Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Ousmane Abdou, ministre de la Culture, des Arts et des Loisirs : «Le programme des manifestations culturelles du 18 décembre à Dosso sera tellement riche et varié qu'il répondra aux goûts de tout le monde»

M. Ousmane Abdou M. Ousmane Abdou

Monsieur le ministre, la Fête du 18 décembre est pour bientôt à Dosso; sur le plan culturel, quel est le niveau de préparation des festivités de cette importante rencontre?
Je voudrais commencer par vous remercier pour l'occasion que vous me donnez pour faire le point sur certains grands moments et faits de mon département ministériel. Nous sommes à quelques jours des festivités du 18 décembre 2014 à Dosso, évènement tant attendu par les Nigériens et, au-delà, par tous ceux qui ont connu les précédentes éditions.
A la date d'aujourd'hui, c'est à dire le 5 décembre, nous avons dépassé le niveau des préparations. En effet, à l'heure où je vous parle, nous sommes moralement et techniquement prêts pour donner aux Nigériens ce qu'ils attendent de nous.
Votre département ministériel est chargé naturellement de faire de cette fête de la République un véritable cadre d'expression de la culture nigérienne. Est-ce que vous pouvez nous livrer un peu le menu des manifestations ?
Le programme des manifestations culturelles du 18 décembre à Dosso sera tellement riche et varié qu'elle répondra aux goûts de tout le monde. Parmi les manifestations culturelles, nous pouvons retenir le Festival de Ballets et de Danses de Création et d'Inspiration. Il s'agit ici de satisfaire à l'un des soucis majeurs de mon département ministériel qui est de doter chaque région du Niger d'une activité culturelle thématique, de préférence une activité dans laquelle la région a fait ses preuves.
C'est ainsi que Zinder a la charge du Théâtre et de l'Humour; Tahoua, la Musique Moderne ou Prix Dan Gourmou; Tillabéri, la Chanson Féminine; Diffa, le Festival du Cheval; Maradi, le Festival de Danses et de Musiques Traditionnelles.
La région de Dosso, qui abritera ces festivités, va être investie du Festival de Ballets et de Danses de Création et d'Inspiration. En effet, il n'est un secret pour personne que Dosso a émerveillé les Nigériens avec des ballets comme ''Dangay Kotio'' en 1976 ; ''Namardé say kossom bali ''en 1982; ''Dambé Karfé'' en 1984, etc.
C'est ce Festival de Ballets et de Danses de Création et d'Inspiration qui, du 10 au 16 décembre, va agrémenter les nuit des populations nigériennes en général, et dossolaises en particulier. Il se déroulera à la Maison de la Culture Garba Loga.
Au programme, il a été prévu également le méga spectacle ''sons et lumières'', parce que clôturé par un gigantesque feu d'artifice qui chaque fois émerveille les populations, une constance des manifestations entrant dans le cadre du 18 décembre et qui aura lieu au Stade Régional le 17 décembre. Il aura les Journées Professionnelles qui se déclinent en un paquet d'activités. Il s'agit de journées qui vont mettre en relation les différents usagers de l'action culturelle, c'est-à-dire les cadres de l'administration, les élus locaux, les partenaires techniques et financiers, et surtout nos usagers que sont les acteurs culturels privés ; la Fantasia, qui est aussi une constante des manifestations du 18 décembre et qui nous offre un aspect de notre vie social à travers la culture du cheval dans toute sa splendeur et sa complicité avec l'Homme; l'exposition littéraire sur les auteurs nigériens en général et spécifiquement sur ceux de la région de Dosso; le Colloque International sur les relations entre le Kebbi et les principautés historiques de l'ouest du Niger (Zigui, Dendi, Goubeye, Boboye et Aréwa) organisé par un comité ad hoc scientifique et technique présidé par le Professeur Boureima Alpha Gado.
Après l'inscription du Centre historique d'Agadez communément appelée la ''Vieille Ville d'Agadez'' au Patrimoine Mondial de l'UNESCO en 2013, tout récemment les Pratiques et Expressions de la Parenté à Plaisanterie au Niger sont portées au rang de Patrimoine Culturel Immatériel de l'Humanité. En tant que ministre en charge de la Culture, quel sentiment vous anime après ces consécrations ?
Le Niger a enregistré, dans le domaine culturel, l'inscription d'un bien culturel et de deux éléments du patrimoine culturel immatériel. Il s'agit respectivement du Centre Historique d'Agadez nommé sur la liste du Patrimoine Mondial de l'UNESCO en 2013 sur les critères ci-dessous définis: la représentation d'un chef-d'œuvre du génie créateur humain et le témoignage d'un échange d'influences considérable pendant une période donnée ou dans une aire culturelle déterminée, sur le développement de l'architecture ou de la technologie, des arts monumentaux, de la planification des villes ou de la création de paysages. Il y a aussi ''la pratique et les avoirs liés à l'Inzad'' inscrit en 2013 sur la liste représentative pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel de l'Humanité sous la bannière d'une candidature multinationale présentée par l'Algérie, le Mali et le Niger. Enfin, l'élément ''Les Pratiques Expressions de la Parente à Plaisanterie'' est inscrit, tout comme l'élément précédent, sur la Liste représentative pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel de l'Humanité le 27 novembre 2014.
Ces résultats enregistrés dans un temps record nous encouragent à poursuivre les actions de valorisation du patrimoine culturel national, mais réconforte surtout notre pays pour avoir contribué positivement à la mise en œuvre des conventions de l'UNESCO, notamment celles de 1972 et de 2003.


