Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

La cinéaste Aïcha Macky : Nos sociétés sont porteuses de vices qu'il faut combattre avec la caméra"


inviteDepuis plusieurs années, à force de travail et d'abnégation, elle fait rayonner le cinéma nigérien à l'international. On retrouve toujours ses productions avec autant de perfectionnisme et de bonheur sur les écrans. Elle, c'est Aïcha Macky ; née en 1982 à Zinder, cette jeune femme peut sembler aujourd'hui avoir beaucoup gagné. Plusieurs distinctions et récompenses et sans doute, sûrement encore plusieurs années de succès au compteur de sa carrière. Elle vient de créer sa propre entreprise de production dénommée ''Tabous Productions''.
Comment êtes-vous venue au cinéma?
La première fois que je suis montée sur un podium, j'avais 6 ans, j'étais en classe de Cours d' Initiation (CI).J'ai été sélectionnée par feu Issa Cherif, alors instituteur, qui parcourait les écoles à la recherche d'un (e) élève qui a une voix sinusoïdale pour être porte-voix des scolaires de la région de Zinder à travers une chanson dénommée Zinder, région de mon enfance. C'était à l'occasion de la visite du Président Ali Saibou qui coïncidait avec les festivités de fin d'année académique. Depuis ce temps, je ne me suis jamais arrêtée. Au Lycée Amadou Kouran Daga, j'étais une des animateurs du club culturel dudit lycée. Je m'intéressais à tout ce qui est art du spectacle. J'ai évoluée au Club UNESCO et au niveau de la commission des Affaires culturelles de l'Université de Niamey et ce, jusqu'à ma maîtrise. J'ai présidé plusieurs activités culturelles à l'Université dont la semaine des scolaires nigériens.
Mais, le cinéma, c'était grâce au Forum Africain de films documentaires initié par SEM Inoussa Ousseini Sountalma. J'étais stagiaire pendant des années. En 2011, il avait demandé une liste de tous les stagiaires qui ont un diplôme leur permettant de faire un Master. On était 3 parmi les stagiaires. Ramatou Doullah Harouna, Boka Abdoulaye et moi-même. Il nous a octroyé des bourses d'étude pour faire un Master Réalisation qui venait d'ouvrir à l'Université Abdou Moumouni en collaboration avec l'Université de Grenoble et le réseau des documentaristes dénommé AFRICADOC. C'était le début d'une belle et incroyable aventure cinématographique qui m'a amenée jusqu'au Festival de Cannes.

Vous avez fait vos débuts dans un environnement peu favorable à cause de certaines pesanteurs socio culturelles, quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées?
Ma passion était tellement grande que j'avais les résultats comme préoccupations. Je me suis battue pour passer de l'écriture littéraire, scientifique (je suis sociologue de formation) pour arriver à faire des phrases filmiques, écrire en image. C'était un grand défi à relever. Surtout que je me retrouvais comme un cheveu dans la soupe au milieu des gens qui viennent des écoles d'arts, des gens qui ont étudié l'art depuis le collège pour certains.
J'ai réussi avec brio. C'est là que j'ai compris tout le sens de la maxime « vouloir, c'est pouvoir ». J'ai su faire de tous les obstacles des opportunités en usant de la méthode d'approche de la sociologie. J'aborde des thématiques les plus sensibles sans heurter la sensibilité des uns et des autres. Cela n'empêche pas à ce que le message passe. Je reste respectueuse de toutes nos valeurs positives. Mes 3 films parlent tous de tabous, ils sont tous bien reçus grâce à la méthode d'approche qui est importante, j'insiste.

