Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Aliou Oumarou, président du Conseil National de la Jeunesse : « Vu le nombre d'emplois créés en faveur de la jeunesse en trois ans, les infrastructures construites et celles en cours de réalisation, le chemin de fer et surtout la paix et la sécuri

M. Aliou Oumarou M. Aliou Oumarou

Monsieur le président, pouvez-vous rappeler à nos lecteurs les missions assignées au Conseil National de la Jeunesse ?
Le Conseil National de la Jeunesse du Niger (CNJN) est un organe consultatif indépendant et apolitique placé sous la tutelle du Ministère de la Jeunesse et des Sports. Il regroupe toutes les organisations de jeunesse en milieux rural et urbain, en milieux scolaire et non scolaire. C'est le seul organe mandaté par le gouvernement à prendre en charge toutes les questions et préoccupations de la jeunesse nigérienne. Il est composé des jeunes dont l'âge varie entre 15 et 35 ans. Il a pour missions, entre autres, d'émettre des avis et recommandations à l'adresse des pouvoirs publics sur les questions de jeunesse; d'élaborer annuellement un rapport à l'intention des plus hautes autorités du pays; de veiller à la mise en œuvre de la Politique Nationale de la Jeunesse (PNJ), de la Déclaration de Politique Générale (DPG) du Gouvernement sur les points qui concernent la jeunesse et des différents programmes sectoriels concernant la jeunesse; d'assister les jeunes Nigériens sur l'ensemble des problèmes les concernant, notamment sur les questions de l'emploi, de la formation, de l'éducation, de la santé, des sports et des loisirs; de sensibiliser la jeunesse nigérienne sur un certain nombre de thématiques, notamment la culture de la paix et de la non violence, le dialogue interculturel, les droits humains, la sécurité routière, la gestion axée sur les résultats, le VIH-SIDA, le changement climatique, le civisme, la bonne gouvernance et les TIC, dans l'optique du changement de comportement des Nigériens prôné par le Président de la République; de nouer un partenariat durable avec les partenaires au développement; et de créer un large réseau de coopération et d'entraide entre les jeunes du Niger et ceux du monde entier, de sorte que les jeunes Nigériens puissent avoir une ouverture beaucoup plus grande sur le monde.
Quel bilan pouvez-vous dresser après avoir géré pendant quelques années ce Conseil ?
Avant de parler de bilan, permettez-moi d'abord de vous rappeler qu'en 2011, lorsque nous étions élus à la tête de cette institution, nous avions pris l'engagement, lors de la première interview que le Sahel Dimanche nous a accordée, de faire du Conseil National de la Jeunesse un organe respecté et respectable. Aujourd'hui, il me plait de saluer l'ensemble des membres de notre équipe qui, grâce à la conjugaison de leurs efforts et à la sérénité qui a toujours prévalu au sein du groupe, nous ont permis de relever tous ces défis ; car, d'une part, nous avons fait du CNJ un organe incontournable des partenaires au développement, un allié sûr du gouvernement, mais surtout un cadre de référence et de retrouvaille pour l'ensemble de la jeunesse nigérienne.
En trois ans d'exercice, nous sommes allés au-delà de nos attentes, et cela nous a permis d'enregistrer comme résultats l'annulation du concours de douane de 2011 entaché de graves irrégularités; la formation de plus de 8000 jeunes sur la vie associative, le leadership, le contrôle citoyen de l'action publique, le montage de projet, la SSRAJ, l'entrepreneuriat social et solidaire, la lutte contre les violences, les TIC, la promotion de la paix et la sécurité; la création d'emplois à 630 jeunes grâce à des paye-phones mises à notre disposition par Airtel Niger; l'organisation régulière des sessions ordinaires du CNJ avec l'appui de l'Unicef; la célébration, chaque année, de la journée africaine et internationale de la jeunesse; la participation au camp national des jeunes à Takiéta en 2011 et à Tchirozérine en 2012; la participation à l'organisation des 1er et 2ème forums internationaux sur les