Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Abdou Mamane, Gouverneur de la région de Maradi : «L'avenir socio-économique de la région de Maradi s'annonce prometteur»

M. Abdou Mamane M. Abdou Mamane

Monsieur le gouverneur, quel sentiment vous anime avec l'inauguration par le Président de la République du Marché central de Maradi, et que représente cette infrastructure pour la ville ?
Je remercie sincèrement l'équipe du Sahel Dimanche pour avoir fait le déplacement à Maradi afin de vivre en direct avec nous cet évènement historique dans la vie de notre capitale régionale. En effet, c'est un jour mémorable, ce mercredi 12 novembre 2014, et il sera gravé en lettres d'or dans la vie de la région.
Je profite de vos colonnes pour rendre un hommage appuyé au Président de la République pour son engagement personnel dans la réalisation de cet imposant marché digne d'une capitale économique. L'inauguration officielle de ce qu'il convenu d'appeler désormais le Temple du commerce de Maradi, et même de notre pays, va à coup sûr libérer les activités commerciales longtemps restées tributaires de l'absence d'un marché digne d'une capitale économique.
Avec la construction de ce marché, SEM. le Président de la République vient de donner à Maradi l'essentiel. Et pour mieux cerner ce que je viens d'affirmer, il suffit simplement de faire la comparaison avec le cas d'un berger dont le troupeau paît difficilement aux alentours d'une vaste aire de pâturage clôturée, et à qui on autorise finalement d'accéder à l'intérieur avec ses animaux. Les populations de la région, qui sont les principales bénéficiaires de ce marché, réaffirment donc ici, par ma voix, leurs vifs et sincères remerciements, ainsi que leur profonde et éternelle gratitude au Président de la République.
Car, comme vous l'avez sans doute remarqué, des ruines du marché traditionnel de Maradi renait aujourd'hui un imposant marché central moderne, digne d'une capitale économique et cela grâce l'engagement constant d'un homme, le Président de la République, à tenir toutes ses promesses.
S'agissant de la seconde partie de votre question, je dirais que cet important joyau objet offert à notre Région par son Excellence Monsieur le Président de la République, a été construit sur 7,5 ha pour un montant global de 8 milliards de FCFA, et a une capacité d'accueil de 1 420 boutiques périphériques et internes.
Monsieur le gouverneur, peut-on avoir une idée des réalisations dont a bénéficié la région de Maradi dans le cadre du Programme de Renaissance?

Dans le cadre du Programme de Renaissance, sans être exhaustif, il faut souligner d'importantes réalisations dont entre autres la construction de 1 393 salles de classes et leur équipement en tables-bancs et autres fournitures scolaires; la réalisation de 1 215 équivalents Points d'Eau Modernes et la réhabilitation de 254 autres; la construction de 9 273 latrines familiales et 387 latrines publiques ; le recrutement de 45 médecins sans concours et 182 agents de santé; la transformation de 11 cases de santé en Centre de Santé Intégré ; la construction de 09 maternités ; la construction de pavillons d'hospitalisation au CHR ; l'équipement du Centre Mère-Enfants, ainsi que la dotation des formations sanitaires en dix ambulances et vingt motos DT 125 .
En matière d'infrastructures routières, il faut noter 115 km de constructions neuves de routes bitumées ; 107 km de réhabilitation de routes bitumées ; 133,62 km de pistes rurales, et l'entretien courant du réseau routier régional.
Le coût de ces réalisations s'élève à 27 milliards 398 millions 667 mille 213 francs CFA. Le coût des travaux non achevés durant l'année 2014 s'élève à 31 milliards 044 millions 911 mille 643 francs CFA et il s'agit de 106 km de construction neuve de routes bitumées, 102 km de réhabilitation de routes en terre modernes, 88,42 km de pistes rurales; les Travaux d'aménagement et de bitumage de la route Maradi-Madarounfa-Frontière du Nigeria ; les projets d'aménagement et de bitumage de la route Keita-Dakoro-Belbéji qui traverse notre région sur 131 km; de la route Tchadoua-Mayahi-Tessaoua dont les études sont terminées. Il y a aussi la récupération des terres dégradées et ses actions connexes, qui ont permis de restaurer environ 18 000 ha d'aires de pâturage envahies par le sida cordifolia.
Dans le cadre l'I3N ''les Nigériens Nourrissent les Nigériens'', la région de Maradi a bénéficié, de 2011 à 2014, de la mise en valeur d'une superficie de 18.150 ha de terres sur un potentiel irrigable d'environ 40 000 ha, ce qui a permis de produire 430 150 tonnes pour un équivalent céréalier de 55.459 tonnes. Cette production, dont la valeur monétaire est estimée à plus de 32 milliards de FCFA, va servir à l'atténuation de l'insécurité alimentaire et à l'amélioration des revenus des populations de la région.
Sur le Plan Sécuritaire, malgré la situation qui prévaut dans notre sous-région, les résultats obtenus sont très satisfaisants et la quiétude règne sur l'ensemble de la région ; cela grâce à l'amélioration des conditions de vie de nos vaillantes Forces de Défenses et de Sécurité, leur dotation en équipements adéquats, le recrutement et la mise à disposition de la région de nouveaux éléments, l'instauration des patrouilles mixtes urbaines, rurales et transfrontalières.