Vous avez eu à réaliser nombre de films et de documentaires et côtoyer plein de grands cinéastes. Quels sont les films qui vous inspirent? Quelles sont vos productions pour lesquelles vous avez un intérêt particulier et pourquoi?
Je m'intéresse à tous ceux qui traitent des sujets qui touchent l'humain. C'est pourquoi le Cambodgien Rithy PAN reste un de mes meilleurs modèles. Ces films sont d'une profondeur incroyable. Il est le maitre du symbolisme pour moi. Le genre de film que j'aime bien faire car tout n'est pas dans la parole, c'est aussi dans les gestes, dans les symboles et dans le silence aussi. C'est tous ces éléments qui font du cinéma car l'image à elle seule est la langue internationale.
Quand quelqu'un est triste ou joyeux, vous n'avez pas besoin d'un commentaire pour comprendre cela. J'aime les films engagés, qui ont des messages forts, des messages qui réveillent, des messages qui troublent, qui choquent aussi car nos sociétés sont porteuses des vices qu'il faut combattre avec la caméra. Pour moi, l'Art, le cinéma surtout et l'éducation restent les plus puissantes armes pour combattre et contrer tous les maux.

Dans un de vos films qui a fait le tour du monde, vous avez levé un coin de voile sur l'infertilité dans les foyers à travers le film " Arbre sans fruits" qui a d'ailleurs reçu plus d'une quarantaine de distinctions. Pouvez-vous nous détailler un peu le contenu. Et pourquoi le choix de ce thème?
J'étais mariée et pendant quatre (4) ans, on n'avait pas d'enfant. Cette situation est «hors-norme » dans mon pays, le Niger, dans lequel le statut marital somme le couple d'enfanter le plus tôt possible. Il n'y avait pas un mois voire une semaine qui se passait sans que je participe à un baptême. La première question que certaines personnes me posaient, c'est quand est-ce que tu vas faire un enfant toi aussi? C'était au début de ma vie conjugale. Plus le temps passait, plus ça devenait une pression psychologique. Je ne savais pas quoi répondre aux gens. Devrais-je parler de mon intimité, me justifier à tout moment ? Devrais-je dire aux gens que l'enfant ne se fait pas seule ? Autant de questionnements qui m'abritaient.
Dans ce contexte, il est difficile de se soustraire au regard des autres et à la pression exercée sur les femmes. Mais la femme n'est pas la seule concernée, le couple aussi peut être mis en danger s'il ne répond pas aux exigences de la vie maritale.
Mon retard de maternité a créé un trouble intime qui questionne à la fois ma place dans ma propre famille - les séquelles liées à la disparition de ma mère mais aussi ma place dans la société. Cela suscitera des interrogations autour de ce qui se passe lorsqu'une femme est en situation d'échec quant à ce « devoir » exigé par son genre, son rapport à la communauté des femmes et son regard sur elle-même.
Ma mère est décédée à la suite d'un accouchement alors que je n'avais que cinq (5) ans et que moi je mourais à petit feu en ne donnant pas cette vie, j'ai filmé mon carnet de vie et j'ai fait un parallélisme entre mon histoire et celle de ma mère. C'est un film qui trace le cheminement de mon rapport à la maternité, et prend pour point de départ cette mère inconnue, dont je ne garde qu'une photo floue. A travers mon expérience personnelle, je cherche à sonder le destin des femmes autour de l'enfantement - et recueillir le ressenti des femmes présumées infécondes. L' « arbre sans fruit » documente cette réalité qui nous entoure mais qu'on ne perçoit pas.