emplois verts; l'organisation du camp national des jeunes à Maïné Soroa en août 2013, et à Dosso en 2014; l'organisation des rencontres régionales de sensibilisation des jeunes sur le terrorisme, avec l'appui de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix; des audiences régulières avec le Président de la République et le Premier ministre; le parrainage de plus de 524 événements des scolaires, des clubs, fadas et autres organisations de jeunesse; l'organisation et la participation de nos organes à plus de 680 émissions radiotélévisées; la représentation de la jeunesse dans les institutions de la République et les instances de prises de décision; l'organisation des rencontres régionales de sensibilisation des jeunes sur l'extrémisme violent et la mise en place des comités de jeunes médiateurs pour la paix, avec l'appui financier de l'Ambassade des Etats-Unis d'Amérique au Niger ; l'organisation du premier forum international des jeunes sur la paix et la sécurité à Tahoua; et la représentation de la jeunesse aux rencontres internationales dont entre autres la coupe d'Afrique des Nations à Libreville, la participation au sommet de haut niveau sur l'emploi des jeunes organisé par l'ONU à New York, le forum francophone préparatoire à Lyon, le sommet mondial de la Terre Rio+20 à Rio de Janeiro, le forum mondial de l'eau à Marseille, le forum des jeunes leaders sur l'entreprenariat à Nouakchott, le sommet des jeunes leaders du président Barack Obama aux USA, le camp international d'intégrité à Abidjan, le 4ème sommet panafricain des jeunes leaders à Dakar, et le forum des jeunes leaders sur l'entreprenariat à Abuja
Nous avons pu établir des partenariats avec les agences du Système des Nations Unies, l'ambassade des USA, de la France, de la Chine, de la Turquie, Oxfam-Québec, SOS-Civisme, CARE Niger, et l'UEMOA. Et il y a beaucoup d'autres activités que je n'ai pas pu citer ici. Donc, sans risque de me tromper, je peux dire que notre bilan est très positif et je prie Dieu pour que ceux qui viendront après nous face mieux pour cette belle jeunesse du Niger.
Le Programme de la Renaissance du Niger du Président de la République, Chef de l'Etat, SE Issoufou Mahamadou, et l'Initiative 3N, placent la jeunesse au centre de leurs préoccupations. Quelle est votre appréciation sur les actions menées dans ce cadre au profit de la jeunesse nigérienne ?
A mon avis, à partir du moment où le candidat Issoufou Mahamadou a été élu Président de la République sur la base de la pertinence de son Programme de la Renaissance du Niger, c'est un devoir pour chaque citoyen nigérien de s'approprier ce programme, et d'œuvrer pour sa réussite. En trois ans, vous conviendrez avec moi que vu le nombre d'emplois créés au profit de la jeunesse, les infrastructures construites et celles en cours de réalisation, le chemin de fer, et surtout la paix et la sécurité assurées, personne ne pourra rester indifférent. A cet effet, permettez-moi de m'acquitter d'un devoir, celui de féliciter très sincèrement le Chef de l'Etat, SEM Issoufou Mahamadou, le Premier ministre, Chef du Gouvernement qui a toujours été à nos cotés, et l'ensemble des membres du gouvernement pour leurs multiples actions de développement, et surtout notre ministre de tutelle, M. Abdoul Karim Dan Mallam, qui a placé notre organe dans ses priorités absolues.
Néanmoins, j'attire l'attention de nos autorités quant aux milliers de diplômés qui sortent chaque année de nos universités et autres instituts de formation, et qui attendent d'être insérés; les autorités concernées doivent veiller à la transparence lors des recrutements à la Fonction Publique, notamment avec les enseignants contractuels ; de veiller aussi à la disponibilité des enseignants chercheurs dans les universités publiques du Niger ; de mettre en place un fonds de garantie et un régime fiscal approprié pour accompagner les jeunes entrepreneurs, et surtout de veiller à une exploitation rationnelle de nos ressources naturelles pour mettre à l'abri les générations futures.


