Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Madame Maïga Amsou, présidente du Comité Nigérien sur les Pratiques Traditionnelles (CONIPRAT) : « Pour le cas précis de l'excision, la résistance au changement s'observe surtout dans les régions de Tillabéri et Niamey »

Madame Maïga Amsou Madame Maïga Amsou

Le 6 février passé, a été célébré la Journée Internationale de la tolérance zéro aux mutilations génitales. Madame la présidente du CONIPRAT, faites-nous la genèse de cette journée.
En fait, le 6 février a été retenu lors d'une conférence régionale des Chefs d'Etat et de Gouvernement en 2003 à Addis Abéba (Ethiopie), où le Niger était représenté. Donc au cours de cette journée, le Comité Inter-Africain sur les pratiques traditionnelles ayant effet sur la santé des femmes et des enfants, qui est en fait l'organisation continentale regroupant au moins 26 comités nationaux à travers l'Afrique (c'est-à-dire tous les pays où se pratiquent l'excision), a posé le problème des Mutilations Génitales Féminines ou MGF et a sollicité qu'il y ait une journée spéciale consacrée à celle-ci pour sensibiliser le maximum de personnes et d'institutions sur les MGF.
C'est ainsi que le 6 février fut retenu comme Journée Internationale pour lutter contre les MGF, et depuis 2003, le CONIPRAT n'a pas failli. Chaque année, nous fêtons cette journée dont cette année consacre la 12ème édition. Pour cette édition de 2015 dont le thème est : ''Mobilisation et implication des professionnels de la Santé pour accélérer l'atteinte de la tolérance zéro aux MGF, plusieurs activités ont été organisées dont 2 ont été déjà réalisées à savoir une conférence débat sur les MGF présentée par le professeur Madi à l'intention des élèves des écoles de formation en santé et la 2ème conférence a été conjointement organisée par le CONIPRAT et l'Association Nigérienne des Pédiatres (ASNIPED) présentée par Docteur Roubanatou Abdoulaye qui a regroupé les professionnels de la santé. Toutes ces deux conférences ont été appuyées par la projection de documentaires et elles ont été financées par l'OMS et Animas-Sutura.