A l'heure actuelle, le Niger compte combien de sites inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO ?
Aujourd'hui, le Niger compte trois sites biens inscrits sur la prestigieuse liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Il s'agit de la Réserve Naturelle de l'Aïr et du Ténéré inscrit en 1991 (bien naturel) ; le Parc National du W du Niger en 1996 (bien naturel); le centre historique d'Agadez en 2013 (bien culturel). A ceux-là s'ajoutent deux (02) éléments inscrits sur la Liste représentative pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel de l'UNESCO que sont les ''Pratiques et savoirs liés à l'Inzad'' inscrits en 2013 et les ''Pratiques et expressions de la parenté à plaisanterie au Niger'' inscrits en novembre 2014.
Pouvez-vous nous énumérer les critères sur lesquels se base l'UNESCO pour inscrire des biens sur la liste du patrimoine mondial ?
Pour inscrire des biens culturels, naturels ou mixtes, l'UNESCO se base sur dix (10) critères de sélection définis par la convention de 1972, relative à la protection du patrimoine culturel et naturel. Tout bien inscrit doit répondre à un ou plusieurs critères de sélection ci-dessous énumérés: apporter un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle ou une civilisation vivante ou disparue; offrir un exemple éminent d'un type de construction ou d'ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une ou des périodes significatives de l'histoire humaine; être un exemple éminent d'établissement humain traditionnel, de l'utilisation traditionnelle du territoire ou de la mer, qui soit représentatif d'une culture ou plusieurs cultures, ou de l'interaction humaine avec l'environnement, spécialement quand celui-ci est devenu vulnérable sous l'impact d'une mutation irréversible; être directement ou matériellement associé à des événements ou des traditions vivantes, des idées, des croyances ou des œuvres artistiques et littéraires ayant une signification universelle exceptionnelle, le Comité considérant que ce critère doit préférablement être utilisé en conjonction avec d'autres critères; représenter des phénomènes naturels ou des aires d'une beauté naturelle et d'une importance esthétique exceptionnelles ; être des exemples éminemment représentatifs des grands stades de l'histoire de la terre, y compris le témoignage de la vie, de processus géologiques en cours dans le développement des formes terrestres ou d'éléments géo morphiques ou physiographiques ayant une grande signification; être des exemples éminemment représentatifs de processus écologiques et biologiques en cours dans l'évolution et le développement des écosystèmes et communautés de plantes et d'animaux terrestres, aquatiques, côtiers et marins; contenir les habitats naturels les plus représentatifs et les plus importants pour la conservation in situ de la diversité biologique, y compris ceux où survivent des espèces menacées ayant une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de la science ou de la conservation.
Si nous prenons l'exemple du centre historique d'Agadez communément appelé Vieille Ville d'Agadez, lui a été inscrit sur la base des critères 1 et 2 ci-dessus définis.