Maintenant en ce qui concerne l'initiative ''3N'', je pense que c'est la meilleure réponse que le Président de la République a apportée aux jeunes ruraux; mais nous constatons que ce programme traine dans sa phase opérationnelle. En effet, nous devons, après trois ans, commencer normalement à ressentir les retombées de ce noble programme qui peut et doit permettre non seulement de retenir la jeunesse rurale dans les campagnes après la saison des pluies, mais aussi assurer une sécurité alimentaire durable à nos populations, car comme le dit le Chef de l'Etat, la sécheresse ne doit plus être synonyme de famine au Niger.
En tant que jeune, nous sommes fiers de voir l'initiative ''3N'' citée en exemple par la communauté internationale, mais aussi en modèle de développement durable dont les Etats membres du Comité Inter Etats de Lutte contre la Sécheresse au Sahel (CILSS) veulent se servir. C'est en ce sens que j'en appelle au sens de responsabilité de l'ensemble de la jeunesse nigérienne afin qu'elle se place au cœur de ce noble et ambitieux programme du Chef de l'Etat et en tirer le maximum de profit. Nous n'allons plus accepter qu'on construise le futur pour nous, mais nous allons nous battre pour que la jeunesse soit construite pour le futur.
Il y a quelques semaines, des voix se sont élevées pour appeler au renouvellement du Conseil National de la Jeunesse, car votre mandat serait dépassé. Quel commentaire cela vous inspire?
Naturellement, je trouve tout à fait normal les agissements de ces derniers mois autour du CNJ, cela s'explique tout simplement par le fait que notre équipe a fait un travail remarquable. Sinon, comment peut-on expliquer cette convoitise autour du Conseil National de la Jeunesse qui demeure un organe consultatif, par toutes ces structures de jeunesse et souvent même par d'autres acteurs non jeunes.
Maintenant pour lever toute équivoque en ce qui nous concerne, et pour éclairer davantage l'opinion nationale et internationale, nous avons demandé à rencontrer le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Abdoul Karim Dan Mallam, qui nous a reçus en audience le vendredi 24 octobre dernier, pour lui demander où est-ce que nous en sommes par rapport aux nouveaux textes du CNJ afin de procéder au renouvellement des instances.
Et je pense que la réponse du ministre de la Jeunesse à ce sujet a été très claire: il nous a expliqué que la proposition de texte faite par son département ministériel est soumise au Secrétariat Général du Gouvernement pour conformité avec la Charte Africaine de la Jeunesse. Une fois que ces textes sont amendés et adoptés en Conseil des ministres, aussitôt, toutes les instances seront renouvelées. Ce que nous attendons impatiemment nous aussi.
Mais pour le moment, nous continuons à défendre, en toute légitimité, les intérêts des la jeunesse nigérienne où qu'elle soit, car cette jeunesse en a tant besoin. Et nous continuons également à saisir toutes les opportunités qu'offrent ce gouvernement et ses partenaires à la jeunesse nigérienne.

Oumarou Moussa

L'invité de Sahel Dimanche

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patri…

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patrimoine culturel contribue à promouvoir le respect de la diversité culturelle et de créativité»

Dans le cadre de l'application de la convention de l'UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) que notre pays a ratifiée en 2003, entrée en vigueur en 2006, des progrès significatifs sont en train d'être enregistrés suite à l'effort inlassable que mène le ministère en charge de la renaissance culturelle dans son programme de relance ou de mise en œuvre. De retour d'un séminaire organisé en Chine dans le domaine du...

