Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Madame Maïga Amsou, présidente du Comité Nigérien sur les Pratiques Traditionnelles (CONIPRAT) : « Pour le cas précis de l'excision, la résistance au changement s'observe surtout dans les régions de Tillabéri et Niamey »

Madame Maïga Amsou Madame Maïga Amsou

Le 6 février passé, a été célébré la Journée Internationale de la tolérance zéro aux mutilations génitales. Madame la présidente du CONIPRAT, faites-nous la genèse de cette journée.
En fait, le 6 février a été retenu lors d'une conférence régionale des Chefs d'Etat et de Gouvernement en 2003 à Addis Abéba (Ethiopie), où le Niger était représenté. Donc au cours de cette journée, le Comité Inter-Africain sur les pratiques traditionnelles ayant effet sur la santé des femmes et des enfants, qui est en fait l'organisation continentale regroupant au moins 26 comités nationaux à travers l'Afrique (c'est-à-dire tous les pays où se pratiquent l'excision), a posé le problème des Mutilations Génitales Féminines ou MGF et a sollicité qu'il y ait une journée spéciale consacrée à celle-ci pour sensibiliser le maximum de personnes et d'institutions sur les MGF.
C'est ainsi que le 6 février fut retenu comme Journée Internationale pour lutter contre les MGF, et depuis 2003, le CONIPRAT n'a pas failli. Chaque année, nous fêtons cette journée dont cette année consacre la 12ème édition. Pour cette édition de 2015 dont le thème est : ''Mobilisation et implication des professionnels de la Santé pour accélérer l'atteinte de la tolérance zéro aux MGF, plusieurs activités ont été organisées dont 2 ont été déjà réalisées à savoir une conférence débat sur les MGF présentée par le professeur Madi à l'intention des élèves des écoles de formation en santé et la 2ème conférence a été conjointement organisée par le CONIPRAT et l'Association Nigérienne des Pédiatres (ASNIPED) présentée par Docteur Roubanatou Abdoulaye qui a regroupé les professionnels de la santé. Toutes ces deux conférences ont été appuyées par la projection de documentaires et elles ont été financées par l'OMS et Animas-Sutura.

