Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Le mariage des enfants dans la région de Tahoua : Grande mobilisation pour éradiquer le phénomène


d-1Avec plus de 58% de la population constituée de jeunes, autant dire que la jeunesse est l'avenir et le potentiel de développement de notre pays. Pour en tirer le meilleur parti, le Gouvernement et ses partenaires ont élevé la question de l'éducation, notamment de la jeune fille, au centre des priorités nationales. Chaque garçon, chaque fille qui naît sur le territoire national doit être scolarisé(e), recevoir une éducation gratuite jusqu'à 16 ans au moins.
Bien que cette politique ait fait bondir le taux brut de scolarisation au Niger, certaines régions sont encore en proie à des pesanteurs. C'est le cas de la région de Tahoua, à cause de la prévalence du mariage des jeunes filles, qui demeure un obstacle à leur inscription et à leur maintien à l'école.
Mais la tendance est en train d'être inversée depuis que l'UNICEF et l'UNFPA, appuyant la politique gouvernementale, ont développé des stratégies et des approches terrain pour combattre le fléau.
Dans l'Ader, tout comme dans les régions de Zinder, Maradi et Diffa, il n'est pas rare de voir des jeunes filles données en mariage à partir de 12-13 ans. Or, ces mariages s'inscrivent dans la définition internationale des violences basées sur le genre (VBG).
Selon le représentant de l'UNFPA à Tahoua, « il existe six (6) principaux types de VBG: le viol, les agressions sexuelles, les agressions physiques, le mariage forcé, le déni de ressources, d'opportunité ou de service ; la maltraitance psychologique /émotionnelle ». En effet, qui parle de mariage d'enfant parle de mariage forcé, qui est par définition un mariage arrangé contre le gré de la personne (généralement la fille). Une dot est souvent payée à la famille et, en cas de refus, il en résulte des violences /abus ». Pour le juge des mineurs au tribunal de grande instance de Tahoua, M. Gonda Djibo Maman Sani, « des textes juridiques de droit commun et des textes juridiques spéciaux protègent l'enfant, à commencer par la Constitution nigérienne qui indique que la famille constitue l'unité de base de la communauté humaine. L'Etat assure sa protection ainsi que celle des jeunes contre l'exploitation et l'abandon ». Le Niger a également ratifié la Convention relative à la protection de l'Enfant.
Côté Education nationale, on n'hésite pas à brandir le Décret N°2017-935/PRN/MEP/A/PLN/EC /MES du 05/décembre 2017 portant sur la protection, le soutien et l'accompagnement de la jeune fille en cours de scolarité.
Bref, avec un tel arsenal juridique, les pouvoirs publics sont fondés à agir dans l'intérêt supérieur de l'enfant. Mais pendant longtemps, cela n'a pas été le cas, à cause de la complexité d'une question qui touche aux us et coutumes, surtout en milieu rural où règnent l'illettrisme et l'indigence. .
Pour l'UNICEF Niger, dans une lettre de juillet 2018 sur le mariage des enfants intitulée « complément d'informations », «mettre fin au mariage des enfants peut préserver l'enfance d'une fille, promouvoir son droit à l'éducation, réduire son exposition à la violence et aux abus et contribuer à briser le cycle de pauvreté qui se transmet d'une génération à l'autre. Retarder le mariage et la grossesse peut également protéger les filles des risques de décès pendant l'accouchement et d'autres séquelles handicapantes comme les fistules obstétricales. En un mot, mettre fin à la pratique du mariage des enfants transforme des vies et améliore les conditions de vies des communautés ».
A Guidan Iddar et à Koloma, la mise en œuvre par l'UNFPA, de l'approche communautaire dénommée « Illimin » en faveur des adolescentes, est en train de révolutionner les mentalités. Dans chacune de ces deux localités que nous avons visitées, une centaine d'adolescentes âgées de 10 à 19 ans, dont la majorité sont non scolarisées, suivent des modules d'alphabétisation et de formation sous forme de conseils de vie sur la connaissance de leurs corps, l'hygiène, la reproduction. Bref, tout ce qui peut les préparer à comprendre leur futur rôle de mère. Mieux, des formations aux activités génératrices de revenus leur sont dispensées, comme la couture. Les «classes » s'appellent Espaces Sûrs. Le responsable de l'ONG Adkoul qui met en oeuvre ce programme nous indique que pour la région de TAHOUA : « il existe 116 Espaces Sûrs répartis à travers 44 communes rurales et urbaines. »
L'objectif est de « contribuer à l'autonomisation des filles et à un changement social au sein des communautés, en vue de l'abandon du mariage précoce des adolescentes et du retard de la survenue des grossesses chez ces dernières pour une meilleure prise en compte de leurs droits. » L'engouement que suscitent les Espaces Sûrs à Guiddan Idder et à Kolloma n'a d'égal que la volonté des jeunes adolescentes à suivre ces formations.
Toutes les filles que nous avons interrogées nous répondent avec enthousiasme qu'elles appréhendent mieux désormais les problèmes dont elles n'avaient pas conscience avant leur inscription dans les Espaces Sûrs. Mieux, certaines adolescentes y ont trouvé des lieux pour soigner les blessures morales résultant de l'incompréhension parentale ou les traumatismes d'un mariage précoce que les mentors et les marraines ont réussi à leur éviter. Parce que les Espaces Sûrs ne s'occupent pas que d'alphabétiser les adolescentes. Il y a aussi la dimension dialogue communautaire, à travers le travail des mentors et des marraines qui sont à la fois des lanceurs d'alerte et des négociateurs pour retarder les mariages des enfants. Bref, les programmes à base communautaire ainsi que les multiples réalisations d'infrastructures éducatives et sanitaires en faveur des jeunes que mènent l'UNICEF et l'UNFPA pour appuyer le Gouvernement dans la Région de Tahaoua ont eu un impact positif, car fortement apprécié des populations sur le terrain et soutenu par une large mobilisation des leaders traditionnels.