Comment envisagez-vous la suite de votre carrière cinématographique?
Si les complaintes sont nombreuses face aux difficultés de la production cinématographique en Afrique ou à la fermeture des salles sur ce continent, une analyse des causes qui ont mené à cette situation et un état des lieux de cette industrie presqu'inexistante constituent un antécédent obligatoire à l'éventuelle adoption de remèdes appropriés. Aujourd'hui il y a lieu pour l'Afrique de se réapproprier son cinéma et son image. Il est donc question pour cette nouvelle génération de jeunes de redorer le flambeau en relevant les défis de la production, de la création artistique et de l'exploitation des œuvres. Fort consciente de cela en tant que jeune réalisatrice, après le tournage de ''l'arbre sans fruit'', j'ai senti le besoin d'ajouter une plus value au cinéma de mon pays le Niger, mais aussi à celui de la zone sahélienne, en créant une structure de production, qui sera une vitrine pour les jeunes talents du continent.
Ma curiosité du monde me pousse à chercher des complicités artistiques et professionnelles de tout horizon, autorisant une représentation plus riche sur les hommes, les choses, les évènements et en ouvrant de nouveaux espaces de réflexion. Ma soif de rencontre et l'accès à des univers très différents qui touchent à la compréhension du monde, enrichissent ma culture de l'image et favorisent le développement d'une ligne éditoriale originale, qui sait prendre en compte les nouvelles attentes des publics.
''Tabous production'' ambitionne de traiter les non-dits de nos sociétés, les sujets dits « sacrés », inviolables ou des thématiques sensibles, qui parlent de l'humain et de l'humanité mais aussi liturgiques que satiriques, dénonciatrices que révolutionnaires...Avec cette boite, nous coproduisons mon prochain film long métrage ''Zinder'' avec le Film de Balibari de la France et Corso Film de l'Allemagne. C'est un projet dont l'écriture finit en Janvier. J'ai aussi des projets dont entre autres une série Condamnation générationnelle, les faux compagnons sur les maladies incurables et Allah Ya Baku Mu Samu sur le phénomène de la mendicité.
La société compte créer des liens afin de travailler en synergie avec d'autres producteurs de la sous-région. Embaucher des ressources humaines, promouvoir la culture tout en créant des emplois. Nous nous voulons une structure panafricaine, motivée, jeune et dynamique, dotée d'une volonté de réussir pour ainsi apporter son expertise et sa contribution dans l'édification du cinéma africain en particulier et mondial en générale.

Nous avions remarqué que, outre le cinéma, vous vous investissez également dans le domaine social et humanitaire, notamment le parrainage et/ou l'organisation de plusieurs activités. Pouvez-vous nous en dire plus?
Parallèlement à ma carrière de cinéaste, je suis formatrice des formateurs en cinéma mobile qui est une composante du programme PDEV II (Paix à travers le Développement) ; j'encadre des jeunes sur les techniques de facilitation des débats autour de courts-métrages produits par Search For Common Ground sur des conflits réels ciblés dans des communes du Niger qui ont des frontières avec les pays voisins en situation de conflit. Ces films traitent de la résilience communautaire et de comment contrer l'extrémisme violent.
Avec l'ambassade des Etats Unis et d'autres cinéastes, nous formons des jeunes au métier du cinéma sur appel à projet. En une semaine, certains arrivent à faire des films. Ce n'est pas forcément des films aboutis mais des essais qui donnent à voir des images et découvrir des histoires. Pour encourager ces jeunes, cette année, deux (2) prix ont été octroyés à ceux qui ont fait plus d'efforts. C'était lors du Short Film Festival créé à cet effet.
Tout ça, je le fais volontairement. C'est ma façon à moi de partager mes connaissances.

Réalisée par Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)
07/12/18

L'invité de Sahel Dimanche

Colonel Major Bako Boubacar, Directeur général de la Protection Civile : « L'ultime solution aux risques liés au transpo…

Colonel Major Bako Boubacar, Directeur général de la Protection Civile : « L'ultime solution aux risques liés au transport des hydrocarbures, c'est la conception d'un pipe-line»

Monsieur le Directeur général, il y a quelques jours de cela, un véhicule citerne accidenté au quartier Aéroport de Niamey, a provoqué la mort de plusieurs dizaines de Nigériens venus siphonner le carburant qu'il contenait. Est-ce qu'on peut dire que les mesures de sécurité ont été respectées à cette occasion pour éviter la survenue de ce drame ?Je me réjouis de l'opportunité que vous nous donnez de parler de ce problème et d'apporter n...