Parlez-nous des contraintes que le CONIPRAT rencontre dans la lutte contre les MGF.
Vous savez que dans toute activité, il y a des contraintes, mais pour le CONIPRAT, le plus dur est passé parce qu'au début, quand on parlait de MGF, on ne nous croyait même pas ; les gens pensaient qu'on le faisait pour avoir de l'argent ; les contraintes qu'on rencontrait à l'époque, c'était surtout pour avoir un local parce qu'une ONG sans local n'a pas d'identité ; cela a été une grosse difficulté parce que les partenaires ne veulent pas financer le local. Heureusement, l'Etat nous a donné un terrain qui a été mis en valeur avec l'appui de la Coopération Italienne, mais après, la contrainte qui s'est posée, c'est l'appui institutionnel parce que qui dit local dit fonctionnement.
Aussi, nous avons demandé au Gouvernement un appui de l'Etat comme par exemple une subvention pour pouvoir prendre en charge les parties que les partenaires ne financent pas tels que les salaires du personnel d'appui. Par ailleurs, les plaques d'immatriculation des véhicules des ONG ne sont plus exonérées par l'Etat, ce qui ne facilite pas les choses pour les ONG.
Dans quelles communautés et dans quelles régions du Niger rencontre-t-on le plus de résistance à l'abandon des Mutilations Génitales Féminines (MGF).
Au Niger, pour le cas précis de l'excision, la résistance au changement s'observe surtout dans les régions de Tillabéri et Niamey. En effet, l'exciseuse qui récidive chaque fois est de Tillabéry, et elle vient même jusqu'à Niamey pour exciser. Cela fait 3 à 4 fois que nous portons plainte contre elle. Parmi les praticiennes, c'est elle qui nous donne du fil à retorde. Mais heureusement, avec la dernière plainte le 11 novembre dernier, ils ont pu l'écrouer. Mais les autres complices, c'est-à-dire les parents, courent toujours. Depuis 2000, l'on a commencé la reconversion des exciseuses, mais ce sont toujours les mêmes communautés qui continuent à le faire.
Dans le 5ème arrondissement de Niamey, la dernière fois, une dizaine de villages était impliquée dans des problèmes de mutilations où 37 fillettes ont été excisées. Et ce n'est pas la première fois puisque régulièrement, on est confronté à cette résistance. Malheureusement, il y a une loi qui est là mais qu'on n'arrive pas à appliquer.
Et nous avons essayé toutes les stratégies de lutte, de sensibilisation à l'endroit de ces mêmes communautés, mais il y a foncièrement la volonté de résister au changement et elles le disent en ces termes : ''C'est notre coutume, c'est notre tradition, on ne peut pas l'abandonner''. Donc, moi je me dis qu'elles ne le font pas par ignorance, puisqu'elles sont lettrées et sensibilisées ; elles connaissent les méfaits de ces pratiques, mais refusent quand même de les abandonner. Or, quand on vous démontre qu'une tradition est néfaste, il faut l'abandonner; si les temps ont changé, l'homme doit changer aussi.
Quelles peuvent être les conséquences des Mutilations Génitales Féminines (MGF) sur la santé des victimes ?
Il y a beaucoup de conséquences, des conséquences immédiates et des conséquences à long terme. Immédiatement, c'est la douleur d'abord, parce que cela se fait sans anesthésie. Il y a l'hémorragie et certaines victimes meurent sur le champ ; il y a l'infection parce que ce sont des matériels non stérilisés qui sont utilisés, donc il y a de grands risques de contamination comme par exemple le SIDA. Du point de vue de la vie sexuelle, il y a problème parce que
les victimes ressentent des douleurs pendant les rapports, au moment des accouchements elles peuvent perdre leur bébé à cause des souffrances fœtales et avoir des déchirures de façon très dommageables pour l'organisme. Donc, les excisées peuvent avoir plusieurs sortes de complications.
En dehors des MGF, quels sont les autres domaines d'intervention du CONIPRAT ?
Vous savez, même quand on va dans les villages et hameaux pour sensibiliser, on ne se contente pas seulement de sensibiliser sur l'excision, mais on sensibilise aussi les populations sur toutes les autres pratiques à savoir: le mariage précoce, l'ablation de la luette, les scarifications, le relèvement du col utérin, etc.
Cependant, il y a aussi les pratiques positives sur lesquelles nous menons des sensibilisations afin qu'elles ne soient pas abandonnées. C'est par exemple l'allaitement maternel auquel les pays occidentaux ont recours aussi maintenant à cause de ses avantages ; le port des enfants au dos parce que c'est démontré que cette pratique crée et renforce les liens entre la mère et l'enfant ; il y a aussi le repos ou quarantaine après l'accouchement qui permet à la femme de se reposer, de profiter de son enfant, etc...
En un mot, la sensibilisation continue...
Oui ! Et je remercie les médias parce qu'ils nous aident beaucoup à diffuser et à sensibiliser, donc ils contribuent à la lutte. Ils ne doivent pas se contenter des journées instituées, mais qu'ils doivent, de temps en temps, faire des reportages afin de contribuer davantage à la lutte contre ces pratiques. Nous souhaiterions que les journalistes prennent l'initiative de parler de ces pratiques là en les insérant dans leurs plateformes d'activités. Donc nous remercions très sincèrement les médias, qui, depuis quelques années, s'y mettent davantage, et nous les invitons à continuer dans le même sens. Et au gouvernement, nous demandons de donner les moyens pour appuyer l'ONG afin de l'aider à la prise en charge du personnel d'appui.

Zeinabou Gaoh

L'invité de Sahel Dimanche

M. Saidou Halidou, Directeur Général de la Décentralisation et des Collectivités Territoriales : «Les élus doivent créer…

M. Saidou Halidou, Directeur Général de la Décentralisation et des Collectivités Territoriales : «Les élus doivent créer les conditions d'une meilleure gouvernance locale, plus transparente et plus inclusive qui place l'intérêt des citoyens au cœur d

Le 6 septembre dernier, s'est tenue à Niamey, la cérémonie de notification des actes de transfert de compétences et de ressources de l'Etat aux collectivités territoriales. Quelle est la signification d'une telle cérémonie pour les acteurs de la décentralisation ?La cérémonie intervenue le 6 septembre 2017 sous le Haut patronage de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, est l'aboutissement d'un long processus...

Monsieur Issa DJIBO, Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique : "Le Compte Unique s'inscrit dans …

Monsieur Issa DJIBO, Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique : "Le Compte Unique s'inscrit dans le cadre d'un ensemble de réformes mises en place pour améliorer les services rendus par l'Etat"

Monsieur le Directeur Général, après quelque 8 mois passés à la tête de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, pouvez-vous nous dire succinctement comment se porte cette importante institution ?Merci de me poser cette question qui permet de mieux apprécier la situation actuelle de la DGT/CP. Il importe, en effet, de rappeler qu'à notre prise de fonction, la situation de la DGT/CP se caractérisait par une lenteur...

Mme Habibatou Moussa Hassane présidente de la Fédération Nigérienne de Handball : «La nouvelle équipe dirigeante se prop…

Mme Habibatou Moussa Hassane présidente de la Fédération Nigérienne de Handball : «La nouvelle équipe dirigeante se propose à travers cet ambitieux programme de donner une nouvelle vision au handball nigérien à tous les niveaux»

Mme la présidente, vous êtes la seule femme qui dirige une fédération sportive au Niger. Pouvez-vous nous faire la rétrospective de votre élection à la tête de cette fédération ?Je vous remercie très sincèrement pour cette opportunité que vous m'offrez pour m'exprimer à travers les colonnes de votre journal SahelDimanche que je lis d'ailleurs régulièrement.C'est vrai qu'une femme à la tête d'une fédération sportive au Niger n'est pas ch...