Parlez-nous des contraintes que le CONIPRAT rencontre dans la lutte contre les MGF.
Vous savez que dans toute activité, il y a des contraintes, mais pour le CONIPRAT, le plus dur est passé parce qu'au début, quand on parlait de MGF, on ne nous croyait même pas ; les gens pensaient qu'on le faisait pour avoir de l'argent ; les contraintes qu'on rencontrait à l'époque, c'était surtout pour avoir un local parce qu'une ONG sans local n'a pas d'identité ; cela a été une grosse difficulté parce que les partenaires ne veulent pas financer le local. Heureusement, l'Etat nous a donné un terrain qui a été mis en valeur avec l'appui de la Coopération Italienne, mais après, la contrainte qui s'est posée, c'est l'appui institutionnel parce que qui dit local dit fonctionnement.
Aussi, nous avons demandé au Gouvernement un appui de l'Etat comme par exemple une subvention pour pouvoir prendre en charge les parties que les partenaires ne financent pas tels que les salaires du personnel d'appui. Par ailleurs, les plaques d'immatriculation des véhicules des ONG ne sont plus exonérées par l'Etat, ce qui ne facilite pas les choses pour les ONG.
Dans quelles communautés et dans quelles régions du Niger rencontre-t-on le plus de résistance à l'abandon des Mutilations Génitales Féminines (MGF).
Au Niger, pour le cas précis de l'excision, la résistance au changement s'observe surtout dans les régions de Tillabéri et Niamey. En effet, l'exciseuse qui récidive chaque fois est de Tillabéry, et elle vient même jusqu'à Niamey pour exciser. Cela fait 3 à 4 fois que nous portons plainte contre elle. Parmi les praticiennes, c'est elle qui nous donne du fil à retorde. Mais heureusement, avec la dernière plainte le 11 novembre dernier, ils ont pu l'écrouer. Mais les autres complices, c'est-à-dire les parents, courent toujours. Depuis 2000, l'on a commencé la reconversion des exciseuses, mais ce sont toujours les mêmes communautés qui continuent à le faire.
Dans le 5ème arrondissement de Niamey, la dernière fois, une dizaine de villages était impliquée dans des problèmes de mutilations où 37 fillettes ont été excisées. Et ce n'est pas la première fois puisque régulièrement, on est confronté à cette résistance. Malheureusement, il y a une loi qui est là mais qu'on n'arrive pas à appliquer.
Et nous avons essayé toutes les stratégies de lutte, de sensibilisation à l'endroit de ces mêmes communautés, mais il y a foncièrement la volonté de résister au changement et elles le disent en ces termes : ''C'est notre coutume, c'est notre tradition, on ne peut pas l'abandonner''. Donc, moi je me dis qu'elles ne le font pas par ignorance, puisqu'elles sont lettrées et sensibilisées ; elles connaissent les méfaits de ces pratiques, mais refusent quand même de les abandonner. Or, quand on vous démontre qu'une tradition est néfaste, il faut l'abandonner; si les temps ont changé, l'homme doit changer aussi.
Quelles peuvent être les conséquences des Mutilations Génitales Féminines (MGF) sur la santé des victimes ?
Il y a beaucoup de conséquences, des conséquences immédiates et des conséquences à long terme. Immédiatement, c'est la douleur d'abord, parce que cela se fait sans anesthésie. Il y a l'hémorragie et certaines victimes meurent sur le champ ; il y a l'infection parce que ce sont des matériels non stérilisés qui sont utilisés, donc il y a de grands risques de contamination comme par exemple le SIDA. Du point de vue de la vie sexuelle, il y a problème parce que
les victimes ressentent des douleurs pendant les rapports, au moment des accouchements elles peuvent perdre leur bébé à cause des souffrances fœtales et avoir des déchirures de façon très dommageables pour l'organisme. Donc, les excisées peuvent avoir plusieurs sortes de complications.
En dehors des MGF, quels sont les autres domaines d'intervention du CONIPRAT ?
Vous savez, même quand on va dans les villages et hameaux pour sensibiliser, on ne se contente pas seulement de sensibiliser sur l'excision, mais on sensibilise aussi les populations sur toutes les autres pratiques à savoir: le mariage précoce, l'ablation de la luette, les scarifications, le relèvement du col utérin, etc.
Cependant, il y a aussi les pratiques positives sur lesquelles nous menons des sensibilisations afin qu'elles ne soient pas abandonnées. C'est par exemple l'allaitement maternel auquel les pays occidentaux ont recours aussi maintenant à cause de ses avantages ; le port des enfants au dos parce que c'est démontré que cette pratique crée et renforce les liens entre la mère et l'enfant ; il y a aussi le repos ou quarantaine après l'accouchement qui permet à la femme de se reposer, de profiter de son enfant, etc...
En un mot, la sensibilisation continue...
Oui ! Et je remercie les médias parce qu'ils nous aident beaucoup à diffuser et à sensibiliser, donc ils contribuent à la lutte. Ils ne doivent pas se contenter des journées instituées, mais qu'ils doivent, de temps en temps, faire des reportages afin de contribuer davantage à la lutte contre ces pratiques. Nous souhaiterions que les journalistes prennent l'initiative de parler de ces pratiques là en les insérant dans leurs plateformes d'activités. Donc nous remercions très sincèrement les médias, qui, depuis quelques années, s'y mettent davantage, et nous les invitons à continuer dans le même sens. Et au gouvernement, nous demandons de donner les moyens pour appuyer l'ONG afin de l'aider à la prise en charge du personnel d'appui.

Zeinabou Gaoh

L'invité de Sahel Dimanche

M. Barkaï Issouf, ministre chargé des Relations avec les Institutions : «Le ministère s'attèle quotidiennement à assurer…

M. Barkaï Issouf, ministre chargé des Relations avec les Institutions : «Le ministère s'attèle quotidiennement à assurer la meilleure collaboration entre le Gouvernement et les autres institutions»

Pourquoi la création d'un ministère spécialement dédié aux institutions ?Avant de répondre à vos questions, permettez-moi de vous remercier et de remercier l'ONEP pour cette occasion fort salutaire que vous m'offrez pour m'adresser à vos lecteurs. Vous contribuez ainsi à faire mieux connaitre mon département ministériel, ses attributions et son rôle dans l'architecture institutionnelle et administrative de notre pays. J'en suis très rec...

Le Ministre Conseiller Spécial du Président de la République et Directeur Général de l'Agence Nationale pour l'Organisat…

Le Ministre Conseiller Spécial du Président de la République et Directeur Général de l'Agence Nationale pour l'Organisation de la Conférence de l'Union Africaine, Niger 2019 : « Toutes les exigences pour le bon déroulement de la conférence sont ident

Monsieur le Directeur Général, en créant l'Agence que vous dirigez, quelles sont les missions que le gouvernement du Niger lui a assignées?Il faut tout d'abord rappeller que les Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine ont choisi le Niger pour abriter en 2019, la 33eSession de la Conférence des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine à Niamey.C'est non seulement un signe fort de la vitalité de notre diplomatie m...

