Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Mme Christine Marie Amon, réalisatrice de la série télévisée ''Chroniques Africaines'' : ''Je pense que l'avenir du cinéma se trouve en Afrique, parce que tout est à faire''

Mme Christine Marie Amon Mme Christine Marie Amon

A l'occasion de la 24ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (Fespaco) qui s'est tenu du 28 février au 7 mars 2015, l'envoyé spécial de l'ONEP, Souley Moutari, a interviewé la réalisatrice ivoirienne Christine Marie Amon, ''Chris'', dont la série ''Chroniques Africaines'' était en compétition. L'interview a eu lieu le 2 mars au Ciné Neerwaya, juste après la projection de la série. Au soir du 7 mars, lors de la proclamation du palmarès, la série télévisée, ''Chroniques Africaines'', diffusée sur la chaine A+ du bouquet Canal+, a gagné le prix en jeu dans sa catégorie.

Madame, à entendre le titre de votre série télévisée, on a l'impression qu'il s'agit d'un long récit. Qu'est-ce que c'est précisément votre film Chris ?
Oui, le titre c'est bien ''Chroniques Africaines''. Pourquoi ''Chroniques Africaines''? Tel que le titre le dit, il s'agit de différentes histoires que l'on a réunies pour en faire de mini-séries, d'abord dans cette saison qui est en train d'être diffusée. Et ce sont différentes histoires d'hommes et de femmes de la ville d'Abidjan. Mais en fait, ''Chroniques Africaines'' pourrait aussi s'intituler ''Chroniques Ivoiriennes''. Cependant, notre objectif est que cette série aille au-delà des frontières de la Côte d'Ivoire. Car il est fort possible que certains tournages aient lieux hors des frontières ivoiriennes, et qu'ils se passent notamment au Mali, au Ghana, et pourquoi pas au Niger. Et dans ce cas de figure, on voudrait respecter les spécificités culturelles de chaque pays, de chaque région, où nous faisons ces tournages. Voici donc l'idée de Chroniques Africaines. Et c'est pour cela que nous avons appelé cette série ''Chroniques Africaines'', au lieu de l'appeler ''Chroniques ivoiriennes''.
Qu'est-ce qui vous a inspirée, Madame, pour la réalisation de cette série télévisée ?
Comme je le disais, ce qui m'a inspirée, ce sont les taxi-maitres. Quand je monte dans les taxis, il y a parfois des conducteurs de taxis qui me racontent certaines histoires. Alors je me suis dit qu'il y a quelque chose à exploiter là dedans, car ce sont des petites histoires, des petites anecdotes, bref des faits divers qu'on peut exploiter, et relater à son tour. Mais, il, y a autre chose dans cette série, c'est le format, c'est-à-dire la manière dont on relate ces histoires, ces faits divers que l'on a repris, que l'on a voulu scénariser et mettre sous forme de film.
Justement, qu'est-ce ce que ce format hybride dont il est question concernant votre film,
C'est un format assez particulier. C'est un format entre la télé réalité qui se fait beaucoup aujourd'hui sur les télés, et la fiction. La fiction, pourquoi? C'est parce que ça reste quand même une série totalement scripte. On a un scénario que l'on suit du début à la fin. Donc, ce ne sont pas des inventions, c'est vraiment un scénario qui est suivi du début à la fin. Maintenant, après il y a le système de la voix off, qui est le fil conducteur sur toute l'histoire, sur tout le film. Et on a les apartés, les personnes qui s'adressent directement à la caméra, comme un tout petit peu ce que l'on voit dans la télé réalité. J'ai trouvé ce système un peu intéressant, je l'ai vu en Europe et je me suis dit qu'on pouvait le reprendre et l'adapter à nos réalités, à nos histoires, et ça se prête magnifiquement à cela.


Pour vous, le cinéma c'est un business, ou tout juste une passion ?
Honnêtement, en Afrique, c'est difficile de parler de business quand on fait du cinéma. Parce qu'on a tellement de difficulté, que si on n'aime pas le cinéma, en Afrique on ne peut pas le faire. Donc, c'est d'abord une sorte d'amour pour le cinéma. Ça fait dix ans que je suis dans le cinéma. J'ai commencé aux Etats Unis, je suis venue en Afrique, dans mon pays en Côte d'Ivoire où il a fallu pas moins de quatre à cinq ans pour sortir mon premier projet. Donc, je peux vous dire que c'est une histoire d'amour, ce n'est pas du business. Si l'on se fait de l'argent dans le cinéma, c'est tant mieux. Mais avant tout, c'est d'abord une histoire d'amour entre le cinéma et moi.