Monsieur le gouverneur, après Dosso Sogha, ce sera le tour de Maradi Kollia d'abriter la fête tournante du 18 décembre. Quelles sont vos attentes sur ce sujet et comment Maradi s'organise pour sa réussite ?
Je sais que le Président de la République a donné l'essentiel à Maradi avec ce nouveau marché, mais nous demandons au Chef de l'Etat d'achever l'œuvre, avec la construction des 484 boutiques restantes, et aussi la construction du premier échangeur en région à Maradi. Nous sollicitons également la réalisation d'une double voie de dernière génération avec tous ses accessoires d'ornement. Dans le cadre de Maradi Kollia, notre capitale régionale, qui est le prolongement des villes comme Kaduna, Zaria, Kano et Katsina, doit leur ressembler en disposant d'infrastructures dignes d'une capitale économique d'un pays ayant à ses commandes un bâtisseur hors pair. Maradi attend beaucoup dans le cadre de Maradi Kollia qui doit faire de notre capitale économique un véritable pôle économique. Bref, le Dubaï de la sous-région.
Notre ambition est de faire en sorte que celui qui a quitté Maradi avant l'avènement de Maradi Kollia, ne puisse plus être en mesure de se retrouver facilement à son retour. Nous avons déjà mis en place un comité qui planche sur les préparatifs, l'élaboration du budget, la mobilisation. A ce stade, je peux vous affirmer que les opérateurs économiques de la région sont prêts à se joindre à cette vaste opération de Maradi Kollia qui doit démarrer à notre avis dès la fin des festivités de Dosso 2014.
Quelle perspective pour Maradi, Monsieur le gouverneur ?
L'avenir soci-économique de la région de Maradi s'annonce prometteur. Tous les indicateurs sont au vert et la volonté politique y est. Cette année, Dieu nous a gratifiés d'une très bonne campagne agro-sylvo- pastorale. Notre zone sera excédentaire et nous avons pris à temps les dispositions pour éviter l'éternel conflit agriculteurs-éleveurs. Avec nos voisins du Nigéria, nous avons un projet de développement Katsina-Kano-Maradi. Ce projet va donner un coup d'accélérateur à l'intégration socio économique et culturelle de la région, mais aussi l'accroissement des échanges commerciaux et de mutualisation des efforts de part et d'autre.
Et si nous comptabilisons l'aboutissement de l'ensemble des chantiers, projets et programmes initiés dans le cadre du Programme de Renaissance, nous pouvons affirmer sans risque de nous tromper que très bientôt, les indicateurs sociaux de base vont s'améliorer, le développement socioéconomique de la région sera boosté et notre région jouera son véritable rôle de capitale économique du Niger.
Maradi est d'ores et déjà conquise et adhère totalement aux idéaux du Programme de Renaissance du Niger.
Mahamane Hadi Mahamane et Issaka Saïdou, envoyés spéciaux

L'invité de Sahel Dimanche

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril …

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril nous permet de rappeler la rébellion, de parler de l'unité nationale, d'un Niger dans lequel tous ses enfants se sentent solidaire

Créée en 1995 pour suivre la mise en œuvre des accords de paix de 1995 et des autres protocoles additionnels à ces accords intervenus en 1998, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), qui est rattachée à la Présidence de la République, est chargée entre autres de l'analyse prospectrice, de la prévention et de la gestion des crises et des conflits. Dans cette interview réalisée à moins d'une semaine de la célébration de la...

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus diffi…

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus difficile est derrière nous, et qu'il reste à consolider et à pérenniser la paix''.

Monsieur le gouverneur, quelles sont les réalisations effectuées dans les différents secteurs de la vie socio-économique de la Région de Diffa?Malgré la situation sécuritaire difficile qui constitue une entrave à toutes les activités dans la région de Diffa, la mise en œuvre du Programme de la Renaissance acte II se fait de façon assez bonne, comparativement aux autres régions. Ainsi, on peut retenir, dans les secteurs prioritaires, les...