Interview du président de la Commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, l'Honorable Hamma Assah : « La hau…

Interview du président de la Commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, l'Honorable Hamma Assah : « La hausse du budget défense et sécurité se justifie ... parce que justement, il n'y a pas de développement sans sécurité »

Honorable, vous êtes président de la commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, pouvez-vous brièvement dire à nos lecteurs quel est le rôle de cette Commission ?Merci au journal Sahel Dimanche pour cette opportunité qu'il nous offre pour parler de la Commission de la Défense et de la Sécurité. Disons d'entrée de jeu que, selon le règlement intérieur de l'Assemblée nationale en son article 30, la Commission de la Défense et...

M. Habou Boukari, Directeur National des Archives : "Les services des Archives sont les parents pauvres de l'Admini…

Monsieur le Directeur national, le Niger dispose depuis des décennies d'un service dénommé Archives Nationales, quelles sont concrètement les missions et attributions de cette structure qui constitue quand même la mémoire de notre pays ?Aux termes de l'article 10 de l'arrêté n° 260/PM/SGG du 17 Octobre 2011, la Direction des Archives Nationales est chargée de l'identification, de la collecte, du classement et de la conservation des docu...

L'ambassadeur des Etats-Unis au Niger, SE. Mme Eunice Sharron Reddick : "La présence des soldats américains relève …

Mme l'ambassadeur, vous voilà en fin de mission après avoir passé trois années en qualité d'ambassadeur des Etats Unis au Niger. Quels ont été les principaux axes de la coopération bilatérale sur lesquels votre pays a mis l'accent ces dernières années?Je tiens d'abord à remercier le journal « Sahel Dimanche » de me donner l'opportunité de m'adresser aux millions de nigériennes et nigériens à la fin de ma mission dans votre beau pays, le...

M. Ousmane Douka Soumaila, Directeur général de l'Office National des Examens et Concours du Supérieur (ONECS) : "L…

Le 6 Juillet dernier, vous avez été primé du prix HIKIMA, mis en place par le Haut Commissariat à la Modernisation de l'Etat, le ministère de la Renaissance Culturelle et le ministère de la Fonction Publique, suite à un concours pilote entre les trois ministères en charge de l'éducation. Il s'agit de l'Education Primaire, des Enseignements Secondaires et Supérieurs, et des Enseignements Professionnels et Techniques. Pouvez-vous, Monsieu...

Interview de Mme Elback Zeinabou Tari Bako, Ministre de la Promotion et de la Protection de l'Enfant : « Le forum des Pr…

Le Niger accueille depuis le 2 octobre dernier, le Forum des premières Dames de la CEDEAO. Cette rencontre de haut niveau traite de problématiques liées à la fistule obstétricale, à la protection de l'enfant et aux MGF. Dans cet entretien, la ministre de la Promotion de la femme et de la Protection, revient sur les objectifs de ce forum et surtout les résultats attendus à l'issue des assises. Pour Mme Elback Zeinabou Tari Bako, ce forum...

M. Alma Oumarou ministre, Conseiller Spécial du Président de la République : Plus de 4600 entreprises ont été créées au …

Monsieur le ministre, le Niger a de 2011 à aujourd'hui produit plusieurs réformes relatives à l'amélioration du climat des affaires : pouvez-vous nous faire l'état des lieux de ces réformes ?L'amélioration du climat des affaires et la création des conditions favorables au développement du secteur privé nigérien ont toujours été une préoccupation majeure du Président de la République. L'Etat, ne pouvant plus à lui tout seul assurer la cr...

M. Saidou Halidou, Directeur Général de la Décentralisation et des Collectivités Territoriales : «Les élus doivent créer…

Le 6 septembre dernier, s'est tenue à Niamey, la cérémonie de notification des actes de transfert de compétences et de ressources de l'Etat aux collectivités territoriales. Quelle est la signification d'une telle cérémonie pour les acteurs de la décentralisation ?La cérémonie intervenue le 6 septembre 2017 sous le Haut patronage de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, est l'aboutissement d'un long processus...

Monsieur Issa DJIBO, Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique : "Le Compte Unique s'inscrit dans …

Monsieur le Directeur Général, après quelque 8 mois passés à la tête de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, pouvez-vous nous dire succinctement comment se porte cette importante institution ?Merci de me poser cette question qui permet de mieux apprécier la situation actuelle de la DGT/CP. Il importe, en effet, de rappeler qu'à notre prise de fonction, la situation de la DGT/CP se caractérisait par une lenteur...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Baroud d'honneur dans l'Anzourou

Baroud d'honneur dans l'Anzourou

Il y a comme un vent de débâcle et de panique qui plane sur la tête des groupes armés qui ...

vendredi 17 novembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.