Mais, il faut quand même des moyens pour faire du cinéma. Comment arrivez-vous à conduire vos projets ?
Cette série a été entièrement financée par le Ministère de la Culture et de la Francophonie de la Côte d'Ivoire. Quand nous avons fait notre projet, nous les avons approchés; ils l'ont trouvé très intéressant et ont décidé de nous accompagner. Tout ce que je peux dire, c'est que c'était pour nous une grâce de Dieu. Il n'y a pas eu d'intérêt derrière. Ceux qui m'ont appuyée ont juste aimé le projet, et ils ont décidé de nous accompagner, c'est aussi simple que ça.
Comment voyez-vous l'avenir du cinéma pour les cinéastes africains, surtout les jeunes qui s'intéressent au 7ème art.
Je pense que l'avenir du cinéma se trouve en Afrique, parce que tout est à faire. Tout est à transcrire. Les histoires, on doit les raconter. Il y a tout un tas d'histoire qui n'ont pas été racontées, mais on doit les raconter à notre manière, selon la vision et l'avis de l'Africain. Cela doit être fait par l'Africain, et pour l'Africain d'abord. Et je pense qu'avec l'avènement du numérique, l'avenir s'annonce plus brillant pour les Africains. Il y aura de plus en plus d'histoires à raconter, et on est là pour le faire.

Réalisée à Ouagadougou par Souley Moutari, envoyé spécial

L'invité de Sahel Dimanche

M. Saidou Halidou, Directeur Général de la Décentralisation et des Collectivités Territoriales : «Les élus doivent créer…

M. Saidou Halidou, Directeur Général de la Décentralisation et des Collectivités Territoriales : «Les élus doivent créer les conditions d'une meilleure gouvernance locale, plus transparente et plus inclusive qui place l'intérêt des citoyens au cœur d

Le 6 septembre dernier, s'est tenue à Niamey, la cérémonie de notification des actes de transfert de compétences et de ressources de l'Etat aux collectivités territoriales. Quelle est la signification d'une telle cérémonie pour les acteurs de la décentralisation ?La cérémonie intervenue le 6 septembre 2017 sous le Haut patronage de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, est l'aboutissement d'un long processus...

Monsieur Issa DJIBO, Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique : "Le Compte Unique s'inscrit dans …

Monsieur Issa DJIBO, Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique : "Le Compte Unique s'inscrit dans le cadre d'un ensemble de réformes mises en place pour améliorer les services rendus par l'Etat"

Monsieur le Directeur Général, après quelque 8 mois passés à la tête de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, pouvez-vous nous dire succinctement comment se porte cette importante institution ?Merci de me poser cette question qui permet de mieux apprécier la situation actuelle de la DGT/CP. Il importe, en effet, de rappeler qu'à notre prise de fonction, la situation de la DGT/CP se caractérisait par une lenteur...

Mme Habibatou Moussa Hassane présidente de la Fédération Nigérienne de Handball : «La nouvelle équipe dirigeante se prop…

Mme Habibatou Moussa Hassane présidente de la Fédération Nigérienne de Handball : «La nouvelle équipe dirigeante se propose à travers cet ambitieux programme de donner une nouvelle vision au handball nigérien à tous les niveaux»

Mme la présidente, vous êtes la seule femme qui dirige une fédération sportive au Niger. Pouvez-vous nous faire la rétrospective de votre élection à la tête de cette fédération ?Je vous remercie très sincèrement pour cette opportunité que vous m'offrez pour m'exprimer à travers les colonnes de votre journal SahelDimanche que je lis d'ailleurs régulièrement.C'est vrai qu'une femme à la tête d'une fédération sportive au Niger n'est pas ch...