M. Mayaki Maikolanché, président de la Commission Nationale de gouvernance au Mécanisme Africain d'Evaluation par les Pa…

M. Mayaki Maikolanché, président de la Commission Nationale de gouvernance au Mécanisme Africain d'Evaluation par les Pairs (MAEP) : «Le MAEP est là pour répondre au défi du développement du continent africain, et au défi de l'intégration ; il s'agit

Monsieur le Secrétaire Permanent du MAEP, le Conseil des Ministres du lundi 29 avril 2019 a entendu une communication du Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République relative au lancement de l'auto-évaluation du Mécanisme Africain d'Evaluation par les Pairs (MAEP). Pouvez-vous nous édifier sur l'importance pour notre pays d'entrer dans la phase de lancement de l'auto-évaluation du MAEP ?Je voudrais sincèrement vous remer...

M. Haladou Mamane, Coordonnateur du Projet Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) : Tout ce qui est bonne pratique au poin…

M. Haladou Mamane, Coordonnateur du Projet Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) : Tout ce qui est bonne pratique au point de vue traditionnel peut être enregistré comme patrimoine culturel

La convention Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) de 2003 propose aux Etats parties un modèle de fiches standards pour enregistrer et classer leur PCI. Ce modèle a pris en compte cinq (5) champs, notamment les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur de Patrimoine Culturel Immatériel, les arts des spectacles, les pratiques sociales, rituelles et évènements festifs, les connaissances et pratiques concernant la...

Dr. Sani Kabir, président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC) : «Au Niger, la liberté a été souverainement ér…

Dr. Sani Kabir, président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC) : «Au Niger, la liberté a été souverainement érigée en liberté constitutionnelle»

Monsieur le Président, voilà un an que vous êtes à la tête du Conseil Supérieur de la Communication (CSC). Pouvez-vous nous donner un aperçu sur les principales actions que vous avez entreprises durant cette année ?Il est très tôt pour tirer un bilan, mais nous pouvons tout de même relater quelques actions qui ont été engagées depuis lors. Je voudrais d'abord préciser que la nouvelle équipe du Conseil supérieur de la communication a pri...

M. Kadi Abdoulaye, ministre de l'Equipement : «Les différentes réalisations ont permis d'augmenter significativement la …

M. Kadi Abdoulaye, ministre de l'Equipement : «Les différentes réalisations ont permis d'augmenter significativement la taille du réseau routier national et d'améliorer certains indicateurs»

Monsieur le ministre, le Niger est engagé depuis quelques années dans une politique hardie d'équipement du pays en routes, ponts et échangeurs voire en travaux connexes : quel est le coût de ces investissements et surtout quel est leur impact sur les échanges nationaux et internationaux du Niger voire sur le bien-être des Nigériens ?Durant les huit ans de mise en œuvre du Programme de la Renaissance Actes 1 et 2, d'importants investisse...

M. Souley Limane Korimi, directeur du Centre Culturel Oumarou Ganda : « Avec l'avènement des TICs et des réseaux sociaux…

M. Souley Limane Korimi, directeur du Centre Culturel Oumarou Ganda : « Avec l'avènement des TICs et des réseaux sociaux, les centres d'animation ne sont plus régulièrement fréquentés »

Monsieur le directeur, pouvez vous nous dire dans quel contexte culturel a été créé le Centre Culturel Oumarou Ganda (CCOG) ?A l'époque, l'Etat organisait des manifestations artistiques et culturelles, notamment le Festival National de la Jeunesse dans les départements [ndlr : les régions actuelles] pour créer un cadre d'épanouissement et de promotion du patrimoine culturel de proximité à la population en général et à la jeunesse en par...

