Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Salissou Ada, ministre de l'Emploi, du Travail et de la Sécurité Sociale : « 502.993 emplois ont été créés dans le cadre de la mise en œuvre du Programme de Renaissance du Président de la République, de 2011 au 1er trimestre 2014 »

M. Salissou Ada M. Salissou Ada

M. le ministre, vous avez entrepris, depuis quelques semaines, des visites au niveau des sociétés et entreprises basées à Niamey. Quel est l'objectif que vous visez à travers une telle démarche, et quel est le constat que vous avez pu dresser à l'issue de ces visites ?
Comme vous l'avez constaté, les visites que j'ai initiées depuis quelques semaines entrent dans le cadre du renforcement des relations partenariales entre l'administration du travail et les acteurs du monde du travail. Mais je voudrais d'emblée préciser que je ne part pas dans ces entreprises en gendarme, mais plutôt ces visites revêtent un caractère pédagogique. Par une telle démarche, j'entends créer les conditions pour asseoir un cadre de concertation consolidé sur toutes les questions se rapportant au travail, à l'emploi, à la sécurité sociale et au dialogue social.
Le constat que j'ai pu faire est que, dans l'ensemble, des efforts sont faits dans certaines entreprises visitées quant à l'amélioration des conditions de travail des salariés en termes de promotion de la sécurité et de la santé au travail (dotation en équipements de protection individuelle, mise en place des comités de sécurité et santé au travail, suivi médical des travailleurs, etc.), de protection de l'environnement et de promotion de dialogue social (institution des délégués du personnel et des délégués syndicaux notamment).
Par ailleurs, là où nous avons constaté quelques insuffisances, nous avons prodigué des conseils utiles et avons fait souvent des recommandations en vue d'améliorer les conditions de travail, condition sine qua non pour maintenir un climat social apaisé, et conséquemment, pour améliorer la production.
Dans les cas graves de constat de violation des dispositions du Code du Travail, des instructions sont données aux agents de l'Inspection du Travail de la Région de Niamey, de l'Agence Nationale pour la Promotion de l'Emploi et de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale à l'effet d'entreprendre immédiatement des visites de contrôle aux fins d'amener ces employeurs à se conformer aux dispositions légales et réglementaires en vigueur.
La sécurité de l'emploi fait partie des principales préoccupations de votre département ministériel. Mais il se trouve que beaucoup de travailleurs se plaignent du mauvais traitement, tant du point de vue salarial que de celui de la sécurité de leur emploi, que leur infligent leurs employeurs. Quel commentaire cela vous inspire?