Votre département ministériel organise souvent des événements d'envergure régionale et internationale. Quel est l'objectif visé à travers ces genres de rencontres, quelles en sont les retombées économiques pour le Niger ?
Mon département a organisé, à travers l'Agence pour la Promotion des Entreprises et Industries Culturelles (APEIC), la Foire des Entreprises et Industries Culturelles. Cette activité s'inscrit dans la démarche du gouvernement d'ouvrir aux entrepreneurs du secteur des Arts et de la Culture un marché national où ils pourront présenter au public la variété de produits artistiques et culturels, fruit du génie créateur national, et aussi échanger sur les perspectives du secteur.
Cet évènement inédit au Niger est une contribution du Ministère en charge de la Culture à la mise en œuvre des orientations du Gouvernement contenues dans la DPG et le PDES, singulièrement celles relatives à la professionnalisation des acteurs culturels et à la sensibilisation des populations sur les dimensions économiques des arts et de la culture, en créant et structurant un marché national de biens et services culturels. C'est également une importante contribution à la mise en œuvre du Programme de la Renaissance pour relever toutes les possibilités de création de richesses et d'emplois par les arts et la culture. Les entreprises ciblées par cette première édition sont celles de la filière du livre, de la mode, du spectacle, de l'audiovisuel et des arts plastiques.
M. le ministre, que fait concrètement votre département pour la promotion des industries culturelles au Niger?
L'organisation de la foire, je pense que c'est déjà du concret. Mais plus généralement, je pense que nous pouvons citer d'immenses actions initiées par mon département. Je commence par relever l'élargissement de l'environnement institutionnel par la création de l'APEIC et du CNCN. Pour déterminer les actions prioritaires à mener, mon département a misé sur la maitrise de l'environnement des entreprises et industries culturelles par l'organisation de collecte de données qui ont permis l'édition de l'annuaire statistique du ministère et la banque de données de l'APEIC sur les entreprises et industries culturelles.
Mon département, à travers un processus participatif qui a mis en synergie tous les acteurs culturels et en relation avec l'OIF et l'UNESCO, a mis en place une stratégie d'intervention en directions des entreprises et industries culturelles basées sur plusieurs actions parmi lesquelles la formation et l'information des acteurs ; l'appui conseil aux entrepreneurs par appel à projet de création et ou d'extension entreprises dans le domaine de la culture ; le développement d'outils d'accompagnement comme le guide de l'entrepreneur culturel et l'espace entrepreneur ; la mise en place d'un espace entrepreneur culturel ; la conduite des actions de plaidoyer, notamment en direction des banques de la place ; le développement de partenariat national avec la Chambre de Commerce, l'Agence Nigérienne pour la Promotion des Exportations, les ministères charge de la formation, les organisations sous régionales (UEMOA, BIDC) et internationales (OIF, UNESC0, culture et développement) ; l'appui à la migration vers le secteur formel par l'attribution de la licence d'entrepreneur culturel et des actions de promotion.

Aïssa Abdoulaye Alfary

L'invité de Sahel Dimanche

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun so…

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun souci majeur à propos de l'organisation des examens du baccalauréat cette année »

Monsieur le ministre, les examens du baccalauréat session 2017 sont prévus pour le 11 juillet prochain: est-ce que cette date tient et quel est le niveau des préparatifs ?Je remercie l'hebdomadaire Sahel Dimanche de me donner, en ma qualité de ministre des Enseignements supérieurs, de la recherche et de l'innovation, l'occasion de m'adresser à mes concitoyens en cette veille des examens de baccalauréat, session 2017 dans notre pays. Je ...