Mme Bety Aichatou Habibou Oumani, présidente de l'association Matan Tahoua Sakola : «Qui veut accueillir un étranger doi…

Mme Bety Aichatou Habibou Oumani, présidente de l'association Matan Tahoua Sakola : «Qui veut accueillir un étranger doit avoir un environnement propre et les femmes se mobilisent pour cela»

Mme la présidente, dans le cadre de l'organisation de la fête tournante du 18 décembre, la Région de Tahoua a été choisie pour abriter la fête de Tahoua Sakola. Vous avez été désignée à la tête de l'organisation dénommée Matan Tahoua Sakola. Quel est le but de cette organisation et pourquoi cette cérémonie de plantation d'arbres aujourd'hui au sein de la grande mosquée de Tahoua ?Je vous remercie de cette opportunité que vous nous donne...

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour m…

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour mission de conduire la transformation de la société nigérienne en une société digitale/numérique, afin d'accélérer notre marche ver

Monsieur le Directeur Général, lors du Conseil des ministres du 10 juillet dernier, le Haut-commissariat aux NTICs a été érigé en Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI). Pouvez-vous nous donner les raisons de cette réorientation dans le domaine des NTICs au Niger?Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) jouent un rôle de plus en plus important dans la vie socio-économique, et particulièrement dans...

Ancienne gloire : M. Abdou Djibo, champion de cyclisme : «Pour réaliser de grands succès dans le sport, il faut d'abord …

Ancienne gloire : M. Abdou Djibo, champion de cyclisme : «Pour réaliser de grands succès dans le sport, il faut d'abord avoir l'amour de son pays, il faut être jaloux de l'image de son pays et tâcher de l'honorer, avec la rage de vaincre au cœur»

Qui est Abdou Djibo ?Je suis un ancien cycliste Nigérien, et je suis né vers 1957 à Talladjé Ko-bontafa. Mais je suis du quartier Saga. Nos parents possèdent des champs dans toute cette zone et chaque année, ils quittent Saga pour aller cultiver leurs champs. Au fil du temps, ils ont fini par s'installerlà-bas.Comment êtes-vous arrivés au cyclisme, je vais parler de vos premiers pas dans la ''petite reine'' ?Je me souviens bien qu'à l'é...

Interview de M. Almoustapha Garba, ministre de l'Environnement et du Développement Durable : «Dans plusieurs localités d…

Interview de M. Almoustapha Garba, ministre de l'Environnement et du Développement Durable : «Dans plusieurs localités de notre pays les producteurs ont adopté des nouvelles stratégies de conservation de la fertilité des sols en intégrant l'arbre dan

Monsieur le Ministre, notre pays, célèbre le 03 Août 2017, le 57ème anniversaire de son accession à l'indépendance, une commémoration essentiellement marquée par les festivités de la Fête Nationale de l'Arbre (FNA). Quelles sont les activités inscrites au programme de cette édition 2017 ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez de m'adresser à nos compatriotes à l'occasion de la 42ème édition de la Fête Nationale de l'Arb...

M. Babio El-kir Moudachirou, Conseiller Technique au Tourisme et à l'Hôtellerie du ministre béninois du Tourisme et de l…

M. Babio El-kir Moudachirou, Conseiller Technique au Tourisme et à l'Hôtellerie du ministre béninois du Tourisme et de la Culture : « Il faut tirer grand profit du secteur et générer des devises et des richesses pour nos communautés et nos budgets na

Monsieur le Conseiller Technique, vous êtes au Niger dans le cadre d'un séminaire de formation des acteurs du tourisme et de l'environnement, une initiative de l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT). Quelle appréciation faites-vous de cette initiative ?Merci bien pour l'opportunité que vous nous donnez de réagir sur ce projet. Au moment où on concluait ce projet entre les deux pays et l'OMT en Avril dernier à Addis-Abeba, nous n'étio...

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : …

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : "Notre vision au ProDAF, est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) »

Le ProDAF a été mis en vigueur en septembre 2015, pouvez-vous d'abord nous rappeler la vision de votre programme ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour présenter le ProDAF. En effet, la vision du ProDAF est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) à travers lesquels les producteurs ruraux soutenus par leurs organisations et les collectivités locales s'organisent, aménagent et exploitent de manière rationnell...

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit les escapades démentielles à la ''Pilule'' et les virées dans les lieux vaporeux des ...

vendredi 15 septembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.