développement durable de leur pays. En outre, ils rejoignent une commu¬nauté mondiale d'anciens étudiants ayant des liens permanents entre l'Afrique et l'Australie.Le processus de candidature est ouvert et concurrentiel, offrant des chances égales à toutes les personnes éligibles, quels que soient leur sexe, leur appartenance ethnique et leur handicap.
Les candidats doivent avoir un minimum de compétence en anglais équivalant à un score global IELTS de 5,0.
Plus d'information:
• Les professionnels éligibles occupant des postes de niveau intermédiaire ou supérieur peuvent postuler à l'adresse suivante : www.australiaawardsafrica.org
• Pour en savoir plus sur les études en Australie, visitez : https://www.studyinaustralia.gov.au

Des séances d'information gratuites auront lieu à Niamey, au centre de conférences du Grand Hôtel tous les vendredis en novembre.

Audiences

Dossier

Installation de la saison. froide au Niger : …

Installation de la saison. froide au Niger : "Il fera moins froid cette année'', selon l'ingénieur météorologue Ousman Baoua

La saison des pluies a définitivement plié ses bagages pour donner place à l'harmattan qui...

vendredi 30 novembre 2018

De la nécessité de protéger les enfants contre les…

De la nécessité de protéger les enfants contre les maladies liées au froid

La période de froid est en train de s'installer progressivement au Niger et particulièreme...

vendredi 30 novembre 2018

La friperie, leader du marché pour le choix des vê…

La friperie, leader du marché pour le choix des vêtements contre le froid

En cette fin de mois de novembre, les populations de Niamey changent leurs habitudes vesti...

vendredi 30 novembre 2018

L'air du temps

Ces ''maladies des riches'' qui ne font plus de quartier

Ces ''maladies des riches'' qui ne font plus de quartier

Cancer, tension, diabète, ulcères....Voilà des pathologiesspécifiques qui, il y a quelques...

vendredi 7 décembre 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.