Dans tous les pays du monde, le débat autour de la question de la sécurité de l'emploi est aujourd'hui d'actualité. C'est pourquoi le Président de la République au premier rang, et le Gouvernement, à travers mon département ministériel, font de la sécurité de l'emploi une de leurs principales préoccupations. Le Gouvernement agit au quotidien sur ces questions. Je citerai, pour preuves, entre autres, les mesures prises en termes de révisions du Code du travail, du Code minier, du Code des investissements, de la législation fiscale, de la mise en place du Centre des Formalités des entreprises, de la création de la maison de l'entreprise. Toutes ces actions consacrent bien la flexibilité d'un côté, et les mesures d'augmentation des revenus des salariés de l'autre (rehaussement des salaires et indemnités, réduction de l'ITS, exonération d'impôts des indemnités de départ à la retraite et des départs négociés, la poursuite des négociations avec les syndicats etc.).
En tout état de cause, le dialogue entre le Gouvernement, les travailleurs et les employeurs sur la politique à adopter en matière d'emploi et de protection sociale, sera le fondement de notre système axé sur la ''flexicurité'' que prône l'OIT.
Maintenant, malgré les efforts du gouvernement que je viens de décliner, le fait que des travailleurs se plaignent de mauvais traitements que leur infligeraient leurs employeurs du point de vue salarial, ainsi que de la sécurité de leur emploi, ce sont des choses qu'il faut aborder ou examiner au cas par cas. Nos visites, par exemple, n'ont concerné qu'un échantillon du tissu industriel nigérien, mais ce n'est pas pour autant que dans toutes les unités visitées, les travailleurs se soient plaints de leurs conditions d'emploi et de travail. Nous sommes dans une société humaine où chacun a ses qualités et ses défauts, mais comme il y a des textes qui régulent tous ces rapports, nous veillons à ce que ces textes soient respectés en milieux du travail. Les visitent que nous effectuons participent aussi de cela, mais il ne faut pas oublier que les Inspecteurs du Travail font de leur mieux sur le terrain dans ce domaine. Je vois, à travers leurs rapports, tout ce qu'ils font en termes d'observations, de mises en demeure ou de constats d'infractions suite à des visites d'entreprises qu'ils effectuent, des séances de sensibilisation qu'ils organisent ou des conseils qu'ils donnent aux partenaires sociaux qui les consultent. Je voudrais, ici, les féliciter et les encourager à persévérer.
A tort ou à raison, l'inspection de travail est perçue par beaucoup d'employés comme un avocat des employeurs. Est-ce que, selon vous, cette perception est fondée ?
Je dirais que c'est relatif. Autant les employeurs perçoivent majoritairement l'Inspection du Travail comme l'avocat des travailleurs, autant les travailleurs ont la perception contraire. Donc, ça dépend du camp dans lequel on se trouve. Tout ce que je peux vous dire, en tant que ministre de tutelle, c'est que j'ai vraiment eu à connaître et à apprécier comment fonctionne cette institution. En effet, il faut l'approcher pour connaître que c'est une institution publique chargée d'assurer, de façon professionnelle, le contrôle, l'analyse et l'application équitable de la loi, non seulement, au moyen des sanctions, mais également, par des conseils avisés. Pour me résumer, elle a deux missions essentielles: veiller au respect des textes en matière de travail, d'emploi et de sécurité sociale; et conseiller les partenaires sociaux (employeurs et travailleurs) pour les aider à mieux appliquer la législation et la réglementation en vigueur.
J'aurais été tenté de répondre autrement si c'est un œil extérieur qui avait fait observer le contraire et ça même, pour lui dire que c'est le caractère social de cette branche du droit qu'est le droit du travail qui régit les rapports entre les travailleurs, partie faible, et les employeurs, investis de pouvoirs discrétionnaires qui vous donne cette impression.
La sécurité sociale est un autre maillon de votre ministère. Que faites vous pour la promouvoir dans un contexte où beaucoup d'employés ne sont pas très satisfaits de la prestation de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale ?
La création d'un département ministériel, à part entière, dédié à l'emploi, au travail et à la sécurité sociale notamment, est l'expression illustrative de la volonté et de l'engagement politiques des autorités de la 7ème République à créer et assurer les conditions d'un accès du secteur de la sécurité sociale aux populations, aux infrastructures et services sociaux de base. C'est précisément dans ce but que mon département ministériel s'active à la mise en œuvre effective du volet de la Politique Nationale de Protection Sociale, consacrée au secteur de la sécurité sociale.
En termes d'actions visant la promotion de la sécurité sociale en l'occurrence, les activités déployées par mes services techniques tendent à assurer l'effectivité des droits, leur extension aux secteurs non couverts ainsi qu'à la promotion de la bonne gouvernance dans les institutions en charge du secteur. Présentement, il est diligenté un important chantier de refonte des textes de la sécurité sociale qui permettra, sous peu, de doter notre pays d'un code de la sécurité sociale. Parallèlement, il est envisagé de lancer, dans les prochains jours, l'étude de faisabilité de l'extension de la sécurité sociale à l'économie informelle et au secteur rural.