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision…

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision Terrestre Numérique, si tout va bien, les émissions pourront commencer courant décembre 2017 sur l'ensemble du pays »

Monsieur le ministre, votre institution a signé une convention lors du ''Sommet Transform Africa 2017''tenu le 11 mai dernier à Kigali, au Rwanda et qui a enregistré la présence de plusieurs chefs d'Etat, dont SE M. Issoufou Mahamadou. Pouvez- vous nous donnez d'amples explications au sujet de cette convention ?Il s'agit d'un mémorandum d'entente de coopération qui fixe les principes et les conditions d'une coopération économique et tec...

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une …

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une logique de développement durable»

Monsieur le gouverneur, depuis 2011, le ''Programme de la Renaissance'' est mis en œuvre dans toutes les régions du Niger. Quelles sont ses réalisations dans la région d'Agadez et quel commentaire cela suscite-t-il en vous?Il faut noter que la région a abrité la fête tournante du18 décembre ''Agadez SOKNI 2016''. A travers cet évènement, un certain nombre d'indicateurs font aujourd'hui qu'Agadez s'est définitivement tourné vers le progr...

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie d…

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie de l'AMP-UEMOA''

M. le Médiateur, vous avez organisé, cette semaine au Parc du W, la réunion de l'Association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. Pouvez-vous nous donner la substance des échanges que vous avez eus avec vos collègues de l'UEMOA ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler des activités de notre association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. C'est vrai que cette semaine nous avions accueilli nos co...

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril …

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril nous permet de rappeler la rébellion, de parler de l'unité nationale, d'un Niger dans lequel tous ses enfants se sentent solidaire

Créée en 1995 pour suivre la mise en œuvre des accords de paix de 1995 et des autres protocoles additionnels à ces accords intervenus en 1998, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), qui est rattachée à la Présidence de la République, est chargée entre autres de l'analyse prospectrice, de la prévention et de la gestion des crises et des conflits. Dans cette interview réalisée à moins d'une semaine de la célébration de la...

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus diffi…

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus difficile est derrière nous, et qu'il reste à consolider et à pérenniser la paix''.

Monsieur le gouverneur, quelles sont les réalisations effectuées dans les différents secteurs de la vie socio-économique de la Région de Diffa?Malgré la situation sécuritaire difficile qui constitue une entrave à toutes les activités dans la région de Diffa, la mise en œuvre du Programme de la Renaissance acte II se fait de façon assez bonne, comparativement aux autres régions. Ainsi, on peut retenir, dans les secteurs prioritaires, les...

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Oues…

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre : «Depuis sa création en 1907, l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) ne cesse de lutter pour les droits des

Madame, vous avez été élue, le 26 février dernier à Cartagena des Indes, en Colombie, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre. Pouvez-vous nous dire les conditions dans lesquelles se sont déroulées ces élections et quels pays le Niger avait comme challengers?Je vous remercie pour cette opportunité que vous me donnez de vous parler de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) et...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Artisanat à Agadez : Le savoir-faire traditionnel …

Artisanat à Agadez : Le savoir-faire traditionnel des femmes

Agadez est connu partout au Niger et ailleurs dans le monde pour son artisanat. Dans ce se...

vendredi 16 juin 2017

Mme Inani Amado Mamoudou, présidente communale des…

Mme Inani Amado Mamoudou, présidente communale des femmes artisanes d'Agadez : Les produits artisanaux de la région ont acquis une notoriété aux plans national et international

La présidente communale des femmes artisanes d'Agadez, Mme Inani Amado Mamoudou fait parti...

vendredi 16 juin 2017

Le travail des enfants à Niamey : Entre débrouilla…

Le travail des enfants à Niamey : Entre débrouillardise et exploitation

Le phénomène ne semble nullement choqué et pourtant le travail des enfants prend de l'ampl...

vendredi 9 juin 2017

L'air du temps

Il a plu des cordes sur Niamey

Il a plu des cordes sur Niamey

Après les pluies torrentielles qui se sont abattues sur la ville de Niamey dans la nuit de...

vendredi 16 juin 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.