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faci…

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faciliter le commerce en Afrique à tous les niveaux est certaine», déclare Sadou Seydou

Monsieur le ministre, avant de rentrer dans le vif du sujet, pourriez-vous nous définir ce que c'est la ZLEC ?La ZLEC, c'est la Zone de Libre Echange Continentale. C'est un projet de l'Union africaine destiné à créer un espace économique commun pour les 55 pays du continent. La Zone de Libre Echange Continentale de l'Union africaine a pour but de booster le Commerce intra-africain, favoriser l'industrialisation du continent et d'accroit...

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas…

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas d'incidence sur la superficie du Niger», déclare M. Hamadou Mounkaila

Monsieur le Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières, le Niger a borné ses frontières avec certains de ses voisins et a passé devant la Cour internationale de La Haye pour délimiter ses frontières avec le Bénin ; or, de nombreuses personnes physiques et morales continuent à dire ou écrire que notre pays fait 1.267.000 kilomètres carrés : quelle est donc la superficie exacte du Niger en 2017 ?Je vous remercie de l'o...

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patri…

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patrimoine culturel contribue à promouvoir le respect de la diversité culturelle et de créativité»

Dans le cadre de l'application de la convention de l'UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) que notre pays a ratifiée en 2003, entrée en vigueur en 2006, des progrès significatifs sont en train d'être enregistrés suite à l'effort inlassable que mène le ministère en charge de la renaissance culturelle dans son programme de relance ou de mise en œuvre. De retour d'un séminaire organisé en Chine dans le domaine du...

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision…

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision Terrestre Numérique, si tout va bien, les émissions pourront commencer courant décembre 2017 sur l'ensemble du pays »

Monsieur le ministre, votre institution a signé une convention lors du ''Sommet Transform Africa 2017''tenu le 11 mai dernier à Kigali, au Rwanda et qui a enregistré la présence de plusieurs chefs d'Etat, dont SE M. Issoufou Mahamadou. Pouvez- vous nous donnez d'amples explications au sujet de cette convention ?Il s'agit d'un mémorandum d'entente de coopération qui fixe les principes et les conditions d'une coopération économique et tec...

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une …

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une logique de développement durable»

Monsieur le gouverneur, depuis 2011, le ''Programme de la Renaissance'' est mis en œuvre dans toutes les régions du Niger. Quelles sont ses réalisations dans la région d'Agadez et quel commentaire cela suscite-t-il en vous?Il faut noter que la région a abrité la fête tournante du18 décembre ''Agadez SOKNI 2016''. A travers cet évènement, un certain nombre d'indicateurs font aujourd'hui qu'Agadez s'est définitivement tourné vers le progr...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Inondations dans certains quartiers de la ville de…

Inondations dans certains quartiers de la ville de Niamey : La menace est réelle !

L'installation définitive de la saison des pluies sur l'ensemble du territoire de notre pa...

vendredi 14 juillet 2017

Prévisions saisonnières 2017 pour l'Afrique de l'O…

Prévisions saisonnières 2017 pour l'Afrique de l'Ouest : Les experts tirent sur la sonnette d'alarme bien avant le... déluge

Des pluies abondantes et des inondations sont enregistrées depuis le début de la campagne ...

vendredi 14 juillet 2017

Dr. Garba Yahaya, Directeur Général de l'Agricultu…

Dr. Garba Yahaya, Directeur Général de l'Agriculture : «A la date du 10 juillet 2017, 95% des villages agricoles ont semé contre 91% en 2016''

Monsieur le Directeur Général, cette année, la campagne agricole a débuté précocement dans...

vendredi 14 juillet 2017

L'air du temps

Les effets du changement climatique à nos portes

Les effets du changement climatique à nos portes

Depuis des décennies, on en entendait parler, sans trop saisir grand-chose ni de son conte...

vendredi 14 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.