Parmi les actions significatives de promotion de la sécurité sociale, il y a la question de l'établissement d'un socle national de protection sociale qui est à l'étude en collaboration avec les autres départements ministériels et le Bureau International du Travail. La mutualité sociale constitue un autre volet important parmi les activités de mon département ministériel qui contribue à la promotion de la sécurité sociale. C'est ainsi qu'au cours de l'année 2015, il sera poursuivi l'installation des mutuelles sociales dans les établissements publics, parapublics et les entreprises privées. L'installation de la mutuelle sociale des agents de l'Etat, est aussi, prévue au cours de l'exercice 2015.
En ce qui concerne la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), il y a lieu de rappeler que les travailleurs, au même titre que les employeurs, participent à la gestion de cette institution à travers les sièges qui leur sont conférés au sein du Conseil d'Administration. Cela dit, d'importantes réformes ont été récemment diligentées dans le sens de l'amélioration des prestations de servies aux ressortissants des régimes qu'elle gère, à savoir les prestations familiales, les pensions, les accidents et les maladies professionnelles. Mieux, le volet Action Sanitaire et Sociale de la CNSS contribue, de manière substantielle, à la protection de la santé des membres des familles des ressortissants des régimes, mais plus généralement de celle des populations. Les efforts seront poursuivis à travers la modernisation des procédures et le renforcement des capacités de l'organisme pour mieux répondre aux attentes des assurés. D'ores et déjà, les services de la CNSS ont lancé, à l'échelle de toutes les Régions du pays, des campagnes de contrôle qui, à terme, permettront d'améliorer l'application des textes de la sécurité sociale, notamment les droits des travailleurs en la matière.
Quelle évaluation faites-vous de l'exécution du Programme de Renaissance du Président de la République, Chef de l'Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, en matière d'emplois?
Le gouvernement nigérien a adopté, en mars 2009, la Politique Nationale de l'Emploi (PNE), qui est née de la vision du Gouvernement à créer un cadre harmonieux et cohérent pour la mise en œuvre efficiente des programmes et stratégies sectoriels en faveur de l'emploi, conformément aux recommandations du sommet de Ouagadougou en 2004 sur l'emploi et la pauvreté, et du Plan d'actions qui en est issu. L'objectif poursuivi, à travers la mise en œuvre de la PNE, est de créer les conditions d'accès à l'emploi productif, en plaçant la création d'emplois au centre des objectifs de développement économique et social aux niveaux national, régional et local, pour permettre la réduction durable de la pauvreté. C'est pourquoi, dans une démarche cohérente, concertée et compatible avec les grandes orientations de politiques économiques et sociales, le gouvernement entend lutter contre le chômage et le sous-emploi ; développer et soutenir la croissance économique; promouvoir le dialogue social et le partenariat entre l'Etat, les Organisations d'employeurs et de travailleurs et la société civile. Pour ce faire, les stratégies à mettre en œuvre sont fondées sur les principes directeurs tels que la création d'emplois dans le cadre de la politique macro-économique; le développement de l'employabilité des ressources humaines par l'acquisition d'une formation de base et le renforcement des qualifications; l'amélioration des mécanismes de connaissance du marché de l'emploi dans l'optique d'une meilleure adéquation de la formation à l'emploi; l'impulsion d'une dynamique entrepreneuriale au niveau de la jeunesse; le développement des stratégies d'accueil, d'orientation professionnelle et de stages des demandeurs d'emplois; le développement d'un environnement incitatif au plan administratif, juridique, fiscal et financier; l'accroissement de l'égalité des chances pour tous les demandeurs d'emplois, hommes, femmes, jeunes et handicapées ; et la valorisation du régime de protection sociale.
Le gouvernement, convaincu que les réformes structurelles ne peuvent pas être obtenues au moyen d'actions isolées et dispersées, a décidé, à travers la PNE et son plan d'actions, de mettre en œuvre un large éventail de stratégies et de mesures adaptées afin de répondre aux attentes et aspirations de la population.
Dans le cadre de la mise en œuvre du Programme de Renaissance du Président de la République, Chef de l'Etat, SEM Issoufou Mahamadou, en matière d'emplois, de 2011 au 1er trimestre 2014, selon les données collectées par l'Observatoire National de l'Emploi et de la Formation Professionnelle, 502.993 emplois ont été créés, dont 65.641 en 2011, 185.506 en 2012, 251.846 en 2013 et environ 100.000 en 2014, répartis en emplois permanents, emplois temporaires et auto-emplois dans le secteur public et le secteur privé.
Pour rappel, le Président de la République avait promis aux Nigériens, dans le Programme de la Renaissance, la création de deux-cent-cinquante mille (250.000) emplois durant ce mandat. A vous de juger !
Par ailleurs, pour l'année 2015, nous avons un important programme d'emplois des jeunes qui se met place, pour accompagner les efforts des plus hautes autorités de ce pays dans la lutte contre le chômage, particulièrement, le chômage des jeunes. Enfin, je salue l'engagement des cadres du Ministère, et des organismes sous tutelle (ANPE, ONEF, CNSS) pour le travail qu'ils abattent et qui nous a permis d'avoir tous ces résultats.

