Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Madame Maïga Amsou, présidente du Comité Nigérien sur les Pratiques Traditionnelles (CONIPRAT) : « Pour le cas précis de l'excision, la résistance au changement s'observe surtout dans les régions de Tillabéri et Niamey »

Madame Maïga Amsou Madame Maïga Amsou

Le 6 février passé, a été célébré la Journée Internationale de la tolérance zéro aux mutilations génitales. Madame la présidente du CONIPRAT, faites-nous la genèse de cette journée.
En fait, le 6 février a été retenu lors d'une conférence régionale des Chefs d'Etat et de Gouvernement en 2003 à Addis Abéba (Ethiopie), où le Niger était représenté. Donc au cours de cette journée, le Comité Inter-Africain sur les pratiques traditionnelles ayant effet sur la santé des femmes et des enfants, qui est en fait l'organisation continentale regroupant au moins 26 comités nationaux à travers l'Afrique (c'est-à-dire tous les pays où se pratiquent l'excision), a posé le problème des Mutilations Génitales Féminines ou MGF et a sollicité qu'il y ait une journée spéciale consacrée à celle-ci pour sensibiliser le maximum de personnes et d'institutions sur les MGF.
C'est ainsi que le 6 février fut retenu comme Journée Internationale pour lutter contre les MGF, et depuis 2003, le CONIPRAT n'a pas failli. Chaque année, nous fêtons cette journée dont cette année consacre la 12ème édition. Pour cette édition de 2015 dont le thème est : ''Mobilisation et implication des professionnels de la Santé pour accélérer l'atteinte de la tolérance zéro aux MGF, plusieurs activités ont été organisées dont 2 ont été déjà réalisées à savoir une conférence débat sur les MGF présentée par le professeur Madi à l'intention des élèves des écoles de formation en santé et la 2ème conférence a été conjointement organisée par le CONIPRAT et l'Association Nigérienne des Pédiatres (ASNIPED) présentée par Docteur Roubanatou Abdoulaye qui a regroupé les professionnels de la santé. Toutes ces deux conférences ont été appuyées par la projection de documentaires et elles ont été financées par l'OMS et Animas-Sutura.