Par Mahaman Bako, envoyé spécial(onep)

12/10/18

L'invité de Sahel Dimanche

Pr. Khalid Ikhiri, président de la CNDH-Niger, président du Réseau des institutions nationales des droits humains des pa…

Pr. Khalid Ikhiri, président de la CNDH-Niger, président du Réseau des institutions nationales des droits humains des pays du G5 Sahel : «Il n'y a jamais eu de guerre propre, mais il est bien possible d'allier lutte contre l'insécurité et respect scr

Monsieur le président, la CNDH et les autres institutions nationales des pays du G5 Sahel ont mis en place récemment un Réseau dont vous êtes le président. Pouvez-vous nous faire la genèse de la création de ce réseau ?Quelques mois seulement après son installation effective en mai 2013, la CNDH-Niger avait entrepris sur fonds propres, des missions de sensibilisation et d'information, au niveau des Institutions Nationales des Droits de l...

M. Mamoudou Moctar, Président de la Délégation Spéciale de la ville de Niamey : ''Le Niger est dans cette dynamique de R…

M. Mamoudou Moctar, Président de la Délégation Spéciale de la ville de Niamey : ''Le Niger est dans cette dynamique de Renaissance Culturelle, inspirée par le Président de la République, dont la ville de Niamey doit être le moteur, la locomotive et l

      Monsieur le président de la Délégation Spéciale, pouvez-vous nous parler de vos réalisations depuis que vous êtes à la tête de la Délégation spéciale de la ville de Niamey et leurs impacts sur le quotidien des populations ?Je dois d'abord remercier l'Office National d'Edition et de Presse (ONEP), pour l'occasion qu'il me donne, encore, pour parler des travaux que nous faisons depuis notre arrivée à la tête de la ...

M. Salissou Abdou, directeur de l'IUT de l'Université de Tahoua : « Notre institut défend le professionnalisme centré su…

M. Salissou Abdou, directeur de l'IUT de l'Université de Tahoua : « Notre institut défend le professionnalisme centré sur la formation aux affaires»,

Monsieur le directeur, quelles sont les missions assignées à l'IUT ?L'IUT de l'Université de Tahoua a pour mission de répondre aux besoins en matière de compétences des marchés national et international du travail et aux exigences de la responsabilité sociétale de l'entreprise. Bien qu'il soit jeune, il est pourtant riche en de nombreux enseignants permanents (enseignants technologues, enseignants-chercheurs) et vacataires (des dirigean...

M. Zarami Abba Kiari, Secrétaire Permanent par intérim de la Cellule d'Appui au Partenariat Public Privé (CAPPP) : « Le …

M. Zarami Abba Kiari, Secrétaire Permanent par intérim de la Cellule d'Appui au Partenariat Public Privé (CAPPP) : « Le Partenariat Public Privé fait partie des financements innovants que les Etats mettent en place en vue de faire face à l'absence de

Le Niger vient d'opérer une réforme d'envergure du cadre juridique et institutionnel des Contrats de Partenariat Public Privé (CPPP), avec l'adoption de la loi n° 2018-40 du 05 juin 2018, portant régime des Contrats de Partenariat Public-Privé. Cette loi est motivée par la nécessité de corriger les insuffisances des textes antérieurs dont notamment la faible implication du Ministère des Finances dans le processus de la mise en œuvre des...

Mme Binta Fatouma KALME, Directrice Générale de l'Institut Africain d'Informatique : « Il faut que les Etats membres com…

Mme Binta Fatouma KALME, Directrice Générale de l'Institut Africain d'Informatique : « Il faut que les Etats membres comprennent cette nécessité de l'intégration et de l'appropriation du numérique et s'engagent résolument à nous accompagner »

L'Institut Africain d'Informatique (IAI) est un Etablissement inter-Etats d'enseignement supérieur spécialisé dans le domaine de l'informatique. Créé, à Fort-Lamy, actuel N'Djamena, au Tchad, le 29 janvier 1971, par les Chefs d'Etat et de Gouvernement des pays membres de l'Organisation Commune Africaine et Malgache (OCAM), par Résolution N°33/AEFT/ Fort-Lamy du 29 janvier 1971, l'IAI est un outil d'intégration régional et un centre d'ex...