Oumarou Moussa

L'invité de Sahel Dimanche

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : …

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : "Notre vision au ProDAF, est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) »

Le ProDAF a été mis en vigueur en septembre 2015, pouvez-vous d'abord nous rappeler la vision de votre programme ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour présenter le ProDAF. En effet, la vision du ProDAF est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) à travers lesquels les producteurs ruraux soutenus par leurs organisations et les collectivités locales s'organisent, aménagent et exploitent de manière rationnell...

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun so…

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun souci majeur à propos de l'organisation des examens du baccalauréat cette année »

Monsieur le ministre, les examens du baccalauréat session 2017 sont prévus pour le 11 juillet prochain: est-ce que cette date tient et quel est le niveau des préparatifs ?Je remercie l'hebdomadaire Sahel Dimanche de me donner, en ma qualité de ministre des Enseignements supérieurs, de la recherche et de l'innovation, l'occasion de m'adresser à mes concitoyens en cette veille des examens de baccalauréat, session 2017 dans notre pays. Je ...

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faci…

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faciliter le commerce en Afrique à tous les niveaux est certaine», déclare Sadou Seydou

Monsieur le ministre, avant de rentrer dans le vif du sujet, pourriez-vous nous définir ce que c'est la ZLEC ?La ZLEC, c'est la Zone de Libre Echange Continentale. C'est un projet de l'Union africaine destiné à créer un espace économique commun pour les 55 pays du continent. La Zone de Libre Echange Continentale de l'Union africaine a pour but de booster le Commerce intra-africain, favoriser l'industrialisation du continent et d'accroit...

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas…

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas d'incidence sur la superficie du Niger», déclare M. Hamadou Mounkaila

Monsieur le Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières, le Niger a borné ses frontières avec certains de ses voisins et a passé devant la Cour internationale de La Haye pour délimiter ses frontières avec le Bénin ; or, de nombreuses personnes physiques et morales continuent à dire ou écrire que notre pays fait 1.267.000 kilomètres carrés : quelle est donc la superficie exacte du Niger en 2017 ?Je vous remercie de l'o...

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patri…

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patrimoine culturel contribue à promouvoir le respect de la diversité culturelle et de créativité»

Dans le cadre de l'application de la convention de l'UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) que notre pays a ratifiée en 2003, entrée en vigueur en 2006, des progrès significatifs sont en train d'être enregistrés suite à l'effort inlassable que mène le ministère en charge de la renaissance culturelle dans son programme de relance ou de mise en œuvre. De retour d'un séminaire organisé en Chine dans le domaine du...

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision…

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision Terrestre Numérique, si tout va bien, les émissions pourront commencer courant décembre 2017 sur l'ensemble du pays »

Monsieur le ministre, votre institution a signé une convention lors du ''Sommet Transform Africa 2017''tenu le 11 mai dernier à Kigali, au Rwanda et qui a enregistré la présence de plusieurs chefs d'Etat, dont SE M. Issoufou Mahamadou. Pouvez- vous nous donnez d'amples explications au sujet de cette convention ?Il s'agit d'un mémorandum d'entente de coopération qui fixe les principes et les conditions d'une coopération économique et tec...

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Problématique de la disponibilité et de la gestion…

Problématique de la disponibilité et de la gestion du sang au niveau des centres de soins de Niamey : Entre insuffisance et sous-information

La quantité de sang reçue par le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) est actuel...

vendredi 21 juillet 2017

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispos…

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispositions prises pour éviter toute fraude

Le Centre Hospitalier Régional de Niamey, communément appelé maternité Poudrière, dispose ...

vendredi 21 juillet 2017

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidélise…

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidéliser les donneurs

Tchémaya qui signifie en haoussa, tchéton rey na mataa daa yara autrement dit sauver la vi...

vendredi 21 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.