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Oues…

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre : «Depuis sa création en 1907, l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) ne cesse de lutter pour les droits des

Madame, vous avez été élue, le 26 février dernier à Cartagena des Indes, en Colombie, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre. Pouvez-vous nous dire les conditions dans lesquelles se sont déroulées ces élections et quels pays le Niger avait comme challengers?Je vous remercie pour cette opportunité que vous me donnez de vous parler de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) et...

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face…

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face aux défis sécuritaires multiformes qui menacent ses efforts de développement, de renforcement de sa jeune démocratie et de modern

Mon Général, vous êtes le directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS). Veuillez nous présenter cette structure, nouvelle au Niger, et qu'on a l'habitude de voir que dans les pays développés ?Je voudrais tout d'abord vous remercier pour l'opportunité que vous me donner de parler du CNESS. D'emblée, je dirai que le CNESS est un outil d'aide à la décision, autrement dit un ''think tank'' au service de l'Etat e...

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rie…

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rien n'est acquis pour Africard et rien n'est encore perdu pour le Niger''

Le tribunal de Nanterre a rendu sa décision le 14 mars dernier dans l'affaire qui oppose l'Etat du Niger à Africard. Quelle lecture vous inspire ladite décision ?Merci. Par rapport à cette décision, il faut retenir tout d'abord que c'est une décision avant dire droit, c'est-à-dire un jugement accessoire qui se rapporte à une question qui se rattache à la conduite du procès, mais qui n'est pas le procès proprement dit. En d'autres termes...

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif…

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif consistant à éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail ou des conditions dans lesquelles celui

La Médecine de travail est une activité professionnelle reconnue par l'Organisation Internationale de Travail OIT et par plusieurs autres organismes internationaux dont l'OMS. Notre pays est d'ailleurs signataire des principaux instruments internationaux qui régissent cette discipline spécialisée. Seulement, force est de constater que, jusqu'à un passé récent, elle n'est pratiquement pas exercée ici, et même si c'est le cas, peu d'impor...

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouverne…

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouvernement : ''Zinaria'', ''Délou'', et ''L'arbre sans fruit'', films présentés par le Niger, constituent de réels espoirs pour remporte

M. le ministre, vous avez assisté, hier au stade municipal Issoufou Joseph Konambo, à l'ouverture du 25ème Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou avec une forte présence des acteurs du cinéma africain et mondial. Peut-on connaitre les impressions qui vous animent à l'issue de cette cérémonie grandiose ?C'était une cérémonie dont la grandeur ne peut se mesurer qu'à la gloire du FESPACO. Les autorités politiques...

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement P…

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»

Docteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans c...

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement…

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU): ''Nous avons estimé qu'il était utile de présenter les résultats auxquels nous sommes parvenus à l'ensemble des

Vous avez organisé hier, dans les locaux de l'Académie des Arts Martiaux, une journée portes ouvertes sur les activités du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU). Quels sont les objectifs que vous avez assignés à cette journée ?Nous sommes très satisfaits de l'organisation de cette journée parce que la participation a été très au-delà de ce à quoi nous nous sommes attendus. En réalité, au nive...

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decro…

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decroly répond parfaitement à la prise de conscience des parents quant à leur implication dans la gestion et le fonctionnement de l'éco

Madame la directrice, les écoles Decroly représentent une nouvelle conception de l'école publique. Pouvez-vous nous présenter le Complexe Scolaire Communautaire Decroly que vous dirigez et nous faire la genèse de sa création ?Tout récemment, en début de ce mois de décembre, notre école a reçu la visite de la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou. Et ce fut pour nous une occasion idéale de faire découvrir aux uns et aux autres l'école De...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

L'Initiative 3N : Un programme qui marque un chang…

L'Initiative 3N : Un programme qui marque un changement de comportement dans la région de Dosso

L'Initiative 3N, faudrait-il le rappeler, est un programme ambitieux, une vision du Présid...

vendredi 21 avril 2017

Cultures irriguées à Dosso : D'importantes potenti…

Cultures irriguées à Dosso : D'importantes potentialités en terres irrigables dans la région

Les cultures irriguées contribuent à l'atteinte de l'objectif global de l'Initiative 3N. L...

vendredi 21 avril 2017

Les africains et le petit commerce en Inde : De l'…

Les africains et le petit commerce en Inde : De l'espoir dans le petit business malgré la peur....

Du 11 au 22 mars dernier, une trentaine de journalistes africains ont séjourné dans la cap...

vendredi 14 avril 2017

L'air du temps

Ces scènes de rue, telles qu'on les aime

Ces scènes de rue, telles qu'on les aime

Des scènes de rue, on en trouve très fréquemment à Niamey. De quoi satisfaire les bandes d...

vendredi 21 avril 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.