Parlez-nous des contraintes que le CONIPRAT rencontre dans la lutte contre les MGF.
Vous savez que dans toute activité, il y a des contraintes, mais pour le CONIPRAT, le plus dur est passé parce qu'au début, quand on parlait de MGF, on ne nous croyait même pas ; les gens pensaient qu'on le faisait pour avoir de l'argent ; les contraintes qu'on rencontrait à l'époque, c'était surtout pour avoir un local parce qu'une ONG sans local n'a pas d'identité ; cela a été une grosse difficulté parce que les partenaires ne veulent pas financer le local. Heureusement, l'Etat nous a donné un terrain qui a été mis en valeur avec l'appui de la Coopération Italienne, mais après, la contrainte qui s'est posée, c'est l'appui institutionnel parce que qui dit local dit fonctionnement.
Aussi, nous avons demandé au Gouvernement un appui de l'Etat comme par exemple une subvention pour pouvoir prendre en charge les parties que les partenaires ne financent pas tels que les salaires du personnel d'appui. Par ailleurs, les plaques d'immatriculation des véhicules des ONG ne sont plus exonérées par l'Etat, ce qui ne facilite pas les choses pour les ONG.
Dans quelles communautés et dans quelles régions du Niger rencontre-t-on le plus de résistance à l'abandon des Mutilations Génitales Féminines (MGF).
Au Niger, pour le cas précis de l'excision, la résistance au changement s'observe surtout dans les régions de Tillabéri et Niamey. En effet, l'exciseuse qui récidive chaque fois est de Tillabéry, et elle vient même jusqu'à Niamey pour exciser. Cela fait 3 à 4 fois que nous portons plainte contre elle. Parmi les praticiennes, c'est elle qui nous donne du fil à retorde. Mais heureusement, avec la dernière plainte le 11 novembre dernier, ils ont pu l'écrouer. Mais les autres complices, c'est-à-dire les parents, courent toujours. Depuis 2000, l'on a commencé la reconversion des exciseuses, mais ce sont toujours les mêmes communautés qui continuent à le faire.
Dans le 5ème arrondissement de Niamey, la dernière fois, une dizaine de villages était impliquée dans des problèmes de mutilations où 37 fillettes ont été excisées. Et ce n'est pas la première fois puisque régulièrement, on est confronté à cette résistance. Malheureusement, il y a une loi qui est là mais qu'on n'arrive pas à appliquer.
Et nous avons essayé toutes les stratégies de lutte, de sensibilisation à l'endroit de ces mêmes communautés, mais il y a foncièrement la volonté de résister au changement et elles le disent en ces termes : ''C'est notre coutume, c'est notre tradition, on ne peut pas l'abandonner''. Donc, moi je me dis qu'elles ne le font pas par ignorance, puisqu'elles sont lettrées et sensibilisées ; elles connaissent les méfaits de ces pratiques, mais refusent quand même de les abandonner. Or, quand on vous démontre qu'une tradition est néfaste, il faut l'abandonner; si les temps ont changé, l'homme doit changer aussi.
Quelles peuvent être les conséquences des Mutilations Génitales Féminines (MGF) sur la santé des victimes ?
Il y a beaucoup de conséquences, des conséquences immédiates et des conséquences à long terme. Immédiatement, c'est la douleur d'abord, parce que cela se fait sans anesthésie. Il y a l'hémorragie et certaines victimes meurent sur le champ ; il y a l'infection parce que ce sont des matériels non stérilisés qui sont utilisés, donc il y a de grands risques de contamination comme par exemple le SIDA. Du point de vue de la vie sexuelle, il y a problème parce que
les victimes ressentent des douleurs pendant les rapports, au moment des accouchements elles peuvent perdre leur bébé à cause des souffrances fœtales et avoir des déchirures de façon très dommageables pour l'organisme. Donc, les excisées peuvent avoir plusieurs sortes de complications.
En dehors des MGF, quels sont les autres domaines d'intervention du CONIPRAT ?
Vous savez, même quand on va dans les villages et hameaux pour sensibiliser, on ne se contente pas seulement de sensibiliser sur l'excision, mais on sensibilise aussi les populations sur toutes les autres pratiques à savoir: le mariage précoce, l'ablation de la luette, les scarifications, le relèvement du col utérin, etc.
Cependant, il y a aussi les pratiques positives sur lesquelles nous menons des sensibilisations afin qu'elles ne soient pas abandonnées. C'est par exemple l'allaitement maternel auquel les pays occidentaux ont recours aussi maintenant à cause de ses avantages ; le port des enfants au dos parce que c'est démontré que cette pratique crée et renforce les liens entre la mère et l'enfant ; il y a aussi le repos ou quarantaine après l'accouchement qui permet à la femme de se reposer, de profiter de son enfant, etc...
En un mot, la sensibilisation continue...
Oui ! Et je remercie les médias parce qu'ils nous aident beaucoup à diffuser et à sensibiliser, donc ils contribuent à la lutte. Ils ne doivent pas se contenter des journées instituées, mais qu'ils doivent, de temps en temps, faire des reportages afin de contribuer davantage à la lutte contre ces pratiques. Nous souhaiterions que les journalistes prennent l'initiative de parler de ces pratiques là en les insérant dans leurs plateformes d'activités. Donc nous remercions très sincèrement les médias, qui, depuis quelques années, s'y mettent davantage, et nous les invitons à continuer dans le même sens. Et au gouvernement, nous demandons de donner les moyens pour appuyer l'ONG afin de l'aider à la prise en charge du personnel d'appui.

Zeinabou Gaoh

L'invité de Sahel Dimanche

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril …

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril nous permet de rappeler la rébellion, de parler de l'unité nationale, d'un Niger dans lequel tous ses enfants se sentent solidaire

Créée en 1995 pour suivre la mise en œuvre des accords de paix de 1995 et des autres protocoles additionnels à ces accords intervenus en 1998, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), qui est rattachée à la Présidence de la République, est chargée entre autres de l'analyse prospectrice, de la prévention et de la gestion des crises et des conflits. Dans cette interview réalisée à moins d'une semaine de la célébration de la...

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus diffi…

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus difficile est derrière nous, et qu'il reste à consolider et à pérenniser la paix''.

Monsieur le gouverneur, quelles sont les réalisations effectuées dans les différents secteurs de la vie socio-économique de la Région de Diffa?Malgré la situation sécuritaire difficile qui constitue une entrave à toutes les activités dans la région de Diffa, la mise en œuvre du Programme de la Renaissance acte II se fait de façon assez bonne, comparativement aux autres régions. Ainsi, on peut retenir, dans les secteurs prioritaires, les...

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Oues…

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre : «Depuis sa création en 1907, l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) ne cesse de lutter pour les droits des

Madame, vous avez été élue, le 26 février dernier à Cartagena des Indes, en Colombie, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre. Pouvez-vous nous dire les conditions dans lesquelles se sont déroulées ces élections et quels pays le Niger avait comme challengers?Je vous remercie pour cette opportunité que vous me donnez de vous parler de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) et...