M. Ousmane Baoua, Chef de Division à la Direction de la Météorologie : «C'est une température moyenne de 44 à 45 degrés …

M. Ousmane Baoua, Chef de Division à la Direction de la Météorologie : «C'est une température moyenne de 44 à 45 degrés Celsius que nous prévoyons sur le pays»

Depuis quelque temps on enregistre une montée progressive du thermomètre dans certaines zones de notre pays et particulièrement à Niamey. Est-ce que cette situation est normale du point de vue météorologique ?Merci de votre passage à la Direction de la Météorologie Nationale. Pour répondre directement à votre question, c'est vrai que depuis le début du mois de mars 2019, nous avons commencé à enregistrer une hausse de température. Le 31...

M. Moussa Harouna, Maire de Magaria : «Si on veut un travail de qualité au bénéfice des populations, il faut forcement r…

M. Moussa Harouna, Maire de Magaria : «Si on veut un travail de qualité au bénéfice des populations, il faut forcement relever le niveau de compétence et de formation des Maires et des administrations municipales»

Monsieur le maire, présentez nous votre commune.Magaria, qui a été érigée en commune en 1988, compte, suivant le recensement de 2012, 130.707 habitants, pour une superficie de 715 km2. La densité de la population tourne autour de 188 hbts au km2. Les principales activités sont l'agriculture et l'élevage mais aussi le commerce favorisé par notre proximité avec le Nigeria. Sur le plan position géographique, elle est limitée au nord par la...

Maman Bachir Abdou, maire de la Commune Urbaine de Mirriah : «Nous remercions le Président de la République et le Gouver…

Maman Bachir Abdou, maire de la Commune Urbaine de Mirriah : «Nous remercions le Président de la République et le Gouvernement pour avoir fait de la question du changement de comportement une priorité nationale»

M. le maire, comment se présente la commune de Mirriah ?La Commune Urbaine de Mirriah a été créée le 27 juin 1988 ; c'est une Commune qui a trente (30) ans d'existence. Pour ce qui est de la population, au dernier recensement général de la population et de l'habitat, la Commune a compté80 126 habitants. Si on travaille avec le taux d'accroissement, on peut l'estimer à 90 000 voir100 000 habitants. La commune a une superficie de 621 Km2....

M. Saley Saidou, Président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : «Mon ambition pour le CESOC, c'est de ren…

M. Saley Saidou, Président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : «Mon ambition pour le CESOC, c'est de rendre cette institution encore plus active et productive»

Monsieur le Président, la première session ordinaire du CESOC au titre de l'année 2019 a pris fin récemment à Niamey. Quelle sont les recommandations issues de cette session ?Tout d'abord je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler de notre institution le CESOC et de ses missions.Cela dit, pour revenir à votre question, le Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) a effectivement tenu sa première session ord...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Consommation des arômes et sels artificiels : Des …

Consommation des arômes et sels artificiels : Des additifs alimentaires pas toujours bénéfiques pour notre santé

Communément appelés «arôme Maggi», les exhausteurs de goût ou additifs alimentaires envahi...

jeudi 23 mai 2019

Témoignages de certaines ménagères sur l'effet des…

Témoignages de certaines ménagères sur l'effet des arômes industriels ou « bouillon » sur la santé

Les arômes importés constituent un problème sanitaire important. En effet, il n'est pas ra...

jeudi 23 mai 2019

Le coût du hadj 2019 : Le pèlerinage aux lieux sai…

Le coût du hadj 2019 : Le pèlerinage aux lieux saints de l'Islam, de plus en plus un fardeau pour les fidèles

« L'Etat n'invente pas le prix du Hadj mais étudie toutes les dépenses par rubrique, fait ...

jeudi 16 mai 2019

L'air du temps

Et bientôt la frénésie des préparatifs de la fête

Et bientôt la frénésie des préparatifs de la fête

Jour ''J'' moins 28 ; - 27 ;... -11 ; -10 ; -9, etc. Le compte à rebours est en marche, no...

jeudi 23 mai 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.