Commandant Souleymane Eddiguini, Directeur départemental de l'Environnement Doungass : "On n'a plus la grande faune…

Commandant Souleymane Eddiguini, Directeur départemental de l'Environnement Doungass : "On n'a plus la grande faune ; on n'a que des reptiles et des oiseaux"

Monsieur le Directeur comment se présente votre mission de gestion et de sauvegarde de l'Environnement dans le jeune département de Doungass ?La mission de la Direction Départementale de l'Environnement est la protection, la restauration de l'environnement. En gros, la gestion des ressources forestières et fauniques. Dans la gestion durable des forêts nous conduisons la gestion de l'exploitation des forêts qui est la ressource la plus i...

M. Adamou Imirane Maïga, Commissaire à l'Organisation des Grands Evènements (COGE), : « Zinder Saboua restera à jamais g…

M. Adamou Imirane Maïga, Commissaire à l'Organisation des Grands Evènements (COGE), : « Zinder Saboua restera à jamais gravée dans la mémoire des Damagarawas en particulier et des Nigériens en général »

Le Commissaire à l'Organisation des Grands Evènements (COGE), Monsieur Adamou Imirane Maïga, a été l'un des acteurs déterminants de l'organisation et du succès des festivités entrant dans le cadre de la célébration du 60ème anniversaire de la proclamation de la République, connue sous le nom de Zinder Saboua. Il était sur plusieurs registres événementiels : cérémonies d'ouverture, méga spectacle son et lumière, régie son et lumière, gra...

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Général de l'Organisation des Producteurs de Pétrole Africains (APPO) : "Nous av…

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Général de l'Organisation des Producteurs de Pétrole Africains (APPO) : "Nous avons besoin d'un nouveau départ"

Monsieur le Secrétaire Général, Présentez à nos lecteurs l'organisation dont vous êtes le premier responsable.Il faut d'abord préciser que l'ancienne Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA), aujourd'hui APPO est une organisation intergouvernementale africaine créée le 27 Janvier 1987 à Lagos au Nigeria, pour servir de plateforme de coopération et d'harmonisation des efforts, de collaboration, de partage des connaissances...

M. Moussa Sayabou, préfet du Département de Kantché : "Les communes les plus touchées par le phénomène de migration…

M. Moussa Sayabou, préfet du Département de Kantché : "Les communes les plus touchées par le phénomène de migration sont celles qui maquent suffisamment de terres irrigables"

M. Le préfet, le département que vous dirigez ?Merci de l'opportunité que vous nous offrez afin de nous exprimer à travers les colonnes de votre journal. Le département de Kantché est situé dans la partie sud de la région de Zinder. Il couvre une superficie de 2.381 km2 et compte neuf communes à savoir les communes de Matameye, Kantché, Daouché, Doungou, Dan Barto, Ichirnawa, Kourni, Tsaouni et Yaouri. Concernant la chefferie traditionn...

Interview de M. Issa Moussa, Gouverneur de la Région de Zinder : « Je suis totalement satisfait des travaux exécutés ; n…

Interview de M. Issa Moussa, Gouverneur de la Région de Zinder : « Je suis totalement satisfait des travaux exécutés ; nous tiendrons le délai tel qu'il a été prévu, et la fête sera très belle »

Monsieur le Gouverneur, Zinder accueille cette année la fête tournante du 18 décembre avec en toile de fond l'exécution du programme « Zinder Saboua ». Quel sentiment vous anime à la veille de la tenue de ce grand événement national et comment le préparez-vous?Je vous remercie de m'avoir donné la parole pour me prononcer sur ce que nous sommes en train de faire dans le cadre de l'organisation de la fête tournante que nous avons appelée ...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

Audiences

Dossier

Département de Magaria : La préservation de l'envi…

Département de Magaria : La préservation de l'environnement gage de développement durable

Avec une superficie de 7 903 km2, Magaria est l'un des départements les plus riches en mat...

vendredi 15 février 2019

"La sécurité est aujourd'hui garantie dans le…

"La sécurité est aujourd'hui garantie dans le département", affirme le préfet : M. le préfet, pouvez-vous nous faire succinctement la présentation de votre entité administrative ?

Nous vous remercions de l'intérêt que vous accordez à notre département à savoir le départ...

vendredi 15 février 2019

Le numérique au Niger : Promouvoir le numérique et…

Le numérique au Niger : Promouvoir le numérique et accélérer le progrès social

Certes le fossé qui existe entre les pays dits développés et ceux du tiers monde est grand...

mardi 12 février 2019

L'air du temps

Saint Valentin : au cœur de l'espièglerie juvénile

Saint Valentin : au cœur de l'espièglerie juvénile

Hier, jeudi 14 février 2019, les jeunes ont célébré la fête de la Saint-Valentin dédiée au...

vendredi 15 février 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.