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face…

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face aux défis sécuritaires multiformes qui menacent ses efforts de développement, de renforcement de sa jeune démocratie et de modern

Mon Général, vous êtes le directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS). Veuillez nous présenter cette structure, nouvelle au Niger, et qu'on a l'habitude de voir que dans les pays développés ?Je voudrais tout d'abord vous remercier pour l'opportunité que vous me donner de parler du CNESS. D'emblée, je dirai que le CNESS est un outil d'aide à la décision, autrement dit un ''think tank'' au service de l'Etat e...

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rie…

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rien n'est acquis pour Africard et rien n'est encore perdu pour le Niger''

Le tribunal de Nanterre a rendu sa décision le 14 mars dernier dans l'affaire qui oppose l'Etat du Niger à Africard. Quelle lecture vous inspire ladite décision ?Merci. Par rapport à cette décision, il faut retenir tout d'abord que c'est une décision avant dire droit, c'est-à-dire un jugement accessoire qui se rapporte à une question qui se rattache à la conduite du procès, mais qui n'est pas le procès proprement dit. En d'autres termes...

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif…

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif consistant à éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail ou des conditions dans lesquelles celui

La Médecine de travail est une activité professionnelle reconnue par l'Organisation Internationale de Travail OIT et par plusieurs autres organismes internationaux dont l'OMS. Notre pays est d'ailleurs signataire des principaux instruments internationaux qui régissent cette discipline spécialisée. Seulement, force est de constater que, jusqu'à un passé récent, elle n'est pratiquement pas exercée ici, et même si c'est le cas, peu d'impor...

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouverne…

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouvernement : ''Zinaria'', ''Délou'', et ''L'arbre sans fruit'', films présentés par le Niger, constituent de réels espoirs pour remporte

M. le ministre, vous avez assisté, hier au stade municipal Issoufou Joseph Konambo, à l'ouverture du 25ème Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou avec une forte présence des acteurs du cinéma africain et mondial. Peut-on connaitre les impressions qui vous animent à l'issue de cette cérémonie grandiose ?C'était une cérémonie dont la grandeur ne peut se mesurer qu'à la gloire du FESPACO. Les autorités politiques...

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement P…

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»

Docteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans c...

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement…

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU): ''Nous avons estimé qu'il était utile de présenter les résultats auxquels nous sommes parvenus à l'ensemble des

Vous avez organisé hier, dans les locaux de l'Académie des Arts Martiaux, une journée portes ouvertes sur les activités du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU). Quels sont les objectifs que vous avez assignés à cette journée ?Nous sommes très satisfaits de l'organisation de cette journée parce que la participation a été très au-delà de ce à quoi nous nous sommes attendus. En réalité, au nive...

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decro…

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decroly répond parfaitement à la prise de conscience des parents quant à leur implication dans la gestion et le fonctionnement de l'éco

Madame la directrice, les écoles Decroly représentent une nouvelle conception de l'école publique. Pouvez-vous nous présenter le Complexe Scolaire Communautaire Decroly que vous dirigez et nous faire la genèse de sa création ?Tout récemment, en début de ce mois de décembre, notre école a reçu la visite de la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou. Et ce fut pour nous une occasion idéale de faire découvrir aux uns et aux autres l'école De...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

L'Initiative 3N : Un programme qui marque un chang…

L'Initiative 3N : Un programme qui marque un changement de comportement dans la région de Dosso

L'Initiative 3N, faudrait-il le rappeler, est un programme ambitieux, une vision du Présid...

vendredi 21 avril 2017

Cultures irriguées à Dosso : D'importantes potenti…

Cultures irriguées à Dosso : D'importantes potentialités en terres irrigables dans la région

Les cultures irriguées contribuent à l'atteinte de l'objectif global de l'Initiative 3N. L...

vendredi 21 avril 2017

Les africains et le petit commerce en Inde : De l'…

Les africains et le petit commerce en Inde : De l'espoir dans le petit business malgré la peur....

Du 11 au 22 mars dernier, une trentaine de journalistes africains ont séjourné dans la cap...

vendredi 14 avril 2017

L'air du temps

Ces scènes de rue, telles qu'on les aime

Ces scènes de rue, telles qu'on les aime

Des scènes de rue, on en trouve très fréquemment à Niamey. De quoi satisfaire les bandes d...

vendredi 21 avril 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.