Mme Bety Aichatou Habibou Oumani, présidente de l'association Matan Tahoua Sakola : «Qui veut accueillir un étranger doi…

Mme Bety Aichatou Habibou Oumani, présidente de l'association Matan Tahoua Sakola : «Qui veut accueillir un étranger doit avoir un environnement propre et les femmes se mobilisent pour cela»

Mme la présidente, dans le cadre de l'organisation de la fête tournante du 18 décembre, la Région de Tahoua a été choisie pour abriter la fête de Tahoua Sakola. Vous avez été désignée à la tête de l'organisation dénommée Matan Tahoua Sakola. Quel est le but de cette organisation et pourquoi cette cérémonie de plantation d'arbres aujourd'hui au sein de la grande mosquée de Tahoua ?Je vous remercie de cette opportunité que vous nous donne...

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour m…

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour mission de conduire la transformation de la société nigérienne en une société digitale/numérique, afin d'accélérer notre marche ver

Monsieur le Directeur Général, lors du Conseil des ministres du 10 juillet dernier, le Haut-commissariat aux NTICs a été érigé en Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI). Pouvez-vous nous donner les raisons de cette réorientation dans le domaine des NTICs au Niger?Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) jouent un rôle de plus en plus important dans la vie socio-économique, et particulièrement dans...

Ancienne gloire : M. Abdou Djibo, champion de cyclisme : «Pour réaliser de grands succès dans le sport, il faut d'abord …

Ancienne gloire : M. Abdou Djibo, champion de cyclisme : «Pour réaliser de grands succès dans le sport, il faut d'abord avoir l'amour de son pays, il faut être jaloux de l'image de son pays et tâcher de l'honorer, avec la rage de vaincre au cœur»

Qui est Abdou Djibo ?Je suis un ancien cycliste Nigérien, et je suis né vers 1957 à Talladjé Ko-bontafa. Mais je suis du quartier Saga. Nos parents possèdent des champs dans toute cette zone et chaque année, ils quittent Saga pour aller cultiver leurs champs. Au fil du temps, ils ont fini par s'installerlà-bas.Comment êtes-vous arrivés au cyclisme, je vais parler de vos premiers pas dans la ''petite reine'' ?Je me souviens bien qu'à l'é...

Interview de M. Almoustapha Garba, ministre de l'Environnement et du Développement Durable : «Dans plusieurs localités d…

Interview de M. Almoustapha Garba, ministre de l'Environnement et du Développement Durable : «Dans plusieurs localités de notre pays les producteurs ont adopté des nouvelles stratégies de conservation de la fertilité des sols en intégrant l'arbre dan

Monsieur le Ministre, notre pays, célèbre le 03 Août 2017, le 57ème anniversaire de son accession à l'indépendance, une commémoration essentiellement marquée par les festivités de la Fête Nationale de l'Arbre (FNA). Quelles sont les activités inscrites au programme de cette édition 2017 ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez de m'adresser à nos compatriotes à l'occasion de la 42ème édition de la Fête Nationale de l'Arb...

M. Babio El-kir Moudachirou, Conseiller Technique au Tourisme et à l'Hôtellerie du ministre béninois du Tourisme et de l…

M. Babio El-kir Moudachirou, Conseiller Technique au Tourisme et à l'Hôtellerie du ministre béninois du Tourisme et de la Culture : « Il faut tirer grand profit du secteur et générer des devises et des richesses pour nos communautés et nos budgets na

Monsieur le Conseiller Technique, vous êtes au Niger dans le cadre d'un séminaire de formation des acteurs du tourisme et de l'environnement, une initiative de l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT). Quelle appréciation faites-vous de cette initiative ?Merci bien pour l'opportunité que vous nous donnez de réagir sur ce projet. Au moment où on concluait ce projet entre les deux pays et l'OMT en Avril dernier à Addis-Abeba, nous n'étio...

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : …

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : "Notre vision au ProDAF, est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) »

Le ProDAF a été mis en vigueur en septembre 2015, pouvez-vous d'abord nous rappeler la vision de votre programme ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour présenter le ProDAF. En effet, la vision du ProDAF est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) à travers lesquels les producteurs ruraux soutenus par leurs organisations et les collectivités locales s'organisent, aménagent et exploitent de manière rationnell...

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit les escapades démentielles à la ''Pilule'' et les virées dans les lieux vaporeux des ...

vendredi 15 septembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.